journal été 2012

Download Journal été 2012

Post on 22-Jul-2016

215 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Du beau , du bon, du qui vaut la peine...

TRANSCRIPT

  • ESPERANZA T.M. Bulletin ESPERANZA T-M a.s.b.l.

    Trimestriel n 2 - 2012

    Belgique Belgi

    PP 9/2208

    -

    4500 HUY

    P20 22 94

    Editeur responsable : Jrme de Roubaix

    5, chemin de Gabelle 4500 HUY

    esperanza.tiersmonde@gmail.com

    Votre participation constitue une

    aide prcieuse sur les comptes

    ESPERANZA TIERS-MONDE,

    Compte commun :

    BE74 0000 2577 3607

  • E t surtout voir la marche pour leau, contre le projet des mines. Il y a eu un mort a Bamba mercredi dernier, suite a une journe de "guerre" comme lont dcrit tous nos amis. Bataille range entre flics et habitants de Bambamarca, mme pas du campo, entre 12 h et 19h30.

    Depuis lors, tous les jours, les campesinos viennent manifester pacifiquement en ville. Ils sont organiss par zone: une chaque jour. Aujourdhui ctait la zone de Huangamarca et la ville tait pleine de monde: tous ges, tous genres, campesinos, profs, jeunes, groupes de femmes, personnel des centres de sante, bref de tout. Ils crient des slogans contre la mine, contre le prsident et le principal est "CONGA NO VA", certains trs humoristiques, en bon ordre mais trs dtermins. Les gens ne parlent que de ca. Ils sont prts a tout pour sauver leur eau. On a supprim la fte patronale de Nuestra Seora del Carmen, la grande fte annuelle avec messes, corridas, jeux : les gens nont pas envie de faire la fte...

    Ce sont les quelques lignes peu rjouissantes envoyes du front nord-Prou par mes parents le 12 juillet dernier. La situation est grave et la dsillusion face lattitude du gouvernement aussi grande que les espoirs suscits il y a un an. La situation vous sera, ici, dcrite, analyse et ressentie par une belge qui connait bien le coin (p.4), un

    anglais adopt par ces belles terres (p.5) et un pruvien du cru avec une belle plume (p.6-7). Trois faons diffrentes den parler qui vous donneront une bonne ide de ce qui se joue en ce moment. Mais comme la vie continue partout ailleurs, vous aurez droit pour

    commencer un article crit par des ptits bouts sur le thme des migrations (p.3).

    En Bolivie le gouvernement est lui aussi confront des conflits sociaux mais semble les grer diffremment et prend

    certaines dcisions plus courageuses (p.8-9). La rvolution se poursuit petits pas, assez distincte sans de ce dont rvait le Ch pour ce beau pays andin (p.10). Cette possibilit a t injustement retire au prsident

    paraguayen victime dun lche coup dtat (p.11).

    Bref, pas de quoi arrter de se serrer les coudes et

    lenvie intacte de soutenir le courage de gens qui se

    battent noblement pour

    dfendre tout simplement leurs droits !

    Thomas

    2

    Nadine Heredia (femme du prsident pruvien) : Mon amour, un message de toi dil

    y a 10 ans est arriv, de quand tu tais le nationaliste de la grande transformation.

    Ollanta Humala (prsident pruvien depuis un an) : Quelle partie de je suis occup

    tu ne comprends pas? Jette moi donc cette idiotie.

    Dans ce journal :

    En couverture : photo denfants de Puckllay.

    Article de Chiquilomas (le journal de Puckllay) 3

    Conflits dans la rgion de Cajamarca, Prou

    - Article dune belge quon connait bien ! 4 - Carte de Miguel Garnett 5

    - Lettre ouverte de Alfredo Mires Ortiz 6-7

    Bolivie : des conflits miniers l aussi 8-9

    similitudes et diffrences avec le Prou Hotel Copacabana, La Paz (D. Mermet) 10 Coup dtat au Paraguay 11

    Au dos : Rincn de las cosas buenas.

  • 3

    A rticle paru dans CHIQUILOMAS (le journal de l'atelier de journalisme de l'association

    PUCKLLAY), rdig par les enfants

    du quartier de Lomas de

    Carabayllo ( Lima).

    Expriences :

    Immigration

    Eunice Medina

    La plupart des personnes qui vivent

    Lomas viennent de province, mais la

    plupart des enfants qui vivent ici, sont ns

    Lomas de Carabayllo.

    Les parents des enfants d'ici sont arrivs

    Lima en cherchant du travail et ont fini par

    trouver un endroit o habiter, Lomas.

    Avant, les collines taient dsertes et puis

    les gens qui descendaient de la province

    ont commenc les peupler.

    Jusqu' il y a pas trop longtemps, Lomas

    de Carabayllo n'avait ni eau ni lumire.

    Aujourd'hui l'eau reste toujours un

    problme, on l'amne en citerne mais elle

    ne vient pas toujours et il n'y a pas

    toujours pour tout le monde.

