dictionnaire ok

Upload: rhea-cala

Post on 16-Jul-2015

784 views

Category:

Documents


5 download

TRANSCRIPT

LES DFINITIONS DES TERMES ET LOCUTIONS

AA, (8.0) Le point A est employ en cphalomtrie. Voir : Point A. - AB-, prf. Indique la source (de), lorigine (tirer de, sortir de). (7.0) AAO, sigle (8.0) ABO, acro. (8.0) AN-, prf. Marque la ngation (pas) ou la privation (sans). (7.0) Prfixe. Indique la privation, la ngation ou labsence. Acronyme signifiant American Board of Orthodontics. Sigle dsignant lAmerican Association of Orthodontists. Indique la provenance, lorigine.

ABAISSE-LANGUE, n.m. (2.0) Petite palette de bois ou de mtal servant abaisser la langue.

ABAISSEMENT, n.m. (du plancher buccal) (7.0) Intervention chirurgicale qui consiste dgager lalvole mandibulaire de faon en augmenter la hauteur relative en abaissant les insertions des muscles du plancher buccal sur le versant lingual de la mandibule. ABAISSEUR DE TENSION, n.m. (5.3) Produit vaporis la surface dune empreinte ou dune maquette de cire pour diminuer langle de contact du matriau de moulage, ce qui favorise un bon mouillage. ABB, n. prop. (7.0) Plasticien franais qui a dvelopp des mthodes chirurgicales de traitement des fissures labiales. On emploie encore aujourdhui une mthode qui consiste se servir dun lambeau pdicul pour reconstruire la

1

peau des lvres. ABCD, E, adj. Qui se transforme en abcs ou qui donne lieu un abcs. ABCS, n.m. (7.0) Accumulation de pus formant une dilatation douloureuse des tissus, cre par la destruction des tissus.

ABCS ALVOLAIRE CHRONIQUE, n.m. (3.0) Raction inflammatoire une infection pulpaire et la ncrose, caractrise par un dbut insidieux, avec peu ou pas dinconfort, et llimination intermittente de pus par une fistule. ABCS GINGIVAL, n.m. (1.1) Abcs qui sest form dans la rgion marginale de la gencive.

ABCS PARODONTAL, n.m. (1.1) Abcs qui se trouve dans les tissus parodontaux profonds.

(3.0) Raction inflammatoire qui a comme origine le parodonte; gnralement caractrise par un dbut rapide, une douleur importante, de la sensibilit la pression sur la dent, une formation de pus et de lenflure; frquemment cause par un corps tranger et associe une dent vitale. ABCS PRIAPICAL, n.m. (2.0) Collection de pus autour de lapex dune dent.

ABCS PRIAPICAL AIGU, n.m. (abcs alvolaire aigu, abcs dento-alvolaire) (3.0) Raction inflammatoire aigu la suite dune infection pulpaire et de la ncrose, caractrise par un dbut rapide, une douleur importante, une sensibilit la pression, une formation de pus et mme une enflure importante des tissus environnants. ABCS PHOENIX, n.m. (3.0) Exacerbation aigu dun abcs chronique.

ABCS PULPAIRE, n.m. (3.0) Accumulation de pus lintrieur de la pulpe lie la prsence de microorganismes. ABDUCTEURS, adj. Se rapporte un membre ou une partie dun membre qui, dans son mouvement, sloigne de la ligne mdiane du corps. (7.0) Se dit du muscle qui produit une abduction, par exemple: muscle abducien qui produit labduction des globes oculaires. ABERRANT, ANTE, adj. Qui scarte de la normalit, anormal. (4.0) Variation ou dviation de la forme, de la localisation ou du cours normal.

2

ABERRATION, n.f. Dviation dun chemin ou dune condition normale. ABFRACTION, n.f. (2.1) Usure dentaire pathologique, gnralement dans la portion cervicale des dents au buccal. Les contraintes mcaniques sur les dents semblent jouer un rle important dans ltiologie de cette usure. Le brossage excessif nest pas le facteur premier de cette usure. (5.0) On appelle ainsi lusure localise au collet des dents; elle est provoque par lapplication de forces excessives lors dun traumatisme occlusal. (5.2) Terme que dfinit la loi sur les poudres composites. Phnomne de micro-fractures au premier point de contact entre deux matriaux diffrents (en termes de module dlasticit), lorsque, colls ensemble, ils subissent un stress trop grand. Autour dun implant, ce phnomne se traduit par une perte osseuse en forme de U au sommet de la crte. ABLATION, n.f. (0.0) (2.0) (7.0) Rduction dun tissu ou dun organe. Action denlever. Le fait denlever une structure anatomique.

ABRASIF, IVE, n.m. ou adj. Corps dur utilis pour polir (exemple : diamant, carborundum, ponce, rouge dAngleterre, etc.). (1.0) Se dit dun produit ou dun instrument qui a pour effet dgratigner, duser la surface de la dent. Par exemple, un dentifrice abrasif. (1.1) Matire dure et granuleuse, par exemple de la silice ou de la pierre ponce, dont on se sert lors dune prophylaxie pour nettoyer et polir les dents. (2.1) Substance de duret leve, susceptible duser une autre substance. Les abrasifs se prsentent comme tels (pierre ponce), colls sur un support (disques sabls) ou incorpors dans un liant (pointes polir). (5.0) Toute substance utilise pour nettoyer, user ou polir. Les substances suivantes sont utilises :

1. Pte diamante pour polir la porcelaine; 2. Pierre ponce pour polir lacrylique; 3. Papier sabl (meri) ou au carborundum pour dgrossir; 4. Oxyde daluminium : jet de sable. ABRASION, n.f. (1.1) Usure mcanique de la surface de la dent par frottement ou grattement.

(2.1) Processus dusure. Usure dentaire pathologique, gnralement sur les surfaces buccales, cause par un corps tranger abrasif, appliqu frquemment par le patient lui-mme (pte dentifrice, cure-dents). (5.0) Action duser par frottement ou grattement. On classe aussi le mot usure selon son origine: en dentisterie, on nomme abrasion lusure des dents provoque par laction mcanique telle que celle de la brosse

3

dents. On nomme attrition lusure des dents provoque par le frottement des dents les unes contre les autres. On nomme rosion lusure des dents provoque par laction chimique de certaines substances telles que lacide citrique contenu dans les fruits citrins. On nomme abfraction lusure localise au collet des dents provoque par lapplication de forces excessives dune occlusion traumatique. (5.3) Usure de la surface dune substance par une autre substance par gratignure, creusage ou ciselage, ou par dautres moyens mcaniques. ABSORBANT, ANTE adj. (2.0) Qui absorbe. Un tissu absorbant.

ABSORPTION, n.f. Pntration dun liquide ou dautres substances dans la peau, les muqueuses ou les vaisseaux. (0.2) Le passage du mdicament partir de son site dadministration jusqu la circulation sanguine.

AC-, AD-, prf. Indique la direction (, vers). ACANTHOLYSE, n.f. (4.0) Dissolution des attaches entre les couches de cellules de lpithlium squameux stratifi. Retrouv dans le pemphigus vulgaris durant la formation de la vsicule. ACANTHOSE, n.f. (4.0) Lsion cutane caractrise par lpaississement hyperplasique du corps muqueux de malpighien.

ACATALASIE, n.f. (4.0) Dficience sanguine ou tissulaire de lenzyme catalase, causant parfois des ulcrations buccales et la destruction de los alvolaire. ACCLRATEUR, n.m. Produit chimique augmentant la rapidit dune raction chimique, dune combinaison, dune unification ou dun durcissement, le plus souvent par catalyse. On utilise des acclrateurs pour la prise de certains matriaux empreinte: pltre, hydrocollodes, lastomres. (2.2) Substance utilise en faible proportion, qui accrot la vitesse dune raction chimique. Elle peut ou non tre chimiquement altre la fin de la raction. ACCESSOIRE, adj. Qui vient avec ce qui est principal; secondaire, mineur, sans importance. (7.0) Ce qui est secondaire ou complmentaire, par exemple : glande salivaire accessoire.

Voir : Canal accessoire, foramen accessoire. ACCESSOIRE, n.m. (5.1) Instrument qui ne fait pas partie intgrante dune machine. Le parallliseur comporte un jeu de six accessoires servant analyser, valuer, jauger, marquer ou modifier le modle dtude ou de travail :

4

une tige danalyse; un ciseau triple tranchant; une tige de carbone (mine de crayon); trois jauges de rtention. Voir : Parallliseur.

ACCOUTUMANCE, n.f. (0.2) Diminution de la rponse de lorganisme, qui survient la suite de ladministration rpte dun mdicament. ACCRTION, n.f. (4.0) Processus dagglomration dlments inorganiques, solides ou fluides.

ACELLULAIRE, adj. (4.0) Qui nest pas form de cellules au cloisonnement distinct.

ACIDE, adj. Qui prsente un pH infrieur 7. ACIDE DSOXYRIBONUCLIQUE, n.m. (4.0) Acide nuclique qui constitue le matriel gntique des cellules.

ACIDE LACTIQUE, n.m. (1.1) Acide fort principalement responsable de labaissement du pH de la plaque dentaire et, par consquent, de la dminralisation de lmail. (5.0) Produit de catalyse dont laccumulation dans un muscle peut causer un dsordre et produire une douleur. ACIDE URIQUE, n.m. Mtabolite du fonctionnement musculaire dont laccumulation cause une douleur excessive. Mtabolite de lure retrouv dans les tissus et articulations, dont laccumulation peut mener la goutte. (0.2) Un des produits de dgradation des protines dans lorganisme.

ACIDIFIER, v. Rendre ou devenir acide. ACIDIT, n.f. Qualit acide dun corps qui sexprime par lexposant de lhydrogne (pH).

5

ACIDOGNIQUE, adj. (1.1) Se dit des microorganismes de la plaque dentaire capables de produire des acides.

ACIDULER, v. Rendre le got ou larme lgrement acide par raction chimique. ACIDURIQUE, adj. (1.1) acide. Se dit des microorganismes de la plaque dentaire capables de crotre dans un milieu trs

ACKERS, n. prop. Nom de celui qui a dvelopp le crochet ayant un appui et deux bras, un lingual et lautre buccal. ACOUPHNE, n.m. (2.0) Sensation auditive pathologique.

ACQUIS, E, adj. Se dit dune affection accidentelle ou trangre (par opposition maladie congnitale). (7.0) Se dit dune condition ou dune maladie par opposition une condition ou une maladie hrditaire ou congnitale. ACROMGALIE, n.f. Hypertrophie osseuse due une affection de lhypophyse (crne trs dvelopp, macroglossie et macrochilie). Syn. : Gigantisme. ACRYLIQUE, adj. Se dit dun type de rsines synthtiques, dont le monomre contient un acide acrylique (CHO) ou lun de ses drivs. (5.0) Compos driv de lacide acrylique. Les rsines acryliques sont des drivs trs connus et utiliss en prothse dentaire fixe pour la fabrication des restaurations temporaires ou provisoires. La restauration temporaire est obtenue partir dun mlange de poudre contenant les polymres et le liquide contenant le monomre ou acide acrylique. Lacrylique est aussi utilis dans la fabrication des appareils amovibles en prothse et en orthodontie. Les rsines acryliques peuvent tre autopolymrisables ou polymrisables la chaleur. (8.0) Il y a aussi des acryliques photo-polymrisables.

ACTH, sigle (0.2) Identifie une hormone scrte par le lobe antrieur de lhypophyse qui agit sur le cortex surrnal de faon stimuler la production cortico-surrnalienne. Ce sigle provient des termes suivants : Adrno. Cortico. Thropic. Hormone.

6

Syn. : Corticothrophine. Cosynthrophine. ACTINOBACILUS ACTINOMICETEM COMITANS, n.m. (1.1) Bactrie anarobique qui joue un rle primordial dans le dveloppement des parodontites graves, comme la parodontite pr-pubertaire et la parodontite juvnile. (4.0) Microorganisme spcifique la maladie parodontale.

