diversions besancon septembre 2015

of 16 /16
Besançon www.diversions-magazine.com Journal d’information septembre Mensuel gratuit d’information 2015 #72

Upload: namfur-john

Post on 23-Jul-2016

235 views

Category:

Documents


10 download

DESCRIPTION

Diversions Besançon-Jura - Edition septembre 2015

TRANSCRIPT

Page 1: Diversions besancon septembre 2015

Aire Urbaine

Besançonwww.diversions-magazine.com

Journal d’information

septembre

Mensuel gratuit d’information

2015

#72

Page 2: Diversions besancon septembre 2015
Page 3: Diversions besancon septembre 2015

À RETENIR EN SEPTEMBRE - 4

ARTISANAT - 5Éric Wilmot - Ébéniste... et designer

CULTURE SCIENTIFIQUE - 5Nuit Européenne des Chercheurs

CULTURE - 668ème Festival de Musique Besançon Franche-Comté

La rentrée du Centre Dramatique National Besançon Franche-ComtéLa rentrée des 2 Scènes, scène nationale de Besançon

ENVIRONNEMENT - 8Festival des Jardins à la Saline royale d’Arc-et-Senans

DOUBS CENTRAL - 8Épi’Bio à Autechaux

COMMERCES BISONTINS - 9Melle Mon Fil à BijouxChez Davy

JURA - 11Week-End Gourmand du Chat Perché à DoleC’est la rentrée à Brainans !Exposition Bêtes d’Affiches à La Maison de La vache qui rit

PERSPECTIVE, L’ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE - 13Une nouvelle machine chez Laser Évolution

CHRONIQUES CD-LIVRES - 14

SORTIES CINÉMA - 15

Diversions - Edition BesançonJournal d’information gratuit 1, rue de Vittel25000 Besançon06 34 12 01 [email protected] : SARL DiversionsRCS : 508 184 934Directeur de la publication : Boban Stanojevic03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 [email protected]

Rédacteur en chef : Dominique [email protected]

Rédaction : Florian Antunes Pires, Martial Cavatz, Frédéric Dassonville, Dominique Demangeot, Manu Gilles, Sébastien Marais, Philippe Markarian, Paul Sobrin, Marc Vincent, Caroline Vo Minh

Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh

Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 06 34 12 01 [email protected]

Dépôt légal : septembre 2015© Diversions 2015Imprimé en Espagne ISSN : en cours

valeur : 1,15 euros offertDiversions est diffusé gratuitement sur la Bourgogne Franche-ComtéProchaine parution : jeudi 24 septembre 2015

culturessortiessociété

tourisme

Aire Urbaine

Besançon#72

septembre2015

diversions-magazine.com

Page 4: Diversions besancon septembre 2015

Grand Besançon en fête28 et 29 aoûtÀ chaque rentrée, le Grand Besançon souhaite désormais organiser un temps fort convivial et festif. Cette année, la place de la Révolution accueillera une étape de la tournée The Voice, ainsi que d’autres animations. Une Silent Party - la première à Besançon - sera également organisée. N’oublions pas les Instants Gourmands de la promenade Granvelle, qui mettent en lumière les gastronomies de Franche-Comté et d’ailleurs. D’autres spectacles et animations sont également prévus. Programme complet sur www.grandbesancon.fr/enfete

Les Mots DoubsDu 18 au 20 septembre / Gare d’Eau - BesançonLa capitale comtoise fera une fois encore la fête au livre durant le dernier week-end de l’été. Des dizaines d’auteurs nationaux et internationaux seront présents à Besançon pour dédicacer leurs ouvrages, rencontrer les lecteurs, et pour certains participer à des débats et conférences.

Détonation Du 24 au 26 septembre / La Rodia/La Friche artistique - BesançonComme l’aurait dit ce bon vieux Charles Trenet, votre cœur fera boom fin septembre prochain à l’occasion de la quatrième édition du festival Détonation initié par la Rodia. Cette année, le festival s’étend à la Friche toute proche, du 24 au 26 septembre 2015. La salle bisontine, qui proposera bien sûr également des concerts dans ses murs, investit en effet les anciens locaux de l’usine Supérior pour trois nouvelles soirées. Au programme la soul de Selah Sue, l’électro matinée de techno/hip-hop de Brodinski, et plein d’autres pépites à découvrir.

Week-End Gourmand du Chat PerchéDu 25 au 27 septembre / Divers lieuxBonne chère et patrimoine sont à l’honneur à Dole : grands chefs et artisans seront présents. Une mise en lumière des savoir-faire de la région Franche-Comté. > Voir notre article en page 11

Chez DiversionsÀ partir de septembre / 12 avenue Fontaine-Argent - BesançonExpositions et sessions acoustiques reprennent ! Suivez notre actu sur le site du journal. > www.diversions-magazine.com

Retrouvez un agenda complet des événements sur Besançon et sa région sur le site de Diversions : www.diversions-magazine.com

© D

R

© D

iversions

À retenir en septembre !

Page 5: Diversions besancon septembre 2015

Artisanat Éric Wilmot, ébéniste... et designerC’est à l’invitation du Pôle des métiers d’art d’Ornans qu’Éric Wilmot s’est installé il y a un peu plus d’un an et demi dans la cité de Courbet. Originaire du Nord de la France, Éric a beaucoup voyagé en Angleterre, en Norvège, est passé par la Nièvre avant de s’installer dans la belle vallée de la Loue.

C’est une reconversion qui a amené Éric au métier d’artisan ébéniste, lui qui auparavant vendait... des Harley Davidson ! « Aussi loin que cela remonte, j’ai toujours été intéressé par le design et l’architecture, mais je n’aurais jamais pensé le faire moi-même ». Éric Wilmot a cependant suivi une formation

en ébénisterie il y a cinq ans en Angleterre, et voilà quatre ans qu’il pratique. « Il y a de très bonnes formations en France, mais plutôt adaptées pour des jeunes, sur trois, quatre ou cinq ans », nous explique l’artisan. « La culture est très différente. En Angleterre, l’ébéniste designer c’est un métier, tout le monde sait que ça existe. En France un ébéniste c’est quelqu’un qui sait faire un escalier, un rayonnage sur mesure, mais on n’est finalement pas très nombreux à faire de la création ».

Éric est donc ébéniste mais aussi designer. « Cela veut dire que je crée du mobilier personnalisé pour des clients essentiellement particuliers, qui viennent me voir avec un besoin, cela reste très fonctionnel ». Ses clients souhaitent cependant quelque chose de différent et d’original. Le point de départ reste la fonctionnalité et les dimensions, afin que le meuble puisse s’intégrer dans les intérieurs des clients. « Mais c’est vraiment la relation avec le client qui va m’inspirer, pour partir dans une direction ou plutôt dans une autre ». Une personnalité de la clientèle à laquelle Éric s’adapte. Parfois un point de détail va se retrouver dans le meuble par la suite. L’artisan prend aussi le temps de discuter avec ses clients afin de bien cerner leurs demandes. Si ces derniers se situent sur Paris, Montpellier ou encore Grenoble, Éric souhaite cependant se faire davantage connaître en Franche-Comté, « pour avoir un peu moins de déplacements ! ».

Les demandes tournent principalement autour du mobilier courant, bureaux, tables extensibles, des meubles de rangement

pour un besoin spécifique comme des meubles d’imprimante par exemple. S’il est arrivé à Éric d’insérer dans ses créations du verre, du métal, du cuir, l’artisan a en projet de développer cela et « pouvoir intégrer des pièces en pâte de verre dans le mobilier ». Il a suivi dernièrement un stage en verrerie. Éric travaille, il est vrai, essentiellement sur la forme extérieure, mais voilà quatre ans qu’il a découvert la pâte de verre en fréquentant les salons de métiers d’art, et cela lui plait beaucoup ! Une manière pour le créateur d’apporter de la lumière, des effets de diffraction dans ses créations. Avec le verre, Éric Wilmot pourra ainsi davantage s’attacher, dès cet automne, aux détails dans ses meubles de créateur.

- Dominique Demangeot -

Éric Wilmot, designer ébéniste, 7 rue Edouard Bastide - 25290 Ornans06 66 77 29 97http://eric-wilmot-designer-ebeniste.amagalerie.com

Culture scientifique Nuit Européenne des ChercheursDix années déjà que la Nuit des Chercheurs s’invite dans la capitale comtoise. Dix années que les scientifiques se mettent en quatre pour présenter leurs travaux au plus grand nombre, sur un mode convivial et sans prise de tête. Le vendredi 25 septembre 2015, le public est invité à plonger dans le monde complexe mais passionnant des sciences.

