présentation de powerpoint 2007

Download Présentation de PowerPoint  2007

Post on 23-Feb-2016

42 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Présentation de PowerPoint 2007. Découverte des nouvelles fonctionnalités. Période d’état. Syndrome délirant. Syndrome dissociatif. Syndrome autistique. Atteinte des fonctions supérieures. Le délire. - PowerPoint PPT Presentation

TRANSCRIPT

Prsentation de PowerPoint 2007Dcouverte des nouvelles fonctionnalits12Priode dtatSyndrome dlirant.

Syndrome dissociatif.

Syndrome autistique.

Atteinte des fonctions suprieures3Le dlireLe dlire est la consquence dune exprience pathologique (le sujet vit une exprience anormale de son esprit, son corps et du monde).Paranode : polymorphe, mal organis, nayant ni structure ni lien cohrent entre ses thmes.Illogisme, non systmatisation, flou, bizarrerie, impntrabilit, imprcision.Adhsion parfois relative. Expression inconstante.Chronicit, parfois maille dexacerbations aigus (moments fconds, pousses processuelles).4Le dlireThmatiques multiples :ides dlirantes dinfluence (penses ou sentiments imposs ou suggrs, actes ou impulsions imposes, etc.).dpersonnalisation (impressions de transformation corporelle : dysmorphophobie, dislocation, dvitalisation, ngations dorganes ; troubles de lidentit, angoisse de morcellement).et aussi : ddoublement, ides de rfrence, perscution, possession, hypochondrie, mystique, rotomanie, divination, mgalomanie, etc.5Le dlireMcanismes multiples (polymorphe). Aucun nest spcifique et tous peuvent se rencontrer :Automatisme mental quasi-constant.Hallucinations psychiques et psycho-sensorielles (sensations corporelles imposes). Cnestopathies et hallucinations verbales frquentes.Interprtations, illusions, intuitions.Discours dlirant flou, diffluent, contradictoire, incohrent.Angoisse associe, majeure, pouvant entraner des troubles du comportement auto- ou htro-agressifs

6Symptmes de 1er rang de Kurt Schneiderpublication de la penseaudition de voix sous forme de propos et de rpliquesaudition de voix qui accompagnent de remarques les agissements du maladeexpriences corporelles dinfluencevol de la pense et autres influences de la pensediffusion de la penseperception dlirantetout ce qui est fait ou influenc par dautres dans le domaine des sentiments, des tendances (pulsions) et de la volont. Ils sont considrs comme trs spcifiques de schizophrnie, en labsence dun trouble thymique primaire7La dissociationPerte de cohsion et dunit de la personnalit.Touche toutes les dimensions de la vie psychique : intellectuelle, affective et comportementale.Les ides ne senchanent plus de manire logique, efficace : discontinuit du cours de la pense.La dissociation sexprime au niveau clinique par la discordance.8Dissociation / fctt intellectuelPense digressive et sans ide directrice.Discours allusif, peu comprhensible.Barrages : brves suspensions du discours, non motives, dont le sujet est conscient mais auxquelles il est indiffrent.Logique inapproprie : paralogique ou pseudologique telle que dans le rationalisme morbide (Minkowski).9Dissociation / fctt intellectuelTroubles du langage : altrations phontiques (timbre, prononciation modifis), lexicales (nologismes), smantiques (paralogismes), syntaxiques (agramatisme), pragmatiques (non prise en compte de linterlocuteur). A lextrme: schizophasie. Le langage parat utilis dautres fins que la communication.Troubles du dbit idique ou troubles du cours de la pense (anomalies du rythme : acclration, ralentissement ; ou discontinuit : barrages, fading).

10Dissociation / vie affectiveIndiffrence affective et expriences affectives intenses : mouvements instinctivo-affectifs paradoxaux traduisant une incapacit moduler des affects contradictoires.Ractions motives inappropries, paradoxales, imprvisibles.Ambivalence.11Dissociation / comportementManirisme, prciosit, attitudes empruntes.

Sourires immotivs, non adapts / situation.

Ngativisme, ractions dopposition.

Troubles des conduites : actes insolites, tranges, voire dangereux.

12La discordanceAmbivalence : affective (amour/haine, attirance/rpulsion)de la volont (ambitendance : le patient veut 2 choses contraires la fois)intellectuelle (2 concepts opposs sont exprims)Bizarrerie (ides tranges, baroques)Impntrabilit (discours, conduite nigmatiques)Dtachement du rel : retrait affectif, repli autistique, apragmatisme, athymormie, dsintrt, perte de contact vital avec la ralit (Minkowski).13LautismeBarrire opaque tablie par le sujet entre son monde intrieur et le monde extrieur.

