téléphonie mobile - .mobile), qui regroupe les plaintes des riverains, se fait ainsi l’écho

Download Téléphonie mobile - .mobile), qui regroupe les plaintes des riverains, se fait ainsi l’écho

Post on 11-Jan-2019

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

23

Valeurs mutualistes n223 fvrier 2003 Valeurs mutualistes n223 fvrier 2003

22

san

tp

rv

enti

on

Les champs lectromagntiques sont omniprsentsdans notre quotidien. Naturels, ils sont gnrs parla Terre elle-mme ou par les orages. Artificiels, ilssont produits par tout appareil qui fonctionne llectricitou qui sert lacheminer : sche-cheveux, ordinateurs,lignes haute tension... Ils sont aussi crs par lesondes radiolectriques quutilisent certains appareilsmdicaux ou de chauffage, la radio, la tlvision... oula tlphonie mobile. Mais paradoxe des socitsmodernes : plus nous sommes dpendants de cestechnologies pour notre confort, notre information,notre scurit, voire notre sant, plus nous nourrissonsdinquitudes face aux effets que pourrait produire uneexposition accrue cet environnement lectromagn-tique.Ces craintes nont jamais t aussi grandes que depuislapparition de la tlphonie mobile. Afin de permettre nos 38 millions de tlphones portables de commu-niquer, plus de 30 000 antennes-relais ont fleuri danstoute la France, sur les bords des routes ou sur le toitdes btiments. Peu esthtiques, ces stations de base cris-tallisent la colre des riverains et des locataires : nonconsults lors de leur implantation, ceux-ci se plai-gnent aujourdhui de maux qui seraient conscutifs la

proximit des antennes (migraines, insomnie, vertiges,dpression, perte de poids, tachycardie...).

Les tudes veulent rassurerY a-t-il pril en la demeure ? Non, rpondent dans unbel ensemble les oprateurs de tlphonie et les expertsscientifiques mandats par le ministre de la Sant etpar lOffice parlementaire dvaluation des choix scien-tifiques et technologiques (OPECST) du Snat. La puis-sance des ondes mises par la seule Tour Eiffel estlquivalent de la puissance des 30 000 antennes-relaisimplantes en France par les trois oprateurs de tl-phonie mobile, prcise-t-on en effet la directionRadiofrquences et sant de Bouygues Tlcom. Lerapport Zmirou, remis au ministre de la Sant en 2001,ne retient pas lhypothse dun risque pour la sant despopulations vivant proximit des stations de base.Quant au rapport rdig par les snateurs Jean-LouisLorrain et Daniel Raoul, il conclut que les tudes scien-tifiques montrent clairement que, sil existe un risqueli la tlphonie mobile, celui-ci est faible et a traitaux tlphones portables et non aux antennes-relais.Pourtant, des interrogations subsistent. Ainsi, lerapport Zmirou prconise que les btiments sensibles

(hpitaux, crches et coles) situs moins de 100mtres dune macro-station de base ne soient pasatteints directement par le faisceau de lantenne. Touten reconnaissant que cette mesure na pas deffetsanitaire ! Elle a t prise principalement dans lebut de rassurer les parents des lves concerns, noteBernard Veyret, directeur de recherche au CNRS etmembre du comit dexperts Zmirou(1). En outre, quidde lindpendance des experts, dont les tudes sont sou-vent finances en partie par les oprateurs de tlphoniemobile ? Lassociation Priartem (Pour une rglementa-tion des implantations dantennes-relais de tlphoniemobile), qui regroupe les plaintes des riverains, se faitainsi lcho des accusations de lOffice europen dva-luation des choix scientifiques et technologiques. Enfvrier 2001, celui-ci a publi une note intitule Champslectromagntiques et sant relatant les conflits din-trts entre industrie et recherche : Nous avons besoindun accs linformation gal pour tous. Faute de quoi,les intrts privs continueront avoir un avantage mal-sain.(2) Que penser enfin des diffrences de normes adop-tes par les pays europens ? Alors que la France fixedes limites dexposition du public aux champs lectro-magntiques des antennes-relais 41V/m pour le rseau 900 MHz, et 58V/m pour celui 1 800 MHz, lItalieet la Suisse tablissent cette valeur limite, sur leurrseau de 1 800 MHz, 6V/m et 4V/m...