Peut se dire aussi : ACTINOBACILLUS ACTINOMICETEMCOMITANS. ACTINOMYCTE, n.m. (4.0) Bactrie filamenteuse, ramifie, ressemblant aux champignons microscopiques, que lon trouve dans le sol, leau et la matire en dcomposition. ACTINOMYCOSE, n.f. (4.0) Infection chronique cause par des bactries appartenant au genre actinomyces, qui atteint lhomme et les animaux (bovids), caractrise par des lsions daspect tumoral, avec formation dabcs de la peau et, plus rarement, des organes internes (poumons, tube digestif). ACTIVATEUR, n.m. Appareil dorthodontie assurant lexcution de mouvements corrigs de la mandibule. (5.3) Substance qui ragit avec un initiateur chimique dans le but de dclencher une raction, la polymrisation par exemple. (8.0) Type dappareil orthodontique dont la fonction est dexercer des forces orthodontiques et orthopdiques sur les dents et les maxillaires en modifiant la posture mandibulaire. Ensemble dactivateurs: bronateur, frankel, bimler, etc. Aussi appel appareil myo-fonctionnel. ACTIVATION, n.f. (1.1) Action de dplacer un instrument sur la surface dentaire.

(8.0) Action de dformer une partie dun appareil orthodontique, quil soit mcanique ou lastique, dans le but de crer ou de modifier la force applique soit sur une ou plusieurs dents, soit sur un maxillaire ou deux segments osseux. Force ou moment dune force gnre par lactivation (gr, gr/mm). ACUPUNCTURE, n.f. Thrapeutique dorigine chinoise base de piqres sur certains points du corps runis sur des lignes appeles mridiens. ACYCLOVIR, n.m. (4.0) Purine synthtique acyclique possdant une activit antivirale contre le virus de lherpes simplex. ADAMANTIN, INE, adj. Qui a la duret ou lclat du diamant; qui constitue lmail de la dent.

7

(8.0)

Relatif lmail. Exemple: sac adamantin.

ADAMANTINOME KYSTIQUE, n.m. pithliome kystique multiloculaire de la mandibule, ayant une trs lente volution, devenir trs volumineux et, ayant aucune tendance la gnralisation. ADAMS, C.P., n. prop. Orthodontiste irlandais (1804-1878) qui a donn son nom un crochet souvent utilis en orthodontie (crochet Adams). ADAPTER, v. (2.0) Unir, runir. pouvant

ADAPTEUR, n.m. Voir : Adaptateur. ADAPTATEUR, n.m. Systme de renforcement plac entre un bras flexible et lextrmit dun angle droit, dun contreangle ou dune pice main. ADAPTATION, n.f. (1.1) Action qui consiste placer linstrument dentaire dans la bonne position par rapport la surface de la dent ou des tissus mous. (5.3) Ajustement de la prothse dentaire sur le modle.

(8.0) Ajustement ou action dajuster une bague, un botier, une partie ou une entit dune orthse orthodontique. ADNITE, n.f. Inflammation dun ganglion ou dune glande. Les adnites cervicales sont appeles crouelles. (2.0) Inflammation des ganglions lymphatiques.

ADNO-, prf. (7.0) Prfixe qui indique la prsence de tissu glandulaire; par exemple : adnode, qui ressemble une glande. ADNOCARCINOME, n.m. (7.0) Carcinome se dveloppant dans une glande.

ADNODE, adj. Qui se rapporte au tissu ganglionnaire et ses affections.

8

ADNODIEN, adj. (2.0) Qui se rapporte aux vgtations adnodes.

ADNOME, n.m. Tumeur qui se dveloppe aux dpens ou partir dune glande. ADNOPATHIE, n.f. Nom gnrique servant dsigner les inflammations chroniques des ganglions lymphatiques. (0.2) Pathologie dun ganglion lymphatique, typiquement augment de volume. Mtastase ganglionnaire non douloureuse dans un cas de cancer. (7.0) Inflammation douloureuse des ganglions lymphatiques. ADNOVIRUS, n.m. (2.0) Groupe de virus attirs par le tissu lymphode.

ADHRENCE, n.f. (1.1) Capacit de la plaque dentaire, du tartre et dautres dpts de tenir la surface dentaire. Ladhrence peut tre plus ou moins grande selon le type de dpt. (5.3) (4.0) Liaison de la surface de deux substances. Union accidentelle ou pathologique de deux tissus contigus dans lorganisme.

ADHSIF, IVE, adj. (2.0) Se dit dun produit destin faire adhrer un matriau un autre, un corps. (2.1) Relatif ladhsion. Fracture adhsive : fracture intervenant linterface de deux matriaux colls ensemble; par opposition la fracture cohsive. Voir : Cohsif. ADHSIF, n.m. (2.1) Agent susceptible de coller deux corps ensemble.

ADHSIF AMLO-DENTINAIRE, n.m. (2.1) Agent utilis pour coller un matriau sur lmail ou la dentine (ou les deux) aprs prparation adquate des surfaces. Voir : Mordanage. ADHSIF POUR PROTHSE, n.m. (1.1) Substance disponible en vente libre sous forme de poudre, de pte ou de film, utilise pour stabiliser la prothse complte et amliorer sa rtention en augmentant le scellement priphrique de

9

celle-ci. ADHSION, n.f. Force de contraction qui soppose la sparation des molcules comme des substances. Action de solidifier deux corps par attraction atomique, molculaire ou cristalline, en raison des forces physiques dites interfaces. La finesse et la rgularit de lespace entre les corps augmentent ladhsion. Cette proprit est utilise en prothse complte amovible et dans le scellement des lments prothtiques fixes. (2.1) Mcanisme de collage de deux corps.

(5.0) Force due lattraction intermolculaire qui soppose la sparation de deux corps mis en contact. Les diffrences dnergie de surface de chacun des lments permettent ce phnomne. Certaines substances prsentent cette proprit; par exemple, les ciments au poly-carboxylate ou les ciments lionomre de verre exercent un lien de chlation entre le calcium de la dentine et les radicaux libres de lacide poly-acrylique des ciments. ADIPEUX, EUSE, adj. De nature graisseuse (cellule adipeuse). ADJOINTE, adj. (5.3) Qualifie les prothses compltes et partielles amovibles.

ADJUVANT, n.m. (1.1) Tout instrument ou produit conu pour enlever la plaque impossible nettoyer au cours du brossage normal, par exemple la soie dentaire ou la brossette interdentaire. ADRNALINE, n.f. Hormone des capsules surrnales; elle est vasoconstrictrice, hyper-glycmiante et bronchodilatatrice. Associe aux anesthsiques en quantits variables, elle en augmente la dure tout en ralentissant lpanchement sanguin durant lintervention chirurgicale. (5.0) Substance qui peut tre imprgne dans la corde rtracter (cordonnet rtracteur). De nombreux effets secondaires sur le systme cardio-vasculaire ont t rapports (palpitations cardiaques). ADRNERGIQUE , adj. (0.2) Qui se rapporte la libration dadrnaline ou qui agit par lintermdiaire de ladrnaline.

ADSORPTION, n.f. (0.2) Fixation dune molcule, dun ion ou dun atome sur une surface solide ou liquide.

AROBIE, adj. et n.m. (4.0) Se dit de microorganismes qui ne peuvent se dvelopper de manire optimale quen prsence dair ou doxygne libre. ARODONTALGIE, n.f.

10

Voir : Barodontalgie. AROSOL, n.m. (1.1) Suspension dans lair de particules dont le diamtre ne dpasse pas 40 microns.

AFFRENT, ENTE, adj. Qui apporte un liquide un organe. Antonyme: effrent. (0.0) Qui va de la priphrie vers le centre.

AFFTAGE, n.m. (2.0) Action daffter, daiguiser.

AGAR-AGAR, n.m. Gomme (mucilage) tire dalgues marines et utilise dans la fabrication des hydrocollodes rversibles. (5.0) Glose (mucilage) tire dalgues marines et qui est un lment constitutif des matriaux empreinte de type hydrocollode rversible. AGNSIE, n.f. (2.0) (8.1) Absence dun organe. Absence congnitale de dents.

AGENTS ANTICARIOGNIQUES, n.m. (1.1) Produits utiliss dans le but de prvenir la carie dentaire.

AGENT TIOLOGIQUE, n.m. Agent causal. AGENT RVLATEUR, n.m. (1.1) Prparation offerte sous forme liquide (solution rvlatrice), de comprims ou de pastilles qui contient un colorant et qui sert dtecter les dpts de plaque bactrienne des fins denseignement, dvaluation et de recherche. AGGLUTINATION, n.f. Runion de cellules dans un liquide. On pense que lagglutination est cause par une substance spcifique appele agglutinine. AGLOSSIE, n.f. (2.0) Absence de la langue.

AGNATHIE, n.f.

11

(2.0)

Absence de la mandibule.

AGONISTE, adj. (0.2) Phnomne ou substance qui concourt leffet recherch.

AGORAPHOBIE, n.f. Angoisse provoque par la prsence de la foule; recherche de la solitude. AGRANULOCYTOSE, n.f. (0.0) Neutropnie grave, souvent dorigine mdicamenteuse, caractrise par un dcompte de neutrophiles de moins de 500 cellules/mm cube. (2.0) Baisse du nombre de globules blancs.

AGUEUSIE, n.f. Perte du sens gustatif; peut tre congnitale, acquise ou provoque par une prothse. AIGU, , adj. Qui se produit durant une courte priode relativement inquitante. (5.0) AILE, n.f. (7.1) Dans lanatomie de la tte et du cou, on rencontre plusieurs ailes qui sont des prolongements plus ou moins symtriques de formes. Aile du nez, Partie latrale infrieure du nez. Aile du vomer, Feuillet osseux sur le bord supro-postrieur qui sarticule avec le sphnode. Aile externe de lapophyse ptrygode, Lame osseuse latrale de lapophyse ptrygode du sphnode. Aile interne de lapophyse ptrygode, Lame interne de lapophyse ptrygode du sphnode se terminant par lhamulus. AIROTOR, n.m. Turbine air comprim mise au point par Borden, dont la vitesse tait de 250 000 300 000 r/min. (8.0) Air Rotor Stripping, technique raffine par le docteur Jack Sheridan, permettant de rduire, l o lanatomie dentaire le permet, lmail la surface interproximale des dents dans le but de rduire Se dit dune maladie apparition brusque et volution rapide (par opposition chronique).

12

lencombrement dentaire. AJUSTABLE, adj. Se dit dun articulateur qui peut sajuster et reproduire les mouvements du patient. Les lments tels que angulation condylienne, distance intercondylienne, angle de Bennett et Bennett progressif peuvent tre ajusts selon les donnes du patient. Les articulateurs peuvent tre non ajustables, semi-ajustables ou encore compltement ajustables selon le degr dajustements possible. Les deux derniers sont donc ajustables. ALA, n.f. Aile du nez; bord de la narine. ALCALI, n.m. Base ou substance capable de neutraliser un acide. ALSAGE, n.m. Action de donner un orifice la dimension prcise dsire. En endodontie, il faut donner la dimension dsire au canal, de faon le calibrer une tige de gutta-percha, afin dobtenir une obturation adquate du canal radiculaire. ALSOIR, n.m. Instrument manuel ou mcanique rotatif utilis pour largir le diamtre dun canal dentaire. Voir : largisseur.

-ALGIE, suf. Marque la douleur (nvralgie). (7.0) Suffixe indiquant une douleur diffuse; par exemple: douleur dorigine nerveuse.

ALGINATE, n.m. (8.0) Matriau dempreinte du type hydrocollode irrversible. [ALIGNER] (MONTER), v. Placer les dents en position correcte sur les bases des prothses. (5.3) (8.0) proscrire. Plus personne nutilise ce terme. Placer les dents correctement avec des appareil orthodontiques.

ALLERGNE, n.m et adj. (4.0) Substance qui cause lallergie et les problmes qui y sont associs.

ALLERGIE, n.f.