Cette nuit pas comme les autres est une manifestation de la Commission européenne, qui a attiré l’an dernier plus de 1 500 personnes. Quarante chercheurs étaient sur le pont, à la Cité universitaire Canot, pour accueillir le public. Le lieu de rendez-vous de la Nuit des Chercheurs change tous les ans, et en cette rentrée 2015 ce sera le Parc de l’Observatoire qui sera le théâtre de nombreuses découvertes. L’Université de Franche-Comté, à travers son service Sciences, arts et culture a choisi cette année la thématique de l’Expérience, l’Expérience avec un grand E, un mot clé pour tout scientifique qui se respecte ! Des expériences de laboratoires seront reproduites devant le public, dans des domaines très divers, de la chimie à la biologie, en passant par la psychologie.

À noter également un temps fort pour cette saison 10 : un focus sur l’économie expérimentale, à laquelle vous êtes chaleureusement invités à participer… Il s’agit de mobiliser plusieurs milliers de personnes à travers toute la France, sous la forme d’un jeu de rôle, afin d’étudier nos

comportements vis-à-vis d’un bien commun. Les chercheurs du département d’optique de l’Institut FEMTO-ST proposeront quant à eux une expérience sur la fibre optique, mais on pourra aussi comprendre comment les petits rongeurs peuvent nous aider à protéger notre planète. Ces derniers nous permettent en effet de suivre la circulation des polluants au sein d’un écosystème. Il faut dire que la Nuit des Chercheurs permet aussi de rendre plus concrètes, en expliquant leur application dans la vie de tous les jours, des expériences qui peuvent paraître bien complexes au néophyte. Toutes les expériences sont à suivre de 19h à 23h dans le parc et les bâtiments historiques de

l’Observatoire, avec une mise en lumière par les étudiants de la formation Métiers du spectacle du Lycée Pasteur (DMA), accompagnés par le scénographe Jean-Michel Mourey. L’occasion de faire découvrir ce site exceptionnel à de nombreux visiteurs.

Année de la lumière oblige, des « Rencontres dans le noir » seront également instituées. Des groupes de visiteurs seront enfermés dans le noir durant vingt minutes en compagnie d’un chercheur. Une « expérience » à vivre assurément ! Le Jeu du bouche à oreille consistera quant à lui à étudier – toujours sur un mode ludique – la manière dont une explication scientifique évolue au grès

des rapporteurs, de la parole originelle du chercheur aux différentes personnes qui vont la rapporter. Mais cette liste est loin d’être exhaustive et d’autres expériences seront à découvrir !

- Manu Gilles -

La Nuit Européenne des Chercheurs, Besançon, Observatoirevendredi 25 septembre de 19h à 23h

Création vidéo

témoignagescollectivités

culturefilms d’entreprise

associationsévénementiel...

www.25imagesseconde.fr

© D

iversions

© C

aroline Vo M

inh

> Retrouvez Éric Wilmot en vidéo

Animation de l’an dernierà la Cité Canot de Besançon

5 Culture et actualité en Franche-Comté

Page 6: Diversions besancon septembre 2015

Musique classique Festival de Musique Besançon Franche-ComtéComme tous les deux ans, l’édition 2015 du Festival de Musique Besançon Franche-Comté sera couplée avec le Concours international des jeunes chefs d’orchestre, comme pour symboliser ce double objectif de faire connaître toute une tradition musicale, et de préparer l’avenir, qu’il s’agisse des futurs chefs... ou du public ! Pour cela le festival proposera notamment des incursions musicales dans la ville, hors des sentiers battus - Pianos-Bar convivial, Boucle musicale, présentations de concerts en introduction... -.

Depuis son arrivée à la direction du festival, Jean-Michel Mathé a tenu à mettre en lumière le répertoire symphonique, avec cette saison un focus sur Brahms.

Le Festival de Musique Besançon Franche-Comté, ce sont aussi des collaborations, des fidélités, comme la venue régulière, depuis deux années, de Guillaume Connesson. Victoire de la Musique classique 2015 pour sa pièce Cythère, le jeune compositeur démontre que musique contemporaine et mélodie... sont compatibles. Cette année plusieurs de ses œuvres seront jouées, dont une à l’occasion du grand concert gratuit d’ouverture, le vendredi 11 septembre aux Prés-de-Vaux, une pièce appelée à point nommé pour une inauguration, « Feux d’artifice ».

C’est Dennis Russell Davies qui est cette année le chef d’orchestre associé, assurant également la présidence du jury du

concours des jeunes chefs. Le 18 septembre sa baguette dirigera l’Orchestre symphonique de Bâle au Théâtre Ledoux, une soirée qui promet d’être fougueuse avec notamment des scènes burlesques de l’opéra d’Igor Stravinsky, Petrouchka, qui relate une fête populaire à l’occasion d’un Mardi gras.

Difficile de donner une vision exhaustive des quelques mille artistes qui s’apprêtent à fouler les terres de Franche-Comté, à Besançon et dans plusieurs autres villes, lieux du patrimoine et salles de spectacles. Le

festival s’organise d’ailleurs à travers de très nombreux partenariats. C’est ainsi que l’Abbaye de Baume-les-Messieurs accueillera, le 13 septembre à 17h, un programme dédié à la musique vocale du XXe siècle, une carte blanche à Guillaume Connesson qui invite pour l’occasion l’ensemble vocal Sequenza 9.3. La Saline royale d’Arc-et-Senans invite le 18 septembre l’ensemble de musique de chambre Tetraktys à venir interpréter l’Octuor de Schubert, avant une découverte nocturne de ses jardins.

Quant à la ville de Belfort, elle verra le 22 septembre la venue de François-Frédéric Guy, qui a décidé de s’attaquer à son Everest à lui : l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven, un temps fort du festival co-produit par Le Granit, scène nationale de Belfort. À noter que la seconde partie de cette intégrale sera à voir le lendemain soir à Besançon au Théâtre.

Le Concours international des jeunes chefs d’orchestre, qui vit sa 54e édition, est à découvrir, en entrée libre, du 15 au 20 septembre, au Kursaal à partir des huitièmes de finale le 15 septembre, avec une finale le dimanche 20 septembre à 16 h au Théâtre Ledoux. Les trois finalistes s’affronteront, dirigeant l’Orchestre symphonique de Bâle, avec notamment au programme une création mondiale de Guillaume Connesson, commande du festival.

D’autres couleurs musicales sont aussi à découvrir, du jazz cap-verdien de Carmen Souza le 11 septembre à 22 h à La Rodia, au tango du groupe Soledad le 26 septembre.

- Dominique Demangeot -

68ème Festival de musique Besançon Franche-Comté – Du 10 au 26 septembre www.festival-besancon.com

Le chef d’orchestre associéDennis Russell Davis

© Yves Perton

Ensemble Tetraktys

© Reinhard

Winkler

6Culture et actualité en Franche-Comté

Page 7: Diversions besancon septembre 2015

C’est sur un grand week-end d’ouverture que débutera, comme l’an dernier, la nouvelle saison du CDN à Besançon. Une nouvelle saison qui ouvrira son rideau sur le Stand 2000 du Théâtre Group’. Pour l’occasion le parvis du théâtre accueillera un stand forain aux allures kitsch. Un moment décalé pour ouvrir la saison 2015-2016 du Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté, à voir les 19 et 20 septembre.

C’est ensuite la Cave, ce lieu réinvesti depuis l’arrivée de la directrice Célie Pauthe, qui accueillera du 29 septembre au 10 octobre Retour à Reims, qui traite de la rupture avec le milieu d’origine, un cas de conscience s’incarnant dans un intellectuel parisien qui s’est coupé du milieu ouvrier qui l’a vu naître. Guillaume Delaveau reviendra ensuite à Besançon avec sa nouvelle création, coproduite par le CDN. Histoires à la noix retrace trois épisodes marquants de notre histoire de France, durant lesquels s’est élaborée la citoyenneté telle qu’on la conçoit dans l’hexagone. Histoires à la noix, comme quatre autres spectacles cette saison, est une pièce pour tout public - ici à partir de dix ans -.

Mais le Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté accueille aussi des créations qui se préparent et naissent sur son plateau. Ce sera le cas en novembre avec le duo auteur/metteur en scène Violaine Schwartz et Irène Bonnaud, qui prennent ici comme point de départ une catastrophe : l’écroulement d’un immeuble à Dacca, la capitale du Bangladesh, en avril 2013. Comment on freine ? s’interroge sur ces usines du bout du monde dans lesquelles on confectionne des vêtements pour de nombreuses marques occidentales, souvent au mépris des conditions sociales. La pièce construit un pont entre l’occident et ce que l’on appelle communément le tiers-monde, réflexion sur nos modes de consommation. À noter qu’une petite forme sera également montée en collaboration avec les étudiants du DEUST Théâtre de l’Université de Franche-Comté, « des petits commandos » comme

les surnomme Célie Pauthe, qui s’en iront jouer cette petite forme dans différents lieux, inspirée des ouvrières de l’usine Weil à Besançon. Une manière de dire que la lutte sociale concerne aussi nos propres usines.

