comment optimiser la thérapie antirétrovirale et alléger ...img.· soutenu par une bourse...

Download Comment optimiser la thérapie antirétrovirale et alléger ...img.· Soutenu par une bourse indépendante

Post on 12-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • www.medscape.org/viewarticle/825229

    Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger le fardeau des patients infects par le VIH ?Soutenu par une bourse indpendante pour lducation de Viiv Healthcare Global.

  • Pg.2

    Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger le fardeau des patients infects par le VIH ?

    www.medscape.org/viewarticle/825229

    Auditoire cible Cette activit ducative vise un public international de professionnels des soins de sant hors des tats-Unis, tout particulirement des spcialistes des maladies infectieuses/du VIH, des mdecins responsables des soins primaires, et dautres prestataires de soins de sant impliqus dans le traitement de patients souffrant du VIH.

    Objectif Lobjectif de cette activit est damliorer les rsultats chez les patients atteints du VIH en valuant et en rsumant limpact des recherches rcentes sur les pratiques cliniques lies au VIH ; en approfondissant les questions concernant le poids des traitements de la thrapie antirtrovirale (ART) et en dbattant de lopinion des experts ; en explorant diverses approches de ces questions cliniques ; et en mettant en vidence des recommandations pour les soins des patients atteints du VIH.

    Objectifs dapprentissageAprs avoir ralis cette activit, les participants seront capables :1. Dvaluer les possibilits de recommandations et de directives rgionales pour le traitement de premire et de deuxime intention et pour le traitement ultrieur. 2. De dcrire limportance du contrle de lchec virologique et ses effets sur le traitement slectionn.3. Danalyser la valeur des caractristiques des schmas de traitement ART simplifis.4. Didentifier les dfis pour entamer le traitement et le maintenir long terme, en plaant laccent sur laccs aux mdicaments, lefficacit et la sret, ainsi que limportance du respect du traitement.

    Informations sur la rdactrice en chef et dclarations publiquesMaria B. Uravich, BSc, directrice scientifique, WebMD Global, LLC

    Maria B. Uravich, Bsc, na dclar aucune relation financire pertinente.

    Shira Berman, rdactrice mdicale, WebMD Global, LLC

    Shira Berman na dclar aucune relation financire pertinente

    Informations sur les auteurs/facults et dclarations publiquesSharon L. Walmsley, MD, FRCPC, Directrice, Recherche clinique sur le VIH, Clinique sur limmunodficience, The Toronto General Hospital; Professeur de mdecine, Universit de Toronto, Toronto, Ontario, Canada.

    Dclaration dintrts: Sharon L. Walmsley, MD, FRCPC, a dclar les relations financires pertinentes suivantes:

    A travaill en tant que conseillre ou consultante pour: AbbVie Inc.; Bristol-Myers Squibb Company; Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals Products, L.P.; Merck & Co., Inc.; ViiV Healthcare.

    A travaill comme confrencire ou membre dun bureau de confrenciers pour: AbbVie Inc.; Gilead Sciences, Inc.; Janssen Pharmaceuticals Products, L.P.; Merck & Co., Inc.; ViiV Healthcare.

    A reu des bourses pour mener des recherches cliniques de: ViiV Healthcare.

    Le Dr Walmsley na lintention de parler ni de lutilisation de mdicaments non indique sur les tiquettes, ni des dispositifs mcaniques ou biologiques, ni des diagnostics approuvs par lAgence europenne des mdicaments.

    ET

    Le Dr Walmsley na pas lintention de parler des mdicaments, dispositifs mcaniques, biologiques ou de diagnostics non approuvs par lAgence europenne des mdicaments en cours dexprimentation.

  • www.medscape.org/viewarticle/825229

    Pg.3

    Pedro E. Cahn, MD, Directeur scientifique, Fundacin Husped; Professeur assistant, Maladies infectieuses, Universit de Buenos Aires; Chef, Maladies infectieuses, Juan Fernandez Hospital, Buenos Aires, Argentine

    Dclaration dintrts: Pedro E. Cahn, MD, a dclar les relations financires pertinentes suivantes:

    A travaill en tant que conseill ou consultant pour: AbbVie Inc.; Gilead Sciences, Inc.; Johnson & Johnson Pharmaceutical Research & Development, L.L.C.; Merck & Co., Inc.; ViiV Healthcare.

    A reu des bourses pour mener des recherches cliniques de: AbbVie Inc.; Merck & Co., Inc.

    Le Dr Cahn na pas lintention de parler de lutilisation non indique sur les tiquettes de mdicaments, de dispositifs mcaniques ou biologiques ou de diagnostics approuvs par lAgence europenne des mdicaments.

    ET

    Le Dr Cahn na pas lintention de parler des mdicaments, dispositifs mcaniques, biologiques ou de diagnostics non approuvs par lAgence europenne des mdicaments en cours dexprimentation.

