programme mena - l’ocde pour investissementjordanie, de la préparation de la 5ème réunion du...

of 76 /76

Upload: others

Post on 02-Feb-2021

1 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    1

    TABLE DES MATIÈRES

    A. PROGRAMME NATIONAL DE RÉFORMES POUR L’INVESTISSEMENT................................ 3 I. Introduction....................................................................................................................................... 3 II. État actuel du Programme National de Réforme de l'Investissement............................................... 5 III. Les éléments du Programme National de Réformes pour l'Investissement...................................... 5

    B. ORDRE DU JOUR DE L'ATELIER NIRA......................................................................................... 7 C. COMPTE-RENDU ............................................................................................................................ 11

    I. Première Séance.............................................................................................................................. 11 II. Deuxième Séance ........................................................................................................................... 12 III. Troisième Séance............................................................................................................................ 13 IV. Quatrième Séance........................................................................................................................... 15

    D. DOCUMENT POUR SEANCE I : ÉVALUATION DES RESTRICTIONS ET DES BARRIÈRES AUX IDE ...................................................................................................................................................... 17

    I. Introduction..................................................................................................................................... 18 II. Garantie pour les investisseurs........................................................................................................ 18 III. Liste positive” contre “liste négative .............................................................................................. 25 IV. Sélection et procédures d’approbation des projets d’investissement .............................................. 28 V. Réglementation des changes............................................................................................................ 30 VI. L’accès à la propriété ...................................................................................................................... 30 VII. Transparence et accès à l’information ............................................................................................ 32 VIII. Cadre institutionnel -Agences pour la promotion de l’investissement Transparence et accès à l’information.............................................................................................................................................. 32 IX. Système d’incitation Transparence et accès à l’information............................................................. 33

    E. DOCUMENT POUR SEANCE II: ÉVALUATION DES INCITATIONS FISCALES ................... 35 I. Informations générales...................................................................................................................... 36

    L’utilisation des incitations fiscales....................................................................................................... 36 Evaluation des incitations fiscales ......................................................................................................... 37

    II. Rapport de dépenses fiscales au Maroc.......................................................................................... 38 III. Défis clefs concernant la Politique fiscale et l’assistance de l’OCDE ........................................... 39

    F. DOCUMENT POUR SEANCE III : AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE DES ENTREPRISES ............................................................................................................................................ 41

    I. Conclusions de la mission d’Octobre 2006 au Maroc .................................................................... 42 II. Chartes............................................................................................................................................ 44 III. Environnement Favorable .............................................................................................................. 46

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    2

    G. DOCUMENT POUR SEANCE IV : AMÉLIORATION DE LA CAPACITÉ DU SECTEUR CAPITAL-RISQUE...................................................................................................................................... 49

    I. Capital-risque et capital-investissement ......................................................................................... 50 II. Vue d’ensemble des activités et tendances .................................................................................... 50

    Une croissance de l’activité… ............................................................................................................... 50 Nouvelles tendances en termes de stratégies de fonds et investissements............................................. 52 Croissance modérée des opérations d’introduction en bourse (IPO)..................................................... 53

    III. Structure de l’industrie ................................................................................................................... 53 IV. Cadre légal...................................................................................................................................... 54 V. Financement d’entreprises au Maroc.............................................................................................. 57

    Déclin du crédit privé ............................................................................................................................ 58 Performance des instruments publics de financement ........................................................................... 58 Disponibilité des outils de financement alternatifs................................................................................ 58

    VI. Analyse: Facteurs restrictifs et facteurs incitatifs pour le CI.......................................................... 59 La concurrence du CI avec d’autres outils de financement ................................................................... 59 Préoccupation des entrepreneurs concernant la perte de contrôle ......................................................... 60 Manque d’information ........................................................................................................................... 61

    VII. Remarques finales..................................................................................................................... 61 H. PROGRAMME NATIONAL DE RÉFORMES POUR L’INVESTISSEMENT POUR LE MAROC 65

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    3

    A. PROGRAMME NATIONAL DE RÉFORMES POUR L’INVESTISSEMENT

    - MAROC-

    I. Introduction

    1. Devant affronter une concurrence considérable de la part des autres régions ainsi que la pression croissante créée par une jeune force de travail, un grand nombre des pays du Moyen Orient et d'Afrique du Nord (MENA) ont reconnu un besoin urgent de mettre en oeuvre des réformes économiques et réglementaires d'envergure afin d'accroître la part du secteur privé dans leurs économies.

    2. Le cadre des réformes de l'investissement a été, et demeure un élément clé pour la restructuration économique entreprise par les pays de la région MENA dans leur effort pour transformer des économies supportées par le domaine public vers des économies dirigées par le secteur privé. Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, le rythme des réformes économiques dans leur ensemble, et en particulier celui du cadre de l'investissement, s'est accéléré à mesure que les gouvernements de la région MENA ont réalisé le besoin d'attirer un investissement du secteur privé pour réduire le chômage.

    3. En 2004, les pays de la région ont invité l'OCDE à fournir des éléments pour leur processus de réforme de l'investissement, ce qui a conduit à la création du Programme MENA-OCDE pour l'Investissement. Depuis, un des objectifs fondamentaux recherchés par les pays de la région MENA, en utilisant le programme comme ressource et plateforme d'échanges, a été de partager les exemples de bonne pratique dans la réforme de l'investissement. Il existe deux principaux axes pour le réaliser: les ateliers régionaux et autres activités du programme, ainsi que des actions spécifiques à chaque pays, développées dans le cadre des Agendas de Réforme Nationale pour l'Investissement (NIRAs). Indiquant leurs réformes prioritaires, les pays de la région MENA ont commencé à développer ces NIRAs en 2004, et ont continué cet exercice en 2005 et 2006.

    4. L'objectif des Programmes Nationaux de Réforme pour l'Investissement est de fournir un cadre d’action pour les pays de la région MENA afin de:

    • Focaliser les politiques de réforme de l'investissement vers des secteurs clés ;

    • Améliorer l'image de la région dans son ensemble en tant que destination pour les investisseurs ;

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    4

    • Fournir une base pour un dialogue régional et un échange d'expériences parmi les pays de la région MENA relatifs aux politiques de réformes pour l'investissement et à la diversification économique ;

    • Orienter les activités des bailleurs de fond internationaux et régionaux vers un support aux pays de la région MENA pour atteindre les objectifs de leurs réformes en matière d’investissement.

    5. La première présentation officielle de NIRAs a eu lieu à l'occasion de la première réunion ministérielle du programme en février 2006 en Jordanie, où plusieurs pays ont présenté leurs projets de NIRA ainsi que de progression de réforme de l'investissement dans son ensemble. A la suite de cette réunion ministérielle, d'autres pays se sont joints à cet effort pour établir un NIRA dans le cadre du programme, et des ateliers sur ce thème ont été organisés à partir de mai 2006 afin d'aborder les secteurs précis dans lesquels l'expertise et l'apport de l'OCDE sont souhaitables. Bien qu'adoptant différents formats, adaptables aux besoins particuliers de chaque pays, les ateliers de NIRAs se sont généralement concentrés sur des thèmes (de 2 à 4) dans lesquels l'OCDE et les experts techniques nationaux se sont concertés et ont approuvé un plan de suivi. Suite à ces discussions, des projets pilotes tels que l'instauration de chartes de gouvernance d'entreprise et de lois régissant l'investissement ont été décidées en coopération avec les représentants du gouvernement dans les pays concernés. Au cours de ces projets, le secrétariat fournit une assistance technique demandée par l'équipe nationale, et aide dans l'évaluation de la progression par rapport aux calendriers décidés.

    6. Le graphique suivant résume le processus suivi par le Programme dans son action sur les NIRAs avec les pays de la région MENA:

    7. Il est important de souligner que le processus des Agendas Nationaux de Réforme de l'Investissement, qui vise à des réformes propres à chaque pays, est indirectement lié avec la composante régionale de l'action du programme. Les ateliers NIRA ayant eu lieu à ce jour ont fait apparaître plusieurs thèmes redondants pouvant être intégrés dans les activités régionales du Programme.

    Détermination et accord sur les

    objectifs nationaux de réforme de

    l’investissement

    Présentation des NIRAs lors de la première réunion

    ministérielle

    Septembre 2004- Février 2006

    Ateliers nationaux de réforme de

    l’investissement et lancement de projets pilotes

    Mai 2006- Octobre 2007

    Ajustement permanent des objectifs nationaux de réforme de l’investissement et plans d’action, Élaboration de recommandations, apport d’expertises

    Octobre 2007

    Examen de la progression de la

    mise en oeuvre des NIRAs et

    instauration d’un dialogue entre pairs lors de la seconde

    réunion ministérielle

    Évaluation de la progression des

    réformes; Deuxième série

    d’ateliers nationaux de réforme de

    l’investissement

    Octobre 2007

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    5

    II. État actuel du Programme National de Réforme de l'Investissement

    8. Depuis la création du Programme MENA-OCDE pour l'Investissement, le Maroc a été activement engagé dans ses activités. Durant la première année du Programme, le gouvernement marocain, en coopération avec le secrétariat de l'OCDE, a élaboré un programme détaillé de réformes pour l'investissement avec des objectifs de réforme concrets. La réunion ministérielle qui s'est tenue en février 2006 en Jordanie a accueilli une présentation de M. Monkid Mestassi, Secrétaire Général au Ministère des Affaires Générales et Économiques, précisant l’état d’avancement de la mise en oeuvre des objectifs définis. Une mission conduite par M. Böhmer, Mme. Ana Cebreiro-Gomez, M. Richard Frederick et Mme. Alissa Koldertsova début octobre 2006 a défini les thèmes à aborder pendant la réunion NIRA qui a eu lieu les 23 et 24 novembre 2006 à Rabat. Cet atelier a analysé et discuté les objectifs prioritaires pour le gouvernement Marocain, dont notamment l’évaluation des restrictions subsistantes à l’investissement étranger, l’évaluation de l’efficacité des incitations fiscales à l’investissement, l’amélioration de la gouvernance des entreprises et l’amélioration de la capacité du secteur du capital risque. Pendant cet atelier, les participants du secteur public et du secteur privé ont abordé les étapes concrètes à suivre pour la mise en place des mesures nécessaires à la concrétisation des objectifs discutés. Ce document a été actualisé à la lumière des conclusions et des recommandations de l’atelier NIRA.

