version en français. las pymes de canadá se manifiestan a favor de la entrada de inmigrantes...

of 18/18
Au travail! Des PME racontent leurs expériences avec des travailleurs étrangers

Post on 30-Oct-2014

472 views

Category:

Career

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Las Pymes de Canadá manifiestan su descontento con las políticas restrictivas a la a la entrada de emigrantes extranjeros pues indican que les resultan totalmente necesarios para su desarrollo. Le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) a eu mauvaise presse dernièrement. Le gouvernement fédéral a alors décidé d’y apporter des changements. Toutefois, ceux-ci ont eu pour effet de rendre le processus plus lent et plus coûteux, sans compter que d’autres modifications sont à prévoir. La FCEI a réagi en publiant un livret d’histoires vécues par certains de ses membres afin de rétablir la vérité sur le véritable objectif du PTET et sur ce qui explique pourquoi il est si important pour les PME qui en ont besoin. < Recently, the Temporary Foreign Worker Program (TFWP) has received negative media attention, leading to changes that make the program slower and more costly, with more changes yet to come. In response, CFIB has published a book of member stories that help to set the record straight on the real purpose of the TFWP and why it is so essential to the small businesses that rely upon it

TRANSCRIPT

  • 1. Au travail! Des PME racontent leurs expriences avec des travailleurs trangers

2. Au travail! Des PME racontent leurs expriences avec des travailleurs trangers Le Programme des travailleurs trangers temporaires (PTET) a t mis sur pied dans lobjectif daider les entreprises canadiennes trouver des employs pour les postes quils sont incapables de combler. Il est essentiel, pour une conomie florissante, de pallier la pnurie de main-duvre. En effet, les entreprises en mesure de pourvoir rapidement leurs postes vacants peuvent crotre et crer plus demplois, dont la majorit est occupe par des Canadiens. Lobjectif de ce programme nest pas denlever des emplois aux Canadiens pour les donner des travailleurs trangers. Ceux qui sen servent dans ce but abusent purement et simplement du systme. Nous avons runi ces histoires dentrepreneurs afin de faire connatre la ralit des PME canadiennes et des travailleurs trangers. Vous pourrez ainsi lire les tmoignages de Canadiens ordinaires qui ont remu ciel et terre pour trouver des travailleurs locaux, mais qui ny sont pas parvenus. Ils nous racontent comment ils ont rat des occasions daffaires parce que la procdure lie au PTET nest pas assez rapide. Ils nous expliquent aussi comment des travailleurs trangers, qui le travail ne fait pas peur, sont venus occuper des emplois dont personne ne voulait. Leur arrive a ainsi t bnfique tant pour ces travailleurs trangers que pour leurs collgues canadiens. Mais surtout, ce sont des histoires qui dmontrent que le Programme des travailleurs trangers temporaires, malgr ses imperfections, est vital pour tous les Canadiens, particulirement pour les PME du pays. Nous esprons donc quen lisant ces tmoignages dentrepreneurs, vous verrez cet enjeu sous un jour nouveau. Remarque : Certains noms dentreprises, dentrepreneurs et de travailleurs cits dans ces tmoignages ont t changs pour ne pas nuire leurs demandes en cours devant les autorits de limmigration. Dans une petite ville de lAlberta, les travailleurs trangers, loin de voler des emplois, contribuent en crer Parfois, Vancouver, trouver la perle rare ne suffit pas Il aura fallu 5 ans une PME dune banlieue qubcoise pour trouver lemploy idal Fernie, en C.-B., les ressources naturelles abondent et la main-duvre se fait rare Winnie lOurson et les travailleurs trangers temporaires dans le nord de lOntario Des travailleurs de lindustrie du vtement de la N.