les opinions religieuses de darwin

Download Les opinions religieuses de Darwin

Post on 07-Dec-2015

19 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Les opinions religieuses de Charles Darwin, par E.B. Aveling. Extrait de P. Tort (dir), Darwin et la religion, Paris, Ellipse, 2011, p. 487-499.

TRANSCRIPT

  • 490 Danvin et la religt

    que la mouvance thorique, voire politique laquelle il l'assimile. Il dtecte che :lui

    - et son relatif mutisme d'observateur froid et rserv pendant I'entretie"

    pourrait en tmoigner -

    un homme de coterie venu [ en mission pour flatter .sduire. Aveling de son ct ne manquera pas de relguer Francis dans une bel .inexistence au sein du dbat, n'voquant de sa part allcune autre parlicipatii-que le fait d'y avoir t attentif et d'avoir un instant palaphras ce que disait sr-pre.

    Les deux hornmes appartiennent la mnie gnration. Au moment de ,.rencontre, Francis a trente-trois ans et Aveling presque trente-deux. L'ltn .l'autre sont des scientifiques : le premier est spcialiste de physiologie vgta .le second d'anatomie compare. Francis est I'hritier scientifique install de sl-pre, Edward arrive Down avec le dsir dj ancien de s'assurer de sa bie:--veillance, et si possible de son soutien. Francis est un reprsentant de la hau..bourgeoisie anglaise, enfetm dans sa classe comrne il l'est daus sa disciplir:.Edward est un rnilitant de la cause des travailleurs, ur-r libre-penseur athe et ''-touche--tout brouillon mais insatiable, connaissant

    - outre l'anatomie comp.-

    re, qu'il enseigna trs peu de temps au London's Hospital avant d'tre dm ,de sa chaire cause de ses opinions religieuses

    - la botanique, la chimie c.,

    rntaux, I'histoire contemporaine, la philosophie, la politique et les langues, E'1881 prcisment, il a dit Londres, dans le cadre des publications de la Fi.,Thought Publishing Company, un ouvrage populaire d'introduction la thc:.darrvinienne, The Student's Darwin, son premier travail de synthse, reprenl-plusieurs arlicles publis par lui au cours des deux annes prcdentes dans .l{ational ReTormer, sur un sujet qLr'il n'tait pas prs d'abandonner. L'ambitj, -d'Aveling tait de concilier les perspectives de Marx et de Darwin sur un terr:. -comlrun qui tait celui de la lutte contre I'alination religieuse et la dfense :-progrs de Ia connaissance scientifique. Abstraction faite des modalits de ce:.conciliation et de la diffrence profonde des contextes relationnels respectifs ;.,deux clans qu'il souhaitait, au moins ponctuellement, associer, cette arnbitr, -n'a rien en soi d'illgitime. Mais les deux propositions qu'avait adresses, d:-,une lettre d'octobre 1880, Aveling Darwin

    - celle d'accepter que lui ft dec .

    son livre, et celle d'apporler son parrainage l'ensemble d'une collection enr=-ge dans le combat de la Libre-Pense, laquelle bnficiait dj de I'appLri :.Btichner et de Haeckel- avaient t poliment rnais globalement repousses:.-le vieux naturaliste, qui n'entendait en aucune manire, fidle une trs.--cienne rsolr.rtion qui protgeait la fois son image publiqLre et l'quilibre de ..,relations domestiques, que l'on insistt pour lui faire franchir publiquement

    --

    tel pas. La prsence table d'un pasteur anglican arni de la famille -

    appare -"'rnent John Brodie Innes*, invit la demande d'E,mma

    - pouvait passer p,,

    -'

    une ironie discrte, pour une concession la pit d'une pouse qu'inquie:.une telle intrusion dans son foyer, ou pollr une manire de rduire autant c-.possible le temps de conversation que les visiteurs auraient invitablemer .cur de onsacrer l'objet profond de leur visite: en savoir plus sur les re :-tables sentirnents de Darwin en matire de religion et de croyance, et s'il e:.'

  • 492 Darwin et l,t

    c'est, selon les rares commentateurs de cet pisode, John Brodie Innes qui fut, non sar.: - _

    convi au repas qui runit autour de Ia table de Down House Darlvin, son puse, son fils F:.- -Ies deux athes Ludwig Bchner er Edward Aveling. Innes n,tait ptrs depuis Iongtemps ;-

    -,_de Ia paroisse de Downe, quitte en 1g62 pour I'cosse, mais il y avait coserv des respo:.:-.iusqu'en 1869. Ii correspondait avec Darwin et ce dernier eprouuait to.jours un plaisir teinte : entendre son complice en charit souligner l'anciennet de leur bonn entente :

    Lors de ma dernire visite Downe , raconte John Brodie Innes dans Ies souven. _,

    -.rassembla aprs Ia moft de son ami, M. Darwin dclara, table, ,,Brodie Innes et nroi ai - rlis pendant trente ans par une solide arniti. et nous n'avons t compltement d,accor. :,.sujet qu'une seule fois : nous nous sornmes alors regards bahis, pensnt que l,un de nou.

    _,tre trs malade". En conviant un ami pasteur tre prsent lors de la visite des cleux thoriciens, DarBir ,

    sait ainsi un souhait d'Emma -

    toujours soucieuse d,empcher son poux de ctoyer de tr-: :les forces infernales -

    et s'assurait en mme temps cie n''t.. pu, trop aisment rcupre : -militantisme encombrant de ses visiteurs.

