projet de reconstruction de la place de l’hôtel-de-ville, saint-lô, 26 août 1948

Download Projet de reconstruction de la place de l’hôtel-de-ville, Saint-Lô, 26 août 1948

Post on 11-Mar-2016

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Marcel Mersier projette de dégager l’éperon rocheux, d’y bâtir une cité administrative, de matérialiser l’ancien enclos et de reconstruire un hôtel-de-ville, moderniste, sur le côté nord d’une place dédiée au commerce. Marcel Mersier, à la suite d’André Hilt, mort en 1946, est en charge de la reconstruction et de l’aménagement de Saint-Lô, ville totalement détruite en 1944. La région toute entière est alors un vaste chantier, la population vivant dans des conditions éprouvantes.

TRANSCRIPT

  • - 1 - LE DIDACDOC Service ducatif des archives dpartementales de la Manche Mars 2011

    17 Mars 2011

    Projet de reconstruction de la place de lhtel-de-ville (Saint-L, 26 aot 1948)

    Rfrences Cote : 241 J (Fonds Marcel Mersier) Srie J : archives d'origine prive entres par voie extraordinaire .

    Nature Dessin aquarell du projet de reconstruction de la place de lhtel-de-ville de Saint-L par Marcel Mersier, architecte de la ville, en aot 1948.

    Forme Vue arienne aquarelle. 126 cm x 72 cm. Un manque au centre, sans trop de consquence. Objet Marcel Mersier projette de dgager lperon rocheux, dy btir une cit administrative, de

    matrialiser lancien enclos et de reconstruire un htel-de-ville, moderniste, sur le ct nord dune place ddie au commerce.

    Date et contexte

    Marcel Mersier, la suite dAndr Hilt, mort en 1946, est en charge de la reconstruction et de lamnagement de Saint-L, ville totalement dtruite en 1944. La rgion toute entire est alors un vaste chantier, la population vivant dans des conditions prouvantes.

    Intrt pdagogique

    Ce dessin met en lumire le projet urbanistique de Mersier : dgager le rocher (site initial de Saint-L) et mettre en valeur remparts et berges de la Vire, runir les services prfectoraux lextrmit de lperon rocheux au sein dune cit administrative voquant une acropole, suggrer les limites de lenclos mdival par la construction dun front dimmeubles donnant sur la place du nouvel htel-de-ville, amnager une grande place devant accueillir le march hebdomadaire (dplac) et sur trois de ses cts des boutiques, des logements et les services de lhtel-de-ville. Il est intressant de comparer avec ce qui fut ralis : bien quloge de la modernit, lhtel-de-ville ne repose pas sur des pilotis et son beffroi na ni cet emplacement ni cet aspect, un march couvert distinct fut ajout, ainsi quune caserne de pompiers, le parvis de lglise nest pas aussi vaste Du projet la ralisation, il y a parfois un monde. - Histoire des arts (exemples pour le niveau collge) : Arts de lespace (architecture et urbanisme), arts du visuel (sculpture, architecture). Thmatique Arts, cration, culture : Architecture, urbanisme et dcor de la reconstruction. Le style des annes cinquante . Typologie architecturale : rgionalisme, classicisme, classicisme modernis, modernisme Thmatique Arts, espace, temps : Perspectives, circulation, rythmes Thmatique Arts, Etats, pouvoirs : Art officiel, monumentalit, mmoire Thmatique Arts, techniques, expressions : Innovation techniques, procds, esthtisme Thmatique Arts, ruptures et continuits : Modernit, innovation/Classicisme, conservation. Inspirations, emprunts, originalits - Histoire : Laprs-guerre : un quotidien difficile, urgence et reconstruction, industrialisation et modernisation, rationalit. Urbanisme et planification (rle de lEtat). Fonctionnalisme et hyginisme. Logement collectif et croissance urbaine. Un patrimoine protger ? Dgradations. - Gographie : La ville, ses fonctions. Croissance urbaine et amnagement du territoire. - Technologie : Matriaux (bton, verre), modes de construction, nouveaux procds constructifs (murs ossaturs, prfabrication), agencements, plans. - Arts : Animations et composition des volumes (faades), esthtisme de lossature des btiments, travail de la matire (aspects du bton), ornements, rythme et harmonie, quilibre et contrastes. Crativit. Influences. Elaboration dune uvre dart : du projet la ralisation. Conservation et restauration des uvres dart.

    Mots cls

    Reconstruction Ville Architecture Arts Saint-L Marcel Mersier Histoire des arts.

    SERVICE EDUCATIF DES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA MANCHE Prsentation didactique dun document darchives

  • - 2 - LE DIDACDOC Service ducatif des archives dpartementales de la Manche Mars 2011

    Ar

    ch. d

    p. M

    anch

    e/C

    G50

    (24

    1 J)

  • - 3 - LE DIDACDOC Service ducatif des archives dpartementales de la Manche Mars 2011

    Marcel Mersier (premier plan, gauche) prsentant la maquette du futur thtre (Ouest-France, 18/11/1960)