13

Hypersensibilit certaines substances. (5,0) Modification des ractions dun organisme un agent extrieur lorsque cet organisme a t lobjet dune atteinte antrieure par le mme agent. Raction dhypersensibilit certaines substances. ALLIAGE, n.m. Mlange solide de deux ou de plusieurs mtaux solubles dans des conditions dbullition. (2.1) Compos de mtaux diffrents, couls ensemble et utiliss tels quels (alliages dor), ou rduits en poudre en vue de les incorporer du mercure pour former un amalgame. (5.0) Produit mtallique obtenu par lincorporation dun ou de plusieurs lments un mtal. En restauration, on utilise les alliages mtalliques en or pour les couronnes mtalliques et cramomtalliques, les alliages chrome-cobalt pour le squelette des prothses dentaires amovibles et lamalgame pour les obturations dentaires. On parle aussi dalliage noble ou non noble selon la composition des lments mtalliques. (5.1) Les alliages stellites utiliss pour la confection des prothses partielles amovibles sont forms principalement de cobalt, de chrome, de molybdne et de tungstne. (5.3) Il faut ajouter alliages nobles, semi-nobles et non nobles.

ALLODYNIE, n.f. Provient du prfixe allo- pour autre et de -dynie pour force. Cest une rponse douloureuse un stimulus normalement non douloureux. Par exemple, le contact de la main sur lpaule ne cause normalement pas de douleur, mais si la personne a un coup de soleil, ce contact devient douloureux. ALLONGEMENT, n.m. (4.0) Fait de sallonger.

(8.0) Allongement de couronne clinique; action de provoquer lruption active avec des appareils orthodontiques pour des raisons esthtiques ou en vue de la prparation dune prothse (pont ou couronne). ALLONGEMENT CORONAIRE, n.f. (4.0) Procdure chirurgicale destine augmenter la hauteur de la portion supra-gingivale dune dent en dplaant le rebord gingival ou los de support. ALLOPATHIE, n.f. Mthode de traitement qui consiste employer des mdicaments produisant chez une personne saine des effets morbides et diffrents de ceux que lon observe gnralement chez un malade. ALOPCIE, n.f. Perte ou absence de poils ou de cheveux. (2.0) Chute de cheveux ou de poils, qui peut se manifester de faon aigu ou progressive, congnitale ou acquise, localise ou diffuse.

14

ALVOLAIRE, adj. (4.0) (8.0) Qui appartient aux alvoles dentaires. Voir : dento-alvolaire.

ALVOLE, n.m. Cavit du procs alvolaire dans laquelle la racine dune dent est retenue par des tissus ligamentaires. (7.0) Cavit naturelle dans laquelle sont insres les dents. galement, alvole pulmonaire, cavit o se font les changes gazeux entre le sang et lair inspir. Alvole dentaire, (7.1) Cavit dans los alvolaire o sinsrent les racines des dents.

Alvole implantable, (0.0) Alvole implantaire versus site implantable. (5.2) Cavit circulaire cre mcaniquement dans los alvolaire et destine recevoir un implant dentaire. ALVOLECTOMIE, n.f. (4.0) Ablation partielle du procs alvolaire pour donner un contour adquat la crte en vue dune prothse ou dun implant. ALVOLIE, n.f. (8.1) Radical grec dsignant la portion alvolaire des maxillaires, les procs alvolaires.

ALVOLYSE, n.f. (1.1) Rsorption de los alvolaire par un processus bactrien ou autre.

ALVOLITE, n.f. Inflammation alvolaire aigu sans panchement sreux; peut survenir aprs certaines extractions. Syn. : Alvole sche.

(7.0) Inflammation douloureuse des parois de lalvole, habituellement aprs une extraction ou une ablation dentaire. Alvolite sche : Terme utilis pour prciser quil y a absence de caillot sanguin dans lalvole. Cette locution signifie fondamentalement la mme chose. AMALGAMATEUR, n.m. Appareil lectrique servant mlanger le mercure et les poudres dargent pour en faire un amalgame.

15

AMALGAME, n.m. Alliage dun mtal et de mercure. Lamalgame dentaire est compos dargent, dtain, de cuivre et souvent de zinc, le tout mlang du mercure. (2.1) Matriau rsultant du mlange dun alliage et de mercure, utilis pour restaurer une dent. La restauration elle-mme. (2.2) Produit rsultant du m1ange dun ou de plusieurs mtaux avec du mercure.

AMALGAME DENTAIRE, n.m. (2.2) Matriau de restauration obtenu en mlangeant un alliage pour amalgame dentaire avec du mercure. AMBULATOIRE, adj. (7.0) Se dit dune intervention chirurgicale qui ne ncessite pas lhospitalisation du patient.

AMLO-, prf. (7.0) Qui provient de lmail ou de lpithlium qui forme lmail; par exemple : amloblastome, tumeur qui prend son origine de lpithlium de lmail. AMLO-CMENTAIRE, adj. (2.1) Dsigne la jonction de lmail et du cment, sur la surface de la dent (jonction amlocmentaire). Limite entre la couronne et la racine de la dent. AMLO-DENTINAIRE, adj. (2.1) Dsigne la jonction entre lmail et la dentine, lintrieur de la dent (jonction amlodentinaire). Limite entre lmail et la dentine, visible dans une cavit prpare. AMLOBLASTE, n.m. Cellule pithliale cylindrique de la couche profonde de lmail qui scrte les prismes de lmail. AMLOGENSE. n.f. Signifie la formation de lmail de la dent. Le mot amlognse est aussi employ. Amlogense imparfaite, tat hrditaire d une diffrenciation errone des amloblastes. Lmail manque et la dentine apparat bruntre. Lmail peut prsenter des taches blanchtre ou bruntre. (5.0) tat hrditaire qui se caractrise par une malformation de lmail. Elle se prsente selon trois types : hypocalcification, hypomaturation et hypoplasie de lmail. Lhypocalcification et lhypomaturation sont des dfauts de minralisation. Lhypoplasie est un dfaut de formation de la matrice de lmail. Les dents primaires et permanentes peuvent en tre affectes. Le dsordre peut amener des problmes esthtiques, de la sensibilit dentaire et de lattrition. AMLOPATHIE, n.f.

16

(2.0) Ensemble des anomalies qui touchent lmail des dents. AMLOPLASTIE, n.f. (2.0) Intervention pour modifier la morphologie de lmail dune dent.

AMINOGLYCOSIDES, n.m. (4.0) Catgorie dantibiotiques couramment utiliss en synergie avec les pnicillines.

AMNORRHE, n.f. Absence de menstruation chez une femme non mnopause en dehors dune priode de grossesse. AMINOSIDE, adj. (0.2) Groupe dantibiotiques qui produisent leur action sur les ribosomes bactriens. Il en rsulte la synthse de protines anormales et larrt de la croissance bactrienne. Ces antibiotiques sont : gentamicine, tobramycine, ntilmicine, nomycine, streptomycine, framyctine. AMNSIE, n.f. (2.0) Absence ou perte de mmoire.

AMNIOS, n.m. Couche en forme de sac autour dun embryon et qui contient un liquide aqueux. AMORPHE, adj. Qui na aucune forme dfinie; sans forme. (5.0) Se dit dune substance qui na pas de forme cristallise propre et qui ragit trs peu en prsence de substances ragissantes. AMORTISSEUR, n.m. (5.1) Toute composante de la prothse partielle amovible susceptible dattnuer les forces exerces sur les dents supports lorsque les bases prothtiques se dplacent en fonction. AMOVIBLE, adj. Qui peut tre retir, enlev volont. (2.0) (8.0) Qui peut tre mis en bouche et enlev par lindividu. Se dit dune prothse. Se dit dune orthse orthodontique. Oppos: fixe.

AMPOULE, n.f. Petit contenant en verre qui, lorsquil est scell, assure la strilit; employ principalement pour les solutions hypodermiques. AMPUTATION, n.f.

17

(2.0)

Intervention qui consiste en lexcision partielle ou totale dun organe ou de tissu.

(4.0) Opration chirurgicale consistant couper un membre, un segment de membre, une partie saillante. Amputation radiculaire, (3.0) intacte. Ablation chirurgicale et complte dune racine laissant la portion coronaire de la dent

AMYGDALE, n.f. (2.0) Organes lymphodes.

Amygdale linguale, (7.1) Amas de follicules clos dans le derme de la muqueuse postrieure de la langue, formant de petits mamelons sur la surface. Amygdale palatine, (7.1) Volumineux amas de follicules clos en forme damande situ entre les piliers antrieur et postrieur de listhme du gosier. Amygdale pharyngienne, (7.1) Amas de follicules clos sur la paroi postro-suprieure du rhinopharynx.

Amygdale tubaire, (7.1) Amas de follicules clos situ dans la muqueuse qui entoure lorifice de la trompe dEustache.

AMYGDALITE, n.f. (2.0) Inflammation des amygdales palatines.

ANABOLISME, n.m. Mtabolisme par assimilation; procd par lequel les cellules vivantes dune substance simple se transforment en substances plus complexes. ANAROBIE, adj. (4.0) Se dit des microorganismes qui se dveloppent normalement dans un milieu dpourvu dair ou doxygne. ANALEPTIQUE, adj. (0.2) Fait rfrence aux mdicaments qui rtablissent les forces et qui stimulent le fonctionnement des diffrents appareils de lorganisme. ANALGSIE, n.f. (0.2) Suppression de la sensibilit la douleur.

18

(4.0) Suppression, pathologique ou provoque, de la sensibilit la douleur, qui naltre pas les autres modes de sensibilit. ANALGSIQUE, adj. et n.m. Qui enlve la douleur. (0.2) Mdicament qui diminue ou supprime la douleur.

ANALYSE, n.f. Opration par laquelle lesprit, pour parvenir la connaissance dun problme (plainte principale du patient ou maladie), le dcompose en ses lments pour ensuite en faire une synthse (diagnostic). Cest le concept la base dun examen pour poser un diagnostic, tablir un plan de traitement et un pronostic. Analyse cphalomtrique, (8.0) Ensemble de mesures angulaires et linaires faites partir de points anatomiques localiss sur la radiographie. Cphalomtrique latrale et antro-postrieure. Exemple : analyse de Downs, analyse de Ricketts, analyse de McNamara, etc. Analyse cot-bnfices, (1.0) Analyse conomique o les cots des soins sont compars aux bnfices montaires obtenus.

Analyse cot-efficacit, (1.0) Analyse voulant dterminer les cots et lefficacit dune activit. lactivit la plus efficace au moindre cot. Analyse de Bolton, (8.0) Mthode dveloppe par Wayne Bolton pour quantifier les anomalies volumtriques entre les dents de la mandibule et du maxillaire. Analyse de volume dentaire, (8.0) Exemples : analyse de Moyers, analyse de Peck et analyse de Bolton. Lactivit prfre est

Analyse de masse dentaire, (8.0) Voir : Analyse de Bolton. ANAMNSE, n.f. Histoire dtaille dune maladie telle quelle ressort de lentrevue avec le patient. (1.1) Interrogatoire visant obtenir du client les renseignements sur son pass mdical et dentaire et sur lhistoire de sa maladie. ANAPHYLACTIQUE, adj.

19

(4.0)

Relatif, propre lanaphylaxie.

ANAPHYLAXIE, n.f. Raction inhabituelle ou dsordonne dun organisme une protine trangre ou dautres substances. (5.0) Raction inhabituelle, violente ou dsordonne dun organisme une protine trangre ou dautres substances. Raction dhypersensibilit. ANAPLASIOLOGIE, n.f. (0.1) Discipline qui soccupe de la fabrication de prothses extra-orales. Les anaplasiologistes ont souvent une formation en art avant leur entranement mdical proprement dit, mais les postes sont galement occups par des professionnels dentaires (dentistes, techniciens). ANAPLASIOLOGISTE, n.m. ou n.f. Personne qui exerce lanaplasiologie. Syn. : pithsiste. ANASTOMOSE, n.f. Communication entre deux vaisseaux et, par extension, entre deux conduits de mme nature et entre deux nerfs; peut tre naturelle ou tablie chirurgicalement. ANCRAGE, n.m. 1. Queue daronde ou barrure dans lextension de la prparation dune cavit pour la faire tenir. 2. En orthodontie, support ou appui employ pour un appareil correcteur. Il peut sagir des dents de la mme arche ou de larche oppose ou encore dun appui lextrieur de la bouche. Exemples dancrage (5.1) En prothse partielle amovible, ce sont gnralement des crochets qui assurent la rtention. Dans certains cas, toutefois, lancrage seffectue au moyen dattaches de prcision ou de semiprcision. (5.2) En implantologie, se dit de limplant lui-mme, plac dans los, qui sert de support une prothse fixe, amovible ou dun appareil de traction orthodontique. (8.0) Ancrage intra-oral (intra-buccal). Ancrage extra-oral (cervical ou occipital).