    III. Les éléments du Programme National de Réformes pour l'Investissement

    9. Cette version provisoire du Programme de Réforme pour l'Investissement reflète les orientations du gouvernement marocain dans le cadre d'une stratégie globale de réformes pour l'investissement. Les thèmes développés ci-dessous sont présentés selon un format standard développé par le secrétariat de l'OCDE en accord avec les suggestions des pays de la région MENA. Ce format permet la présentation des principaux axes de réforme issus des cinq groupes de travail, ainsi que des objectifs planifiés pour les prochains 12 à 18 mois, et la progression de leur mise en œuvre. Le programme distingue les objectifs visés pour 2006-2007 de ceux à échéance plus lointaine.

    10. La proposition du Programme National de Réformes pour l'Investissement au Maroc présentée ci-dessous a été élaborée dans l'optique de la réunion ministérielle qui s'est tenue le 14 février 2006 en Jordanie, de la préparation de la 5ème réunion du Groupe de Direction du Programme MENA-OCDE pour l'Investissement et de l'atelier NIRA tenu à Rabat les 23 et 24 novembre 2006.

    11. Ce document sert de base de discussion entre le programme MENA-OCDE pour l’investissement et l'équipe nationale marocaine afin de préciser et d’évaluer l’avancement des principales réformes proposées par le gouvernement marocain.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    6

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    7

    B. ORDRE DU JOUR DE L'ATELIER NIRA

    23-24 Novembre 2006 Rabat, Maroc

    Présidents de la réunion

    M. Monkid Mestassi, Secrétaire Général, Ministère des Affaires Économiques et Générales M. Rainer Geiger, Directeur du Programme MENA-OCDE pour l’Investissement; Directeur Adjoint à la Direction des Affaires Financières et des Entreprises, OCDE

    9:00-9:30 Ouverture de la réunion - Allocutions

    • S. E. Rachid Talbi El Alami, Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé

    des Affaires économiques et générales • M. Rainer Geiger, Directeur du Programme MENA-OCDE pour l’Investissement

    • M. Abdessalam Aboudrar, Président de Commission à la CGEM

    9:30-10:00 Pause Café

    10:00-12:30 1ère séance : Évaluation des restrictions et des barrières aux IDE

    La première séance établira l'état des lieux en matière d’investissement au Maroc et mettra en relief les réussites réalisées par le pays dans l'amélioration de son climat d'investissement durant ces dernières années, avant d'aborder la question des restrictions subsistantes aux IDE. Par ailleurs, les bonnes pratiques visant à fournir un environnement d'investissement transparent et prévisible dans les pays de la région MENA et de l'OCDE insistent sur les avantages à bénéficier d'un régime législatif unifié soutenu par une agence de promotion de l'investissement efficace et indépendante. Cette séance étudiera les stratégies envisageables pour progresser dans ce sens au Maroc. Président : M. Hakim Tazi, Chef de la Division des Secteurs Agricole et Industriel à la Direction des Investissements Experts pour cette séance:

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    8

    • M. Alexander Böhmer, Coordinateur, Programme MENA-OCDE pour I’Investissement, OCDE

    • M. Marwan Mansouri, Direction des Investissements, Maroc • Pr. Dominique Carreau, Professeur de Droit International Économique, Université

    Paris I; Consultant, Shearman Sterling LLP, France • M. Lahcen Achy, Professeur de l’enseignement supérieur, Maroc

    • M. Giovanni de Fiumi, Directeur, Unité de Promotion des Investissements

    (ONUDI)

    12 :30- 14:00 Déjeuner

    14 :00-16:30 2ème séance: Évaluation de l’efficacité des incitations fiscales à l’investissement

    L'objectif de cette séance est d'identifier les principales difficultés dans l’élaboration et la mise en œuvre des mesures d'incitations fiscales à l’investissement. L’atelier débutera avec une brève présentation générale sur l'évaluation des dépenses fiscales par l'OCDE. Ensuite, la Direction des Impôts présentera la méthodologie suivie dans le Rapport sur les Dépenses fiscales au Maroc. Ce rapport fait une estimation du coût des incitations fiscales existantes pour le trésor et analyse également l’impact socio-économique de ces incitations. La séance se focalisera sur les 2 axes suivants : l’approche budgétaire et l’approche économique et sociale. Président : M. Ahmed Tazi, Directeur du contrôle fiscal, Direction Générale des Impôts, Ministère des Finances et de la Privatisation, Maroc Experts pour cette séance:

    • Mme. Ana Cebreiro-Gómez, Économiste spécialisée en Fiscalité, OCDE • Mme. Naoual Jellouli, Chef de la Division des Études, Direction Générale des

    Impôts, Ministère des Finances et de la Privatisation, Maroc • M. Abdelkader El Ghrib, Chef de la Division des Études et d’Évaluation des

    Impacts, Direction des Études et des Prévisions Financières, Ministère des Finances et de la Privatisation, Maroc

    • Mme. Samantha Haulotte, Inspecteur d'administration Fiscale, Service Public Fédéral Finances, Belgique

    24 Novembre 2006

    9:30-12:00

    3ème séance: Amélioration de la gouvernance des entreprises

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    9

    Il existe un large soutien international et national pour l'établissement d’un code de gouvernance d'entreprise au Maroc. Le principal objectif de cette séance est d'explorer le potentiel existant pour un tel effort de codification. La séance soulèvera les questions suivantes : Le calendrier est il adéquat pour le Maroc? Qui devrait mener cet effort de codification ? Quelles institutions doivent être impliquées ? Quel sera le contenu de base du code ? Cette session débutera par une présentation des dernières évolutions en matière de Gouvernance d’entreprise depuis la dernière réunion de l'OCDE (Rabat, septembre 2005). Elle sera suivie par une présentation des attentes spécifiques des entreprises par rapport à la Gouvernance et de la manière avec laquelle un code de bonne gouvernance pourrait y répondre. La dernière présentation illustrera, à travers les expériences vécues par d'autres pays, les facteurs qui peuvent réaliser le succès ou entraîner l'échec d'un effort de codification. Remarques préalables par Mme. Amina Benjelloun, Chargée de Mission auprès du Premier Ministre, Maroc Président: M. Brahim Benjelloun-Touimi, Administrateur Directeur Général, BMCE Bank, Maroc Experts pour cette séance:

    • M. Abdessalam Aboudrar, Directeur Général Adjoint, Caisse de Dépôt et de Gestion, Maroc

    • M. Rachid Belkahia, Professeur Universitaire et Chef d’Entreprise, Maroc • M. Mustapha El Base, Directeur Général, Formation Organisation et Conseil de

    Sociétés (FOCS), Maroc • M. Richard Frederick, Expert en Bonne Gouvernance, OCDE

    12 :00 – 13:30 Déjeuner

    13:30-16:00 4ème séance: Amélioration de la capacité du secteur du capital-risque

    Cet atelier réunira les acteurs clé dans le secteur du capital risque, dans le but d'étudier les stratégies visant à accroître l'attractivité de ce secteur pour les PME. La séance aura pour second objectif d'examiner la structure du secteur du Capital Risque et les mesures qui peuvent le renforcer. Les analyses durant cette séance aborderont le cadre législatif régissant le secteur du capital-risque, ainsi que les récentes initiatives prises par l'Association Marocaine de Capital Risque (AMIC), et les défis restant à relever par ce secteur. Président : M. Zouheir Chorfi, Directeur du Trésor et des Finances Extérieurs, Maroc

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    10

    Experts pour cette séance :

    • M. Omrane Oubeid, Direction du Trésor, Maroc • M. Mehdi Tahiri, Président de l'Association Marocaine de Capital Risque (AMIC),

    Maroc • Mme. Alissa Koldertsova, Analyste du Secteur Financier, OCDE • M. William Fellows, Responsable de Projet, Financial Services Volunteers Corps

    • M. Khalil Azouzi, Commission PME à la CGEM, Maroc

    16:00 – 16:30

    Pause café

    16:30 - 17:00 Conclusions

    • M. Monkid Mestassi, Secrétaire Général, Ministère des Affaires Économiques et Générales

    • M. Rainer Geiger, Directeur du Programme MENA-OCDE pour l’Investissement

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    11

    C. COMPTE-RENDU

    I. Première Séance

    1. La séance sur l’évaluation des restrictions et des barrières aux IDE a suivi immédiatement le panel d’ouverture de la conférence, lors duquel son Excellence le ministre chargé des Affaires Économiques et Générales a mis l’accent sur la nécessité et l’urgence d’améliorer le climat de l’investissement au Maroc. M. Hakim Tazi, chef de division des Secteurs Agricoles et Industriels, a présidé le panel. Lors de son intervention, M. Tazi a parlé de l’importance d’établir une “liste négative” soulignant tous les secteurs subsistants où les restrictions à l’investissement, national ou étranger, demeurent.