-. bnficient du PTET 3. Dans une petite ville de lAlberta, les travailleurs trangers, loin de voler des emplois, contribuent en crer Eco-Flex MD Recycled Rubber Solutions est une petite entreprise canadienne classique qui a mis sur lenvironnement pour assurer son succs. Fonde en 1992 Legal, en Alberta, celle-ci sest donne comme mission de redonner une nouvelle vie environ 3 millions de pneus usags par anne. Elle transforme ainsi des pneus de camions et de voitures en une multitude de produits, des pavs pour alles pitonnires aux bosses de ralentissement, en passant par les revtements de sol rsidentiels, industriels et agricoles. Alan Champagne, fondateur et propritaire de lentreprise, avoue cependant que rien de tout cela ne serait possible sans le travail inlassable des travailleurs trangers temporaires. lheure actuelle, nous avons un peu plus de trente employs, explique M.Champagne, et huit dentre eux sont des travailleurs trangers que nous avons recruts aux Philippines. La petite ville de Legal se trouve environ une demi-heure dEdmonton et il est pratiquement impossible de garder de bons employs ici tant donn le besoin trs marqu pour des travailleurs en Alberta en ce moment. Ce nest toutefois pas les emplois exigeant des qualifications qui lui posent problme, mais bien ceux qui nen requirent aucune. Au fil des ans, nous avons embauch des dizaines de Canadiens trs souvent de bons travailleurs pour ce type de poste. Mais, en gnral, aprs que nous ayons investi dans leur ...il est pratiquement impossible de garder de bons employs ici tant donn tous les emplois vacants quil y a en Alberta en ce moment. 4. formation et quils matrisent bien leurs tches, ils prfrent apprendre un mtier et aller travailler dans les champs de ptrole o les salaires sont meilleurs, ajoute M.Champagne. Nous avons essay doffrir un salaire plus lev pour les emplois sans qualification et mme des primes associes aux annes de service, mais rien na fonctionn. Il y a environ six ans, M.Champagne a donc dcid de se rabattre sur le Programme des travailleurs trangers temporaires pour trouver des employs. Il a alors entrepris le long et coteux processus de demande. Il a aussi pay des recruteurs pour trouver les bons candidats ltranger, pay les billets davion pour faire venir les travailleurs en Alberta et trouv un endroit o les loger. Il na toutefois pas regrett sa dcision quand il les a vus luvre dans son usine. Ils travaillent dur, apprcient lopportunit quils ont et, surtout, ils restent, continue M.Champagne. Selon ce dernier, ses travailleurs trangers se sont bien intgrs Portrait dun travailleur tranger : Rey Rey Gonjales a d partir travailler ltranger pour amliorer ses conditions de vie. Mari et pre de deux jeunes garons, Rey devait constamment se battre pour survivre dans son pays natal, les Philippines, o il navait pas beaucoup despoirs. Jai t soudeur pendant six ans dans mon pays et ma femme travaillait pour la municipalit, mais on narrivait pas joindre les deux bouts. Nous navions jamais assez dargent pour nourrir et habiller nos enfants. Cest dur de voir ses enfants avoir faim , avoue Rey. Mais tout cela doit lui paratre bien loin maintenant. En effet, cela fait cinq ans que Rey travaille chez Eco-Flex MD Recycled Rubber Solutions Legal, en Alberta. Il a commenc dans cette entreprise comme manuvre grce au Programme des travailleurs trangers temporaires (PTET) et est prsent superviseur de la production. Rey est retourn deux fois voir sa famille, mais il a hte quelle vienne le rejoindre au Canada. Il espre que la demande dimmigration quil a faite grce au Programme des candidats des provinces sera accepte bientt. Rey a aussi travaill dans une usine Tawan, mais il trouve quau Canada, la scurit au travail est beaucoup mieux et que le niveau de vie des travailleurs est plus intressant. La vie est meilleure au Canada. Jadore travailler et vivre ici , affirme-t-il. 5. dans leur nouvel environnement. Ils ont rapidement appris la langue, se sont inscrits des clubs et, en peu de temps, sont devenus des citoyens part entire de Legal. Ses employs canadiens sont tout aussi enchants de la prsence de leurs confrres doutre-mer. Comme la productivit a augment de 20% depuis leur arrive, M.Champagne a pu offrir des augmentations de salaire tout le monde et a mme embauch plus de travailleurs canadiens. Bien utilis, le Programme des travailleurs trangers temporaires nenlve pas demplois aux Canadiens. Dans les faits, il permet plutt den crer, dit M.Champagne. Le problme maintenant, cest quil aurait bien besoin de sept ou huit travailleurs trangers supplmentaires. Il estime quil perd environ 150000$ en revenus par semaine en raison de la pnurie de main-duvre. Depuis janvier, il saffaire remplir toutes les formalits