présentation. le road movie - un genre issu d’une constellation moderne de locomotion - walter...

Download Présentation. Le road movie - un genre issu d’une constellation moderne de locomotion - walter moser

Post on 31-Oct-2015

17 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Prsentation. Le road movie :un genre issu dune constellation

    moderne de locomotionet de mdiamotion

    Walter Moser

    RSUM

    Le genre cinmatographique du road movie est prsent icicomme issu dune constellation de modernit solide qui com-bine locomotion et mdiamotion dans une mobilit culturellespcifique. Lanalyse gnrique identifie une matrice o sedtachent, comme noyau central, la dprise par rapport auxforces sdentarisantes de la modernit et la production de contin-gence. On montre comment le genre, sur la base de cette matrice,fait preuve dune grande productivit culturelle et dune remar-quable efficience historique, dans la mesure o il transforme sanscesse sa propre articulation interne tout en se laissant transfrerde son amricanit originaire vers dautres aires culturelles.

    For English abstract, see end of article

    Comme tout genre, on peut dfinir le genre cinmatogra-phique du road movie partir de critres formels, esthtiques,sociologiques et autres. Nous tenterons ici de laborder enpremier lieu comme issu dune constellation historique qui a vuun vhicule et un mdia produire un impact culturel synchro-nique quil sagit de comprendre comme une condition de possi-bilit pour lmergence et le dveloppement de ce genre.

    Locomotion : route et automobileEn fait, linvention de lautomobile comme vhicule de loco-

    motion individuelle et prive avec moteur combustion et ducinma comme nouveau mdia capable de reprsenter le mou-vement se situe vers la fin du XIXe sicle. Cette invention

    Cine?mas 18, 2:Cinmas 18, 2 27/05/08 21:28 Page 7

  • proprement dite a lieu en Europe, mais le dveloppement et delautomobile et du cinma en de vritables industries est unphnomne nord-amricain qui se produit vers le milieu desannes 1920. Dveloppement industriel implique production ensrie et en grand nombre, accs dmocratique aux produits et,partant, possibilit de consommation comme phnomne demasse. Dans ce sens, les deux nouveaux produits ont un impactmajeur tant sur le comportement des gens que sur leur manirede se situer dans le monde, en particulier par rapport aux dimen-sions spatiales et temporelles. Ce qui, finalement, ne fut pas sansremodeler ce que nous appellerons ici, avec prudence, lima-ginaire collectif. Cette constellation historique confre au genrecinmatographique du road movie ses conditions dmergence.

    Il va sans dire que cette constellation vient se situer lint-rieur du paradigme historique de la modernit occidentale. Enprcisant cet argument historique, nous soutiendrons ici quelautomobile et le cinma appartiennent plus spcifiquement ce que Zygmunt Bauman (2000) a appel la modernit solide. Ilsagit l dune priodisation historique dsignation mtapho-rique quil oppose une autre, subsquente, quil appelle nonmoins mtaphoriquement modernit liquide . Ces deuxtypes et poques conscutives de la modernit sont dfinis toutparticulirement par rapport leur articulation et gestion de larelation entre espace et temps.

    La modernit solide se dfinit par la priorit qui est accorde lespace sur le temps. Lespace est la chose prcieuse occuper et possder. La constitution territoriale des tats-nations, ainsique leur intgrit et protection sinscrivent dans cette logique.Mais aussi, partir et au-del de ces territoires nationaux, ladcouverte, lexploration, la conqute, loccupation et lamna-gement de nouveaux territoires, bref le processus de colonisation.Un effort majeur est ainsi consacr obtenir, conqurir et occuper de lespace au sens le plus concret du terme. Dans cettelogique spatio-temporelle, le temps est la mesure de cet effort.Dans le film Bye Bye Brasil (Carlos Diegues, 1979), le chauffeurde camion, professionnel de la locomotion, expliquera LordeCigano, le protagoniste de ce road movie, que cela prend cinqjours pour se rendre Altamira, une ville loigne et difficile

    8 CiNMAS, vol. 18, nos 2-3

    Cine?mas 18, 2:Cinmas 18, 2 27/05/08 21:28 Page 8

  • daccs de lAmazonie. Lespace est donc une ralit concrte quirsiste et qui doit tre parcourue avant quon ne puisse, le caschant, loccuper. Ce sont l autant doprations qui demandentle dplacement physique de personnes humaines. Cest danscette logique spatio-temporelle que sinscrit la conqute delOuest tatsunien, avec sa figure du frontier, qui fournit le cadrehistorique pour le genre cinmatographique du western.

    Une caractristique gnrale de la modernit est sa mobilit.Franco Moretti, dans The Way of the World (1987, p. 5), en fait the essence of modernity . Et cette mobilit peut se manifesterphnomnalement de multiples manires, dans divers systmessociaux : dabord, bien sr, dans le systme conomique en tantque capitalisme aventurier et marchand, ensuite, dans sonexpansion coloniale, mais aussi dans le dynamisme de la confi-guration du sujet moderne un sujet qui se forme, smancipeet qui est, son tour, agent transformateur du monde. Finale-ment, nous allons nous concentrer ici sur deux types de mobiliten particulier, que nous appelons locomotion et mdia-motion . La locomotion rsume les diffrentes formes demobilit dans lesquelles se trouvent engags des tres humainsqui se dplacent physiquement. La mdiamotion est une formede mobilit que nous procurent les mdias mais qui, dans uncertain sens, remplace ou redouble le dplacement physique enoffrant aux tres humains une exprience presque paradoxale : lecontact distance. La mdiamotion permet de se dplacer, de setrouver ailleurs sans bouger physiquement.