    2. M. Alexander Böhmer, coordinateur du Programme MENA-OCDE pour l’investissement, a fait une présentation sur les éléments clés de la « nouvelle génération » des lois sur l’investissement, durant laquelle il a souligné en particulier l’instrument relatif au traitement national de l’OCDE, qui oblige les pays adhérents à signaler leurs exceptions au traitement national après l’établissement d’entreprise, et qui établit des procédures de suivi pour traiter de ces exceptions dans l’OCDE.

    3. Mme Soraya Ouali de la Direction d’Investissement Marocain a présenté le cadre marocain pour l’investissement et a détaillé les restrictions sectorielles subsistantes dans l’industrie des services financiers, l’industrie de la pêche et le secteur de la radio et de la télévision, entre autres. Lors de sa présentation, Mme Ouali a également souligné l’évolution de la législation marocaine en matière d'investissement.

    4. M. Dominique Carreau, Professeur de droit économique et consultant à Shearman Sterling LLP, a commenté la présentation de Mme Ouali, en comparant les restrictions marocaines subsistantes concernant l’investissement aux normes internationales, et en particulier, au modèle français.

    5. M. Lahcen Achy, Professeur de l’enseignement supérieur au Maroc lui a succédé avec une présentation sur l’évaluation de l’impact économique des restrictions subsistantes, soulignant la nécessité du cadre législatif marocain pour l’investissement d’être compétitif avec d’autres économies émergentes de la région MENA et autres. Il a également mis en garde contre l’utilisation en tant que modèles pour le Maroc de pays tels que la France et le Royaume-Uni, étant donné que ces pays partent d’une base supérieure d’IDE dans leurs économies et de différents besoins de croissance. M. Lahcen a également mis l’accent sur la nécessité d’assurer la cohérence entre les restrictions à l’investissement et les incitations accordées aux investisseurs.

    6. M. Rainer Geiger et M. Tazi ont conclu la séance en constatant l’importance de l’établissement d’une liste négative de l’investissement ainsi que de la définition d’un ensemble de priorités pour une libéralisation potentielle de certains secteurs.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    12

    Conclusions de la Séance

    • Poursuivre les efforts d’évaluation de la pertinence des restrictions subsistantes à l’investissement national et étranger, notamment dans le secteur des services

    • Adopter une approche de liste négative des restrictions à l’investissement étranger, visant à fournir un cadre clair et transparent en matière d'investissement. Un projet de liste a été soumis aux différents départements concernés pour recueillir leur avis ;

    • Mettre en place une agence de promotion de l’investissement efficace et indépendante visant à promouvoir l’image du Maroc en diffusant les informations sur le cadre général de l'investissement au Maroc, en établissant des contacts avec les investisseurs potentiels et en fournissant un appui aux investisseurs installés au Maroc;

    • Codifier les dispositions législatives et réglementaires relatives à l'investissement en vue de mettre à la disposition de l'investisseur l'ensemble des conditions et garanties d’investissement dans un document unique ;

    • Mettre en place un mécanisme de suivi qui permet d'évaluer le niveau d'application du cadre légal et réglementaire relatif à l'investissement en utilisant les outils développés par l’OCDE.

    II. Deuxième Séance

    1. La séance sur l’évaluation de l’efficacité des incitations fiscales à l’investissement a eu lieu l’après-midi du premier jour de l’atelier. M.Ahmed Tazi, Directeur du contrôle fiscal à la Direction Générale des Impôts, a présidé ce panel. Lors de son intervention, M. Tazi a noté que le Maroc a été le premier pays de la région MENA à réaliser un rapport sur les dépenses fiscales, qui depuis 2006, selon la loi, doit être compris dans le processus budgétaire. Il a également mis l’accent sur l’importance de l’utilisation de ces instruments d’analyse pour améliorer la transparence et la responsabilité fiscales.

    2. Ensuite, Mme Ana Cebreiro-Gómez, experte en fiscalité à l’OCDE, a délivré une présentation sur le rôle des systèmes fiscaux afin d’attirer l’IDE. Elle a souligné le fait que la simplicité, la transparence et la stabilité conjointement avec la confiance dans l’administration fiscale sont des facteurs importants pour attirer l’IDE. En conclusion générale concernant les meilleures pratiques internationales, elle a souligné que les incitations fiscales sont plus efficaces si elles subventionnent seulement l’investissement qui ne se serait pas produit en l’absence de cet appui. Elle a également signalé la difficulté d’expliquer la relation entre l’imposition et l’IDE et a mentionné qu’une nouvelle publication de l’OCDE sur ce sujet serait publiée l’année prochaine.

    3. Mme. Naoual Jellouli, chef de la Division d’Études de la Direction des Impôts, au Ministère des Finances et de la Privatisation, a présenté le rapport sur les dépenses fiscales au Maroc. Le rapport couvre les estimations de recettes renoncées suite aux incitations fiscales trouvées dans tous les impôts. L’étude est approfondie et bien présentée et sera un bon instrument à prendre en considération lors de prises de décisions politiques, en particulier concernant la rationalisation des incitations fiscales.

    4. Ensuite M. El Ghrib Abdelkader, chef de la Division des Études et de l’Évaluation des Impacts de la Direction des Études et des Prévisions Financières du Ministère des Finances et de la

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    13

    Privatisation, a présenté des estimations concernant l’impact socio-économique des dépenses fiscales, se concentrant principalement sur les dépenses fiscales allouées par le système fiscal des entreprises. Il a expliqué que l’analyse fait partie d’une réforme fiscale globale qui vise à garantir une neutralité économique du système fiscal, à stabiliser les recettes fiscales et à réduire les distorsions avec pour objectif final de stimuler la compétitivité économique. Les principaux résultats suggèrent que les effets positifs des incitations fiscales sur l’investissement privé et sur l’emploi sont fortement réduits, et en fait deviennent négatifs, sur le long terme. Les raisons de ces diminutions (effets négatifs) ne sont pas claires. L’OCDE a suggéré qu’une analyse coût/bénéfices des incitations fiscales marocaines soit entreprise pour aborder les question suivantes: les incitations atteignent-elles leurs objectifs? Quelle est la raison des impacts négatifs à moyen et long terme? Hypothèses concernant le modèle, la conception des incitations fiscales?

    5. La présentation finale sur la méthodologie utilisée dans le Rapport belge sur les dépenses fiscales a été effectuée par Mme Samantha Haulotte, Inspecteur d'administration Fiscale du Service Public Fédéral des Finances de la Belgique. Elle a indiqué la difficulté d’une comparaison internationale des rapports de dépenses fiscales en raison des différentes méthodologies employées dans les différents pays. Elle a également souligné l’importance du choix d’un repère concernant la définition des dépenses fiscales et a mis l’accent sur la nécessité de calculer les taux d’imposition effectifs avec et sans les incitations fiscales afin de montrer les charges fiscales réelles.

    6. M. Tazi a conclu la séance en mettant l’accent sur l’importance de conduire des études analytiques sur les options alternatives des politiques fiscales et d’estimer les gains ou pertes de recettes conséquentes à des réformes fiscales spécifiques afin de s’assurer que les décisions politiques sont basées sur des informations complètes concernant leur impact probable.

    Conclusions de la Séance

    • Utiliser le rapport sur les dépenses fiscales en tant qu'instrument de prise de décision en matière de politique fiscale afin de renforcer la transparence des avantages accordés à l’investissement

    • Procéder à une analyse coût/avantages des incitations fiscales sur la base des critères d’évaluation mis au point par l’OCDE

    • Réviser le système des incitations fiscales à l'investissement à la lumière de l’expérience de certains pays de la région MENA et de l’OCDE

    En particulier :

    • Prendre en considération les résultats des analyses établies dans le cadre de la reforme fiscale en cours.

    III. Troisième Séance

    1. Mme. Assia Berrada, directrice juridique de la BMCE Bank a présidé la séance sur la gouvernance des entreprises. Les remarques préalables ont été effectuées par Mme Amina Benjelloun, représentante du Ministère des Affaires Économiques et Générales, qui a signalé les bénéfices que le Maroc pourrait tirer d’une meilleure gouvernance de ses entreprises. Il a également été suggéré que le moment choisi était approprié pour entreprendre un effort conjoint afin d’améliorer la gouvernance au Maroc, et de constituer un groupe travaillant à l’obtention de résultats concrets aboutissant à l’élaboration d’une charte.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    14

    2. Les remarques préalables ont été suivies de l’intervention de M. Abdessalam Aboudrar, qui s’est concentré sur l’importance des entreprises publiques dans l’économie marocaine, et qui a suggéré l’idée qu’une meilleure gouvernance des entreprises publiques pourrait améliorer de façon significative l’efficacité de ce secteur, préparer les entreprises publiques à une possible privatisation, et également servir de modèle pour le secteur privé. Il a également été mentionné que les entreprises publiques peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de la gouvernance des entreprises via leur influence sur les sous-traitants et les fournisseurs qu’elles engagent, en leur demandant d’adhérer à des normes de gouvernance et d’éthique.

