les pensées de la duchesse (extrait)

Download Les pensées de la Duchesse (extrait)

Post on 09-Mar-2016

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Extraits du livre "les pensées de la Duchesse" de Dominique Braun, illustré par Michèle Robein : un recueil d'aphorismes décalés, farfelus et hilarants.

TRANSCRIPT

  • Les PensesDuchessede laDominique Braun

    Illustrations de Michle Robein

    sur tout et en dsordre

    HUMOUR

  • Les PensesDuchessede lasur tout et en dsordre

  • 2011 Le Verger diteur

  • Les PensesDuchessede laDominique Braun

    Illustrations de Michle Robein

    sur tout et en dsordre

    HUMOUR

    Avec, par-ci par-l, les fortes paroles de ses chats Smiramis et Jroboam

  • 5Questions en forme de prface

    Comment devient-on un crivain moraliste ?Quest-ce qui vous a amene, Madame la Duchesse, cou-cher sur le papier le fruit de vos cogitations profondes et soli-taires et les mettre la disposition de lhumanit inquite et dsoriente ?Est-ce force de commenter le triste cours des choses devant une tasse de th avec quelques amies aussi distingues que vous dans le salon de votre pied--terre parisien (400 m2 dans le septime arrondissement) ou celui de votre rsidence ordinaire (une trentaine de pices du ct de Montlimar) que sest veille en vous cette vocation ?Lvidence vous a-t-elle blouie un matin, en feuilletant quel-ques magazines dans la salle dattente de votre dentiste, que vous aviez le privilge davoir compris ltre humain beau-coup mieux que tant dautres qui prtendent clairer et guider leurs semblables et quil ne vous tait pas permis de priver le reste des mortels des vrits par vous dcouvertes ?Ou bien, avide de gloire littraire et constatant que lon ne citait des grands auteurs comme Proust ou Shakespeare quun petit nombre de phrases en forme de fortes maximes, avez-vous estim quil tait plus rentable de vous dispen-ser dcrire une uvre de plusieurs volumes et de propo-ser directement au public les aphorismes quil en aurait extraits ? Ce qui ferait gagner un temps apprciable lcri-vain comme au lecteur.Vous lavouerai-je ? Je me suis mme demand ce que vos choix littraires devaient votre particule (quoiquen

  • 6principe cela relve plutt de la partie tte). Car, en vous remmorant les noms de Franois de la Rochefoucauld, Jean de la Bruyre, Luc de Clapiers marquis de Vauvenargues, Nicolas de Chamfort, il a pu vous sembler, chre Emilienne-Adlade de Calavas, que ce de (qui vous paraissait si encombrant dans vos annes frondeuses) tait considrer comme un signe de la destine. Ce qui nempche pas votre inspiration de voisiner plus souvent avec celle de Pierre Dac quavec celle du grand la Rochefoucauld.Quel sera le rayonnement de vos penses ? Serez-vous au moins comprise par nos contemporains, premiers destina-taires de votre sollicitude ? (Tant de gnies restent, hlas, incompris longtemps aprs leur mort !).Du moins avez-vous dj obtenu ce rsultat improbable de faire des mules dans votre entourage animalier, puisque vos deux chats, lardente Smiramis et le sentimental Jroboam ont pris lhabitude de proposer de temps en temps un apho-risme de leur cru. En continuant avec persvrance dans la mme voie, peut-tre verrez-vous un jour les corbeaux de votre parc ou sait-on jamais ? les poissons de votre aqua-rium imiter leur exemple

    D. Braun

    Dernire minute : cette information, trouve dans Cerveau & Psycho (N 38, p.74) me proccupe : Suite une attaque crbrale, un tenancier de bar devient adepte des formules de sagesse et des aphorismes en tous genres . Ne serait-il pas opportun, chre Emilienne-Adlade, de faire ( tout hasard) un bilan vasculaire de votre prcieux cerveau ?

  • 71

    Deux cent quatre-vingt-douzime penseAu Moyen-Orient, que lon soit joyeux, mcontent ou dses-pr, on dcharge sa mitraillette. Les nuances de ce langage sont surtout affaire dangle de tir.

    Deux cent quatre-vingt-treizime penseVersion moderne (un peu sollicite) de la fable du hron : Vous avez superbement ignor toutes les mises en demeure : ne vous plaignez pas, maintenant, dtre mis en cabane !

    Deux cent quatre-vingt-quatorzime penseCertains matins, en me voyant dans la glace au sortir du bain, une colre me prend contre lattraction terrestre : pourquoi ne se contente-t-elle pas de faire tomber les pommes, celle-l ?

    Deux cent quatre-vingt-quinzime penseLa vie tait plus simple autrefois : celui qui voulait siffler un canon sinstallait une terrasse et appelait le garon ; aujourdhui, pour siffler un canon, il faut en plus attendre que passe une femme superbe.

    Deux cent quatre-vingt-seizime pense Les politiciens qui ne manquent pas une occasion de pcher en eau trouble et sefforcent ensuite de noyer le poisson, de quel droit reprochent-ils llecteur de prendre le chemin de la rivire plutt que celui du bureau de vote ?

    Deux cent quatre-vingt-dix-septime penseSi vous ne savez pas prendre le taureau par les cornes, essayez dabord avec un escargot, pour vous faire la main.

