2 visages de l'esprit

Download 2 Visages de l'Esprit

Post on 29-Oct-2015

120 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Editions Dzambala, 1995 Landrevie, 24 290 Saint Lon sur Vzre

    Tous droits de reproduction ou d'adaptation, sous quelque forme que ce soit, rseros pour tous pays.

    ISBN 2-906940-11-9

    Maquette: MicroSeroices - 24580 Fleurac

    Illustrations : fllustration de couverture: Grard Muguet

    Dessins : bois gravs du Tibet

    Shamar Rinpoch

    LES DEUX VISAGES

    DE

    L'ESPRIT

    Trait de la distinction entre la conscience partielle

    et la connaissance primordiale.

    "rNam.Sbes. Ye.Sbes. 'Byed.Pa'i. bsTan.bCos."

    Traduit par Lama Ysh Nyingpo

  • Prambule

    L'auteur de ce livre est S.E. Shamar Rinpoch, rgent de l'cole Kagyupa (ligne de la transmission orale) du bouddhisme vajrayana. Cette cole est rpute pour la richesse et la profondeur de sa tradi-tion mditative, magnifiquement illustre par des ouvrages tels que "La Vie de Milarpa" ou "Les Cent-Mille Chants".

    Les Shamarpa sont les dtenteurs de la Coiffe Rouge, symbole de leur haute ralisation spirituelle. Ils sont considrs comme des ma-nations pures, reprsentant l'activit illumine du bouddha Amitabha, le bouddha de "Lumire Infinie" qui rside en le champ pur occi-dental : la Terre de "Grande Flicit".

    "Il y a de cela de nombreuses res, un tre ralisa la bouddhit sous le nom du Tathagata Keuntcho Yenlak. Dans la prsente re fortune, bnie par la venue de mille bouddhas, ce Tathagata se ma-nifestera sous la forme d'un grand bodhisattva l'clatante coiffe rouge rubis. Il aidera de nombreux tres" (1).

    Shamar Mipham Tcheukyi Lodreu est la XIVe incarnation de la ligne des grands bodhisattvas la Coiffe Rouge. Les reprsentants de cette succession ont toujours t troitement lis celle des Kar-mapa, dtenteurs de la Coiffe Noire et hirarques de l'cole Kagyupa.

    La plupart .des Shamarpa ont fait partie de ce qui est appel le "rosaire d'or de la transmission orale". En effet, ce sont les dten-teurs des enseignements de la tradition Kagyupa, assurant la conti-nuit et la prservation de la ralisation et de la grce de l'veil, transmises en une ligne ininterrompue.

    (1) Prophtie du Bouddha Shakyamouni concernant le Shamarpa, extraite du "Soutra du Bon Kalpa".

    5

  • LES DEUX VISAGES DEL 'ESPRIT

    Les Shamarpa se sont distingus aussi par leur rudition et leur capacit exposer clairement la profondeur des enseignements so-triques qui sont le cur de la ligne de la transmission orale. Plus particulirement, leurs ouvrages sur "Les Six Doctrin_es de Naropa" font autorit.

    Au qualits traditionnelles qui sont celles des Shamarpa : rudition, ralisation spirituelle, compassion infmie pour tous les tres, l'actuel Shamar Rinpoch associe un sens particulier de la communication, une faon directe et incisive de prsenter l'enseignement, empreinte d'humour et de simplicit. Cette simplicit s'lve d'une noblesse et d'une puissance de rayonnement incomparables, inspirant un res-pect naturel et la dvotion du cur.

    Par sa comprhension profonde des situations, Rinpoch se rvle habile dissiper les diffrentes mythologies qui embrument l'esprit de ses disciples ; que ce soit l'attrait actuel pour la civilisation mat-rialiste chez les Orientaux, ou l'intarissable soif de mystre et d'trange qui hante les consciences occidentales. Dmontrant les jeux et dissi-pant les aveuglements de l'esprit, il excelle pourfendre les supers-titions et les fanatismes.

    Par-dessus toutes ces qualits, Shamar Rinpoch incarne l'essence d'amour et de compassion, d'attention bienveillante envers chaque tre, qui est celle de l'veil. Sa prsence est source de joie, de bon-heur et de toutes sortes de merveilles qui ravissent ceux qui l'appro-chent.

    Le prsent ouvrage est bas sur une transmission du "Namsh Ysh Gypa Tentcheu ", le "Trait de la distinction entre la conscience partielle et la connaissance primordiale'~ Cet enseignement fut donn par Shamar Rinpoch Dhagpo Kagyu Ling, en Dordogne, sige europen de Sa Saintet Karmapa, en 1981.

    Rinpoch considre cet enseignement comme essentiel, car il per-met de situer avec prcision le dharma du Bouddha, en regard des autres voies spirituelles. Plus encore, il dlimite clairement la frontire qui spare les tnbres de l'esprit ignorant de l'tre soumis la confusion, de la clart lumineuse de l'esprit veill d'un bouddha.

    Cependant, il convient au lecteur de se garder de jugements trop htifs, concernant la mthode d'exposition suivie dans ce texte.

    6

    1 !

