la grande guerre au cinéma : quelques repères

Download La Grande Guerre au cinéma : quelques repères

Post on 13-Feb-2017

218 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • La Grande Guerre au cinma : quelques repres Alain Hertay

    200

    Dans cette brve prsentation historique des films qui ont abord la Grande Guerre au cinma, nous retiendrons avant tout des uvres marquantes, emblmatiques dun pays et dune poque, sans prtendre lexhaustivit. Ces uvres sont prsentes chronologiquement et en fonction de leur pays dorigine.

    Le cinma amricain

    Premires uvres sur la Grande Guerre

    Les premiers films raliss propos de la guerre 14-18 datent du dbut du conflit. En Europe, une vague de films bellicistes, similaires dun pays lautre, sont proposs aux publics franais, anglais et allemand. Citons, parmi de nombreux titres, LInfirmire (1914) dHenri Pouctal, England Expects (1914) de George Loane Tucker, Mit Herz und Hand frs Vaterland (1915) de Jacob Fleck Ces productions patriotiques qui appellent lenrlement se poursuivront jusqu la fin du conflit.

    La situation du cinma amricain est trs diffrente. Rappelons que les Etats-Unis ne sont entrs en guerre aux cts des Allis quen 1917, aprs de longues ngociations. Dans un premier temps, les films hollywoodiens tourns avant 1917, comme Fiances de guerre (War Brides, 1916) de Herbert Brenon, sont des uvres pacifistes et isolationnistes.

    Lorsque le pays entre en guerre, le changement dattitude est radical. Les films tourns prparent le pays la guerre et rejoignent lesprit des productions europennes prcites. Des ralisateurs de poids, Cecil B. DeMille et David W. Griffith, tournent des productions gros budget qui sinscrivent dans cette perspective martiale: La Petite Amricaine (The Little American, 1917) pour le premier et Curs du monde (Hearts of the World, 1918) pour le second.

    Parmi ces films, la contribution de Charles Chaplin dtonne quelque peu. Sil plonge son fameux personnage de Charlot dans les tranches avec Charlot soldat (Shoulder Arms, 1918), cest pour offrir un regard ironique sur le conflit et labsurdit de la guerre, mais aussi une vision pleine de tendresse et de compassion sur la vie des soldats.

    La priode de limmdiat aprs-guerre voit se rduire significativement le nombre de productions consacres la Grande

    Guerre. Citons nanmoins Les Quatre Cavaliers de lApocalypse (The Four Horsemen of the Apocalypse, 1921) de Rex Ingram, La Grande Parade (The Big Parade, 1925) de King Vidor, Au service de la gloire (What Price Glory?, 1926) de Raoul Walsh, Les Ailes (Wings, 1927) de William Wellman.

    Curs du monde (Hearts of the World, 1918)

    Charlie Chaplin dans Charlot soldat (Shoulder Arms, 1918)

    La grande parade (The Big Parade, 1925)

  • 201

    Les annes trente

    Avec la signature du pacte de Locarno en 1925, lAllemagne rintgre la communaut internationale. La dtente qui sensuit donne lieu la ralisation dun grand film pacifiste: ladaptation du roman dErich Maria Remarque, A lOuest, rien de nouveau, par Lewis Milestone (All Quiet on the Western Front, 1930). Le choix de raconter, dans un film amricain, la guerre vue par des soldats allemands qui sy font dcimer va lencontre des prjugs du public de lpoque. Luvre obtient les Oscars du meilleur film et du meilleur ralisateur.

    Plusieurs films suivront. Ralis par le milliardaire Howard Hughes, passionn daronautique, Les Anges de lenfer (Hells Angels, 1930) table sur la valeur spectaculaire des combats ariens en suivant les destins de trois amis pilotes qui sengagent dans lescadrille. Troisime film de Josef von Sternberg avec Marlene Dietrich, Agent X 27 (Dishonored, 1931) cherche avant tout mettre en valeur sa star fminine dans le rle dune espionne proche de Mata Hari, sans souci particulier dauthenticit historique. Frank Borzage adapte le clbre roman dErnest Hemingway, LAdieu aux armes (A Farewell to Arms, 1932), dans lequel un soldat dserte par amour alors quclate la Premire Guerre mondiale.

    Une certaine recherche dauthenticit se manifeste dans La Patrouille perdue (The Lost Patrol, 1934) de John Ford, qui voit un groupe de soldats anglais errer dans le dsert de Msopotamie en 1917, la merci de lennemi et des menaces naturelles, ainsi que dans Les Chemins de la gloire (The Road to Glory, 1936) dHoward Hawks o une compagnie franaise dinfanterie monte en premire ligne. Dans ces deux films, sont notamment dclins les lments qui caractriseront la plupart des films de guerre: une intrigue concentre sur un petit groupe dhommes o se distinguent des personnalits contrastes qui se rvlent dans une action dclat face un ennemi souvent invisible, ce qui le rend dautant plus inquitant. Howard Hawks ralise galement Sergent York (Sergeant York) en 1941, portrait dun des soldats amricains les plus dcors de la Premire Guerre mondiale.

    Les films sur la Grande Guerre aprs la Seconde Guerre mondiale

    Directement aprs la Seconde Guerre mondiale, la Grande Guerre perd de son intrt pour le cinma. La plupart des films raliss Hollywood portent sur la priode 40-45 ou la guerre de Core puis du Vit Nam.

