sida, santé, droits de l'homme - actes des assises nationales 2005

Download Sida, Santé, Droits de l'Homme - Actes des Assises Nationales 2005

Post on 29-Nov-2014

101 views

Category:

Healthcare

5 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Actes des 6èmes Assises Nationales de l'ALCS 2005 Sida, Santé, Droits de l'Homme Casablanca, 27, 28 et 29 mai 2005

TRANSCRIPT

  • 1. SIDA, SANTE, DROITS DE LHOMME 6e ASSISES NATIONALES Casablanca, les 27, 28 et 29 mai 2005
  • 2. 2 DISCOURS DOUVERTURE Pourquoi avoir choisi comme thme des 6mes Assises de lALCS Sida, sant et droits de lhomme ? Cest parce que la rencontre entre la sant et les droits de lhomme a connu tout rcemment un dve- loppement sans prcdent, qui a boulevers le monde de la sant et ce grce aux associations de lutte contre le sida et surtout, comme le souligne Dr Arnaud Marty- Lavauzelle, grce aux personnes vi- vant avec le VIH qui jouent le rle de rformateur social. Cest parce que, comme nous le verrons avec la prsentation de Matre Alain Molla et celles des orateurs qui intervien- dront dans les diffrentes tables rondes tout au long du week-end, les droits de lhomme sont au cur de la problmatique de la prven- tion de linfection VIH et de laccs aux traitements des PVAV dans les pays du Sud. La pandmie du sida illustre les liens inextricables entre sant et droits de lhomme. Partout dans le monde, les groupes sociaux les plus vulnrables linfection VIH sont ceux qui font lobjet de discrimina- tion et de marginalisation et les po- litiques de prvention bases sur la rpression et la discrimination ont toujours t un chec. Dans ces pays, dans le domaine du sida, les atteintes aux droits de lhomme sont particulirement courantes et graves : atteinte au droit la confidentialit ; atteinte la libre circulation ; atteinte au droit de se marier et de procrer ; at- teinte au droit la sant ; atteinte au droit du travail. Lhistoire de la lutte contre le sida nous a appris que les stratgies de modification des comportements qui russissent le mieux freiner la propagation du VIH sont celles qui responsabilisent les individus, qui protgent les groupes les plus vul- nrables en respectant les droits des individus. Convaincue quil ne peut y avoir de prvention sans respect des droits de lhomme, lALCS lutte contre toutes les formes de discrimination des PVAV et mne des actions de prvention auprs des groupes marginaliss les plus vulnrables cette infection. Lambition de lALCS est de convaincre les dci- deurs quil est possible de concilier le respect des liberts individuelles
  • 3. 3 et les impratifs de sant publique, la protection des droits de la per- sonne et la prise en compte de lintrt gnral. Cest au nom du droit la sant que lALCS sest mobilise pour d- fendre le libre accs aux mdica- ments gnriques, seul moyen dassurer laccs au traitement dans notre pays. Ce combat, elle la me- n avec de nombreux acteurs de la socit civile. Quil sagisse du droit la sant ou des actions de prven- tion, il est en effet illusoire de croire que lALCS peut atteindre seule ses objectifs. Notre lutte est indissociable de la lutte pour les droits de lhomme en gnral et de la lutte pour les droits de la femme dans notre pays. Cest pourquoi la prsence parmi nous dassociations de dfense des droits de lhomme et des droits de la femme est tellement importante. Pour protger la dignit de ceux qui ont besoin dinformation sur le VIH et pour prvenir la propaga- tion de linfection, les droits suivant sont pertinents : le droit la non-discrimination : pour que les personnes soient protges contre les mauvais traitements si elles sont sropo- sitives ou souponnes de ltre, ou si elles sont associes un groupe marginalis ; le droit la vie prive : pour que les personnes soient prot- ges contre les tests obligatoires et pour que leur statut srolo- gique demeure confidentiel ; le droit lducation et linformation : pour que les per- sonnes aient accs lducation et linformation sur la prven- tion du VIH ; le droit la sant : pour que les personnes aient accs des ser- vices de soins de sant, y com- pris les services pour les MST, et aux moyens de prvention. Les stratgies daction des gouver- nements devraient : tenir compte des principes rela- tifs aux droits de lhomme dans llaboration et la mise en uvre de politiques et programmes en matire de VIH/sida, avec la participation active des PVAV ; tablir des cadres juridiques et administratifs appropris, abro- geant les pratiques coercitives ou inutilement restrictives ; introduire ou renforcer des me- sures visant interdire la dis-