    3. La présentation suivante a été effectuée par M. Rachid Belkahia, qui a développé le thème de la gouvernance des PME. La présentation a débuté par la mise en évidence de l’importance globale des PME au Maroc où elles représentent 95% de l’économie, constituent 60% des emplois et environ 50% du total des investissements. Une discussion a suivi concernant les raisons de l’importance de la gouvernance des entreprises pour les PME, malgré le fait qu’elles ne souffrent pas des problèmes traditionnels « d’agence ». Une meilleure gouvernance tient la promesse d’une amélioration du management des PME et de rendre le secteur des PME plus dynamique étant donné qu’une des faiblesses principales des PME au Maroc semblait être leur manque de flexibilité, de croissance et d’innovation. Une meilleure gouvernance peut également aider les PME à gérer la transition difficile entre la génération de propriétaires/fondateurs et une deuxième génération de directeurs d’affaires. Comme pour d’autres entreprises, une gouvernance faible se traduit directement par une augmentation des coûts de capital. D’un autre coté, une bonne gouvernance a le potentiel de réduire les frais d’emprunt. Ainsi, le bénéficiaire principal d’une meilleure gouvernance au Maroc serait les PME elles-mêmes.

    4. Les PME sont différentes des entreprises plus importantes cotées en bourse étant donné que le bailleur principal de fonds externes et l’agent principal de gouvernance tendent à être les banques et non les marchés boursiers d’actions. La présentation a conclu sur la confirmation qu’une charte marocaine de gouvernance des entreprises pourrait être d’une grande utilité et sur des suggestions concernant la promotion d’une meilleure gouvernance parmi les PME. Ces suggestions se sont concentrées sur la nécessité d’une assistance concernant la façon d’appliquer les principes universels de gouvernance d’entreprise aux besoins spécifiques des PME.

    5. M. Mustapha El Baze a souligné d’une part les résultats d’une étude qui a conclu qu’une gouvernance faible tend à endommager les perspectives économiques, et d’autre part qu’il y avait beaucoup à gagner à améliorer la gouvernance au Maroc. Une des étapes principales concernant l’amélioration de la gouvernance est la rédaction d’une charte. Les conseils pour une bonne gouvernance doivent également s’adresser à différents types d’entreprises, comme les entreprises publiques ou les PME. Il a été, cependant, noté par les participants que les principes de bonne gouvernance restent les mêmes en dépit des entreprises, et qu’une charte universelle peut être complétée et clarifiée par un certain nombre de documents explicatifs destinés à des situations spécifiques. D’autres étapes clés pour l’amélioration de la gouvernance au Maroc consisteraient à accroître la sensibilisation du public, fournir une meilleure formation pour les conseils d’administration, renforcer les comités d’audit, et développer d’autres chartes décrivant le rôle et les responsabilités des membres du conseil d’administration. La présentation a également couvert les étapes pratiques à franchir pour le processus de rédaction, en mentionnant notamment les acteurs clés et le contenu d’une charte éventuelle.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    15

    6. Mr. Richard Frederick a présenté les facteurs clés qui peuvent déterminer le succès ou l’échec d’un projet de codification en associant l’expérience des efforts de l’OCDE et des différents pays. La transparence et l’inclusion ont été deux des facteurs clés qui ont participé au succès de l’effort de l’OCDE du développement d’une charte internationale. Le moment choisi pour un effort de codification, le contexte économique et politique, et le contenu de la charte sont également très importants. La notion que le « produit est le processus » a été soulignée, par exemple, le rendement ne se situe pas simplement dans l’obtention d’un document mais également dans la gestion d’un processus encourageant le dialogue et un changement culturel éventuel.

    7. En conclusion, il y a eu une large reconnaissance des raisons en faveur de la logique d’une bonne gouvernance, et du besoin d’améliorer la gouvernance des entreprises au Maroc. Il y a également eu une large approbation concernant l’effort de codification comme étant un des principaux moyens pour atteindre ce but. En termes d’objectifs et de processus, il est bien compris que l’objectif de quelque effort que ce soit ne se situe pas seulement dans la rédaction d’une charte (un processus relativement facile), mais, plutôt dans le fait de générer un changement culturel, ce qui est considérablement plus difficile. La séance s’est achevée sur les observations concernant le moment choisi qui semble être opportun au Maroc car tous les facteurs nécessaires sont en place. Il existe une vision claire de la façon d’agir concernant le processus et le contenu d’une charte éventuelle. Il semble manquer un réel leadership pour une prise d’initiative. A ce sujet, il a été suggéré de former un comité avant mars 2007 qui aura comme objectifs la planification et l’organisation d’un processus de rédaction de charte, ce qui devrait générer des résultats probants dont une charte dans un délai d’un an.

    Conclusions de la Séance

    • Tous les facteurs nécessaires pour la rédaction d’une charte de bonne gouvernance d’entreprise sont actuellement réunis.

    • Une prise de conscience importante a été constatée parmi les participants sur le besoin et les avantages liés à la bonne gouvernance d’entreprise. Certaines initiatives ont été entreprises par le passé pour développer de telles chartes, mais elles n’ont toutefois pas connu des avancées considérables.

    • D'après les remarques des participants, il existe un soutien prononcé pour l’élaboration de ces chartes ainsi qu’une vision claire sur les parties prenantes et sur le contenu.

    • Il a été suggéré de constituer une commission mixte public-privé avant mars 2007 dans l’objectif de développer une charte de bonne gouvernance de l'entreprise et d'en présenter une première ébauche dans un délai d’une année.

    IV. Quatrième Séance

    1. Cette séance était présidée par M. Obaid Amrane, Directeur du Trésor et des Finances Extérieurs du Maroc. La séance a commence avec une présentation de Loi 41-05 relative aux organismes de placement en capital-risque par M. Hicham Zanoiti, représentatif du Trésor.

    2. Ensuite, M. Mehdi Tahiri a présente l’état actuel et les développements récents dans ce secteur, ainsi que les activités de l’Association Marocaine du Capital-Risque. M. Tahiri a souligné que depuis

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    16

    2000, le secteur a connu un démarrage très significatif et que aujourd’hui le taille de secteur est 400 milliard dirhams (excluant le secteurs immobilier et tourisme), ce qui représente 20 fois le taille de secteur il y a 8 ans. M. Tahiri partage la perspective, comme le Président de AMIC, de l’avenir de secteur capital risque. Il a souligné que la croissance du secteur peut être attribuée a la mondialisation d’équipes qui gèrent le fonds d’investissement, la confiance des investisseurs qui a augmentée, ainsi que la rôle positif jouée par les autorités marocains. Selon lui, l’introduction du cadre législative pour le secteur capital risque était très pertinent et il a encouragé l’adoption de ce cadre au Maroc, étant donné que ce cadre pourra avoir besoin de quelques modifications.

    3. M. Fellows, un représentant de Financial Services Volunteers Corps, a presenté son expérience avec ce secteur au Maroc dans le contexte de standards internationaux, en proposant que le benchmarking de secteur vis-a-vis de ces standards puisse bénéficier à ce secteur.

    4. Mme. Alissa Koldertsova de Programme MENA-OCDE pour l’Investissement a presenté les conclusions de la mission d’équipe que l'OCDE a menée en Octobre 2006, et a comparé la structure du secteur capital risque marocain avec celui des pays membred de l’OCDE.

    5. M. Azouzi, le représentant de commission PME à la CGEM a discuté de l’expérience PME dans la manière, en partagent une perspective différente des autres intervenants. M. Azouzi a mis accent sur l’insuffisance de financement pour le création des entreprises et a discuté de la concurrence de financement via le secteur capital risque avec les autres moyennes de financement. Une autre observation clé faite par M. Azouzi a concerné la capacité de capital investisseur à suivre de développement des entreprises dans lesquelles ils investissent, ce qui manque a son avis aujourd’hui a Maroc. La discussion qui a suivi les présentations des intervenants s'est focalisée sur la nécessité de fonds de garantie au Maroc, le cadre règlementaire actuel et les étapes suivants pour renforcer ce secteur.

    Conclusions de la Séance

    • Créer une antenne marocaine du réseau MENA-OCDE pour le financement de l’entreprise qui réunit les acteurs de l'innovation, du secteur financier, et des entrepreneurs.

    • Stimuler le financement sous forme de capital risque à travers des mesures alternatives (en dehors du cadre légal actuel) comme le développement des garanties, et prendre en considération cette approche sur la base de modèles adoptés par des pays émergents de la région MENA.

    • Envisager la coopération dans ce domaine entre le Programme MENA-OCDE pour l’Investissement et d’autres organisations régionales.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    17

    D. DOCUMENT POUR SEANCE I : ÉVALUATION DES RESTRICTIONS ET DES BARRIÈRES AUX IDE

    PRÉSENTÉ PENDANT L'ATELIER SUR LE PROGRAMME NATIONAL DE REFORME DE L’INVESTISSEMENT POUR LE ROYAUME DU MAROC

    La première séance de l’atelier a établi l'état des lieux en matière d’investissement au Maroc et a mis en relief les réussites réalisées par le pays dans l'amélioration de son climat d'investissement durant ces dernières années. Une liste provisoire des restrictions aux IDE, compilée dans un Annexe II de ce document, a été préparée par la Direction des Investissements. Un processus intra-ministeriel de vérification de cette liste a été lancé en Novembre 2006.

