uide de bonnes pratiques pour une bonne maîtrise des ...· l’eau provenant de la bonde de fond

Download uide de bonnes pratiques pour une bonne maîtrise des ...· l’eau provenant de la bonde de fond

Post on 15-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Guide de bonnes pratiques

    pour une bonne matrise des

    tapes cls du traitement et de

    lanalyse de leau des piscines

    Version 1 - octobre 2015

  • Page 2

    G u i d e p i s c i n e s - S i e t - v e r s i o n 1 - o c t o b r e 2 0 1 5

    SOMMAIRE

    Introduction 3

    Contexte rglementaire 4

    Qualit des eaux de piscine 5

    Schma symbolique dune piscine 7

    I. Pour une bonne efficacit de la circulation de leau des piscines 8

    1. Lapport deau neuve 8

    2. Le bac tampon 9

    3. Rutilisation des eaux de dbordement 10

    4. Rutilisation des eaux de lavage de filtres traits par ultrafiltration 11

    II. Pour une bonne efficacit du traitement de leau des piscines 11

    1. La filtration 11

    2. Coagulation / floculation 12

    3. Correction de ph 13

    4. Chloration 14

    5. Ozone 16

    6. Racteurs a lampe UV 17

    7. Brome 19

    III. Analyse des eaux de piscine 19

    1. Analyse ponctuelle 19

    2. Analyse en continu 21

  • Page 3

    INTRODUCTION

    Depuis quelques annes, les activits pratiques dans les piscines se diversifient. La piscine

    est aujourdhui un espace o se pratique des activits sportives diverses (nage, aquagym,

    aquabiking, etc) mais aussi de nombreuses activits rcratives. Cette volution ncessite

    daccorder une attention encore plus importante au maintien dune qualit deau excellente

    et dun confort optimal pour les baigneurs.

    A cet objectif premier, sajoute, pour les exploitants de piscines publiques, la ncessit de

    rduire les impacts environnementaux de leurs installations. En effet les piscines publiques

    sont trs consommatrices en eau, en nergie et en ractifs et dimportantes conomies sont

    possibles.

    Enfin la matrise des cots dexploitation de ces tablissements ludiques est vitale afin de

    maintenir et dvelopper un parc dquipements aquatiques performant en France dautant

    plus que de nombreuses collectivits sont aujourdhui dans une situation conomique

    dlicate.

    Afin de rpondre ce triple objectif, il est ncessaire de porter une attention particulire la

    conception et lexploitation des installations de traitement et danalyse de leau. Les

    connaissances scientifiques et les technologies ont volu ces dernires annes et permettre

    de rpondre aux attentes des exploitants et des baigneurs.

    Ce guide de bonnes pratiques est issu de travaux mens par lensemble des professionnels

    du traitement et de lanalyse des eaux de piscines prsents au SIET. Il prsente dune part

    des recommandations permettant damliorer la gestion du traitement des eaux des piscines

    publiques en respectant la rglementation actuelle et dautre part des propositions

    dvolution du cadre rglementaire.

  • Page 4

    G u i d e p i s c i n e s - S i e t - v e r s i o n 1 - o c t o b r e 2 0 1 5

    contexte rglementaire

    La scurit sanitaire des piscines publiques est encadre par les articles L1332-1 L1332-4

    et D1332-1 D1332-13 du code de la sant publique dont ladoption remonte aux annes

    1980 ainsi que par deux arrts publis en 19811.

    Ce dispositif a t complt et codifi dans le code de la sant publique sans tre rvalu.

    Ce dispositif rglementaire prvoit un certain nombre de mesures relatives :

    - aux procdures administratives,

    - aux mesures de matrise de la contamination apporte par les baigneurs (mesures

    dhygine, traitement),

    - la qualit de leau,

    - lorganisation du suivi sanitaire.

    En complment des textes cits ci-dessus, des circulaires spcifiques ont t adoptes

    concernant :

    - les dchloraminateurs UV2,

    - la scurit du stockage et de lutilisation des produits de traitement3,

    - les produits de traitement autoriss4.

    1. Arrt du 7 avril 1981 fixant les dispositions techniques applicables aux piscines, modifi en dernier lieu par larrt du 18 janvier 2002 et arrt du 7 avril 1981 fixant les dispositions administratives applicables aux piscines et aux baignades amnages. 2. Circulaire DGS/EA4 2008-65 du 22 fvrier 2008 relative aux dispositions rglementaires applicables aux piscines ouvertes au public, lutilisation des produits et procds de traitement de leau et notamment ceux mettant en uvre des lampes rayonnement ultraviolet (UV) pour la dchloramination des eaux. 3. Circulaire DGS/SD 7A/DRT/CT 4 n2003-47 du 30 Janvier 2003 relative aux risques d'incendie ou d'explosion lors du stockage et/ou de l'utilisation de produits de traitement des eaux de piscine 4. Circulaire DGS/SD7 A n 2004-473 du 5 octobre 2004 relative aux produits et procds employs

    pour la dsinfection des eaux de piscine

    A noter que lensemble de ce dispositif ne sapplique pas aux tablissements thermaux ou

    aux tablissements usage exclusivement mdical.