requises, mais avec les rcents changements qui restreignent lutilisation du Programme, personne ne peut prdire quand il pourra accueillir ces nouveaux travailleurs dont il a tant besoin. Je ne sais pas comment les choses se passent ailleurs au pays, mais en ce moment, ici Legal, je devrai peut-tre fermer mon entreprise si je ne peux plus embaucher de travailleurs trangers. Quelles que soient leurs raisons, les Canadiens ne veulent pas ces emplois ou alors ils ne restent pas. Je dpends donc des travailleurs trangers temporaires et je ne vois pas dautres solutions court terme, conclut M.Champagne. ...aprs que nous ayons investi dans la formation des travailleurs Canadiens et quils matrisent bien leurs tches, ils prfrent apprendre un mtier et aller travailler dans les champs de ptrole o les salaires sont meilleurs... 6. Parfois, Vancouver, trouver la perle rare ne suffit pas Si on saccorde pour dire quune micro-entreprise compte moins de dix personnes, Silvie Ferguson, de Vancouver, est alors propritaire de la plus micro des micro-entreprises. Son travail consiste donner des cours dart dramatique des acteurs de la tlvision et du cinma. Elle a besoin de quelquun pour laider grer le bureau, soccuper du systme informatique et donner quelques cours. Comme cest trs souvent le cas avec les trs petites entreprises, leurs besoins ne correspondent pas toujours une catgorie demploi bien dfinie. Silvie, elle, avait besoin de quelquun qui puisse tre la fois commis de bureau, prpos au soutien technique et professeur dart dramatique. Pendant plusieurs annes, elle a embauch des employs temps partiel, confi une partie du travail donreux consultants et fait le reste elle-mme. Puis un jour, elle a embauch un homme tout faire, un Canadien qui semblait rpondre la plupart de ses besoins, jusqu ce quil parte sans pravis en dpouillant son entreprise de milliers de dollars. Alors, quand Roger, un Australien, a postul, Silvie esprait avoir trouv la personne idale. Selon son CV, il avait toutes les comptences quelle recherchait. Roger tait au Canada avec un visa vacances-travail, avait dj travaill dans un bureau et avait une exprience dacteur. Aprs seulement quelques mois, Silvie tait certaine davoir dnich la perle rare. Roger, de son ct, ne voulait pas retourner en Australie aprs lexpiration de son visa. Roger est cens tre exactement le genre de personne que le Canada recherche : il est jeune, talentueux, parle anglais et est trs instruit, dit Mme Ferguson. En plus, il correspond parfaitement aux besoins de mon entreprise. Mais, rien de tout cela na sembl compter pour le gouvernement. Silvie a demand un avis relatif au march du travail (AMT) et aid Roger avec sa demande de visa de travail. Elle croyait alors quil ne sagissait que dune simple formalit puisque Roger travaillait dj pour elle. 7. (Lemployeur doit obtenir un avis relatif au march du travail favorable avant que le travailleur fasse une demande de permis de travail.) Elle a cependant appris quelle devait tout dabord afficher le poste lchelle du Canada et tudier les candidatures de Canadiens. Elle a donc respect toutes les exigences, reu des CV, fait des entrevues pour dcouvrir ce quelle savait dj en fait : la personne quelle recherchait tait vraiment difficile trouver. Son avis relatif au march du travail a t rejet trois fois. la fin, juste avant dapprouver sa demande, les fonctionnaires ont exig quelle augmente le salaire de Roger afin quil concorde avec ce quils considraient comme le taux en vigueur . Je crois que pour calculer ce taux, Service Canada a tout simplement additionn le salaire dun professeur dart dramatique et celui dun gestionnaire de bureau, ajoute Mme Ferguson. Cela reprsentait une somme beaucoup plus leve que celle que je payais auparavant. En fait, ctait plus que ce que je gagnais moi-mme. Elle a tout de mme accept de hausser le salaire de Roger. Aprs un an, Silvie tait toujours convaincue davoir trouv la personne idale. Mais voil, la perspective de devoir recommencer le processus dembauche dun travailleur tranger se dressait de nouveau devant elle. Elle sen sentait tout simplement incapable. Elle voulait garder Roger, mais toutes les dmarches avaient dj pes lourd sur son entreprise et sa sant. Ce fut donc la fin de ce partenariat plus que parfait. Pendant