projet d'appui nutritionnel aux menages affectes par le vih/sida au

Download projet d'appui nutritionnel aux menages affectes par le vih/sida au

Post on 05-Jan-2017

221 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • PAM BENIN

    PROJET DAPPUI NUTRITIONNEL AUX MENAGES AFFECTES PAR LE VIH/SIDA AU BENIN

    PROJET PILOTE DE DEVELOPPEMENT

    Numro de projet : BEN 10484.0 Nombre de bnficiaires : 24 000 (dont 60% de femmes) Tonnage : 3 557 Dure : 24 mois (1 janvier 2006 au 31 dcembre 2007) Cots directs: US 2 034 647 Cot total : US 2 177 073

  • 2

    RESUME EXECUTIF

    Au Bnin, plusieurs zones du pays souffrent rgulirement dun dficit de production alimentaire, ce qui induit des pisodes de carence nutritionnelle dans plusieurs units dhabitation1. Lincidence de pauvret alimentaire nationale est de 18% alors que lincidence nationale globale de pauvret atteint 31,2%2. Cette situation est davantage proccupante dans un contexte dinfection au VIH. Le taux de prvalence du VIH/SIDA au Bnin est de 2%, mais la plupart des pays voisins ont des taux de prvalence relativement levs3. Vu la forte mobilit humaine entre les frontires, la prvalence du VIH/SIDA au Bnin est affecte par l'volution de la maladie dans les pays voisins. Le PAM se propose dapporter un appui nutritionnel dans un contexte dpidmie faible prvalence, pour minimiser limpact du VIH/SIDA sur les mnages indigents. Le projet pilote envisage : a) de contribuer lamlioration de ltat nutritionnel des PVVIH dnutris afin daccrotre le potentiel de russite de la thrapie des personnes sous ARV ou autre traitement ; b) damliorer la scurit alimentaire des mnages affects par le VIH/SIDA. Pendant 2 ans, le PAM distribuera : i) des rations quotidiennes compltes aux malades hospitaliss ainsi qu une personne accompagnante ; ii) des rations familiales quotidiennes complmentaires pour les mnages affects par la sropositivit dun des membres. Pour atteindre les bnficiaires, le projet sappuiera sur les infrastructures et la logistique du projet de dveloppement BEN 10308.0 en cours. 60 % des 24 000 bnficiaires du projet seront des femmes. La quantit de denres ncessaires pour ce projet est de 3557 tonnes pour un cot global de US$ 2 177 073 . Le but du projet correspond la priorit stratgique n 3 du PAM : Contribuer lamlioration de la nutrition et de ltat de sant des enfants, des mres et autres personnes vulnrables . Il contribuera atteindre lobjectif de dveloppement n1 du millnaire : Rduire de moiti la proportion de la population qui souffre de la faim . Le projet favorisera la mise en application des Engagements Renforcs I et VI en faveur des Femmes en rpondant leurs besoins nutritionnels spcifiques et en veillant ce quune perspective diffrencie par sexe soit intgre systmatiquement aux activits de programmation. Il sera mis en uvre par des partenaires oprationnels tels que les ONG dotes de centre de prise en charge psychosociale des PVVIH et les structures de sant prives, lesquelles offrent dj un paquet de services complmentaires indispensables pour latteinte des objectifs du projet. Une recherche oprationnelle, initie par lunit VIH/SIDA de Rome, accompagnera ce projet afin danalyser les effets de lappui nutritionnel sur ltat de sant et les conditions socio-conomique dans lesquelles les PVVIH sous traitement vivent.

    1 Banque Mondiale, La pauvret au Bnin, p. 105. 2 Ces statistiques sont tires de lEtude sur lAnalyse de la scurit et de la vulnrabilit alimentaire

    au Bnin, PAM, 2002. 3 Le Burkina Faso et le Togo ont un taux estim 8%. Le taux officiel rapport au Nigeria est de 5,4%.

  • 3

    I. ANALYSE DES PROBLEMES 1. Le Bnin fait face une malnutrition protino-nergtique endmique4. Cette situation a

    notamment pour causes linsuffisance des vivres et des ressources ainsi que linadquation des pratiques alimentaires5. Pour apporter des lments de solution, le gouvernement du Bnin souhaite que les partenaires au dveloppement mettent en place des programmes ayant des objectifs dordre nutritionnel en vue damliorer la scurit alimentaire des mnages.

    2. En effet, le Bnin fait partie des pays les plus pauvres du Monde avec un PNB/hab de 175

    US$ en 20016. Sa croissance annuelle du PIB/hab a t de 2,6% entre 2001 et 2002. Au classement IDH7, il tait situ au 147me rang sur 177 pays en 2004. 33% de ses 6 543 662 habitants vivent en dessous du seuil de pauvret. Le seuil de pauvret montaire est de 90.409 F CFA8 par an par quivalent-adulte. Des enclaves d'inscurit alimentaire subsistent dans le Nord-Ouest de lAtacora et au Nord du Borgou en raison de la pauvret des sols et de lrosion ; dans le sud du Zou cause des terres striles et dgrades ; et dans la rgion ctire9. Le seuil de pauvret alimentaire national est de 49.257 FCFA adulte-quivalent, nettement plus bas que le seuil de pauvret nationale globale de 74.297 FCFA.