    Contact : Alexander Böhmer , [email protected] , +33 1 45 24 19 12.

  • Programme MENA - l’OCDE Pour Investissement

    18

    I. Introduction

    1. Les bonnes pratiques visant à fournir un environnement d'investissement transparent et prévisible dans les pays de la région MENA et de l'OCDE insistent sur les avantages à bénéficier d'un régime législatif unifié soutenu par une agence de promotion de l'investissement efficace et indépendante.

    2. Cette séance á étudié les stratégies envisageables pour progresser dans ce sens au Maroc. La vue d’ensemble ci-après concernant les bonnes pratiques émergentes en termes de réglementation de l’investissement dans la région MENA mentionnant les pratiques de l’OCDE, est supposée fournir des informations utiles pour la révision d’anciennes lois et réglementations sur l’investissement ou pour la rédaction de nouvelles. Elle indique les éléments clés de la « nouvelle génération » de lois sur l’investissement. Les documents d’information auxquels il est fait référence dans les notes de bas de page sont librement accessibles sur le site Internet de l’OCDE.

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    19

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    1. G

    aran

    tie p

    our l

    es in

    vest

    isse

    urs

    Les

    norm

    es é

    mer

    gent

    es c

    once

    rnan

    t la

    rég

    lem

    enta

    tion

    des

    inve

    stis

    sem

    ents

    na

    tiona

    ux a

    insi

    que

    les

    acco

    rds

    sur

    les

    inve

    stis

    sem

    ents

    int

    erna

    tiona

    ux f

    ont

    réfé

    renc

    e au

    x pr

    inci

    pes

    suiv

    ants

    per

    met

    tant

    de

    prot

    éger

    les

    inv

    estis

    seur

    s pr

    ivés

    1 :

    a) G

    aran

    tie d

    ’un

    traite

    men

    t na

    tiona

    l po

    ur l

    es i

    nves

    tisse

    urs

    étra

    nger

    s au

    ssi

    bien

    au

    nive

    au d

    es é

    tape

    s pré

    céda

    nt la

    cré

    atio

    n qu

    e ce

    lles q

    ui lu

    i suc

    cède

    nt ;

    b) L

    es e

    xcep

    tions

    dev

    raie

    nt ê

    tre c

    laire

    men

    t et

    pré

    cisé

    men

    t fo

    rmul

    ées

    et

    régu

    lière

    men

    t rév

    isée

    s afin

    d’ê

    tre su

    pprim

    ées p

    rogr

    essiv

    emen

    t;

    c) U

    n tra

    item

    ent

    just

    e et

    équ

    itabl

    e2 d

    es i

    nves

    tisse

    men

    ts n

    atio

    naux

    et

    inte

    rnat

    iona

    ux g

    râce

    à l

    ’intro

    duct

    ion

    d’un

    e pr

    otec

    tion

    tota

    le d

    es d

    roits

    de

    prop

    riété

    , not

    amm

    ent c

    eux

    de p

    ropr

    iété

    inte

    llect

    uelle

    ;

    d) D

    ispo

    sitio

    n de

    hau

    ts n

    ivea

    ux d

    e co

    mpe

    nsat

    ion

    pour

    les

    exp

    ropr

    iatio

    ns

    dire

    ctes

    ou

    indi

    rect

    es;

    e) A

    ccès

    san

    s re

    stric

    tion

    pour

    les

    inv

    estis

    seur

    s à

    un m

    écan

    ism

    e ef

    ficac

    e po

    ur le

    règ

    lem

    ent d

    es d

    iffér

    ends

    nat

    iona

    ux e

    t int

    erna

    tiona

    ux.

    Déc

    lara

    tion

    du r

    éuni

    on m

    inis

    téri

    elle

    du

    Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    -OC

    DE

    po

    ur l

    ’inve

    stis

    sem

    ent,

    14 f

    évri

    er 2

    006

    : «l

    ’app

    licat

    ion

    du t

    raite

    men

    t na

    tiona

    l au

    x in

    vest

    isse

    urs

    étra

    nger

    s, un

    tra

    item

    ent

    just

    e et

    équ

    itabl

    e de

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t, et

    la

    prot

    ectio

    n de

    s dr

    oits

    des

    inv

    estis

    seur

    s et

    l’o

    ctro

    i d’

    une

    inde

    mni

    satio

    n en

    cas

    d’e

    xpro

    pria

    tion

    quel

    le q

    u’en

    soit

    la fo

    rme.

    »

    Des

    no

    rmes

    pe

    rmet

    tant

    de

    pr

    otég

    er l

    es i

    nves

    tisse

    urs

    priv

    és

    ne f

    igur

    ent

    pas

    dans

    la

    loi

    cadr

    e N

    o.

    18-9

    5 Fo

    rman

    t C

    harte

    de

    L’

    Inve

    stis

    sem

    ent

    mai

    s da

    ns

    les

    acco

    rds

    bila

    téra

    ux

    d’in

    vest

    isse

    men

    t qu

    e le

    Mar

    oc a

    si

    gné.

    1 In

    vent

    aire

    des

    Acc

    ords

    Inte

    rnat

    iona

    ux su

    r l’in

    vest

    isse

    men

    t de

    la ré

    gion

    MEN

    A, h

    ttp://

    ww

    w.o

    ecd.

    org/

    data

    oecd

    /57/

    0/36

    0866

    80.p

    df

    2 http

    ://w

    ww

    .oec

    d.or

    g/da

    taoe

    cd/1

    3/49

    /343

    2719

    4.pd

    f

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    20

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    a) T

    raite

    men

    t nat

    iona

    l

    Au

    cour

    s de

    s de

    rniè

    res

    déce

    nnie

    s, le

    s ob

    stac

    les

    à l’é

    tabl

    isse

    men

    t et a

    u fo

    nctio

    nnem

    ent

    d’en

    trepr

    ises

    à

    capi

    tal

    parti

    elle

    men

    t ou

    tot

    alem

    ent

    étra

    nger

    , on

    t pr

    ogre

    ssiv

    emen

    t di

    min

    ués

    dans

    les

    pays

    de

    la r

    égio

    n M

    ENA

    . Le

    s re

    stric

    tions

    con

    cern

    ant

    la

    prop

    riété

    ét

    rang

    ère

    des

    entre

    pris

    es

    ont

    été

    asso

    uplie

    s, co

    mm

    e l’o

    nt é

    té c

    elle

    s con

    cern

    ant l

    a pr

    oprié

    fonc

    ière

    et

    im

    mob

    ilièr

    e po

    ur

    les

    étra

    nger

    s et

    ce

    lles

    conc

    erna

    nt

    l’acq

    uisi

    tion

    d’ac

    tions

    su

    r le

    s m

    arch

    és b

    ours

    iers

    nat

    iona

    ux

    par

    des

    étra

    nger

    s. D

    ans

    certa

    ins

    pays

    de

    la

    gion

    M

    ENA

    , le

    s ét

    rang

    ers

    peuv

    ent

    parti

    cipe

    r à

    la

    priv

    atis

    atio

    n d’

    entre

    pris

    es d

    ’éta

    t. La

    vo

    lont

    é de

    la

    plup

    art

    des

    pays

    de

    MEN

    A d

    e s’

    enga

    ger

    à pr

    otég

    er l

    es

    inve

    stis

    sem

    ents

    ét

    rang

    ers,

    est

    dém

    ontré

    e pa

    r le

    nom

    bre

    croi

    ssan

    t de

    tra

    ités

    d’in

    vest

    isse

    men

    t bi

    laté

    raux

    , si

    gnés

    lo

    rs

    de

    ces

    dern

    ière

    s an

    nées

    , ai

    nsi

    que

    par

    l’exi

    sten

    ce

    de

    disp

    ositi

    ons

    de

    En

    Jord

    anie

    , la

    loi

    N°1

    6 de

    199

    5 po

    ur l

    a pr

    omot

    ion

    de l

    ’inve

    stis

    sent

    st

    ipul

    e da

    ns

    l’arti

    cle

    24b

    : "…

    l'i

    nves

    tisse

    ur

    non

    jord

    anie

    n in

    vest

    issa

    nt

    dans

    n'

    impo

    rte

    quel

    pr

    ojet

    gi

    selo

    n ce

    tte

    Loi

    sera

    so

    umis

    au

    m

    ême

    traite

    men

    t qu

    e l'I

    nves

    tisse

    ur jo

    rdan

    ien.

    " A

    rticl

    e 25

    : "I

    l ne

    se

    ra

    perm

    is

    d'ex

    prop

    rier

    aucu

    n P

    roje

    t ou

    de l

    e so

    umet

    tre à

    au

    cune

    mes

    ure

    qui

    pour

    rait

    men

    er à

    so

    n ex

    prop

    riatio

    n, à

    moi

    ns q

    u'un

    e ex

    prop

    riatio

    n ne

    so

    it un

    ra

    chat

    ob

    ligat

    oire

    au

    béné

    fice

    de l

    ’inté

    rêt

    géné

    ral

    et

    en

    écha

    nge

    d'un

    e co

    mpe

    nsat

    ion

    just

    e ré

    glée

    à

    l'inv

    estis

    seur

    . La

    co

    mpe

    nsat

    ion

    payé

    e à

    un

    inve

    stis

    seur

    no

    n jo

    rdan

    ien

    dans

    ce

    cas

    se f

    era

    en

    mon

    naie

    con

    verti

    ble.

