diversions bourgogne septembre 2012

16
Bourgogne Culture, tourisme et actualité septembre 2012 #45 atheneum - Cabaret utopique au Bistrot de la Scène - La rentrée culturelle de Quetigny - Tribu Festival - Théâtre Dijon Bourgogne - Mâcon Scène Nationale - Orchestre Dijon Bourgogne Association Bourguignonne Culturelle - Espace des Arts - Conservatoire du Grand Chalon Georges Thiéry, un peintre écrivain + l’agenda du mois + Chroniques CD Livres, Cinéma... Mensuel gratuit d’informations

Upload: namfur-john

Post on 06-Mar-2016

222 views

Category:

Documents


1 download

DESCRIPTION

Journal culture tourisme actualite

TRANSCRIPT

Page 1: Diversions Bourgogne septembre 2012

BourgogneCulture, tourisme et actualité

septembre2012

#45

atheneum - Cabaret utopique au Bistrot de la Scène - La rentrée culturelle de Quetigny - Tribu Festival - Théâtre Dijon Bourgogne - Mâcon Scène Nationale - Orchestre Dijon Bourgogne Association Bourguignonne Culturelle - Espace des Arts - Conservatoire du Grand Chalon Georges Thiéry, un peintre écrivain + l’agenda du mois + Chroniques CD Livres, Cinéma...

Mensuel gratuit d’informations

Page 2: Diversions Bourgogne septembre 2012
Page 3: Diversions Bourgogne septembre 2012

L’AGENDA - 4

UNE RENTRÉE 2012 - 5Théâtre Dijon BourgogneLa nouvelle saison de l’atheneumCabaret utopiqueau Bistrot de la Scène

Rentrée culturelle à QuetignyTribu FestivalMâcon Scène NationaleOrchestre Dijon BourgogneAssociation Bourguignonne Culturelle

Espace des ArtsConservatoire du Grand Chalon

OUVREZ LES YEUX - 12Georges Thiéry, un peintre-écrivain

CHRONIQUES CD - 13

CHRONIQUES LIVRES - 14

CINÉMA - 15

Diversions - Edition BourgogneJournal d’information gratuit 1, rue de Vittel25000 Besançon03 81 87 40 05 - 06 34 12 01 [email protected] : SARL DiversionsRCS : 508 184 934Directeur de la publication : Boban Stanojevic03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 [email protected]

Rédacteur en chef : Dominique [email protected]

Rédaction : Florian Antunes Pires, Dominique Demangeot, Manu GillesSimon Grangereau, Bruno Kolanek, Sébastien Marais, Chloë Malbranche, Paul SobrinBoban Stanojevic, Marc Vincent, Caroline Vo Minh

Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh

Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91- [email protected]

Dépôt légal : septembre 2012© Diversions 2012Imprimé en Espagne ISSN : en cours

valeur : 1,15 euros offertDiversions est diffusé gratuitement sur la Bourgogne Franche-ComtéProchaine parution : 27 septembre 2012

Festival de Musique Besançon Franche-ComtéEn septembre le Festival de Musique Besançon Franche-Comté fête sa 65ème édition. A cette occasion, l’équipe réaffirme sa volonté de proposer un festival à la fois exigeant et tourné vers le grand public. Il se déroulera dans la capitale comtoise et en région - Baume-les-Dames, Salins-les-Bains, Belfort, Luxeuil, Arc-et-Senans, Baume-les-Messieurs -, du 14 au 23 septembre.

C’est dans cette optique d’élargissement du public que le premier week-end du festival se tiendra autour de la place Granvelle à Besançon. Une ambiance de festival règnera dans la Boucle, et même au-delà puisque dès le matin du vendredi 14 septembre, l’opération « L’orchestre ne tient pas en place » sera renouvelée. Des musiciens de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté se rendent en petite formation dans une quinzaine de lieux sur différents quartiers de la ville, pour inciter le public à venir le soir à la traditionnelle inauguration en plein air.

Cette année, ce grand concert d’ouverture, assuré par l’Orchestre de Besançon Montbéliard Franche-Comté, ne se déroulera pas sur la place de la Révolution, pour cause de travaux, mais sur une esplanade à proximité de la Rodia, avec la Citadelle en toile de fond. Samedi et dimanche, les concerts se succéderont au Théâtre et au Kursaal. Des harmonies se produiront également sous le kiosque Granvelle. Notons l’attention toute particulière portée aux plus jeunes cette année. A cette occasion, l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté présentera Anna, Léo et le gros ours dans l’armoire au Kursaal, conte musical écrit par Bernard Friot et composé par Jean-François Verdier. La mise en espace sera assurée par le nouveau directeur du Centre Dramatique National de Besançon Franche-Comté, Christophe Maltot.

L’enfance de l’artLa thématique cette année fait donc référence à l’enfance et à la jeunesse en général. Pour l’artiste associé, le chef d’orchestre Gerd Albrecht, il devient en effet

plus que nécessaire, voire urgent, pour la musique classique de se tourner vers les jeunes. Celui qui remportait en 1957 le Concours de jeunes chefs à Besançon, se désole de la « monotonie désastreuse » de la musique classique aujourd’hui, militant pour un renouvellement profond des habitudes, ainsi que des programmes des festivals. A Besançon, Gerl Albrecht dirigera entre autres formations l’Orchestre des jeunes du Land de Hesse, le dimanche 16 septembre à 11 heures au Théâtre. Il invitera aussi le Musée sonore qu’il a fondé, proposant au public de venir prendre en main un instrument, conseillé par des musiciens professionnels. Le Musée sonore sera le 15 septembre à la mairie de Salins-les-Bains et le 16 au Musée du Temps de Besançon. Des séances scolaires sont également prévues dans plusieurs villes. Le directeur musical a souhaité aussi donner toute sa place dans la programmation à la musique contemporaine.

Misato MochizukiC’est d’ailleurs le domaine du compositeur en résidence au festival cette année, qui

nous vient du Japon. Misato Mochizuki souhaite rendre la musique contemporaine plus accessible auprès du grand public. Elle s’est ainsi rendue six fois à Besançon durant l’année pour donner des cours et rencontrer lycéens et étudiants en conservatoire. Elle leur a parlé de musique bien sûr mais aussi de culture japonaise. Elle rejoint Gerd Albrecht sur l’attention portée à la jeunesse, déplorant que la musique contemporaine se soit marginalisée au XXe siècle, souffrant parfois d’une image par trop « cérébrale ». La compositrice croit au contraire en une musique contemporaine créant du lien social. Misato Mochizuki présentera plusieurs de ses oeuvres lors du festival, dont un ciné-concert, Le fil blanc de la cascade le 18 septembre, et une oeuvre pour quatuor à cordes, Terres rouges, les 20 et 21 septembre, avec laquelle Misato a souhaité revenir à une musique plus primitive. La compositrice a déclaré apprécier être jouée dans des programmes conviant d’autres styles et d’autres époques, ce qui sera le cas à Besançon puisque ses oeuvres côtoieront celles de Mozart, Schubert, Beethoven, entre autres grandes références de la musique classique.

Magic MirrorLe fameux Magic Mirror se poursuit en septembre 2012 avec une fois encore une programmation apportant d’autres musiques le soir à 21 heures, des musiques venues du Mali, d’Espagne, de la Réunion, du Cameroun... Les apéros concerts de 18h30 convieront quant à eux les musiciens qui joueront le soir-même à 20 heures au Théâtre ou au Kursaal. L’occasion aussi de rencontrer les musiciens et échanger avec eux dans un cadre convivial.

Mais aussi...Deux expositions seront organisées durant le festival, l’une à la billetterie du festival au Kursaal, en partenariat avec l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, l’autre en plein air avec Yves Petit qui présentera une rétrospective en photos des dix ans du Magic Mirror.

www.festival-besancon.comGerd Albrecht

© M

atthias Heyde

Orchestre de chambre de Zurich

© Thom

as Entzeroth

#26

culturessortiessociété

Bourgogneseptembre 2012

diversions-magazine.com

#45

Page 4: Diversions Bourgogne septembre 2012

4Diversions - L’Agenda du mois

CHENÔVESalle des Fêtes6 septembre à 18h30 : Lancement de saisonavec Madou en concert - Guitare/Voix/Accordéon25 septembre à 20h : Ecoute donc voir, par la compagnie L’Estaminet Rouge - Théâtre

DIJONABC (au Théâtre des Feuillants)21 septembre à 20h : Revue de gestes – Théâtre et mime28 septembre à 20h : Soundtrax, le Sacre du Tympan - Jazz

Auditorium27 septembre à 20h : Bojan Z - Piano jazz30 septembre à 15h : Chamber Orchestra of Europe - Mozart, Prokofiev, Schubert

Bibliothèque MaladièreJusqu’au 29 septembre : Exposition « Diversités géométriques »

Musée de la vie bourguignonneJusqu’au 24 septembre : Henri Vincenot (1912-1985) - Rétrospective

La Nef (Bibliothèque municipale)Jusqu’au 24 septembre : Exposition Vincenot - Rétrospective - Manuscrits, dessins, photographies

La Vapeur15 septembre à partir de 14h : Journée portes ouvertes + Funky People Party à 21h – Bal26 septembre à 20h : Staf Benda Bilili, Mayd Hubb et Joe Pilgrim – Musiques du monde

Latitude 21 Jusqu’au 29 septembre : Exposition « Ecologie et bandes dessinées »

Parc des ExpositionsDu 14 au 16 septembre : Grande Brocante de rentrée

Théâtre Dijon Bourgogne22 septembre à 11h30, 15h et 18h : Présentation de saison

Zénith15 septembre à 15h et 20h30 : Adam et Eve – Comédie musicale

CHALON-SUR-SAÔNEAuditorium du Conservatoire14 septembre à 20h : Ouverture de saison : Dialogues sud-américains25 septembre à 20h : Le piano de Schubert