son sjour Vancouver, Roger sest cr un rseau de contacts. Il a ainsi pu trouver un emploi au sein dune entreprise beaucoup plus grande. Celle-ci, fait noter, a eu peu dobstacles surmonter pour obtenir un AMT et faire approuver le permis de travail. Silvie, quant elle, se dbrouille comme elle peut avec des employs temps partiel et des consultants. Elle sait toutefois que les choses pourraient aller beaucoup mieux et ne peut que dplorer cette bureaucratie qui met trop souvent des btons dans les roues des petites entreprises. Roger est cens tre exactement le genre de personne que le Canada recherche : il est jeune, talentueux, parle anglais et est trs instruit. 8. Il aura fallu 5 ans une PME dune banlieue qubcoise pour trouver lemploy idal Pour quun systme conomique soit efficace, il doit permettre de rpondre rapidement aux besoins en facilitant ladquation entre loffre et la demande, notamment entre les vendeurs et les acheteurs et entre les employeurs et les travailleurs. Dans le secteur de la haute technologie, il est plus compliqu et plus complexe dtablir de telles correspondances. Les besoins sont effectivement plus spcifiques, et les gens qui possdent les comptences ainsi que lexprience qui conviennent sont plus durs trouver. Patrick Millard a pass de nombreuses annes essayer de runir les bonnes personnes pour son quipe de dveloppement de produits de Groupe Millobit, une petite entreprise de quinze employs situe Laval, au Qubec. Groupe Millobit est un chef de file dans la conception de logiciels pour lindustrie du camionnage. Quand vous tes propritaire dune entreprise qui dveloppe des produits novateurs, il est important davoir plusieurs points de vue diffrents, affirme Patrick Millard. Les programmeurs canadiens que nous employons sont excellents, mais ils ont une faon de faire bien de chez nous. Il est parfois utile davoir une nouvelle vision des choses. 9. Mais, videmment, ce nest jamais facile pour les petites entreprises. Millobit a mis une annonce dans la rgion pour rechercher un dveloppeur ayant des qualifications particulires. Lentreprise souhaitait galement que cette personne soit capable dassurer des rendez-vous en anglais et en franais avec les clients, et de rdiger des manuels et de la documentation sur les produits. Dans les grandes entreprises, il y a une personne charge de rencontrer les clients, une autre qui soccupe dcrire le code et une troisime qui rdige le manuel, fait remarquer M. Millard. Chez nous, cest une seule et mme personne qui fait tout a, et il savre que cest un Franais. Patrick Millard et son associ ont cherch pendant des annes combler ce poste, mais peu de candidats les ont contacts, et encore moins des gens comptents. Ils ont donc dcid de faire appel au Programme des travailleurs trangers temporaires. Trs franchement, a fait un peu peur au dbut parce quon doit se fier uniquement un CV. Mais cela fait maintenant un an que Luc travaille avec nous, et il est parfait. Il a donn un nouveau souffle toute lquipe et nous a permis de faire des choses impossibles avant. Toutefois, le Programme des travailleurs trangers temporaires na pas t sans difficult pour Millobit Group. Outre le risque que le fait de recruter un tranger a reprsent, lentreprise doit payer trs cher, notamment cause dune dcision du gouvernement obligeant Millobit verser Luc un salaire suprieur un Canadien ayant la mme exprience. Les normes salariales sont en fonction de ce que les grandes entreprises paient. Nous navons jamais pu offrir des salaires quivalant ce quelles offrent. Nous nen avons pas les moyens. Les gens qui travaillent chez nous pourraient probablement gagner plus au gouvernement ou dans des grandes entreprises, mais ce que la plupart dentre eux aiment ici, cest le dfi, le milieu de travail et les gens avec qui ils sont amens travailler. Les dlais sont galement un problme. De nos jours, vu les changements rapides qui caractrisent le secteur de linformatique, on ne peut pas se permettre dattendre quatre, six ou dix mois pour trouver la personne idale. Patrick Millard dit quun systme de travailleurs trangers temporaires est vital pour une entreprise comme la sienne parce quelle doit tre en mesure de sadapter rapidement lvolution du march. Si vous vendez du jus dorange et que a vous prend cinq mois pour