    "

    C

    once

    rnan

    t le

    s pa

    ys

    mem

    bres

    de

    l’O

    CD

    E, l

    ’app

    roch

    e du

    com

    ité s

    ur

    l’inv

    estis

    sem

    ent d

    e l’O

    CD

    E, a

    u su

    jet

    du

    tra

    item

    ent

    natio

    nal,

    oblig

    e le

    s

    3 http

    ://w

    ww

    .oec

    d.or

    g/do

    cum

    ent/5

    5/0,

    2340

    ,fr_2

    649_

    2011

    85_1

    9329

    83_1

    _1_1

    _1,0

    0.ht

    ml

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    21

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    prot

    ectio

    n et

    de

    gara

    ntie

    dan

    s le

    urs

    lois

    su

    r l’i

    nves

    tisse

    men

    t. N

    éanm

    oins

    , il c

    onvi

    ent d

    e no

    ter q

    ue

    certa

    ins

    pays

    n’

    ont

    pas

    enco

    re

    acco

    rdé

    ces

    gara

    ntie

    s au

    x in

    vest

    isse

    urs

    étra

    nger

    s da

    ns

    leur

    s lo

    is su

    r l’in

    vest

    isse

    men

    t.

    pays

    ad

    hére

    nts

    à si

    gnal

    er

    leur

    s ex

    cept

    ions

    (leu

    rs re

    stric

    tions

    ) dan

    s le

    ca

    dre

    inst

    auré

    par

    la D

    écla

    ratio

    n su

    r l’i

    nves

    tisse

    men

    t in

    tern

    atio

    nal

    et l

    es

    entre

    pris

    es

    mul

    tinat

    iona

    les.

    Il es

    t so

    uhai

    tabl

    e qu

    e l’e

    sprit

    de

    ce

    tra

    item

    ent

    soit

    appl

    iqué

    dan

    s le

    but

    d’

    amél

    iore

    r la

    tra

    nspa

    renc

    e da

    ns l

    a ré

    gion

    MEN

    A.

    Voir

    la

    décl

    arat

    ion

    de l

    ’OC

    DE

    sur

    l’I

    nstr

    umen

    t re

    latif

    au

    Trai

    tem

    ent

    natio

    nal.3

    b) E

    xpro

    pria

    tion

    La

    m

    ajor

    ité

    des

    lois

    su

    r l’i

    nves

    tisse

    men

    t de

    s pa

    ys

    de

    la

    régi

    on M

    ENA

    inc

    lut

    des

    gara

    ntie

    s lé

    gale

    s co

    ntre

    l’e

    xpro

    pria

    tion.

    D

    e pl

    us, l

    es a

    ccor

    ds i

    nter

    natio

    naux

    sur

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t co

    nclu

    s pa

    r le

    s pa

    ys

    de

    la

    régi

    on

    MEN

    A

    (TB

    I, C

    IRD

    I so

    uscr

    iptio

    n)

    offr

    ent

    des

    gara

    ntie

    s en

    ca

    s d’

    expr

    opria

    tion.

    C

    es a

    ccor

    ds t

    ende

    nt à

    pré

    serv

    er l

    es

    norm

    es

    inte

    rnat

    iona

    les

    min

    imum

    ,

    - Se

    lon

    la L

    oi j

    orda

    nien

    ne n

    °16

    de

    1995

    ,

    pour

    la

    pr

    omot

    ion

    de

    l’inv

    estis

    sem

    ent :

    «

    Il ne

    se

    ra

    auto

    risé

    d’ex

    prop

    rier a

    ucun

    pro

    jet o

    u de

    le s

    oum

    ettre

    à a

    ucun

    e m

    esur

    e qu

    i m

    èner

    ait

    à un

    e ex

    prop

    riatio

    n,

    à m

    oins

    qu

    ’une

    te

    lle

    expr

    opria

    tion

    so

    it un

    ach

    at o

    blig

    atoi

    re a

    u bé

    néfic

    e de

    l’in

    térê

    t gén

    éral

    . -

    Voir

    la

    publ

    icat

    ion

    de l

    ’OC

    DE

    co

    ncer

    nant

    l’E

    xpro

    pria

    tion4

    4 http

    ://w

    ww

    .oec

    d.or

    g/da

    taoe

    cd/1

    2/1/

    3433

    5429

    .pdf

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    22

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    selo

    n le

    sque

    lles

    l’exp

    ropr

    iatio

    n es

    t lé

    gale

    un

    ique

    men

    t lo

    rsqu

    ’elle

    sulte

    d’

    un

    inté

    rêt

    clai

    rem

    ent

    géné

    ral,

    sans

    fa

    ire

    preu

    ve

    de

    disc

    rimin

    atio

    n et

    en

    co

    ntre

    parti

    e d’

    une

    com

    pens

    atio

    n ju

    ste,

    rap

    ide

    et

    effic

    ace.

    - D

    écla

    ratio

    n du

    unio

    n m

    inis

    téri

    elle

    du

    Pr

    ogra

    mm

    e M

    EN

    A-O

    CD

    E

    pour

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t, 14

    fév

    rier

    2006

    : «

    un r

    enfo

    rcem

    ent

    de l

    a pr

    otec

    tion

    des

    droi

    ts d

    e pr

    oprié

    té,

    y co

    mpr

    is

    inte

    llect

    uelle

    , et

    de

    s dr

    oits

    co

    ntra

    ctue

    ls. »

    c)

    Lib

    re tr

    ansf

    ert

    Gén

    éral

    emen

    t, le

    s pa

    ys d

    e la

    rég

    ion

    MEN

    A d

    iver

    gent

    qua

    nt a

    u m

    onta

    nt

    tota

    l de

    ca

    pita

    ux

    que

    les

    inve

    stis

    seur

    s pe

    uven

    t ra

    patri

    er

    libre

    men

    t. Pl

    usie

    urs

    pays

    de

    la

    gion

    MEN

    A a

    utor

    isen

    t ég

    alem

    ent

    le

    rapa

    triem

    ent

    de

    capi

    taux

    sa

    ns

    entra

    ves

    et s

    ans

    rest

    rictio

    ns.

    Trei

    ze

    des

    pays

    de

    la r

    égio

    n M

    ENA

    (Le

    B

    ahre

    ïn,

    Djib

    outi,

    l’É

    gypt

    e,

    la

    Jord

    anie

    , le

    K

    oweï

    t, le

    Li

    ban,

    O

    man

    , le

    Qat

    ar,

    l’Ara

    bie

    Saou

    dite

    , la

    Tun

    isie

    et

    Les

    Émira

    ts A

    rabe

    s U

    nis,

    Iraq

    et L

    ibye

    ) ind

    ique

    nt q

    u’ils

    au

    toris

    ent

    le

    rapa

    triem

    ent

    de

    capi

    taux

    san

    s re

    stric

    tion,

    alo

    rs q

    ue

    l’Alg

    érie

    , le

    Mar

    oc,

    la S

    yrie

    et

    le

    Yém

    en, o

    père

    nt d

    es re

    stric

    tions

    plu

    s ou

    m

    oins

    im

    porta

    ntes

    . A

    l’h

    eure

    ac

    tuel

    le,

    on

    ne

    trouv

    e pa

    s

    - D

    écla

    ratio

    n du

    unio

    n m

    inis

    téri

    elle

    du

    Pr

    ogra

    mm

    e M

    EN

    A-O

    CD

    E

    pour

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t, 14

    fév

    rier

    200

    6 :

    « la

    lib

    éral

    isat

    ion

    des

    rest

    rictio

    ns

    éven

    tuel

    lem

    ent

    exis

    tant

    es

    au

    rapa

    triem

    ent

    des

    capi

    taux

    et

    de

    s pr

    odui

    ts d

    e l’i

    nves

    tisse

    men

    t. »

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    23

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    d’in

    form

    atio

    n pu

    bliq

    ue

    disp

    onib

    le

    conc

    erna

    nt c

    ette

    rég

    ulat

    ion

    au s

    ein

    de l’

    Aut

    orité

    Pal

    estin

    ienn

    e.

    d)

    NPF

    /IIA

    traite

    men

    t de

    s na

    tions

    les p

    lus f

    avor

    isée

    s Le

    s cl

    ause

    s de

    tra

    item

    ent

    des

    NPF

    se

    tro

    uven

    t da

    ns

    la

    plup

    art

    des

    acco

    rds

    inte

    rnat

    iona

    ux

    sur

    l’inv

    estis

    sem

    ent.

    Alo

    rs q

    ue la

    nor

    me

    de t

    raite

    men

    t N

    PF a

    été

    rat

    tach

    ée

    par

    certa

    ins

    au p

    rinci

    pe d

    e l’é

    galit

    é de

    s Ét

    ats,

    offic

    ielle

    men

    t l’o

    blig

    atio

    n de

    NPF

    exi

    ste

    uniq

    uem

    ent

    quan

    d un

    e cl

    ause

    de

    tra

    ité

    la c

    rée.

    En

    l’a

    bsen

    ce d

    ’une

    obl

    igat

    ion

    de t

    raité

    (o

    u po

    ur

    cette

    qu

    estio

    n un

    e ob

    ligat

    ion

    MFN

    dan

    s le

    cad

    re d

    e la

    lo

    i lo

    cale

    ), le

    s ét

    ats

    retie

    nnen

    t la

    po

    ssib

    ilité

    de

    faire

    une

    dis

    tinct

    ion

    parm

    i le

    s pa

    ys é

    trang

    ers

    dans

    leu

    rs

    affa

    ires é

    cono

    miq

    ues.