Espace des Arts 18 septembre à 20h : La nuit balinaise, en hommage à Antonin Artaud – Danse28 et 29 septembre à 20h : Chroniques d’une haine ordinaire - Théâtre

Musée Nicéphore NiépceJusqu’au 16 septembre : Studio BlumenfeldJusqu’au 16 septembre : Michel Campeau

LE CREUSOTL’arc scène nationale29 septembre à 20h30 : Les grandes emballées – Musique, bal

MÂCONLa Cave à Musique22 septembre à 20h : Quincaillerie Orchestra + Booster goes P Funk + Battle Selectas – Soul funk

Mâcon Scène nationale27 et 28 septembre à 20h30 : Panorama, Philippe Découflé - Danse

Musée des UrsulinesJusqu’au 28 octobre : Paysages en mouvement

QUETIGNYBibliothèque municipaleDu 8 septembre au 13 octobre : « A chacun son Algérie » - Exposition18 septembre : « Partageons nos lectures » - Causerie littéraire

Place Centrale Roger Rémond et Parc Henri Détang19 septembre : Ouverture de la saison culturelle avec le Théâtre des Monstres

Espace Mendès-France25 septembre : Boubacare Traoré - Dans le cadre de Tribu Festival

Salle Méliès - Ciné Cap Vert28 septembre : Coup de Contes : « Baba la France » par Rachid Akbal - Contes

Bojan Z

Les sorties du mois en un clin d’oeil

Page 5: Diversions Bourgogne septembre 2012

5 Diversions Une rentrée 2012

La nouvelle saison de l’atheneumC’est le 1er octobre prochain que l’atheneum inaugurera sa nouvelle saison lors d’une soirée d’ouverture en entrée libre.

Scène transdisciplinaire, accueillant des spectacles de danse, théâtre, de la musique et des lectures, l’atheneum a la particularité de se situer en plein coeur du campus universitaire à Dijon. S’il draine ainsi naturellement des spectateurs étudiants, il s’adresse aussi à d’autres publics. Son festival Novosonic qui a lieu fin octobre, dédié aux musiques actuelles, en est un bon exemple.

La programmation 2012-2013 L’atheneum accueille toute l’année des artistes et des compagnies en résidence. L’an dernier nous avions ainsi rencontré Hervé Chaussard à l’occasion de l’un de ses spectacles qu’il avait donné devant des collégiens. L’atheneum met en effet à disposition des artistes un plateau et des techniciens, afin de préparer ou mettre les dernières touches à un spectacle. En contrepartie l’artiste parle de son travail lors de présentations d’étapes de chantier. Ce dernier a ainsi également la possibilité d’avoir un regard différent sur son travail. Hervé Chaussard sera de retour en fin d’année avec sa compagnie The Will Corporation, pour son nouveau spectacle Plastique, les 11 et 12 décembre prochains.

Cette année encore, l’atheneum accueillera des artistes en résidence. Suite à l’une de ces résidences qui a eu lieu en décembre 2010, la compagnie Idem Collectif viendra présenter son nouveau spectacle Call Me Chris les 17 et 18 octobre. Ecrit par l’une des

comédiennes du collectif, Aline Reviriaud, Call Me Chris se penche sur l’univers de l’entreprise. Télé prospecteur chez un fournisseur de vin, Benssaïm Fatoui a dû changer de nom et se rebaptiser Christian Laporte... La pièce s’intéresse à ce qui se passe après le licenciement de Benssaïm/Christian. « Je voudrais juxtaposer différentes formes d’écriture (dialogue, monologue, parole introspective, didascalie, description, énumération...), mon but étant moins de raconter une histoire que de me demander comment il est possible de raconter » explique Aline Reviriaud.

L’atheneum a développé au fil du temps des partenariats durables avec d’autres

structures culturelles dijonnaises, comme par exemple avec La Vapeur dans le cadre de Novosonic ou encore avec l’Orchestre Dijon Bourgogne à l’occasion du concert-lecture Ysaÿe et l’école franco-belge le 9 avril prochain. Citons encore la création de Laurence Vielle les 14 et 15 mars prochains, Re-né qu’est-ce qui te fait vivre ? dans le cadre du festival Itinéraires Singuliers.

La programmation culturelle cette saison à l’atheneum, ce seront aussi des lectures, notamment par des auteurs le 22 mars 2013.

Temps fort autour de la performanceSa dimension expérimentale, l’atheneum

l’illustre notamment à travers son temps fort ACTIONS, autour de la performance, qui se déroulera cette saison du 7 au 9 février 2013. Champ à la croisée des disciplines, pouvant faire intervenir la musique, le théâtre, la danse, mais dans des conditions différentes, avec un rapport au public et à l’espace souvent décalé, la performance se nourrit d’une scène nationale et internationale très développée, mais dont le public n’a pas toujours conscience. L’atheneum met en avant cette discipline en programmant de nouvelles formes de création.

- Marc Vincent -

Soirée d’ouverture de l’atheneum, 1er octobre à 19hBilletterie à l’atheneum, du lundi au vendredi, de 10h à 12h, à partir du 5 septembrehttp://atheneum.u-bourgogne.fr

François Chattot présente cette saison sa dernière programmation en tant que directeur du Théâtre Dijon Bourgogne. Une nouvelle saison où l’on retrouvera notamment quelques fidèles acteurs et metteurs en scène, des compagnons de route tels que Benoît Lambert et Jean-Louis Hourdin.

La saison sera inaugurée en musique, en collaboration avec l’ACTEUR Festival, dès le 6 octobre. Le comédien Jean-Pierre Kalfon donnera un concert, un « parcours-spectacle Rock’n’Blues » à suivre au Parvis Saint-Jean.

Les créationsLe TDB proposera ensuite sa première pièce de la saison, qui sera aussi la première création de l’année. Folie Courteline, mis en scène par Ivan Grinberg, nous transportera comme son nom l’indique dans l’univers haut en couleur de l’un des maîtres du vaudeville. Ce sont quatre courtes pièces de l’auteur que François Chattot et ses collègues vont prendre à bras le corps. Quatre oeuvres brèves et acides, dynamitant les bonnes moeurs de la seconde moitié du XIXe siècle. Entre noirceur et burlesque, Courteline conserve cependant toujours le goût de la belle langue.

C’est ensuite la troupe de Jean-Louis Hourdin, que le public du TDB connaît bien maintenant, qui portera sur les planches Jean La Chance de Bertolt Brecht, texte retrouvé dans les année 90, inspiré d’une anecdote d’un conte des frères Grimm. Un paysan troque peu à peu tous ses biens contre des objets de moindre valeur. Jean la Chance se sent pourtant de plus en plus libre à mesure qu’il est dépossédé de ces biens...

On retrouvera aussi Benoît Lambert, un fidèle du TDB qui a notamment créé à Dijon Que faire ? (le retour) - repris en décembre à la salle Jacques Fornier -. En mars, il mettra en scène Dénommé Gospodin, « anti-héros comique et narcotique » comme l’annonce la plaquette de saison du Théâtre Dijon Bourgogne. L’occasion de découvrir un jeune auteur allemand encore peu connu en France, Philipp Löhle. Dans l’univers absurde de Gospodin, Greenpeace, « organisation merdique », a enlevé le lama du anti-héros. Incompris de ceux que Gospodin considère comme des petits-bourgeois, il préfère se taire ou dormir. Benoît Lambert portera à la scène ce marginal qui aspire à la liberté en fuyant notre société de consommation.

Mais aussi...De l’univers grotesque et surréaliste de Onzième, par le Théâtre du Radeau, jusqu’à l’Idéal Club des 26 000 Couverts, cabaret rugissant et inclassable, le directeur du TDB François Chattot nous fera la démonstration que le théâtre peut aussi partir en roue libre... Mais l’art dramatique nous mènera aussi sur d’autres chemins, comme avec la création qui mêle textes et musiques, Il n’y a pas de coeur étanche, avec Julie Rey et Arnaud Cathrine. Comme avec les mots inédits du grand écrivain algérien Kateb Yacine, fondateur de la littérature maghrébine moderne, dits par la compagnie El Ajouad. Arts de la marionnette avec Hilum, par la compagnie Les Antiaclastes, textes de

Valère Novarina portés par des comédiens en situation de handicap mental, adaptation de tragédies d’Eschyle par Irène Bonnaud... Le théâtre s’apprécie sous de multiples angles cette saison au TDB.

Et la danse...Du 8 janvier au 2 février, le Parvis Saint-Jean sera le théâtre... de l’art chorégraphique. Depuis quelques années, le TDB s’associe au festival porté par l’association Art Danse, en accueillant plusieurs spectacles de la manifestation.

- Dominique Demangeot -

Théâtre Dijon Bourgognewww.tdb-cdn.com

Théâtre Dijon Bourgogne

© Patrick Rongier

Onzième par le Théâtre du Radeau

Jean-Pierre Kalfon

© C

atherine Faux

Hervé Chaussard rencontrant des élèves la saison passée

© D

ominique D

emangeot

Cette année encore, l’atheneum accueillera des artistes en résidence. Suite à l’une de ces résidences qui a eu lieu en décembre 2010, la compagnie Idem Collectif viendra présenter son nouveau spectacle Call Me Chris les 17 et 18 octobre

Page 6: Diversions Bourgogne septembre 2012

6Diversions Une rentrée 2012

Cabaret utopique au Bistrot de la ScèneEn cette rentrée, le Bistrot de la Scène à Dijon prend des allures de cabaret. Un cabaret que l’on annonce « utopique », orchestré par le collectif dijonnais Utopy’ART.

Du 7 au 12 septembre, le public rencontrera Marcel, Dijonnais de 64 ans, un citoyen comme vous et moi qui trouve, la nuit dans ses rêves, un échapatoire à sa vie quotidienne.

