musée dauphinois. saison 2015 2016

Download Musée dauphinois. Saison 2015 2016

Post on 23-Jul-2016

218 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Les expositions, les rencontres, les publications...

TRANSCRIPT

  • 1Tsiganes Grenoble 1925 Inuit

    OCTOBRE

    DCEmBRE

    mARS

    En partenariat avec

    Muse dauphinoisProgramme20152016

    Grenoble

  • uvrant pour la premire fois ce programme du Muse

    dauphinois, je me dois de rappeler toute limportance

    que tient notre rseau des dix muses dpartementaux

    dans la vie culturelle sur notre territoire. Ces institutions sont

    notre outil de partage avec les publics sur lhistoire et le patri-

    moine culturel, permettant chacun de se situer dans la commu-

    naut humaine, dans le temps comme dans lespace.

    Au Muse dauphinois, lexploration des patrimoines les plus

    divers de la prhistoire au patrimoine industriel, de lart

    rgional lhistoire rurale, etc. saccompagne rgulirement

    dune approche des cultures qui sont venues, au fil du temps,

    enrichir notre propre histoire. De nombreuses communauts ont

    ainsi t prsentes aux publics du muse (les Italiens, les Grecs,

    les Armniens, les Maghrbins, les Pieds-Noirs, etc.) ; cette anne,

    ce seront dans leur grande diversit les populations tsiganes.

    Connatre leur histoire et les grands traits de leurs cultures, tel

    est le projet de cette exposition.

    Puis le muse reviendra lhistoire rcente, celle de ce XXe sicle

    qui a vu lIsre, au moment de lExposition internationale de la

    Houille blanche et du Tourisme de Grenoble en 1925, entrer dans

    lre de la modernit technique et industrielle, quelle na depuis

    jamais quitte. Enfin, pour une autre forme de prsentation de

    la diversit culturelle, une exposition consacre aux peuples du

    Grand Nord, les Inuit, sera offerte au public dans le cadre dun

    partenariat avec les Muses de la civilisation de Qubec.

    Jean-Pierre Barbier

    Prsident du Dpartement de lIsre

    saiso

    n 20

    15-16 O

  • 4Dans sa mission de mise en valeur de la diversit culturelle, le Muse dauphinois sintresse aujourdhui aux populations constituant la minorit la plus importante dEurope : les Tsiganes. Aprs les Italiens, les Grecs, les Armniens, les Maghrbins, les Pieds-Noirs, etc., le muse invite les Gitans, Manouches, Yniches, Sintis, Roms, etc., prendre leur place dans lhis-toire commune et dans le patrimoine culturel collectif. Lexposition sinter-roge galement sur les raisons de leur rejet, un peu partout en Europe.

    Qui sont les Tsiganes ? Appels Roms aujourdhui, ils sont dnomms Sarrazins ou gyptiens leur arrive en Europe au XVe sicle et plus tard Bohmiens puis Romanichels Dans les annes 1960, ladministra-tion franaise les classe gens du voyage malgr une forte tendance la sdentarisation ! Eux-mmes se nomment autrement

    Les Tsiganes auraient en commun une lointaine origine indienne (de plus en plus conteste par les historiens !) et se seraient disperss en Europe occidentale partir de la fin du Moyen ge. Plerins, artisans ou commer-ants ambulants leur arrive, ils deviennent aussi hommes darmes pour la noblesse, estims bons chr-tiens par lglise. Except dans lac-tuelle Roumanie o ils sont lpoque rduits lesclavage, ils sont gnra-lement tolrs. Lhostilit apparat au

    XVIIe sicle puis un sicle plus tard avec des tentatives de sdentarisation des populations nomades. Certains partent sur les routes exercer mtiers et commerces ambulants bord dun nouveau moyen de locomotion, la roulotte (la verdine). Accuss notam-ment de rapines, limage du Tsigane voleur de poules nat alors tandis que pour les artistes, le Bohmien incarne un idal romantique o noma-disme rime avec libert, une suppose vie de bohme .

    Victimes des guerres, notamment dun gnocide perptr par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, les Tsiganes sont pourtant encore rejets. Est-ce en raison de lances-trale opposition du sdentaire et du nomade ? Est-ce la dlinquance dont on les accuse, qui nest pourtant sta-tistiquement pas plus importante que pour dautres groupes ? La question reste ouverte, tant il semble difficile de comprendre ces difficults de relation.

    Lexposition se termine par la prsen-tation du travail dun photographe, Pablo Chignard, qui a ralis en 2015 les portraits de familles roms qui, venues dEurope de lEst pour des rai-sons conomiques et sociales, vivent en Isre, souvent dans le plus grand dnuement. Il sagit dapprhender cette ralit actuelle, toute proche de nous, sans misrabilisme, mais avec beaucoup dhumanit.

    Exposition prsEntE du 24 octobrE 2015 au 9 janviEr 2017

    publicationstsiganes, la vie de bohme ?

    Ouvrage collectifditions du Muse dauphinois

    journal des expositions n24

    Femme Roberto Neumiller Coll. Muse dauphinois

    Tsiganes la vie de bohme ?

