anat physio-accidents n2 - nautile plongee, livry physio-accidents n2.pdf · verre et notre visage

Download anat physio-accidents N2 - Nautile Plongee, Livry physio-accidents N2.pdf · verre et notre visage

Post on 11-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    FFESSM n 07930696

    SOMMAIRE I - LES BAROTRAUMATISMES.

    1-1 Mcanisme gnral. 1-2 Les diffrentes cavits de notre organisme.

    1-2-1 LE MASQUE.

    1-2-2 LES SINUS.

    1-2-3 LOREILLE

    1-2-4 LES DENTS. 1-2-5 ESTOMAC. 1-2-6 LINTESTIN. 1-2-7 LES POUMONS. 1-3 Les diffrents barotraumatismes. II LES ACCIDENTS BIOCHIMIQUES. 2-1 Lessoufflement. (CO2) 2-1-1 Causes et mcanismes.

    2-1-2 Fonctionnement de lappareil ventilatoire.

    2-1-3 Fonctionnement de lappareil circulatoire.

    2-1-4 Les changes gazeux.

    2-1-5 Facteurs favorisant lessoufflement.

    2-1-6 Symptmes.

    2-1-7 Conduite tenir.

    2-1-8 Prvention.

    2-2 La narcose. (AZOTE)

    2-3 Lhyperoxie. (OXYGENE) 2-4 Lanoxie / noyade. (OXYGENE)

    III LA DESHYDRATATION.

    IV LACCIDENT DE DECOMPRESSION.

    V LE FROID EN PLONGEE

    VI LES ACCIDENTS DU MILIEUX

    NAUTILE PLONGEE Les accidents de plonge: niveau 2

  • - 2 -

    I - LES BAROTRAUMATISMES.

    1-1 Mcanisme gnrale. Le corps humain supporte lhyperbarie condition que toutes les parties de ce dernier soient la mme pression. Les lments liquides et solides de notre corps (os, muscles, sang etc.) se placent automatiquement la pression ambiante car il sont physiquement incompressibles. Il nen est pas de mme pour les diffrentes cavits remplies de gaz qui, elles, doivent en permanence accorder leur volume la pression ambiante. (Voir chapitre de Physique: compressibilit des gaz, loi de Mariotte : PV= const.) Deux cas se prsentent : lair contenu dans les cavits peut communiquer avec une source dair pression ambiante ( la descente) ou vers une vacuation externe ( la remonte), et, dans ce cas, le volume dair contenu peut varier selon la pression subie ; cest une situation normale.

    Ou cette communication ne se fait plus, et la pression interne de la cavit devient trs diffrente de la pression ambiante. (Plus de pression ou moins de pression lors de la monte ou de la descente)

    Lenveloppe qui entoure cette cavit est constitue dun tissu organique pouvant supporter une dformation dite mcanique (extension ou rtrcissement), jusqu' une limite

    dlasticit au del de laquelle lenveloppe de la cavit sera lse (dchirure, dcollement, crasement du tissu tapissant la cavit) . Cest la situation anormale entranant des traumatismes, cest dire une atteinte lintgrit physique du plongeur = BAROTRAUMATISMES

  • - 3 -

    1-2 Les diffrentes cavits de notre organisme. 1-2-1 LE MASQUE.

    Le port du masque en plonge fait quune cavit non naturelle vient sajouter. Lespace entre le verre et notre visage peut tre la cause de certains accidents barotraumatiques = le plaquage de masque.

    1-2-2 LES SINUS.

    Les sinus sont des cavits situs dans los du crne qui allgent la boite crnienne par leurs nombres. Les principaux par leurs volumes sont les sinus Frontaux et Sphnodaux (maxillaires). Chaque sinus est directement en communication avec les fosses nasales. La muqueuse tapissant les sinus est trs vascularise.

  • - 4 -

    1-2-3 LOREILLE

    -FONCTIONNEMENT Loreille est lorgane le plus sollicit au cours de la plonge. Son rle dans le fonctionnement du corps humain est double.

    Celle ci est compose de trois parties principales : Loreille externe, loreille moyenne et loreille interne . Mcanisme de transmission du son : La vibration mcanique ambiante (onde), collecte par le pavillon est achemine par le conduit auditif externe jusquau tympan qui se met vibrer telle une peau de tambour. Les osselets de loreille moyenne transmettent ces vibrations la fentre ovale qui les transmet, son tour au liquide (endolymphe et prilymphe) de loreille interne. Ces vibrations sont ensuite conduites par la cochle jusqu' lhlicotrma, ensemble de cellules nerveuses assurant la conversion des signaux mcaniques en impulsions lectriques. Le nerf cochlaire, branche du nerf auditif envoie ces informations jusqu une zone spcialise du cortex crbrale qui analyse et interprte le son capt.

    .

