express - max havelaar-stiftung

of 12 /12
Edition anniversaire Informations de la Fondation Max Havelaar (Suisse) | Nouvelle édition avril 2008 EXPRESS

Upload: others

Post on 21-Apr-2022

8 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Page 1: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

Edition anniversaire Informations de la Fondation Max Havelaar (Suisse) | Nouvelle édition avril 2008

E x p r E S S

Page 2: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

1992: inspirées par Max Havelaar pays-Bas, les œuvres suisses d’entraide créent la Fondation Max Havelaar (Suisse). Les partenaires de la première heure sont Bertschi-Café, Coop et Migros. Le Secré-tariat d’Etat à l’économie (SECO) fournit une aide financière déterminante pour la phase de lancement. La percée qu’a réussie le commerce équitable sur les rayons des distributeurs n’aurait pas été imaginable sans Max Havelaar. Un bon bout de chemin a été parcouru. Mais il en reste beaucoup à faire.

Gros titres en 2010: roger Federer encore vainqueur – avec des balles de tennis équitables. Lindt & Sprüngli crée une gamme de luxe «fine & fair». L’ordina-teur certifié Max Havelaar occupe une part de marché de 10%. Les valeurs du Fairtrade ont été intégrées aux règles du commerce mondial. Je souhaite à Max Havelaar de continuer à faire preuve de créativité et de ténacité pour le plus grand bénéfice des producteurs d’Afrique, d’Asie et d’Améri-que latine.

Editorial *

Max Havelaar a 15 ans –et vole de ses propres ailes

1985: en tant que représentant d’Alliance Sud, alors Communauté de travail des œuvres d’entraide, j’organise des entre-tiens avec Migros et Coop. Les deux grands distributeurs suisses sont-ils prêts à intro-duire dans leur assortiment du café ou d’autres produits issus du commerce équi-table? La réponse est un non catégorique. parallèlement, les magasins Claro accumu-lent des expériences positives avec la vente de produits commercialisés sur une base équitable. Là-dessus, les œuvres d’entraide lancent en 1986 la pétition «pour un commerce équitable avec le tiers monde», signée par plus de 100’000 personnes qui, par là même, se déclarent prêtes à payer un peu plus pour des produits équitables. Mais rien ne se passe.

* par richard Gerster, docteur en économie, journaliste et consultant (www.gersterconsulting.ch). Directeur d’Alliance Sud jusqu’en 1998 et ancien membre du conseil de la Fondation Max Havelaar (Suisse)

Page 3: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

2. Max Havelaar apporte des améliorations concrètes

Les cultivateurs certifiés Max Havelaar perçoivent pour leurs produits un prix minimum garanti leur assurant un revenu stable. Les employés des plantations touchent au minimum le salaire minimal légal et bénéficient de vacances payées, de vêtements de protection et d’une pré-voyance sociale. Max Havelaar offre à des organisations de petits cultivateurs indé-pendants de régions défavorisées du Sud un accès aux marchés du Nord et favorise des relations commerciales aussi durables et directes que possible. Cela permet de contourner les trop nombreux intermédiai-res locaux faisant pression sur les prix versés aux producteurs.

1. Max Havelaar s’engage aux côtés des gens

Le commerce équitable est une stratégie de lutte contre la pauvreté. Il s’agit avant tout de créer un environnement de travail digne pour les petits cultivateurs et les ouvrières des plantations, ainsi que d’améliorer les conditions de vie de familles et villages entiers. Cela permet au personnel des plantations et aux producteurs intégrés au système du commerce équitable de se faire entendre, d’être reconnus et d’exercer un pouvoir de décision.

Le commerce équitable que Max Havelaar applique relève d’une approche globale: les standards internationaux du commerce équitable portent sur des as-pects sociaux et économiques, mais aussi écologiques.

15 bonnes raisons de choisir Max Havelaar

Page 4: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

Aissatou Koné (37 ans), Malienne, cultivatrice de coton: «Avant, les femmes n’osaient pas prendre la parole. Aujourd’hui, nous, les femmes, faisons valoir nos idées – et les hommes nous écoutent.»

