abbé maurice zundel extrait et biographie

Download Abbé Maurice ZUNDEL Extrait et Biographie

Post on 23-Jun-2015

449 views

Category:

Documents

3 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Abb Maurice ZUNDEL - L'amour, une ternelle extase

1

Abb Maurice ZUNDEL (1897 1975)L'amour, une ternelle extase au berceau de la Vie !La nouveaut de la Nouvelle Alliance, c'est de situer Dieu au plus intime de nous-mme, comme une source de vie ternelle. L'vangile (la Bonne Nouvelle), c'est de nous avoir dlivrs d'un dieu extrieur nous, pour nous conduire un Amour cach en nous.

Sa propre Biographie Le Pome de la Sainte Liturgie Du Cur au Coeur Vrit et Libert La Joie Chrtinne La Pauvret de Dieu Le Vrai Visage de Dieu Homlies et Retraites : Tu tais dedans, et moi dehors ! A Ren Habachi de la part de Maurice Zendel

2 9 19 23 35 38 42 46 74

Abb Maurice ZUNDEL - L'amour, une ternelle extase

2

Biographie de Maurice ZundelCe que Zundel a dit de lui-mme dans une confidence des religieuses Milieu familial et scolaire Je suis n Neuchtel, un petit canton suisse, le 21 janvier 1897. Ma grand-mre maternelle tait protestante et c'est elle, je pense, qui m'a le plus influenc dans toute ma vie. Ma mre, trs travailleuse, a t leve dans le catholicisme le plus troit et le plus ferm qu'on puisse imaginer. Mon pre tait de Suisse allemande, d'un catholicisme extrmement vague mais admirablement fidle ses pratiques religieuses grce sans doute, en partie, ma mre. Il dcida de me mettre l'cole communale protestante. Bien que n'tant pas leur lve, j'tais tout le temps fourr chez les Frres, dont l'un tait mon oncle Auguste. Celui-ci aimait beaucoup la Sainte Vierge et c'est sans doute lui qui m'a donn une grande dvotion pour elle. Depuis ma premire communion, je me levais tous les jours 5 heures pour aller la Messe de 6 heures et je prenais mon petit djeuner chez mon oncle qui m'aimait beaucoup et ne m'en voulait pas de ne pas frquenter son cole. Le catholicisme ambiant tait trs rituel, il offrait un monde de facilit qui n'engageait rien : il suffisait d'avoir une mmoire des formules du culte pour tre combl. Tout pouvait se rsumer en une pratique religieuse sans aucune exprience de Dieu. Les formules taient justes et vraies, donc admissibles, mais mortes. Le salut tait dans la conformit des formules bien choisies. La religion familiale tait impose sans rsistance. Aux coles communales, o je suis rest jusqu' ma quinzime anne, tous les matres taient protestants, tous taient bons, bienveillants et ils ne parlaient jamais du catholicisme. Mes camarades, pour la plupart protestants, taient charmants. Les professeurs et mes compagnons savaient que je pensais la prtrise et tous respectaient ma dcision... videmment, je ne pouvais respirer le protestantisme de cette atmosphre sans y gagner un sens critique l'gard de tout ce qui, dans le catholicisme, n'est pas du pur vangile. J'tais catholique avec acharnement, avec premier prix de catchisme, trs intress. l'ge de douze ou treize ans, j'tais un petit thologien, crivant des articles dans les journaux, etc. Mais ma religion tait superficielle et sentimentale, une religion de rites, de formules et d'arguments. Je n'avais pas de contact rel avec Dieu, sinon un contact sentimental extrmement mlang et je ne connaissais pas le vrai Dieu. Lvangile, c'est Quelquun Un grand vnement s'est produit autour de ma quinzime anne : la rencontre avec un ami protestant, apprenti mcanicien qui habitait la mme maison que moi. Il lisait,