trouver des oranges, vous nallez pas survivre. Personnellement, jai besoin des bonnes personnes au bon moment. Si ces travailleurs sont canadiens, tant mieux, mais si ce nest pas le cas, mon entreprise doit tre suffisamment souple pour trouver des employs non canadiens. Malgr toutes ces difficults, Luc est heureux chez Millobit o il fait vraiment partie de lquipe. Il a permis Millobit Group dentreprendre des projets qui ntaient pas sa porte avant. Ces projets donnent une scurit demploi aux dveloppeurs canadiens qui travaillent l et creront peut-tre mme de nouveaux dbouchs pour dautres Canadiens quand lentreprise prendra de lampleur. Personnellement, jai besoin des bonnes personnes au bon moment. Si ces travailleurs sont canadiens, tant mieux, mais si ce nest pas le cas, mon entreprise doit tre suffisamment souple pour trouver des employs non canadiens. 10. Fernie, en C.-B., les ressources naturelles abondent et la main-duvre se fait rare Fernie, en Colombie-Britannique, est une petite ville de ski niche au sein des majestueuses montagnes Rocheuses, entre Cranbrook et Lethbridge, environ 50 km de la frontire avec lAlberta. Elle est, pour ses 5500habitants, un endroit merveilleux o vivre et travailler. On y trouve une profusion demplois dans le secteur minier et celui du tourisme. La mine de charbon, prs de Sparwood, est lemployeur de prdilection de la rgion. Elle compte quelque 4 000 travailleurs et offre, pour des postes au bas de lchelle, 25$lheure, parfois plus. Ceux que le travail de la mine nattire pas trouvent leur compte dans le secteur de lhbergement o de nombreux htels et restaurants sont toujours la recherche de personnel. Ken Daimler, propritaire de deux restaurants service rapide dont lun se trouve Fernie, est ainsi coinc entre le marteau et lenclume lorsquil essaie de recruter et retenir des travailleurs fiables dans cette ville. Je connais les deux cts de la mdaille, explique-t-il. Cranbrook, o est situ mon autre restaurant, est une ville plus populeuse o le secteur des ressources est peu prsent. Je nai donc pas vraiment de problme de recrutement. M. Daimler, comme tant dautres propritaires dentreprise qui ont d se rabattre sur les travailleurs trangers pour pallier la pnurie de main-duvre, dit que plusieurs facteurs expliquent la difficult trouver de bons employs. tre situ prs do habitent les travailleurs est certainement un facteur. La prsence des secteurs des mines et du tourisme joue aussi un rle crucial. Le fait est que les mines embauchent continuellement et, dans les restaurants, les travailleurs ont la possibilit de gonfler leurs revenus avec les pourboires. Cest difficile doffrir mieux. M. Daimler exploite son restaurant de Cranbrook depuis 24 ans et na jamais eu besoin de laide de travailleurs trangers. Il y a dix ans, lorsquil a ouvert un deuxime restaurant Fernie, les employs ne manquaient pas. Cependant, avec la mine qui a pris de lampleur, une pnurie de main-duvre sest installe. Jai besoin de 40 personnes pour faire tourner mon restaurant plein rgime, affirme-t-il et, en ce moment, je nai que 25 employs. En plus, le roulement du personnel, comme cest souvent le cas dans la restauration, est trs lev. 11. Nous sommes constamment en mode embauche. Nous avons fait des pieds et des mains, surtout Fernie, pour tre certains davoir fait appel tous les travailleurs comptents du coin. Nos postes sont affichs en tout temps sur Guichet emplois, Kijiji, WorkBC, etc. Nous avons organis des foires de lemploi, parrain des activits lcole secondaire, offert des primes nos employs pour nous recommander des amis et mme augment les salaires de dpart. Nous avons tout essay, mais ce nest pas suffisant , dit M. Daimler. Il y a six ans, il a alors pris la dcision davoir recours quelques travailleurs trangers. Aprs avoir rpondu aux innombrables exigences administratives du Programme des travailleurs trangers temporaires, il a finalement accueilli quatre Mexicains. Lexprience a tout simplement t extrmement positive. Depuis, trois dentre eux ont obtenu leur statut de rsidents permanents grce au programme de candidats provincial et travaillent toujours pour M. Daimler. Un de ces travailleurs a mme t promu grant. Je nai jamais eu de problme avec mes travailleurs trangers temporaires. Ils sont durs la tche, ils