  • 72

    Deux cent quatre-vingt-dix-huitime penseNe mprisons pas le calembour, ce pied de nez verbal dont lapparition a srement t une tape bnie sur le parcours de lhumanit. Pour moi, lhomme des cavernes qui, le premier, a trouv un jeu de mots du genre : Un nosaure, a va ; dix nosaures, bonjour les dgts mritait mieux que loubli.

    Deux cent quatre-vingt-dix-neuvime pense La peur du gendarme, entends-je souvent, a disparu en France, hlas ! La peur du gendarme, rtorqu-je invariablement, existe plus que jamais en France, hlas ! Mais les dlinquants ne craignent plus Et les gendarmes ont de plus en plus craindre.

    Trois centime penseUlysse li un mt et suppliant en vain quon le laisse rpondre lappel des sirnes : est-il un symbole plus pathti-que de toutes les vocations contraries de sapeur-pompier ?

    Trois cent unime penseLe bonheur est dans le pr. Mais les vaches ne sen rendent compte que dans le camion qui les conduit labattoir.

    Trois cent deuxime penseQuest-ce quun grand match de foot, en somme ? Une dizaine de coups francs et vingt ou trente qui ne le sont pas (et puis trois ou quatre buts quand le jour est faste).

    Trois cent troisime penseMme dans les plaisirs les plus lgitimes, il faut savoir garder la mesure : si vous prenez votre pied au travail, nallez pas jusqu larracher !

  • Jroboam se met faire des ronds de jambes

  • 74

    Trois cent quatrime pense Mon petit garon de quatre ans na jamais cru au Pre Nol, me confie une mre angoisse ; Est-ce grave ? Que dois-je faire ? Faites comme lui.

    Trois cent cinquime penseAppel dune autre mre, dsempare, celle-ci : Depuis sa jeunesse, ma sur vit mes crochets. Elle sest trouv il y a deux ans un compagnon, chmeur comme elle, qui vit lui aussi mes crochets avec la fille de sa premire femme. Et mon fils, incapable de se dbrouiller dans la vie, demande sinstaller chez moi mes crochets avec sa copine qui na ni profession ni revenus. Cela devient trop lourd ! Je ne peux plus Il y a de quoi ! Faites-vous aider par une personne comp-tente : demandez votre boucher ladresse dun bon fabricant de tringles et crochets en acier.

    Un mot de jeroboamLa fire devise de ma famille : Plutt gagner durement sa nourriture la force des griffes que de se faire mettre la pte.

    Trois cent sixime penseComme il est facile de croire en Dieu, vingt ans, quand on trouve en solde un petit ensemble ravissant et qui nest port par aucune de vos copines !

  • 75

    Trois cent septime pensePour devenir auxiliaire de vie, vaut-il mieux en tre ou en avoir ?

    Trois cent huitime pense Il ny a pas de fume sans feu. Dangereux proverbe, au nom duquel on a allum trop de bchers.

    Trois cent neuvime penseParmi les mafieux qui signent leur arrt de mort en dsobis-sant au parrain, il doit sen trouver encore quelques-uns pour signer dune croix.

    Trois cent dixime pense (en hommage michel audiard)

    Jai t fiance un jeune aviateur Un jour quil me racon-tait ses brillants dbuts dans larme de lair, jai cru lui faire plaisir en prdisant : Toi, quand nous convolerons, tu seras chef descadrille. Il ma traite de petite dinde et il a rompu. Quest-ce quil attendait ? Que je le voie marchal, peut-tre ?

    Trois cent onzime penseLnine, syphilitique et bolchevique : un authentique vrolu-tionnaire, en somme.

    Trois cent douzime penseFumer tue. Et dabord le temps.

    Trois cent treizime penseSaimer toute la vie devrait tre pris en charge par la Scu. 100 % en tant quaffection de longue dure.

  • 76

    Trois cent quatorzime penseUne dame que vous connaissez depuis peine vingt minu-tes vous demande dun air faraud : Quel ge me donnez-vous ? . Question embarrassante, surtout pour vous, les hommes. Voici quelques rponses entre lesquelles choisir, selon que vous serez : galant : Je ne sais pas exactement, mais vous faites dix ans de moins. amoureux : Cest un ge dor que je vous offre si vous maccordez votre main prudent : La conjoncture est difficile ; dites-moi com-bien il vous faut et je verrai ce que je peux faire. franchement mufle : Vous pourriez tre ma mre si mon pre avait commis lerreur de vous pouser.

    Trois cent quinzime penseComment mieux clbrer le conducteur de 4x4 dominant, en toute gloire et majest, le troupeau des simples automobilis-tes, quen criant : Hosanna au plus haut dessieu ! .

    Trois cent seizime penseJe ne compte plus le nombre de services ou de commerces que jai trouvs ferms ou dsorganiss parce que des employs taient en formation. Alors hier, rencontrant sur une petite route une barrire avec le panneau trous en formation, je nai pu mempcher de penser fugacement que si maintenant les nids-de-poules avaient besoin dune formation pour faire leur mtier de trous, la vie devenait trop complique.

    Trois cent dix-septime penseAvis aux opportunistes cyniques : quand vous aurez votre avenir derrire vous et mise en examen oblige votre pass devant vous, ne comptez pas sur une ultime volte-face pour rtablir la situation.

  • 77

    Trois cent dix-huitime penseCe nest pas tout de dpolluer lair des villes ; il faudrait aussi, durgence, assainir lair d