Origines de l’utopie...Le projet Utopy’ART a vu le jour en mai 2009 lorsque l’association SUN festival a proposé à un collectif de monter, à la Ferronerie de Dijon, un spectacle réunissant une quinzaine d’artistes venus d’horizons divers. En décembre de la même année, un second cabaret s’est tenu, aux Tanneries cette fois,

avec un nombre croissant de participants. 40 artistes étaient de la partie pour ce deuxième rendez-vous intitulé 2020 - Le Jour ou les Artistes seront Fous. Un an plus tard en décembre 2010, l’expérience était renouvelée avec Les pieds sur Terre... La tête dans les Etoiles. Cette fois ce furent quatre représentations pour 25 artistes qui se déroulèrent à la Ferronnerie. C’est ce spectacle qui est donné au Bistrot de la Scène en septembre, mais dans une version entièrement remaniée.

EntraideLe titre du collectif se veut transparent. C’est bien l’utopie - artistique - qui motive les artistes composant Utopy’ART. Ou comment proposer une culture qui peut vivre de l’entraide entre les artistes, avec des petits moyens mais un vrai réseau. L’expérience Utopy’ART est aussi l’occasion pour les artistes prenant part au projet de se rencontrer, et pourquoi pas s’ouvrir à d’autres disciplines, d’autres manières de travailler. De la matière également pour des projets futurs, pourquoi pas ?

En prônant un positionnement entre fiction et réalité, « les pieds sur terre et la tête dans les étoiles », pour reprendre le titre du spectacle, le collectif veut faire de l’utopie un moteur mettant en branle un véritable processus de création. Les spectacles d’Utopy’ART font en effet appel au théâtre, à la musique, au cirque et à la danse, mais aussi la magie, la photo, la vidéo...

Les pieds sur Terre... La tête dans les Etoiles mêlera ces différents disciplines. Utopy’ART souhaite préserver le mystère autour du

spectacle « pour attiser la curiosité du public ». Cependant pour communiquer tout de même autour de l’événement, les organisateurs empruntent des voies originales. « Ainsi ne vous étonnez pas de croiser dans les rues dijonnaises, des Gentle(wo)-men distributeurs d’énigmes mystères, des musiciens, jongleurs, masseurs, des citations oniriques accrochées à vos vélos ou encore Marcel, personnage principal du spectacle, en tant que crieur public », prévient le collectif. Les différents personnages feront une véritable incursion dans le monde réel, avant le spectacle à suivre au Bistrot de la Scène. D’autant que Les pieds sur Terre... La tête dans les Etoiles, veut justement jouer de cette frontière poreuse entre fiction et réalité,

mettant en scène le rêve de Marcel. Nous suivons ce dernier dans son cheminement entre rêve et réalité, aspirations et contingences. Marcel travaille dans une société de nettoyage, « un personnage triste et joyeux, un personnage authentique comme vous, comme toi, comme moi ». Un personnage, parmi d’autres, à découvrir au Bistrot de la Scène à Dijon.

- Dominique Demangeot -

Les pieds sur Terre, la tête dans les Etoiles, 7,8,11 et 12 septembre à 20h, 8 septembre à 14h - Le Bistrot de la Scène, Dijonhttp://lesmysteresdu8.blogspot.fr/

Rentrée culturelle à QuetignyLa nouvelle saison culturelle de la Ville de Quetigny sera officiellement inaugurée le 19 septembre en compagnie du Théâtre des Monstres. Un premier volet à suivre jusqu’en décembre, qui ménage notamment une bonne place à la musique.

Pour en savoir plus sur la saison culturelle à venir, mais aussi sur la bibliothèque et l’école de musique municipales, la Ville de Quetigny organise le 8 septembre une grande après-midi de découverte de 14h à 18h, à l’Espace Mendès-France et à la Bibliothèque municipale. Un rendez-vous dédié plus particulièrement à la jeunesse se tiendra quant à lui le 22 septembre à l’Espace Mendès-France en entrée libre. De 14h à 19h, concert, exposition, débats, atelier mangas sont au programme.

Ouverture de la saison culturelle Le Théâtre des Monstres vous donne donc rendez-vous dès le 19 septembre pour une journée pas comme les autres. Le collectif de comédiens, musiciens et plasticiens dijonnais investira Quetigny pour proposer deux spec-tacles à 15h et 19h30. Le premier, Hôtel des Hortensias, se déroulera sur la place centrale Roger Rémond. Le second se tiendra dans le parc Henri Détang, et dévoilera au public ses 25 valises à souvenirs. Les deux spectacles sont gratuits sur réservation.

Une saison en musiqueJusqu’en décembre, la musique sera particu-lièrement à l’honneur avec plusieurs concerts, dont le premier dès le 25 septembre dans le cadre du Tribu Festival. C’est le bluesman ma-lien Boubacar Traoré qui montera sur la scène de l’Espace Mendès-France.

Quetigny joue les contrastes puisque c’est ensuite à un week-end de musique ancienne que nous convie le service culturel. L’en-semble amateur du Laostic-Bourgogne se produira le vendredi 12 octobre en l’église Saint Martin. Le 13, c’est la Salamandre qui proposera un florilège de pièces de composi-teurs du début du XVIIe siècle dont Montverdiet Schütz. Place ensuite à la chanson avec L le 24 novembre, dans le cadre du festival GéNéRiq, et au gospel des Soweto Spiritual Singers venus d’Afrique du Sud le 6 décembre.

Mais aussiLa saison culturelle quetignoise, ce sera aussi de la danse avec la Valse en trois temps des frères Ben Aïm, au son de musiques classiques, jazzy ou rock. Une place importante sera faite au théâtre avec plusieurs spectacles, qu’il s’agisse d’improvisation, tendance vaudeville le 18 octobre, ou de marionnette pour le jeune public le 24 octobre. Théâtre musical et dansé avec la compagnie Marie Braun en novembre, lecture-spectacle, projections et conte seront aussi au programme. N’oublions pas les expositions, avec cet automne A chacun son Algérie du 8 septembre au 13 octobre, autour de l’immigration algérienne en Côte d’Or, et une exposition de gravures et photographies d’instruments anciens à l’EMMDA (Espace Léo Ferré) du 1er au 12 octobre.

- Sébastien Marais -

Billetterie ouverte à partir du 3 septembre.Pour tous renseignements : Service culturel au 03 80 48 90 20 ou www.quetigny.fr

© Utopy’A

RT

© Utopy’A

RT

Page 7: Diversions Bourgogne septembre 2012

7 Diversions Une rentrée 2012

Mâcon Scène NationaleNouvelle saison pour la scène nationale mâ-connaise qui poursuit son exploration d’une offre artistique pluridisciplinaire.

Une saison 2012-2013 qui s’ouvrira les 27 et 28 septembre avec une figure majeure du spectacle : Philippe Decouflé. Avec Panora-ma, le chorégraphe qui a su rendre la danse contemporaine accessible à un large public, présentera un condensé de plus de 20 ans de spectacles.

Cette saison, la musique se voit offrir une place plus importante, avec notamment la venue de la compagnie Inouïe qui don-nera plusieurs concerts de musique électroa-coustique durant l’année. En compagnie de Thierry Balasse, grand expérimentateur sonore, la compagnie rendra hommage à John Cage, et ira également chasser sur les terres de Pink Floyd en janvier. L’album my-thique The Dark Side Of The Moon est rejoué sur scène avec des instruments de l’époque, la partition parsemée de temps à autres d’improvisations et d’expérimentations, dont Inouïe et Thierry Balasse ont le secret. La musique cette saison, ce seront aussi des propositions symphoniques avec le concert de clôture des Symphonies d’automne en novembre et des « contes symphoniques » en avril prochain, ou encore les chansons pour le jeune public d’Hervé Suhubiette.

La danse sera une nouvelle fois un axe fort de la programmation, dès le 5 octobre avec deux compagnies qui proposeront deux spectacles, déambulation dansée dans dif-férents lieux du théâtre. Qu’elle se mêle au souffle d’un accordéon - Les Blessures volon-taires en novembre - ou au théâtre avec la venue de Carlotta Sagna en janvier, la danse contemporaine ne cesse d’évoluer, se remet en question et s’auto-analyse parfois comme nous le verrons en avril avec Identités mas-culines, soirée spéciale proposant trois spec-tacles autour de la relation entre l’artiste et son oeuvre.

En matière de théâtre, se succéderont quelques artistes reconnus comme Valère Novarina qui viendra présenter le 17 octobre la mise en scène de son premier texte L’Ate-lier volant, quelques grands auteurs comme

Tennessee Williams dont deux pièces courtes seront mises en scène par Juliette de Char-nacé le 7 décembre. A noter dans la distribu-tion la présence de l’actrice Isild Le Besco. Citons encore la programmation en avril du dernier spectacle en date du Turak Théâtre, un théâtre d’objets et de marionnettes poé-tique, univers à part entière façonné de toutes pièces par Michel Laubu.

La scène nationale poursuivra également son exploration du cirque contemporain avec la venue de trois spectacles durant la saison. Du Carrousel des moutons qui mêle l’acrobatie au piano pour un duo poétique et improbable, aux prouesses aériennes de la compagnie PSY, le public pourra découvrir un panel varié du cirque d’aujourd’hui, qui n’hésite pas à se mêler à d’autres disciplines.

Le désormais traditionnel rendez-vous des Drôles de Dames en mars est reconduit pour une nouvelle édition. La création féminine sera une nouvelle fois mise en avant avec des propositions multiples en théâtre, danse, musique et cinéma. A rencontrer notamment sur scène le 9 mars, la chanteuse Camille et ses explorations vocales qui ont su rencontrer un large public. A travers Drôles de Dames, la directrice de Mâcon Scène Nationale, Laurence Terk, souhaite proposer des spec-tacles sortant des sentiers battus, à l’image des Femmes savantes, adaptées de manière très personnelle par la Compagnie du Détour.