    1

    PRAMBULE

    L'ouvrage est constitu d'une succession de prsentations des voies non-bouddhistes (traditionnellement hindouistes) et bouddhis-tes, qui conduit une srie de rfutations. On ferait fausse route en croyant que cette argumentation aboutit une polmique. Elle est au contraire destine faciliter une approche progressive de la ralit de l'esprit et des phnomnes. Chacune des tapes de l'exposition, reprsente par un systme particulier, s'inscrit dans un processus de comprhension plus profond et plus subtil que le prcdent. Cette approche est celle que le lecteur, et plus encore le pratiquant, est cens appliquer son propre esprit et sa propre exprience. Elle constitue un itinraire de rflexion et non une affirmation dogmatique.

    Le Bouddha n'enseigna jamais l'intolrance, ni l'acceptation aveu-gle de ses propos. Il a toujours rendu hommage au pur brahmane, symbole des traditions bnfiques qui l'ont prcd. Son enseigne-ment fut toujours dlivr en fonction de situations com:rtes et des capacits des disciples. Il reprsente une exhortation constante v-rifier par soi-mme le contenu et la valeur des propositions qu'il contient, au moyen de la rflexion, de la contemplation et de l'exp-rience directe issue de la mditation.

    Le propos de ce livre est de fournir des lments de rflexion que chacun intgrera selon ses prdispositions et ses aptitudes. Il ne constitue pas une rfutation de systmes s'opposant les uns aux au-tres, au nom d'un sectarisme aveugle, ni une prsentation exhaustive des systmes qu'il voque.

    La nature fondamentale de la ralit est proprement inconcevable. Elle n'est perue correctement que par l'esprit libr de toutes illu-sions et pleinement veill d'un bouddha.

    Afin d'exprimer l'inexprimable et de rendre perceptible aux tres non veills cette ralit, le bouddha, le principe d'veil se manifeste sous des formes multiples, rvlant des prsentations de l'enseigne-ment diffrentes et mme apparemment contradictoires, qui ne sont en fait que les moyens appropris aux diffrentes capacits et aux prdispositions de chaque tre.

    L'activit veille est l'expression spontane de la conscience int-grale des bouddhas. Elle est ouverture totale et communication radieuse et chaleureuse, l'union de la vacuit et de la compassion.

    7

  • ~-

    LES DEUX V7SAGES DEL 'ESPRIT

    C'est dans cette optique que cet enseignement se situe. Chaque proposition se trouvant rfute par la suivante, le lecteur est guid pas pas vers une comprhension juste de la ralit ultime.

    Nanmoins, cette simple comprhension intellectuelle est loin d'tre "la chose en soi". Seule l'exprience pratique acquise sous la direction d'un matre qualifi se rvle fructueuse. Comme le souli-gne Shamar Rinpoch, l'enseignement perd alors la scheresse et l'austrit propres la connaissance intellectuelle et acquiert la saveur de la certitude dfinitive.

    Cette insistance intgrer correctement les notions thoriques de la prsentation par la mditation, a valu l'cole Kagyupa son nom de "ligne de la pratique".

    Cette transmission, donne par Shamar Rinpoch, repose sur "Le trait de la distinction entre la conscience partielle et la connais-sance primordiale", uvre de rfrence due au Ille Karmapa, Randjoung Dordj. Ce texte est un classique qui expose de manire profonde et concise l'essence de l'enseignement bouddhiste. Comme tous les "textes-racines", cette composition se rsume quelques feuillets d'une expression versifie souvent dense et hermtique. Pour cette raison, l'ouvrage est accompagn d'un commentaire explicatif qui en facilite la lecture. Celui utilis par Shamar Rinpoch est l'uvre de Djamgun Kontrul Lodreu Tay, une des figures les plus marquantes et les plus renommes parmi les grands rudits et les matres raliss du XIXe sicle.

    L'enseignement oral de Shamar Rinpoch restitue la qualit vivante de l'exprience directe de la nature de l'esprit, qui fut le propre de ces grands matres et qui s'inscrit dans la mme continuit de rali-sation spirituelle.

    Une premire transcription de cet enseignement fut ralise par Jrme Edou et publie dans le n 2 de la revue "Tendre!'~ au-jourd'hui puis. C'est l'initiative de Shamar Rinpoch lui-mme qu'une nouvelle traduction dut d'avoir t entreprise, Rinpoch considrant ce texte comme essentiel pour la comprhension du dharma du Bouddha.

    L'dition de 1987 tant puise suite l'intrt qu'elle a suscit, le tex-te de la prsente dition a t revu en 1995 afm d'en faciliter la lecture.

    8

    PRAMBULE

    Ce prsent travail ne prtend pas constituer une version dfinitive et encore moins une traduction du commentaire de Lodreu Tay. Cette composition se propose de restituer les points essentiels dve-lopps dans l'enseignement de Shamar Rinpoch et de rpondre aux souhaits qu'il a formuls d'une prsentation simple et cohrente de la tradition bouddhiste, destine tous ceux qui s'interrogent sur l'esprit sur eux-mmes et sur le monde. TI a sembl ncessaire d'intro-duire ~uelques explications supplmentaires permettant de clarifier certains points supposs connus et pour cette raison brivement voqus dans l'enseignement oral de Rinpoch. Ces additifs se distin-guent du corps principal du texte par leurs caractres italiques.

    Une srie de notes de bas de page prcise le sens des passages dlicats. Les principaux termes techniques ont t runis dans le glossaire situ la fin de l'ouvrage.

    Je remercie tous ceux qui ont