darwin est toujours vivant ! p. 2 planète - unesdoc .teur déclaré de lamarck. grant et darwin

Download Darwin est toujours vivant ! p. 2 Planète - UNESDOC .teur déclaré de Lamarck. Grant et Darwin

If you can't read please download the document

Post on 04-Oct-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Plante

    SOMMAIRE

    Bulletin trimestriel d'information sur les sciences exactes et naturelles

    Vol. 7, No. 4 Octobredcembre 2009

    es missions mondiales de CO2 provenant des combustibles fossiles ont atteint en 2006 le niveau record de 8,4 gigatonnes, selon lEarth Policy Institute, soit 20 % de plus quen 2000. Entre 2000 et

    2006, elles ont augment de 3,1 % par an, soit deux fois plus vite que dans les annes 90 . Ces chiffres montrent que nous sommes engags sur la pente glissante dun changement climatique

    incontrl. La hausse des missions de CO2 dpasse aujourdhui le pire des scnarios du rapport 2007 du Giec sur lvolution du climat : une lvation de temprature de 6,4C en moyenne dici la fin du sicle.

    Alors que cest un sentiment durgence qui devrait prvaloir, les ngociations de lONU sur le climat, en dcembre Copenhague, sannoncent sous le signe de lattentisme. La faute en revient en grande partie aux pays riches. Maintes fois, ils ont manqu leurs promesses daide internationale pour la rduction de la pauvret et le transfert de technologie vers les pays en dveloppement. Ils ne peuvent nier non plus tre responsables de la majeure partie de laugmentation des missions mondiales de gaz effet de serre depuis 1950, mme si elle est dsormais largement partage par les pays en voie dindustrialisation rapide. Les pays en dveloppement craignent que ne retombe sur leurs paules une part importante du fardeau de la rduction des missions des gaz effet de serre, au fur et mesure de laugmentation de leur investis-sement dans lnergie dans les prochaines annes.

    Or, il ne sagit pas de choisir entre forte croissance conomique et faibles missions de gaz effet de serre, dclare Ban Ki-moon, Secrtaire gnral de lONU. Dans sa prface au World Economic and Social Survey publi en septembre par lONU, il soutient que les deux pistes sont complmentaires. Le Survey propose que soit cr un programme mondial dinvestissement pour aider les pays en dveloppement sengager sur des pistes de croissance plus propres.

    Le Survey suggre quau moins 1 % du PIB annuel mondial, soit 500 600 milliards de dollars, soit investi dans laide extrieure ladaptation au changement climatique et la rduction de ses effets. Ce montant est comparer aux quelque 21 milliards de dollars actuellement consacrs ce poste. Les plus pauvres et les plus vulnrables ont besoin, pour sadapter, dun financement substantiel et acclr maintenant ! avertit Ban Ki-moon. Il vous suffit de lire, dans ces pages, ltude de cas de deux rserves de biosphre, au Royaume-Uni et au Kenya, pour vous rendre compte que, si ces deux pays subissent dj les effets de la monte du niveau de la mer, les moyens dont ils disposent pour le combattre diffrent grandement.

    Cest aux plus grands metteurs historiques de carbone quil revient de donner lexemple en senga-geant, Copenhague, rduire leurs missions. Mais aucun accord naurait de sens si les pays dont les missions saccroissent rapidement ne les rduisaient, eux aussi, de manire substantielle. Aujourdhui, peine 10 pays produisent les deux-tiers de ces missions. Ce sont par ordre dcroissant la Chine, les tats-Unis, la Russie, lInde, le Japon, lAllemagne, le Royaume-Uni, le Canada, la Rpublique de Core et lItalie. Ils sont suivis par lIran, le Mexique, lAfrique du Sud, la France, lArabie saoudite, lAustralie, le Brsil, lEspagne, lIndonsie, lUkraine, la Pologne, la Thalande et la Turquie.

    Daprs Ban Ki-moon, notre pied est bloqu sur lacclrateur, et nous roulons vers labme . Toute lhumanit est assise dans cette voiture. Nous sommes lancs ensemble vers cette calamit et cest seulement tous ensemble que nous pourrons nous carter du prcipice.

    Les ngociations de Copenhague concluent trois annes defforts de lONU pour mettre en place avant 2012 le successeur au Protocole de Kyoto. Aux dlgations maintenant darriver Copenhague prtes assumer leurs responsabilits. Sceller laccord !

    W. ErdelenSous-directeur gnral pour les sciences exactes et naturelles

    Sceller laccord !PLEINS FEUX SUR ...2 Darwin est toujours vivant !

    ACTUALITS

    10 LAlbanie approuve sa stratgie pour la science

    10 LONU adopte les services climatologiques

    11 LOCDE rvalue laide de lUNESCO au dveloppement

    11 La mobilit des tudiants en forte croissance

    12 Investir davantage dans lenseignement suprieur

    12 LUNESCO value les dgts Babylone

    13 Treize sites rejoignent le Patrimoine mondial

    13 Notes de cours en accs libre

    INTERvIEw

    14 Beatriz Barbury raconte la vie

    et la mort des toiles

    HoRIzoNS

    17 Captivez-les trs jeunes !

    20 Faire un pas en arrire

    EN BREF

    24 Agenda

    24 Vient de paratre

    DIToRIAL

    L

    Darwin est toujours vivant ! p. 2

  • Plante SCIENCE, Vol. 7, No. 4, Octobredcembre 20092

    PLEINS FEUX SUR ...