- Marc Vincent -

www.theatre-macon.com

Tribu Festival

Tribu revient pour une treizième édition qui ira une nouvelle fois à la rencontre de diverses cultures musicales. Du 22 septembre au 3 octobre, « la musique et le monde » pour reprendre le sous-titre de cette nouvelle édition, s’offriront au public bourguignon.

Cette année les têtes d’affiche de Tribu nous transportent sur deux continents. Le festival accueille ainsi l’étonnant Staff Benda Bilili (photo), groupe de musiciens congolais dont la majorité des membres, atteints de poliomyélite, se déplacent aujourd’hui dans des fauteuils. C’est véritablement dans les rues de Kinshasa qu’est née la musique de ces artistes, découverts un jour par deux français qui décident alors de tourner un documentaire sur cette formation pour le moins atypique. La suite, on la connaît : le documentaire attire les regards sur eux et un contrat est vite signé avec un label. Entre rumba congolaise, musique cubaine,

reggae et rythm’n’blues, le Staff Benda Bilili trace sa route. Tribu 2012, c’est aussi cette année Marc Ribot, légende vivante de la six cordes originaire du New Jersey. Prolixe en albums et en collaborations, le musicien a partagé la scène avec Tom Waits, John Zorn, Bashung, Tricky et beaucoup d’autres. Musique expérimentale, cubaine, haïtienne, un artiste sans frontières pour un festival lui aussi sans frontières ! Citons encore le blues malien de Boubacar Traoré et le pianiste d’origine serbe Bojan Z, qui a su mêler au jazz ses influences balkaniques.

Tribu Festival 2012, ce seront bien d’autres influences musicales, venues d’autres régions d’Afrique mais aussi des Tropiques, du monde Occitan, du Maghreb et d’ailleurs...

- Manu Gilles -

www.tribufestival.com

© C

hristian Berthelot

Panorama

© Laurent Schneegans

Précipitations

© Photo : D

R

Téléchargez l’application Diversions

pour i-Phone

Et retrouvez notre agenda des sorties

en Alsace Bourgogne Franche-Comté ainsi que notre sélectionde reportages vidéo

Page 8: Diversions Bourgogne septembre 2012

8Diversions Une rentrée 2012

Orchestre Dijon BourgogneAprès une riche saison 2011-2012, tant en concerts qu’en actions culturelles, l’Orchestre Dijon Bourgogne prépare une nouvelle série de concerts et de projets divers qui obéiront au double objectif de diffusion et de démocratisation musicale.

Cette nouvelle saison débutera le 29 septembre au Grand Théâtre, sur un programme éclectique mobilisant compositeurs classiques - Mozart, Rossini, Turina - et contemporain - Patrice Catarini -. Une ouverture à l’image de cette nouvelle saison, entre oeuvres viennoises, françaises et musiques venues d’autres cultures voire d’autres styles - Patrice Catarini est un compositeur de jazz -. L’entrée est libre et gratuite pour ce concert d’ouverture.

Ouverture à d’autres esthétiquesCette saison, l’orchestre côtoiera d’autres disciplines. Le théâtre sera notamment abordé à l’occasion de plusieurs spectacles dont Ariane et Barbe-Bleue, un opéra de Paul Dukas que ce dernier créait en 1907 d’après le livret de l’écrivain Maurice Maeterlinck. L’oeuvre s’inspire à la fois du conte de Perrault mais aussi du mythe grec d’Ariane offrant à Thésée le fil lui permettant de sortir du labyrinthe du Minotaure. L’ODB partira aussi sur les routes de Bourgogne donner Lost in the Stars à la scène nationale de Mâcon le 12 février, opéra mis en scène par un spécialiste du genre, Olivier Desbordes. Quelques jours auparavant, le spectacle aura été donné au Théâtre des Feuillants, dans le cadre de la saison de l’ABC. L’Association Bourguignonne Culturelle

sera un partenaire important cette saison puisque trois rendez-vous seront co-réalisés avec elle. D’autres concerts seront donnés ailleurs en Bourgogne - Selongey, Nevers, Montceau-les-Mines, Chalon-sur-Saône -.

Les styles musicaux dialogueront aussi. Avec Fictions, l’orchestre symphonique rencontrera le jazz. S’inspirant d’un recueil de nouvelles de l’écrivain argentin Borgès, la formation bourguignonne et le pianiste de jazz Guillaume de Chassy évolueront entre la rigueur de la partition orchestrale et la fougue improvisatrice du jazz. A l’occasion de cette création mondiale, l’ODB sera en résidence à la Maison de la Culture de Nevers du 12 au 15 mars prochains.

Compagnons fidèlesDaniel Weissmann a souhaité également approfondir les collaborations avec plusieurs interprètes. Régis Pasquier présentera ainsi le 11 octobre quelques oeuvres du violoniste compositeur Eugène Ysaÿe, virtuose d’origine wallonne. On retrouvera Régis Pasquier en avril 2013 avec un programme autour du renouveau de la musique française au tournant des XIXe et XXe siècles. Gergely Madaras dirigera quant à lui l’orchestre en janvier pour traduire « petites et grandes tragédies » de Mozart, Britten et Schubert. Citons encore la fameuse

« Neuvième » de Beethoven avec à la baguette Roberto Rizzi Brignoli. On retrouvera également Dominique Dournaud à quatre reprises durant la saison, dirigeant notamment l’Orchestre Dijon Bourgogne lors de son concert d’ouverture le 29 septembre.

Orchestres en Fête ! Ce rendez-vous désormais traditionnel de novembre met en avant auprès d’un large public les actions des orchestres en France. L’ODB sera évidemment de la partie et proposera à cette occasion aux spectateurs de composer leur propre programme. A partir du 5 novembre, les internautes choisiront

les oeuvres qu’ils souhaitent voir données l’après-midi du 24 novembre. Ateliers et rencontres seront également proposés.

L’Orchestre des QuartiersL’ODB poursuit ses actions auprès du jeune public à travers son Orchestre des Quartiers. Une troisième classe d’enfants, sans connaissances musicales préalables, viendra s’ajouter aux deux précédentes. La formation évolue ainsi pour le plus grand plaisir des jeunes musiciens en herbe... et de leurs parents ! Concerts-lectures, répétitions ouvertes et concerts scolaires sont également mis en place durant l’année pour que les enfants d’aujourd’hui deviennent le public de demain.

- Dominique Demangeot -

Orchestre Dijon Bourgognewww.orchestredijonbourgogne.fr

Dominique Dournaud dirigera l’ODB quatre fois cette saison

L’Orchestre Dijon Bourgogne ouvrira sa nouvelle saison le 29 septembre

© G

érard C

unin

© D

R

© D

R

© D

R

Daniel Kawka dirigera Ariane et Barbe-Bleue en décembre

L’ODB poursuit ses actions culturelles et notamment l’Orchestre des Quartiers à Fontaine d’Ouche

Page 9: Diversions Bourgogne septembre 2012
Page 10: Diversions Bourgogne septembre 2012

10Diversions Une rentrée 2012

Association Bourguignonne Culturelle Début de saison pour l’Association Bourguignonne Culturelle qui voit arriver à sa tête un nouveau directeur. Philippe Prost, qui a pris ses fonctions en janvier dernier, entend bien poursuivre le parti pris résolument pluridisciplinaire de l’ABC, en ménageant également de nombreux partenariats avec d’autres structures culturelles dijonnaises.

« Depuis le mime jusqu’à la danse hip-hop », c’est ainsi que le directeur définit cette nouvelle saison mise en place par l’Association Bourguignonne Culturelle, et qui fait preuve en effet d’un bel éclectisme.

ThéâtreCette nouvelle saison proposera notamment des classiques révisités par les metteurs en scène d’aujourd’hui, à l’image d’Antigone le 19 octobre ou Narcisse, pièce peu jouée de Jean-Jacques Rousseau le 25 octobre. Philippe Prost a souhaité également mettre en lumière le travail d’une jeune compagnie, Les Dramaticules de Jérémie Le Louët. Elle proposera trois pièces dont sa nouvelle création Richard III. Les deux autres spectacles, Macbett et Le Horla, revisitent eux aussi le répertoire shakespearien ainsi que la nouvelle glaçante de Maupassant. Citons encore la venue de Vincent Delerm le 26 novembre. Memory est une pièce écrite par le chanteur, dans laquelle il donnera bien sûr une bonne place à la chanson.

MusiqueLa partition musicale de cette année à l’ABC sera multicolore, du jazz aux percussions taïwanaises, du gospel des Soweto Spiritual Singers au cabaret « apocalyptique » des Sea Girls. L’Orchestre Dijon Bourgogne sera un autre partenaire fidèle cette année, interprétant deux concerts ainsi qu’un opéra de Kurt Weil, revisité par Olivier Desbordes.

DanseL’ABC accueille plusieurs chorégraphes majeurs cette saison dont Sylvain Groud, actuellement artiste associé à la Scène nationale du Pays de Montbéliard, qui viendra présenter deux de ses crétions, Elles et L’oubli, et Nathalie Pernette, de Besançon, pour son spectacle La peur du loup. Elle y poursuit son exploration du monde animal, en se penchant cette fois sur l’imaginaire qui entoure le loup, un retour à nos peurs d’enfants...

Mais aussi...L’ABC retrouvera bien sûr en février son temps fort consacré au spectacle jeune public : A Pas Contés. Un autre rendez-vous familial se déroulera du 3 au 11 mai avec la venue du cirque équeste Pagnozoo. On retrouvera les arts du cirque mêlés à la marionnette avec la compagnie du Boustrophédon fin mars, ainsi que deux spectacles faisant intervenir des clowns le 14 décembre - Mélange 2 Temps - et les 19 et 20 janvier avec la compagnie russe - et complètement déjantée - Semianyki.