    En

    gén

    éral

    , la

    plu

    part

    des

    lois

    sur

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t dan

    s le

    s pa

    ys d

    e la

    gion

    MEN

    A n

    e po

    ssèd

    ent

    pas

    de

    clau

    se

    NPF

    , m

    ais

    ceux

    qu

    i so

    nt

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    24

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    mem

    bres

    de

    l’OM

    C s

    ont a

    ssuj

    ettis

    à

    cette

    règ

    le d

    e pa

    rt le

    ur e

    ngag

    emen

    t au

    x ac

    cord

    s de

    l’O

    MC

    . (A

    ctue

    llem

    ent

    cela

    con

    cern

    e ne

    uf

    pays

    : le

    B

    ahre

    ïn,

    l’Égy

    pte,

    le

    K

    oweï

    t, la

    Mau

    ritan

    ie, l

    e M

    aroc

    , le

    Qat

    ar, l

    a Tu

    nisi

    e, la

    Tur

    quie

    , et

    les

    Émira

    ts A

    rabe

    s Uni

    s).

    e

    ) Tr

    aite

    men

    t ju

    ste

    et

    équi

    tabl

    e/R

    ègle

    men

    t de

    s di

    ffér

    ends

    Les

    inve

    stis

    seur

    s pr

    ivés

    , not

    amm

    ent

    ceux

    co

    ncer

    nés

    par

    les

    proj

    ets

    d’in

    fras

    truct

    ure

    à lo

    ng t

    erm

    e, s

    ont

    souv

    ent

    soum

    is a

    u ris

    que

    que

    le

    futu

    r go

    uver

    nem

    ent

    du p

    ays

    hôte

    ét

    ablis

    se

    des

    chan

    gem

    ents

    co

    ncer

    nant

    la

    légi

    slat

    ion

    natio

    nale

    , ce

    qui

    pou

    rrai

    t af

    fect

    er d

    e fa

    çon

    néga

    tive

    l’inv

    estis

    sem

    ent r

    éalis

    é.

    De

    mei

    lleur

    es

    prat

    ique

    s af

    in

    de

    prém

    unir

    les

    inve

    stis

    seur

    s d’

    un t

    el

    risqu

    e :

    a) é

    tabl

    isse

    men

    t de

    nor

    mes

    ju

    stes

    et

    équi

    tabl

    es;

    b) i

    ntro

    duct

    ion

    d’un

    e cl

    ause

    d’

    arbi

    trage

    in

    tern

    atio

    nal

    dans

    le

    s ac

    cord

    s

    Dan

    s la

    régi

    on M

    ENA

    , la

    plup

    art d

    es

    pays

    ont

    sign

    é la

    con

    vent

    ion

    du

    CIR

    DI p

    our l

    e rè

    glem

    ent d

    es

    diff

    éren

    ds re

    latif

    s aux

    in

    vest

    isse

    men

    ts

    (l’A

    lgér

    ie, l

    ’Égy

    pte,

    la Jo

    rdan

    ie, l

    e K

    oweï

    t, le

    Lib

    an, l

    e M

    aroc

    , l’O

    man

    , la

    Syr

    ie, l

    a Tu

    nisi

    e, le

    s Ém

    irats

    A

    rabe

    s Uni

    s, le

    Yém

    en).

    - Vo

    ir l

    es p

    ublic

    atio

    ns d

    e l’O

    CD

    E

    sur

    les

    norm

    es d

    e tr

    aite

    men

    t ju

    stes

    et

    équ

    itabl

    es.5

    - Vo

    ir l

    es p

    ublic

    atio

    ns d

    e l’O

    CD

    E

    sur l

    e R

    ègle

    men

    t des

    diff

    éren

    ds.6

    5 http

    ://w

    ww

    .oec

    d.or

    g/da

    taoe

    cd/1

    3/49

    /343

    2719

    4.pd

    f 6 h

    ttp://

    ww

    w.o

    ecd.

    org/

    data

    oecd

    /3/5

    9/36

    0522

    84.p

    df; h

    ttp://

    ww

    w.o

    ecd.

    org/

    data

    oecd

    /5/3

    2/35

    0850

    08.p

    df

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    25

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    bila

    téra

    ux

    et

    les

    lois

    su

    r l’i

    nves

    tisse

    men

    t.

    Pour

    de

    nom

    breu

    x pa

    ys d

    e la

    régi

    on

    MEN

    A,

    mem

    bres

    du

    C

    entre

    In

    tern

    atio

    nal p

    our

    le R

    ègle

    men

    t des

    D

    iffér

    ends

    R

    elat

    ifs

    aux

    Inve

    stis

    sem

    ents

    (C

    IRD

    I)

    de

    la

    Ban

    que

    Mon

    dial

    e,

    la q

    uest

    ion

    de

    l’int

    erpr

    état

    ion

    et

    des

    diff

    éren

    ds

    entre

    le

    s in

    vest

    isse

    urs

    et

    les

    gouv

    erne

    men

    ts

    tom

    bent

    so

    us

    la

    coup

    e de

    la L

    oi in

    tern

    atio

    nale

    (vo

    ir po

    int b

    ci-d

    essu

    s) .

    2.”L

    iste

    pos

    itive

    ” co

    ntre

    “lis

    te

    néga

    tive”

    La m

    ajor

    ité d

    es p

    ays

    de l

    a ré

    gion

    M

    ENA

    se

    fient

    sur

    un

    syst

    ème

    de

    “lis

    te

    posi

    tive”

    lo

    rs

    de

    la

    prés

    enta

    tion

    de l

    eur

    envi

    ronn

    emen

    t po

    ur

    l’inv

    estis

    sem

    ent

    aux

    inve

    stis

    seur

    s ét

    rang

    ers,

    dans

    la

    quel

    le i

    ls é

    num

    èren

    t le

    s se

    cteu

    rs

    qui

    sont

    ouv

    erts

    à l

    ’inve

    stis

    sem

    ent

    étra

    nger

    . Cer

    tain

    s pa

    ys d

    e la

    rég

    ion

    MEN

    A f

    ourn

    isse

    nt u

    ne «

    list

    e de

    re

    stric

    tions

    du

    IDE

    » dé

    finie

    dan

    s le

    urs

    lois

    sur

    l’in

    vest

    isse

    men

    t ou

    da

    ns l

    es s

    ourc

    es d

    ’info

    rmat

    ions

    au

    publ

    ic.

    Une

    lis

    te d

    e re

    stric

    tions

    en

    vigu

    eur s

    ur l’

    inve

    stis

    sem

    ent,

    four

    nit

    A n

    otre

    con

    nais

    sanc

    e, c

    ette

    vol

    onté

    de

    tra

    nspa

    renc

    e es

    t ac

    tuel

    lem

    ent

    suiv

    ie p

    ar le

    Bah

    reïn

    , la

    Jord

    anie

    , le

    Qat

    ar,

    la

    Tuni

    sie

    et

    l’Ara

    bie

    Saou

    dite

    , qu

    i re

    prés

    ente

    nt e

    n ré

    alité

    27

    % d

    es 1

    8 pa

    ys d

    u M

    oyen

    -Orie

    nt

    parti

    cipa

    nt

    au

    Prog

    ram

    me

    sur

    l’Inv

    estis

    sem

    ent d

    e M

    ENA

    -OC

    DE.

    Une

    lis

    te

    néga

    tive

    a ét

    é dé

    velo

    ppée

    com

    me

    anne

    xe p

    our

    les

    acco

    rds

    inte

    rnat

    iona

    ux d

    e lib

    re

    écha

    nge.

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    26

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    aux

    inve

    stis

    seur

    s ét

    rang

    ers

    des

    info

    rmat

    ions

    tra

    nspa

    rent

    es

    et

    faci

    lem

    ent a

    cces

    sibl

    es.

    3. S

    élec

    tion

    et p

    rocé

    dure

    s d’

    appr

    obat

    ion

    des

    proj

    ets

    d’in

    vest

    isse

    men

    t

    La

    proc

    édur

    e de

    lect

    ion

    de

    l’inv

    estis

    sem

    ent

    et

    les

    proc

    édur

    es

    d’ap

    prob

    atio

    n on

    t ét

    é si

    mpl

    ifiés

    da

    ns le

    s lo

    is s

    ur l’

    inve

    stis

    sem

    ent d

    e no

    mbr

    eux

    pays

    de

    la ré

    gion

    MEN

    A.

    Cep

    enda

    nt,

    mal

    gré

    ces

    amél

    iora

    tions

    , de

    s pr

    océd

    ures

    de

    lect

    ion

    parti

    culiè

    res

    rest

    ent

    en

    plac

    e da

    ns u

    n ce

    rtain

    nom

    bre

    de

    pays

    po

    ur

    tous

    le

    s se

    cteu

    rs

    ou

    certa

    ins s

    ecte

    urs e

    n pa

    rticu

    lier.