    Les annes de formation de Darwin

    Comment un jeune homme avide daventures de plein air mais sans vritable aptitude pour les tudes conventionnelles est-il devenu le grand penseur dont les ides allaient remettre en cause les rponses aux ternelles questions de : qui suis-je , do est-ce que je viens , comment ai-je trouv ma place dans le monde qui mentoure ?. Car si Darwin ne fut videmment pas le premier imaginer que la vie avait volu, il fut bien le premier asseoir cette ide sur une solide base scientifique. Sa thorie de lvolution par la slection naturelle prend ainsi place, dans lhis-toire de lhumanit, parmi les grandes avances de la pense.

    Le grand-pre de Darwin, le mdecin Erasmus Darwin (17311802) fut en Angleterre, dans les dernires dcennies du 18me sicle, le plus clbre adepte de lide de transmutation, savoir le passage dune espce une autre. On dit que mme le grand zoologiste franais Jean-Baptiste Pierre Antoine de

    Monet, Chevalier de la Marck (17441829, dit Lamarck) trouva une partie de son inspiration dans les ouvrages dErasmus Darwin. Lamark reste pour nous la personne ayant eu, avant Charles Darwin, les ides les plus convaincantes sur lvolution. Or, Lamarck imaginait un monde o les espces passaient de lune lautre la fois sous leffet du temps et mme de ce que nous appelons aujourdhui le biote. Il avait le sentiment quen disposant de plus amples informations, on aurait pu voir toutes les diffrentes espces doiseaux, visibles de notre fentre par exemple, se transformer en dautres espces vivant ailleurs. Dun autre ct, Lamarck neut pas dargument convainquant pour expliquer comment lvolution pouvait advenir.

    Mais Lamarck eut effectivement des partisans, parmi lesquels plusieurs professeurs de Darwin aprs que celui-ci eut entam, vers le milieu des annes 1820, son bref passage lcole de mdecine dEdinbourg, lge tendre de 16 ans. Robert Jameson y dispensait un cours dhistoire naturelle qui comportait

    des confrences sur lorigine des espces animales . Il fonda gale-ment lEdinburg New Philosophical Journal qui, en 1826, publia un article anonyme exaltant les vertus des ides de Lamarck.

    Il est probable que lexprience la plus mar-quante de la formation de Darwin Edinbourg fut les travaux quil effectua avec Robert Grant (17931874), zoologiste form Paris (France), admira-teur dclar de Lamarck. Grant et Darwin recueilli-rent des animaux primi-tifs, comme des ponges,

    Darwin est toujours vivant !

    Charles Darwin a eu 200 ans le 12 fvrier 2009. Par chance, le 150me anniversaire de son ouvrage De lorigine des espces par voie de slection naturelle tombe galement avant la fin de lanne. Son uvre, qui lamena dfier les respectables conventions et concevoir sa propre vision de la transmutation (appele aujourdhui volution ) reste irrfutable, car les preuves quil a accumules et analyses, ainsi que les ides quil a conues pour expliquer le mcanisme de lvolution, restent ce jour au cur de la science volutionniste.

    Depuis lpoque de Darwin, la science a videmment progress. Des pas de gant ont t faits en gntique, en biologie du dveloppement, en palontologie et en anthropologie, qui ont considrablement renforc et approfondi la cause de lvolution. Nanmoins, lessence de la thorie de Darwin que toutes les espces vivantes de la Terre sont lies par lascendance et la descendance, et que les changements que nous observons dans la vie au cours du temps sont faonns, en grande partie, par la slection naturelle reste aussi vraie aujourdhui quau moment o Darwin publiait son Origine des espces en 1859.

    Charles Darwin (18091882) g d'environ 30 ans

    Priple du Beagle autour du mondePriple du Beagle autour du monde

    Cap Vert

    Tenerife

    Plymouth

    Les Aores

    Les Malouines

    Ile Maurice

    Iles Cocos (Koelling).

    Hobart

    Galapagos

    Le CapValparaiso SydneyKing George's

    Sound

    Callao-LimaBahia

    Rio de Janeiro

    Bahia BlancaMontvideo

  • 3Plante SCIENCE, Vol. 7, No. 4, Octobredcembre 2009

    des espces apparentes aux coraux et des animaux de la mousse sur les bords du Firth of Forth, et Grant surprit Darwin au moins une fois (qui le relata plus tard) en faisant lloge des ides de Lamarck. Grant tait la recherche des relations volutives entre les divers groupes danimaux et mme entre plantes et animaux. Darwin ntait pas seulement dans le secret de ces travaux, il y participait lui-mme par les observations de novice quil effectuait laide dun microscope optique.

    Mais la mdecine ne convenait ni au cur ni lestomac de Darwin, qui alla sinscrire Cambridge avec lide assez vague de rejoindre un jour la prtrise. Il sy adonna sa passion pour la vie au grand air et senticha de la collecte des colop-tres. Il fut attach au Rvrend John Stevens Henslow, dont Darwin suivit trois fois le cours de botanique. Henslow tait un crationniste pur et dur, qui niait lvolution et croyait, au contraire, que toutes les espces avaient t cres par Dieu, une par

Recommended

View more >