wiener a. la bolivie avant le rail [1893] (1912)

Download Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

Post on 20-Jul-2015

26 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 5/17/2018 Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

    1/53

    E n B o l i v i e a v a n t l a s r a i l s

    De l'Isthme au Detroit americain, Ia Cordilliere, rempartgeant, domine le Pacifique. Entre les 7'. et 20' degres de lati-tude sud, elle sert de boulevard au Haut Perou et . a sestresors.Son aspect, d'une majeste hors mesure, produit je ne saisqueUe impression de melancolie, d'abandon, de pauvrete.Ces montagnes recelent pourtant de 1'01'. L'argent s'y

    ramifie en de puissantes veines. Le cuivre, l'etain, le bismuth,l'antimoine en colorent les massifs.

    Par dela Ie mur aux teintes terreuses de la chaine maritimes'etendent a pres d'une lieue d'altitude, entoures de neiges per-sistantes, en grandes parties glacees et steriles, les cent millekilometres carres d'un haut plateau, veritable centre du conti-nent sud-americain. A l'orient, ce massif sans pareil soutenupar d'immenses c.ontreforts, est prolondement ravine.Des milliers de cours d'eau se precipitent dans ses gorges et

    vallees vel'S les bassins de I'Amazone et du Rio de la Plata.Ils apportent leur contingent dans les chaudes plaines, voi-

    sines du Bresil O U les figuiers exsudenl la gomme et O U lesoleil des tropiques fait eclore des richesses que, faute d'ex-ploitation, la nature resorbe pour ses resurrections annuelles.

    I Ce territoire presque trois fois plus grand que la France,domaine jadis des races Aymaras et Quichuas, sous leursempereurs Incas, Iut-envahi au XVI" siecle par les Espagnols.Les creoles issus ~e ces conquerants secouerent le joug de

    la metropole et constituerent en 1825 Ia Hepuhlique Boli-. .vienne.Deux annees de sejour dans Ies principales vines d e ce pays

  • 5/17/2018 Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

    2/53

    LA NOUVELLE REVUE11 1 ont pennia d'en connattre les ressources, de vivre avec seshabitants blancs, olivatres et cuivres, d'observer leur etat so-cial et d'etudier leur histoire.Voici qeulques-unes de mes noles prises en 1892 et 1893 (1).

    I

    ANTOFAGASTA

    Fotuiaiion clu Pori ; son importance et son caractere actuels.6 Mai 1892.

    Paysage aride, terrain sec. Des roches nues separees de lamer par une etroite plage. Sur cette marche en gres, saupou-dree d'un sable aux paillettes brill antes, 'des cases de boissous des toils en zinc.Les Iumees jaunes de quelques hautes cheminees pesentlourdement sur cette silhouette et en estompent les lignesanguleuses. Tel on voit Anlofagasta (2) de la rade, sous unciel d'un bleu implacable.Le createur de ce port, M. Ossa, mineur aventureux flairantle filon comme un chien de chasse leverait le gibier terre, avaitaborde lit dans un voyage a la rame Ie long de cette cotedesoleeParti pour les gorges voisines a la decouverte de veinesd'argent, il trouva des nitrates de soude. Cela pouvait valoirmieux que du metal. IIPeu de sernaines apres, grace a son initiative, une Societes'etait Iorrnee a Valparaiso pour extra ire ces salpetres,Antofagasta fut Ionde, c'est-a-dire charpente, cloue et peinten dehors du ceremonial espagnol, sans invocation aux saintsdu calendriensans cedule solennellement octroyee. Mainte-nant Antoiagasta appartient au Chili, mais c'est la principaleporte de la Bolivie O U conduit une voie Ierree.Des metiers lucratifs s'y sont developpes, On a edifie desusines metallurgiques, parmi lesquelles l'etablissement de(I) Nous marquerons en note l,es principaux changements survenusdepuis vingt. ans, ,On pourra ainsi apprecier les progres realises par

    cet intercs'fl;nt pays.(2) Silue SOUS le 230 37 de latitude sud et Ie 72050 de longitude ouest.

  • 5/17/2018 Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

    3/53

    EN BOLIVIE' AVANT T~ES RAILS ,521Playa-Blanca, ou la Compagnie miniere de Huanchaca a de-bourse 28 millions de' francs (1).

    Jusqu'a ce jour, la construction de ces fonderies a enrichiles ingenieurs electriciens, tacberons, .etc ...Les zones argentiferes euvoient leurs produits dans ce port

    ou ron embarque les minerais d'un titre eleve,Los minerais trop pauvres pour' payer le fret sont traites surplace et transiormes en lingots. ,D'autres etablissements recoivent en consignation des mar-

    chandises pour l' interieur.De la sorte, cette ville qui doit aux gisements nitreux .une

    vie propre, manie en meme temps dans ses entrepots et sesusines la fortune de la Republique voisine.Ce n'est pas ici une plage defarniente et d'amusement : on

    Y : mene l'existence fievreuse d'un campement. Point d'art,point de distraction. Le burea u, l'usine, -l e bar. La familIe demain droite s'y epanouit. Celle de main gauche y poussecomme l'efflorescence des salpetres qui macule son sol a 1 3Iois productii et iniecond (2).