    Quelques films sont cependant signaler. Si Charles Vidor adapte une nouvelle fois le roman dHemingway, LAdieu aux armes (A Farewell To Arms, 1957), Stanley Kubrick offre, quant lui, une charge antimilitariste froce avec Les Sentiers de la gloire (Paths of Glory, 1957). Dans ce film o trois soldats franais sont condamns mort en cour martiale pour des raisons absurdes puis excuts, le ralisateur oppose les officiers et les soldats, transforme son rcit en un conflit de classes et pose des questions drangeantes sur lautorit militaire. Le film sera dailleurs interdit en France durant une vingtaine dannes.

    A lOuest, rien de nouveau (All Quiet on the Western Front, 1930)

    Les Anges de lenfer (Hells Angels, 1930)

    Kirk Douglas dans Les Sentiers de la gloire (Paths of Glory, 1957)

  • 202

    Dautres ralisations reprendront le versant spectaculaire des combats ariens des Anges de lenfer avec les moyens techniques modernes du cinma des annes cinquante et suivantes. William Wellman, dj auteur de Wings (Les Ailes) en 1927 et par ailleurs vtran lui-mme de la clbre Escadrille Lafayette, raconte de faon romance sa propre histoire avec Cest la guerre (Lafayette Escadrille, 1958) qui fera lobjet dun remake en 2006: LEscadrille Lafayette (Flyboys) de Tony Bill. John Guillermin dpeint les combats ariens vus par le camp adverse en suivant le trajet dun pilote allemand cynique et ambitieux dans Le Crpuscule des aigles (The Blue Max, 1966), grosse production anglo-amricaine succs.

    Une cinquantaine dannes stant coule depuis le conflit, le traitement de la Premire Guerre mondiale peut dsormais galement stablir sur un regard distanci, humoristique ou mtaphorique. Cest ce que font Blake Edwards et Dalton Trumbo. Aurol du succs de La Party (The Party, 1968), le premier signe Darling Lili (1970), une comdie musicale rocambolesque qui suit une chanteuse anglaise de music hall, espionne pour les Allemands ses heures perdues.

    Le second ralise Johnny sen-va-t-en guerre (Johnny Got His Gun, 1971), adaptation de son propre roman antimilitariste paru en 1939. Scnariste, Dalton Trumbo a longtemps figur sur la liste noire du snateur McCarthy, ce qui la oblig travailler sous divers noms demprunt (il a obtenu lOscar du meilleur scnario en 1956 sous le nom de Robert Rich). Rhabilit partir de 1960, Trumbo met lui-mme en scne son roman en 1971 (ce sera son unique long mtrage comme ralisateur). Johnny sen va-t-en guerre dbute par larrive lhpital dun jeune soldat qui a perdu lusage de ses membres,

    mais aussi de la parole, de la vue, de loue et de lodorat. Alors que les mdecins sinterrogent sur le sort lui rserver, lesprit du jeune homme se souvient, de faon fragmente, de son pass avant et pendant la guerre. La radicalit du propos et la courte vocation en quelques scnes violentes de la Premire Guerre mondiale font du film une charge antimilitariste qui excde largement son sujet pour voquer lensemble des conflits, dont la guerre du Vit Nam alors en cours.

    Depuis lors, la Grande Guerre a surtout t exploite par le cinma hollywoodien pour son imagerie et ses aspects spectaculaires. Avec Le Temps daimer (In Love and War, 1996), Richard Attenborough a propos une nouvelle variation autour de LAdieu aux armes en sinspirant de la priode de la vie dErnest Hemingway durant laquelle celui-ci crivait son roman. Steven Spielberg brosse une vaste fresque sur le trajet dun cheval et de son jeune propritaire travers les champs de batailles dans Cheval de guerre (War Horse, 2011).

    Le cinma anglais

    En dehors de la vague de films bellicistes raliss durant le conflit, le cinma anglais aborde peu la Premire Guerre mondiale par la suite. Tell England (1931) dAnthony Asquith dcrit les combats sur le front turc. Par ailleurs, le conflit est voqu dans un segment de Colonel Blimp (The Life and Death of Colonel Blimp, 1943) de Michael Powell et Emeric Pressburger, film qui aborde aussi la Guerre des Boers et la Seconde Guerre mondiale.

    Les annes soixante seront plus fastes. Dune part, elles correspondent un moment du cinma britannique o linvestissement de capitaux amricains permet la ralisation de films daventures grand spectacle dans lesquels la Grande Guerre peut servir de dcor, comme Lawrence dArabie (Lawrence of Arabia, 1962) de David Lean, Le Crpuscule des aigles dj voqu ou Le Tigre du ciel (Aces High, 1976) de Jack Gold, dans la mme veine que le prcdent sur les rcits hroques de chevaliers du ciel.

    Le Crpuscule des aigles (The Blue Max, 1966)

    Johnny sen-va-t-en guerre (Johnny Got His Gun, 1971)

    Peter OToole et Omar Sharif dans Lawrence dArabie (Lawrence of Arabia, 1962)

  • 203

    Dautre part, cette mme priode voit lavnement dun cinma engag, dans la mouvance du Free Cinema. Ainsi, lAmricain Joseph Losey, exil Londres suite au maccarthysme, ralise Pour lexemple (King and Country, 1964) sur un thme proche de celui des Sentiers de la gloire de