    L o ie souvenir de J.B. Innes manque d'exactitude ou d'objectivit, c,est lorsqu,il laiss. :,ser qu'il et pu faire souscrire Darwin aux vues d'E.8. Pusey, ad"versairsdclar du transtb:.:- -comme de son principal champion, et auteur en 1878 d'une-attaque contre ce dernier publiec

    _-The Guardian, propos de laquelle I'intress crivit, Ie 28 novembre de cette mme annee -lettre un.ieune botaniste qui l'avait sollicit, Henry Nicholas Ridley, rappelant ses propres.L--

    tions initiales, soulignant sa rsolution de ne .jamis s'occuper d.-qr.itions aussi insolubr:,

    _I'ternit de la matire, et prdisant que les attaques rJe Pusey n'auraient pas plus d,effet sur I..,.,de la scienc.e que celles des prlats du dbut du sicle contre la gologie o, ..il.r, plus ancienr",I'Eglise catholique contre Galile. Darwin retrouvait dans cette dernlre rference ie souvenir .: laccents d'une confrence de Huxley la Royat Instittttion qu'il avait d estimer lui-mnre.

    .-qu'elle eut lieu, en I 860, un peu trop vhmente. Le fait de dclarer insoluble Ia question du ; . -mencement absolu de toute chose n'entre pas en contradiction avec I'optimisme scientifique de Dar. .qui dclale l'aptitude infinie de la science rsoudre cle nouveaux probl,re, (La Filiation de l,Hon:-Introduction). Il s'agit seulement pour lui, ficlle en cela I'esprit du positiviime, de demeurer de,:science, et de prendre comme des/airs premiers.fondan'tentat et irrvocables l'existence de Ia ma:...et du mouvement. c'est--dire de poser J'tre, simprement, comme existant.

    :_"

    .Ofr

    LUDV(/rG BcnNu,tr1824-1899

    sers'eIralest

    cen

    feritaidedistde,glai

    I

    l(

    l

  • 494 Darwin et la

    L'Homme eT ta p/ace dam la nalure, tl a clai les grands principes noncs p?.:wjn et tendu leur appLicarion. Enrte l'auteur de L'ongne dei.etpcu et moi-r-:-plusieuts lettres ont t changes. Je lui fus reconnaissant alors, comme je i'.- ,,reconnaissant aujourd'hui dans ma istesse, pour l'empressement gnreur:

    - -

    mit m'apporter toute aide et information lorsque je tetais de prp"arer un :. _

    de ses ouvrages. Une liste de ses livres, avec ieurs dates de pubiicarin crites :.main, ainsi que ses letttes d'explication et d'encouragement, me sont aujoutd,i:_.

    -

    trs prcieus es reliques.La Fdratron Internationale des Libres-penseurs trnt son congrs Lo:_:,

    les dimancl-re, lundi er mardi 25,26 et 27 septembre 1g81. Le D,Bihnet, son .:,sident, tart trs soucieux de voir Danvin, t n'a..oit de libre qr-re le mercredr :=mme semaine. Le mardi, je communiquai donc par tlgraphe M. Dam.souhait du penseur allemand, et je re,s en retour un tlgiamme nous con\-1ii.djeuner avec lui le jour suivant. c'est ainsi qu'un jour q"" t,eta semblait avojr

    -.

    s derrire 1ui comme s'il 1'avait oubli dans son vol vers le nord, flous nous ::trouvmes parcourant en voirure, depuis la gare biancl-ie et endormie d,orprnu: - ttavers les chemins du I(ent, ies quatre longs milles qui conduisai..rt - D". ,comme nous passions par la maison de JzrJohn Lubboik, spcraliste des insec:.et des fleurs, comme le grand penseur qur tait ct de moi pariait clans son s..lgant de variation, d'hrdrte et d'voluuon, comme me revenait I,espr.it ...:quelle maison d'Angleterre nous tions en marche, l'univers de ciroses vivantes c-gayatt le regain de I't dans le solei-1 de septembre eut pour moi un sens plus p:fond que jamais.

    Nous recrimes de sa part, l'entre de sa rnaison, le plus aimable, le plus corcr,des accueils. Tout l'embarras susceptlble d'tre prorrr, par le plus jeune prse..en se trouvant ainsi face face avec lui, et en tnt tmoirde la premrre ."r.o.-.entre deux hommes d'aussi grande autout qu'tarent .es d"r*-l, s,vanouit en .::.instant sous le charme des veux les plus fracs et les plus bienveillants qui se iu,sent jamais tourns vers moi. I1 tait grand, et puissamment bti ; avec pourrnr ::,:oupon de fragilrt parcourant cette charpente massive. Dans son maintien, dan,Ia srnit et la force de.son visage, dans sa tte vnre blanchie par l,ge, er dan,le calme soutenu et matrj.s de sa voix, i1 y avart une majest trr-rq,riJt", trs in:_pressionnante. on sentait que l'on tait en prsence d,un roi parmi les hommes.dont les manires tient empreintes d'une noblesse si courtise, si modeste, srfianche, si charmante avec sa srmplicit non tudre, qu'elles faisaient oublier aurgens combien il les surclassait en inteiligence. un homme intensment humain.dont la proximrt rendart_ votre vre prus intense. L'une de ces rares narlrres qur.entrant dans la cl-rambre d'un convalescent, est comme un souff-Ie d,air revigoranrvenu de la mer ou de la montagne, et le fait avance.r d'un pas plus rapide i.rs logurison.

    Dans le salon, o nous frfmes prsents sa femme, sa fille et FrancisDarwin, collaborateur de son pre, et rors du djeunet dans la pice claire et a-re qui ouvre sur l'arrire-plan classique de ce

    .jardin d, I(eni dans lequel tantd'expdences mmorables ont t conduites, notre conversation pota sur ce qlrel'on nomme rengemenr science physique ou narureLre. ces adjecufs paraissenr

    :

    .

    I(S

    1

    c

    r

    IF1