revue bancaire tunisien 2010

Download Revue Bancaire Tunisien 2010

Post on 02-Jul-2015

529 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Novembre 2010

Dpartement Recherches et Analyses

REVUE BANCAIRE

LE SECTEUR BANCAIRE TUNISIENLenvironnement macroconomique Panorama du secteur bancaire tunisien Etude des banques cotes en 2009 : volution et tat des lieux Evaluation et Scoring

www.maxulabourse.com.tn

Maxula Bourse

Lenvironnement macroconomiqueLanne 2009 fut caractrise, lchelle internationale, par le retour graduel de la confiance dans les marchs aprs les turbulences financires observes en 2007 et 2008. Les mesures de soutien exceptionnelles prises par les gouvernements et les banques centrales ont permis, en effet, une relative amlioration de lenvironnement financier qui sest accompagne par une reprise, quoique modre, de lactivit conomique mondiale. Nanmoins, plusieurs facteurs de fragilit persistent, lis notamment aux dsquilibres des finances publiques de plusieurs pays. Lconomie tunisienne semble rsister la crise et continue denregistrer une volution favorable et un rythme de croissance soutenu quoique moins rapide compar la croissance dune anne auparavant. Le taux de croissance du PIB rel sest situ 3,1% en 2009 contre 5,1% en 2008. Le FMI prvoit un taux de 3,8% en 2010 et de 4,8% en 2011. La croissance a t soutenue grce la performance du secteur agricole dont la croissance a doubl atteignant 6%, mais aussi, une demande intrieure soutenue par la consommation prive et les investissements publics, bien que certains secteurs manufacturiers aient connu une dclration. Linflation est reste modre 3,7% en moyenne. Afin de limiter les effets nfastes de la crise financire mondiale sur la croissance de lconomie tunisienne, un ensemble de mesures conjoncturelles caractre financier et social a t dcid pour soutenir les entreprises, en plus des mesures structurelles visant la reprise conomique. Le plan de soutien se base sur lintervention de lEtat sur le plan scurit sociale, fiscalit, tarification douanire Dans la mme optique, les rformes se poursuivent en Tunisie un rythme appropri, afin de mettre en place les mcanismes ncessaires et runir les conditions favorables pour le renforcement des avances accomplies en matire de dveloppement conomique, social, humain et politique. Les orientations du programme prsidentiel 2009-2014 sont bien dfinies et dgagent une ambition volontaire de faire de la Tunisie un ple de services bancaires et une place financire rgionale, pouvant contribuer drainer les investissements et renforcer lefficacit de lconomie nationale dans son environnement extrieur. Cest dans cette optique que les axes de la bataille lance par les autorits aura pour objectif de rduire la fragmentation du secteur, daccrotre le taux de bancarisation, et, ventuellement de doter les tablissements de crdits tunisiens dune taille critique, qui leur permettrait de prserver leurs parts sur le march local et de partir, dans une deuxime tape, la conqute de nouveaux marchs. Contraint par latomicit du march local alors que linertie a t rige en dogme par les banques tunisiennes, lEtat a montr, encore une fois, la voie prendre. Do la dcision de crer un holding bancaire spcialis dans le financement des PME (Baptis Moubadara) et un ple bancaire tuniso-libyen sans omettre la restructuration de la Tunisian Foreign Bank et la grande opration de fusion annonce entre la STB et la BH.