ANDRESEN, A., n. prop. Praticien danois, inventeur dun activateur orthodontique monobloc qui sert provoquer lexpansion totale des maxillaires. ANMIE, n.f. Dficience du sang autant en qualit quen quantit; diminution des rythrocytes (globules rouges) ou rduction de lhmoglobine.

20

ANESTHSIE, n.f. Suppression de toute sensibilit douloureuse par lutilisation danesthsiques : de contact (topique); infiltrs (locale); aspirs (gnrale). Lanesthsie au protoxyde dazote date de 1844 (Wells); lther de 1846 (Morton); au chloroforme de 1847 (Simpson); la cocane de 1884 (Freud et Koller). Anesthsie gnrale, tat dinconscience produit par un agent anesthsique qui provoque labsence de sensation sur tout le corps. Anesthsie locale, 1. Par infiltration. 2. Rgionale (bloc). Production dinsensibilit sur une partie du corps par le blocage du nerf sensoriel de cette rgion. Anesthsie topique, Anesthsie produite par lapplication dune substance anesthsiante directement sur lendroit dsir, par exemple la muqueuse buccale. Anesthsie tronculaire, Voir : Tronculaire. ANESTHSIQUE, adj. (0.2) Se dit dune substance capable de produire une insensibilit locale ou gnrale.

Anesthsique topique, (1.1) Substance mdicamenteuse applique sur la muqueuse buccale afin de linsensibiliser. On peut employer un anesthsique topique lorsquon dsire rendre la gencive insensible pendant une brve priode (par exemple, durant un traitement de dtartrage sous-gingival ou de surfaage radiculaire). ANGINA PECTORIS, n.f. (4.0) Syndrome caractris par des douleurs constrictives dans la rgion prcordiale, accompagnes dangoisse. ANGINE, n.f. Inflammation de listhme du gosier et du pharynx; se prsente sous de nombreuses formes suivant le sige et la nature de linfection. ANGINE DE LUDWIG, n.f. Varit de phlegmon du plancher de la bouche, caractrise par une tumfaction de la rgion sushyodienne, dune duret ligneuse, augmentant rapidement et arrivant gner la respiration. Elle saccompagne dun tat gnral grave; ce qui est un indice de son caractre infectieux.

21

ANGINE DE VINCENT, n.f. Gingivite ulcro-membraneuse. ANGLE, n.m. (2.1) Ligne droite forme par la rencontre de deux plans. Ligne droite ou courbe, forme par la rencontre de deux parois lintrieur dune cavit prpare. (8.0) Mesure angulaire anatomique et diagnostique.

Exemples: angle goniaque, angle corono-radiculaire, angle dmergence des canines. ANGLE, Edouard Hartley, n.prop. Orthodontiste praticien amricain (1855-1930), auteur de nombreux travaux dont le principal est : Procd de classification des cas en orthodontie. (8.0) Fondateur de la premire spcialit de la mdecine dentaire, lorthodontie. Il a invent et brevet plusieurs types dappareils orthodontiques. Voir : Classification dAngle. ANGLE, n.m. Il existe plusieurs angles dans lanatomie de la tte et du cou et dans les procds techniques en dentisterie. [Angle axial], Angle form par la rencontre de deux surfaces axiales dune couronne, comme langle axial msiobuccal ou msio-lingual. (5.3) Ce terme est modifier; le terme appropri est ligne de transition.

Angle antro-suprieur du parital ou frontal, (7.1) Lunion des sutures coronale et sagittale. Ce point de jonction est le bregma.

Angle cavo-priphrique (surface cavo-priphrique), Bord de la prparation dune cavit ou angle form par la cavit et la surface de la dent. (2.1) Ligne droite ou courbe forme par la rencontre de parois dune cavit et de la surface de la dent. Langle cavo-priphrique est sur la dent et forme la limite dune cavit prpare. (5.0) Angle form par la rencontre de deux surfaces, cest--dire la paroi de la cavit prpare et la paroi de la dent intacte. Cet angle est aussi appel angle cavo-surface. Angle cavo-surface, (2.1) Voir : Angle cavo-priphrique.

Angle de Bennett,

22

Angle dtermin par le plan sagittal et le plan suivi par le condyle non travaillant dans le mouvement mandibulaire. Cet angle de 12 18 conditionne les occlusions excentres. Cette variation est appele mouvement de Bennett. (5.0) Angle dtermin par le plan sagittal et le plan du trac du condyle en mdiotrusion (non fonctionnel ou balanant). Cet angle est une donne qui permet lajustement des dterminants postrieurs sur un articulateur semi-ajustable ou compltement ajustable. Certains articulateurs permettent lajustement de cet angle alors que certains autres sont ajusts de faon permanente selon un angle moyen de 5 qui correspond langle moyen de la population gnrale. Angle de Camper, Angle dtermin par le plan de Camper (du tragus au bord de laile du nez) et le plan antrieur facial (du centre du front au bord de laile du nez). Angle de convergence cervical, (5.1) Angle form par la tige danalyse et la paroi rtentive de la dent situes sous la ligne guide lors de lanalyse au parallliseur. Angle de dpouille, Voir : Dpouille. Angle de Fischer, Angle form par la projection sur le plan sagittal des trajectoires du condyle pendant la projection et la diduction non travaillante. Angle de los, (5.2) Angulation gnrale dune crte dente dans le plan vertical par rapport laxe des forces de locclusion. Angle didre, (2.1) Ligne droite ou courbe, forme par la rencontre de deux parois dans une cavit prpare.

Angle dinclinaison, (0.0) + (2.0) main. Angle horizontal, (1.1) Synonyme dorientation horizontale. En radiologie : angle de vise du rayon principal du faisceau utile dans un plan horizontal. Une mauvaise orientation horizontale entrane la superposition des surfaces interproximales des dents adjacentes sur la radiographie. Angle postro-suprieur du parital ou occipital, (7.1) Lunion des sutures sagittale et lambdode, le lambda. Angle droit. Systme mcanique rotatif qui sattache angle droit sur la pice

Angle tridre,

23

(2.1)

Point form par la rencontre de trois parois dans une cavit prpare.

Angle vertical, (1.1) Synonyme dorientation verticale. En radiologie : angle de vise du rayon principal utile dans un plan vertical. Un angle trop petit se traduit par un allongement de limage et un angle trop grand, par son raccourcissement. ANGIO-, ANGI-, prf. Se rapporte aux vaisseaux, habituellement les vaisseaux sanguins. ANGULATEUR (XCP), n.m. (1.1) Dispositif utilis en radiologie avec la technique du paralllisme. Il est muni dun anneau contre lequel on place lextrmit ouverte du cne de localisation afin daligner le faisceau primaire avec le film. ANGULATION, n.f. (1.1) Terme dsignant langle form par lextrmit de travail dun instrument, particulirement la table et la surface contre laquelle elle est appuye. (8.0) Se dit de linclinaison distale du grand axe dune dent. Ordonnance de linclinaison dune dent incorpore dans la fabrication dun botier. Synonyme en anglais : angulation, tip. ANKYLODONTIE, n.f. (2.0) Union de la racine dune dent los alvolaire.

ANKYLOGLOSSIE, n.f. (2.0) Implantation de la langue au plancher de la bouche cause par labsence dun frein ou encore par un frein trop court. ANKYLOSE, n.f. (3.0) Diagnostic clinique associ une dent dont le mouvement physiologique normal est empch par la fusion de los la surface radiculaire. (4.0) mobile. Diminution ou impossibilit absolue des mouvements dune articulation naturellement

(8.0) Ankylose dentaire: Oblitration dun volume variable du ligament parodontal fusionnant la racine dune dent et los alvolaire adjacent. Lankylose dentaire inhibe lruption naturelle dune dent et rend tout mouvement orthodontique impossible. Chez lindividu en croissance, une dent ankylose retarde la croissance alvolaire adjacente et semble senfoncer par rapport aux dents voisines mesure que la croissance se complte. ANION, n.m. Ion transportant une charge ngative. Les particules ou les charges lectriques sattirant les unes les autres, lanion se dirige vers lanode ou la charge positive.

24

ANNEAU DE REVTEMENT, n.m. Anneau de mtal ou de caoutchouc destin contenir les maquettes de cire des restaurations fixes ou amovibles et le revtement qui doit servir de moule pour la coule. Syn. : Cylindre de revtement. (5.0) Anneau de mtal ou de caoutchouc qui sert de support rigide pour lenrobage des maquettes de cire des restaurations fixes ou amovibles par le matriau de revtement dans les procdures de coule. Le matriau de revtement peut tre base de phosphate ou de gypse. Le matriau de revtement est un matriel rfractaire, cest--dire rsistant de trs hautes tempratures. (5.3) Cest une traduction littrale de langlais.

Voir : Cylindre. ANNEAU DE ZINN, n.m (7.1) Ouverture dans le tendon de Zinn o passent le nerf nasal, oculaire moteur commun, oculaire moteur externe et la racine sympathique du ganglion du nerf optique. ANNEAU TYMPALE, n.m. (7.1) Portion osseuse du conduit auditif externe qui est fusionne lcaille du temporal.

ANODONTIE, n.f. (1.1) + (2.0) + (4.0) Absence congnitale de toutes les dents et atteignant les deux dentures.

ANODONTIE RADIQUE, n.f. (0.1) Altration du nombre de dents, durant leur dveloppement, cause par la radiothrapie cervico-faciale. De plus, la plupart du temps, dautres dents sont plus petites ou racine courte. Un bourgeon dentaire nayant pas commenc se dvelopper au moment de la radiothrapie demeure souvent indemne.

25

ANOMALIE, n.f. Toute dviation importante de ce qui est habituel ou normal. ANOREXIE, n.f. Perte ou manque dapptit. ANSE CERVICALE OU HYPOGLOSSE, n.m. (7.1) Union de la branche descendante du plexus cervical avec la branche descendante du nerf grand hypoglosse se situant sur la veine jugulaire interne. ANTAGONISME, n.m. Action contraire ou inhibitrice comme dans le cas dun mdicament par rapport un autre. (0.2) Opposition deffets entre deux mdicaments ou principes actifs.

ANTAGONISTE, adj. (0.2) Substance dont laction soppose celle dune autre.

(4.0) Qui est en antagonisme. (5.0) En occlusion, la dent antagoniste correspond celle qui fait contact avec la dent qui sert de rfrence. Par exemple en classe I, dAngle, la dent numro 43 est lantagoniste de la dent numro 13. (5.1) Qui agit en sens oppos, qui a des fonctions opposes. Dents antagonistes : dents maxillaires et mandibulaires qui sopposent lorsquelles sont en occlusion. Forces antagonistes. Muscles antagonistes. ANTALGIQUE, adj. (0.2) Se dit de tout ce qui calme la douleur.

ANT-, prf. Marque lantriorit; avant. ANTCDENT, n.m. tat pathologique ayant prcd ltat actuel, qui peut servir lexpliquer. ANTRIEUR, E, adj. Situ en avant; terme gnralement employ pour dsigner les incisives et les canines ou toutes les dents situes dans la rgion antrieure de la bouche. ANTRO-POSTRIEUR, E, adj.

26

(8.0) Direction dans le plan sagittal de lavant vers larrire, ou linverse de la position des dents ou du mouvement orthodontique. ANTRO-POSTRIEUREMENT, adv. (8.0) Direction donne la localisation ou au dplacement dentaire.