Quant à la directrice du CDN, elle collaborera cette saison avec le metteur en scène Claude Duparfait sur le projet de ce dernier, un hommage à Ravel intitulé Mon Maurice. La pièce sera présentée en septembre 2016 au Festival de Musique Besançon Franche-Comté, mais également en avant-première à Fraisans et Saint-Claude en avril prochain.

C’est en collaboration avec la Scène nationale bisontine, Les 2 Scènes, que seront accueillis plusieurs spectacles cette saison. Il y aura d’abord la pièce du metteur en scène italien Romeo Castellucci, qui a fait couler beaucoup d’encre, Sur le concept du visage du fils de dieu. La pièce met en regard le divin et l’humain, le visage du Christ tendu sur une grande toile en fond de scène, et devant elle un vieillard faisant face à sa propre déchéance. Christoph Marthaler viendra quant à lui présenter King Size, une pièce qui fait de la musique son matériau principal. Des standards de tous styles sont réarrangés dans cette pièce où le théâtre de boulevard rencontre l’absurde, où Polnareff côtoie la musique sérielle, Schumann, Bach et la Motown... pour mieux dénoncer le monde bourgeois et ses petites dissonances.

De nombreux autres rendez-vous sont d’ores-et-déjà pris avec le CDN, depuis le répertoire classique - le Tartuffe créé par Benoît Lambert l’an dernier, La Ménagerie de verre de

Tennessee Williams mise en scène par Daniel Jeanneteau -, jusqu’à un théâtre contemporain qui sort des murs, à l’image du Théâtre de l’Unité, d’Audincourt, qui viendra présenter en décembre 2500 à l’heure, condensé de deux millénaires et demi d’histoire du théâtre.

- Dominique Demangeot -

www.cdn-besancon.fr

Théâtre Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté

Les 2 Scènes Rentrée de la Scène nationale de BesançonDans l’édito de la nouvelle plaquette de saison des 2 Scènes, la directrice Anne Tanguy évoque la notion de partage. Une ouverture d’esprit, un décloisonnement que les 2 Scènes souhaitent incarner une nouvelle fois dans cette programmation 2015-2016 qui convoquera théâtre et concerts, danse, cirque ainsi que des formes transversales.

De cette nouvelle saison particulièrement dense, citons tout d’abord le souhait de présenter au public l’opéra moderne. L’art lyrique n’est pas mort ! Il s’adapte à notre temps. Ainsi Les 2 Scènes coproduiront en décembre Le Nozze Di Figaro, de Mozart, en partenariat avec trois autres théâtres. En prévision également, un grand projet lyrique entre Bourgogne et Franche-Comté, en collaboration avec l’Opéra de Dijon et l’Ensemble Justiniana. Cette saison, les publics sont d’ailleurs invités à découvrir des spectacles entre Besançon, Dijon et Vesoul.

Dès octobre, le saxophoniste Sylvain Rifflet rendra hommage à un compositeur méconnu, Moondog, qui a pourtant côtoyé Ginsberg, Parker et autres grands créateurs des années 60. Perpetual Motion est une partition entre jazz, musiques anciennes, traditions caribéennes et amérindiennes, avec la participation d’un chœur issu du Conservatoire du Grand Besançon.

Les collaborations se poursuivent avec les différents artistes associés. La chorégraphe Ambra Senatore entamera ainsi sa quatrième année de partenariat avec Les 2 Scènes, un compagnonnage au long cours qui l’amènera notamment, en mai 2016, à investir différents lieux de Besançon avec de courtes pièces qu’elle aura mises au point en partie dans la capitale comtoise. Elle créera également sa pièce Petites Briques.

À suivre aussi les projets de la compagnie Un Château en Espagne qui revisitera le conte de Blanche-Neige. Blanche est un spectacle pour le jeune public où le point de vue bascule du côté... du chasseur.

Le Surnatural Orchestra entamera quant à lui sa seconde année de résidence, avec en bouquet final une création sous chapiteau fin mai 2016, en compagnie d’acrobates et d’une funambule. Trois jours de spectacles seront mis en place du 31 mai au 1er juin 2016. Le public pourra aussi découvrir Boris Gibé. Avec sa compagnie Les Choses de rien, avant une création d’envergure en 2017, il présentera en janvier un premier spectacle déjà existant, Bienheureux sont ceux qui rêvent debout sans marcher sur leurs vies, l’occasion de glisser un pied dans l’univers de Boris qui fusionne arts circassiens, danse et nouvelles technologies. En 2015-2016, la compagnie partira également à la rencontre de plusieurs structures, comme l’école d’art de Besançon ou encore un lycée technique... sans oublier le public !

L’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté demeure lui aussi un partenaire naturel de la scène nationale bisontine, conviant notamment lors de cette saison à venir plusieurs jeunes artistes qui prouvent que la virtuosité n’attend pas nécessairement le nombre des années. En matière de création, un concerto-jazz pour piano est notamment en préparation.

Le festival Danse & Cinéma connaîtra enfin sa deuxième édition en février prochain, un temps fort qui vise à croiser les publics et à faire dialoguer les deux disciplines. Des expositions et des performances seront aussi au programme.

- Paul Sobrin -

Les Deux Scènes, Scène nationale de Besançonwww.lesdeuxscenes.fr

Le Stand 2000 du Théâtre Group’ ouvrira la saison du CDN les 19 et 20 septembre prochains

© Théâtre G

roup’

King Size les 26 et 27 janvier

Perpetual Motion les 9 et 10 octobre

© Bryan M

urray

© Tricyclique D

ol

Blanche en novembre

© D

R

Le collectif bisontin Tricyclique Dol vous donne rendez-vous en octobre à l’occasion de «Cheminement-s», spectacle/installation déambulatoire dans un hangar

© D

R

7 Culture et actualité en Franche-Comté

Page 8: Diversions besancon septembre 2015

Autechaux Une épicerie bio dans le Pays BaumoisC’est aux beaux jours, le 16 mai dernier, qu’a ouvert l’Épi’Bio à Autechaux, épicerie bio qui propose des produits frais, boissons, pains et autres bons produits conçus de manière raisonnée. Le maîtres mots dans la petite boutique d’Amandine Charbonnier : production locale et circuits courts.

C’est une reconversion radicale qui a conduit Amandine dans la petite commune du Pays Baumois. Suite à des soucis de santé, elle a dû cesser son activité d’informaticienne, voyant dans le même temps surgir l’opportunité de mener à bien son projet d’épicerie bio. Une idée qu’elle avait en tête depuis quelques années déjà… « J’ai beaucoup d’amis producteurs bio dans le coin, donc finalement c’était le bon moment pour le faire », nous explique la jeune femme, qui n’a pas hésité à transformer son garage personnel en épicerie, et effectuer des démarches administratives afin que le local soit agréé en tant que ERP niveau 5 – établissement recevant du public -.

La création du magasin répond à un réel besoin sur la région. « J’ai choisi Autechaux car je suis chez moi et du fait que mes enfants sont encore petits, je ne pouvais pas me permettre d’ouvrir un commerce à Baume-les-Dames ». Amandine croit dur comme fer aux collaborations locales, travaille avec la ferme d’Uzelle qui s’est installée il y a un an. « Ils ont commencé la production de fromages de chèvre il y a un mois ». Parmi ses fournisseurs, on trouve aussi les maraîchers bio de la Ferme Sous la Côte à Fontaine-les-Clerval. Dans la même commune, Kevin lui

fournit sirops, confitures, tisanes de fabrication artisanale. « Je travaille aussi avec un autre maraîcher bio qui est à Sancey et qui vient de s’installer ». Pour l’anecdote, ce dernier est lui aussi un ancien informaticien ! « Je travaille aussi avec la fruitière de Sancey pour la cancoillotte, car il n’y a pas beaucoup de cancoillotte bio ». En matière de bières, on trouve la Franche, produite dans le Jura, « à ma connaissance, le seul producteur de bière entièrement bio de Franche-Comté ».

