quelques pensées sur l'éducation

Download Quelques pensées sur l'éducation

Post on 05-Jan-2017

221 views

Category:

Documents

3 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • John LOCKE (1693)

    Quelques pensessur lducation

    Traduit de langlais par G. Compayr en 1889

    Un document produit en version numrique par Gemma Paquet, bnvole,professeure la retraite du Cgep de Chicoutimi

    Courriel: mgpaquet@videotron.ca

    Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales"fonde et dirige par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie

    Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

    Une collection dveloppe en collaboration avec la BibliothquePaul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi

    Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 2

    Cette dition lectronique a t ralise Mme Gemma Paquet,bnvole, professeure de soins infirmiers la retraite du Cgep deChicoutimi partir de :

    John Locke (1693)

    QUELQUES PENSES SUR LDUCATION

    Titre anglais original : Some thoughts concerning education.

    Une dition lectronique ralise partir du livre de John Locke (1693),Quelques penses sur lducation. Traduit de langlais par G. Compayr en1889.

    Polices de caractres utilise :

    Pour le texte: Times, 12 points.Pour les citations : Times 10 points.Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes MicrosoftWord 2001 pour Macintosh.

    Mise en page sur papier formatLETTRE (US letter), 8.5 x 11)

    dition complte le 15 mai 2002 Chicoutimi, Qubec.Vrification et correction orthographiques : Gemma PaquetMise en page : Jean-Marie Tremblay

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 3

    Table des matires

    ptre ClarkePrambule

    Section I : (3-30) L'ducationphysique

    3. De la sant5. Le chaud et le froid9. Lair11. Les vtements13. La nourriture15. Les repas16. Les boissons20. Les fruits21. Le sommeil23. La constipation29. De la mdecine

    Section II : (31-42)

    31. Lesprit38. Les fantaisies de lenfant

    Section III : (43-51)

    43. Des chtiments

    Section IV : (52-63)

    52. Des rcompenses56. Le sentiment de lhonneur

    Section V : (64-66)

    64. Des rgles66. Des habitudes

    Section VI : (67-69)

    67. Des manires68. La socit des domestiques

    Section VII : (70-71)

    70. Les avantages de lducationdomestique

    71. Lexemple

    Section VIII : (72-87)

    72. Les rcompenses et les chtiments76. De la contrainte77. Des rprimandes78. Lobstination81. Il faut raisonner avec les enfants82. Les exemples83. Lusage du fouet

    Section IX : (88-94)

    88. Qualits ncessaires dun gouverneur

    Section X : (95-99)

    95. De la familiarit des parents avec leursenfants

    99. Du respect

    Section XI : (100-102)

    100. Les diffrents tempraments

    Section XII : (103-110)

    103. De la volont chez les enfants108. Les rcrations

    Section XIII : (111-114)

    111. Des cris et des pleurs chez les enfants

    Section XIV : (115)

    115. De la peur et du courage chez lesenfants

    Section XV : (116-117)

    116. Linstinct de la cruaut chez lenfant

    Section XVI : (118-122)

    118. La curiosit

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 4

    Section XVII : (123-127)

    123. De la nonchalance et de la flnerie

    Section XVIII : (128-129)

    128. Faut-il contraindre les enfants ?

    Section XIX : (130)

    130. Des jouets

    Section XX : (131-133)

    131. Du mensonge chez les enfants

    Section XXI : (134-137)

    134. La croyance en Dieu et le principede la morale

    137. Des esprits et des fantmes

    Section XXII : (140)

    140. De la prudence ou sagesse

    Section XXIII : (141-146)

    141. Sur les bonnes manires

    Section XXIV : (147-195)

    147. De linstruction148. La lecture160. Lcriture161. Du dessin

    161b. La stnographie162. Les langues trangres163. Le latin171. Les dissertations174. Les vers175. Faut-il apprendre par cur ?178. La gographie179. Larithmtique et lastronomie181. La gomtrie182. La chronologie184. Lhistoire185. La morale186. La loi civile187. La loi188. La rhtorique et la logique190. La philosophie naturelle195. Le grec

    Section XXV : (196-209)

    196. Arts dagrment La danse197. La musique198. Lescrime lquitation201. Il faut apprendre un mtier203. La peinture204. Les rcrations

    Section XXVI : (210-211)

    210. La tenue des livres

    Section XXVII : (212-215)

    212. Des voyages

    Conclusion

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 5

    Avertissement

    Retour la table des matires

    Les notes de bas de page sont celle de Compary et celles que Compayr areprises des ditions anglaises de Quick et de Daniel, en les augmentant, au besoin, desa science. Plusieurs notes qui auraient alourdi le texte ont t supprimes.

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 6

    douard Clarke,de Chipleycuyer

    7 mars 1693.