L’ABC en 2012-2013, ce sera aussi l’occasion de découvrir l’art du mime, et ce dès le premier spectacle de la saison le 21 septembre, soirée en trois temps avec en vedette le théâtre de geste. L’illusion - mêlée au théâtre - sera elle aussi explorée en octobre avec 4 secrets de Julien Labigne.

- Paul Sobrin -

Association Bourguignonne Culturellewww.abcdijon.org

Sylvain Groud

© Katia D

oritchenko

Semianyki

© Hervé Rivoalland

Macbett par la compagnie des Dramaticules

© G

régory Liénard

Page 11: Diversions Bourgogne septembre 2012

11 Diversions Une rentrée 2012

Conservatoire du Grand Chalon

Espace des ArtsLa nouvelle saison de l’Espace des Arts débutera le 18 septembre prochain, avec un spectacle en hommage à Antonin Artaud inspiré de la culture balinaise. Manière en quelque sorte de donner le ton d’une saison 2012-2013 marquée par les rencontres. Rencontres avec d’autres cultures. Danse, cirque, musique et théâtre d’ici et d’ailleurs.

Forte des 45 000 spectateurs qui ont foulé les gradins de l’Espace des Arts la saison passée, la scène nationale chalonnaise et son directeur Philippe Buquet repartent sur une nouvelle programmation avec une implantation territoriale conséquente et une dynamique culturelle affirmée. Les actions « Bords de Scène » – balade musicale, ateliers, Lycéades… - sont elles aussi reconduites en faveur de la découverte et de la promotion culturelle en général.

DanseAprès le spectacle inaugural du 18 septembre, opéra haut en couleurs conviant sur scène 48 artistes chanteurs, danseurs, comédiens qui font revivre les traditions balinaises dans un esprit festif et convivial, la danse continuera de se frotter aux cultures du monde. En octobre, Joanne Leighton réunit sur scène les partitions de 58 chorégraphes venus d’horizons divers, dans une œuvre collective formant au final un spectacle unique : Exquisite Corpse. Le traditionnel temps fort de la danse en novembre, Instances dixième du nom, s’ouvrira largement lui aussi sur le monde. Géraud Malard, conseiller artistique pour la

danse à l’Espace des Arts, s’est notamment rendu en Afrique du Sud pour y rencontrer certains des chorégraphes qui seront présents à Instances. « Un pays très ouvert sur la danse, avec des personnalités très fortes ».

ThéâtreL’art dramatique occupera une place importante avec une fois encore un panel large de propositions. De la mise en scène par Michel Didym de textes de Pierre Desproges, caustiques et clairvoyants, à une variation sur le capitalisme par Joël Pommerat qui

revient avec un spectacle pour adultes, le théâtre cette année s’envisagera sous des angles particulièrement divers. L’un des temps forts sera la venue de Valère Novarina pour la première fois à Chalon-sur-Saône avec la mise en scène de son premier texte, « une œuvre littéraire, poétique et bourrée d’humour, difficile à résumer mais qui marche parfaitement pour le théâtre », explique Philippe Buquet. Les générations se succéderont puisque l’on découvrira aussi la metteure en scène Maëlle Poésy, sortie il y a peu de l’Ecole du TNS, qui viendra présenter en décembre Purgatoire à Ingolstadt, d’une dramaturge allemande peu connue, Marieluise Fleisser, dépeignant ici les affres de l’adolescence durant la période nazie.Théâtre musical avec Thomas Fersen en guest de luxe – Histoire du Soldat -, l’occasion de retrouver à la mise en scène Roland Auzet que le public de l’Espace des Arts connaît bien ; théâtre italien présentant des personnages en marge de la société – La Trilogie des lunettes fin janvier - ; adaptation très moderne d’Othello conviant entre autres invités Saul Williams et Sapho, le théâtre sera pluriel cette année à Chalon-sur-Saône.

MusiqueSe succéderont sur scène des artistes aussi divers que L – nouvelle venue dans la chanson française avec des textes et une orchestration très personnels qui lui ont valu des comparaisons – non exagérées – avec la grande Barbara, et Kenny Garrett, grand nom du saxophone jazz, dont la virtuosité et le lyrisme ne sont pas sans rappeler la venue de Chick Corea et Gary Burton l’an dernier.

CirqueL’Espace des Arts poursuit son exploration du cirque cette année avec trois spectacles dont L’Homme Cirque qui dès octobre, présente David Dimitri, seul en scène. En décembre, changement d’ambiance avec cette fois Yoann Bourgeois accompagné de 11 artistes chinois et 8 musiciens du Balkan Baroque Band. Le cirque aussi jouera des contrastes à l’Espace des Arts cette saison...

- Dominique Demangeot -

www.espace-des-arts.com

« Une salle de diffusion dans un lieu de transmission ». Voilà comment l’équipe du Conservatoire du Grand Chalon aime à qualifier l’Auditorium qui mêlera encore cette saison les dimensions artistiques et pédagogiques.

Trois thématiques ou fils rouges se détachent dans la programmation cette année. L’esprit Dada tout d’abord que l’on retrouvera lors de trois rendez-vous. En premier lieu la désormais traditionnelle Nuit qui se tiendra cette année en décembre, et qui rendra hommage au répertoire de Kurt Weil notamment, lorsqu’il s’associa à Bertolt Brecht pour l’Opéra de 4 Sous, mais aussi de Piazzolla, Kagel... D’autres hommages à Dada seront rendus le 6 mars durant Le Rendez-vous des Piccolis et le 2 avril dans le cadre du festival kontact sonoreS.

Cette nouvelle saison sera ensuite l’occasion d’explorer la voix à travers l’histoire. Qu’elle s’exprime à travers des psaumes, le jazz, qu’elle avance des couleurs baroques ou plus modernes, des polyphonies de la Renaissance aux polyphonies occitanes, nous verrons que la voix a pris des formes pour le moins multiples à travers les siècles.

Le troisième fil rouge de cette saison se consacrera au romantisme, et à Schubert en particulier, à l’occasion de récitals, symphonies, sonates...

Temps fortsPlusieurs rendez-vous sont reconduits cette année, que ce soient les Nuits en décembre 2012 et avril 2013, la Semaine

de l’Improvisation du 14 au 19 janvier, mais aussi de nombreux concerts hors les murs - Lux, Saint-Rémy, Sevrey... -, le Conservatoire ayant vocation de rayonner sur toute l’agglomération chalonnaise.

Soucieux d’intégrer le plus possible les étudiants du Conservatoire à la programmation de l’Auditorium, le directeur Robert Llorca et son équipe ont ainsi mis sur pied plusieurs rendez-vous réunissant diffusion de spectacle et ateliers/conférences/rencontres. Concerts et conférences autour de John Cage se dérouleront ainsi du 11 au 13 décembre, les oeuvres étant interprétées par des élèves - le 11 - mais aussi des musiciens professionnels - Ensemble Aleph et Florent Boffard le 13 -. Parallèlement aux concerts donnés par les élèves, des artistes confirmés s’intègrent en effet à la saison du Conservatoire, à l’image du pianiste Denis Pascal qui viendra interpréter Schubert le 25 septembre, ou encore de Jean-François Heisser qui dirigera l’Orchestre des lauréats du CNSMD de Paris en janvier prochain.

Les « Hauts du panier » sont renouvelés, suite au succès de l’an dernier. A la fin de certains marchés le dimanche à 11 heures, concerts et visites guidées du Théâtre Piccolo, récemment rénové, seront ainsi proposés. Premier rendez-vous fixé le 7 octobre avec un Cabaret improvisé qui nous fera voyager de 1570 à 1950... « de la rue au salon ».

- Marc Vincent -

www.conservatoire.legrandchalon.fr

© G

uy Delahaye

Une nuit balinaise le 18 septembre

L’Homme Cirque en octobre

© Raoul G

ilibert

Page 12: Diversions Bourgogne septembre 2012

12Diversions Expositions

Georges Thiéry, un peintre-écrivainUne exposition collective, « La clairière », se tient actuellement à l’église St Philibert de Dijon. Jusqu’au 16 septembre, on peut y voir notamment des oeuvres du collectif Nü Köza. On y rencontre aussi d’autres artistes comme Georges Thiéry, que Diversions a rencontré pour vous.

Quelle sera la teneur de ton exposition à l’église St Philibert ? Pour ce qui me concerne, cela sera très co-loré et végétal avec une toile abstraite. Je la trouve un peu galactique !

Quel est ton ou tes peintres préférés ?Paul Klee, Mark Rothko et Elisabeth Peyton. J’aime assez l’intensité lumineuse qu’il y a chez Rothko, l’onirisme pour Paul Klee et les couleurs et l’attention portée au sujet chez Elisabeth Peyton.

À quel âge as-tu commencé de peindre ?Je faisais un peu de sculpture à taille directe adolescent, et j’ai commencé de peindre vers 18 ans. Je faisais un peu de gouache sur carton, des pastels un peu tous les jours et vers 20 ans j’ai peint sur des plus grands formats.

Qu’est-ce que tu aimes dans la peinture ?J’aime l’expérimentation, les odeurs, les tex-tures et cette façon dont les éléments se combinent et comment l’intuition mène et conduit le processus créatif.

Et pas la catharsis?Et la catharsis bien sûr ! L’effet cathartique.

Quelle est ta couleur préférée ?Le bleu, le bleu d’un ciel d’orage.

Ta dernière exposition, comment s’est-elle passée et quel en était le thème ?« La forêt la nuit ». J’ai présenté quelques pas-tels, dessins et dessins au feutre, et une pein-ture dans le magasin de disques spécialisé rue Piron à Dijon, Harmonia Mundi. La plupart ont été vendus autour de 80 euros. Cette expo avait principalement trait à l’animalité, au monde et à la nature.