    Arch. dp. Manche (JAL 210/95)

    clairages Marcel Mersier Architecte (1910, Paris 1974, Saint-L) Ancien lve de lcole suprieure des beaux-arts de Paris et de lInstitut national de lurbanisme, Marcel Mersier est mobilis en 1939 et connat cinq ans de captivit. Il arrive Saint-L en 1946. Cette mme anne, il succde Andr Hilt comme charg du plan de reconstruction et damnagement (PRA) de la ville dtruite de Saint-L. Dans cette tche, il choisit de maintenir les grandes lignes du plan d'urbanisme, cest--dire la mise en valeur du site et de lhistoire de la ville par le dgagement du rocher et des remparts, la cration dans cet enclos dun centre vivant mlant commerce, habitations et administrations avec de grandes places, et le report aux extrmits de la prfecture et des services dpartementaux. Marcel Mersier sapplique cependant rendre ce plan moins rigide. Ds la fin des annes 1950, il ralise dimportants programmes HLM : la grande barre qui ferme au nord le champ de Mars, le btiment courbe de la rue Toustain de Billy et les immeubles de la Ferronire au sud du Bouloir. En ce qui concerne les principaux difices publics, Marcel Mersier btit le thtre et l'htel de ville, ainsi que les autres constructions municipales dans un style rationnel et sobre. Il participe galement la ralisation de la prfecture avec Louis Arretche ainsi qu lhpital psychiatrique et au pensionnat du Bon-Sauveur avec Joseph Marrast. Larchitecte est surtout connu pour la ralisation du beffroi de lglise Sainte-Croix : il conoit un ouvrage moderniste entirement en bton arm ajour en treillis (sur deux faces) qui forment un contraste avec les murs pleins en bton liss. Cette tour tait destine usage de baptistre en rez-de-chausse et se raccorde l'glise par une galerie. Cette ralisation, sans doute la plus spectaculaire, illustre pleinement lexpression de ce retour aux sources liturgiques au moyen dun langage contemporain. Lensemble est labellis Patrimoine XXe. Marcel Mersier est vice-prsident de lordre rgional des architectes et prsident du syndicat des architectes de la Manche.

    Sources : Ministre de la Culture et de la Communication / base Mrime. NAFILYAN (Alain). La reconstruction des difices religieux en Basse-Normandie aprs la seconde guerre mondiale , dans In Situ, Revue des patrimoines (en ligne), 2009.

    Une renaissance au XXe sicle la Reconstruction de la Manche 1944-1964. Collectif. Dir. Gilles Dsir dit Gosset. Collection patrimoine. Orep dition. 2011 ( paratre).

  • - 4 - LE DIDACDOC Service ducatif des archives dpartementales de la Manche Mars 2011

    Saint-L Prfecture (1957) Arch. dp. Manche.

    Saint-L : le quartier de la Dolle aprs les bombardements

    Arch. dp. Manche (13 Num 3517).

    La reconstruction de Saint-L (Urbanisme et architecture) Aprs les bombardements du 6 juin 1944 et les combats acharns de juillet, il subsistait si peu de Saint-L que son abandon dfinitif a pu sembler le parti le plus sage. On pensait vouer la capitale des ruines la commmoration. C'tait compter sans l'attachement des Saint-Lois pour leur ville : ils n'hsitrent pas revenir, vivre dans les gravats et se battre pour que leur ville renaisse et retrouve sa place de chef-lieu du dpartement.

    Leur premire tche tait l'tablissement d'un plan d'urbanisme et d'un remembrement. Un jeune architecte en chef nomm par le ministre de la Reconstruction, Andr Hilt, n Paris en 1906, prix de Rome, en avait la charge. Saint-L est alors une ville moyenne vivant presque exclusivement de l'administration et du commerce grce sa position centrale dans le dpartement. Une particularit du relief lui a donn naissance : l'peron rocheux dominant les valles de la Vire, de la Dolle et du Torteron. Il a permis l'tablissement d'un enclos fortifi, avec des dfenses plus importantes l'est o l'peron se rattache au plateau du Neufbourg. La ville s'est ensuite dveloppe hors des remparts de faon

    trs dense au pied de l'peron, au point de rendre peu lisible le caractre pourtant fort du site. A l'est elle s'est en revanche tire le long de la route de Bayeux. Au XIXe sicle on s'est appliqu dcongestionner le centre en ouvrant de grandes places, en particulier la place Allred-Dusseaux qui runissait au cur mme de Saint-L, sur l'emplacement des fortifications est, la plupart des difices publics. Hilt tient compte de cette gense alors qu'il se trouve en situation de table rase. Il veut en effet mettre en valeur le site et l'histoire de la ville. En dgageant les remparts et surtout le rocher mme, Hilt entend retrouver limage de la fondation de Saint-L en mme temps que la nature du relief. Mais il veut aussi crer une ceinture verte (jardins des remparts, versant sud de la Dolle) autour du centre, et annoncer le nouveau caractre de la ville, trs clair, ar el soucieux du paysage. Le programme d'amnagement prsent en juin 1946 pose les grands principes de l'urbanisme de Saint-L. La ville est divise en plusieurs zones, en particulier une zone de construction en ordre continu et une zone de construction en ordre discontinu. La premire correspond la ville ancienne : Enclos et ses abords immdiats, Neufbourg. Il s'agissait de recrer un centre vivant en mlant habitation, commerce - avec de grandes places pour la tenue des foires - et administration. La place Alfred-Dusseaux, uniquement administrative, constituait un point mort qui divisait les commerces entre Enclos, Neufbourg et Torteron. Hilt reporte prfecture et services dpartementaux l'extrmit de l'Enclos, ce qui lui permet de contrler parfaitement ce lieu si important pour l'image de la ville, et de le traiter la manire d'une

  • - 5 - LE DIDACDOC Service ducatif des archives dpartementales de la Manche Mars 2011

    Saint-L : la cit administrative (s. d.) Arch. dp