    En complment au Muse de la Rsistance et de la Dportation de lIsre, lexposition Un camp pour les Tsiganes. Saliers, 1942-1944 sera prsente du 27 novembre 2015 au 16 mai 2016.

    Six sicles de prsence en Isre

  • 5

  • 6En 1925, Grenoble organise lExpo-sition internationale de la Houille blanche et du Tourisme. Port par les instances politiques, par les universitaires et les industriels locaux, cet vnement majeur hisse la ville au statut de ville de la modernit et au rang de capitale des Alpes franaises.La Maison Bergs-Muse de la Houille blanche et le Muse dauphinois, en partenariat avec la Ville de Grenoble, clbrent cette anne le 90e anniversaire de cette manifestation, travers deux expositions sur Grenoble 1925 : loge de la modernit au Muse de la Houille blanche et La grande mutation au Muse dauphinois.

    Au tournant du XXe sicle, Grenoble reste enclave dans ses remparts et la ncessit de dvelopper la ville mobi-lise les lus locaux. La forte croissance dmographique, lessor de lindustrie locale avec lmergence de nouvelles filires techniques (lectrochimie, lectromtallurgie, ), le dvelop-pement du tourisme dans les Alpes, vont permettre Paul Mistral, alors maire de Grenoble, douvrir la ville la modernit. Lexposition internationale est le symbole de cette grande muta-tion et la Tour Perret en bton arm, uvre de larchitecte Auguste Perret, lincarnation de ce Grenoble moderne.

    Ds son investiture en 1919, Paul Mistral confie Lon Jaussely, architecte urbaniste parisien, le projet dun vaste plan damnagement urbain, qui sera

    ralis en partie. La rorganisation des voies ferres et la construction dune nouvelle gare, lamnagement des grands boulevards, la cration de terrains de sports et de piscines couvertes, transforment radicalement la ville qui peut stendre au sud grce la destruction des dernires fortifications.

    Visionnaire et rassembleur, Paul Mistral constitue une commission charge dorganiser lExposition inter-nationale, compose de personnalits confiantes dans le progrs technique. Toutes adhrent au courant rgio-naliste de maintien des populations locales sur place, grce notamment la houille blanche : le dput Lon Perrier, prsident du Conseil gnral, les industriels Aim Bouchayer, Marius Blanchet, Charles-Albert Keller, le go-graphe Raoul Blanchard de lInstitut de Gographie alpine, les architectes Lon Jaussely, Alfred Rome et Auguste Perret, les conservateurs de muses Hippolyte Mller, Andry-Farcy, Victor Piraud, etc.

    Le fameux modle grenoblois, fond sur le lien universit/recherche/indus-trie, est lhritage de cette poque. Aujourdhui encore, Grenoble conserve et cultive cette image de ville de lin-novation et le 90e anniversaire de lExposition internationale sera locca-sion dune campagne de souscription pour la restauration de la Tour Perret, lunique vestige de cette importante manifestation qui attira plus dun mil-lion de visiteurs.

    Exposition prsEntE dE dcEmbrE 2015 sEptEmbrE 2016

    (datEs prcisEr)

    publicationGrenoble, 1925.

    la grande mutationlexposition internationale

    de la Houille blanche et du tourismeOuvrage collectif

    ditions du Muse dauphinois

    Bote de lExposition internationale, 1925Coll. Muse dauphinois

    Carte postale extraite dun carnet de lExposition internationale, 1925Coll. Muse dauphinois

    GRENOBLE 1925 la grande mutation

    Lexposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme

    En complment, la Maison Bergs-Muse de la Houille blanche prsente lexposition Grenoble 1925 - loge de la modernit.

  • 7

  • 8Pourquoi le Grand Nord fascine tant ? Comment des hommes et des femmes peuvent-ils survivre sur des terres si hostiles nos yeux ? En quoi diffrent-ils des gens de lalpe ? Lexposition emporte le public vers un ailleurs lointain pour tenter de comprendre ceux qui sintitu-lent dsormais Inuit (les humains) et non plus Esquimaux. Ces communauts maintiennent sur de vastes territoires au Nord du 55e parallle une culture ancestrale, largement moderni-se au cours du XXe sicle, mais affirmant toujours des valeurs fondamentales.

    En collaboration avec les Muses de la civilisation Qubec et lInstitut culturel Avataq, le Muse dauphinois raconte lpope des Inuit du Nunavik, au Nord du Qubec, dont lingniosit perptuelle a permis de sadapter au climat, rsister aux menaces du monde occidental et prendre en mains leur destine. Venus dAsie il y a environ 8000 ans vers le nouveau monde en fran-chissant le dtroit de Bring, les Paloesquimaux pntrent la vaste rgion arctique et sillonnent la ban-quise la poursuite du gibier marin et terrestre dont ils se nourrissent. Certains franchissent lArctique cana-dien autour de lan Mil pour venir lEst du Canada, rencontrent les pre-miers Europens au XVIe sicle et sont finalement sdentariss de force au XXe sicle. Aprs une vaste campagne

    de revendications, le gouvernement du Qubec leur confre enfin au sicle dernier un territoire : le Nunavik.

    Lexposition rassemble une exception-nelle collection de pices archolo-giques, dobjets de la culture matrielle et duvres dart inuit (sculptures et arts graphiques) provenant