michel serre premier essai d'inventaire picturalprovence- premier essai d'inventaire pictural michel

Download Michel Serre premier essai d'inventaire picturalprovence- premier essai d'inventaire pictural Michel

Post on 26-Jul-2020

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Michel Serre (1658 -1733) : premier essai d'inventaire pictural

    Michel Serre, qui con nut de son vivant la r enommée el même la gloire, cst aujourd'hui un peintre bien oublié. Un JnélllOire de 11laîtrise que nous avons soutenu a uprès de l'Université de Provence en 1971, puis de nou- velles recherches toujours en cours, nOLIs ont permis. peu à peu, de tirer de l'ombre l'œuvre et ]a physionomie arLisliqllc du peintre. En attendant une publication détaillée, il a semblé intéressant de faire ici rapidement le point sur cet artiste attachant.

    L'inventaire de ses œuvres prése nte de nombreuses d ifficullés : toiles non signées. non datées, aucun signe évident. au premier abord, ne permet une identification certaine. Il a fallu aborder Serre par les sources écrites, Illanuscrites ou imprimées.

    Les archives partiellement exploitées son t d'une très grande richesse, à la fois pour établir l'inventaire pictural el pour cerner la réalité humaine de J'artis te dont la biographie connue dans ses grands traits s'éclaire d 'éJé- ments nouvea ux qne nOli S ne pouvons évoquer ici.

    Le sondage effectué dans les archives départementales des Bouches- du-Rhône s'es l limité aux fonds des notaires l, des couvenls 2, de la séné- chaussée 3, dans les archives comm un ales ù e Marseille aux registres parois- s iaux et ùes délibérations municipales 4.

    1. Fonds E des notaires : excep tionnellement important à Marseille, impossible à explorer dans sa lotalité, il permet de retrouver des prix-faits, en particulier jusqu'e~ 1700. et divers contrats (mariage, apprentissage, procuration, achats de terrains et maI- sons, testament).

    2. Le fonds H des couvents, souven t limité et inexistant pour certains ordres. 3. Dans la série B (cour des Comptes , tribunal du Palais, sénéchaussée), Serre es t

    pr~sent pour ses problèmes d'anoblissement, un procès e t son inventaire après décès. 4. La série BB des archives communales mentionne Serre à diverses reprises : lettre

    de citadinage et commandes officielles de l'hôlel de ville.

  • 202 J.-M. ET M.-C. HOMET

    Les sources imprimées sont de qualité très dh'erse : les compilations. les reùites, les erreurs tiennent souvent une grande place; mais certains témoignages ct travaux apportent une connaissance préciell~e. ainsi en cst-il de Moulinneuf 5, de Marielle 6 el de Chennevièrcs 7. A ces div ers docu- ments on peut ajouter les guides anciens conservés au musée Arbau

  • MICHEL SERRE 203

    Serre a échappé. si ce n'cst par quelques dessins ct rares toiles, au grand courant des achats et ventes d'œuvres d 'art mentionnées dans les catalogues des salles spécialisées ". Toutefois il peut se cacher sous des noms plus illustres, com me c'est le cas des toiles du lnusée de Toulon allrihuées à Carrache (fig. 41).

    Les gravures peu nombreuses (la Provence est pauvre cn artistes gra- , 'curs à cette époque) sont dispersées au cabinet des estampes, à la Méjanes et au musée Arbaud et révèlent un aspect peu connu de Serre portl'aitisle.

    Ce premier invenlaire établi par un va-et-vient permanent enlre les sources écrites et le trava il sur le terrain 12 permet d'appréhender la diver- sité de Michel Serre, grand tempérament baroque, touch e-à-tout, influencé à la fois par son origine espagnole, sa formation italienne, sa culture pari- sienne, et désire ux de satisfaire les clientèles les plus variées : a ristocratie religie use, civile et militaire, grande bourgeoisie d'affaires et tout le petit peuple souvent analphabète, particulièrement dense dans le grand port de la Méditerranée.

    D'emblée, Serre va s'imposer dans la Marseille de Louis XIV en pleine phase d'expansion malgré la famine monétaire. C'est la période des agran- disselneuts urbains (cours Saint-Louis, aujourd'hui cours Belsunce), des constructions portuaires (arse nal des galères) et religieuses (création de nOlubre llx couvents dans le sillage de la Contre-Réforme). Cette conquête ar- tistique de la ville es t fac ilitée par l'absence d'ateliers et d'artistes à Mar- seille. Laurent Fauchier est mort prématurément en 1672, P. Puget aban- donne la peinture, Ephrem Comte séjourne à Paris. Aussi Michel Serre, doué d'une grande célérité d 'exéc ution, va-t-il réaliser durant cette période des décors plafonnants, des décors d'opéra, des bannières, des portraits officiels, de grands cycles de peinture r eligieuse, des tableaux d'histoire et de luythologie et même des r estaurations 13.

    11. En particulier H. MIREUR, Dictionnaire des velItes d'art en France et à l'étranger pendant les XVIIl~ et XIX~ siècles, Paris, 1911·1912, 7 volumes.