Le bio, Amandine y est sensibilisée depuis longtemps. « Il y a une bonne dynamique autour de Baume-les-Dames vis-à-vis de

l’agriculture biologique, de manger mieux, sainement, cela fait partie de mes valeurs, donc je suis restée dans cette optique pour ouvrir l’épicerie ». Pour les fruits, Amandine se fournit dans le Sud de la France car il est difficile de s’en procurer dans notre région, à l’exception des pommes pour lesquelles il faut attendre fin août – respect des saisons oblige -. Et pour les fruits notamment, les clients reviennent ! « Le goût du vrai fruit », comme le dit Amandine, en est la raison principale. Deux paysans boulangers fournissent Amandine en pain. Épi’Bio informe ses clients des légumes et des fruits qu’elle reçoit, en vue de commandes groupées.

Un site internet est de plus en cours de construction. La clientèle d’Épi’Bio provient en général de Baume-les-Dames, mais aussi de plus loin : Anteuil, Larians, Passavant, Rougemont. Mine de rien, l’épicerie remplit aussi un rôle social. Des moments de partage sont ménagés autour de dégustations pour faire connaître les producteurs et leurs produits. Amandine est également coordinatrice du groupe local Colibri de Baume-les-Dames. « J’avais beaucoup de personnes qui voulaient manger local, sain et de préférence bio, donc je me suis lancée mais je n’ai pas fait d’étude moi-même ». Le panier moyen chez Épi’Bio se situe entre 25 et 35 euros. Mais comme souvent dans une création d’entreprise, les fruits du travail ne se récoltent pas nécessairement de suite ! « Je n’arrive pas encore à me dégager un salaire, et comme tout petit commerce qui se lance, je me laisse un an avant de prendre des décisions ».

- Caroline Vo Minh -

L’Épi’Bio se situe au centre du village d’Autechaux, dans la Grande Rue à côté des écoles et de la micro-crêche, ouvert le lundi et mardi de 15h30 à 18h30, le mercredi de 9h à 12h, le jeudi de 9h à 12h et de 15h30 à 18h30, le vendredi de 9h à 12h et de 15h30 à 19h, et le samedi matin de 9h à 12hwww.facebook.com/epibiocomtoise

Environnement Festival des Jardins de la Saline royaleLa Saline royale fête cette année la quinzième édition de son Festival des Jardins. Des créations végétales conçues par les élèves issus d’une vingtaine d’établissements scolaires, font de ce festival un événement unique en France. De l’école primaire d’Arc-et-Senans jusqu’au BTS Design du lycée Nicolas Ledoux de Besançon, ils ont été nombreux à planter leurs graines dans la terre de la Saline royale.

« On leur donne une thématique au mois de septembre, ils travaillent sur cette thématique jusqu’au mois de décembre », explique Denis Duquet, responsable du Festival des Jardins à la Saline royale. Un projet est choisi dans chaque école. De mars à juin, les jardins sont mis en place, les équipes de jeunes jardiniers étant logées et nourries à la saline. Créés par le prédécesseur de Denis Duquet, Patrick Percier, les jardins de la Saline royale, mis en lumière chaque été au sein de leur festival, obéissent à une thématique précise. Cette année, le thème est en résonance avec l’exposition temporaire dédiée aux travailleurs du sel. Différents endroits du monde où est produit le sel sont représentés dans les créations végétales des jeunes.

Charge aux visiteurs de la Saline royale de voyager parmi ces différents jardins qui nous transportent au Vietnam, en Italie, en Amérique latine et dans bien d’autres coins du globe. Des panneaux situent le jardin dans un endroit du monde et apportent quelques précisions supplémentaires. Au final, les ambiances et les esthétiques sont contrastées d’un jardin à l’autre. Au-delà du dépaysement et de la palette renouvelée

chaque été, le Festival des Jardins possède un intérêt pédagogique important pour les élèves qui se destinent aux professions en lien avec les espaces verts. Un exercice à taille réelle, en outre dans l’un des lieux les plus emblématiques du patrimoine franc-comtois, la Saline royale d’Arc-et-Senans. L’occasion pour les jeunes de composer avec les diverses contraintes imposées dans ce type de profession. Il faut en effet avoir à l’esprit la dimension esthétique du jardin, mais aussi les obligations en termes de circulation des publics, de sécurité, et d’autres obstacles techniques ! L’équipe des jardins de la Saline royale est cependant là pour donner un coup de main !

Chaque année, de Grenoble jusqu’à Metz en passant par la Suisse, les établissements envoient donc leurs élèves dans la cité idéale de Ledoux pour y planter leurs graines de jardins. Des jeunes en difficulté, soit d’insertion ou mentale, issus d’IME, sont également accueillis. « On a des spécialités qui sont variées, puisqu’on a bien sûr des écoles qui sont dans l’aménagement paysager mais aussi dans la gestion des espaces naturels », souligne Denis Duquet. « On a des spécialités de métiers qui concernent le travail du métal, la céramique, le travail du bois, l’osier vivant… ». Les jardins, ce sont beaucoup de plantes, de fleurs, mais également d’autres savoir-faire qui sont mobilisés. Ainsi le jardin

Voyage Inca évoque les ruines de cette grande civilisation aujourd’hui disparue. Un tailleur de pierre a accompagné les jeunes sur deux périodes de trois jours pour reproduire des appareillages très spécifiques. « Ce que je trouve bien, c’était qu’il y avait l’accompagnement d’un professionnel, et ils sont allés jusqu’au bout de leur projet avec la satisfaction du travail achevé », se réjouit Denis Duquet

Et si les jardins renaissent chaque année sous un jour nouveau, d’autres projets se préparent sur un plus long terme. Est ainsi envisagé pour les années à venir, à la Saline royale, l’éclairage des jardins qui devrait ajouter une dimension supplémentaire à ces créations éphémères. Pour l’heure, les jardins version 2015 accueillent les visiteurs jusqu’au 18 octobre prochain. Profitez-en !

- Marc Vincent -

15ème Festival des Jardins – Jardins de Voyageurs, Saline royale, Arc-et-Senans, du 13 juin au 18 octobre Ouverture en septembre : 9h-18h, et octobre : 9h-12h/14h-18hwww.salineroyale.com

© Reinhard

Winkler

© C

aroline Vo M

inh/Diversions

Amandine Charbonnier

© D

iversions

> Retrouvez le Festival des Jardins de la Saline royale en vidéo

8Culture et actualité en Franche-Comté

Page 9: Diversions besancon septembre 2015

L’actualité du commerce dans le Grand Besançon 9

Stéphanie Cheval, qui tenait auparavant la galerie Granvelle à Besançon, a ouvert sa nouvelle boutique le 18 novembre 2014. Chez Mlle Mon Fil à Bijoux, on trouve des bijoux tendance et d’autres objets dans l’air du temps.

“C’était vraiment mon souhait : développer quelque chose qui n’existait pas sur Besançon”, nous explique Stéphanie Cheval. Avec un panier moyen très accessible, Melle Mon Fil à Bijoux touche notamment un public jeune, mais pas seulement. Sa dernière expérience rue de la Préfecture, assez éloignée des artères passantes du centre-ville, a décidé Stéphanie à installer sa nouvelle boutique dans un endroit plus commerçant de la capitale comtoise. “J’étais trop éloignée auparavant, j’en ai beaucoup souffert. Il fallait vraiment que je me rapproche au mieux du centre et un heureux hasard a fait que j’ai trouvé ce local”, nous explique Stéphanie qui a installé Melle Mon Fil à Bijoux au 9, rue Moran. Une fois peinture et décoration refaites, les fleurs sont arrivées, pour la touche féminine. “Je voulais quelque chose de girly sans tomber dans le rose bonbon, il fallait faire le lien entre le plafond et le sol qui étaient noirs. Du coup

facebook.com/kausiabesancon

après des heures de recherches sur internet, je suis tombée sur ce papier peint et cela a été le fil conducteur de la boutique avec le logo, les arabesques”.

Le nom de la boutique qu’a fondée Stéphanie trouve son origine dans une activité qu’elle pratiquait. “Je confectionnais des tableaux sur des plaques de bois, pour fixer les bijoux des filles. Je leur avais donné le nom : “Mon fil à bijoux”. C’est devenu Melle, car Melle c’est plus tendance !”. Dans sa boutique, on peut trouver certaines de ses créations, car Stéphanie a commencé à créer des bijoux en 2012. “Je commençais à en vendre, cela m’amusait et m’occupait, alors j’ai continué”. D’autres fournisseurs sont bien sûr proposés chez Melle Mon Fil à Bijoux, des montres à 49 euros qu’on noue au poignet avec des bracelets inter-changeables, des bracelets en plaqué or, boucles d’oreilles, bagues, colliers, ras de cou… “J’ai une marque : Diamanti Per Tutti, une marque belge qui propose des diamants sur du plaqué or à des prix hyper

concurrentiels”. Malgré les tarifs étudiés, les créations restent “très fines et élégantes”, comme le souligne Stéphanie. On trouve aussi sacs, accessoires, paniers, petites pochettes. “Je réalise aussi des petits bijoux sur demande à partir de 22 euros”.