  • Page 5

    qualit des eaux de piscine

    Normes de qualit des eaux

    Les normes de qualit des eaux sont dfinies larticle D1332-2 du code de la sant publique et lar-

    ticle 5 de larrt du 7 avril 1981 (pour le pH) et sont prsentes dans le tableau ci-aprs :

    Teneurs limites en dsinfectant et sous-produits de dsinfection

    Les teneurs limites en dsinfectants et sous-produits de dsinfection indiques dans le tableau ci-

    aprs sont dtailles dans larticle 5 de larrt du 7 avril 1981 :

    Traitement chlore sans

    stabilisant

    Traitement chlore avec

    stabilisant

    Traitement

    Brome

    pH 6,9 7,7 6,9 7,7 7,5 8,2

    Chlore actif Entre 0,4 et 1,4 mg/l - -

    Chlore disponible - Suprieur 2mg/L -

    Chlore total Infrieur chlore actif +

    0,6mg/l

    Infrieur chlore disponible +

    0,6mg/l

    -

    Stabilisant (acide

    isocyanurique)

    - Infrieur 75 mg/l -

    Brome - - 1 2 mg/l

    Physico-chimie

    Transparence Vision des lignes de nage au

    fond du bassin

    Matires organiques (teneur en substance oxydable au permanga-

    nate de potassium chaud en milieu alcalin exprime en oxy-

    gne)

    Infrieur eau du rseau +

    4mg/l

    Bactriologie

    Coliformes totaux Infrieur 10 dans 100 ml

    Coliformes fcaux 0 dans 100 ml

    Bactries aerobies revivifiables 37C Infrieur 100 dans 1 ml

    Staphylocoques pathognes 0 dans 100 ml pour 90% des

    chantillons

  • Page 6

    G u i d e p i s c i n e s - S i e t - v e r s i o n 1 - o c t o b r e 2 0 1 5

    Les suggestions du siet pour une amlioration de la rglementation :

    Concernant les normes de qualit des eaux, le SIET prconise :

    - dajouter une valeur limite de 0,3NFU pour la turbidit,

    - de remplacer la teneur en substance oxydable au permanganate de potassium par une teneur

    maximale de 3mg/L en carbone organique total (COT).

    Concernant les teneurs limites en dsinfectant, le SIET propose les valeurs suivantes sous r-

    serve du strict respect des conditions dhygine et de la mise en place dun autocontrle en continu :

    Traitement chlore sans stabilisant Traitement chlore avec stabilisant

    Chlore actif Entre 0,3 et 0,6 mg/l -

    Chlore disponible - Entre 2 et 4 mg/l

    Chlore total Infrieur chlore libre actif +

    0,3mg/l

    Infrieur chlore disponible +

    0,3mg/l

    Stabilisant (acide isocyanu-

    rique)

    - Entre 15 et 50 mg/l uniquement

    dans les piscines en extrieur

    THM dans leau 100 g/l 100 g/l

    Trichloramines dans lair 0,5 mg/m3 (VME max) 0,5 mg/m3 (VME max)

  • Page 7

    Schma symbolique dune piscine

  • Page 8

    G u i d e p i s c i n e s - S i e t - v e r s i o n 1 - o c t o b r e 2 0 1 5

    I. pour une bonne efficacit de la circulation de

    leau des piscines

    Le dbit de recirculation de leau des bassins doit tre dtermin en fonction des

    caractristiques du bassin : type, surface, profondeur comme indiqu larticle D1332-6 du

    code de la sant publique. Ainsi la dure du cycle de leau doit, pour les piscines dont la

    surface est suprieure 240 m2, tre infrieure :

    - 8 heures pour un bassin de plongeon ou une fosse de plonge subaquatique,

    - 30 minutes pour une pataugeoire,

    - 1h30 pour les autres bassins de profondeur infrieure ou gale 1,50m,

    - 4 heures pour les autres bassins de profondeur suprieure 1,50m

    Ce mme article prcise aussi que des dbitmtres doivent permettre de s'assurer que

    l'eau de chaque bassin est recircule conformment aux dispositions ci-dessus.

    1. Lapport deau neuve

    a. Dispositions rglementaires spcifiques

    Larticle D1332-4 du code de la sant publique prcise que leau neuve doit provenir soit

    du rseau public de distribution, soit dune autre source, sous rserve dune autorisation

    par arrt prfectoral.

    Les articles 2 et 3 de larrt du 7 avril 1981 dtaillent les dispositions applicables lapport

    deau neuve en prcisant notamment que :

    - que lapport deau neuve dans les bassins doit tre dau moins 30 litres par

    baigneur par jour,

    - un ou plusieurs compteurs totalisateurs rservs exclusivement

    l'enregistrement des renouvellements journaliers doivent tre installs,

    - il est ncessaire davoir une disconnection entre la conduite dalimentation de

    leau de ville et le circuit hydraulique de la piscine.

    les suggestions du siet pour une amlioration de l

Recommended

View more >