    Lquilibre : Loreille comporte dans sa partie suprieure, un ensemble de trois canaux appels canaux semi-circulaires , remplis de lymphe, disposs selon trois plans et dont les parois sont garnies de cellules spcialises et sensibles la pression gnrale de la lymphe, la vitesse de dplacement, la rotation dans lespace, aux acclrations divers. Ces informations, ncessaires au positionnement et aux sensations de dplacement dans lespace, sont transmises au cervelet par une autre branche du nerf auditif ; le nerf vestibulaire. Ces informations sont analyses de manire diffrentielle par lencphale pour traduire et interprter les signaux capts.

  • - 5 -

    1-2-4 LES DENTS.

    Chaque dent porte une couronne, des racines et un collet. En coupe elle apparat faite de quatre substances.

    - le centre de la couronne et l'axe des racines (qui portent respectivement les noms de chambre pulpaire et de canaux dentaires) sont occups par une substance conjonctive molle et vivante : la pulpe. Celle-ci renferme les vaisseaux nourriciers et les nerfs sensibles de la dent : - la pulpe est emprisonne dans une substance dure et calcaire, l'ivoire, de composition assez voisine de celle des os . - la couronne de la dent est enduite extrieurement d'une substance plus dure que l'ivoire : l'mail, dont le rle est minemment protecteur. -la racine est recouverte par le cment, moins brillant que l'mail.

    1-2-5 LESTOMAC.

    L'estomac est une poche digestive situe entre lsophage et l'intestin, juste sous le diaphragme, du ct gauche du corps. Sa capacit est d'environ 2 litres chez l'adulte. L'orifice d'entre est le cardia. L'estomac communique avec l'intestin par le pylore, sphincter rond qui s'ouvre et se ferme lors du passage des aliments. Rle de l'estomac. - Les aliments sjournent dans l'estomac pendant un temps qui varie de une trois heures. Ils subissent une action mcanique (brassage et malaxage), puis une action chimique (digestion gastrique) qui les transforment en une bouillie appele chyme.

    1-2-6 LINTESTIN.

    Cest la portion terminale du tube digestif. Il fait suite dans la fosse iliaque droite, lilon, prsente ce niveau un cul-de sac ou ccum, puis traverse tout labdomen en dcrivant une grande boucle concavit infrieure qui comprend transverse et le clon descendant. Il traverse ensuite successivement le clon la fosse iliaque gauche puis descend dans le petit bassin o il prsente une portion dilate (rectum), puis il traverse le plancher du prine et souvre lextrieur par le canal anal. Sa longueur

    moyenne est de environ 1.50 mtre. Rle de l'intestin : Physiologiquement, il sert vacuer au-dehors les restes de la digestion gastrique et intestinale non absorbs au niveau de lintestin grle.

  • - 6 -

    1-2-7 LES POUMONS.

    Les poumons se situent dans la cage thoracique, et sont au nombre de deux, un droite (2 lobes pulmonaires) et un gauche (3 lobes pulmonaires). Sur les cots ils sont entours par les ctes et par le bas reposent sur le diaphragme (muscle). Les bronches qui font partie des voies conductives, pntrent dans le poumon et se divisent en bronches lobaires (une par lobe). Chaque bronche lobaire se divisent encore plusieurs fois pour pntrer dans les lobules pulmonaires. Les lobules pulmonaires sont des ensembles complexes se ramifiant lextrme. A la suite des bronches lobaires, suivent les bronchioles. Chaque bronchiole se divise elle-mme en bronchioles terminales qui arrivent aux alvoles pulmonaires. Rle du poumon : Les poumons acheminent lair aux alvoles pulmonaires pour que les changes gazeux seffectuent. (Hmatose)

    1-3 Rcapitulatif des diffrents barotraumatismes

    Lair contenu entre le masque et le visage, loreille moyenne, les sinus, certaines configurations dentaires, lestomac, les intestins et bien sr nos poumons peuvent se retrouver en situation de barotraumatisme. Le mcanisme gnrale tant toujours le mme, on peut dcrire chaque cas sous forme de tableau.

  • - 7 -

    Zones concernes

    Sens Symptmes Conduite tenir Prvention Consquences Commentaires

    Placage de masque

    Descente Effet de succion des yeux. Parfois saignement des globes oculaires. Hmatomes faciaux.

    Stopper la descente. Souffler par le nez.

    Souffler par le nez pendant la descente.

    Pas de consquences graves. Souvent spectaculaire 24 ou 48 H darrt de plonge suffisent.

    Sinus

    Descente Remonte

    Obstruction du canal allant vers les fosses nasales. Douleur due la dpression interne de la cavit. Dcollement de la muqueuse et saignements Obstruction du canal allant vers les fosses nasales. Douleur due lexcs de pression dans la cavit. Forte compression de la muqueuse allant jusqu lexpulsion du bouchon et saignement.

    Stopper la descente. Rincer les fosses nasales leau de mer. Stopper la remonte. Rincer les fosses nasales leau de mer.

    Ne pas plonger avec un rhume ou sinusite.

    Pas de consquences graves dans la plupart des cas. Classique en cas de rhume. Eviter de se ventiler trop longtemps au dtendeur avant de plonger (favorise lobstruction) Si rptition frquente,