Quant à l’approvisionnement, il est étudié lui aussi. “J’essaie de commander des petites quantités pour ne pas que tout le monde ait les mêmes choses”. Les articles sont à découvrir sur des meubles en bois, “car c’est une matière qui vit, c’est chaleureux”. Le verre, c’est pour les bijoux, pour jouer sur les transparences. “J’ai chiné tous les meubles au marché en ville, sur le Bon Coin…”, ajoute Stéphanie qui met aussi un point d’honneur à bien conseiller ses clientes, quitte à ne pas vendre un bijou s’il ne lui va pas !

- Textes et photos : Caroline Vo Minh -

Bijoux/Accessoires Melle Mon Fil à Bijoux

Stéphanie Cheval

9 rue Morand à Besançon www.monfilabijoux.com

Page 10: Diversions besancon septembre 2015

L’actualité du commerce dans le Grand Besançon 10

Une nouvelle enseigne de restauration a ouvert récemment dans la rue Claude Pouillet bien connue des noctambules bisontins. “Chez Davy”, du nom de son propriétaire et fondateur, vous accueille à midi et en soirée, et vous propose sandwichs, hamburgers, tapas ainsi que quelques formules plats. Les mots d’ordre : produits frais et convivialité.

Après des études de cuisine au lycée Condé, c’est pourtant dans la vente que Davy part travailler. Après avoir quitté son emploi chez les Cycles Robert, où il vendait des scooters et des motos, lui vient l’idée d’ouvrir une sandwicherie. “Je voulais travailler pour moi, j’ai des amis suisses qui ont ouvert une sandwicherie fine à Bienne et j’ai trouvé cette idée géniale avec des sandwichs élaborés, de meilleure qualité, avec des bons produits”. Davy pense que les clients sont prêts à payer un peu plus pour avoir quelque chose de bon dans l’assiette. “J’aime bien cuisiner pour ma famille, des amis, cela a toujours été une passion”.

Si Davy n’avait aucune connaissance dans le domaine de la gestion création, le projet s’est pourtant monté en trois mois. Il a effectué une formation à la chambre de

facebook.com/kausiabesancon

commerce en très peu de temps, et a dû passer la licence d’exploitation pour pouvoir vendre de l’alcool. Dans cette ancienne pizzeria fermée depuis un an, tout était à refaire. “J’ai été aidé par la famille, les amis, tous les gens qui sont inscrits sur la petite barre noire sont ceux qui m’ont aidé et je les remercie de cette façon !”. La perspective d’ouverture de l’îlot Pasteur dans quelques mois a séduit Davy, tout comme la réfection de la rue Claude Pouillet. “Le fait que des commerces autres que des bars de nuit s’installent dans cette rue prouve aussi que l’endroit va changer”.

Un ami menuisier a proposé à Davy de réaliser une table en chêne et un bar avec les lattes de plancher qui restaient des travaux. Une table qui peut accueillir 22 personnes. “Le pari était un peu osé et mes proches me disaient que personne n’allait s’assoir à côté de personnes qu’on ne connait pas“, explique Davy. “Finalement cela fonctionne très bien. Au début de la soirée les gens ne se parlent pas trop, puis après avoir mangé un peu ils discutent entre eux, font connaissance”. Le bar compte

quant à lui une douzaine de places. Davy souhaitait une ambiance chaleureuse avec du bois, un grand miroir. Chez Davy, on trouve des burgers confectionnés à partir de steaks de 160 g, cuisinés selon des recettes comprenant de l’aubergine et du comté. Davy propose également des tapas. En accompagnement, des frites faites maison… à volonté ! “Pour ma recette je choisis de la charcuterie fine que j’achète chez Taurin à Salins les Bains. Tout mon fromage vient de la fruitière d’Étalans et les légumes viennent du marché”. Davy essaie de travailler avec des produits régionaux et de qualité, tout en proposant des tarifs attractifs.Des soirées karaoké vont être également bientôt lancées. “On en trouve de moins en moins sur Besançon. Quand on passe un peu de musique, les gens se mettent à chanter, ils aiment bien, c’est très convivial”, ajoute Davy.

- Textes et photos : Caroline Vo Minh -

Restauration Chez Davy

Davy Muller, fondateur de la sandwicherie Chez Davy, à découvrir 11 rue Claude Pouillet à Besançon

11 rue Claude Pouilley à Besançon Ouvert de 12h à 14h et le soir de 19h jusqu’à 22h30

Page 11: Diversions besancon septembre 2015

Musiques actuelles C’est la rentrée à Brainans !Le Moulin de Brainans vous donne rendez- vous en cette rentrée 2015, le dimanche 20 septembre à l’occasion des Journées européennes du patrimoine. De 10h à 18h, le public est invité à venir découvrir les coulisses de la salle des musiques actuelles jurassienne, mais aussi à rencontrer sur scène, dès 17h30, le groupe Carol’s Cousin. Coup d’envoi folk blues d’une saison qui vous réserve bien d’autres déambulations musicales.

On restera dans une veine blues le 3 octobre avec la venue du duo Heymoonshaker, même si l’ajout d’un beatboxer donne à leur musique une dimension plus urbaine. Quelques jours plus tard le 10 octobre, le Moulin accueillera le fameux Collectif 13, né de l’union de quelques stars de la scène française - Tryo, La Rue Ketanou, Massilia Sound System -, une soirée qui verra également la venue du très prometteur chanteur Alfred Massaï, pour des envolées folk blues teintées de musiques d’Afrique et d’ailleurs.

Cette nouvelle saison au Moulin de Brainans se partagera entre rock/métal – Lofofora le 23 octobre, No One Is Innocent le 12 décembre – et musiques du monde, à l’image du reggae des Gladiators le 10 novembre, dont la première partie sera assurée par un artiste de Besançon, Caporal Poopa. Le 13 novembre, c’est la pop sombre et habitée de Laetitia Sheriff qui envahira le Moulin, avant que ne déboule quelques jours plus tard, la troupe bigarrée d’Asian Dub Foundation. Une soirée placée sous le signe de la Dub/Electro puisque seront

également présents Hilight Tribe. Ambiances planantes en perspective ! À noter que ce concert se déroulera, le 21 novembre, à la salle de l’Oppidum à Champagnole. Une autre date à retenir est celle du 27 novembre. Le chanteur vosgien Jack Simard ouvrira la soirée pour Les Ogres de Barback. Nous avions rencontré le chanteur en avril dernier, et Diversions vous proposera pour l’occasion une interview du bonhomme dans son édition de novembre !

- Manu Gilles -

Programmation complète : www.moulindebrainans.com

Dole Week-End Gourmand du Chat PerchéVos papilles et vos yeux vont déguster en cette rentrée à Dole… C’est en effet un événement qui satisfera votre faim de bons produits et votre soif de connaissances, qui s’apprête à s’installer à Dole du 25 au 27 septembre prochains. Trois jours durant lesquels saveurs et patrimoine feront bon ménage lors de ce Week-End du Chat Perché, une appellation comme un clin d’œil – de chat – aux fameux contes de Marcel Aymé.

Le Week-End Gourmand du Chat Perché met le cap sur l’artisanat et le commerce local. Et c’est justement l’un des fers de lance de l’art culinaire dans notre région, Jean-Paul Jeunet, le chef 2 Étoiles du restaurant du même nom à Arbois, qui parraine cette première édition. À cette occasion, Dole accueillera sa ville jumelle Tabor, située en République Tchèque et qui, dans le Village

des Commères sur la place aux Fleurs, samedi et dimanche, dépêchera ses producteurs, en tant qu’invitée d’honneur. Difficile de répertorier toutes les propositions de ce Week-End Gourmand du Chat Perché, entre les animations du Cercle des Jurapicuriens, qui promeuvent le département, les ateliers chocolat / parfum, vins et fromages, les déambulations en cœur de ville sur les traces du fameux Chat Perché... Plusieurs hauts-lieux du patrimoine dolois seront mis en avant lors de ce week-end pas comme les autres, depuis la Visitation jusqu’à la Chapelle des Jésuites, en passant par Le Manège de Brack.