    La modernit industrielle na cess de dvelopper des vhi-cules pour les dplacements humains : le bateau et le train pro-pulss par la machine vapeur ; lautomobile, le bus et lespremiers avions propulss par le moteur combustion ; lavion raction propuls par le moteur raction. Du charbon auptrole, au gaz, au nuclaire et llectricit, les combustiblesvoluent en augmentant les capacits et les vitesses de dplace-ment humain. Selon lhistorien allemand Ren Koselleck(2000), ce serait lapparition du train, parmi tous ces moyensmcaniques de locomotion, qui aurait provoqu historiquementle plus grand choc dexprience quant la perception des rela-tions spatio-temporelles. Lapparition de lautomobile, son

    dune constellation moderne de locomotion et de mdiamotion 9Prsentation. Le road movie : un genre issu

    Cine?mas 18, 2:Cinmas 18, 2 27/05/08 21:28 Page 9

  • tour, apporte une affirmation de deux tendances fortes de lamodernit : la libert de dplacement des individus et, par l, lerenforcement de lautonomie du sujet individuel. Laccs dmo-cratique lautomobile, y compris pour les ouvriers qui pro-duisaient les voitures, faisait partie du programme fordiste desannes 1920 1.

    La modernit, dans la mesure o elle se concrtise dans unesocit de discipline avec la cage de fer dont parle MaxWeber, favorise la mobilit parce quelle en a besoin, mais enmme temps elle contrle cette mobilit. Voil pourquoi ledveloppement de la civilisation de lautomobile saccompagne la fois dun discours euphorisant et dun discours de peur et demise en garde. Ltat tatsunien commence tt rglementertout ce qui a trait lusage de lautomobile, de lenregistrementdes voitures jusquau code de la route. Se dveloppe alors unesocit dont le mode de vie est qualifi, par le sociologueEduardo Bericat Alustuey (1994), de sdentarisme nomade .Cest dans ce contexte que le road movie fait son apparition aumoment o lusage de lautomobile, en principe moyen demobilit, commenait tre grev dun contrle et dunediscipline lourds. Le road movie marque alors le moment duneraffirmation de lautomobile comme pur moyen de mobilit.Lautomobile, vhicule individuel dusage priv, fut ainsi cl-bre comme le moyen de dprise par rapport aux contraintes dela socit de discipline. Dans les annes 1960, cest la figure deJames Dean qui peut le mieux cristalliser limaginaire de libertassoci lautomobile, par ailleurs dj combin avec le mdiafilm 2.

    Et voici le premier paradoxe du road movie, paradoxe qui luivient du moyen de locomotion quil a clbr : lautomobileappartient la modernit solide. Elle est le produit dune in-dustrie lourde qui, du moins ses dbuts, transformait surtoutdu mtal. Cette industrie produisait, littralement, des cagesde fer solides mais autopropulses, des vhicules pesant lemultiple du ou des corps humain(s) quils dplaaient. En plusde leur mode de production lourd, ces vhicules supposent unusage qui demande des infrastructures lourdes et stables, enpremier lieu la route, the road. En fait, dans le dveloppement

    10 CiNMAS, vol. 18, nos 2-3

    Cine?mas 18, 2:Cinmas 18, 2 27/05/08 21:28 Page 10

  • du territoire tatsunien, et en particulier dans la conqute delOuest, la route et lautomobile se sont substitues largement aurail et au train 3. Ds 1916, le premier Federal Highway Actprvoit la construction dautoroutes transtatiques. Les annes1920 ont vu le commencement des travaux de la clbre Route66 qui devait relier Chicago et Los Angeles et qui est loriginedun grand nombre de programmes de tlvision et fait doncpartie de la prhistoire du road movie.

    Le chemin, la route, the road, lment constitutif du roadmovie ainsi que du road novel, est la fois une figure trs an-cienne et sa ralisation matrielle et technique dans le contextede la civilisation de lautomobile. En tant que figure, la routereprsente un espace-temps trs prgnant que toutes sortes dercits ont emprunt pour donner penser un mouvementprogressif le long dune ligne qui sinscrit dans lespace : en tantque rcit de vie, elle permet de structurer les alas dune exis-tence humaine et de leur donner sens ; en tant que rcit duneaction, dune aventure ponctuelle, elle permet dordonner lesvnements dans la squence dun avant que, dun pendant queet dun aprs que. Rappelons ce sujet la dfinition du romande Saint-Ral que Stendhal reprend dans Le rouge et le noir : unroman, cest un miroir quon promne le long dun chemin.Que cela suffise pour donner une ide du vaste hritage narratifsur leque

Recommended

View more >