syndrome métabolique

Download Syndrome métabolique

Post on 04-Aug-2015

31 views

Category:

Documents

5 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

PRESCRIPTION DEXERCICES POUR UNE CLIENTLE SOUFFRANT DU SYNDROME MTABOLIQUE

par Andre-Anne Desgagn Annick Martin Gabrielle Paradis Marie-Pier Tremblay

Travail prsent Mme Rachel Brosseau dans le cadre du cours PHT-6011 Radaptation cardiorespiratoire avance

5 novembre 2010 Universit de Montral cole de radaptation, Physiothrapie

SOMMAIRE1. 2. INTRODUCTION ET DONNES PIDMIOLOGIQUES ....................................................................... 3 PATHOPHYSIOLOGIE ET TABLEAU CLINIQUE ................................................................................. 4

3. LMENTS DE PHARMACOLOGIE PROPRES LA CLIENTLE ET IMPACT SUR LA PHYSIOLOGIE DE LEXERCICE ..................................................................................................................... 9 4. 5. PERTINENCE DE LA PRESCRIPTION DEXERCICES ....................................................................... 12 IMPACT DE LATTEINTE SUR LA PHYSIOLOGIE DE LEXERCICE .............................................. 14

6. VALUATION DE LA CAPACIT LEFFORT ET QUALITS MTROLOGIQUES DES PREUVES ......................................................................................................................................................... 16 7. 8. 9. PRESCRIPTION DEXERCICES POUR CETTE CLIENTLE ............................................................. 18 MESURES DE SCURIT ........................................................................................................................ 24 OUTILS DE MESURE DES RSULTATS ET LEURS QUALITS MTROLOGIQUES .................... 26

CONCLUSION .................................................................................................................................................... 29 ANNEXE 1 ............................................................................................................................................................. 30 ANNEXE 2 ............................................................................................................................................................. 31 RFRENCES .......................................................................................................................................................... 32

2

1. INTRODUCTION ET DONNES PIDMIOLOGIQUESLanatomiste Morgagni, il y a 250 ans, a identifi lassociation entre diffrents facteurs de risque en lien avec le dveloppement de maladies cardiovasculaires. Ce nest quen 1960 que la prsence concomitante de ces facteurs fut nomme pour la premire fois syndrome pluri-mtabolique . Au fil du temps, lappellation ainsi que sa dfinition ont volu, cest en 1998 que lOMS mit la premire dfinition officielle du syndrome mtabolique. Prsentement, notre comprhension de cette pathologie est encore limite ce qui rend difficile le consensus, cest pourquoi il coexiste toujours deux variantes de la dfinition dans la littrature. Au 21e sicle, les mauvaises habitudes de vie dans les socits occidentales ont favoris une hausse de lincidence de ce syndrome, devenant donc une proccupation importante de sant publique en lien avec les cots occasionns par celuici. [1] Tel que mentionn ci-haut, une grande proportion de personnes sont atteintes du syndrome mtabolique. En effet, on estime que 34% des adultes aux -U et que 20-25% des adultes de la population mondiale en souffrent. tant donn que les caractristiques de la population canadienne ressemblent beaucoup celles des tats-Unis, il est lgitime de penser que les prvalences sont similaires. Nous avons procd ainsi puisquil y a peu de donnes statistiques canadiennes disponibles dans la littrature. Selon ces donnes (voir tableau I en annexe)[2], nous pouvons conclure que le risque dtre atteint du syndrome mtabolique augmente avec lge. Avant 60 ans, les hommes sont plus atteints que les femmes et inversement aprs 60 ans. On remarque galement une hausse marque de la prvalence avec laugmentation de lIMC. Nous pouvons aussi noter que la prvalence est variable selon lethnicit.

3

2. PATHOPHYSIOLOGIE ET TABLEAU CLINIQUETout dabord, commenons par dfinir la pathologie qui nous intresse. Dans les deux variantes de la dfinition, le syndrome mtabolique est une srie dassociation de facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. On parle de syndrome mtabolique lorsquil y a prsence de 3 facteurs de risque parmi ceux cits dans le tableau ci-dessous. Llment de controverse est la prsence obligatoire ou non dobsit parmi les facteurs existants. Critres diagnostiques du syndrome mtabolique[3] Critres diagnostiques du syndrome mtabolique Facteurs de risque Critres du Critres de lIDF cardiovasculaire NCEP Tour de Homme > 102 cm Selon le pays/ethnicit taille Femme > 88 cm Selon le pays/ethnicit Triglycrides 150 mg/dl 150 mg/dl ou si traitement en cours pour cette condition HDL Homme < 40 mg/dl < 40 mg/dl ou si tx en cours pour la condition Femme < 50 mg/dl < 50 mg/dl ou si tx en cours pour la condition Tension artrielle 130 et/ou 130 et/ou 85 mm de Hg ou traitement de la (systolique/diastolique) 85 mm de Hg condition en cours Glycmie jeun 6.11 mmol/l > 5.55 mmol/lNCEP : National Cholesterol Education Program IDF : Internaltional Diabetes Federation (le diagnostic peut tre pos seulement si lobsit fait partie des facteurs de risque)

En lien avec sa dfinition, pour comprendre la pathophysiologie du syndrome mtabolique, nous devons ncessairement nous attarder chaque sous-condition possiblement comprise dans cette pathologie.