Peux tu me parler de ton don d’écriture ?J’écris depuis 1998. J’écrivais dans des petits carnets principalement, il s’agissait d’écriture automatique sans beaucoup de contrôle, puis j’ai été publié en 2007 avec NEMESIS beaucoup plus tard… la revue des étudiants de l’Université de Bourgogne.

D’après ce que je sais, tu as publié de nom-breux livres chez Edilivre à Paris…Exact ! Trois livres chez Edilivre et deux en auto-édition, des carnets avec de petits des-sins. Ces trois livres chez Edilivre sont Les jours tombent, de la poésie expérimentale où les poèmes ont été écrits à la suite d’une chro-nique sur une période, avec des accents un

peu apocalyptiques, qui jouent sur la tran-sition entre le jour et la nuit. Il y a aussi Les chants parias, également de la poésie mais elle traite plutôt de la solitude et de la dou-leur du sentiment de séparation. Et enfin il y a Nuits Krishnaïtes qui va paraitre au mois de juillet de cette année 2012. Cela s’apparente à des pensées de dévotion.

Qu’est-ce que la poésie pour toi ?Le poésie est pour moi « la seule chose qu’on peut dire à un moment donné! » Cette pa-role est universelle !

Ton mot préféré ?Incandescent !

Et celui que tu détestes le plus ?Nul…

Pourrais-tu m’inventer une petite poésie en deux lignes ?« L’horizon lavé par les plumes fluorescentes,Noie le crépuscule des songes latents… »

Avec quel état d’esprit conduis-tu la poésie, l’écriture et la peinture ? Autrement dit ta vie d’artiste ?Je pratique la méditation quotidienne et je récite des mantras.

- Propos recueillis par Chloë Malbranche -

http://georges.thiery.pict.free.fr

© G

eorges Thiéry

© G

eorges Thiéry

Page 13: Diversions Bourgogne septembre 2012

13 Diversions Chroniques CD

Retrouvez plus de chroniques, découvertes, interviews

et infos musicales sur www.sensationrock.net

CHANSON

BarcellaCharabia(Jive Epic / Sony Music)

Dans son chapeau de magicien, Barcella possède tous les ingrédients pour nous en-chanter. Ce balladin du siècle 21 fait four-cher la langue française, et souffle à nos oreilles des histoires de « Marie honnête » et de « Cerises », prônant L’insouciance quand d’autres préfèrent reluquer la vie du côté sombre de la lorgnette. Parce qu’écouter un disque de Barcella, c’est envisager le monde à travers le regard gentiment rou-blard, doucement poétique du jeune rem-mois, quitte à flirter parfois avec la tristesse - sa délicate Symphonie d’Alzheimer -. Depuis son inaugurale Boîte à musiques, Barcella est resté le même, amoureux des mots avec un pied fermement planté dans l’enfance, époque qu’il caresse du souvenir avec une belle sensibilité dans L’Age d’Or. L’artiste uti-lise pêle-mêle accordéon, cordes et cuivres, parfois dans le même morceau - le lumineux Cahier de vacances - ou fonce bille en tête dans un rap décomplexé et mine de rien virtuose, Mixtape. Du « drôle de jeu » de la vie à deux aux Salopes, Barcella ne cesse de réinventer la relation fusionnelle entre la feuille et le stylo, magistralement relatée dans Clairefontaine. Forgeron d’une langue élastique et ludique, il fait valser les mots, et c’est tout sauf du charabia. - Dominique Demangeot -

FOLK ROCK

Angus StoneBroken Brights(Discograph)

Alors que Julia Stone fait des infidélités à son frère en s’acoquinant à Benjamin Biolay le temps d’un duo et en offrant une nouvelle production solo (By The Horns), l’aîné s’est penché lui aussi sur un album personnel. Un premier disque solo d’Angus avait déjà vu le jour il y a trois ans sous le pseudonyme de Lady Of The Sunshine. Cette fois-ci, la no-toriété aidant certainement, il assume son nom pour offrir un album naviguant entre titres folk et indie, qui transpire le goût et l’influence des illustres maîtres du genre. On a déjà pu entendre Bird On The Buffalo, un titre folk-rock dans lequel résonne un riff de guitare plein de distortion, qui immédia-tement fait penser à Neil Young. La voix si particulière d’Angus est très vite reconnais-sable, même si par moments le phrasé et le chant nasal sont très proches de Dylan. Mais à côté de ça, le chanteur hirsute démontre qu’il a une véritable patte pour écrire d’ef-ficaces chansons aux arrangements plutôt bien fichus. Si on voulait tenter la compa-raison entre l’album du frère et celui de la soeur, on pourrait dire que Broken Brights est plus équilibré. Angus Stone sert un album solo certes très référencé, c’est indéniable. Mais celui-ci révèle le talent certain de l’ai-né, qui le place en digne héritier des grands maîtres folk-rock. - Florian Antunes Pires -

SOUL

Joss StoneThe Soul Sessions Vol. 2(Warner)

Retour de la blonde craquante après un album ayant moyennement marché. Cela faisait d’ailleurs quelques disques que l’An-glaise à la voix d’or peinait à convaincre avec son propre répertoire et que leur succès était mitigé. Pour The Soul Sessions, le constat est différent. Le premier volume avait cartonné. Le son était cool (Questlove des Roots aux manettes et aux baguettes) et les reprises alléchantes (du White Stripes décalé, notamment). C’est clairement dans l’exercice de la reprise que Joss Stone est la meilleure (pour le reste, on ne demande qu’à mieux la connaitre). De retour avec de nouvelles relectures, l’Anglaise sexy met dans le mille à nouveau avec parmi les réus-sites de ce Volume II un Give More Power To The People des Chi-Lites et The High Road de Broken Bells. Graou graou, Joss ! - Georges -

FOLK

Bonnie Prince BillyNow Here’s My Plan(Domino Records)

Pour coincider avec la sortie de son livre et la réédition de six de ses albums (il en a sorti plus d’une vingtaine, tous support ou colla-borations confondus), le bon Will offre un EP d’anciens morceaux revisités avec aux ma-nettes Steve Albini - qu’on ne présente plus - et en compagnie des musiciens qui l’ont accompagné sur Wolfroy Goes To Town. Now Here’s My Plan comporte donc six clas-siques, de After I Made Love To You (sur Ease Down The Road, 2001) à I See A Darkness qui écarte le côté dark au profit d’un titre sautillant avec force choeurs féminins ou Three Questions (superbe morceau de l’al-bum Master And Everyone, paru en 2003) ici dans une version lente avec un harmonium et la jolie voix d’Angel Olsen. Il y a aussi le très beau Beast For Thee, paru en 2005 sur Superwolf, l’album en duo avec le guitariste Matt Sweeney. - Simon Grangereau -

POP ROCK

Bloc Party.Four(French Kiss / Coop / PIAS)

Ce quatrième album risque de fédérer un max de monde en raison de la distance qui le sépare d’Intimacy et son changement ra-dical de cap. So He Begins To Lie annonce d’emblée la couleur : il y aura des guitares et du bruit sur ce nouveau CD. En mélan-geant les riffs bourrins à la Rage Against The Machine et les envolées lyriques à la Muse, Bloc Party opère un changement de direc-tion au point de vue de la composition et du chant. Kele, qu’on croyait limité dans un timbre grave, s’essaie aux aigus et ça fonctionne plutôt pas mal, même si l’on ne peut s’empêcher d’imaginer Charlie Winston qui aurait pris la place de Matthew Bellamy au sein de Muse (3x3). Plus loin, le groupe retrouve le son des précédents al-bums sous l’influence Cure/Smiths. Autant le dire, ces morceaux ne présentent pas vrai-ment d’intérêt, ils ne font que reprendre la bonne vieille recette (les rythmes syncopés, les guitares acérées...) usée jusqu’à l’os. Ce sont de vraies surprises comme le bluesy Co-liseum ou Kettling, un morceau aux couplets neo-metal et au solo de guitare heavy (Van Halen, y es-tu ?) qui vont faire réagir et font la différence. - Simon Grangereau -

POP FOLK

Cat PowerSun(Matador)

L’été avait commencé en beauté. Ruin, le premier single dévoilé, écartait les nuages de juin avec ses sonorités cubaines et l’une des voix les plus attachantes de la décennie faisait son grand retour. Mixé par Zdar, celui qui a la cote ces derniers temps (Phoenix, The Rapture, Beastie Boys...), Sun, le nouvel album de Cat Power, surprend et déçoit. Chan Marshall fait partie de ces artistes qui, semble-t-il, fonctionnent par phases. Un jour chanteuse frangée délivrant un indie rock de très bon goût, le lendemain grande prêtresse rhythm ‘n’ blues, enfin interprète lascive de classiques américains pour un ré-sultat mi-figue, mi-raisin. La belle brune refait surface avec un disque qui surprend par sa production proche de l’univers hip-hop et R’n’B et déçoit par un manque d’inspira-tion. S’il y a bien les entraînants et lumineux Manhattan et Ruin (et les neuf pianos utilisés pour l’enregistrement), les envoûtants Che-rokee et Always On My Own pour sauver les meubles et bien évidemment cette voix magnifique, atout majeur que nul ne pourra lui enlever, Sun n’est pas le meilleur disque de Cat Power, qui a pourtant eu le mérite d’être quasi seule aux commandes. - Simon Grangereau -

POP

Oli & SamJust For Oliver’s Fun(autoproduction)

