upa abitibi temiscamingue rapport annuel 2015

Download UPA Abitibi Temiscamingue Rapport Annuel 2015

Post on 13-Feb-2017

220 views

Category:

Documents

5 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Rapport annuel 2014-2015 OCTOBRE 2015

  • 3

    Page

    LE MOT DU PRSIDENT ................................................ 4

    LE CONSEIL DADMINISTRATION, RAPPORT DASSIDUIT ................................................. 6

    LORGANIGRAMME DES SERVICES ............................... 7

    LA LISTE DU PERSONNEL .............................................. 8

    LES COMITS, TABLES DE TRAVAIL ET REPRSENTATIONS ....................................................... 9

    LE SUIVI AUX RSOLUTIONS .......................................11

    ................................................16 PAGES PUBLICITAIRES

    LES SERVICES ..............................................................25

    LES SYNDICATS SPCIALISS .......................................39

    LES SYNDICATS LOCAUX .............................................43

  • 4

    Bonjour,

    Dj quatre ans que je suis la prsidence de la Fdration de lUPA dAbitibi-Tmiscamingue! Jai eu rapidement le mandat de mattaquer la scurit du revenu avec la vision de dfendre nos ralits territoriales. Sur la scne provinciale, jai martel limportance, pour des rgions comme la ntre, de dtenir des outils qui compensent certains dsavantages. LUPA a pris une position claire en ce sens et le Groupe de travail sur la scurit du revenu a recommand de mettre en place une nouvelle mesure visant appuyer le dveloppement des entreprises agricoles avec un volet rgional. Lobjectif de cette nouvelle mesure est de soutenir les entreprises dans les rgions potentiel agricole limit, par exemple, en ce qui concerne lloignement des marchs ou en raison du climat. Les bonifications proposes rapporteraient non seulement de loxygne sur nos fermes, mais aussi une possibilit de dveloppement, et ce, pour tous les modles dentreprises et dans toutes les productions. Cependant, le rapport du Groupe de travail sur la scurit du revenu dort actuellement sur le bureau du ministre de lAgriculture et il sempoussire.

    Dans le dossier daccaparement des terres, la rgion a t parmi les premires livrer bataille. Nos actions se sont traduites par des recommandations sur la scne provinciale. LUPA a propos les Socits d'amnagement et de dveloppement agricole du Qubec (SADAQ), mais cet outil a t rejet par nos membres. Nous avons compris que les producteurs et productrices ne voulaient pas dun encadrement additionnel. LUnion a alors propos un moratoire limitant les achats 100 hectares par anne, le temps quil faudra pour valuer rellement la problmatique. Il sagit dune mesure non restrictive pour les producteurs et productrices agricoles, mais qui aurait empch les grands financiers dacheter des villages complets. Malheureusement, pendant que le gouvernement se plat dire que le problme nexiste pas, nous continuons de perdre nos terres!

    Pour parler de la gestion de loffre, je soulignerais : existe-t-il un plus bel outil de rgulation des marchs? Une scurit dapprovisionnement quitable qui fait en sorte que nous pouvons habiter des rgions comme la ntre et y pratiquer une agriculture rentable. Alors que nous sommes dj hautement inquiets des concessions que pourrait faire le gouvernement fdral dans les ngociations du Partenariat transpacifique, les camions de protines laitires liquides envahissent nos marchs et font chuter les prix. Pendant ce temps, le gouvernement provincial, mme sil clame que la gestion de loffre est le meilleur systme, est plutt effac dans cette crise. Que fait-il pour arrter lhmorragie?

    galement, durant la dernire anne, nous avons t consterns de constater le manque flagrant de vision de certains lus municipaux en rgion. Nous avons vu certaines municipalits adopter des rglements abusifs qui envoient des signaux contre-productifs. Sur le terrain, des producteurs et productrices agricoles ont fait face une vague dintolrance. Cette intolrance, en plus dempcher la cration de synergie et de concertation, a pour effet de freiner les lans des producteurs et productrices qui veulent contribuer au dveloppement de leur secteur.

    Je veux bien tre positif, concilient et affirmer que tout est parfait, mais je suis forc de constater que cest difficile. Devant ce constat, que pouvons-nous faire? Devons-nous baisser les bras et abdiquer? Nos anctres, qui ont dfrich le Tmiscamingue et lAbitibi ont-ils abdiqu? Non, ils ont travaill fort et ils ont persist. Il me semble quil y a des pistes dactions relativement simples qui pourraient tre mises en uvre.

    Serait-il possible pour le gouvernement de donner des petits signaux positifs? Dans le dossier de lassurance rcolte, que reprsenterait, pour La Financire agricole, laugmentation du prix du foin 185 $ la tonne? Sil arrive une mauvaise anne, au moins nous serions mieux couverts. Dans le cas des

  • 5

    rendements probables pour les petites crales, je ne peux pas croire quune amlioration soit si complique. Aussi, serait-il possible de reconduire le programme de drainage des terres agricoles? Trois millions de dollars sur trois ans, ce nest pas la mer boire quand mme! Pour stopper lentre des protines laitires, le gouvernement canadien pourrait-il changer trois ou quatre phrases dans la rglementation afin dempcher les transformateurs dabuser du systme? De plus, puisque certaines coopratives ont des pratiques abusives qui font planter les prix du lait au Canada par leurs importations, est-ce que ce serait une bonne ide que des socitaires de ses coopratives mettent leur organisation au pas? Notre rgion pourrait tre leader pour exercer cette pression.