Max Havelaar améliore les conditions de vie et les perspectives d’avenir d’un grand nombre de femmes, d’hommes et d’enfants. C’est le cas notamment d’Aissatou Koné. Cette cultivatrice de coton de 37 ans, à la forte personnalité, est membre depuis quatre ans de la coopéra-tive Kolondiéba, au Mali, certifiée pour le commerce équitable. Elle est aussi prési-dente du groupe local de femmes. Aissatou Koné est fière d’être une cultivatrice équi-table, car elle aide ainsi sa famille et, au delà, sa région et toute la communauté villageoise.

3. Max Havelaar donne du pouvoir au Sud

Le label Max Havelaar est le seul à comporter une prime convenue à l’avance, destinée à financer des projets sociaux. Cette prime est versée automatiquement et directement, à chaque achat de produit équitable, sur un compte spécifique de l’organisation de producteurs concernée. Les petits cultiva-teurs et les ouvrières des plantations décident de manière autonome et démo-cratique, à l’intérieur d’un certain cadre, des projets qu’ils entendent réaliser avec cet argent. Il peut s’agir par exemple de la construction de puits d’eau potable ou d’écoles, de la conversion à la culture bio-logique ou du subventionnement de visites chez le dentiste.

Page 5: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

5. Max Havelaar propose un large éventail de produits

A l’heure actuelle, en Suisse, le label Max Havelaar existe pour dix groupes de produits différents: café, cacao et chocolat, thé, riz, sucre, miel, fruits frais tels qu’ananas, avocats, bananes et mangues, jus de fruits, fleurs et plantes, produits en textiles et coton. L’offre va des mélanges de cafés (une bonne soixantaine), des roses à la pièce, des vêtements pour bébés et des bâtonnets ouatés au jus d’orange et à la confiture, en passant par le thé glacé et les branches au chocolat. Ces produits labelli-sés sont disponibles sous les propres marques des grands distributeurs, mais aussi – et de plus en plus – en articles de marques tels que le café Chicco d’Oro et La Semeuse ou les jus Michel.

4. Max Havelaar est un mouvement mondial

plus de 600 organisations de producteurs dans une cinquantaine de pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie sont certifiées selon les standards internationaux du com-merce équitable. Comme ces organisations regroupent parfois plusieurs centaines de petits cultivateurs, ce sont plus d’un million de paysans, ouvrières et ouvriers qui sont intégrés au système du commerce équitable. En comptant leurs familles, on arrive au chiffre d’environ six millions de personnes.

Les produits portant le label Max Havelaar sont commercialisés selon les standards internationaux de FLO (Fairtrade Labelling Organizations International). Aujourd’hui, des initiatives du commerce équitable de 20 pays collaborent dans le cadre de FLO.

En haut: cultivateur de bananes péruvien Au milieu: échange avec des cultivateurs de coton du Mali En bas: rizicultrice en Inde

Page 6: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

Le commerce équitable progresse également dans le secteur de la restaura-tion-hôtellerie. Il est important que la clien-tèle des hôtels et restaurants ait elle aussi accès à l’offre Max Havelaar. Tant il est vrai qu’un produit est simplement meilleur, dans tous les sens du terme, lorsqu’il per-met au paysan du Sud qui l’a cultivé, ainsi qu’à sa famille, de mener une existence digne.

De plus amples informations sur:

www.maxhavelaar.ch/fr/pour-nos-partenaires/restauration

www.maxhavelaar.ch/fr/produits-achats/ online-shops.ch

6. Max Havelaar est disponible partout

Des pionniers du commerce équitable comme Caritas, Claro, Helvetas ou Maga-sins du Monde proposent des produits estampillés Max Havelaar. Des chaînes de distribution suisses telles que Coop, Denner, Manor, Migros, Spar, Volg, Globus delica-tessa et Jelmoli Gourmet Factory, de même que des commerces spécialisés comme les magasins de produits diététiques et les magasins bio, sont d’autres importants ca-naux de distribution. Des fleuristes, torré-facteurs de café et commerces de textiles, de même que des magasins en ligne et des shops de stations-service, proposent aussi des produits certifiés Max Havelaar.