    II

    Du Port d'AntoKagasta par Colama et Uyuni a Oruro .Le Haul Plateau

    Le H i Mai 1892.Une minuscule locomotive it poitrail etrique sur la voie de

    75 centimetres lance un coup de sifflet strident. 'La voila enroute pour le plateau de 4.000 metres d'altitude. Elle serpen-tera sur Ie flane de ce massif, ,et sans tunnels, presque sanstranchees, elle aUeindra les hauteurs (3).Panorama uniforme it travers ses changements. On dirait(1) Playa Blanca n'exisle plus. Ses magnifiques installations ont et edlspersees et se retrouvent aujourd'hui dans diverses usines du ht-toral.(2) Antofagasta est aujourd'hui une grande ville et un port assezimportant pour que ses recettes justiflenj la construction d'un port.On doit faire sauter le seuil de roches. qui constituent une barre etrendent I'acees malaise sinon dangereux.(3) Caracoles fut entre autres, desservie par cette voie et c'est parCalama que, passerent, apres la decouverte de ces mines, les 15.000.f'\{)(),

    qui en furent cxtraits dans les prem ie rs six mois.

  • 5/17/2018 Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

    4/53

    5 2 2 LA NOUVELLE 'REVUEle monde lunaire avec ses crateres eteints aux aretes vives, O Ula lumiere ne s'irise point. Rien que le contraste criard .tmonotone du noir et du blanc.Sables pales, croutes ternes de nitre, trainees basaltiques,Des cristaux de sel, de granit, des parcelles de mica elince-lant sous la lumiere crue. Pas une herbe sur ces residusrejetes par le fourneau titanique des volcans ..... .Cerillos. Nous sommes it 97 kilometres de la cote, it1.024 metres au-dessus de la mer.

    Calarna. Kilometre 238 : Altitude: 2.265.Des champs de luzerne autour d'une source, une oasisenchassee dans ces coulees de lave. C'etait, avant le passage'de la voie Ierree, une halLepour les muletiers qui faisaient leservice des mines avec des caravanes, chargees it l'aIler desprovisions de houcheet, au retour, des barres d'argent.La clochette de la Madrina, la jument conductrice du trou-peau, a cesse de resonner dans ces deserts.On ne voit plus se profiler, sur Ia transparence de l'horizon,les theories silencieuses de betes de somme reniflant le sol,entourees d'un nuage de terre poudreuse que soulevait leurfin sabot.On n'entend plus, a l'approche de ces champs longternpssouhaites, les animaux qu'enivre la Iraiche senteur de l'herbe,hennir de joie a pleinsnaseaux.Un millier d'Indiens demeurent encore la o Ils regardentpasser les trains, ahuris, ils ont l'air de croire qu'on a invente.cette bete roulante, dedaigneuse de Ifmr paturage, pour Iespriver de leur maigre revehu (1).Pourquoi n'envoient-ils pas Jeur recolte a la cote? Pareilleidee ne leur est point venue. Leur cervelle aux rares circon-volutions semble atrophies par des siecles d'abrutissement.... La locomotive s'est gorgee d'eau. Elle rep art. Vers lckilometre 300 on traverse le Rio Loa sur un pont dont le piliercentral mesnre 105 metres de hauteur. De San Pedro unesource captee envoie, de 3.22.3metres de hauteur, dans destubes venus de France, son eau a Antofagasta.Les rails montent toujours. Au kilometre 360, a Ascotan,ils se trouvent par 3.965 metres. La s'etendent les plaines deberates. Un paysage polaire sous les tropiques. Une vastezone d'un blanc eclatant ~ncadree dans la hlancheur des col-(1) Depuis, on a cree a, Calama une importante usine ou I'on traite,dans des convertisseurs ,les minerais de cuivre fournis par lesnombreuses mines decouvertes dans la r.egion;

  • 5/17/2018 Wiener a. La Bolivie Avant Le Rail [1893] (1912)

    5/53

    EN BOLIVIE. AVANT LES RAILS 5 2 3lines sans [in. La vie, Ia mort meme semblent s'etre retirees deIa region. Les condors ne planent point au-dessus de cetteetincelante aridite, de ce linceul de pierre dent le soleil estimpuissant a fondre les Iausses neiges. L'horizon se herissede volcans : le Llicancahaur, le San Pedro, le San Pablo. Aukilometre 1140 s'eleve la gare frontier-e. A mille metres au-dessus d'elle la cime du mont Ollague.Son craters s'ouvre sur Ie nanc et projette horizonialementune Iumee abondante en de Iantastiques houflees. Elle s'etendparallels a la crete qui encadre au loin le plateau. Parfoisd'epaisses volutes de vapeurs dorees se detachenl et viennentrouler paresseusement sur le versant du pic solitaire.Des qu'on a atteinl Ia Bolivie, la ligne Ierree garde unemoyenne altitude de 3.700 metres.Ce colossal soulevement de terrain s'etend de la jusqu'sucoeur de l'Entre-Cordillere peruvienne (1).Une monotonic profonde vous enserre. Va Ilore est si che-tive, la faune 5i pauvre, l'atmosphere si rare.Une herbe courte et pale apparatt sur le bord des torrentsqui, desseches durant dix mois, se precipitent a la fonte desneiges par les rigoles des pentes inacoessibles et sillonnent enzigzags desordonnes le haut vallon pour se deverser dans lelac Poo-poo et son chapelet de Iagunes. 'La Biscacha (2), rongeur a queue longue et touffue, surgitderriere les rides du terrain. Sur les cretes on apercoit par-Iois l'elegante silhouette des vigognes (3).Et sur Ies paturagesplus ras, plus incolores que nos champs apres le passagede la faux, paissent des lamas par petits groupes. Ce sont Jesamis de l'

Recommended

View more >