    12. Visite systématique d'environ 140 églises des diocèses de Marseille, Aix.en.Pro- vence et Toulon.

    13. Serre restaure en 1723 les tableaux de Pierre Puget: le Sal-vador mundi, le Bap- tême de Clovis- et le Baptême de Constantin, mutilés lors d'un vol à la Major : Emile PERRIER, Les richesses artistiques de Marseille en 1791, p. 50.

  • 204 J.-M. ET M.-C. HOMET

    Dans ceUe production, la peinture religieuse tien t une place domi- nante, plus de 80 %, comme le montre le tableau ci-dessous des œuvres réalisées entre 1675, date de l'arrivée de Michel Serre à Marseille, et 1733, année de sa mort.

    Sujet Nombre d'œuvres

    Scènes mythologiques . . __ .. _ . . , ..... .

    Peinture d'histoire locale _ . . . , .. , . . . ,., _ Portraits . _ ... . .... _ .... . 39

    Décors d'opéra

    Peinture religieuse .. .. . .. _. _. ....... 185

    Les grands thèmes de la peinture religieuse sonl la représent a tion des saintes et saints, 110 toiles environ, et les scènes de la vie de la Vierge, 31 toiles.

    L'inventaire des œuvres existan tes montre l'importance des dispari- tions, près de 70 %

    Sujet

    Scènes mythologiques . _ .. . _ .. _ .. , ... _ . _

    Peinture d'histoire locale . .. . _, .. • . __ . __

    Portraits .. , _ ............ . ..... . _ .. _ . _ •

    Décors d'opéra . . .... . . _ .. _ .. •. _ ...... _

    Peinture religieuse .... . _ ......... .... . _

    Ces toiles sont localisées ainsi :

    Nombre de toiles existantes

    62

    Nombre de toiles disparues

    35

    123

    35 dans les églises des Bouches-du-Rhône et du Var; 30 dans les musées de Marseille, Aix, Toulon, Montpellier;

    3 dans les collections privées; 4 dans les hôpitaux et les locaux de l'Assistance publique de

    Marseille.

  • 205

    Tout cet ensemble a été réalisé au cours de 58 ans d'activité jalon- nés de points de repères bien documentés :

    - les années de jeunesse ou la conquête de Marseille, de 1675 à la « lettre de citadinage» de 1690 14 ;

    - la maturité, les grandes commandes et l'ascension sociale, de 1690 à 1715, avec la charge de «peintre des galères et maître à dessiner des officiers» 15, l'accès à l'académie royale de peinture en 1704 16, l'achat de lettres de noblesse en 1712 17 ;

    - enfin les années de vieillesse, le traumatisme de la peste de 1720 18 et les temps difficiles qui suivirent.

    Durant la première période, Serre r éalise essentiellemenl des pein- tures isolées de très grand format, avec quelquefois des dessins prépa- ratoires. Le Martyre de saint Pierre Vérone, commandé par les Domini- cains 19, très marqué par les influences italiennes, le fait connaître à Marseille. La Madeleine enlevée par les anges, aujourd'hui dans le chœur de l'église des Charlreux à Marseille, témoigne de la capacité de Serre à r éaliser une « grande machine » (8 m sur 5,50 m) dans l'esprit du grand décor p lafonnant du Baroque tardif. Avec le dessin préparatoire au tableau, commandé par la confrérie des Maçons en 1688, c'est l'influence vénitienne qui se fait sentir dans le jaillissement et la nervosité du trait. L'œuvre est d'ailleurs déjà très caractéristique de la manière de Serre par l'anim,alion des personnages, enchevêtrés les uns dans les autres. A partir de 1690, Serre entreprend de grands cycles, comme ceux des Carmes el

    ft ~~~: ~~r:1~~a1~:,rsfu~dS B~a:i~e. Pdols~~r personnel publié dans les Archives de "art français, 1851.52. L'activité de Serre au sein de J'arsenal est mal connue. En plus de son enseignement, i1 a dù travailler aux ouvrages de peinture des galères, comme E. Comte qu'il remplace en 1693. Il fit aussi plusieurs portraits de chefs d'escadre connus par des gravures : Alphonse Fortia de Piles, Bruno de Valbelle, Louis de Montolieu, dont le por- trait original a été retrouvé dans les réserves du musée Longchamp.

    16. Procès.verbaux de l'académie royale de peinture et sculpture, publiés par A. DE MONTAIGLON, t. III, p. 407. Serre est présenté par Boullogne l'aîné. Son morceau de récep. tion, Bacchus et Ariane, a été détruit pendant la dernière guerre, lors du bombardement du musée de Caen.

    17. Arch. dép. B.-d.-Rh., B 122. 18. L'artiste, dans ces circonstances tragiques, sc dévoue à ses concitoyens. Com·

    missaire de son quartier Saint.Ferréol, il distribue sa fortune et son énergie. 19. Aujourd'hui dans les réserves du musée Longchamp, à Marseille.

  • 206 J.·M. ET M.-C. HOM ET

    des Capucin s, en s'inspira lH souvent d es gravures d'artistes paris iens pa rmi les do nze loi les 20, cc Nico las" décOl.wrant le corps de sa int François procède directement de La Hyre. La cullllre des pays du No rd ct de la Hollan de (Hembrandt) se renforce au débu