  • 4. 4 crimination et les abus lis au VIH/sida et garantir la protec- tion juridique de la vie prive ; proposer des programmes denseignement et de formation aux fonctionnaires de ladministration, aux dcideurs, aux employeurs, aux mdias et au grand public, afin de souli- gner les dangers des prjugs et de la discrimination et promou- voir le respect des droits de lhomme ; uvrer pour lmancipation ju- ridique et politique et le renfor- cement du pouvoir des groupes dfavoriss tels que les femmes, les travailleur(se)s du sexe, les dtenus, etc., y compris tra- vers labrogation de lois interdi- sant la formation de groupes dauto-assistance ; lgaliser les relations homo- sexuelles entre adultes consen- tants dans les pays o elles sont actuellement illgales ; dpnaliser la prostitution et lgaliser les maisons closes ; mettre en place des campagnes de publicit sur le prservatif accompagnes de distribution gratuite ; associer les reprsentants des groupes communautaires aux programmes officiels afin de fa- ciliter la modification des com- portements ; consacrer davantage de moyens humains et financiers la pro- motion des droits de lhomme en relation avec le VIH/sida, et renforcer lengagement et laction de la communaut in- ternationale. Le respect des droits de lhomme exige aussi que nous vitions tout langage inappropri. Aussi con- vient-il dviter les expressions groupes risque , victimes du si- da , siden ; de mme il ne faut pas identifier certains groupes par- ticuliers comme tant vecteurs de maladies. Le langage peut alimenter les prjugs et la discrimination et inciter la violence ; il faut ainsi tre particulirement vigilant. Pr Hakima Himmich Prsidente de lALCS ALLOCUTION
  • 5. 5 Monsieur Pierre Berg Chers amis, Tout dabord, quil me soit permis ici de remercier avec chaleur lensemble de lquipe de lALCS et tout particulirement sa prsidente, le Pr Hakima Himmich. Cest bien entendu avec un grand plaisir que je vous retrouve, vous savez mon at- tachement votre association mais aussi ce pays Vous avez choisi un thme particu- lirement intressant pour vos As- sises : Sida, sant et droit de lhomme . Nous savons bien, nous acteurs de la lutte contre le sida, le lien fondamental entre les droits humains et laccs la sant ; entre les droits humains et la lutte contre le sida. Depuis le dbut de lpidmie, nous lavons appris, peut-tre justement parce que fort peu dautres maladies auront pro- voqu, hier et aujourdhui, autant de mpris des droits les plus l- mentaires pour chaque enfant, chaque femme, chaque homme sur cette terre. Et puis galement parce que nous vivons la premire pan- dmie de lre moderne des droits de lhomme. Enfin, parce que lpidmie de sida soulve de nom- breuses questions lies aux droits de lhomme. En regardant le combat que nous avons men et que nous menons encore, je voudrais attirer votre at- tention sur deux ou trois points particuliers propos de cette d- pendance entre le sida et les droits de lhomme : 1. Lefficacit des actions de san- t, tant en matire de prven- tion que de soins, repose sur lide quelles doivent respec- ter la dignit et les droits hu- mains ; 2. Ensuite, il est traditionnelle- ment admis quil existe une in- terdpendance entre, dune part combattre lpidmie de sida dans le monde, et dautre part dfendre et garantir les droits humains, de tous, quils soient ou non porteurs du vi- rus. Les efforts dploys pour prvenir la transmission du VIH et pour apporter les soins appropris aux malades du sida sont non seulement compatibles avec les efforts destins promouvoir les
  • 6. 6 droits humains, mais ils sont galement complmentaires ; A travers notre travail en France et dans 23 pays en dveloppement, nous avons, SIDACTION, de nombreuses occasions daffronter cette problmatique. Je voudrais, si vous le voulez bien, prendre rapi- dement trois exemples : 1. Certaines mesures de sant publique compromettent ou encore violent certains droits humains. Ainsi lgalit daccs la prvention, linformation na-t-elle pas t la mme pour les homo- sexuels que pour les htro- sexuels, mais lon pourrait ga- lement citer les usagers de drogues ou encore les mi- grants. En somme, une dis- crimination sest cre, venant sajouter des discriminations antrieures que connaissaient bien les communauts ou les populations que jai cites ; 2. Les violations des droits de lhomme entranent une baisse defficacit, voire annulent lefficacit des actions de lutte contre le sida. Ainsi dnier laccs aux soins des malades en situation irrgulire entra- nera des consquences non seulement pour les personnes concernes (et cest dj in- supportable) mais aussi pour toute la politique de sant pu- blique visant contrler la maladie ; 3. Enfin, en promouvant au sens large les droits humains, par exemple en renforant lacceptation dune minorit au sein de la socit, lon favo- rise galement son aptitude sinformer, prendre soin de ses membres, bref lutter et donc rduire sa vulnrabili- t lgard de linfection VIH. Alors que faire ? Nous avons connu des progrs