bien-être du cheval

Download Bien-être Du Cheval

Post on 12-Jan-2016

25 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

happy horses

TRANSCRIPT

  • Bien-tre du cheval

    Article principal : Bien-tre animal.Vous lisez un article de qualit .

    Le bien-tre du cheval dpend des conditions de vie

    Cheval recueilli par une association de protection alors qu'il mou-rait de faim.

    et d'utilisation acceptables pour cette espce domesti-que, par opposition toute mise en sourance volon-taire ou involontaire, que ce soit par le biais de coups,de mutilations, de ngligences ou de soins mal adap-ts. Les dbats autour du bien-tre et des maltraitanceschez le cheval sont rcents. Au XIXe sicle, alors que lamort de chevaux au travail est courante, une premirevague de sensibilisation nat avec la Society for Preven-tion of Cruelty to Animals puis la parution du romanBlack Beauty en Angleterre. La France suit le mouvementavec la cration de la ligue franaise pour la protectiondu cheval et la loi Grammont en 1850. Des proccupa-tions similaires touchent les tats-Unis. Le dbat sinten-sie et stend tout l'occident au sicle suivant, en cequi concerne l'utilisation du cheval pendant les guerres,la n de sa prsence dans les villes, son entranementsportif, l'abattage ou encore ses conditions d'levage etde dtention. Les tats-Unis ratient le Horse protec-tion act de 1970 pour mettre un terme au soring et augingering. Au dbut du XXIe sicle clatent de nouvellespolmiques l'chelle mondiale, en particulier autour del'entranement en rollkur, de l'endurance et de la circula-tion des vhicules hippomobiles.La notion de bien-tre est complexe en ce qui concernele cheval. Longtemps considr comme incapable de res-sentir la douleur dans le monde occidental, cet animal esttrs silencieux et il ne manifeste que peu de signes de sonventuel mal-tre, ce qui en rend la dtection particulire-ment dicile. Sociable, le cheval a besoin de se dpenser

    et passe la majeure partie de son temps se nourrir dansla nature. Il soure des connements prolongs en curie,des isolements et de l'impossibilit de brouter.La fdration questre internationale interdit dsormaisle barrage du cheval d'obstacles et le rollkur. Plusieurspays, notamment la Suisse, ont adopt des lois pour pro-tger les chevaux. La coupe de la queue, les transportstrop longs et les aides articielles lors des comptitions desports questres ou hippiques font l'objet d'interdictionsou de limitations nationales ou europennes. Les trans-ports vers les abattoirs sont rglements. Dans le cadred'une recherche accrue de bien-tre pour le cheval, denouvelles pratiques telles que l'quitation thologique, lamise pieds nus , voire le refus de l'quitation se sont d-veloppes. Elles laissent prsager une proccupation ma-jeure pour cette question thique l'avenir.

    1 Histoire

    Scne de Horse-baiting d'aprs une gravure de Joseph Strutt auXIVe sicle : ce divertissement anglais consiste faire combattreun cheval contre un ou plusieurs autres animaux, gnralementdes chiens.

    La domestication du cheval a permis aux humainsd'utiliser cet animal pour une foule de tches : labour,transport, guerre... Le cheval devenu inutile peut mmetre abattu et transform en source de nourriture[S 1].Lethnologue italien Sergio Dalla Bernardina expliquecette situation du cheval par le dsir d'une partie de lapopulation humaine d'tre Matre et de tyranniserdes tres vivants : Ceux qui aiment la soumission to-tale prfrent les chiens ou les chevaux. Les adeptes de lasoumission light choisissent les chats [S 2]. Des blessuresvolontaires, des mutilations et des mises mort de che-vaux (en tmoignent les sacrices, l'hippophagie, le horse-baiting et l'organisation de combats d'talons) sont large-

    1

  • 2 1 HISTOIRE

    ment documents dans de nombreuses rgions du monde.Les chevaux sont tus sur des champs de bataille, marqusau fer, taills d'une oreille pour tre reconnus plus vite[1],peronns[2], ou encore caudectomiss (amputs de leurqueue) partir du XVIIe sicle[3], pour empcher que laqueue ne se coince entre leurs harnais[S 3]. L'utilisationmme du cheval, d'un point de vue antispciste, relvede la mise de l'espce en esclavage et au travail ouvrier.Pierre Eno estime que globalement, cette situation estplus proche d'un asservissement qui impose des condi-tions de vie carcrales au cheval, que d'une symbioseentre l'humain et l'animal[4].Paralllement ce traitement se dveloppent des inter-actions humain-cheval bnques pour l'animal, avec denombreux exemples de cultes. La dtention d'un che-val implique la ncessit de subvenir ses besoins (eau,nourriture) et de le protger de ses prdateurs, apportant l'animal un sentiment de scurit et du bien-tre. Dupoint de vue du scientique David W. Ramey, la relationhumain-cheval est protable aux deux espces[S 4], et cemalgr le dveloppement d'un discours selon lequel la fr-quentation de l'tre humain serait globalement nfaste au cheval[PF 1].La conception religieuse et philosophique des animauxdans le monde occidental leur a longtemps dni toutesensibilit la douleur (et donc la possibilit de ressen-tir un mal-tre), suivant la thorie de l'animal-machinenonce par Ren Descartes au XVIIe sicle[S 5]. La civi-lisation de l'Islam tmoigne au mme moment d'un grandrespect pour le cheval, en lui accordant (entre autres) lapossibilit de passer la nuit sous la tente de son matre[5].La naissance de la notion de bien-tre du cheval remonteau XVIIIe sicle, o le sentimentalisme entre de plus enplus en compte dans les relations entretenues avec lesanimaux[6]. Au dbut du XXIe sicle, le cheval est large-ment reconnu par les biologistes (et par le monde scien-tique) comme tant un tre sensible [S 5]. Cette vo-lution accompagne celle de toute la socit occidentale,entre depuis le milieu du XXe sicle dans un mouvementde bienveillance l'gard des animaux domestiques, avecune reconnaissance croissante de leur individualit[PF 2].Le cheval est dsormais idalis par un grand nombrede cultures, grce l'attirance qu'il suscite au niveaumotionnel[S 6]. Une erreur commune est la croyance se-lon laquelle les avances en matire de respect du bien-tre du cheval proviennent des considrations thiques etscientiques. En ralit, ces avances ont t presque es-sentiellement obtenues grce aux demandes de militantset du grand public[S 7].