2

Dpartement Recherches et Analyses

Maxula Bourse

Panorama du secteur bancaire tunisienLe paysage bancaire tunisien comprend actuellement vingt-neuf banques articules autour de la Banque Centrale de la Tunisie. Ces banques se subdivisent en 18 banques universelles dont 11 sont cotes sur la bourse de la Tunisie, huit autres banques bnficient dun statut offshore, deux banques daffaires et une banque islamique 100% tunisienne (Zitouna Banque). Cette dernire vient rcemment enrichir la place financire avec une panoplie de produits financiers innovants, en respect avec la charia; Contrairement sa consur la banque saoudienne Best bank qui t auparavant lunique tablissement oprant dans le secteur de la finance islamique en Tunisie et qui ne dveloppe que des produits destins aux entreprises, Zitouna Banque couvrira tous les segments du march, aussi bien les mnages que les professionnels et entreprises, visant une part de march de 5% 10%. Sagissant de lvolution de lactivit des banques, on assiste une amlioration considrable des principaux fondamentaux durant lanne 2009. En effet, le produit net bancaire des banques a augment de 120,6MDT (+7,2%) contre 197,3 MDT (+13,3%) lanne prcdente pour atteindre 1.804,4 MDT la fin de 2009. Par ailleurs, le rsultat net a atteint 461,6 MDT, une progression de 67 MDT, soit 17% par rapport 2008. Laugmentation du rsultat net des banques a eu un impact positif sur la rentabilit des fonds propres puisque le ROE a atteint 11,7% contre 11,2% lanne prcdente et le rendement des actifs sest maintenu au mme niveau que celui de 2008, soit 1%. En outre, les banques ont poursuivi leurs efforts en matire de renforcement de leurs assises financires travers les oprations daugmentation de capital, ce qui a contribu la progression des fonds propres de 431,3 MDT(+11,2%)pour atteindre 4.291,5 MDT. Suite cette volution, le ratio moyen de couverture des risques a augment par rapport lanne prcdente pour atteindre 12,4%. Sur le plan de la qualit du portefeuille, lanne 2009 a t marque par la poursuite de la matrise des risques et le traitement dynamique des crances classes par les banques, ainsi le taux des crances classes dans le total des engagements a nettement baiss de 2,3 points de pourcentage pour stablir 13,2% contre 15,5% la fin de 2008. Dans la mme ligne, le taux de couverture des crances classes par les provisions a connu une amlioration significative de 1,5 points de pourcentage pour atteindre 58,3% la fin de 2009. Assurment, le secteur bancaire tunisien est entrain de russir sa mue, vers plus de solidit et de maturit, il a pu raliser un renforcement considrable de ses assises financires ainsi quune amlioration graduelle de sa rentabilit. Leffort de restructuration se poursuit jusqu prsent et des progrs ont ainsi t enregistrs diffrents niveaux, avec toutefois des disparits notables entre les diffrents tablissements considrs individuellement. Actuellement, leffort est ax sur la consolidation et sur le respect des rgles prudentielles imposes par le comit de Ble II. Dautres rformes sont en cours de rflexion pour consolider la stabilit financire, en convergence avec les mesures rcentes proposes par le Comit de Ble et visant, en particulier, la rduction de la procyclicit de lactivit bancaire et une meilleure rgulation du risque systmique. Nanmoins, on ne peut pas affirmer que le secteur a atteint les performances escomptes. Certains challenges et dfis demeurent et nos banques sont appeles les relever en vue dune meilleure comptitivit et une prfrable rplique la mondialisation des services financiers.3

Dpartement Recherches et Analyses

Maxula Bourse

Un Secteur fragmentPour faciliter cet ajustement et faire face la concurrence qui exige une plus grande efficacit avec des profits qui seront de plus en plus sous pression, il est impratif daugmenter le taux de bancarisation et de faire intervenir simultanment des mouvements de concentration et de rapprochement entre banques sachant que lIndice dHerfindahl-Hirschmann confirme la fragmentation du secteur bancaire Tunisien. Indice d'Herfindhal-Hirschmann (HH) L'indice HH est un indice de concentration. Il constitue un indicateur du pouvoir de march et de la concurrence qui s'exerce entre entreprises. En vue danalyser la structure du secteur bancaire, il convient dobserver la tendance de cet indice qui nous indique si lon est en prsence dune concentration ou dune fragmentation du march. Cest une mesure intressante qui privilgie les parts de march. Plus sa valeur est proche de lunit, plus la concentration est forte et inversement.

Le calcul de lindice HH donne alors les rsultats suivants :LIndice dHerfindahl 2007 Total Actifs Crdits la clientle Dpts de la clientle PNB 0,1171 0,1200 0,1164 0,1148 2008 0,1157 0,1198 0,1157 0,1129 2009 0,1131 0,1165 0,1139 0,1122 2009* 0,2035 0,1578 0,1780 0,1445

*Aprs la Fusion entre la STB et BH

Comme nous pouvons le voir, HH est largement au-dessous de lunit. Ainsi la faiblesse de cet indice signifie que le secteur bancaire est assez fragment voir mme limit en terme de volumes (de taille moyenne). A cet gard le secteur est appel tudier les possibilits de dclencher une deuxime phase de restructurations visant laccroissement du potentiel financier des banques tunisiennes travers des rapprochements et linternationalisation des activits. Il y a lieu de noter donc, que cette forme de restructuration est en adquation avec le programme de lEtat qui a pour but de faire de la Tunisie un ple de services bancaires et une place financire rgionale. Ces travaux de consolidation des fondamentaux et des assises financires visent prparer un environnement propice pour mettre en application les normes de Ble II. Effectivement, cest dans cette optique que sinscrit linitiative de lEtat Tunisien concernant la fusion ventuelle de la BH et la STB. A ce titre, le calcul de lindice HH aprs la fusion tmoigne vivement de lamlioration de la structure du secteur vers des groupements bancaires plus productifs, ralisant des conomies dchelles et pouvant largir leurs offres de produits et services bancaires grce des bases financires plus confortables.

4

Dpartement Recherches et Analyses

Maxula BourseEn outre, les pouvoirs publics visent amliorer le taux de bancarisation du secteur qui demeure relativement faible. En effet, on dnombre 8600 habitants par agence bancaire en Tunisie contre 7100 habitants par agence au Maroc et 6600 habitants par agence en Jordanie. Seule lEgypte avec 22300 habitants par agence bancaire affiche un taux de bancarisation plus faible que la