sentendent bien avec tous leurs collgues et restent plus longtemps que mes autres employs, ajoute M. Daimler. Depuis, trois autres travailleurs trangers des Philippines ont rejoint les rangs de son personnel et le processus est enclench pour en faire venir sept de plus du Belize. Il devra cependant attendre au moins sept mois pour les voir franchir la porte de son restaurant. Cest frustrant, dit-il. Dans les mdias, on nous montre des grandes entreprises qui, apparemment, ont utilis le Programme des travailleurs trangers temporaires pour remplacer des travailleurs canadiens, mais nous savons bien que cette situation est trs loin de la ralit des PME. Ici, aucun Canadien ne rclame mes emplois. Ce quils veulent plutt, les Canadiens, cest que jallonge mes heures douverture. Mais je ne peux pas faire a en ce moment parce que je nai tout simplement pas le personnel ncessaire. Nous avons fait des pieds et des mains pour tre certains davoir fait appel tous les travailleurs comptents du coin. Nous avons tout essay, mais ce nest pas suffisant. 12. Winnie lOurson et les travailleurs trangers temporaires dans le nord de lOntario Si jamais vous passez White River, en Ontario, vous pourrez visiter le parc Winnie-the-Pooh. Tous les ans, pendant une semaine au mois daot, on y commmore les origines de ce personnage trs connu de la littrature enfantine. En fait, cet ourson doit son nom un vrai ours noir achet White River pendant la Premire Guerre mondiale par un soldat en route pour lAngleterre. Cet ours, qui portait le nom de la ville natale de ce soldat, Winnipeg ( Winnie comme diminutif), est devenu par la suite lune des coqueluches des visiteurs du zoo de Londres, dont le jeune fils de lcrivain A.A. Milne. Juste en face du parc se trouve le White River Motel, moins connu que Winnie, mais tout aussi vital pour la ville. Ce motel, ouvert toute lanne, compte 29 chambres propres et confortables et sept petits chalets avec services pour les gens qui viennent White River dans le but de pcher, faire de la motoneige, de la randonne ou peut-tre plonger dans lhistoire de ce clbre ourson. Jeanne Morgan, propritaire et grante du motel, mne ses activits malgr la pnurie de main-duvre qui lafflige depuis ces sept dernires annes. 13. Winnie lOurson et moi, on est trs proche, vu quil se trouve devant chez moi. Vous pouvez mappeler Jeanne, la Grande Ourse mal lche, dit-elle en ne plaisantant qu moiti. En effet, je gre en ce moment un motel de 29 chambres avec environ un tiers du personnel quil me faudrait pour bien fonctionner. Mme Morgan explique que le problme est tout autant gographique quconomique. Le principal employeur de White River a t pendant longtemps la scierie, mais elle a ferm ses portes en 2007, fait-elle remarquer. Aprs, la population est passe de 1 200 habitants environ 500, et il sagit pour la plupart de personnes ges. Il ny a pas vraiment grand monde dans le coin que nous puissions embaucher parce que la ville la plus proche est une heure de route. Cest alors que le White River Motel sest tourn vers le Programme des travailleurs trangers temporaires. En 2007, nous avons employ des travailleurs trangers temporaires du Mexique, prcise Mme Morgan. Mais en 2008, notre demande a t rejete vu quil y avait apparemment trop de gens de White River sur le chmage. Mais comme aucun de ces chmeurs na postul chez nous, nous avons d travailler avec un minimum demploys originaires du coin entre 2008 et 2010. Nous avons survcu, car les affaires tournaient au ralenti cause de la rcession. Cependant, quand lconomie a repris de la vigueur en 2011, nous avons vraiment eu besoin de main-duvre, mais en trouver sur place a t un vritable parcours du combattant. En 2011 et en 2012, le gouvernement a approuv ses demandes de permis de travail en moins de cinq semaines. Mais cette anne, la procdure a pris plus de douze semaines. La situation a t pnible parce que Mme Morgan a d soccuper du mnage du printemps avec un minimum de personnel alors que son motel tait plein. Ils travaillent fort, sont heureux davoir un emploi et ont toujours le sourire aux lvres. En ce moment, le personnel local que jai est puis et surmen. Je ferais tout pour avoir laide dont jai besoin parce que notre situation est trs prcaire. 