gfol1. · web view le soleil rouge commence à plonger dans le plein ouest. le phare...

Click here to load reader

Post on 28-Jan-2021

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

17 juin 2017

Encore peu de réflexions épistolaires ce matin… Et pourtant ! N’hésitez-pas faites circuler mon billet quotidien… Confiez-moi des adresses E mail pour que vos amis reçoivent directement notre billet, et se joignent à nos réflexions…

« Mon cher René, 

Connais-tu la signification de MERMAID, il s'agit d'une sirène !

Cath. »

« Bonjour René

Suite à la communication que tu as eue avec Jean Claude, je ne rajouterai rien, si ce n'est un immense merci pour ta proposition. Auprès de l'emplacement réservé à Mr G. (qui a réalisé la maquette) tu auras toute ta place.

Bien amicalement

Henri »  

« Une paille brisée ! "L'usage de briser une paille, ............. remonte aux premiers temps de la monarchie." Ai-je fait une faute ???? Ou est-ce une erreur d'enregistrement ? Amitiés et à bientôt. Madeleine »

A l'ile du PILIER au large de Noirmoutier, au temps des gardiens de phare,  août 1995.

Comme chaque dimanche soir de juillet et août quelques jeunes en vacances aux Sables d'Olonne embarquent au port de l'Herbaudière pour une traversée d'une demi-heure vers l'île du Pilier. Sur cette petite île d'à peine un kilomètre de long, et de moins de cent mètres de large par endroit, deux grands phares se dressent à l'entrée du chenal de Loire.  Deux gardiens, les derniers avant que le phare ne soit automatisé. Le tout dernier, Daniel Clouteau, fermera les portes du phare le 18 avril 1996. Un  coin de jardin  dans un enclos bien protégé,  et  dans la moitié sud de l'île le ballet  des  goélands  dans la journée  et  des lapins  la nuit  au clair de lune.  Mais une île difficilement accessible, en raison des têtes de roches qui l'entourent.

            Embarquement à 17 h 30 au port de l'Herbaudière ce dimanche soir 5 août 1992 avec Mr Derely qui conduit sur son bateau de pêche, les candidats à cette nuit au large  du continent, par une mer calme et plate.

            Nous sommes au jusant. Le bateau a jeté l'ancre à distance de la jetée inaccessible à marée basse.  Une embarcation annexe est mise à l'eau. Descente mouvementée des passagers, par l'effet de la houle qui malmène hommes et bagages.  Au pied du môle d'escale, où la marée vient mourir, tous sautent à terre.

            Chargés de sacs, sept jeunes, parmi lesquels Elodie, Anne, Thomas  Alexis, Renaud  et Jean- Cyrille  embouquent un  petit sentier, bordé de  terriers de lapins et de nids de goélands, à même le sol. Les œufs sont éclos et de jeunes volatiles s'exercent à déployer leurs ailes, sans pouvoir encore décoller. Amoureux de ces lieux, l’animateur encadrant que je suis y revient chaque été. Ce sentier conduit à l'ancien sémaphore, au pied des deux phares. Trois serrures à ouvrir mais une autre porte a été forcée. Ce bâtiment de la marine nationale comporte une grande pièce avec des fenêtres sur trois côtés et une vue superbe sur l'océan. Magnifique charpente en bois, s'ouvrant sur un toit où était installé, à l'époque, un système de sémaphore. Au rez de chaussée deux chambres avec cheminée et des crochets au mur pour y tendre  le  hamac.  Une échelle de meunier, de part et d'autre d'un grand mur conduit à l'étage où l'on peut dormir à même le plancher. Les filles choisissent de dormir en bas.  Les garçons sur le plancher du haut. Du moins est-ce le projet car la nuit  se passera  en grande partie  dans une crique au nord, en bas de la croix de granit, du côté des éoliennes qui alimentent le phare en électricité. On  ouvre toutes les fenêtres  qui donnent sur un grand fossé, serti d'un mur d'enceinte. Après avoir déposé bagages et pique-nique pour le soir, on franchit à nouveau ce qui devait être un pont –levis  devant lequel subsiste une guérite en pierre,  destiné à  protéger des embruns le matelot de garde.

            Puis  c'est le tour de l'île.  Près des phares, un  gardien   montre  la friture du soir: des rougets et un  colin  qu'un pêcheur lui a donné. L'autre gardien, grand amateur de  voile attend  la fin de sa quinzaine de  garde au phare pour partir en navigateur solitaire  comme il en a l'habitude en Bretagne Sud.

En vue du  feu de camp pour le début de  nuit tout à l'heure, c'est le moment de ramasser du  bois mort. Ce bois amené par la mer dans les différentes criques n'est humide qu'à l'extérieur.  L'un des marcheurs se fait une  grosse frayeur, car il n'a pas vu  l'à-pic d'une falaise, signalé d'aucune manière dans cette île éloignée des touristes. On  entend les protestations des goélands quand nous approchons trop près de leurs progénitures, que l'on aperçoit tardivement car leur plumage de poussins se confond avec  le sol pierreux.