Au Manège de Brack, auront lieu le vendredi 25 septembre les Rencontres Régionales du Bien-Manger, avec des démonstrations et des dégustations proposées par les élèves du Centre de Formation d’Apprentis (CFA) de

Gevingey et du Lycée Friant. Des expositions et des colloques sur les produits francs-comtois, mais aussi sur l’agriculture biologique, l’éco-consommation, seront également mis en place. L’occasion de rappeler que tout est finalement lié, depuis la culture des produits jusqu’à leur transformation par les différents artisans, en passant par des gestes écologiques pour protéger notre environnement et la biodiversité… Nous faisons tous partie d’une grande chaîne ! À noter que le matin, le Concours professionnel des meilleures saucisses de Montbéliard IGP proposera au grand public d’assister aux pré-sélections en vue du Concours général agricole de 2016. En outre, un concours de création culinaire a été organisé en amont du Week-end gourmand sur le thème visuel du chat. Les tourtes sélectionnées par l’organisation

professionnelle des Bouchers Charcutiers Traiteurs seront exposées.

Métiers et savoir-faireAu sein des différents villages organisés les 26 et 27 septembre, les vignerons proposeront des animations, tandis que le Village de Delphine et Marinette sur la place nationale, le marché couvert et les Halles accueillera notamment fermes vivantes, stand maquillage pour les enfants, guinguette et barbecue... Seront également présents au Village du Passe Muraille, rue et Maison Pasteur, des artistes et des artisans, mais aussi des MOF – Meilleurs Ouvriers de France - qui effectueront des démonstrations.

La cultureLe Village Marcel Aymé, situé place de la Sous-Préfecture, vous donne également rendez-vous pour des animations culturelles autour de l’auteur des Contes du Chat Perché et de La Jument Verte.

- Manu Gilles -

Week-End Gourmand du Chat Perché, Dole, divers lieux, du 25 au 27 septembreProgrammation complète : www.weekend-gourmand-dole.fr

Collectif 13

© D

R

© D

iversions

> Retrouvez l’un des chefs invités, Joël Césari, en vidéo

11 Culture et actualité en Franche-Comté

Page 12: Diversions besancon septembre 2015

Lons-le-Saunier Les animaux s’affichent à La Maison de La vache qui ritÀ plumes, à poils ou à écailles, les animaux prennent la pose à La Maison de La vache qui rit. Jusqu’au 3 janvier prochain, la célèbre vachette vous invite à découvrir toute une ribambelle d’animaux qui, comme elle, ont fait les beaux jours de l’affichage publicitaire.

L’exposition à Lons-le-Saunier ravive en effet l’âge d’or de l’affiche, popularisée de belle manière après la Seconde guerre mondiale par de nombreux artistes, illustrateurs et graphistes. « C’est assez rare de rassembler des affiches autour du sujet animalier », souligne Laurent Bourdereau. Le nouveau directeur de La Maison de La vache qui rit, qui a pris ses fonctions au début de l’été, évoque également une exposition véritablement familiale. Les enfants retrouveront en effet les animaux facétieux et colorés de leurs contes, tandis que grands-parents et parents se rappelleront ces affiches d’une autre époque, remplacées aujourd’hui par l’infographie moderne. L’exposition s’appuie sur une partie du

fond d’un collectionneur québécois, Marc H. Choko, passionné d’affiche depuis les années 60, et qui nous offre ici une belle rétrospective de ce qu’était l’art de l’affiche, à une époque où n’existaient pas encore l’infographie et les logiciels. De Savignac et ses publicités pour Monsavon, jusqu’à l’École de Bâle, et le rôle décisif qu’elle a joué dans le graphisme et le design, Bêtes d’affiches revient sur une période très féconde en matière d’illustration.

Plusieurs de ces illustrateurs font aujourd’hui partie du patrimoine français, considérés comme de véritables artistes. La preuve en

est qu’on les retrouve de nos jours régulièrement dans les collections des musées… Des dessinateurs, devant leur feuille blanche, avaient pour mission d’élaborer des messages publicitaires accrochant l’œil. De beaux exemples se retrouvent au sein de l’exposition Bêtes d’affiches, dans laquelle une armée d’animaux se présente à nous. On se rend compte aujourd’hui qu’un travail minutieux a été effectué pour étudier tous ces animaux, à qui l’on a attribué, pour nous les rendre plus proches, des caractères humains. De la fidélité du chien, à la fougue du poulain, en passant par la malice du singe, c’est un bestiaire vivant et ludique qui est à découvrir dans l’exposition. Bêtes d’affiches

se découpe en différentes sections pour davantage de lisibilité, autour du chat, de l’oiseau et de bien d’autres animaux, un parcours à suivre en famille, avant d’aller faire une pause sur la terrasse de La Maison de La vache qui rit, pour y déguster des produits confectionnés à partir du fromage connu internationalement !

La Maison de La vache qui rit ne pouvait bien sûr omettre le clin d’œil à la star à cornes... Au premier étage, on trouve ainsi une section dédiée aux affiches qui représentent des vaches. On se rend alors compte qu’au-delà de la fameuse vachette à la robe rouge, les publicitaires ont eu plusieurs fois recours à nos amis bovins, de manières très diverses. « C’était aussi l’occasion de mettre en regard les affiches que l’on a dans la collection, comme celles de Benjamin Rabier, avec d’autres graphistes qui ont travaillé aussi sur cette thématique », conclut le directeur.

- Dominique Demangeot -

Exposition Bêtes d’affiches, jusqu’au 3 janvier 2016, La Maison de La vache qui rit, Lons-le-Saunier www.lamaisondelavachequirit.com

© D

iversions

> Retrouvez l’exposition en vidéo

12Culture et actualité en Franche-Comté

Page 13: Diversions besancon septembre 2015

Industrie Une nouvelle machine chez Laser EvolutionLe groupe industriel Techni-Partners inaugurait le 18 juin dernier le nouvel outil de l’une de ses entreprises, Laser Evolution. Sur le site de la société, à Bussurel, chefs d’entreprises et partenaires territoriaux étaient invités à découvrir cet équipement.

La dernière machine de découpe de Laser Evolution est en marche depuis fin 2014. “Nous l’avons inaugurée un peu plus tard pour des questions d’organisation”, confie Jean-Luc Maffli. Pour l’occasion, Laser Evolution avait convié plusieurs artistes pour une inauguration en musique, l’un des spectacles rappelant d’ailleurs l’esthétique industrielle, dans une ambiance très “Tambours du Bronx” !

Le président du groupe Techni-Partners nous explique que cette nouvelle machine est plus rapide à la découpe que les précédentes, renforcée d’une assistance matérielle pour éviter la déformation des pièces. Il est également possible désormais d’utiliser des pièces plus épaisses, moins coûteuses et qui souffrent moins de l’usure. Cette nouvelle génération de machines gagne de plus en productivité. Une acquisition qui s’inscrit parmi plusieurs projets mis en place par Laser Evolution dans le cadre de son développement. Avec une telle technologie, “nous aspirons à mieux nous affirmer dans la découpe laser”, souligne Jean-Luc Maffli. Dix pour cent de la production de Techni-Partners s’effectue en direction de l’export, et la machine dernier cri de Laser Evolution pourrait encore ouvrir le groupe à des marchés supplémentaires. L’investissement s’élève à 1,2 millions d’Euros, les 20% d’investissement restants ayant été alloués par la région Franche-Comté, au titre des avances remboursables à taux zéro.

Le Groupe Techni-PartnersLe groupe Techni-Partners se compose de trois entreprises francs-comtoises. Une complémentarité qui permet une certaine autonomie. Ainsi des ensembles complets peuvent être réalisés, du prototype jusqu’à la série, la clientèle du sous-traitant obtenant un produit semi-fini ou fini. Techni-Partners se compose de Laser Evolution, spécialisé dans le découpage laser et le pliage, ainsi que de Paget, entreprise œuvrant dans la mécanique générale, l’usinage à

commande numérique et la mécano-soudure. Implantée à Orchamps-Venne près de Pontarlier, Paget est la plus ancienne des entreprises du groupe, avec 25 ans d’existence. En 2008, c’est la société Sathéca, basée à Bart près de Montbéliard, qui rejoint le groupe et lui apporte toutes ses compétences en matière de soudure de précision. Techni-Partners opère dans des secteurs d’activité divers comme le machinisme agricole, la mécanique industrielle, la manutention ou encore le secteur de l’équipement automobile

Adaptation et développementEn période de crise, les axes de développement du groupe ont ouvert des voies dépassant le cadre strict du secteur automobile. La percée de multiples marchés a permis au groupe de reconstituer

ses marges, et générer des résultats afin d’assumer des investissements de manière significative. Laser Evolution “a su se créer beaucoup de valeurs ajoutées”, observe Denis Sommer, vice-président de la région Franche-Comté. L’entreprise fabrique désormais des pièces à la fois plus petites et plus complexes. Il faut dire que la donne a changé. L’époque durant laquelle une société pouvait fonctionner sur un seul client est révolue. “Les cycles fluctuent dans de très nombreux secteurs industriels “, constate Denis Sommer. La clé semble être la diversification, afin d’amortir les chocs de la crise économique, et décupler la clientèle.