14. Cest injuste pour moi, mais surtout, pour mes employs, car je ne peux pas me permettre de leur laisser prendre une journe de cong quand ils en ont vraiment besoin. La gestionnaire du bureau a d faire les lits et le mnage dans les chambres et moi, jai t oblige de faire la lessive bien souvent. Cela veut dire quon doit dlaisser le travail administratif. Jai une infection rnale depuis quelque temps, et je ne peux pas prendre une seule journe de cong. Cest vraiment nimporte quoi , dplore Mme Morgan. Mme Morgan est ravie des travailleurs trangers temporaires quelle a pu embaucher au fil du temps. Jai eu loccasion de recruter des Mexicains et des Jamacains. Ils travaillent fort, sont heureux davoir un emploi et ont toujours le sourire aux lvres. En ce moment, le personnel local que jai est puis et surmen. Je ferais tout pour avoir laide dont jai besoin parce que notre situation est trs prcaire , dclare-t-elle. Quand on lui demande si elle pense que les travailleurs trangers temporaires prennent le travail des Canadiens, elle rigole : Ce nest certainement pas le cas White River. Amenez-moi un Canadien qui est prt travailler ici et je lembauche sur-le-champ! Vous croyez que payer tous les cots ncessaires pour embaucher des trangers menchante? Je dois payer leurs billets davion, mais aussi le dplacement entre Thunder Bay et ici (il y a 400 kilomtres), lassurance-maladie et lhbergement. Si des Canadiens souhaitaient travailler pour moi, on naurait mme pas besoin davoir cette conversation. Mme Morgan a soumis trois nouvelles demandes davis relatifs au march du travail (AMT) et une demande de prolongation dun AMT. Mais comme la procdure du PTET nouvellement revue risque dtre plus complique et plus coteuse pour les PME, Mme Morgansinquite pour son entreprise : Je me demande si le gouvernement nest pas en train de me mettre des btons dans les roues. Jai effectivement de plus en plus de mal maintenir les emplois de mes travailleurs canadiens. Pourtant, le gouvernement est cens protger ces emplois et non pas pousser les petites entreprises mettre la cl sous la porte Comme le dit Winnie lOurson : Oh la barbe! Amenez-moi un Canadien qui est prt travailler ici et je lembauche sur-le-champ! Vous croyez que payer tous les cots ncessaires pour embaucher des trangers menchante? Je dois payer leurs billets davion, mais aussi le dplacement entre Thunder Bay et ici (il y a 400 kilomtres), lassurance-maladie et lhbergement. Si des Canadiens souhaitaient travailler pour moi, on naurait mme pas besoin davoir cette conversation. 15. Pour certaines personnes, les emplois que nous offrons ne sont quune solution temporaire. En plus, dernirement, de nombreux travailleurs de la province sexilent en Alberta et en Saskatchewan o les emplois dans le secteur des ressources naturelles sont plus payants. Des travailleurs de lindustrie du vtement de la N.-. bnficient du PTET Stellarton, petite ville du nord de la Nouvelle-cosse de 4 700 habitants, WearWell Garment et sa centaine demploys fabriquent des vtements de travail et des vtements spcialiss. Lentreprise vend sa production des entreprises partout au Canada. Stirling MacLean, propritaire et prsident de lentreprise, fait remarquer qu une poque, on trouvait assez facilement des travailleurs ayant de lexprience dans la fabrication de vtements. Mais ce nest plus le cas aujourdhui. Lorsque nous embauchons un nouvel employ, nous savons quil faudra le former entirement, continue-t-il. Un travailleur peut prendre de six mois un an avant de connatre toutes les ficelles du mtier et dtre suffisamment rod pour assurer sa propre russite et celle de lentreprise. Chez WearWell Garment, les oprateurs de machine dbutent avec un salaire lheure. Mais ils sont ensuite pays la pice, ce qui est beaucoup plus avantageux pour le travailleur, selon M. MacLean. Lorsque ces employs matrisent bien leurs tches, ils ne veulent pas revenir en arrire, ajoute-t-il. Ils gagnent beaucoup plus quand ils sont pays la pice. 16. Depuis ces dernires annes, le roulement des employs dj forms est trs lev et cest un problme pour WearWell Garments. Pour certaines personnes, les emplois que nous offrons ne sont quune solution temporaire. En plus, depuis quelque temps, de nombreux travailleurs de la province sexilent en Alberta et en Saskatchewan o les emplois dans le secteur des ressources