présence africaine - .ou la raison d’être de présence africaine » explique clairement les...

Download Présence Africaine - .ou la raison d’être de Présence Africaine » explique clairement les objectifs

Post on 13-Sep-2018

218 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Prsence Africaine : une tribune, un mouvement, un rseau

    Bibliothque centrale de luniversit Cheikh Anta Diop11 mars 26 juin 2011

    journal gratuit

  • 2

    Prsence Africaine : une tribune, un mouvement, un rseau

    1. Prsence Africaine : une tribune,

    un mouvement, un rseau ,

    muse du quai Branly, 10 novembre 2009

    31 janvier 2010 et bibliothque

    de luniversit Cheikh Anta Diop, 11 mars

    26 juin 2011.

    L a revue littraire et culturelle Prsence Africaine, est fonde Paris en 1947 par lintellectuel sn-galais Alioune Diop. Un texte inaugural Niam ngoura ou la raison dtre de Prsence Africaine explique clairement les objectifs de la revue : publier des tudes africanistes sur la culture et la civilisation noire, publier des textes africains , passer en revue les uvres dart ou de pense concernant le monde noir . Il cre un comit de rdaction essentiellement consti-tu dintellectuels africains (Bernard Dadi, Mamadou Dia, Abdoulaye Sadji,) et sentoure de toutes les personnalits intresses par les mondes noirs : eth-nologues, anthropologues (Marcel Griaule, Georges Balandier, Thodore Monod, Michel Leiris, Paul Rivet), crivains, philosophes (Aim Csaire, Lopold Sdar Senghor, Jean-Paul Sartre, Andr Gide, Albert Camus, Richard Wright) mais aussi galeristes et critiques dart (Charles Ratton, William Fagg). En acceptant de constituer le comit de patronage de la revue et en publiant des textes sur la nature de leur engagement ces personnalits firent du numro inaugural un des premiers manifestes anticolonialistes et antiracistes de laprs-guerre. Il sagissait pour eux daccompagner et de soutenir la naissance dune revue ncessaire.Si, en 1947, Alioune Diop crit cette revue ne se place sous lobdience daucune idologie philosophique et politique , en 1955, il redfinit clairement ses objec-tifs : Tous les articles seront publis sous rserve que leur tenue sy prte, quils concernent lAfrique, quils ne trahissent ni notre volont antiraciste, anticolonia-liste, ni notre solidarit des peuples coloniss .

    Quest-ce que Prsence Africaine ? Cest la fois une revue, une maison ddition, fonde par Alioune Diop en 1949, et une librairie, quil ouvre en 1962, toute trois Paris, centre de lempire colonial et de la Rpublique mondiale des lettres . Outre ses activits ditoriales, Alioune Diop, produit le film Les Statues meurent aussi dAlain Resnais et Chris Marker (1953),

    organise les deux congrs dcrivains et artistes noirs, Paris en 1956 et Rome en 1959, fonde la Socit africaine de culture en 1956, et participe activement lorganisation du Premier Festival des arts ngres de Dakar en 1966. Cest cette priode, allant de la fondation de Prsence jusqu la fin des annes 1960, que sintresse en particulier lexposition prsente au muse du quai Branly et la bibliothque de lUniversit Cheikh Anta Diop1. Prsence Africaine fut galement une tribune, un mou-vement, un rseau, qui ont permis plusieurs cou-rants dides lis au monde noir de sexprimer et de dbattre. Sept ans avant la confrence de Bandung (1955), Alioune Diop rassemble autour de lui des intellectuels franais, africains, antillais et amricains pour proposer une autre vision du monde, affirmer la prsence des domins dans lhistoire et dnoncer le racisme et la colonisation. Cette maison ddition a ainsi permis de constituer lune des premires biblio-thques des textes fondateurs de lanticolonialisme en France (Aim Csaire, Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon, Mongo Beti).Lexposition a pour ambition de montrer le rle majeur jou par lentreprise culturelle Prsence Africaine dans lhistoire politique et culturelle des intellectuels noirs francophones, anglophones et lusophones des annes 1950-1960. Nous souhaitons galement rendre hommage Alioune Diop et rvler un large public le rle mconnu des intellectuels africains, antillais, malgaches et noirs amricains dans la vie intellectuelle franaise et mondiale. la mort dAlioune Diop, en 1980, sa femme, Chris-tiane Yand Diop, a repris la direction des ditions Prsence. Les ditions ont publi le philosophe Valen-tin Yves Mudimbe, le prix Nobel de littrature Wole Soyinka (1986), lcrivain Daniel Maximin, le laurat du prix Renaudot Alain Mabanckou (2006) La Socit africaine de culture, aujourdhui Communaut afri-caine de culture, est dirige par Wole Soyinka.