ANTHLIX, n.m. (7.1) Portion du pavillon de loreille relie lhlix.

ANTHELMINTHIQUE, adj. (0.2) Syn. : Se dit dune substance qui dtruit ou limine les vers intestinaux. Antihelminthique.

ANTHRACYCLINES, n.m. (0.2) Groupe dantibiotiques antimitotiques dont la toxicit sexerce de faon plus marque sur le muscle cardiaque. ANTHROPOMTRIE, n.f. (8.0) Science des mesures du corps humain et de ses parties.

ANTI-, prf. Marque lopposition; contre. ANTIACIDE, adj. (0.2) Substance qui neutralise les acides, surtout les acides gastriques.

ANTIALDOSTRONE, n.m. (0.2) Mdicament qui soppose laction de laldostrone (exemple : spironolactone).

ANTIANDROGNE, n.m. (0.2) Mdicament qui soppose laction des andrognes.

ANTIANGINEUX, adj. (0.2) Mdicament qui amliore la circulation des artres coronaires ou diminue les spasmes des artres coronaires. Les mdicaments utiliss sont les drivs nitrs, certains btabloquants, les bloquants des canaux calciques. ANTIARYTHMIQUE, adj.

27

(0.2) Mdicament qui tente de corriger les irrgularits du rythme cardiaque. Les mdicaments concerns sont : digoxine, quinidine, disopyramide, procanamide, lidocane, mexiletine, phnytoine, flcanide, propafnone, btabloquants, amiodarone, sotalol, brtylium, vrapamil. ANTIBACTRIEN, NE, adj. (0.2) Substance qui soppose au dveloppement de bactries.

ANTIBIOGRAMME, n.m. (0.2) Rsultat de ltude de la sensibilit dun microbe divers antibiotiques; il informe des activits bactriostatique et bactricide des antibiotiques tests lgard du germe. ANTIBIOTHRAPIE, n.f. (0.2) Mdicament ou association de mdicaments utiliss pour traiter une infection.

ANTIBIOTHRAPIE PROPHYLACTIQUE, n.f. Traitement prliminaire laide dantibiotiques qui vise prvenir tout effet pouvant nuire lintervention pratiquer ou des effets postopratoires indsirables. ANTIBIOTIQUE, n.m. et adj. (0.2) Substance capable de dtruire ou de supprimer la croissance ou la multiplication dorganismes ou encore den prvenir laction. ANTICANCREUX, SE, adj. (0.2) Syn. : Mdicaments utiliss pour traiter des cancers. Antinoplasique, antitumoral.

ANTICARIOGNIQUE, adj. (1.0) Qui prvient le dveloppement de la carie dentaire. ANTICARIOGNE, adj. Qui prvient le dveloppement de la carie dentaire. ANTICHOLINERGIQUE, adj. (0.2) Mdicament qui soppose laction de lactylcholine et paralyse les portions glandulaires et musculaires innerves par des fibres cholinergiques (exemple : atropine, scopolamine). ANTICHOLINESTRASIQUE, adj. (0.2) Mdicament qui soppose laction de la cholinestrase (exemple : nostigmine).

28

ANTICOAGULANT ORAL, n.m. (0.2) Substance aux proprits anticoagulantes active par voie orale et qui possde une action oppose celle de la vitamine K. ANTICOAGULANT, E, adj. (0.2) Se dit dune substance qui possde des proprits anticoagulantes.

ANTICORPS, n.m. Protine srique aussi appele immunoglobuline synthtise par les cellules lymphodes en rponse linvasion dune substance trangre appele antigne. ANTIDPRESSEUR, n.m. (0.2) Mdicament qui tente de corriger les tats dpressifs. Les catgories de mdicaments sont : les antidpresseurs tricycliques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase, les srotoninergiques, les inhibiteurs slectifs de la recaptation de la srotonine. ANTIDIABTIQUE, adj. (0.2) Mdicament qui prvient llvation ou la baisse de la glycmie. Ces mdicaments sont principalement linsuline, les sulfamids antidiabtiques, qui causent une stimulation de la scrtion dinsuline, et les biguanides antidiabtiques, qui ont comme proprit de rduire la rsistance de lorganisme linsuline. ANTIDOPAMINERGIQUE, adj. (0.2) Substance qui soppose aux effets de la dopamine.

ANTIDOTE, n.m. Remde qui combat un poison. (0.2) Substance utilise pour contrecarrer ou prvenir laction dun poison. ANTIMTIQUE, n.m. (0.2) Substance qui prvient les vomissements.

ANTIPILEPTIQUE, n.m. (0.2) Mdicament qui prvient ou diminue la frquence ou lintensit des crises pileptiques ou traite les convulsions. Syn. : Anticonvulsivant. ANTIFIBRINOLYTIQUE, adj.

29

(0.2) Mdicament qui inhibe la fibrinolyse. On retrouve lacide aminocaproque et lacide tranexamique. ANTIFOLIQUE, adj. (0.2) Mdicament dont laction est contraire celle de lacide folique. Les mdicaments de ce type peuvent tre employs dans le traitement de leucmies ou de cancers (exemple : mthotrexate), du paludisme ou dinfections (trimthoprime). ANTIFUNGIQUE, adj. (0.2) Mdicament qui soppose au dveloppement de champignons ou levures.

Syn. : Antifongique ou antimycotique. ANTIGOUTTEUX, adj. (0.2) Mdicament qui traite ou prvient la goutte en diminuant la formation ou en favorisant llimination de lacide urique. ANTIGNE, n.m. Substance trangre au sang qui, lorsquelle y est injecte, va stimuler la formation danticorps. ANTIHISTAMINIQUE, adj. (0.2) Substance qui prvient les effets de lhistamine en bloquant les rcepteurs histaminiques, soit de type H-1 dans les situations dallergie ou de type H-2 dans les cas dulcres gastro-intestinaux. ANTIHYPERTENSEUR, adj. (0.2) Mdicament qui prvient lhypertension artrielle ou diminue la tension artrielle. Les principales catgoties de mdicaments concerns sont : les diurtiques, les antihypertenseurs centraux (clonidine, mthyldopa), les btabloquants, les bloquants des rcepteurs alpha, les sympatholytiques, les bloquants des canaux calciques, les inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine et les bloquants des rcepteurs de langiotensine. ANTI-INFECTIEUX, SE, adj. (0.2) Substance tendant combattre les infections.

ANTI-INFLAMMATOIRE, adj. (0.2) Mdicament qui prvient ou diminue linflammation.

ANTIMTABOLITE, n.m. (0.2) Substance altrant le mtabolisme normal de la cellule. En gnral, il sagit dune substance dont la structure chimique est apparente celle des mtabolites normaux de la cellule. Il y a substitution dlments lors des processus mtaboliques qui sont ainsi inefficaces. Il en rsulte un arrt de la croissance des cellules.

30

ANTIMICROBIEN, NE, adj. (0.2) Substance qui dtruit ou supprime la croissance, la multiplication ou qui prvient laction des microorganismes. ANTIMIGRAINEUX, adj. (0.2) Mdicament qui prvient ou traite les tats migraineux.

ANTIMITOTIQUE, n.m.et adj. (0.2) Mdicament, ou radiothrapie, ou radiations mises par des corps radioactifs qui empchent la division et donc la prolifration des cellules; utilis dans le traitement des leucmies et cancers. Syn. : Chimiothrapie anticancreuse.

ANTINOPLASIQUE, n.m. (0.2) Mdicament qui est utilis pour traiter les cancers.

Syn. : Anticancreux, antitumoral. ANTIOSTROGNE, n.m. (0.2) Mdicament qui soppose laction des strognes.

ANTIPALUDEN, NE, adj. (0.2) Syn. : Mdicament dot de la proprit de prvenir ou de traiter la malaria. Antimalarique.

ANTIPARKINSONIEN, adj. (0.2) Mdicament qui a pour proprit de diminuer la rigidit ou les tremblements associs la maladie de Parkinson. ANTIPLAQUETTAIRE, adj. (0.2) Substance qui prvient laction des plaquettes, en particulier leur agrgation.

ANTIPRURIGINEUX, SE, adj. (0.2) Substance qui soulage le prurit, utilise par voie orale, locale ou parentrale.

ANTIPSYCHOTIQUE, adj. (0.2) Mdicament qui possde des proprits qui sopposent aux dsordres mentaux.

ANTIPYRTIQUE, adj.

31

Qui enlve ou diminue la fivre; qui fait baisser la temprature. (0.2) Mdicament qui prvient ou attnue la fivre.

ANTISEPSIE, n.f. Ensemble des mthodes qui dtruisent les bactries au cours des maladies infectieuses ou septiques et qui en empchent la propagation. ANTISEPTIQUE, n.m. et adj. (1.1) (0.2) Substance employe pour dsinfecter les tissus vivants. Substance qui soppose au dveloppement de certains microbes.

ANTISIALAGOGUE, n.m. Agent qui rduit les scrtions salivaires. (0.2) Mdicament qui a pour effet de rduire la production salivaire.

ANTISPASMODIQUE, adj. et n.m. (0.2) Mdicament qui permet de diminuer les spasmes, les contractures, les crampes et les convulsions. (4.0) Qui combat les spasmes, les convulsions.

ANTITHROMBOTIQUE, adj. (0.2) Mdicament destin prvenir la formation ou la progression du thrombus ou des thrombi.

ANTITRAGUS, n.m. (7.1) Fin infrieure de lanthlix postrieure au tragus. ANTITUSSIF, n.m. et adj. (0.2) Mdicament qui prvient ou diminue la toux.

ANTIULCREUX, adj. (0.2) Mdicament qui prvient ou traite les ulcres. Fait gnralement rfrence aux ulcres gastrointestinaux. ANTIVIRAL, adj. (0.2) Mdicament qui soppose au dveloppement des virus.

ANTRE, n.m.

32

(4.0)

Nom donn certaines cavits naturelles.

ANTRE MASTODIEN, n.m. (7.1) Cavit mastodienne trs volumineuse qui relie la cavit tympanique aux cellules mastodiennes. ANXIOLYTIQUE, n.m. (0.2) Mdicament qui apaise lanxit ou langoisse.

APATITE, n.f. (1.1) Compos inorganique complexe qui renferme du calcium et du phosphate et qui forme la portion inorganique des os et des dents. APECTOMIE, n.f. (3.0) Amputation ou rsection chirurgicale de lapex dune dent; elle est frquemment complte par lablation de tissus environnants. APEX, n.m. Bout de la racine dune dent. (5.2) Bout de limplant racine.

Apex anatomique, (3.0) Bout de la racine de la dent dtermin morphologiquement.

Apex radiologique, (3.0) Bout de la racine de la dent dtermin radiologiquement. La distorsion de limage radiologique peut causer une diffrence de position avec lapex anatomique. APEXIFICATION, n.f. (2.0) Processus qui favorise le dveloppement radiculaire ou la fermeture de lapex par lapplication dun mdicament. (3.0) Induction de la formation dune barrire calcifie dans une racine dont lapex est ouvert, ou encore du dveloppement de la racine non compltement forme dune dent dont la pulpe est ncrose. APEXOGENSE, n.f. Lusage veut que le mot apexognse soit aussi employ. (2.0) Dveloppement et formation physiologique de lextrmit radiculaire.

(3.0) Traitement de la pulpe saine pour favoriser le dveloppement physiologique et la formation du

33

bout de la racine. APHTE, n.m. (0.0) Lsion vsiculo-ulcreuse de la membrane buccale, caractrise par une petite ulcration fond jauntre et entoure par un halo inflammatoire, survenant un peu partout dans la bouche mais principalement sur les muqueuses mobiles. On distingue laphte mineur et laphte majeur. Aphtes de Bednar, (2.0) Chez le nouveau-n, ulcre traumatique localis sur la partie postrieure du palais dur.

