le procès-verbal et la bible corréctions-1.docx

Download Le Procès-verbal et La Bible corréctions-1.docx

Post on 03-Jan-2016

141 views

Category:

Documents

7 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Le Procs-verbal et La Bible

Mmoire de Licence en Langue et Littrature franaiserdig par WANG Juandirig par Boris LOPATINSKY

Promotion 2009Dpartement de Franaisl'Universit des tudes Internationales de ShanghaiRemerciements

Je tiens remercier tout particulirement Monsieur Boris Lopatinsky, professeur du dpartement de Franais, de mavoir accompagn et guid tout au long de mon mmoire, ainsi que ses conseils et remarques qui mont permis denrichir mes chapitres et paragraphes.Ma gratitude va galement tous les professeurs et personnels de notre dpartement, qui par leur comptence et leur patience mont permis dacqurir les connaissances ncessaires afin de complter mes quatre annes dtudes de Franais, qui sans lesquelles je naurais certainement pas achev ce travail.Quil me soit permis de remercier aussi mes camarades duniversit, qui mont fait confiance, et qui ont su stimuler ma rflexion par des changes fructueux. Enfin, je remercie toutes les personnes, dont la liste serait trop longue donner ici, mais qui je dois aussi toute ma reconnaissance pour lachvement de mon mmoire.

Table de matires

Introduction

1. Prsentation de lauteur et de luvre 1.1 Prsentation de Jean-Marie Le Clzio1.1.1 La vie de Jean-Marie Le Clzio1.1.2 Ses prises de positions dans le monde littraire

1.2 Prsentation de ses uvres1.2.1 Sujets et teneurs de luvre 1.2.2 Les caractristiques de lcriture de Jean-Marie Le Clzio

2. Le Procs-Verbal et La Bible 2.1 Prsentation du roman Le Procs-Verbal2.1.1 Rsum synoptique du roman2.1.2 Le roman et la leon

2.2 Comparaison2.2.1 Lden dAdam et dve2.2.2 Le paradis de Adam Polo

2.3 La perte du Paradis 2.3.1 La perte de lden dAdam et dve2.3.2 La perte du Paradis humain

2.4 A la recherche du Paradis perdu 2.4.1 Comment Adam et ve cherchent lden2.4.2 Comment Adam Polo recherche le Paradis humain

3. Influences que lauteur subit3.1 Linfluence du voyage3.2 Dautres influences Conclusion

Introduction

Jean-Marie Gustave Le Clzio peut-tre rang dans les auteurs adoptant une attitude sceptique vis--vis des idologies qui tendent aliner les penses de lHomme, lui ter son libre arbitre. Cest ce titre quil affiche une dfiance face au jugement de la socit, forme de prjugs quil peroit comme larchtype; cette doxa dfinissant la norme de lacceptable et de fait enchane lHomme des actions attendues ou acceptes comme normales. Il nest donc pas surprenant que pour lui, la religion est ranger au nombre des idologies alinatrices. Cest ce titre quil prne un loignement salutaire de toutes thories qui exhorteraient ou flatteraient ce quil considre comme les sductions du Paradis et de lEnfer[footnoteRef:1]. [1: Note de rfrences plus mention des articles o il soutient de telles affirmations.]

Pourtant, sil semble dfendre ce point de vue, on doit reconnatre une sorte de paradoxe dans son discours ou ses ides. Ainsi, la religion, tout comme les thmatiques propres au Paradis et lEnfer sont constamment prsentes dans son uvre. De mme on rencontre constamment dans ses romans des thmes ou des citations relatifs la religion. Dans cette logique, on ne saurait nier que lauteur ait une forme de mditation philosophique sur la religion et quil cre une forme de mtaphysique do provient le paradoxe par apport sa volont premire de critiquer la religion comme systme alinataire. On notera que dun ct, sil soppose toutes tentatives juges alinatrices, de lautre, il cre un systme o limmanent est la norme. Ses hros sont donc les porteurs de cette thorie, des prophtes vivants en quelque sorte, qui vhiculent sa pense, son systme. Cest de ce systme[footnoteRef:2], que lon pourrait classifi de nietzschen et qui se rapproche de certains penseurs jugs libertaires comme Epicure[footnoteRef:3] ou lcole cynique[footnoteRef:4], que provient le paradoxale, de lopposition de lhomme et de la divinit. Ceci mentionn, il ny a donc aucune raison dtre surpris de voir les religions cites dans ses uvres. Ainsi, de nombreuses religions on le droit de cites, on notera titre dexemple: le christianisme (Le Procs-verbal, Le Dluge, toile errante, Le Chercheur d'or, Terra Amata), lislamisme (Poisson d'or, Dsert), le judasme (toile errante), le bouddhisme (La Quarantaine) ou le taosme (Voyages de l'autre ct, Le Procs-verbal). Ces mentions religieuses, tout comme son attachement intgrer des lments propre la bible, dans son uvre, sont l pour nous rappeler que J. M. Le Clzio est bien un auteur occidental et franais. Ses questionnements, face une socit quil peroit comme coercitive et intolrante, nous font dcouvrir son cheminement de pense en nous confrontant une forme de questionnement aristotlicien, qui offre une sorte de profondeur au discours, et lui donne aussi une forme de rationalisme digne de ltude de cas. Ses hros se questionnent et se retrouvent dans bien des cas en opposition avec la socit. Ce dualisme qui ne peut-tre rang au rang du manichisme, laisse tout de mme apparatre un tableau blanc et noir, l ou lon sattendrait ny rencontrer que le gris de la vie. Ses hros sont blancs et la socit est noire. Pourtant cest le lecteur, qui lui, dcode en termes moins tranchs ce qui se passe et finalement peroit luvre comme grise. Le choix volontaire de Le Clzio dans sa forme narrative explique sans aucun doute cette forme de perception chez lecteur. De ce sentiment issu de ce qui pourrait apparatre comme une criture judo-chrtienne due la faon dont les thmes sont abords et traits, il nen reste pas moins la volont de Le Clzio dnoncer la perte de ce qui ses yeux est essentiel comme: la libert, le droit ne pas adhrer la pense commune ou encore le fait dapparatre asocial en sloignant de la ville pour sapprocher de la nature. Ce type de conviction que lon pourrait rapprocher de la retraite au dsert du christ ne va pas sans crer une dchirure du hros face au monde et donne forcement naissance une incomprhension de la part de lensemble des protagonistes des romans[footnoteRef:5]. Cest cette constance de la prsence de la religion ou de la bible dans luvre de lauteur, qui nous a engag travailler sur les liens troits qui existent entre la Bible et son roman Le procs verbal. [2: Concernant ce point de vue on pourra lire avec attention louvrage de M. ONFRAY, Contre-histoire de la philosophie, La construction du surhomme, vol. 7, Paris, 2011. ] [3: Notes rfrences] [4: notes et rfrences] [5: Lensemble de ses questions et de leurs approches fut abord in: Potique du chant dans luvre de J.M.G.Le Clzio, Colloque Le Clzio, 9-11 dcembre 2004, Toulouse, in J.M.G.Le Clzio, Ailleurs et origines: parcours potiques, sous la direction de Bernadette Rey Mimoso-Ruiz, Editions Universitaires du Sud, 2006.]