Abb Maurice ZUNDEL - L'amour, une ternelle extase

3

entre autres, les livres de Victor Hugo et de Pascal pour rattraper les tudes que son pre voulait qu'il fasse et qu'il avait refuses, ce qu'il regrettait amrement, mais il ne voulait pas rebrousser chemin et retourner en arrire. Il a t le premier me faire goter l'vangile et il a eu sur moi une norme influence. Un jour, il me demanda : Tu connais le Sermon sur la montagne?. Et moi, plein de confusion, j'ai rpondu que non. En effet, je l'avais entendu lire l'glise et c'tait entr par une oreille et sorti par l'autre. Alors ce garon m'a lu le Sermon sur la montagne avec un accent si pntrant, si personnel, si convaincu que j'en tais boulevers. Nous l'avons copi l'encre rouge. Nous tions emballs et nous nous entranions. C'est l'poque o j'inscrivais les versets de saint jean sur le papier peint de ma chambre. J'avais rencontr Quelqu'un. Les paroles que j'avais entendues cent fois devenaient tonnamment vivantes. Il y avait un Ami qui avait le secret de la vie : c'tait l'poque de la dcouverte, de la nouveaut, de l'enthousiasme. Priode inoubliable, car une flamme avait t allume ce moment-l. Ce fut l'lan foncier qui a fait natre et aliment ma vocation, aurore d'une vie religieuse qui ressemblait un mouvement de l'esprit, une confidence personnelle qui s'adressait au plus profond de moi-mme. Depuis ce temps-l, l'vangile m'est devenu tout fait personnel. Le rcit de Victor Hugo dans Les misrables que me lisait mon ami et qui raconte l'histoire de jean Valjean a fait sur moi une norme impression: j'ai rsolu de devenir le prtre des pauvres, de n'avoir jamais rien moi. Ma maison serait la maison de Jsus-Christ. En effet, toute ma vie, des mendiants m'ont exploit et des pauvres m'ont vid les poches et les tiroirs... Manifestation de la Vierge Marie C'est aussi aux environs de mes quinze ans ou un peu avant qu'a eu lieu un autre vnement capital qui a marqu toute ma vie. je me trouvais l'glise lorsque, tout d'un coup, j'ai senti la prsence de la Vierge Marie. C'tait quelque chose de mystrieux. J'ai reu de la part de la Sainte Vierge, une sorte d'appel, urgent, instantan, bouleversant et irrsistible qui a chang toute ma vie. Il n'y avait pas de vision, rien de visible mais quelque chose d'intrieur qui ne souffrait aucune espce de rsistance. Depuis lors, ma vie a t entre les mains de la Sainte Vierge et je n'ai rien fait sans elle, rien de bien, naturellement, et j'ai gard pour l'Immacule Conception une sorte de tendresse profonde. J'ai eu la certitude que ma vie tait dans ce sillage, dans cette ligne, que j'tais engag d'une manire absolue, que ma vie avait commenc avec ce mystre, que tout tait engag avec cette nouveaut de l'Immacule Conception, qu'elle tait au coeur de la Rdemption, son accomplissement le plus parfait. je ne devais rien faire sans elle et, en effet, je n'ai rien fait sans elle. Ma sant, ma respiration, mon intelligence, mes actions, mes connaissances et mes nombreuses courses perptuelles, tout est entre ses mains. Chaque fois que j'ai la moindre difficult, je clbre une messe de l'Immacule Conception et je remets tout entre ses mains,

Abb Maurice ZUNDEL - L'amour, une ternelle extase

4

certain que, puisque je ne vis que pour elle, je dois lui abandonner absolument tout. Marqu par le Silence dans une abbaye Mes tudes secondaires finies, je devais aller un collge catholique si je voulais devenir prtre. Alors, j'ai quitt ma ville natale pour entrer au sminaire de Fribourg o je suis rest une anne pour faire de la philosophie. Les professeurs taient de braves gens, mais les cours taient mdiocres et suivaient la discipline ceux qui le voulaient, dont j'tais. Par bonheur, la fin de cette anne, j'ai choisi de finir mes tudes en langue allemande. je suis donc all chez les bndictins d'Einsiedeln . L'abb du couvent tait un saint et l'on gardait dans l'abbaye le plus grand silence et le plus parfait recueillement. La liturgie y tait clbre avec perfection. je n'ai jamais assist, depuis, une messe pontificale o tous les ministres gardaient les yeux ferms... La vie liturgique y tait une chose vcue, dont on ne parlait d'ailleurs pas, mais on en vivait avec une intensit prodigieuse. Cent cinquante moines vivaient dans le silence sans que je m'en aperoive : ce fut un apport fondamental. Ce crmonial, dcouvert travers l'vangile, c'tait la rconciliation de l'vangile avec le visible. Il tait incarn sur la terre dans la Parole, les couleurs et les sons, tout cela autour de la Table du Seigneur. La vie monastique tait sur tous les plans du rel. Le silence tait vraiment prsence de Quelqu'un. Ce ct rituel, je l'ai vu comme un voile de lumire jet sur un Visage. La vie travers toutes les ralits visibles, ordonnes dans la mesure, tout cela tait fait pour harmoniser tous les plans de l'existence. Il y avait une chapelle ddie la Vierge Noire, appele ainsi parce qu'elle avait chapp au feu. Chaque soir, on y chantait solennellement le Salve Regina. La Sainte Vierge faisait partie de la vie. Pendant ces annes, j'tais extrmement heureux et j'tais combl par la prsence de la Sainte Vierge. Je pense que j'y serais rest, tellement j'y ai respir cette vie monastique, cette rgularit parfaite, cette liturgie, ce silence et ce recueillement, si les circonstances n'avaient pas oblig vacuer tous les tudiants franais. C'est la patrie de mon esprit et je suis rest oblat de Saint Benot. Scheresse de la thologie scolastique Je suis alors retourn Fribourg pour faire ma thologie, une terrible preuve. C'est l que la Parole de Dieu devint un sujet d'examen, ce qui est quelque chose d'extrmement douloureux pour quelqu'un qui a commenc connatre Dieu par l'vangile, qui est attir vers une certaine exprience de Dieu. On enseignait saint Thomas en mauvais latin et du matin au soir on rptait ad quid ergo, ad quid ergo. On apprenait par coeur les hrsies, on prouvait la vrit par des arguments. Il fallait montrer, dmontrer Dieu par des formules sches et arides, dont personne de ceux qui les enseignaient ne vivait. Premire dception : ma vie religieuse avait pris naissance au Sermon sur la montagne et il m'tait difficile de trouver Dieu dans des formules verbales, sans chaleur, sans amnit. Il tait

Abb Maurice ZUNDEL - L'amour, une ternelle extase

5

question de rouages qui s'engrnent, d'une mcanique, peut-tre intelligente, mais qui n'avait pas de rapport intime avec une religion vritable. J'ai cru que c'tait vraiment cela la rectitude. C'tait l'poque o on ne jurait que par le thomisme. Jacques Maritain devenait docteur de l'Eglise et cette orthodoxi