Just For Oliver’s Fun est le premier coup d’es-sai d’Oli & Sam. Just for Oliver’s fun, mais pas que... En effet, à l’écoute de cet album, on parie fort que de nouveaux adeptes vont rapidement adhérer à ce recueil de pop songs, parfois folk, rêveuses et rafraîchis-santes. Les rêves oui, mais aussi l’adoles-cence semblent être l’inspiration principale de cet opus sans prétention. Alvin ouvre donc le coffre à jouet d’Oliver. Avec juste l’ironie qu’il faut, cette chanson en fran-çais explique pourquoi le reste de l’album est en anglais. On découvre la formidable voix de Oli/Charlie , qui pourrait être celle d’une Tori Amos suave. Cette voix se marie parfaitement avec les mélodies inspirées, où la guitare se voit souvent accompagnée d’un piano Rhodes ou d’un orgue Ham-mond. Ainsi on passe de compos légères à d’autres plus sombres. Oli & Sam offre une véritable playlist variée, qui semble être ins-pirée des différents endroits du globe que le duo leader a pu visiter lors de ses voyages. A l’heure du tout numérique, voir un disque autoproduit avec un artwork aussi soigné, ne fait que renforcer tout le bien qu’on pense d’Oli & Sam. - Florian Antunes Pires -

POP ROCK

FleaHelen Burns(en téléchargement)

Ce n’est pas la première fois qu’on peut entendre le bassiste émancipé des Piments, mais c’est une nouveauté de voir un en-semble de compos réunies sur une même production. La plupart des titres ont été écrits après la tournée de Stadium Arca-dium et Helen Burns est disponible en télé-chargement à prix libre sur le site du Conser-vatoire de Musique de Silverlake, fondé par Flea, qui recevra les bénéfices des ventes du EP. L’ensemble des six pistes est joué par Flea, trompettiste de formation mais qui as-sure également piano et boîtes à rythme. Et autant avertir les fans, on est très loin du style Peppers. A l’exception du morceau éponyme, une ballade au piano où Patti Smith vient poser sa voix rauque, le reste du disque est instrumental et expérimental. Bal-zary semble heureux de retrouver son pre-mier instrument, et n’hésite pas à l’emme-ner vers des horizons originaux. On préfère en effet quand Flea laisse place à la rêverie ou à des moments cristallins accompagnés d’une chorale. Des morceaux peut être moins osés mais qui mettent en lumière un certain talent de mélodiste de l’Australien. - Florian Antunes Pires -

Page 14: Diversions Bourgogne septembre 2012

Littératures 14

ROMANIl la regardeAlain ChopinEditions Dialogues

Un jour Antoine rencontre une mère et sa fille dans un port breton. Anne regarde sa fille qui tournoie sur un manège. Antoine regarde Anne. Ainsi commence le roman d’Alain Chopin qui nous transporte entre Lille et la Bretagne, depuis cette rencontre inau-gurale et marquante entre le journaliste et la gérante d’une salle de cinéma, d’autant qu’Antoine retrouve quelques jours plus tard Anne dans un article de journal. Il n’en faut pas plus à ce critique du 7ème art, pour partir à la rencontre de la mystérieuse inconnue. « Elle avait mis quelque chose en mouvement » dit Antoine qui ne se doute pas, à ce mo-ment, combien il a raison. Le journaliste re-noue avec un passé breton qu’il aurait voulu oublier. Le lecteur découvre quant à lui, peu à peu, les blessures enfouies d’Antoine, des souvenirs qu’il tente de ranger dans un tiroir secret de sa mémoire, comme lorsqu’il garde empilés dans ses toilettes à Lille, des cen-taines de numéros d’un quotidien breton le rattachant à ses racines. Lorsqu’il rencontre enfin Anne, les deux êtres sont irrémédiable-ment attirés l’un par l’autre. Une relation par-ticulière semble les unir. Le lecteur appren-

dra plus tard la nature de ce lien troublant. Alain Chopin brosse aussi de beaux portraits, lorsqu’il fait intervenir les personnages - fictifs, mais pourtant si fidèles - de Raymond Depar-don, son sens aigü de l’observation et une humilité large comme un océan, et Valérie Bruni-Tedeschi chez qui Antoine pressent « quelque chose qui ne se laissait pas saisir, qui ouvrait sur l’infini ». - Paul Sobrin -

CHRONIQUES RADIOPHONIQUESL’air de rienFrançois MorelDenoël

Chaque vendredi le comédien François Mo-rel, que beaucoup ont découvert lorsqu’il interprétait l’un des personnages hauts en couleur de la troupe des Deschiens sur Ca-nal +, nous régale de ses bons mots sur l’an-tenne de France Inter. L’an dernier il publiait le premier recueil de ses interventions de fin de semaine, depuis la première émission du 4 septembre 2009 jusqu’à juin 2011. Il faut dire que parmi les troupes - décimées ces derniers temps - des chroniqueurs de France Inter, François Morel n’a pas la réputation du franc-tireur le plus sulfureux. Pourtant ses chroniques n’ont pas épargné grand monde, à bien y regarder, en plus de trois années d’exercice. Derrière son patronyme et son physique de Monsieur Tout le monde,

François Morel dissimule une plume pour le moins acérée. Qu’il dresse un croustillant pa-rallèle entre Frédéric Lefebvre et un roquet gardant l’Elysée toutes mâchoires dehors, ou qu’il propose le néologisme « ericbesso-ner » comme synonyme de trahir, l’humoriste fait preuve d’une réelle verve, en particulier envers le monde politique. Eclairs tout à la fois drôles et lucides sur une actualité quo-tidienne pas toujours - voire jamais - drôle. Le faux naïf aborde l’info sous divers angles: économiques, judiciaires ou people, faisant preuve aussi, de temps à autres, d’une vrai conscience sociale. Le chroniqueur de 7h55 n’a pas son pareil pour passer à l’absurde ou au vitriol nos questions de société, du voile intégral... jusqu’au point G ! C’est dire l’éclectisme de ces billets d’humeur qui, dieu merci, ont toujours cours chaque vendredi sur France Inter, et que nous ne saurions trop vous conseiller, à l’écrit comme à l’oral. - Dominique Demangeot -

ROMANEnola GameChristel DiehlEditions Dialogues

Une mère et sa fille vivent recluses dans leur maison depuis plusieurs mois. La cause ? Un énorme nuage blanc s’est abattu sur la ville et a rendu impossible toute sortie pour les

habitants. Des personnes vêtues de blanc fournissent des vivres aux pieds des maisons et ordonnent aux résidents de ramasser leurs paquets en toute hâte. D’où vient ce nuage ? Quelle est son origine ? Nul ne le sait. Les questions se bousculent dans l’esprit de la mère et les inquiétudes grandissent quant à savoir que sont devenus les autres membres de sa famille : son mari et sa seconde fille.La maman et la petite fille tentent de vivre normalement : manger, se laver, jouer, ra-conter des histoires, tout cela sans eau chaude, ni chauffage, ni électricité. Il faut s’adapter : se doucher à la hâte, se vêtir de pulls et de chaussettes ou encore chauffer l’eau à l’aide d’un poêle. Un jour, la mère décide de sortir de la maison, ne supportant plus le confinement, mais elle ne peut rester dehors car l’air est oppressant, irrespirable. « Maman raconte-moi la pâte d’amande avec mamie » demande la petite qui vient de fêter ses quatre ans la veille. Alors la mère raconte les souvenirs encore nombreux et heureux de son enfance. Des bruits sourds proviennent de l’extérieur, des éclats de voix… La mère s’inquiète et regarde par la fenêtre. Elle perçoit des ombres qui pillent les maisons voisines et abattent les habitants qui résistent. Son angoisse grandit d’autant plus que la petite s’est mise à tousser depuis quelques jours, et que sa respiration est deve-nue difficile. Quelle alternative s’offre à elle ? Laisser ces ombres vandaliser et tuer les rési-dents, ou trouver une issue de secours pour elle et sa fille ? - Caroline Vo Minh -

ROMANCharly 9Jean TeuléPocket

Le 24 août 1572 a lieu la tristement célèbre Nuit de la Saint-Barthélémy, durant laquelle sont massacrés des milliers de Protestants à Paris. Si l’ordre officiel vient de Charles IX, c’est son autoritaire mère, Catherine de Me-dicis, qui dans l’ombre tire les ficelles. Jean Teulé s’emploie à nous faire mieux connaître ce jeune roi maudit à la réputation entâ-chée de sang. Le sang est très présent dans le roman. Celui des victimes, qui va jusqu’à teinter l’hostie, celui de la chasse à cour dont les monarques étaient si friands à l’époque et aussi la maladie hémorragique qui coûte la vie au souverain, comme une malédiction pour ses crimes. L’auteur aligne des scènes fortes, comme lorsque Charles IX fait l’au-truche... en enfouissant sa tête dans le ventre encore fumant d’un cerf, ou qu’il pourchasse des lapins dans les appartements de sa maî-tresse Marie Touchet. C’est bien des démons de l’avant-dernier roi des Valois que nous entretient Jean Teulé, lent basculement dans la folie même si le roman apporte aussi son lot de scènes cocasses. Une oeuvre histo-rique - l’auteur prenant cependant quelques libertés avec les faits - aux accents tragi-co-miques, servie par l’écriture truculente de Jean Teulé. - Bertrand Demornieux -

ROMANLes fragments SolanderPierre CendorsLa Dernière Goutte

Les fragments Solender retrace l’enquête que mène l’écrivain Paul Fauster au sujet d’Endsen, poète entouré d’une aura de mys-tère. Victime d’un accident, Fauster perd la mémoire. Pour se retrouver lui-même, il re-part sur les traces du poète. Un lien mysté-rieux semble en effet unir les deux hommes, mais plus l’enquête avance, plus Endsen lui échappe. Il faut dire que l’existence de ce dernier s’apparente aux ruelles embrumées de Prague où vit Fauster. La figure littéraire semble revêtir plusieurs identités, et plus le roman avance, plus l’échevaud se densifie. Si l’intrigue prend des allures de polar - revê-tant aussi une dimension surnaturelle - nous transportant de l’Allemagne nazie à la Rus-sie stalinienne, le roman est avant tout une belle méditation sur l’essence de la littérature et la complexité de l’identité. Pierre Cendors n’épargne rien à son lecteur qui doit s’ac-crocher pour recouper les informations re-cueillies par Fauster au fil de sa quête. Les fragments Solander ne sont pas sans rappeler les errances des personnages des premiers romans de Paul (F?)Auster, lorsque polar ma-gistral et roman métaphysique ne font qu’un. - Dominique Demangeot -

RÉÉDITIONS BD CHEZ DUPUIS

Jerry Spring

Une fois de plus les éditions Dupuis nous ravis-sent avec leurs magnifiques intégrales. Cette fois-ci l’éditeur nous propose les suites chrono-logiques de Jerry Spring, l’une des meilleures séries de la BD franco-belge. Dynamique, en-levé, privilégiant les cadrages audacieux et les scènes d’ambiance, le dessin réaliste de Jijé va influencer tout le western dessiné du-rant des décennies. Jerry Spring fait preuve d’humanisme. Défenseur du peuple indien, il n’hésite pas non plus à prendre fait et cause pour la nation noire et combat les exactions du Ku Klux Klan. Dès le premier épisode, il fait la connaissance du Mexicain Pancho, qui devient dès lors son plus fidèle compagnon. Ensemble, ils vivront des aventures de 1954 à 1977. Ce tome 5 des intégrales est le dernier réunissant les ultimes aventures du héros en noir et blanc. Un magnifique ouvrage !