Page 7: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

L’indépendance de FLO-CErT GmbH en tant qu’organisme certificateur est garantie par une accréditation ISO 65. FLO-CErT certifie et contrôle des organisations de petits producteurs et des plantations. Des inspectrices et inspecteurs se rendent sur place à intervalles réguliers pour vérifier que les standards Fairtrade soient bien respectés par les productrices et produc-teurs.

De plus amples informations sur www.fairtrade.net ou www.flo-cert.net

7. Max Havelaar est indépendante

Les produits labellisés Max Havelaar sont certifiés d’après les standards internatio-naux de FLO (Fairtrade Labelling Organiza-tions International). Ces standards com-prennent un prix minimum garanti, une prime du commerce équitable, des conditions de travail réglementées, des relations com-merciales durables, ainsi que des obligations en matière d’environnement telles que l’interdiction de substances dangereuses et l’encouragement de méthodes culturales douces. FLO définit les standards internati-onaux du commerce équitable et encadre les producteurs du Sud. Le conseil d‘admini- stration de FLO se compose de représen-tants des organisations de producteurs, des organisations du commerce équitable et des partenaires commerciaux, de même que des représentants indépendants.

Page 8: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

9. Max Havelaar suscite une prise de conscience

La Fondation Max Havelaar crée un lien palpable entre les produits équitables et les gens qui les cultivent. Les petits pro-ducteurs du Sud ont désormais un visage, une histoire. La Fondation informe les consommatrices, consommateurs et par-tenaires du commerce sur la valeur ajoutée des produits labellisés Max Havelaar et sur les questions de politique du développe-ment. Elle le fait avec différents outils de communication et par un travail actif pour gagner des clients.

D’autre part, des collaboratrices et collaborateurs de la Fondation Max Havelaar donnent des conférences dans des écoles et lors de symposiums et autres manifestations. Ils répondent aussi à des questions d’élèves, d’étudiants et de con-sommatrices et consommateurs.

8. Max Havelaar est innovante

Dans le cadre de son réseau international, la Fondation Max Havelaar (Suisse) s’emploie constamment à développer son concept. Depuis 1995, celui-ci permet non plus seu-lement à des petits cultivateurs, mais aussi à des ouvrières et ouvriers de plantations d’être intégrés au système du commerce équitable. En 2001, des fleurs équitables étaient lancées sur le marché helvétique – une première mondiale. En 2005, le com-merce équitable faisait son entrée dans le domaine non alimentaire avec des articles en coton. Le Label STEp pour un commerce équitable de tapis faits main, est uni à la Fondation Max Havelaar depuis 2007. C’est en 2007 également qu’elle a fait son entrée dans le domaine de la restauration. L’assortiment Max Havelaar dans le com-merce de détail est élargi en permanence.

Page 9: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

10. Max Havelaar prône la transparence

La Fondation Max Havelaar contrôle, dans le cadre d’un dispositif international, les flux de marchandises depuis la plantation jusqu’au magasin, et elle assure la traçabilité des produits. Les flux de marchandises sont enregistrés dans une banque de données centrale. Cela permet de vérifier que les prix minimaux et les primes du com-merce équitable sont dûment versés. En tant qu’acteurs du système Fairtrade liés par contrat, les transformateurs et distribu-teurs sont tenus de respecter des standards sévères. La Fondation peut ainsi garantir que chaque produit labellisé Max Havelaar est bel et bien cultivé, transformé et com-mercialisé aux conditions internationales du commerce équitable.

11. Max Havelaar bénéficie d’un large soutien

La Fondation Max Havelaar a été créée en 1992 par pain pour le prochain, Caritas, Action de Carême, l’EpEr, Helvetas et Swissaid. Elle a bénéficié jusqu’à présent de leur soutien et de leur fort ancrage dans la société civile. Max Havelaar est en liaison avec les instances officielles chargées de la coopération au développement, le Secréta-riat d’Etat à l’économie (SECO) et la Direc-tion du développement et de la coopération (DDC), et membre actif de Swiss Fairtrade, l’association des acteurs du commerce équitable. L’organisation internationale FLO regroupe aussi bien les réseaux de producteurs du Sud que les partenaires du Nord.