    1.1 XIXe sicle

    Article connexe : Cheval au XIXe sicle.

    Dans la socit occidentale, le XIXe sicle reprsente lesummum de l'exploitation du cheval. Ainsi, Robert Ba-

    kewell et des ouvrages d'poque rpandent l'ide que lecheval est la meilleure machine pour convertir la nourri-ture en argent. Les sentiments envers l'animal n'ont pasleur place dans la socit en pleine industrialisation, car ils ne rapportent rien [7]. Ce contexte voit galementl'closion des premiers mouvements de sensibilisation etdes premires lois condamnant la maltraitance quine.

    1.1.1 En Angleterre

    Article connexe : Black Beauty.

    Les premiers mouvements de sensibilisation la cause deschevaux naissent en Angleterre la n du XVIIIe sicle.Une loi interdisant de battre volontairement les chevauxest propose dans les annes 1820, mais non adopte[S 8].La Society for Prevention of Cruelty to Animals est creen 1824 Londres, en raction cette sourance animale.Son logo reprsente un ange venu chtier un homme quifrappe son cheval[S 9].Le roman Black Beauty, publi en 1877 dans l'Angleterrevictorienne, est connu comme le premier ouvrage quisintresse au sujet du bien-tre du cheval[8]. Son origi-nalit est de laisser la parole plusieurs chevaux qui yracontent leur sourance quotidienne, sous forme d'uneautobiographie[9]. Il entrane une forte sensibilisationpour cette cause. L'auteur Anna Sewell se montre trs enavance sur son temps en matire de protection animale.Son roman prend parti contre l'enrnement en attelage,les illres et la caudectomie. D'aprs Amlie Tsaag Val-ren, il prgure dune certaine manire la disparitiondu cheval en ville. Anna Sewell montre que cet animalde chair et de sang, qui ressent la douleur et la tristesse,na pas sa place dans lenvironnement urbain et la socitindustrielle de Londres [PF 3]. Ce roman provoque unecontroverse en Angleterre sa sortie. Ce n'est qu'au ldu temps qu'il devient un best-seller. Anna Sewell, dc-de cinq mois aprs sa publication, arme que son buttait d'amliorer le sort des chevaux dans ce pays[10]. Lersultat est au-del de ses esprances, puisque la sortiedu roman aux tats-Unis, dans un contexte de sourancequine omniprsente, permet au dbat de sy implanter.Les multiples traductions de ce roman ont mme entra-n des dbats dans toute l'Europe[9]. Black Beauty resteconsidr de nos jours comme une oeuvre inuente enmatire de protection du cheval[S 6].

    1.1.2 Aux tats-Unis

    Les documents amricains relatent plusieurs casd'exploitation du cheval donnant lieu des maltrai-tances, notamment dans les compagnies d'omnibus et detramways[S 10]. Ces vhicules hippomobiles sont souventsurchargs, les chevaux qui les tractent sont battus etsoumis un travail pnible[S 11].Les premires dnitions d'une notion de maltraitance

  • 1.1 XIXe sicle 3

    Gravure amricaine parue en 1880, conseillant de contrler leschevaux d'attelage rtifs par l'application de chocs lectriques.

    du cheval sorientent sur leur privation de nourriture etde soin, et le fait de les frapper[S 12]. La cour de NewYork est pionnire, publiant une loi qui punit ceux quituent ou torturent volontairement un animal (dont le che-val) ds 1829. La cour de l'tat du New Jersey traite lecas d'un homme ayant battu son cheval mort en 1858,mais conclut que rien n'interdit de frapper son propre che-val en dpit du problme que pose un tel spectacle enpublic[S 13]. En 1860, l'tat de Pennsylvanie condamneceux qui battent un cheval une amende maximale dedeux cent dollars, le double de ce que risque une mrequi battrait son enfant de moins de sept ans. Le vol dechevaux et la mutilation d'animaux appartenant autruisont svrement sanctionns, tmoignant de motivationsessentiellement nancires et socitales . Battre soncheval sans raisons est considr comme tant mal etc