Des normes revoir ?Concernant les appareils tlphoniques eux-mmes, lesseuils dexposition aux radiofrquences, exprims entermes de DAS (dbit dabsorption spcifique), sontfixes 2W/kg. Loprateur Bouygues Tlcom se veutrassurant : le niveau moyen dmission des mobilesactuels est infrieur 1W/kg. Il sagit de normes ta-blies sur la base des effets thermiques que ces ondesgnrent, et qui peuvent tre nocifs, explique Pierre

Aubineau, directeur de recherche au CNRS en physio-pathologie Bordeaux. En effet, les tlphones porta-bles et les relais utilisent des frquences de 900MHz 1 800 MHz. Or, de 1 MHz 10 GHz, les champsde radiofrquence pntrent les tissus humains et pro-voquent un chauffement d labsorption de lnergiedes ondes lectromagntiques par les tissus. Le seuildexposition partir duquel apparaissent ces effets estdivis par 50 pour dfinir un niveau de scurit, poursuitle professeur Aubineau. Pourtant, ces normes doivent treremises en question. En effet, sa dernire tude, menesur des rats soumis des expositions de 3 W/kg 0,75W/kg, met en vidence certains effets provoqus par lesondes des tlphones portables sur les vaisseaux san-guins irriguant le cerveau. Ceux-ci deviennent alors per-mables, permettant des molcules indsirables dar-river au cerveau. Il pourrait exister des risquesdinflammation du tissu crbral avec, court terme, uneaugmentation des migraines.Pourquoi les ondes mises par les antennes-relais et lesportables prsenteraient-elles un risque dont seraientdpourvues les autres sources du champ lectromagn-tique ? Sans doute parce que les donnes changes sonttransmises par salves, afin de permettre plusieurstlphones dutiliser le mme canal. Ces ondes pulsesinduisent de trs basses frquences, les ELF (ExtremelyLow Frequency). Celles-ci ont t classes comme tant peut-tre cancrignes par le centre international derecherche contre le cancer, qui mne une large tude ce sujet dont les rsultats sont attendus pour 2004.En attendant, les prcautions simposent. Il faut viterdutiliser un portable en dplacement : en voiture biensr, comme dans le train, car lappareil fonctionne alors pleine puissance pour passer dun relais lautre. Il estaussi prfrable dutiliser un kit piton pour rduire lesmissions. Enfin, avant dacheter un tlphone mobile,mieux vaut vrifier son DAS auprs de loprateur.Concernant les antennes-relais, leur loignement deshabitations est sujet caution, car cela augmenteraitparadoxalement leurs niveaux dmission. Plusieursmunicipalits ont dores et dj sign des chartes debonne conduite avec les oprateurs, portant sur limplan-tation ou les niveaux dmission des antennes. Davantagede transparence et de concertation contribueront peut-tre rduire les tensions...

Katia Vilarasau

(1) Cf. Table ronde du 30/12/02 au Palais de la dcouverte Paris, consultable sur www.palais-decouverte.fr/actu/dossiers.htm(2) Note de synthse n5/2001, fvrier 2001, PE n 297.563,consultable sur www.europarl.eu.int/stoa/publi/pdf/briefings/05_fr.pdf

Les radiations mises par la tlphonie mobile, et plus gnralement les ondes lectromagntiques, ont-elles des effetsnfastes pour la sant ? Valeurs mutualistes tente de faire le point.

A qui sadresser pourobtenir la mesure du

niveau dmission duneantenne-relais ?

Il faut prendre contact avec loprateur qui

lexploite. Le siteInternet de lAgence

nationale des frquen-ces comporte galementla liste des prestataires

de contrle. La mesure cote

entre 1 500 et 2 300 euros.

Mesure desantennes-relais

Un champ ou une ondelectromagntiqueconsiste en la propaga-tion dnergie sous la forme dun champlectrique coupl unchamp magntique. Un champ lectrique estproduit par la prsencede charges lectriquesstatiques et sexprimeen volts par mtre (V/m ou Vm-1).Un champ magntiqueest produit par le dplacement de chargeslectriques et sexprimeen ampres par mtre(A/m ou Am -1).La frquence duneonde, ou nombre doscillations par seconde, sexprime enhertz (Hz).

Dfinitions

Tlphonie mobile :quels effets sur la sant ?

Voi

sin/

Pha

nie

Garo/Phanie

www.priartem.com www.anfr.fr www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/index.htm www.senat.fr/opecst/rapports.html

en s@voir +en

Sur les bords de routes ou sur les toitsdes btiments, 30 000 antennes-relais ont t implantes dans toute la France.

Recommended

View more >