Les Petits HommesToujours dans la collection intégrale, retrou-vons les Petits Hommes de Seron, ce qua-trième tome nous propose les albums entre 1976 et 1978. A la suite de la chute d’une mystérieuse météorite, certains habitants du village de Ravejols se retrouvent réduits à la taille de petite souris. Ces derniers décident

alors de fonder leur propre communauté baptisée Eslapion. Parmi de nombreux per-sonnages, trois d’entre eux s’accaparent la vedette, Renaud, Lapoutre et Cédille. Seron nous offre une narration originale maîtrisant parfaitement l’art du découpage. Dans cet ouvrage, Renaud et ses acolytes poursuivent leurs aventures, qui les entraîneront 20 000 lieus sous les mers, à la découverte d’un des secrets les mieux gardés de l’humanité. Tou-jours plaisant !

SeulsEt voici une nouveauté avec ce magnifique Seuls de Gazotti et Vehlmann au scénario, la suite toujours plus passionnante et angois-sante de ce thriller haletant. Des enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs pa-rents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… seuls ! Avec ce tome 7, les auteurs continuent de nous entraîner dans la zone rouge, qui, elle-même, s’enfonce dans le sol. Le temps presse, des phénomènes inquiétants se multi-plient. Une captivante aventure ! A continuer sur le site des auteurs.

www.seuls-labd.com

- Bruno Kolanek -

Page 15: Diversions Bourgogne septembre 2012

Cinéma 15

29 aoûtMargaretDe Kenneth Lonergan Drameavec Anna Paquin, J. Smith-CameronUne jeune lycéenne américaine est convaincue d’avoir tué une femme lors d’un accident de la route. N’ayant aucun moyen de réparer sa faute, elle dirige sa colère sur son entourage.

Dark HorseDe Todd Solondz Drameavec Justin Bartha, Selma BlairUn trentenaire vit encore chez ses parents. Il fait la connaissance de Miranda, une jeune femme qui retourne vivre chez ses parents elle aussi.

Moi, députéDe Jay Roach Comédieavec Will Ferrell, Zach GalifianakisMarty Huggins, directeur d’un office du tourisme en Caroline du Nord, se porte candidat pour les élections. Inexpérimenté au départ, il se révélera concurrent impitoyable face à son adversaire direct : Cam Brady.

Confession d’un enfant du siècleDe Sylvie Verheyde Drameavec Charlotte Gainsbourg, Pete DohertyUn jeune libertin, Octave, rencontre une dame veuve, de dix ans son aînée. Entre eux naîtra une passion amoureuse.

David et Madame HansenDe Alexandre Astier Drameavec Isabelle Adjani, Alexandre AstierDavid, ergothérapeute, fait la connaissance d’une dame énigmatique qui mêle provocation et chagrin, insolence et détresse. Sa curiosité grandit envers sa patiente.

Hit and RunDe David Palmer Actionavec Bradley Cooper, Kristen BellCharlie, ex-chauffeur d’un gang de braqueurs, vit sous une nouvelle identité avec sa petite amie. Cette dernière doit se rendre à Los Angeles pour trouver du travail. Il décide de l’accompagner malgré les risques encourus.

SuperstarDe Xavier Giannoli Comédie dramatiqueavec Kad Merad, Cécile de FranceUn homme devient célèbre du jour au lendemain sans savoir pourquoi.

Les Enfants Loups Ame & Yuki De Mamoru Hosoda AnimationHana et ses deux enfants cachent un lourd secret : leur père est un homme-loup.

Mobile HomeDe François Pirot Comédie dramatiqueavec Arthur Dupont, Guillaume GouixUn jeune homme retourne dans son village

natal. Il retrouve julien, un ami d’enfance. Ils décident de réaliser un rêve d’adolescence : partir à l’aventure dans un camping car.

Kyss mig - Une Histoire suédoiseDe Alexandra-Therese Keining Drameavec Ruth Vega Fernandez, Liv MjönesUne famille recomposée en Suède se prépare à fêter le mariage du père avec une nouvelle fiancée. Mais la fille du père n’apprécie pas sa future belle-mère...

La Vierge, les Coptes et MoiDe Namir Abdel Messeeh DocumentaireUn jeune égyptien décide de retourner dans son pays d’origine afin d’enquêter sur les apparitions de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne.

5 septembreMonsieur FlynnDe Paul Weitz Drameavec Robert De Niro, Julianne MooreUn jeune travailleur social agit dans des structures recueillant des sans-abris. Il retrouve son père qui souhaite un lit pour la nuit.

Premium RushDe David Koepp Actionavec Joseph Gordon-Levitt, Jamie ChungUn coursier doit livrer un paquet pour l’Université de Columbia. Un policier véreux va tenter de lui voler par tous les moyens.

Killer JoeDe William Friedkin Drameavec Matthew McConaughey, Emile HirschUn jeune dealer doit 6000 dollars pour garder la vie sauve. Il tente alors de faire assassiner sa mère afin de toucher l’assurance vie.

The SecretDe Pascal Laugier Thrilleravec Jessica Biel, Jodelle FerlandDes enfants disparaissent de façon mystérieuse. Une jeune infirmière va connaître ce même sort : son fils disparait lui aussi. Elle décide de le retrouver à l’aide d’un agent fédéral.

Le GuetteurDe Michele Placido Policieravec Daniel Auteuil, Mathieu KassovitzUn commissaire est sur le point d’arrêter un gang de braqueurs de banques, mais l’opération échoue à cause d’un tireur d’élite qui permet au gang d’échapper à la police. Une chasse à l’homme commence alors.

Cherchez HortenseDe Pascal Bonitzer Drameavec Jean-Pierre Bacri, Isabelle CarréUn professeur de civilisation chinoise doit contacter son père haut-fonctionnaire pour aider une jeune femme serbe à obtenir une régularisation. Les relations entre père et fils sont tendues.

Monsieur LazharDe Philippe Falardeau Drameavec Monhamed Fellag, Sophie NélisseBachir Lazhar propose ses services en tant qu’instituteur après le suicide de la maîtresse d’école. Le nouveau maître découvre des enfants perturbés.

WrongDe Quentin DupieuxComédieavec Jack Plotnick, Eric JudorDolph a perdu son chien. Il soupçonne Master Chang d’être l’auteur de ce vol, et va alors s’adresser au détective Ronnie pour élucider ce mystère...

12 septembreThe we and the IDe Michel Gondry Comédieavec Michael Brodie, Teresa LynnC’est le dernier jour de classe dans un lycée du Bronx. Les élèves empruntent le bus pour la dernière fois.

Des hommes sans loiDe John Hillcoat Drameavec Tom Hardy, Gary Oldman1931, aux Etats-Unis. Les frères Bondurant vivent du trafic d’alcool. L’aîné, Forrest, fait la rencontre de Maggie et décide de la protéger.

Voisins du troisième typeDe Akiva Schaffer Comédieavec Ben Stiller, Vince VaughnQuatre habitants de Glenview dans l’Ohio créent un comité de surveillance de quartier. La ville est envahie d’extraterrestres.

LOL USADe Lisa Azuelos Comédieavec Miley Cyrus, Douglas BoothLola et ses camarades de classe vivent connectés en permanence : Youtube, Facebook… Sa mère lit accidentellement son journal intime…

OmblineDe Stéphane Cazes Drameavec Mélanie Thierry, Nathalie BecueUne jeune femme est incarcérée alors qu’elle est enceinte. Elle décide d’accoucher et de s’occuper du bébé en prison durant 18 ans, comme le veut la loi.

Camille redoubleDe Noémie Lvovsky Comédieavec Noémie Lvovsky, Samir GuesmiCamille et Eric ont une fille. Mais 25 ans plus tard, Eric la quitte. Le 31 décembre, Camille est renvoyée dans le passé lors de ses 16 ans, l’âge où elle rencontre Eric...

SparkleDe Salim Akil Drameavec Jordin Sparks, Tika SumpterSparkle est passionnée de musique. Elle tente de percer dans ce milieu mais doit faire face à des problèmes de famille.

Ce que le jour doit à la nuitDe Alexandre Arcady Historiqueavec Nora Arnezeder, Fu’ad Ait AattouYounès, 9 ans, est confié à son oncle pharmacien. Rebaptisé Jonas, il s’intègre à sa nouvelle vie et découvre l’amour avec Emilie.

Confession d’un enfant du siècle le 29 août

LOL USA le 12 septembre

Monsieur Flynn le 5 septembre

Page 16: Diversions Bourgogne septembre 2012