une communauté dapprentissage à visage humain, urbain et vert les jardins collectifs

Download Une communauté dapprentissage à visage humain, urbain et vert Les jardins collectifs

Post on 03-Apr-2015

102 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • Une communaut dapprentissage visage humain, urbain et vert Les jardins collectifs
  • Page 2
  • Prsentation Les Jardins collectifs de Bouffe-Action de Rosemont permettent aux individus ainsi quaux familles du quartier de Rosemont de jardiner en groupe sur une base hebdomadaire et de faire lexprience de lagriculture urbaine travers diffrentes rencontres humaines, des apprentissages de tout ordre et de fraches dgustations. Les participants produisent ainsi une part de leur alimentation et tissent des liens dans leur communaut par la mise en commun de la terre, des efforts et des rcoltes. Ils ont loccasion dapprendre jardiner de manire cologique, en ville, den connatre davantage sur lalimentation saine et locale ainsi que sur la conservation de leurs rcoltes. Depuis 10 ans dj, de la fin avril la fin septembre, des jardiniers donnent chaque semaine quatre heures de leur temps (trois en groupe et une heure en solo), afin dentretenir le jardin.
  • Page 3
  • Les rdacteurs du mmoire Vronique Laurin : Vronique participe au jardin collectif Basile-Patenaude pour une deuxime anne conscutive. Elle habite dans Rosemont-Petite-Patrie depuis maintenant cinq ans et Montral depuis 10 ans. Cest sa premire exprience de jardinage vie. Myriam Villeneuve: Myriam vit depuis deux ans dans Rosemont et ds son premier t dans le quartier, elle sest inscrite avec son conjoint aux jardins collectifs. Pour elle, cest loccasion de renouer avec la terre, le got du jardinage lui ayant t transmis par ses parents ds sa petite enfance. Jean Larouche : Jean est n sur une ferme. Il a donc particip durant toute son enfance aux travaux de jardinage, de traite des vaches, des rcoltes de foin, de crales, de rutabagas, de pommes de terre. Adulte, il a toujours entretenu un potager. Il a appris reconnatre quantit darbres, darbustes, de plantes communes, et dautres plus rares. Il sest familiaris avec un grand nombre de plantes spontanes comestibles comme le chou gras, lamarante racine rouge, le pourpier officinal, lortie, lasclpiade, etc. Aux jardins collectifs, il apprend sur un plan plus technique, car il a toujours procd par instinct. Par moment, bien sr, il devient notre personne ressource. Nous tenons remercier Pascale Martin-Valois pour son soutien tout au long de la rdaction de ce mmoire, ainsi quAnnie Barsalou et Joan Dupoux qui ont particip aux premiers pas de la rdaction de ce mmoire et qui nous ont fourni de prcieux tmoignages. Nous souhaitons aussi remercier tous les jardiniers de Rosemont qui ont relu et comment avec attention cette prsentation.
  • Page 4
  • Carte des jardins
  • Page 5
  • Introduction Il fut un temps o lagriculture tait part entire une valeur primordiale et ncessaire. Elle permettait de prendre conscience de la responsabilit de chacun sapproprier sa terre, son milieu. Jentends par l, la ncessit de satisfaire les besoins de base de la famille et de la communaut environnante. Mais la disparition des valeurs et des espaces verts pour une population grandissante a provoqu des changements radicaux et irrversibles, ce qui a fait en sorte que les gens ont quitt les terres pour aller vers les villes. Ainsi, ils ont perdu tout le sens de la communaut, de la solidarit et de lentraide, allant jusqu bafouer la nature elle-mme. Il ne faut pas oublier galement que tous les chambardements climatiques nont fait quaccentuer le dpaysement et lexode vers les villes. Ladage seuls les fous ne changent pas dides prend tout son sens depuis quelques annes et on ressent un engouement pour le retour une qualit de vie plus saine mentalement et physiquement, et surtout ce sentiment dappartenance au-del du simple secteur, ville, quartier Les gens expriment leur besoin de sinscrire dans une activit collective quelle quelle soit avec un rseau de soutien, de vie de groupe, de diversit culturelle pour toutes les familles dsireuses de renouer avec la terre et ses bienfaits. -Joan Dupoux, jardinire tienne-Desmarteau Au jardin, on prend soin de la nature en compostant
  • Page 6
  • Intrt participer au projet Si nous avons dcid de produire ce mmoire, cest avant tout pour tmoigner des points suivants, de ce qui nous motive, anne aprs anne jardiner de faon collective. Il est primordial pour nous den faire tat la commission sur lagriculture urbaine Montral ainsi qu nos concitoyens : Le got de vivre une exprience collective motivante, ancre dans les ralits de notre quartier; Lintrt pour lagriculture urbaine et ses spcificits (type de culture, maladies, valorisation des plantes juges indsirables ailleurs, jardin au cur de la ville, etc.); Le got davoir une alimentation saine et diversifie. Jardin Basile-Patenaude