    Sarah Frioux-Salgas, commissaire de lexposition

  • 3

    Texte dintroduction

    La revue Prsence Africaine est fonde Paris en 1947 par lintellectuel sngalais Alioune Diop (1910-1980) avec les objectifs suivants : publier des tudes africanistes sur la culture et la civilisation africaine ; publier des textes africains ; passer en revue des uvres dart ou de pense concernant le monde noir * Alioune Diop cre un comit de rdaction essentiel-lement constitu dintellectuels africains, malgaches et antillais. Il rassemble aussi un comit de soutien prestigieux : Jean-Paul Sartre, Andr Gide, Emmanuel Mounier, Richard WrightSil ne souhaite pas au dpart dfendre une idolo-gie particulire, Alioune Diop dfinit en 1955 cette ligne ditoriale : Tous les articles seront publis sous rserve que leur tenue sy prte, quils concernent lAfrique, quils ne trahissent ni notre volont antira-ciste, anticolonialiste, ni notre solidarit des peuples coloniss. Il fonde en 1949 une maison ddition, ouvre en 1962 une librairie, organise le premier Congrs des artistes et crivains noirs Paris en 1956, un second congrs Rome en 1959 et participe activement lorganisa-tion du premier Festival des arts ngres de Dakar en 1966. Cette exposition retrace les vingt premires annes de Prsence Africaine, qui fut une tribune, un rseau et un mouvement permettant aux diffrents courants dides lis aux mondes noirs de sexprimer pen-dant la colonisation puis au dbut des Indpendances.

    Section 1

    LAtlantique noir : du panafricanisme la ngritudeDes combats politiques et intellectuels transnationauxPrsence Africaine est lhritire dune presse noire internationale qui existait dj dans les annes 1920-1930, et des mouvements politiques et culturels ns au dbut du xxe sicle comme le panafricanisme, le mouvement New Negro et la Ngritude. Paris, les membres de la diaspora noire se croi-sent, sans pour autant former un groupe homogne. Les expriences sociales, politiques et historiques de chacun donnent lieu des discours idologiques diff-

    rents. Certains sont anticolonialistes, dautres dfen-dent lgalit des droits ou rclament une reconnais-sance culturelle.Ces diffrents mouvements dides sont issus des changes entre les Noirs dAfrique, dAmrique et dEu-rope et constituent une culture noire transnationale.

    Les panafricains amricainsAu dbut du xxe sicle, la lutte pour la dfense des conditions des Noirs amricains prend un caractre international grce deux leaders. Le Jamacain Marcus Garvey prne un nationalisme noir fond sur lunion des Noirs de tous les continents et leur retour en Afrique. Il diffuse ses ides en anglais, espagnol et franais dans le journal The Negro World, fond en 1918. W.E.B. Du Bois pense au contraire que le Noir am-ricain peut tre la fois noir et amricain. Il estime ncessaire de lier la lutte pour la reconnaissance des droits civiques aux tats-Unis aux mouvements afri-cains de dcolonisation et dirige le mensuel de lAsso-ciation nationale pour le progrs des gens de couleur, The Crisis, cr en 1910.

    Textes de lexposition et citations

    *Alioune Diop, Niam ngoura ou les raisons dtre de Prsence Africaine , Prsence Africaine, n 1, 1947

  • 4 Les militantsDes militants africains proches du Parti communiste sorganisent pour dnoncer limprialisme europen, la condition sociale des Noirs et la colonisation. Ces organisations rassemblent essentiellement des petits employs, des marins, des ouvriers et des tirailleurs africains.En 1926, le Sngalais Lamine Senghor fonde en France une des premires associations noires, le Comit de dfense de la race ngre, et en 1927 le journal La Voix des Ngres. Avec Tiemoko Garan Kou-yat, il cre galement en 1927 la Ligue de dfense de la race ngre et publie La Race ngre (1927-1931) qui devient Le Cri des Ngres (1931-1936). Ces journaux, diffuss en France, en Afrique et en Amrique, sont rgulirement censurs par le minis-tre des Colonies qui surveille de prs les activits des indignes anti-franais .

    Le gentleman blanc avait dit au patron que les Noirs qui publiaient La Race noire faisaient une uvre anti-franaise, quun pareil journal devrait tre interdit et que ceux qui lditaient on devrait [] les fourrer en prison comme des criminels. Le propritaire du bar rpondit quon ntait pas ici en Afrique Occidentale, o lui avait-on dit les autorits locales avaient interdit la diffusion du Negro World.

    Claude MCKay Banjo, 1929

    La NgritudeLe contexte culturel et politique international annonce le mouvement de la Ngritude que Csaire, Senghor et Damas lancent dans lunique numro de Ltudiant noir, publi en 1935. Ils refusent la domination colo-niale caractrise par la conqute, lesclavage, le dni culturel, la domination politique et lexploitation co-nomique. Avant mme le Cahier dun retour au pays natal (1939) dAim Csaire, le pote guyanais Lon-Gontran Damas illustre la Ngritude en 1937 avec les pomes de Pigments, puis en 1938 avec Retour de Guyane qui, crit suite une mission ethnographique officielle (1934), critique violemment le systme colonial. Ces pomes qui dnoncent au rythme du jazz loppression des Noirs sont interdits en 1939 pour atteinte la sret de ltat.

    [] le problme du xxe sicle est le problme de la ligne de partage de couleur.

    W.e.B. duBoisLondres, 1900

    Le mouvement New Negro Dans les annes 1920, Harlem voit apparatre une jeune gnration dcrivains et dartistes noirs qui sapproprient leur hritage africain, revendiquent leur identit amri-caine et dnoncent la condition des Noirs : Langston Hughes, Zora Neale Hurston, Claude McKay, Countee Cullen, Paul Robes