    Alo

    rs

    que

    la

    séle

    ctio

    n de

    s in

    vest

    isse

    men

    ts f

    inan

    cier

    s es

    t un

    e de

    s te

    chni

    ques

    les

    plus

    cou

    ram

    men

    t ut

    ilisé

    es p

    our

    cont

    rôle

    r l’e

    ntré

    e et

    l’é

    tabl

    isse

    men

    t de

    s in

    vest

    isse

    urs

    étra

    nger

    s da

    ns l

    es p

    ays

    d’ac

    cuei

    l, ce

    la

    peut

    nére

    r de

    s ob

    stac

    les

    inut

    iles

    et c

    ette

    pro

    cédu

    re d

    evra

    it êt

    re

    limité

    e à

    certa

    ins

    sect

    eurs

    se

    nsib

    les.

    Souv

    ent,

    un

    bure

    au

    spéc

    ialis

    é da

    ns

    l’étu

    de

    des

    inve

    stis

    sem

    ents

    s’

    occu

    pe

    des

    Dan

    s ce

    rtain

    s pa

    ys,

    la

    rais

    on

    expl

    iqua

    nt l’

    exis

    tenc

    e de

    pro

    cédu

    res

    spéc

    iale

    s pou

    r l’ID

    E es

    t la

    volo

    nté

    de

    cont

    rôle

    r la

    sou

    rce

    et l

    a na

    ture

    des

    flu

    x en

    trant

    s d’

    inve

    stis

    sem

    ent.

    D

    ’aut

    res

    pays

    , no

    tam

    men

    t l’É

    gypt

    e et

    la

    Jo

    rdan

    ie,

    utili

    sent

    le

    s pr

    océd

    ures

    de

    lect

    ion

    et

    d’ap

    prob

    atio

    n po

    ur

    des

    rais

    ons

    diff

    éren

    tes :

    afin

    de

    déci

    der

    s’il

    faut

    ac

    cord

    er u

    n tra

    item

    ent

    préf

    éren

    tiel

    aux

    inve

    stis

    seur

    s ét

    rang

    ers.

    En

    géné

    ral,

    trois

    cas

    de

    figur

    e pe

    uven

    t êt

    re d

    écel

    és lo

    rs d

    e l’a

    pplic

    atio

    n de

    s pr

    océd

    ures

    de

    séle

    ctio

    n de

    s ID

    E da

    ns

    la ré

    gion

    MEN

    A: d

    ans

    certa

    ins

    pays

    , to

    us l

    es s

    ecte

    urs

    sont

    sou

    mis

    aux

    co

    nditi

    ons

    d’ap

    prob

    atio

    n,

    dans

    d’

    autre

    s pa

    ys,

    seul

    emen

    t ce

    rtain

    s se

    cteu

    rs s

    traté

    giqu

    es s

    ont

    soum

    is à

    ce

    s ex

    igen

    ces.

    On

    peut

    no

    ter

    un

    trois

    ièm

    e ca

    s de

    fig

    ure,

    qu

    i se

    m

    anife

    ste

    dan

    s de

    s pa

    ys te

    ls q

    ue la

    Jo

    rdan

    ie, l

    ’Égy

    pte

    ou le

    Bah

    reïn

    : des

    Voi

    r 2.

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    27

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    proc

    édur

    es

    de

    séle

    ctio

    n et

    d’

    appr

    obat

    ion

    en

    utili

    sant

    un

    pr

    océd

    é te

    ndan

    t à

    être

    fo

    rtem

    ent

    disc

    rétio

    nnai

    re,

    man

    quan

    t to

    tale

    men

    t de

    tra

    nspa

    renc

    e et

    n’

    offr

    ant

    pas

    la

    poss

    ibili

    à un

    in

    vest

    isse

    ur

    de

    béné

    ficie

    r d’

    une

    révi

    sion

    judi

    ciai

    re. S

    i les

    pro

    cédu

    res

    de s

    élec

    tion

    deva

    ient

    sub

    sist

    er,

    les

    pays

    de

    la ré

    gion

    MEN

    A e

    mpl

    oyan

    t ce

    s pr

    océd

    ures

    dev

    raie

    nt c

    onsi

    dére

    r l’o

    ctro

    i d’

    un d

    roit

    à un

    e ré

    visi

    on

    judi

    ciai

    re

    cont

    re l

    es

    déci

    sion

    s de

    bu

    reau

    d’e

    xam

    en. A

    fin d

    ’éta

    blir

    une

    mes

    ure

    supp

    lém

    enta

    ire

    pour

    l’a

    mél

    iora

    tion

    de la

    tran

    spar

    ence

    , il

    conv

    iend

    rait

    de

    four

    nir

    des

    dire

    ctiv

    es

    adm

    inis

    trativ

    es

    clai

    res

    conc

    erna

    nt le

    pro

    cess

    us d

    e pr

    ise

    de

    déci

    sion

    af

    in

    d’au

    gmen

    ter

    la

    prév

    isib

    ilité

    de

    la

    cisi

    on

    final

    e po

    ur

    l’inv

    estis

    seur

    . Il

    sera

    it ég

    alem

    ent s

    ouha

    itabl

    e qu

    e to

    utes

    les

    proc

    édur

    es c

    once

    rnan

    t aus

    si b

    ien

    les

    pers

    pect

    ives

    de

    trans

    pare

    nce

    que

    ce

    lles

    de s

    impl

    ifica

    tion

    de to

    utes

    les

    proc

    édur

    es

    de

    séle

    ctio

    n de

    l’i

    nves

    tisse

    men

    t po

    ur

    les

    inve

    stis

    seur

    s ét

    rang

    ers,

    soie

    nt

    proc

    édur

    es

    d’ap

    prob

    atio

    n su

    pplé

    men

    taire

    s so

    nt

    exig

    ées

    (par

    ra

    ppor

    t au

    tra

    item

    ent

    natio

    nal)

    lors

    que

    les

    entre

    pris

    es

    souh

    aite

    nt

    béné

    ficie

    r de

    ce

    rtain

    es

    mes

    ures

    d’

    inci

    tatio

    n da

    ns le

    cad

    re d

    es lo

    is s

    ur

    l’inv

    estis

    sem

    ent.

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    28

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    inté

    grée

    s da

    ns l

    a Lo

    i gé

    néra

    le s

    ur

    l’inv

    estis

    sem

    ent

    ou

    men

    tionn

    ées

    dans

    cel

    le-c

    i.

    4. R

    égle

    men

    tatio

    n de

    s ch

    ange

    s C

    es d

    erni

    ères

    ann

    ées

    nous

    avo

    ns

    assi

    sté

    à un

    e im

    porta

    nte

    libér

    alis

    atio

    n de

    s ré

    gim

    es d

    e ch

    ange

    ét

    rang

    ers,

    et

    les

    pays

    de

    la r

    égio

    n M

    ENA

    on

    t su

    ivi

    cette

    te

    ndan

    ce.

    Not

    amm

    ent,

    tous

    le

    s pa

    ys

    de

    la

    régi

    on, e

    xcep

    té la

    Syr

    ie, o

    nt a

    dhér

    é à

    l’arti

    cle

    VIII

    du

    FMI,

    qui i

    ndiq

    ue

    que

    les r

    estri

    ctio

    ns su

    r les

    pai

    emen

    ts

    et

    les

    trans

    ferts

    re

    latif

    s au

    x tra

    nsac

    tions

    co

    uran

    tes,

    y co

    mpr

    is

    conc

    erna

    nt

    le

    rapa

    triem

    ent

    des

    béné

    fices

    , on

    t ét

    é su

    pprim

    ées.

    En

    géné

    ral,

    les

    pays

    de

    la

    gion

    M

    ENA

    acc

    orde

    nt p

    lus

    ou m

    oins

    de

    liber

    té a

    ux i

    nves

    tisse

    urs

    étra

    nger

    s so

    uhai

    tant

    rap

    atrie

    r le

    urs

    capi

    taux

    . Tr

    eize

    des

    pay

    s de

    la ré

    gion

    MEN

    A

    parm

    i le

    sque

    ls

    la

    Jord

    anie

    (le

    B

    ahre

    ïn,

    Djib

    outi,

    l’É

    gypt

    e,

    la

    Jord

    anie

    , le

    K

    oweï

    t, le

    Li

    ban,

    l’O

    man

    , le

    Qat

    ar, l

    ’Ara

    bie

    Saou

    dite

    et

    les

    Émira

    ts A

    rabe

    s U

    nis,

    l’Ira

    k et

    la

    Lib

    ye) i

    ndiq

    uent

    qu’

    ils a

    utor

    isen

    t

    Le

    rap

    port

    Ann

    uel

    du F

    MI

    pour

    20

    06 m

    entio

    nnes

    des

    res

    trict

    ions

    su

    bsis

    tant

    es.

  • Prog

    ram

    me

    ME

    NA

    - l’O

    CD

    E P

    our

    Inve

    stis

    sem

    ent

    29

    Suje

    t D

    escr

    iptio

    n B

    onne

    s pra

    tique

    s ME

    NA

    /OC

    DE

    Pr

    atiq

    ue M

    aroc

    aine

    le

    rapa

    triem

    ent

    de

    capi

    taux

    sa

    ns

    rest

    rictio

    n, a

    lors

    que

    l’A

    lgér

    ie,

    le

    Mar

    oc, l

    a Sy

    rie e

    t le

    Yém

    en o

    père

    nt

    des

    rest

    rictio

    ns

    plus

    ou

    m

    oins

    im

    porta

    ntes

    .

    5. L

    ’acc

    ès à

    la p

    ropr

    iété

    La

    faci

    lité

    d’ac

    quis

    ition

    de

    la

    pr

    oprié

    té im

    mob

    ilièr

    e et

    fonc

    ière

    est

    un

    él