    3. La situation pidmiologique du pays montre que les 3 premiers motifs dhospitalisation

    en lan 2002 reprsentant plus de 68% des hospitalisations sont : le paludisme (35%), les Infections Respiratoires Aigus (18%), les affections gastro-intestinales (10%). Le SIDA vient aggraver dangereusement ce tableau pidmiologique. Le premier cas de VIH/SIDA notifi au Bnin a t enregistr en 1985.10 En 2003, le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA tait estim 71 95011 dont 13 190 avaient besoin dun traitement par les antirtroviraux (ARV). De 1985 2003, 6 203 cas cumuls de SIDA ont t notifis12 et leffectif estim dorphelins de pre ou de mre d au SIDA tait en 2003 de lordre de 3281013. Linfection par le virus dimmunodficience humaine (VIH) attaque le systme immunitaire, exposant de manire significative la personne infecte des risques dinfections opportunistes en raison dune incapacit laborer la raction immunitaire adquate. Il existe des besoins nutritionnels spcifiques aux diffrents stades de la maladie, aux symptmes de la personne malade, aux traitements qui lui sont proposs et leurs effets secondaires. Sils ne sont pas pris en compte, lefficacit du traitement se rduit, la non observance sen trouve plus leve, entranant des effets secondaires plus importants ainsi que la dtrioration de ltat nutritionnel des PVVIH.

    4 Commission Nationale pour le Dveloppement et la lutte contre la pauvret (CNDLP), Document de stratgie de rduction de la pauvret au Bnin 2003-2005, dcembre 2002, p. 49. 5 CNDLP, idem. 6 Estimation Banque Mondiale 7 Indice de dveloppement humain. 8 Rapport national dvaluation dcennale de la mise en uvre du programme daction de Beijing, MFPSS, Coopration Suisse, GTZ, P.79, 2005. 9 Analyse de la scurit et de la vulnrabilit alimentaire, VAM, 2002. 10 Les prvalences de linfection VIH par dpartement en 2002 taient : Atacora : 1,3 %, Donga : 1,8 %, Atlantique : 2,3 %, Littoral : 2,4 %, Borgou : 2,9 %, Alibori : 0,8%, Oum : 1,7 %, Plateau : 1,4 %, Zou : 0,9 %, Collines : 1,2 % (Source : Rapport de surveillance de linfection VIH et de la syphilis au Bnin, PNLS, 2003) 11 Rapport de surveillance de linfection VIH et de la syphilis au Bnin, PNLS, 2003. 12 Rapport de surveillance de linfection VIH et de la syphilis au Bnin, PNLS, 2003. 13 Rapport de surveillance de linfection VIH et de la syphilis au Bnin, PNLS, 2003.

  • 4

    4. Le traitement du VIH par les ARV est accessible gratuitement au Bnin depuis dcembre 2004 pour les prescriptions effectues par les sites agrs et le nombre de patients sous ARV est en constante progression. En mai 2005, la file active des patients sous ARV tait denviron 200014. Dans le cadre de linitiative 3X5 de lOMS, il est prvu que 6000 patients bnficient des ARV dici la fin de lanne 2005. Au regard de la couverture gographique de ce traitement, on note que la ville de Cotonou, capital conomique du pays, hberge 65%15 des bnficiaires et les autres 35% des PVVIH sous ARV vivent dans des zones dshrites et ont par consquent besoin dun appui nutritionnel pour pouvoir supporter le traitement. Avec les ARV, les PVVIH doivent suivre un rgime alimentaire quilibr en calories et en protines. Ce rgime varie suivant que le patient est adulte ou enfant. Un adulte actif non infect par le VIH a besoin denviron 2070 Kcal/ jour. Par contre un adulte infect par le VIH a besoin de 400 Kcal supplmentaires sil est un homme et de 300 Kcal sil sagit dune femme. Il y a galement un besoin supplmentaire de 85 g de protines par jour pour les hommes et 72 g de protines par jour pour les femmes16. Un rgime sain et quilibr aidera le corps se maintenir en bon tat et ne pas maigrir. Se nourrir correctement permet dacqurir un mieux tre et de renforcer le systme immunitaire. Le soutien nutritionnel appuy de conseils devient alors indispensable pour une bonne observance du traitement par ARV.

    II. POLITIQUE ET ACTIONS DU GOUVERNEMENT 5. La rponse nationale concerte sorganise aujourdhui autour dun Cadre Stratgique

    National 2001-2006 labor par le MSP. Les principales orientations concernent la cration dun cadre institutionnel, la sensibilisation, la prise en charge des personnes vivant avec le virus du SIDA, la scurit transfusionnelle et la rduction de la sroprvalence chez les groupes vulnrables (orphelins et enfants vulnrables, femmes, jeunes, routiers, ). Le volet prise en charge nutritionnelle est pris en compte dans la requte du cinquime round du Fonds Mondial, ainsi que dans la revue du Cadre Stratgique national de lutte contre le VIH/SIDA. Il est intgr dans le Document de politique, normes et procdures de prise en charge des PVVIH au Bnin valid en dcembre 2004.

    6. Quelques initiatives de prise en charge psychosociale ont apport une aide aux orphelins

    et enfants vulnrables (OEV). Le PNLS, grce au financement du Fonds mondial, a assist 5689 OEV lors de la rentre scolaire 2004-2005 par le paiement des frais de scolarit et lachat de fournitures scolaires. Le Ministre de la famille de la Protection Sociale et de la Solidarit (MFPSS) a octroy le mme type de soutien 138 OEV travers ses deux Cellules Cur despoir.17 Le PPLS a apport un appui matriel 500 OEV dans diverses structures de prise en charge. Le Catholic Relief