- Frédéric Dassonville -

http://techni-partners.fr

© N

oël Mourey

© N

oël Mourey

Le président de Techni-Partners, Jean-Luc Maffli

Une présentation de machine chez Laser Evolution qui s’est accompagnée de deux spectacles, dont un très axé sur l’esthétique industrielle !

Perspective L’actualité économique par le journal DIVERSIONS 13

Page 14: Diversions besancon septembre 2015

Chroniques CD 14

Littératures

ROCK

Strange WildsSubjective Concepts(Sub Pop/PIAS)

À la fin des années 80, l’atmosphère commence à bouillonner à Seattle et à ses alentours. Des groupes formés par des musiciens à peine sortis de l’adolescence répètent dans les caves de la maison familiale. À la baguette, on trouvait un certain Jack Endino, producteur qui savait capter toute l’énergie des groupes avec un son brut, peu produit et rentre-dedans. Ses albums, c’était Rehab Doll de Green River, Screaming Life de Soundgarden, Superfuzz Bigmuff de Mudhoney et Bleach de Nirvana, tous parus sur un petit label, Sub Pop. Un quart de siècle plus tard, même si Sub Pop a grandi, peu de choses ont changé. Les jeunes pousses du label perpétuent la tradition et nous offrent des productions qui portent en elles l’ADN de la scène rock locale. Le trio guitare/basse/batterie transforme un mal être et une rage en énergie explosive qui ne fléchit pas un instant, de la première à la dernière piste. La parenté avec Bleach ou les pistes produites par Endino de Incesticide ne pourra être reniée et le groupe en a bien conscience. Mais Strange Wilds n’est pas une copie de Nirvana et pose sa patte grâce à une section rythmique solide avec des morceaux hardcore comme Egophilia ou punk comme

Disdain. Toujours dans un son nineties, Lost And Found est un clin d’œil aux Pixies alors que la plus détendue Autothysis baisse le regard sur Pavement. Avec cette première production très nirvanesque, Strange Wilds imposent de nouveau un genre qui même s’il n’a jamais vraiment disparu, démontre qu’il a encore de beaux jours devant lui. - Florian Antunes Pires -

FOLK ROCK

Courtney BarnettSometimes I Sit and Think,and Sometimes I Just Sit(Marathon Artists/PIAS)

De l’Australie, on ne connaissait jusqu’ici, avouons-le, pas grand-chose. Des images de déserts, de kangourous et de surfeurs aux cheveux évidemment peroxydés. De la Tasmanie, encore moins. Tout juste le diable pour les amateurs de marsupiaux. Mais désormais l’Australie, et la Tasmanie donc, ont trouvé leur emblème sous la forme d’une jeune fille pas vraiment belle mais dont les petits doigts boudinés s’agitent mélodieusement bien sur le manche de sa guitare. Sa voix de midinette qu’une jeunesse déjantée lui aurait cramée à coup de clopes et de whisky, traîne savamment sur des airs plus ou moins remuants, qui ne réinventent en rien l’histoire du rock ou de la folk, mais qui donnent furieusement envie de se remettre au lit avec sa fiancée

en lui faisant croire qu’on est dimanche. Autant de fantasmes iconoclastes que la rocaille cachée au fond de la voix de Courtney rend finalement possibles après avoir écouté les deux ou trois premières pistes de son bel album. Le charme de ses chansons opère en effet très vite et les plus nostalgiques (ou les plus fats, qui sont d’ailleurs souvent les mêmes) ne manqueront pas de faire le rapprochement avec l’ancêtre Patti Smith. Pour le prochain opus, nous demanderons simplement à Courtney de nous surprendre autant, en évitant cependant de s’endormir au milieu de l’album comme dans celui qu’elle nous sert aujourd’hui. Parce que bien entendu, tout n’est pas parfait chez Miss Barnett, mais la diablesse (de Tasmanie) a su semer dans nos oreilles des graines d’encore et de pas assez qui nous feront courir à ses concerts et attendre ses prochaines réalisations avec l’impatience d’un Tom Curren attendant la vague ultime sur une plage d’Alice Springs. Attente d’autant plus insupportable qu’il n’y a pas de plage à Alice Springs. Mais comme personne n’en sait rien, l’espoir est donc encore permis. - Philippe Markarian -

ROCK

Neil YoungThe Monsanto Years(Reprise Records/Warner)

Ses 70 ans approchant à grands pas, le Loner pense à son héritage et à la planète

qu’il laissera aux générations futures. Après l’ambitieux et écolo mais très moyen Storytone, Neil Young se lance dans un long pamphlet à l’encontre du géant de l’agro-industrie Monsanto. Ici, exit l’orchestre symphonique. On revient à un son plus lourd. Et pour se lancer dans cette longue missive anti-OGM, le Canadien laisse au repos le Crazy Horse et fait appel à Promise Of The Real, le groupe de Lukas Nelson, fils de Willie. La collaboration est plus que réussie et on penserait presque à l’époque où le Canadien s’associait à Pearl Jam. The Monsanto Years est un album fougueux et rageur, où on sent le guitariste plus remonté que jamais. Si la production s’ouvre sur la lumineuse et optimiste New Day For Love avec ses chœurs gospel, suivie de la ballade folk Wolf Moon, le fervent militant du Farm Aid sort les crocs ensuite, sans y aller par quatre chemins. Il se paye Monsanto ou Starbuck sans utiliser de quelconque métaphore comme sur Rock Star Bucks A Coffee Shop qui derrière sa country alternative au refrain sifflé n’en est pas moins engagée. Country, Workin’ Man l’est aussi avec ce piano honky tonk et l’éternel harmonica du Loner. Dès la première note de Old Black sur Big Box, on sait qu’on a affaire au sommet de l’album, la tornade faite pour ravager les champs d’OGM. Un titre de huit minutes qui s’allonge, où les solos de guitare s’articulent avec les couplets engagés. Plus loin, Rules Of Change adopte un son très nineties qu’on a peu l’habitude d’entendre chez le père d’Harvest. Le solo de If I Don’t Know conclut la moisson 2015 du Loner. Il avait un message à passer. La formule choisie est la bonne et avec cet album, le plus réussi depuis Psychedelic Pill, on gage que ce message va être bien reçu.- Florian Antunes Pires -

THRILLER

Ghislain GilbertiLe Bal des ArdentesAnne Carrière

Un immeuble part en miettes suite à une explosion dans le quartier de Belsunce à Marseille. L’un des personnages désormais fétiches de Ghislain Gilberti, Ange-Marie Barthélémy, demande l’aide de Cécile Sanchez pour profiler le poseur de bombes. Car ce dernier est loin de n’être qu’un plastiqueur à la petite semaine. Voici un criminel particulièrement redoutable, surentraîné et intelligent qui vend ses services au plus offrant, et dont le seul credo est « jouir et détruire ». Ange-Marie et son équipe partent donc à la recherche du poseur de bombes qui baptise ses engins explosifs de prénoms féminins. Il Diavolo est une cible mouvante qui ne laisse habituellement rien derrière elle, exceptée la destruction. On retrouve dans ce troisième thriller l’écriture affûtée de l’auteur belfortain, qui nous emmène cette fois jusque dans le ventre d’une cité sensible, véritable bastion imprenable, la fameuse Tour Rouge de Corbeil Essonnes, réputée pour son

ambiance sulfureuse. Le bâtiment existait vraiment - démoli en 2013 -, mais l’auteur a su la romancer, et lui conférer une dimension encore plus sombre, qui n’a rien à envier aux quartiers les plus dangereux du Bronx... Les adeptes de Ghislain Gilberti retrouveront sans peine son talent de conteur, capable de décrire avec une précision chirurgicale une arme ou une scène de combat. Il sait aussi aller très loin dans la psychologie de ses personnages, d’autant que cette troisième enquête nous montre encore une autre facette de son écriture. - Dominique Demangeot -