Aphtes de Riga-Fede, (2.0) Chez le nourrisson, ulcration du frein lingual conscutive une irritation par une dent natale ou nonatale. APICAL, ALE, AUX, adj. Qui a rapport lapex. APICIE, n.f. (8.1) Radical grec signifiant lapex des racines.

APIECTOMIE, n.f. Voir : Apectomie. APLANISSEMENT (MEULAGE), n.m. Opration consistant enlever des btonnets dmail qui ne sont pas supports par de la dentine, en les coupant dans le sens parallle leur axe. Laplanissement vise toute faiblesse de lmail. APLANISSEMENT DES RACINES, n.m. Obtention dune racine lisse et libre de tout dpt de tartre ou dautres substances qui peuvent causer une maladie parodontale. APLANISSEMENT DUN IMPLANT, n.m. (5.2) limination du recouvrement de surface et des filets de la partie expose supra-osseuse dun implant. APLASTIQUE, adj. (4.0) Sans dveloppement; qui ne se forme pas.

APNE, n.f.

34

Arrt de la respiration plus ou moins prolong. APONVROSE, n.f. Laponvrose est une membrane blanche et rsistante ayant une fonction de cloison. Elle est forme de fibres conjonctives. (7.1) Lanatomie de la tte et du cou comprend des anastomoses dont les plus importantes sont les suivantes : Aponvrose cervicale moyenne, Membrane blanche et luisante entourant les muscles rubans du cou ou sous-hyodiens. Aponvrose cervicale profonde ou prvertbrale, Aponvrose entourant les muscles pr-vertbraux et scalnes. Aponvrose cervicale superficielle, Aponvrose entourant les muscles superficiels tout autour du cou, soit le sterno-clido-mastodien et le trapze en postrieur. Aponvrose picrnienne, Tendon intermdiaire des muscles occipital et frontal. Aponvrose masstrine, Lame fibreuse entourant le masster et stendant de larcade zygomatique au bord infrieur de la mandibule. Aponvrose parotidienne, Lame fibreuse entourant la parotide; compose de lartre cervicale superficielle et de lartre cervicale profonde, elle forme la loge de la glande parotide. Aponvrose temporale, Lame fibreuse entourant le muscle temporal et stendant de la ligne courbe temporale suprieure larcade zygomatique formant ainsi la loge temporale. APOPHYSE, n.f. (7.1) Nom donn aux minences osseuses sur lesquelles sinsrent les muscles. Dans lanatomie de la tte et du cou, on retrouve plusieurs apophyses: Apophyse basilaire de loccipital, Corps de loccipital lintrieur duquel on voit la gouttire o se situent le bulbe et la protubrance

35

rachidienne. Apophyse coronode de la mandibule, Apophyse antrieure de la branche montante o sinsre le tendon superficiel du muscle temporal. Apophyse gni infrieure, Petites apophyses situes de chaque ct de la symphyse mentonnire, en postrieur, o sattache le muscle gnio-hyodien. Apophyse gni suprieure, Petites apophyses situes de chaque ct de la symphyse mentonnire, en postrieur, o sattache le muscle gnio-glosse. Apophyse jugulaire, Apophyse sarticulant avec la facette jugulaire du temporal. Apophyse malaire, Apophyse du maxillaire suprieur. (7.1) Apophyse pyramidale triangulaire tronque o sarticule los malaire.

Syn. : Apophyse zygomatique Apophyse mastode, Apophyse pneumatise du temporal o passe le canal du facial et o sattachent les muscles sterno-clidomastodiens longs de la tte et splnius de la tte. Apophyse naso-frontale, Chez le ftus, apophyse de los qui donnera le front et le nez. Apophyse odontode, Pivot cylindro-conique se situant sur la surface suprieure du corps de lapex. Apophyse orbitaire du frontal, Apophyse du frontal qui sarticule avec la portion orbitaire suprieure de los malaire. Apophyse orbitaire de los malaire, Apophyse suprieure du malaire sarticulant avec los frontal. Apophyse orbitaire du palatin,

36

Apophyse triangulaire du palatin sarticulant avec lethmode en avant et le maxillaire en postro-latral formant ainsi une partie postrieure du plancher orbitaire. Apophyse palatine du maxillaire, Lame osseuse horizontale formant la portion antrieure du palais dur. Apophyse ptrygode, Apophyse prenant racine au niveau du corps du sphnode, donnant une lame (aile) interne et externe. Apophyse pyramidale, Prolongement de la lame verticale du palatin sinsrant entre les deux ailes ptrygodiennes. Apophyse sphnodale du palatin, Petite lame osseuse en postro-suprieur de la lame verticale du palatin sarticulant avec le sphnode. Apophyse stylode, Apophyse soude au rocher o sattachent les muscles stylohyodien, stylo-glosse et stylo-pharyngien. Apophyse tubaire, Portion de los tympanal formant la portion osseuse de la trompe dEustache. Apophyse unciforme (de lethmode), Mince lamelle osseuse, sarticulant infrieurement au cornet moyen et au bord postrieur de louverture du sinus du maxillaire. Apophyse vocale (arytnode), Apophyse antro-infrieure de larhytnode o sattache le muscle vocalis de la vraie corde vocale. Apophyse zygomatique, Apophyse du temporal sarticulant avec los malaire et formant larcade zygomatique. Voir : Apophyse malaire. APOPLEXIE, n.f. Accident vasculaire brutal provoquant une paralysie organique (exemple : hmorragie crbrale). APPAREIL, n.m. Ensemble dorganes qui concourent laccomplissement dune mme fonction. Nom familier pour dsigner une prothse amovible.

37

(5.3) Pice gnralement fabrique en laboratoire dentaire et destine une autre fonction que le remplacement des dents : appareil orthodontique, appareil de contention, appareil anti-ronflement. etc. (8.0) Les appareils peuvent tre fixes, amovibles, orthopdiques, orthodontiques.

Appareil ultrasons, (5.3) Appareil de nettoyage gnrant des ondes ultrasoniques qui comporte une cuve contenant un liquide nettoyant et conducteur. Appareil dattache, (4.0) Terme utilis pour dsigner le cment, le ligament parodontal et los alvolaire.

Appareil de Hawley, Voir : Fil de Hawley. Appareil de maintien, Moyen de maintenir les dents dans une position voulue; peut tre fixe, amovible ou semi-fixe, fonctionnel ou non fonctionnel. Cest un appareil qui aide maintenir dans la position voulue une dent (ou des dents) dont la mauvaise position a t corrige. Appareil de maintien de Hawley, Appareil en acrylique avec des fils mtalliques, employ pour stabiliser ou pour modifier la position des dents; cet appareil est habituellement constitu dacrylique et dun fil labial. Appareil de polissage par jet dair, Appareil qui est actionn par lair et qui utilise de lair et de leau sous pression pour projeter de faon continue, travers la base de la pice main, un mlange de bicarbonate de sodium spcialement trait et deau. Il est indiqu pour lenlvement des taches extrinsques et de la plaque trs adhrente. Appareil orthodontique, (5,3) Appareil de rsine comportant des crochets, des fils, des bagues, des vrins ou des ressorts, servant dplacer ou retenir les dents. APPENDICE, n.m. Organe troit et allong suspendu ou reli un organe principal. APPELGATE, O., n. prop. (5.1) Auteur et praticien amricain reconnu comme une autorit en matire de prothse partielle amovible. En 1960, Appelgate a modernis la classification des dentations partielles propose antrieurement par Kennedy en lui ajoutant deux classes et un certain nombre de lois qui rendent son utilisation plus rationnelle.

38

Voir: Classification de Kennedy-Applegate. APPLICATION TOPIQUE DE FLUORURE, n.f. (1.0) Application locale de fluorure sur les dents sous forme de gel, mousse, vernis, etc. APPROXIMATION, n.f. (4.0) Action de replacer les lambeaux aprs la chirurgie dans une position plus ou moins semblabe celle dorigine. APPUI, n.m. Surface supportant un lment prothtique. Les appuis en prothse partielle amovible peuvent tre occlusaux, cervicaux, incisifs ou proximaux. (5.0) Surface supportant un lment prothtique. Les appuis en prothse partielle amovible peuvent tre occlusaux sur les dents postrieures et incisifs ou au talon des dents antrieures. Les appuis servent darrts verticaux et empchent la prothse de senfoncer dans les tissus mous. (5.1) Surface supportant un lment prothtique. En prothse partielle amovible, les appuis sont des extensions rigides de larmature mtallique qui sinsrent dans des logettes prpares sur les dents restantes. Ils distribuent les forces sur ces dernires et assurent le support vertical de la prothse. On les appelle parfois taquets occlusaux. Voir : Sige dappui et logette.

(5.3) Prparation faite dans une couronne naturelle ou artificielle pour supporter un lment prothtique. AQUEDUC DE FALLOPE, n.m. (7.1) Canal dans le rocher du temporal o passe le nerf facial.

AQUEDUC DU VESTIBULE, n.m. (7.1) Canal endo-lymphatique qui se rend la cavit crnienne partir du vestibule de loreille interne.

AQUEUX, EUSE, adj. Prpar avec de leau, qui contient de leau. ARACHINOQUE (acide), n.f. (4.0) Acide gras non satur 20 atomes de carbone; prcurseur des prostaglandines, des prostacyclines, des thromboxanes et des leucotrines. ARC, n.m. (8.0) Fil dorthodontie en alliage reliant les dents par louverture des botiers dont la forme rappelle

39

celle dun arche (archwire). Arc lingual: fil de diamtre important reliant le plus souvent les molaires du ct lingual (lingual arch). Exemple : technique de larc droit (straight wire technic), technique de larc segment (segmented arch technic). Arc antrieur de latlas (7.1) Arcade osseuse de latlas o sarticule lapophyse odontode.

Arc cricodire, (7.1) Arcade cartilagineuse antrieure du cricode o sattache le muscle cricothyrodien.

Arc facial, (5.1) Instrument en forme darc servant enregistrer la position des maxillaires par rapport laxe charnire et monter le modle suprieur sur un articulateur par rapport un plan de rfrence. Larc facial a t invent par Snow en 1899. (5.2) Instrument servant positionner le modle du maxillaire suprieur en rapport avec les articulations temporo-mandibulaires. Arc neural, (7.1) Arcade osseuse postrieure dune vertbre qui forme le trou vertbral. ARCADE, n.f. Ensemble architectural compos de piliers ou de colonnes spars par des arcs. La denture dun maxillaire est une arcade en forme darc. (5.0) En architecture, cest une ouverture en arc. En dentisterie, le maxillaire est appel arcade suprieure et la mandibule, arcade infrieure. Arcade dentaire suprieure, (7.1) Arcade des dents du maxillaire.

Arcade dentaire infrieure, (7.1) Arcade des dents de la mandibule.

Arcade dric, (7.1) Bandes mtalliques plus stables, qui sont attaches aux dents par des ligatures mtalliques pour la rduction de fractures dentaires, des fractures alvolaires pour fixation des maxillaires. Syn. : Arcade de Winter.

40

Arcade orbitaire, (7.1) Elle constitue le bord suprieur de la cavit orbitaire o se trouve le trou ou chancrure susorbitaire. Arcade sourcilire, (7.1) Saillie oblongue correspondant au dveloppement du sinus frontal.

Arcade zygomatique, (7.1) Arcade osseuse forme par lapophyse temporale du malaire et lapophyse zygomatique du temporal. ARCADE (longueur d), n.f. (8.0) Distance sparant la partie msiale dune incisive centrale la partie distale de la dernire dent dun quadrant. ARCHE, n.f. Courbe que forment les dents dans leur position normale. ARCHITECTURE, n.f. (4.0) Terme utilis pour dcrire la forme gingivale ou osseuse.