            Le jour baisse et le soleil s'abime en mer.  De retour au bâtiment du " Sémaphore "  c'est le partage du  pique-nique  sur des tables en bois qui sont là depuis des générations.  Chacun se présente plus longuement. Lieux de vacances, lieux de vie,  jobs et engagements.  Puis, avec carnets de chants, le groupe s'installe sur une  tête de roche, au dessus d'une petite crique. Là  gît sur le flanc la coque d'un  grand voilier  sans mat. La quille est un peu plus loin. Quelques notes de guitare,

            On se donne une  demi-heure de silence.  Chacun choisit  un lieu,  une pointe rocheuse ou la crique au sable fin.  Le soleil rouge commence à  plonger dans le plein Ouest.  Le phare déverse ses premiers  éclats, du haut de ses 33 mètres pour une portée de  29 milles nautiques. On doit l'apercevoir depuis l'ile d'Yeu.   Au loin une guirlande lumineuse, c'est le pont de Saint Nazaire.  

Dans cette crique où affleure un rocher le  feu, préparé avec le savoir-faire des scouts, illumine les visages. Chansons et guitare jusque  tard  dans la nuit. Aucun risque d'importuner des voisins. Puis retour au sémaphore qui n'est qu'à deux cents mètres.

Il faut bien aller dormir. Quelques-uns, le duvet sous le bras, s'en vont vers la crique   abritée du vent de nord-ouest ce soir. Les vagues viennent mourir mollement à leurs pieds. Les éoliennes ont cessé leur chuchotement. Le  grand phare diffuse trois  éclats blancs toutes les  20 secondes. Les goélands  se taisent enfin, et les lapins inaugurent leurs ballets nocturnes.  Sous un maigre falot, calé dans le creux des rochers, le sommeil gagne malgré le roulement d'une longue houle sur les rochers. Au petit matin  la rosée détrempe les duvets. Il faudra se replier  au sémaphore, avant même que le jour ne se lève. Remontée vers  l'île  sous le regard apeuré de quelque lapin  attardé au clair de  lune.

6 h30  Plusieurs   arpentent l'ile silencieusement.  Voir le soleil levant sur la mer quand est sur la côte ouest-atlantique, est-ce possible  ailleurs que dans une  île? Ce matin  la baie de Bourgneuf  s'habillait de teintes chamarrées.

Le petit déjeuner  avec les  moyens du  bord. Il n'y a pas d'eau sur cette  île. Chacun se restaure avec les provisions apportées la veille. Un peu de rangement et l'on se rend dans une autre crique,  à l'est  de l'île. Guitares et chansons. Un texte de Florence Artaud :   "Ma passion, c'est la mer... "Dans les nuits d'épouvante il m'arrive d'aborder les grands thèmes: les hommes, la vie, la mort et Dieu...Mon univers de rêve qui me guide   m'a donné un pouvoir de reconversion qu'il sera toujours temps de faire valoir..." Voilà  qu'on aperçoit le bateau de Mr Derely, point émergeant  sur une eau calme et sans houle. Dans une demi-heure il sera là. Nous sommes à mi-marée montante et il pourra  accoster.  Quand il arrive il  tend une amarre que l'un de nous,  avec un savoir-faire de scout marin, saisit et tourne autour d'un anneau avec un « tour mort et une demi-clef ».  

            Aimablement et à la faveur de la marée montante, Mr Derely propose de faire le tour complet de l'ile en toute sécurité au-delà des récifs. Les goélands nous surveillent d'un œil impassible. Encore une demi-heure de mer et c'est l'accostage au port de l'Herbaudière.

 Retournons-nous sur cette île, en solitaire, les uns ou les autres, pour y vivre un temps de désert ?  Cette île va redevenir sauvage avec le départ définitif des gardiens de phare, suite à l'informatisation des systèmes optiques.  Heureusement la municipalité de Noirmoutier, Phares et Balises ainsi que Conservatoire du Littoral veillent  à  la sauvegarde  de cette merveille  de la nature, mémorial de la Marine Nationale  à quelques encablures du continent.

 

 

A LIRE   « Au large de Noirmoutier,  L'ILE DU PILIER," Cahier  d'ethnographie n°3,  93 pages,  Editions S

Claude B

24 juillet 1941, Jean Joseph Bartheau se souvient…

Jean Joseph François Bartheau est né le 28 mars 1927 à Angles, le jour de la foire des Moutiers… Joseph avait à peine 3 semaines quand sa maman a fui la ferme du Clocher pour se réfugier avec son fils aux Rivières. C’est depuis ce jour que Joseph est devenu son prénom usuel. Joseph est allé à l’école Saint Joseph à Angles, à l’âge de 2 ans, puis à 7 ans à l’école publique d’Angles, ensuite il est allé 3 ans en pensionnat à Luçon jusqu’à son certificat d’études. Il en est sorti à Pâques 1941. Puis il est revenu chez sa mère et l’a aidée dans les travaux de la ferme. Ils possédaient environ 8 ha de prés et de champs et louait quelques autres terres. Il ne s’est jamais marié, il n’a jamais eu d’enfant… Aujourd