    Monsieur,

    Retour la table des matires

    Ces Penses sur l'ducation qui vont maintenant paratre dans le monde vousappartiennent de droit, puisqu'elles ont t crites depuis plusieurs annes votreintention 1 : elles ne contiennent pas autre chose que ce que vous avez dj reu demoi dans mes lettres. Je n'y ai pas apport de changement, except dans l'ordre desrflexions qui vous ont t adresses diffrentes poques et dans diverses circons-tances : de sorte que le lecteur reconnatra aisment, la simplicit familire et laforme du style, que ces penses sont plutt l'entretien priv de deux amis qu'undiscours destin au public 2.

    Ce sont les importunits de leurs amis que les auteurs allguent gnralementpour s'excuser de publier des livres qu'ils n'osent d'eux-mmes produire au grandjour. Mais quant moi, vous le savez, je puis le dire avec vrit : si quelques person-nes, ayant entendu parler de mes crits sur ce sujet, n'avaient pas insist pour les lireet ensuite pour les voir imprimer, ils dormiraient encore dans le secret de l'intimit

    1 Ed. Clarke, membre du parlement, habitait Chipley, quelques miles de Taunton. Locke le con-

    naissait depuis longtemps quand il publia ses Penses sur l'ducation , il avait une affectionparticulire pour une de ses filles, lisabeth Clarke, lui crivait souvent, et l'appelait en plaisantant ma femme , ou madame Locke .

    2 C'est pendant son sjour en Hollande, de 1684 1689, que Locke avait adress Ed. Clarke seslettres sur l'ducation.

  • John LOCKE (1693), Quelques penses sur lducation 7

    pour laquelle ils taient faits 1. Mais ces personnes, dont le jugement m'inspire uneextrme dfrence, m'ayant dit qu'elles taient persuades que cette simple esquissepouvait rendre quelques services si elle tait publie, j'ai cd des raisons quiexerceront toujours un grand empire sur mes dcisions : car je pense que le devoirabsolu de tout homme est de faire pour le service de son pays tout ce qu'il peut, et jene vois pas quelle diffrence pourrait tablir entre lui-mme et les animaux quil'entourent celui qui vivrait sans cette pense. Ce sujet est d'une si grande importance,une bonne mthode d'ducation est d'une utilit si gnrale, que, si mon talent avaitrpondu mes dsirs, je n'aurais pas attendu les exhortations et les importunits demes amis. Nanmoins, la mdiocrit de cet crit et la juste dfiance qu'il m'inspire nedoivent pas m'empcher, par la honte de faire trop peu, de faire quelque chose etd'apporter ma petite pierre l'difice 2 surtout quand on ne me demande pas autrechose que de livrer mes ides au public. Et s'il se rencontrait encore quelques autrespersonnes du mme rang et du mme mrite qui y prissent got au point de les juger,elles aussi, dignes de l'impression, je pourrais me flatter de l'espoir que tous ceux quiles liront ne perdront pas leur peine 3.

    J'ai t si souvent consult, dans ces derniers temps, par des personnes qui dcla-raient ne pas savoir comment lever leurs enfants, et, d'autre part, la corruption de lajeunesse est devenue un sujet si universel de lamentations, qu'il me semble qu'on nesaurait taxer d'impertinente l'entreprise de celui qui appelle sur ce sujet l'attention dupublic et qui propose quelques rflexions personnelles sur la matire, dans l'intentiond'exciter les efforts des autres et de provoquer les critiques. Car c'est en faitd'ducation que les erreurs mritent le moins d'tre excuses. Comme les dfauts quiproviennent de la premire cuisson d'une faence et qui ne sauraient tre corrigs dansla seconde ou dans la troisime, ces erreurs laissent aprs elles une empreinteineffaable, dont la trace subsiste travers tous les degrs et toutes les stations de lavie.

    Je suis si loin d'tre entt d'aucune des ides que je prsente ici, que je ne seraisnullement chagrin, mme cause de vous, si quelque autre crivain plus habile etmieux prpar ce travail voulait, dans un trait rgulier d'ducation appropri notre bourgeoisie anglaise, rectifier les erreurs que j'aurais pu commettre : car ceserait une bien plus grande satisfaction pour moi de voir les jeunes gens suivre pourleur instruction et leur ducation les mthodes les meilleures (ce que tout le mondedoit dsirer), que d'apprendre le succs de mes opinions sur ce sujet. Vous devezcependant me rendre ce tmoignage que ma mthode a produit des effets extraordi- 1 Parmi ces personnes il faut citer un des meilleurs amis de Locke, William Molyneux. Dans une

    lettre date du 2 mars 1692, Molyneux crivait Locke : Mon frre m'a dit quelquefois que, dutemps o il avait le bonheur d'tre en relation avec vous Leyde, vous tiez en train de travailler un ouvrage sur les mthodes d'enseignement, et cela la requte d'un tendre pre... Laissez-moidonc vous supplier instamment de ne pas laisser de ct cette oeuvre infiniment utile, jusqu' ceque vous l'ayez termine.