    Ma famille est aussi immigrante ; elle est

    arrive de Cajamarca et de Cusco, mais

    mon frre et moi on est ns ici. Mes

    parents sont arrivs ici et se sont poss

    Lomas parce que ailleurs Lima il y

    a beaucoup de dlinquance et le

    climat est trs sec.

    Avant on habitait Comas, mais

    mes parents ont eu peur de la

    violence et de la contamination du

    quartier.

    J'ai connu Cusco il y a longtemps, a

    m'a paru joli mais j'ai remarqu que

    les enfants doivent travailler aussi,

    comme ici Lomas de Carabayllo.

    Ulises Huablocho

    Mes parents sont ns en Amazonie

    ainsi que ma grande sur. Mais ma

    petite sur et moi on est ns

    Lima.

    Mes parents sont venus avec toute

    la famille Lima parce que la rivire

    a dbord dans leur communaut et

    ils ont du laisser leur vie l-bas.

    Maintenant mon pre travaille en

    tant que professeur d'lectricit et

    ma mre est femme au foyer.

    Une fois je suis all avec ma maman

    et mes surs en Amazonie, mais on

    a du repartir parce que je suis

    tomb malade, j'ai eu l'Hpatite et

    on a du m'interner une semaine

    l'hpital.

    J'ai envie d'y retourner pour

    connaitre

    l'endroit

    o sont

    ns mes

    parents

    et o ils

    ont vcus

    une

    partie de

    leur vie.

    LLEE J

    OU

    RN

    AL

    JOU

    RN

    AL

    DE

    DE

    PU

    CK

    LLA

    Y (

    PU

    CK

    LLA

    Y (

    LIM

    A

    LIM

    A --

    PR

    OU

    PR

    OU

    ) )

  • 4

    N ous avons de nombreuses fois fait rfrence au conflit autour du projet Conga dextension de la mine de Yanacocha Cajamarca.

    De nombreux acteurs de tout bord interviennent

    dans celui-ci rendant la situation extrmement

    complique. Je propose denvisager en quelques

    lignes cette situation travers le point de vue de

    deux groupes dacteurs : les organisations

    paysannes et le gouvernement pruvien, pour

    comprendre les jeux de pouvoir qui ont fait

    basculer en quelques mois lesprance de

    dialogue un conflit aigu, radicalis.

    Le projet Conga surgit dans un contexte

    historique maill de violences rptes et de

    marginalisation ainsi, qu un moment particulier,

    dexpectatives et desprance pour les plus

    pauvres de la rgion de Cajamarca. Ses

    rpercussions sur la situation actuelle et la faon

    donc les paysans lenvisagent peut se comprendre

    partir de slogans scands dans les manifestions

    ces derniers mois: "El oro no se com. El agua es

    vida !".

    En effet, larrive des espagnols Cajamarca a eu

    pour consquence la fin de lempire Inca et

    ltablissement de lune des socits les plus

    ingalitaires au monde. Les paysans en occupent

    le bas de lchelle. Lor est, depuis, symbole de

    maldiction et dabus de pouvoir. Ces dernires

    dcennies les Rondes paysannes, lappui de

    lEglise et dOngs ont permis la reconstruction

    dune identit paysanne fire, unifie et unifiante.

    Les paysans ont dvelopp leur capacit

    danalyse, dorganisation et de projection dans

    une modernit adapte leur mode de vie.

    Ils avaient vu la mine de Yanacocha, lors de son

    installation, comme une possibilit de travailler et

    de complter les maigres ressources issues de

    lagriculture familiale.

    Mais, au fil des annes,

    la pollution, les

    maladies qui lui sont

    attribues, le manque

    rcurent deau et

    surtout le non dialogue

    et les rpressions

    violentes des

    manifestations

    paysannes par la milice

    prive de la mine ont

    amen la majorit des

    paysans une grande

    mfiance. Aujourdhui,

    le refus du projet Conga

    sest radicalis, suite aux

    dsillusions rptes.

    Seuls ceux qui esprent des fortes contreparties

    lappuient encore. Cest dans ce contexte qua eu

    lieu llection du prsident Humala en 2011. Lors

    de sa campagne lectorale, il avait repris le

    slogan: "El oro no se come" promettant de veiller

    aux intrts de la population locale. Son

    autorisation dexploiter le site de Conga a t

    vcue comme une trahison. Elle avait entrain une

    grve gnrale et en rponse, une occupation

    militaire et policire de la zone. Pour le prsident,

    les intrts de l'tat sont en jeu. Les bnfices de

    la mine sont ncessaires pour raliser les

    programmes sociaux quil a promis. Par le biais du

    tribunal constitutionnel il a obtenu que le

    gouvernement rgional ne puisse sopposer ce

    projet. Il renforce encore, depuis, la prsence

    militaire dans les quatre provinces directement

    concernes. Pour tenter dexpliquer la

    radicalisation paysanne, le gouvernement et la

    presse subsidie par le projet minier, tentent de

    prouver que les mouvements paysans sont

    manipuls par des groupes extrmistes