pensées ( pascal )

Download Pensées ( Pascal )

Post on 08-Jun-2015

1.773 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Penses de Pascal sur la religion

PensesBlaise Pascal

1

Penses de Pascal sur la religion

PRESENTATIONAyant t, par hasard, mis en possession d'une dition ancienne de Pascal -- Penses de M. Pascal sur la Religion et sur quelques autres sujets, qui ont t trouves aprs sa mort parmi ses papiers. Troisime Edition. A Paris, Chez Guillaume Desprez, rue Saint Jacques, Saint Prosper. M. DC. LXXI. Avec Privilge & Approbation -- j'ai jug bon de donner accs ce texte. On pourra ainsi en comparer la teneur avec les brouillons ou fragments de Pascal tels qu'on les publie dsormais, et mesurer la diffrence du Pascal dont Port-Royal nous brosse la figure d'avec le Pascal dont les actuels historiens de la philosophie nous tracent le portrait. La prsente dition est la troisime chronologiquement, mais la deuxime en ralit : la premire fut donne en 1669, mais eut un tirage et une diffusion extrmement limits. De sorte que c'est l'dition de 1670, marque deuxime dition, qui doit tre considre comme archtypale. Reste que nous n'en avons pas trouve une version libre de droits. Raison pour laquelle nous offrons celle-ci, qui en est une copie conforme(la pagination est diffrente : chaque page est augmente d'une ligne ; quelques erreurs viennent la dfigurer, que nous avons rectifies, mais bien d'autres, propres l'dition de 1670, y ont t corriges).Il

2

Penses de Pascal sur la religion

m'a

paru

galement

ncessaire

de

respecter

l'orthographe du XVII sicle avec toutes ses particularits : elles font partie de cette belle langue classique et lui donnent aussi son got inimitable. Il en va de mme de la ponctuation, dont la transcription relverait d'un exercice de traduction pour lequel je ne suis pas qualifi. Cependant, il est bien vident que ceux qui voudraient faire une recherche lexicale pourraient se trouver gner par ces particularits : c'est pourquoi je me suis dcid offrir aussi une version dont l'orthographe soit modernise. Chacun pourra ainsi choisir suivant ses gots propres ou ses ncessits personnelles. Le prsent texte ayant t recopi manuellement, il est vident que certaines fautes et coquilles ne peuvent manquer de s'tre glisses dans la prsent version (les erreurs d'origine ont t reproduites : chacun les tera ou les conservera aisment et son gr). Je prie instamment le lecteur de me les pardonner -- mais surtout de les communiquer par courrier lectronique l'ABU, de faon ce que nous puissions amliorer cette dition. ric Dubreucq Secrtaire de l'Association des BiblioFiles Universels

3

Penses de Pascal sur la religion

TABLE

Penses de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets. I. Contre l'Indiffrence des Athes. II. Marques de la vritable Religion III. Vritable Religion prouve par les contrarits qui sont dans l'homme, & par le pch originel. IV. Il n'est pas incroyable que Dieu s'unisse nous V. Soumission, & usage de la raison. VI. Foi sans raisonnement. VII. Qu'il est plus avantageux de croire que de ne pas croire ce qu'enseigne la Religion Chrtienne. VIII. Image d'un homme qui s'est lass de chercher Dieu par le seul raisonnement, & qui commence lire l'criture. IX. Injustice, & corruption de l'homme. X. Juifs. XI. Mose. XII. Figures.

4

Penses de Pascal sur la religion

XIII. Que la Loi tait figurative. XIV. Jsus-Christ. XV. Preuves de Jsus-Christ par les prophties. XVI. Diverses preuves de Jsus-Christ. XVII. Contre Mahomet. XVIII. Dessein de Dieu de se cacher aux uns, & de se dcouvrir aux autres. XIX Que les vrais Chrtiens & les vrais Juifs n'ont qu'une mme Religion. XX. On ne connat Dieu utilement que par Jsus-Christ. XXI. Contrarits tonnantes qui se trouvent dans la nature de l'homme l'gard de la vrit, du bonheur, & de plusieurs autres choses. XXII. Connaissance gnrale de l'homme. XXIII. Grandeur de l'homme. XXIV. Vanit de l'homme. XXV. Faiblesse de l'homme. XXVI. Misre de l'homme. XXVII. Penses sur les Miracles. XXVIII. Penses Chrtiennes. XXIX. Penses Morales.

5

Penses de Pascal sur la religion

XXX. Penses sur la mort, qui ont t extraites d'une Lettre crite par M. Pascal, sur le sujet de la mort de M. son Pre. XXXI. Penses diverses. XXXII. Prire pour demander Dieu le bon usage des maladies.