ROMAN

Jérôme LeroyJuganLa Table Ronde

Jérôme Leroy s’est fait remarquer récemment en publiant un polar d’anticipation politique Le Bloc (Gallimard, 2012) qui présentait l’évolution du Front national ainsi que les conditions de possibilités de son arrivée au pouvoir. Ce polar fut prolongé par un autre, L’Ange gardien (Gallimard, 2014) qui traitait de la période antérieure au premier

roman, une sorte de préquel, comme on dit aujourd’hui. La politique n’est pas absente de ce roman qui nous décrit le Nord ravagé par le chômage et le retour après 18 ans de prison de Jugan, un ancien terroriste d’extrême-gauche, mais l’essentiel n’est pas là. Dans cet ouvrage qui mélange passion amoureuse et politique, il s’agit de retravailler la figure du monstre. Hanté par L’Ensorcelée (1854) de Barbey d’Aurevilly (1808-1889), Jérôme Leroy attribue à son personnage principal les mêmes caractéristiques que celles de l’Abbé de la Croix-Jugan, laideur physique (cicatrice au visage) et psychologique (manipulateur), reprenant l’histoire de passion/manipulation entre l’Abbé et la jeune noble qui était l’Ensorcelée du livre, l’ambiance surnaturelle ainsi que la structure narrative, avec un témoin chargé de raconter l’histoire de Jugan. Ce dernier, à sa sortie de prison, doit exercer un emploi, c’est ainsi qu’il se retrouve à faire de l’aide aux devoirs dans un centre social. C’est là qu’il rencontre Assia Raffa, une jeune étudiante en BTS, qui s’éprend de lui. Profitant de sa passion, il va la manipuler jusqu’à entraîner la mort de la jeune fille. Jugan n’étant bon au fond qu’à semer la mort. - Martial Cavatz -

ROMAN

Dominique AnéRegarder l’océanStock

Dominique A a souvent revendiqué la littérature comme source d’inspiration. La politesse lui fut renvoyée par de jeunes écrivains (Arnaud Catherine, Olivier Adam) qui écrivirent une série de nouvelles à partir de ses textes (Tout sera comme avant, 2004). Depuis, il s’est essayé à la chronique littéraire dans différents journaux dont Le Monde (reprise dans Tomber sous le charme, 2014) et a réussi un essai mélancolique très remarqué sur sa ville natale Provins (Y revenir, 2011). Regarder l’océan semble en être la suite, sorte de face B de 33 tours qui ne se saisit mieux qu’après l’écoute de la première face. On y retrouve la même mélancolie, la même difficulté à saisir les choses. Les textes de Dominique A y sont souvent à peine esquissés, faits de silences et d’ombres. Il ne cherche pas à rendre son récit linéaire, il n’a pas la prétention de pouvoir tout contenir, même sa propre existence, dans ces textes qui ne sont dès lors qu’une série de pièces d’un puzzle incomplet et destinés à le rester. Quand on essaie de regarder son existence, on reste toujours en surface. - Martial Cavatz -

Page 15: Diversions besancon septembre 2015

Cinéma 15

19 aoûtDragons 2 De Dean Deblois Animation Avec Gerard Butler, Cate Blanchett Astrid et Rustik le Morveux parcourent les cieux à la recherche de nouveaux territoires. Ils découvrent une grotte secrète. La Belle saisonDe Catherine Corsini DrameAvec Cécile de France Carole vit à Paris une histoire avec Manuel. Elle fait la connaissance de Delphine, agricultrice. Les deux femmes vont vivre une histoire d’amour.

AmnesiaDe Barbet Schroeder Drame Avec Max Riemelt, Marthe KellerJo voudrait être engagé comme DJ dans un club branché d’Ibiza. Il rencontre Martha, femme seule depuis quarante ans.

AntigangDe Benjamin Rocher Action Avec Caterina Murino, Jean RenoDes braqueurs attaquent les bijouteries et les banques de Paris. Serge Buren, policier aux méthodes peu conventionnelles, tente de les arrêter par tous les moyens.

Welcome BackDe Cameron Crowe RomanceAvec Jay Baruchel, John KrasinskiBrian Gilcrest est un militaire de renom. Une mission lui a été assignée à Hawaï et il doit faire équipe avec une jeune militaire, Alison Ng.

Sinister 2De Ciarán Foy Épouvante-horreurAvec James Ransone, Shannyn Sossamon Une jeune mère de famille emménage dans une maison avec ses jumeaux. Des événements tragiques s’y sont déroulés autrefois.

Une famille à louerDe Jean-Pierre Améris ComédieAvec Benoît Poelvoorde, Virginie EfiraPaul-André est un homme riche mais seul. Il s’ennuie et décide d’avoir une famille.

Vive les vacancesDe John Francis Daley, Jonathan M. Goldstein ComédieAvec Ed Helms, Christina ApplegateRusty Griswold propose à sa femme et ses deux enfants de les emmener passer une journée à Walley World, réputé comme le « parc d’attraction préféré des familles américaines ».

26 aoûtPixelsDe Chris Columbus Action Avec Kevin James, Adam Sandler Des experts en jeux vidéo doivent affronter des personnages des années 1980.

SelflessDe Tarsem Singh Science-fiction Avec Victor Garber, Ben Kingsley Un vieillard malade décide de faire transférer sa conscience dans le corps d’un jeune homme.

DheepanDe Jacques Audiard Drame Avec Claudine Vinasithamby, Antonythasan Jesuthasan Trois personnes qui ne se connaissent pas se font passer pour une famille afin de quitter leur pays en guerre.

Hitman: Agent 47De Aleksander Bach ActionAvec Rupert Friend, Hannah WareUn assassin est génétiquement modifié pour devenir une machine à tuer. Il a pour prochaine mission de créer une armée de tueurs.

Ventos de AgostoDe Gabriel Mascaro DrameAvec Dandara de MoraisShirley décide de partir s’occuper de sa grand-mère dans un petit village au Brésil.

2 septembre Cemetery of SplendourDe Apichatpong Weerasethakul DrameAvec Jenjira PongpasJenjira se porte volontaire pour s’occuper d’un soldat qui ne reçoit pas de visites dans un hôpital de fortune.

No EscapeDe John Erick Dowdle ThrillerAvec Owen Wilson, Pierce BrosnanUn homme d’affaires américain part vivre avec sa famille en Asie du Sud-est, lorsqu’un coup d’état survient dans le pays.

Le Tout Nouveau TestamentDe Jaco van Dormael FantastiqueAvec Benoît Poelvoorde, Yolande MoreauEa est la fille de Dieu. Pour se venger de son père, elle décide d’envoyer par SMS les dates de décès de tout le monde...

Ricki and the FlashDe Jonathan Demme ComédieAvec Meryl Streep, Kevin KlineUne femme a quitté sa famille il y a de nombreuses années pour devenir une rock star. Elle décide de revoir ses enfants.

La VolanteDe Christophe Ali, Nicolas Bonilauri ThrillerAvec Nathalie Baye, Malik ZidiThomas doit emmener sa femme à la maternité. Sur le chemin il percute et tue un jeune homme.

Miss HokusaiDe Keiichi Hara AnimationAvec Yutaka Matsushige, Anne WatanabeHokusaï, célèbre peintre japonais, vit avec sa fille, le plus souvent enfermé dans son atelier.

InsoumisDe Mathieu Denis DrameAvec Anthony Therrien, Antoine L’EcuyerJean Corbo, né d’une mère québécoise et d’un père italien, se lie d’amitié avec de jeunes militants d’extrême gauche.

9 septembreLe Transporteur HéritageDe Camille Delamarre ActionAvec Ed Skrein, Ray StevensonUn ancien mercenaire s’est reconverti dans le transport de colis top secrets.

YouthDe Paolo Sorrentino DrameAvec Michael Caine, Harvey KeitelDeux vieux amis de 80 ans passent leurs vacances dans les Alpes.

PrémonitionsDe Afonso Poyart ThrillerAvec Anthony Hopkins, Colin FarrellUn tueur en série est l’auteur de nombreux meurtres à Atlanta. Le FBI chargé de l’enquête arrive toujours trop tard...

Jamais entre amisDe Leslye Headland ComédieAvec Jason Sudeikis, Alison BrieDeux amis d’enfance se retrouvent douze ans plus tard à New York.

LifeDe Anton Corbijn BiopicAvec Robert Pattinson, Dane DeHaanUn jeune photographe décide de réaliser un reportage sur un acteur débutant qui se nomme... James Dean.

Au plus près du soleilDe Yves Angelo DrameAvec Sylvie Testud, Grégory Gadebois, Une juge d’instruction auditionne Juliette pour des faits d’abus de faiblesse sur son amant. Elle découvre que la prévenue est la mère biologique de l’enfant qu’elle a adopté...

The LessonDe Kristina Grozeva et Petar ValchanovDrameAvec Margita Gosheva, Ivan Barnev et Stefan DenolyubovplusDans une petite ville bulgare une enseignante d’anglais, Nadia, soupçonne l’un de ses élèves de vol. Mais de lourdes difficultés financières menacent sa famille et Nadia voit ses discours sur la morale remis en question...

© D

R

© D

R

© D

R

Une famille à louerle 19 août

Life le 9 septembre

Pixels le 26 août

Page 16: Diversions besancon septembre 2015