ARGYRIA, n.f. Lsion cutane, consistant en une coloration anormale des tguments qui deviennent ardoiss, ou bruntres avec des reflets bleu mtallique. Elle est due la pntration dans la peau de largent mtallique que lon trouve dans les sels dargent. En mdecine dentaire, cest la pigmentation de la dent natale ou nonatale. On emploie aussi les mots argyrie et argyrose dans le mme sens quelques nuances prs. ARMATURE, n.f. Liaison rsistante des lments architecturaux (exemple : armature dune prothse mtallique partielle). (5.0) Composante dune prothse qui assure la rigidit ou le support. Dans une restauration cramomtallique, larmature correspond au squelette mtallique qui sera recouvert de porcelaine. Dans une restauration toute cramique, la chape dalumine, de verre ou de leucite compose larmature selon le type de restauration cramique. La chape est ensuite recouverte de porcelaine avec un coefficient dexpansion thermique compatible au matriau de larmature ou chape. Dans une prothse amovible, larmature correspond au squelette mtallique en alliage non noble qui sera recouvert des dents de prothse et dacrylique. (5.1) On utilise aussi le terme chssis ou encore squelette pour dsigner larmature mtallique dune prothse partielle amovible. (5.2) En implantologie, cest la partie mtallique qui lie les implants entre eux dans une prothse fixe.

41

(5.3)

Cest un synonyme dinfrastructure.

ARTEFACT, n.m. (5.0) Artifice; phnomne dorigine artificielle ou accidentelle rencontr au cours dune observation, comme sur une radiographie. ARTRE, n.f. Vaisseau sanguin conduisant le sang aux diffrents organes et tissus. pulmonaire, elles contiennent toutes du sang oxygn. lexception de lartre

(7.1) Lartre est une des composante du paquet vasculo-nerveux. Le paquet comprend habituellement une artre, une veine et un nerf. Les principales artres en relation avec la tte et le cou sont les suivantes : Artre acoustique interne, Artre collatrale de la basilaire qui entre dans le mat auditif interne avec les VII et VIII nerfs crniens. Artre alvolaire antrieure suprieure, Collatrale de lartre sous-orbitaire se rendant au pr-maxillaire. Artre alvolaire infrieure, Collatrale de lartre maxillaire interne se rendant au foramen mandibulaire. Artre alvolaire moyenne suprieure, Collatrale de lartre sous-orbitaire dans le canal sous-orbitaire se rendant aux dents prmolaires, os et gencives. Artre alvolaire postrieure suprieure, Collatrale de lartre sous-orbitaire pntrant dans la tubrosit du maxillaire pour se rendre ensuite aux molaires, los et jusquaux sinus du maxillaire. Artre angulaire, Branche terminale de lartre faciale qui suit le sillon naso-gnien et sanastomose avec lartre nasale de lartre ophtalmique. Artre buccale, Artre collatrale de lartre maxillaire interne qui se rend au muscle buccinateur et la muqueuse de la joue.

42

Artre carotide commune, Artre souche de lartre sous-clavire irriguant la tte et le cou. Artre carotide externe, Artre de la carotide commune qui donne sept collatrales principales au cou et la tte. Artre carotide interne, Artre de la carotide commune qui se rend au cerveau et fait partie du polygone de Willis. Artre cervicale ascendante, Collatrale du tronc thyro-bi-cervical se rendant aux muscles du cou. Artre cervicale transverse, Collatrale du tronc thyro-bi-cervical se rendant aux muscles postrieurs du cou. Artre dorsale de la langue, Collatrale de lartre linguale se rendant la base de la langue, du pilier antrieur du palais et de lpiglotte. Artre ethmodale antrieure, Collatrale de lartre ophtalmique se rendant aux cellules ethmodales antrieures, au sinus frontal et la cavit nasale. Artre ethmodale postrieure, Collatrale de lartre ophtalmique se rendant aux cellules ethmodales postrieures et la cavit nasale antrieure, au sinus frontal et la cavit nasale. Artre faciale, Troisime artre de la carotide externe irriguant la face et la rgion sous-mandibulaire. Artre incisive, Collatrale de lartre naso-palatine se rendant antrieurement la gencive et la muqueuse du palais dur. Artre labiale infrieure, Artre de la lvre infrieure, collatrale de lartre faciale. Artre labiale suprieure,

43

Artre de la lvre suprieure, collatrale de lartre faciale. Artre lacrymale, Collatrale de lartre ophtalmique se rendant la glande lacrymale. Artre larynge infrieure, Branche de lartre thyrodienne suprieure se rendant au muscle cricothidodien et se distribuant la muqueuse infrieure du larynx. Artre larynge suprieure, Branche de lartre thyrodienne suprieure traversant la membrane thyro-hyodienne et se distribuant aux muscles du larynx et la muqueuse de ltage suprieur du larynx. Artre linguale, Deuxime artre de la carotide externe passant sous le muscle hyoglosse et se rendant la langue pour se diviser en artre linguale dorsale et en artre canine. Artre masstrine, Artre collatrale de lartre maxillaire interne qui passera dans lchancrure sygmodienne de la mandibule pour se rendre au muscle masster. Artre maxillaire interne, Une des deux branches de la carotide externe. Artre mninge moyenne, Collatrale de la premire partie de lartre maxillaire interne passant par le trou petit rond pour se rendre aux mninges de la fosse moyenne du crne. Artre mentonnire, Collatrale de lartre alvolaire infrieure passant par le trou mentonnier et se rendant la lvre infrieure et aux gencives des incisives infrieures. Artre mylohyodienne, Branche de lartre alvolaire infrieure avant que celle-ci entre dans le trou mandibulaire. Artre nasale, Fin de lartre ophtalmique sanastomosant avec lartre angulaire de la faciale au-dessus du tendon direct de lorbiculaire. Artre naso-palatine,

44

Artre terminale de lartre sphno-palatine longeant le vomer et se terminant dans le canal naso-palatin ou trou incisif. Artre occipitale, Collatrale de la carotide externe en postrieur au mme niveau que lartre faciale et se rendant aux muscles du triangle sous-occipital et des tguments de la rgion occipitale. Artre ophtalmique, Premire branche de la carotide interne prenant naissance au niveau du trou optique pour se rendre dans la cavit orbitaire et irriguant les structures dans la cavit. Artre palatine ascendante, Collatrale de lartre faciale qui monte le long de la paroi pharyngienne pour alimenter le voile du palais et lamygdale palatine. Artre palatine descendante, Collatrale de lartre maxillaire interne descendant dans le canal palatin pour devenir lartre grand palatin pour le palais dur et petit palatin pour le voile du palais respectivement. Artre pharyngienne ascendante, Collatrale de lartre carotide externe dbutant au mme niveau que lartre thyrodienne suprieure, irriguant les lments constituants du pharynx. Artre ptrygo-palatine, Collatrale terminale de lartre maxillaire interne se rendant dans le conduit ptrygo-palatin pour se distribuer la muqueuse suprieure du pharynx. Artre ptrygodienne, Collatrale de lartre maxillaire interne se rendant aux deux muscles ptrygodiens. Artre ranine, Branche terminale de lartre linguale se rendant au bout de la langue. Artre sous-mentonnire, Petite collatrale de lartre faciale qui se dtache au-dessous du bord infrieur de la mandibule, se dirige antrieurement. Elle se distribue la glande sous-mandibulaire, au muscle digastrique antrieur et la partie molle du menton. Artre sous-orbitaire, Collatrale de lartre ptrygo-palatine se rendant dans le canal sous-orbitaire et se terminant la sortie

45

du trou sous-orbitaire. Artre sphno-palatine, Branche terminale de lartre maxillaire interne qui pntre dans la fosse nasale via le trou sphnopalatin et qui se divise en interne et externe. Artre stylo-mastodienne, Collatrale de lartre auriculaire ou de lartre occipitale. Artre sub-linguale, Collatrale de lartre linguale qui se rend dans le plancher de la bouche, et qui est en rapport avec le canal de Wharton et le nerf grand hypoglosse. Artre sus-orbitale, Une branche terminale de lartre ophtalmique passant dans le trou sus-orbitaire et se rendant aux tguments frontaux et au rameau palpbral. Artre temporale profonde antrieure, Collatrale de lartre maxillaire interne qui nat au niveau de linsertion antrieure du ptrygodien externe. Artre temporale profonde postrieure, Elle est sur la face externe du ptrygodien externe et passe en profondeur du muscle temporal prs de lapophyse zygomatique du temporal. Artre temporale superficielle, Branche terminale de la carotide externe passant dans la boutonnire rtro-condylienne pour se rendre au pavillon de loreille et monter vers la surface temporale. Artre thyrodienne infrieure, Artre du tronc thyro-bi-cervical se rendant la partie infrieure de la thyrode. Artre thyrodienne suprieure, Premire artre de la carotide externe se rendant la thyrode et donnant lartre larynge suprieure. Artre transverse de la face, Collatrale de lartre temporale superficielle au niveau de la parotide. Artre vertbrale,

46

Premire artre de la sous-clavire en postrieur de la carotide primitive se rendant au cerveau via les trous transversaires des vertbres cervicales. ARTHRALGIE, n.f. (4.0) Douleur dans une articulation.

ARTHRITE RHUMATODE, n.m. (7.0) Type darthrite inflammatoire dorigine auto-immune.

ARTHROGRAPHIE, n.f. (4.0) valuation radiographique dune articulation aprs injection de matriel radio-opaque.

ARTHROSE, n.f. Affection articulaire dgnrative qui, au contraire de larthrite, nest pas inflammatoire. ARTICULAIRE, n.m. Point cphalomtrique (Ar). Il est situ lintersection du bord postrieur de la branche montante et de la base de loccipital. (8.0) Point dinsertion du pourtour distal du condyle mandibulaire et de los temporal visible sur un encphalogramme temporal. ARTICULATEUR, n.m. Simulateur de larticulation temporo-mandibulaire. (5.0) Outil qui permet le transfert des donnes du patient en relation avec la position respective des lments dans lespace et la simulation des mouvements excuts par le patient. Il est ainsi possible dobtenir la position des maxillaires et des dents dans lespace et la simulation des mouvements de latralit et de protrusion du patient. Il existe trois grandes classes darticulateurs : les non ajustables ou pentures, les semi-ajustables et les compltement ajustables. (5.3) Dispositif mcanique supportant les modles suprieur et infrieur et permettant de simuler les mouvements mandibulaires. ARTICULATION, n.f. 1. Mouvement des dents du bas contre celles du haut. 2. Lieu de rencontre entre deux ou plusieurs os. (5.0) Mode dunion des os entre eux ; ensemble des composantes de tissus mous ou durs par lesquelles sunissent deux ou plusieurs os voisins. Larticulation temporo-mandibulaire est une diarthrose compose du condyle, de la fosse articulaire, du disque articulaire et de la capsule articulaire avec ses ligaments. En dentisterie, on parle davantage docclusion statique et dynamique que darticulation. Les positions de rfrence en occlusion statique sont linter-cuspidation maximale et la

47

relation centrique. En dynamique, elle correspond tous les mouvements que peut excuter la mandibule : latralit, protrusion, ouverture et fermeture. Articulation en cire, Empreinte, dans un articul, de la relation entre le maxillaire suprieur et le maxillaire infrieur. (5.0) Articul ou enregistrement inter-occlusal; prise de la relation intermaxillaire par lindentation dans un matriau denregistrement inter-occlusal selon une position de rfrence statique ou dynamique. Les positions de rfrence les plus utilises en occlusion statique sont la relation centrique et lintercuspidation maximale. Les positions de rfrences en dynamique sont les latralits gauche et droite et la protrusion. Les matriaux utiliss sont la cire, le vinyl polysiloxane et loxyde de zinc et eugnol. (5.3) Ce terme ne semble pas appropri. Articulation temporo-mandibulaire, (7.1) Voir: Articulation synoviale entre la tte du condyle de la mandibule et la fosse glnode du temporal. Joint temporo-mandibulaire.

ARTICUL, n.m. Passage dune position docclusion une autre en conservant au moins un contact entre les dents antagonistes. (2.0) Relation des dents des maxillaires infrieur et suprieur en occlusion ou en relation centre.

Articul (dentaire), (4.0) Engrnement des dents antagonistes lorsque les maxillaires sont en position docclusion.