  • Page 7
  • Les jardins collectifs, une exprience dapprentissage. Plantation de lail, un rituel, un geste daccueil envers les futurs jardiniers.
  • Page 8
  • humaine Les jardins collectifs permettent divers apprentissages au point de vue humain. Notamment, ils: Favorisent un meilleur contact entre des citoyens aux ralits diffrentes (ge, culture, statut socioconomique) et ce, dans le respect et le plaisir au sein de notre quartier. Groupes de jardiniers
  • Page 9
  • humaine Favorisent la vie de quartier et le sentiment dappartenance Anecdote : Une jardinire, nomme Martine, nous a dit ne plus vouloir dmnager de son quartier tellement elle est attache son jardin. Cest par le jardin collectif quelle sest intgre la vie de son quartier. 10 ans de jardins collectifs, a se fte!
  • Page 10
  • humaine Donnent le got de simpliquer plus grande chelle dans notre quartier Tmoignage: On a limpression de pouvoir faire changer les choseson nest plus seul dans notre petit coin. -Annie Barsalou, jardnire tienne Desmarteau Un jardinier qui apporte ses ides au Forum Social de Rosemont
  • Page 11
  • humaine Sont une formule accessible tous, une varit de gens dsireux dapprivoiser le plaisir du jardinage et dune saine alimentation, en vitant dtre surcharg par les tches dentretien. On jardine en groupe et on partage les tches selon nos capacits respectives
  • Page 12
  • humaine Permettent la dcouverte et le partage de connaissances et de comptences sur lhorticulture et lagriculture urbaine entre jardiniers. On dcouvre la terre par la caresse
  • Page 13
  • humaine Nous responsabilisent (envers soi-mme, mais aussi envers le groupe, car nos actions individuelles ont des rpercussions directes sur le groupe). On partage nos rcoltes
  • Page 14
  • humaine Anecdote (par Annie Barsalou): Un jour, la priode de jardinage en groupe, jai assist une petite tension dans le groupe. Rapidement, quand les jardiniers se sont rendus compte que lactivit du jardin revtait une importance capitale pour chacun deux, cela a agi comme dnominateur commun et comme levier sur lequel ils pouvaient sappuyer pour scouter. Au lieu dtre braqus sur leurs positions, cela a, au contraire, cr un climat douverture. Ainsi, nous pouvions voir que mme si des membres dun groupe pouvaient se heurter certains gards (ce qui est invitable la vie de groupe), nous pouvions galement compter sur leur dvouement et leur amour du jardinage en collectif pour trouver un terrain dentente. Vive le jardinage en collectif!
  • Page 15
  • environnementale Les jardins collectifs permettent des apprentissages au point de vue environnemental. Ils: Dveloppent la curiosit au plan horticole Anecdote (par Jean Larouche) Antoine-Hbert, un petit mousse de 3 ans, mobservait en train de rcolter du pissenlit pour une dgustation printanire. Il sest immdiatement intress mes oprations pour draciner la plante et en nettoyer notre jardin collectif. Il ma suffi de lui indiquer une seule fois que les plants contenant des boutons floraux taient plus amers au got. Deux semaines plus tard, je veux rcolter dautres pissenlits. Il ma suffit de vrifier avec Antoine-Hbert quels plants je devais prendre pour la consommation. Il ma montr, sans broncher, que certains ntaient pas bons. Pourquoi, Antoine- Hbert? Parce quils ont des petits boutons . Les enfants apprennent trs vite cause du grand intrt que reprsentent les plantes, les vers de terre, etc.
  • Page 16
  • environnementale Sensibilisent face la biodiversit Tmoignage dAnnie Barsalou Il est intressant de voir les alternatives ce que lon nous prsente comme modle horticole. Par exemple, nous avons cout des capsules dinformation sur le gazon faible entretien qui remplace la sempiternelle pelouse verte nergivore! La livche, peu connue, est savoureuse et abondante Noble chinace, plante si noble et ennemie des rhumes!
  • Page 17
  • .environnementale Initient la culture et la prservation de la bonne sant de nos plantes et ce, de manire biologique Quel joie dapercevoir un lombric dans son jardin!
  • Page 18
  • alimentaire Les jardins collectifs permettent des apprentissages au niveau alimentaire. Ils: Dveloppent une plus grande conscience du cycle de production des aliments, amenant un respect qui saccroit lorsquon jardine. On apprend dshydrater les fines herbes
  • Page 19
  • alimentaire Dveloppent la diversit des gots et des saveurs dans notre assiette. La nutritionniste nous propose une pause dgustation partir des produits du jardin
  • Page 20
  • alimentaire Dveloppent la curiosit au plan culinaire et favorisent la culture culinaire (dcouverte de gots, de saveurs, de nouvelles recettes). Chaque saison, des ateliers de cuisine collective nous sont proposs
  • Page 21