12. Max Havelaar s’autofinance

La Fondation Max Havelaar est sans but lucratif et financièrement indépendante. Elle démontre ainsi qu’en plus d’être social et écologique, le commerce équitable est économiquement viable. Les bénéfices sont investis dans le développement du système Fairtrade, afin que toujours plus de gens dans le Sud puissent vivre et travailler dignement.

De par leur conscientisation et leur esprit critique, les consommatrices et consommateurs suisses sont pour beau-coup dans ce succès.

Page 10: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

13. Max Havelaar, c’est une valeur ajoutée

En achetant des produits labellisés Max Havelaar, les consommatrices et consom-mateurs helvétiques contribuent à un commerce mondial plus juste. En 2006, chaque habitant de notre pays a dépensé en moyenne 30 francs pour des produits certifiés Fairtrade, ce qui fait de la Suisse la championne du monde du commerce équi-table.

Le label Max Havelaar jouit en Suisse d’une notoriété de plus de 80% et inspire d’une forte confiance auprès de la popula-tion. Les consommateurs sont prêts à payer un petit supplément de prix si celui-ci bénéficie aux petits cultivateurs et aux ouvrières des plantations. La qualité des produits est jugée très bonne. (étude de marché IHA-GfK, 2005)

14. Max Havelaar a de nombreux visages

28 collaboratrices et collaborateurs œu-vrent jour après jour au sein de la Fonda-tion pour faire progresser le commerce équitable en Suisse. Quatre autres travaillent en Suisse et dix autres ailleurs dans le monde pour le label STEp, c’est-à-dire le commerce équitable de tapis faits main.

Sur le plan international, 40 personnes collaborent à l’organisation de standards FLO. près de 40 consultants locaux et des conseillers complètent l’équipe dans le Sud. FLO-CErT emploie 58 collaborateurs fixes au plan mondial, auxquels s’ajoutent environ 90 inspectrices et inspecteurs officiant dans le cadre de mandats.

Page 11: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

15. Max Havelaar ouvre des perspectives

En tant que consommatrices et consomma-teurs, vous avez la possibilité, à travers vos achats de tous les jours, de contribuer personnellement à plus d’équité dans les échanges Sud-Nord. En achetant Max Havelaar, vous investissez dans le dévelop-pement de régions défavorisées tout en ramenant chez vous des produits savoureux et de grande qualité.

Votre décision d’achat porte ses fruits: Hedelbrando Serreira de Aquirar a été toute sa vie ouvrier de plantations au Brésil. Cet homme de 68 ans gagnait tellement peu qu’il parvenait tout juste à vivre. Grâce au projet équitable «sugo justo» (jus équitable), il a pu acheter du terrain. Aujourd’hui, il cultive plus de 500 orangers et vend ses propres oranges équitables à la fabrique de jus.

Hedelbrando Serreira de Aquirar (68 ans), cultivateur d’oranges au Brésil: «Le commerce équitable m’a permis de réaliser mon rêve. Je possède enfin mon propre terrain, et c’est tout simplement fantastique!»

Page 12: ExprESS - Max Havelaar-Stiftung

Max Havelaar en bref La Fondation Max Havelaar (Suisse) octroie un label à des produits issus de régions défavorisées du Sud, commercialisés sur une base équi-table et cultivés en conformité avec des standards sociaux et dans le plus grand respect possible de l’environnement. Le respect des standards internationaux du com-merce équitable est contrôlé par un organisme de certification indépen-dant. Le label Max Havelaar existe pour les produits suivants: bananes, ananas, mangues, avocats, jus de fruits, café, thé, chocolat, cacao, miel, sucre, riz, fleurs et plantes, produits en coton et textiles.

Editrice Fondation Max Havelaar (Suisse) Malzgasse 25, CH-4052 Basel [email protected] www.maxhavelaar.ch Impressum rédactrice responsable: Vesna Stimac Collaboration: Caterina Meier-pfister, Ueli ramseier, Markus Staub Concept: TGG St.Gall, www.tgg.ch Impression: Druckerei Lutz AG, Speicher Photos Fondation Max Havelaar (Suisse)