    En ce qui concerne le droit de produire en zone agricole, je demande aux maires et aux prfets qui croient aux retombes de lagriculture sur leur territoire dagir tout de suite. Je demande aux instances concernes de ramener la raison les municipalits qui ne le feront pas delles-mmes. Les lus provinciaux doivent sassurer du dveloppement de lagriculture en zone agricole, et ce, partout au Qubec. Il importe denvoyer un message clair et sans quivoque aux producteurs et productrices sur leur droit de produire et de cesser de freiner des projets structurants qui respectent toutes les normes tablies par ltat.

    Quant au dossier de la scurit du revenu, la solution est prsentement sur le bureau du ministre. Il a entre les mains un rapport de lUnion des producteurs agricoles (UPA), du ministre de lAgriculture, des Pcheries et de lAlimentation du Qubec (MAPAQ), de La Financire agricole du Qubec (FADQ) et de la socit civile qui prsente des recommandations unanimes pour un renouvellement structurant de ces programmes. Une de ces recommandations permettrait de rpondre des ralits rgionales. lUnion des producteurs agricoles, nous avons fait tout ce quil tait possible de faire. Nous sommes persuads de la pertinence dun tel outil qui serait bnfique pour lhabitation du territoire et qui profiterait tous, pas seulement aux agriculteurs et agricultrices, mais aussi aux municipalits et aux citoyens. Pour que a bouge, il faut faire front commun en rgion. Il faut que des leaders mettent de la pression avec nous. Messieurs les prfets de la rgion, leaders du monde municipal, soyez assurs que nous solliciterons votre appui dans ce dossier. Jespre pouvoir compter sur vous, ce moment, pour dire au ministre quil nous faut une mesure de dveloppement avec un volet rgional. Je ne pense pas avoir besoin de le mentionner, mais le MAPAQ et la FADQ, jespre que vous dfendrez aussi cet enjeu? Je mattends que la rgion se lve lunisson pour dire que linaction actuelle na pas de sens!

    Finalement, je sais que je pourrai compter sur une quipe dlus et demploys dvous, sur le soutien des syndicats locaux et spcialiss de la rgion pour faire avancer les diffrents dossiers. Je ne baisse pas les bras, et je vous demande aussi, producteurs et productrices agricoles, de ne pas baisser les bras et par votre solidarit, de nous aider continuer de travailler pour vous et avec vous.

    Bonne fin dassemble tous et toutes!

    Sylvain Vachon, prsident

  • 6

    du 1

    er aot 2014 au 31 juillet 2015

    Nom Titre Production ou syndicat reprsent

    Runions du C. E.1

    Runions du C. A.2

    Dbut du mandat

    Sylvain Vachon Prsident Fdration rgionale 4/4 9/9 14-08-01

    Simon Simard Vice-prsident Fdration rgionale 4/4 8/9 14-08-01

    Fleurette Gauthier Membre excutive

    Autres productions animales

    4/4 9/9 14-08-01

    Pascal Rheault Administrateur Cultures commerciales

    1/1 7/9 14-08-01

    Patricia Barrette Membre excutive

    Agricultrices 3/3 8/9 C. E. 14-11-26 C. A. 14-08-01

    Maurice Migneault Membre excutif Rouyn-Noranda 4/4 7/9 14-08-01

    Patrice Bgin Administrateur Abitibi-Ouest 7/9 14-08-01

    Vincent Boisvert Administrateur Production bovine 3/9 + 2

    remplacements 14-08-01

    Rolland Dumais Administrateur Production laitire 8/9 14-08-01

    ric Grenier Administrateur Fermes de petite taille 6/9 14-08-01

    Ald Hamelin Administrateur Autres productions vgtales 8/9 14-08-01

    Patrick Lafond Administrateur Tmiscamingue 6/9 14-08-01

    Klaudiane Rabouin Administratrice Relve 4/6 + 2 remplacements

    14-08-01 au 15-03

    Simon Leblond Administrateur Relve 1/3 + 1 remplacement

    15-03-31

    Normand Lemieux Administrateur Abitibi 8/9 14-08-01

    Andr Leclerc Administrateur Valle-de-lOr 6/6 14-08-01 au

    15-03

    Claude Robitaille Administrateur Valle-de-lOr 3/3 15-03-31

    ric Wuidar Administrateur Tmiscamingue 3/8 14-08-01 15-04-20

    Stphane Roy Administrateur Tmiscamingue 0/1 15-06-11

    Poste vacant Administrateur Production de bois

    1 Conseil excutif (4 runions rgulires)

    2 Conseil dadministration (5 runions rgulires et 4 runions extraordinaires)

  • 7

  • 8