(5.3) Enregistrement de la relation entre le maxillaire suprieur et le maxillaire infrieur laide de clefs inter-occlusales ou de maquettes docclusion. (8.0) Matriau dformable (cire, wax bite) ou dempreinte (silicone bite) qui enregistre la relation des dents des maxillaires vis--vis leurs antagonistes dans diffrentes positions. Exemple: relation centre, occlusion centre, propulsion mandibulaire, etc. En anglais: bite. (8.1) Rapports des dents antagonistes entre elles pendant locclusion; larticul est le glissement dune position docclusion une autre. ARTICULER, v. (5.3) Fixer les deux modles antagonistes sur un articulateur en fonction des paramtres de larticulation ou de locclusion fournis. ARTICUL CROIS, n.m. pour les physiologistes,

48

(4.0) Relation inter-arcade anormale des dents dans le sens bucco-lingual. ARYTHMIE, n.f. Irrgularit dans le rythme cardiaque. ASEPSIE, n.f. Mthode qui consiste prvenir les maladies septiques ou infectieuses en empchant par des moyens appropris lintroduction de microbes dans lorganisme. Au contraire de lantisepsie, elle nutilise pas dagents thrapeutiques. (4.0) Se dit pour les tissus humains seulement.

(5.3) Ensemble des mesures prises au laboratoire pour dsinfecter les empreintes et autres objets souills afin dviter linfection croise. ASEPTIQUE, adj. Qui a rapport lasepsie. Libre dinfection ou de matriel infect. Il faut distinguer lasepsie de la strilisation. ASEPTIS, adj. Qualit de ce qui est aseptique. ASPHYXIE, n.f. Suffocation ou perte de conscience due un manque doxygne et un excs de bioxyde de carbone dans le sang. ASPIRATEUR DE POUSSIRES, n.m. (5.3) Appareil de captage des poussires en laboratoire, individuel ou central. ASPIRATION, n.f. 1. Action de respirer ou dinhaler de lair. 2. Aspiration ou succion des fluides. ASSISTANT, E, n.m. ou n.f. Personne qui seconde le dentiste (mtier surtout exerc par des femmes). Assistante la chaise, Personne qui aide le dentiste la chaise durant les oprations courantes. Assistante de salle,

49

Personne qui excute toutes les tches non relies la chaise. Ces tches comprennent la prparation de la salle opratoire pour le patient suivant; la strilisation des instruments et la prparation des plateaux; le dveloppement des radiographies; etc. Lassistante de salle malaxe aussi les matriaux et les apporte lassistante la chaise, qui les remettra en mains propres au dentiste. ASTHNIE, n.f. Affaiblissement musculaire et mental. ASTRINGENT, n.m. (5.0) Substance qui cause une contraction ou un resserrement des tissus, spcialement la surface des membranes muqueuses, afin darrter les scrtions et daider leur protection. On applique gnralement des solutions astringentes sur les cordes rtracter (cordonnet rtracteur) ou dans le sulcus au cours des procdures dviction cervicale lors de la prise dempreinte finale en prothse dentaire fixe lorsquil y a saignement ou suintement gingival. ASYMTRIE, n.f. (2.0) Absence de symtrie.

ATARAXIQUE, n.m. Agent calmant; aussi appel tranquillisant. (0.2) Ce terme nest pas utilis de faon courante.

ATHROSCLROSE, n.f. Lsion dartre avec dpt de plaques jaunes contenant du cholestrol ou des matires grasses. ATLAS, n.m. (7.1) Premire vertbre cervicale sarticulant avec les condyles de loccipital.

ATM, sigle. Signifie articulation temporo-mandibulaire. ATOME, n.m. Plus petite particule dune molcule; plus petite quantit dun lment qui en retient les proprits chimiques. ATROPHIE, n.f. Dfaut ou manque daliments qui se manifeste par un dprissement ou une diminution dune cellule, des tissus, dun organe ou dun membre. (5.0) Diminution du volume dune structure vivante (organe, tissu, cellule) par dfaut de nutrition,

50

manque dusage, processus physiologique de rgression ou de maladie. ATTACHE, n.f. (5.1) Dispositif mcanique unissant, avec ou sans possibilit de mouvement, une prothse partielle amovible aux dents restantes, ou deux parties de prothses entre elles. Les attaches peuvent tre intra ou extra-coronaires. Lattache de prcision est fabrique en usine. Lattache de semi-prcision est fabrique au laboratoire. Il existe une grande varit dattaches de prcision : glissires, rotules, boutons, barres et cavaliers. Ces attaches peuvent tre aussi munies de rupteurs de force tels que des charnires, des ressorts ou dautres types de disjoncteurs. (5.2) (5.3) Composante pour la rtention dune prothse amovible sur dent naturelle ou sur implant. Dispositif mcanique unissant deux prothses entre elles.

Attache pithliale, (4.0) Attachement du tissu mou de la bouche la dent au moyen de lpithlium ou du tissu conjonctif.

Voir : Attachement pithlial. Attache orthodontique, (8.0) Synonyme de botier (Bracket).

[ATTACHEMENT], n.m. (0.2) Ce terme est mal utilis. Il implique une notion motive; ce qui nest pas le cas. Le terme attache est le terme correct pour dsigner lunion physique de deux composantes. (5.3) Synonyme dattache.

Attachement pithlial, (1.1) Attachement du tissu mou de la bouche la dent au moyen de lpithlium.

Structure anatomique qui comprend la portion dpithlium gingival qui est fermement attache la dent. (5.0) pithlium de jonction entre le tissu conjonctif de la gencive et la dent qui donne la profondeur de la poche parodontale. ATTAQUE, n.f. Apparition soudaine dune maladie rcurrente (exemple : attaque dpilepsie).

51

ATTELLE, n.f. Systme mcanique de renforcement temporaire ou permanent dun ensemble de dents dans un but de contention. En chirurgie, cest une tige servant maintenir en place les fragments dun os fractur. (5.0 ) Systme mcanique de renforcement temporaire ou permanent destin maintenir immobile et en bonne position un ensemble de dents dans un but de contention. ATTRITION, n.f. Perte docclusion ou despace interproximal qui rsulte du mouvement des dents les unes contre les autres. (2.1) Usure pathologique de la dent, cause par le frottement des dents les unes contre les autres, sans agent externe. (1.1) Usure mcanique et perte graduelle de la structure dentaire rsultant de la mastication ou du bruxisme. (5.0) Usure dentaire cause par le frottement ou la friction des dents les unes contre les autres. Lattrition est gnralement occlusale ou incisive, mais elle pourrait aussi tre interproximale cause de la migration physiologique msiale des dents. ATYPIE, n.f. (4.0) Caractre de ce qui nest pas conforme, irrgulier.

AUGMENTATION, n.f. (4.0) Accroissement de la largeur, de la grosseur, de ltendue ou de la qualit.

Augmentation sub-antrale, (5.2) Greffe qui consiste augmenter verticalement le volume osseux entre le plancher du sinus maxillaire et le sommet de la crte. Cet acte chirurgical ncessite une lvation sinusale pralable. AURIFICATION, n.f. (2.1) Restauration faite dor pur, condens en petites quantits successives dans une cavit prpare. Cette restauration est possible parce que lor est cohsif. AUSCULTATION, n.f. (1.1) Mthode dexamen qui consiste couter les bruits produits par le corps, par exemple les cliquetis ou le craquement de larticulation temporo-mandibulaire lorsque la mchoire est bouge. AUTO-, prf. Signifie lui-mme, mme.

52

[AUTOCLAVE], n.m. Strilisateur haute pression de vapeur. (4.0) proscrire.

AUTO-EXAMEN (pour le dpistage du cancer buccal), n.m. (1.1) Examen des structures extra et intra-buccales que le client pratique lui-mme afin de dtecter toute lsion anormale qui pourrait tre un signe avant-coureur du cancer buccal. AUTOGNE, adj. Qui se gnre lui-mme; qui tient son origine du corps lui-mme. AUTO-IMMUNIT, n.f. (4.0) Rponse immunitaire ses propres tissus ou composantes.

AUTONOMIE, n.f. tat dun fonctionnement indpendant, sans influence trangre. AUTOPOLYMRISABLE, adj. (5.3) Activ chimique pour une polymrisation spontane.

AUTORADIOGRAPHIE, n.f. (4.0) Image photographique obtenue par lapplication, sur un film, du tissu contenant un corps radioactif. AUXILIAIRE, n.m.et n.m. Aidant ou assistant. (5.0) En prothse dentaire fixe, on parle dorgane auxiliaire de rtention, soit des sillons, des botes ou trous tenons qui viennent augmenter la rtention dune prparation juge insuffisante. AVASCULAIRE, adj. (4.0) Dpourvu de vaisseau.

AVITAMINOSE, n.f. (4.0) Manifestation cause par un manque de vitamine.

AVULSION, n.f. (1.1) Expulsion de la dent hors de son alvole.

53

(2.0) (3.0)

Perte dune dent la suite dun traumatisme. Sparation complte de la dent de son alvole lors dun traumatisme. Action darracher. Extraction (exemple : avulsion dune dent).

(4.0) + (5.1) AXE, n.m.

Ligne droite autour de laquelle un corps peut tourner ou le long de laquelle il peut se dplacer. (1.1) Ligne imaginaire qui traverse la dent dans le sens de la longueur en passant par son centre.

(2.1) Ligne qui divise un objet en parties approximativement ou rellement gales. Axe long: direction de la plus grande dimension. Axe long dune dent : axe occluso-apical. (5.0) Ligne droite autour de laquelle un corps peut tourner ou le long de laquelle il peut se dplacer. Laxe dinsertion dun pont prsente une composante msio-distale et une composante bucco-linguale. La dtermination ou le choix de laxe dinsertion du pont se fait partir de lanalyse au parallliseur et de lalignement des dents piliers. La mandibule peut se dplacer autour de cinq axes dans les trois plans. Laxe horizontal passant par les deux condyles est un axe important pour le transfert des donnes sur larticulateur. Il peut tre dtermin partir dun localisateur daxe horizontal. Axe charnire, (8.1) Ligne imaginaire rejoignant les deux centres de rotation de chaque condyle. (5.1) Ligne droite virtuelle passant lintrieur des condyles lorsquils sont en relation centre et autour de laquelle seffectue le mouvement orthal en rotation pure. Axe charnire conventionnel, (5.1) quivalent approximatif de laxe charnire situ arbitrairement 13 mm en avant du tragus sur une ligne joignant le tragus la commissure palpbrale externe. Axe de rotation, (5.1) (8.0) Ligne droite imaginaire autour de laquelle une prothse partielle amovible se dplace en fonction. Axe selon lequel un corps se dplace.

Axe dinsertion, (5.1) + (5.3) Axe Y, (8.0) Ligne danalyse cphalomtrique qui serait celle dun vecteur de croissance mandibulaire. Direction selon laquelle une prothse est mise en place ou retire.

54

AXIAL, E, adj. Qui est parallle laxe long de la dent. (2.1) AXIS, n.m. (7.1) Deuxime vertbre cervicale avec lapophyse odontode qui sarticule avec latlas. Dans le sens dun axe.

AXONE, n.m. Partie centrale dune fibre nerveuse qui en est la partie conductrice essentielle.

BBAC ULTRASONS, n.m. (1.1) Voir : Nettoyeur ultrasonique.

BACILLE, n.m. Bactrie ronde et allonge. BACTRICIDE, n.m. Substance chimique qui dtruit les bactries. (0.2) Se dit dune substance qui a la capacit de tuer les bactries.

BACTRIE CARIOGNIQUE, n.f. (1.1) Bactrie qui engendre la carie, notamment le streptococcus mutans.

BACTRIMIE, n.f. (1.1) (3.0) continuelle. Prsence de bactries dans le sang, qui peut rsulter de la manipulation des tissus gingivaux. Prsence de bactries dans la circulation sanguine; peut tre transitoire, intermittente ou

BACTRIOLOGIE, n.f. Science concernant la nature des ferments (bactries, microbes) et leur rle pathologique, qui prpare

55

la thrapeutique anti-infectieuse. BACTRIOLYTIQUE, adj. (4.0) Qui d