AVERTISSEMENT. --------------

Les Penses qui sont contenues dans ce Livre ayant t crites et composes par Monsieur Pascal en la manire qu'on l'a rapport dans la Prface, c'est--dire mesure qu'elles lui venaient dans l'esprit, et sans aucune suite ; il ne faut pas s'attendre d'en trouver beaucoup dans les chapitres de ce Recueil, qui sont la plupart composs de quantit de penses toutes dtaches les unes des autres, et qui n'ont t mises ensemble sous les mmes matires. Mais quoiqu'il soit assez facile, en lisant chaque article, de juger s'il est une suite de ce qui le prcde, ou s'il contient une nouvelle pense ; nanmoins on a cr que pour les distinguer davantage il tait bon d'y faire quelque marque | particulire. Ainsi lorsque l'on verra au commencement de quelque article cette marque ([]) cela veut dire qu'il y a dans cet article une nouvelle penses qui n'est point une suite de la prcdente, et qui en est entirement spare. Et l'on connatra par mme moyen que les articles qui n'auront point cette marque ne composent

6

Penses de Pascal sur la religion

qu'un seul discours, et qu'ils ont t trouvs dans cet ordre et cette suite dans les originaux de Monsieur Pascal. L'on a aussi jug propos d'ajouter la fin de ces penses un Prire que Monsieur Pascal composa tant encore jeune, dans une maladie qu'il eut, et qui a dj t imprime deux ou trois fois sur des copies assez peu correctes, parce que ces impressions ont t faites sans la participation de ceux qui donnent prsent ce Recueil au public. [1] pendent opera interrupta. PENSES DE M. PASCAL SUR LA RELIGION ET SUR QUELQUES AUTRES SUJETS. I. Contre l'Indiffrence des Athes. Que ceux qui combattent la Religion apprennent au moins quelle elle est avant que de la combattre. Si cette Religion se vantait d'avoir une vue claire de Dieu, et de le possder [2] dcouvert et sans voile, ce serait la combattre que de dire qu'on ne voit rien dans le monde qui le montre avec cette vidence. Mais puis qu'elle dit au contraire que les hommes sont dans les tnbres, et dans l'loignement de Dieu, et que c'est mme le nom qu'il se donne dans les critures, Deus absconditus : et enfin si elle travaille galement tablir ces deux choses ; que Dieu a mis des marques sensibles dans l'glise pour se faire reconnatre ceux qui le chercheraient sincrement ; et qu'il les a couvertes nanmoins de telle sorte qu'il ne sera

7

Penses de Pascal sur la religion

aperu que de ceux qui le cherchent de tout leur coeur ; quel avantage peuvent-ils tirer, lorsque dans la ngligence o ils font profession d'tre de chercher la vrit, ils crient que rien ne la leur montre ; puisque cette obscurit o ils sont, et qu'ils objectent l'glise ne fait qu'tablir une des choses qu'elle soutient sans toucher l'autre, et confirme sa doctrine bien loin de la ruiner ? Il faudrait pour la combattre qu'ils [3] criassent qu'ils ont fait tous leurs efforts pour chercher partout, et mme dans ce que l'glise propose pour s'en instruire, mais sans aucune satisfaction. S'ils parlaient de la sorte, ils combattraient la vrit une de ses prtentions. Mais j'espre montrer ici qu'il n'y a point de personne raisonnable qui puisse parler de la sorte ; et j'ose mme dire que jamais personne ne l'a fait. On sait assez de quelle manire agissent ceux qui sont dans cet esprit. Ils croient avoir fait de grands efforts pour s'instruire lorsqu'ils ont employ quelques heures la lecture de l'criture, et qu'ils ont interrog quelque Ecclsiastique sur les vrits de la foi. Aprs cela ils se vantent d'avoir cherch sans succs dans les livres et parmi les hommes. Mais en vrit je ne puis m'empcher de leur dire, que cette ngligence n'est pas supportable. Il ne s'agit pas ici de l'intrt lger de quelque personne trangre : il s'agit de nous-mmes et de notre tout. L'immortalit de l'me est une chose qui nous importe si fort, et [4] qui nous touche si profondment, qu'il faut avoir perdu tout sentiment pour tre dans l'indiffrence de savoir ce qui en est. Toutes nos actions et toutes nos penses doivent prendre des routes si diffrentes selon

8

Penses de Pascal sur la religion

qu'il y aura des biens ternels esprer ou non, qu'il est impossible de faire une dmarche avec sens et jugement qu'en la rglant par la vue de ce point qui doit tre notre dernier objet. Ainsi notre premier intrt et notre premier devoir est de nous claircir sur ce sujet d'o dpend toute notre conduite. Et c'est pourquoi parmi ceux qui n'en sont pas persuads, je fais une extrme diffrence entre ceux qui travaillent de toutes leurs forces s'en instruire, et ceux qui vivent sans s'en mettre en peine et sans y penser. Je ne puis avoir que de la compassion pour ceux qui gmissent sincrement dans ce doute, qui le regardent comme le dernier des malheurs, et qui n'pargnant rien pour en sortir font de cette recherche leur [5] principale et leur plus srieuse occupation. Mais pour ceux qui passent leur vie sans penser cette dernire fin de la vie, et qui par cette seule raison, qu'ils ne trouvent pas en euxmmes des lumires qui les persuadent, ngligent d'en chercher ailleurs, et d'examiner fond si cette opinion est de celles que le peuple reoit par une simplicit crdule, ou de celles qui quoiqu'obscures d'elles-mmes ont nanmoins un fondement trs solide, je les considre d'une manire toute diffrente. Cette ngligence en une affaire o il s'agit d'eux-mmes, de leur ternit, de leur tout, m'irrite plus qu'elle ne m'attendrit ; elle m'tonne et m'pouvante ; c'est un monstre pour moi. Je ne dis pas ceci par le zle pieux d'une dvotion spirituelle. Je prtends au contrair