    Jrgen K. Rockstroh, MD, Professeur de mdicine, Hpital universitaire de Bonn, Bonn, Allemagne

    Dclaration dintrts: Jrgen K. Rockstroh, MD, a dclar les relations financires pertinentes suivantes:

    A travaill en tant que conseiller ou consultant pour: AbbVie Inc.; Bionor Pharma; Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, Inc.; Bristol-Myers Squibb Company; Gilead Sciences, Inc.; GlaxoSmithKline; Merck Sharp & Dohme Corp.; Novartis Pharmaceuticals Corporation; Pfizer Inc; Roche; Tibotec, Inc.; Tobira Therapeutics; ViiV Healthcare.

    A reu des bourses pour mener des recherches cliniques de: AbbVie Inc.; Merck & Co., Inc.

    Le Dr Rockstroh na pas lintention de parler de lutilisation non indique sur les tiquettes de mdicaments, de dispositifs mcaniques, biologiques ou de diagnostics approuvs par lAgence europenne des mdicaments.

    ET

    Le Dr Rockstroh na pas lintention de parler des mdicaments, dispositifs mcaniques, biologiques ou de diagnostics non approuvs par lAgence europenne des mdicaments en cours dexprimentation.

  • Pg.4

    Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger le fardeau des patients infects par le VIH ?

    Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger le fardeau des patients infects par le VIH?

    Sharon L. Walmsley, MD, FRCPC: Bonjour, je vous souhaite la bienvenue cette mission. Je mappelle Sharon Walmsley. Je suis professeur de mdecine dans la Division des maladies infectieuses lUniversit de Toronto au Canada. Je voudrais vous souhaiter la bienvenue cette table ronde intitule Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger le fardeau des patients infects par le VIH?

    Lors de cette mission, nous nous pencherons sur les possibilits de recommandations et de directives rgionales pour les traitements de premire et de deuxime intention pour les patients nayant jamais reu dantirtroviraux. Nous valuerons la valeur des thrapies antirtrovirales simplifies. Nous allons nous pencher sur certains des dfis relever pour entamer un traitement et le maintenir long terme, en plaant laccent sur laccs aux mdicaments, lefficacit des schmas de traitement, et notamment limportance du respect du traitement. Enfin, nous voquerons un peu limportance du suivi de lchec virologique et de son influence sur le choix du deuxime traitement et des traitements ultrieurs.

  • www.medscape.org/viewarticle/825229

    Pg.5

    Jai mes cts des invits de marque aujourdhui -- tout dabord, le Dr Pedro Cahn, chef de lUnit de maladies infectieuses de lHpital Juan Fernandez et professeur adjoint de mdecine la Facult de mdecine de lUniversit de Buenos Aires, en Argentine. Bienvenue, Dr Cahn.

    Pedro E. Cahn, MD: Merci.

    Dr Walmsley: Le professeur Jrgen Rockstroh, professeur de mdecine lHpital Universitaire de Bonn dans le dpartement de mdecine interne Bonn, en Allemagne. Je vous souhaite la bienvenue. Dr Walmsley, et bienvenue vous tous.

    Avant de commencer, prenons un instant pour jauger vos connaissances sur le sujet en rpondant aux quelques questions que nous vous soumettrons dans un instant. Vous aurez ensuite loccasion de rpondre aux mmes questions la fin de notre activit et de voir ce que vous aurez appris.

    Tout dabord, nous allons commencer par donner un aperu jour des possibilits de recommandations et de directives rgionales pour le traitement antirtroviral initial. Je vais demander lavis aux participants et je vais peut-tre commencer par vous, Dr Cahn. Les directives pour le traitement du VIH: que faites-vous dans votre cabinet?

    Dr Cahn: Les directives sont utilises au sens large. En Argentine, nous disposons de nos propres directives. Il sagit en fait principalement dune combinaison des directives internationales et des directives de lOrganisation Mondiale de la Sant (OMS), tant donn que nous sommes limits dans leur formulation, surtout pour des questions de cot, mais je crois que ces directives sont un trs bon instrument pour les praticiens qui ne disposent pas dune grande expertise dans ce domaine.

    Dr Walmsley: Rockstroh, en Europe, quelles directives observez-vous?

    Jrgen K. Rockstroh, MD: Cest comme toujours en Europe. Nous disposons des directives de la European AIDS Clinical Society (EACS), qui, mes yeux, sont remarquables vu quelles couvrent galement des questions spciales qui touchent des populations particulires comme les patients souffrant de co-infection, de maladies mtaboliques, entre autres. Pourtant, les directives de lEACS sont assez compltes, mais nous disposons galement de directives nationales pratiquement pour tous les pays. Il y a des directives allemandes/autrichiennes, franaises, espagnoles, mais en gnral, elles sont similaires. Les directives nationales sont essentielles tant donn quelles dfinissent clairement la situation pour les assurances de soins de sant -- toutes les prescriptions doivent respecter les directives.

    Dr Walmsley: Il sagit l de la situation locale, nest-ce pas? Toutes les directives sont conues de la mme manire, et les groupes chargs de les tablir analysent les preuves et mettent des recommandations sur le traitement, mais videmment, la situation locale est influence par les ressources disponibles, les cots et toutes ces questions.

  • Pg.6

    Comment optimiser la thrapie antirtrovirale et allger l