Obsit Le surpoids et lobsit constituent un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires mais galement dhypertension et de diabte de type 2. Selon lOMS, le surpoids et lobsit se dfinissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peuvent nuire la sant.. Ils rsultent souvent dun dsquilibre entre lapport nergtique quotidien et la dpense nergtique. Lapport nergtique La provient de lalimentation i.e. des glucides, des lipides et des protines ingres.

dpense nergtique correspond la thermorgulation corporelle, lnergie ncessaire pour le fonctionnement de lorganisme (cerveau, digestion, respiration, etc.) et aux activits4

physiques de toutes sortes. Sil en rsulte que lorganisme ingre plus de calories quil en dpense, les adipocytes stockent la graisse et grossissent (surpoids) et lorsquils sont saturs, se multiplient (obsit). Lorsquon parle dobsit comme dun lment diagnostic du syndrome mtabolique, on lvalue en fonction de la mesure du tour de taille. En effet, lexcs de tissu adipeux dans la rgion abdominale, cest--dire lobsit abdominale ou lobsit centrale, est plus fortement corrl avec les facteurs de risque mtaboliques et de maladies cardiovasculaires. [4] videmment, les causes de lembonpoint et de lobsit sont multiples. Un mode de vie sdentaire, une alimentation malsaine, lhrdit, certains problmes hormonaux, certaines maladies mtaboliques, certains mdicaments, des facteurs motionnels, lge avanc et le manque de sommeil en font partie pour diffrentes raisons.[5] Lobsit est souvent associe dautres conditions par exemple : problmes respiratoires, lapne du sommeil, des calculs biliaires, certains types de cancer, troubles musculosquelettiques, dsordre psychologique (dpression), etc. Ainsi, plusieurs systmes peuvent tre touchs : cardio-vasculaire, respiratoire, musculo-squelettique, endocrinien, etc. Par consquent, lembonpoint et lobsit auront un impact proportionnel la svrit de latteinte et des conditions associes sur la condition physique gnrale, et possiblement sur les activits de la vie quotidienne et domestique. Hypertension artrielle Ltiologie de lhypertension est trs complexe et reste peu connue. Cependant, on sait que la hausse de la pression systolique engendre une lvation de la rsistance priphrique ljection du ventricule gauche et ceci fait augmenter la charge de travail du cur. Ce dernier shypertrophie alors pour tenter de rpondre la haute demande nergtique, mais cela ne suffira pas. La capacit dadaptation du cur ayant ses limites, le cur finit par saffaiblir et se dilater. Cest le dbut des nombreuses complications de lhypertension (insuffisance cardiaque, artriosclrose prcoce, augmentation de lobstruction des vaisseaux, complications au niveau du cerveau, des yeux, des reins, etc.)5

Il faut tout dabord noter que dans 90% des cas, les gens souffrent dhypertension essentielle qui est hrditaire ou idiopathique et cest cette forme quon retrouve dans le syndrome mtabolique. Alors que dans 10% des cas, lhypertension secondaire se dveloppe suite une hyperscrtion de rnine, de lartriosclrose ou des troubles endocriniens. Cest le stade de pr-hypertension qui est considr comme un des 5 facteurs de risques dans le syndrome mtabolique. Ce stade est souvent asymptomatique et donc peu remarqu par les patients. Les patients souffrant dun stade avanc dhypertension peuvent souffrir de maux de tte, de problmes de vision, de vertiges, de fatigue, de saignements de nez et de palpitations. Noublions pas cependant que dans le cas qui nous intresse, soit le syndrome mtabolique et le stade de pr-hypertension, il est rare dobserver des signes et symptmes incommodants au repos ainsi quune diminution fonctionnelle. Dyslipidmie Laugmentation des triglycrides et la diminution de HDL constituent un facteur de risque important de maladie cardiovasculaire en provoquant la formation de plaques athrosclrotiques dans les vaisseaux sanguins. Les lipoprotines (HDL et LDL) sont des particules qui servent transporter le cholestrol et les triglycrides, deux composs essentiels la structure et au mtabolisme cellulaire et qui ne sont pas hydrosolubles. Lorsque survient une augmentation du niveau plasmatique de lipoprotines LDL, il en rsulte une augmentation de leur transport dans lintima, o ils se lient des protoglycanes, augmentant ainsi grandement leur temps de passage dans cet

Recommended

View more >