1. La prsentation de luvre et de lauteur

1.1 Prsentation de Le Clzio

1.1.1 La vie de Le ClzioJean-Marie Gustave Le Clzio est []n le 13 avril 1940 Nice. De cette priode on sait peut de chose, sinon quil y effectua sa scolarit complte jusquau lyce. Il passe luniversit dAix o il intgre la section littraire. Afin de parfaire sa formation, il va se rendre en Grande-Bretagne o il obtiendra une maitrise pour son mmoire portant sur Henri Michaux et qui sintitule La solitude dans luvre dHenri Michaux. Le Clzio semble donc ds son plus jeune ge attir par les thmes du voyage et de la solitude. Ces thmes semblent faire chos lhistoire de sa propre famille, sa propre histoire. Il nest ni Franais, ni Anglais, il est dans son cur Mauricien, dont il a aussi la nationalit. Ce point particulier rappelle lpoque o sa mre rencontra son pre et o ils vcurent heureux. Le petit Le Clzio na pas vcu cette priode, mais se laisse bercer par les rcits colors quen font ses parents et quil considre juste titre comme un Paradis perdu. Un autre visage de lauteur inconnu est sans aucun doute sa carrire dhistorien-anthropologue. Il obtient son doctorat en 1983 luniversit de Perpignan portant sur la mythologie maya. Menant une carrire dcrivain et de professeur, il a enseign luniversit de Bangkok, de Mexico et dans de nombreux tablissements amricains dont luniversit de Boston. Son intrt pour la mythologie la men tudier les mythes corens lors de son passage comme professeur luniversit des femmes dEwha. Ses recherches ont pour but de faire ressortir lintrt de ltude des mondes dits priphriques et ne se basant pas sur des critres traditionnels pour dfinir une culture ou un civilisation. Trs intress par le chamanisme et les mythologies, il fonde avec Jean Grosjean, spcialiste des rcits bibliques et coraniques, une collection portant le nom de LAube des peuple.Si de ses deux carrires, il en retire une satisfaction juste titre, on le reconnat plus pour ses uvres littraires, que sa carrire de chercheur. En effet, en 1978 il choue entrer comme charg de recherche au CNRS, mais obtient le prix Nobel de littrature en 2008. Personnage aux antipodes de la norme, il dbute sa carrire dcrivain en se situant la limite des surralistes et du nouveau roman ce qui lui attire sympathie et haine de la critique. Lchauffoure avec lessayiste polmiste Richard Millet[footnoteRef:6] nen est quun des derniers exemples, qui tendrait prouver que Le Clzio ne fait pas lunanimit. De mme dans la recherche, sil est rgulirement invit comme professeur ou comme confrencier pour ses recherches en mythologie, il est quasiment ignor du monde scientifique franais[footnoteRef:7]. [6: La polmique vient du fait que Le Clzio, scandalis par lessai de Richard Millet, Langue fantme; Eloge littraire dAnders Breivik, Paris 2012, donnant un cho malsain lacte barbare de Breivik. R. Millet rpond par voie de presse Le Clzio en ces termes: je considre J.M.G. Le Clzio comme un exemple de la post-littrature que je dnonce et javance que son style est aussi bte que nave sa vision manichenne du monde et ses romans dpourvus de ressort narratif, in lExpress, 29 aot 2012. Il pr

Recommended

View more >