naturelles sont plus payants , ajoute M. MacLean. Mais voil : former un employ prend beaucoup de temps et M. MacLean ne peut tout simplement pas se permettre den former continuellement de nouveaux qui partiront leur tour au bout dun an. En 2011, lentreprise a embauch trois travailleurs trangers des Philippines comme oprateurs de machine. Depuis, huit autres travailleurs ont suivi le mme chemin. Ces onze personnes travaillent toujours pour lentreprise et ont fait une demande de rsidence permanente en vertu du programme de candidats de la province. Pour M. MacLean, ce sont de vritables cadeaux tombs du ciel . Nous nous proccupons de nos employs, cest pourquoi nous navons pas fait les choses la lgre, soutient M. MacLean. Nous avons mme soumis notre ide de recruter des travailleurs trangers nos employs canadiens qui lont appuye ds le dbut. Ils ont aussi aid les travailleurs trangers sinstaller et ont trs bien ragi leur arrive. WearWell Garments est mme alle plus loin en tablissant trois rsidences prs de lusine pour ses travailleurs trangers et en les aidant avec le processus dimmigration. Les travailleurs trangers, de leur ct, sont des employs modles galement bien intgrs dans la communaut, certains faisant mme du bnvolat lglise paroissiale. Le Programme des travailleurs trangers temporaires est un franc succs. Tout le monde gagne plus maintenant quen 2010. Cette anne-l, notre taux dabsentisme tait de 10,8 %; aujourdhui, il a chut 4,9 %. Nos travailleurs trangers ont une formidable thique du travail qui est contagieuse. Mais il ne sagit pas seulement deux. Tout le monde met la main la pte et les affaires vont bien. Alors, est-ce que Stirling MacLean songe embaucher dautres travailleurs trangers temporaires? Probablement pas, conclut-il. Nous avons un avis relatif au march du travail (AMT) qui a t approuv pour un travailleur de plus, mais je crois que nous en resterons l ensuite. En ce moment, les choses sont plutt quilibres, et en plus, ce nest pas une mince affaire de faire venir des travailleurs ici. Nous embauchons toujours des gens du coin sils postulent, et cest ce que nous prfrons dailleurs. Mais si javais besoin de plus de travailleurs trangers, je ferais appel eux sans aucun doute. Je ne sais pas ce que nous aurions fait sans ce programme. 17. Nos travailleurs trangers ont une formidable thique du travail qui est contagieuse. Mais il ne sagit pas seulement deux. Tout le monde met la main la pte et les affaires vont bien. Portrait dune travailleuse trangre : Julieta Il y a deux ans, Julieta est arrive au Canada avec le statut de travailleuse trangre temporaire dans lespoir de pouvoir offrir une vie meilleure sa fille Ella. Mre clibataire, Julieta navait pas beaucoup despoirs pour sa fille dans son pays dorigine, les Philippines. Il est trs difficile de trouver du travail dans mon pays, dclare Julieta. Et mme quand on travaille, cest dur de vivre avec le salaire quon gagne. Julieta a saut sur loccasion quand elle a vu que la socit WearWell Garments, situe en Nouvelle-cosse, recherchait du personnel. Tout le monde est gentil avec moi dans cette entreprise et cest trs agrable dy travailler. En plus, ici, on peut russir si on travaille fort, dclare-t-elle. Julieta a dj travaill dans lindustrie du vtement au Japon, mais elle dit prfrer de loin le Canada : Chaque fois que je vais lglise, je remercie Dieu de mavoir permis de venir ici. Julieta compte demander la rsidence permanente parce quelle aimerait rester au Canada et y faire venir sa fille par la suite. Pour linstant, Julieta envoie de largent Ella pour quelle puisse aller dans une bonne cole dans son pays. Mme si ma fille nest pas ici avec moi, largent que je gagne chez WearWell Garments fait une grande diffrence dans sa vie, et jen suis trs reconnaissante , conclut-elle. 18. La FCEI est le plus grand groupement de petites et moyennes entreprises du Canada, comptant 109 000 membres dans tous les secteurs et toutes les rgions. Les histoires prsentes dans ce recueil sont celles de membres de la FCEI propritaires de PME. Je remercie sincrement les chefs de petites entreprises et leurs employs qui travaillent fort davoir pris le temps de nous faire part de leurs histoires. Votre contribution fait une diffrence. Dan Kelly Prsident et chef de la direction FCEI