Hermtisme et mort psychique apparente.

Vie imaginaire et motionnelle intense.

Conduit ou est la cause dune altration profonde de la notion de ralit.

14Atteinte des fonctions suprieuresClassiquement, pas datteinte des capacits mnsiques et intellectuelles, mais impossibilit de leur utilisation. Pas de trouble de la vigilanceEn pratique, on constate des troubles cognitifs (troubles des fonctions suprieures) : difficults de concentration, troubles attentionnels, difficults de traitement du contexte, atteintes de la mmoire long terme, de la mmoire de travail des fonctions excutives.15Symptmes positifs et ngatifs

Regroupement en deux dimensions cliniques des symptmes (Crow, Andreasen).Ces auteurs se rfrent Jackson (XIXme sicle) pour lequel il existait une hirarchie des centres nerveux, les atteintes du SN pouvant conduire des signes ngatifs (signes dficitaires dus l'atteinte-mme de la fonction touches) et des signes positifs (ce qui subsiste ou ce qui est libr par cette atteinte).En pratique, les symptmes ngatifs ou dficitaires correspondent une perte ou une diminution des fcts normales et les symptmes positifs ou productifs une distorsion ou un excs de ces mmes fcts.16Symptmes positifs et ngatifs symptmes positifs : dlire, hallucinations. symptmes ngatifs : appauvrissement (du discours, de la pense, moteur : apragmatisme, aboulie, manque dnergie physique, troubles de lattention, retrait social, isolement, perte des initiatives, anhdonie, froideur affective, pauvret des affects et de lexpression gestuelle, aspect fig).des symptmes des 2 lignes coexistent chez un mme patient.On peut ajouter une 3e dimension clinique reprsente par la dsorganisation.17Formes cliniques: schizophrnie paranode Forme la plus frquente. Association des syndromes dlirant, autistique et dissociatif. Dlire et hallucinations (auditives, cnesthsiques, psychiques, psychomotrices) au 1er plan.Parfois le dlire nexiste quau dbut de la maladie et il est remplac secondairement par des signes dficitaires.Parfois il existe tout au long de la dure de cette affection, qui peut alors voluer par pousses (meilleur pronostic, + gde efficacit des mdicaments)

18Formes cliniques: la catatonieForme assez rare actuellement caractrise par une prdo-minance de la discordance comportementale ou psychomotrice.Catalepsie: persistance indfinie des attitudes passivement imposes aux membres, flexibilit cireuse (oreiller psychique, signe de Maillard).Ngativisme: attitudes de refus actif dans tous les domaines (immobilit, enfouissement sous les draps, fermeture crispe des paupires, contracture des mchoires, raideur diffuse, refus de serrer la main, opposition toute mobilisation, mutisme, etc.).Stupeur: perte de toute initiative motrice, patient re-pli sur lui-mme, absence de raction aux stimulations

19Formes cliniques: la catatonieAnticipation motrice, chopraxie (ou chokinsie).Echomimie, cholalie.Persvration motrice.Postures catatoniques (postures inadquates ou bizzares adoptes volontairement par le patient).Suggestibilit (obissance automatique aux ordres).Hyperkinsies (dcharges motrices parfois clastiques activit motrice sans finalit vidente, strotypies, impulsions verbales ou motrices).Suspension brutale possible (temporaire ou dfinitive)

20Formes cliniques: lhbphrnie(schizophrnie dsorganise DSM)Dbut prcoce (entre 15 et 25 ans), progessif (sur une personnalit prdispose) ou brutal (troubles majeurs du comportement apparaissant dun coup).Dissociation et autisme au 1er plan.Pas de dlire manifeste (mais il peut tre latent, quoique toujours pauvre).Les affects semblent teints. Aspect puril.Impression dune importante dtrioration.Evolution, parfois entrecoupe de pousses dlirantes, vers un autisme majeur. Pronostic mdiocre.

21Autres formes cliniquesSchizophrnie simple : installation insidieuse et progressive de symptmes ngatifs. Pas de dlire ni dhallucinations. Forme peu grave dhbphrnie.Hbodophrnie : pseudo-psychopathie dissocie.Schizophrnie rsiduelle : forme volutive comprenant la persistance de symptmes ngatifsSchizophrnie indiffrencie ne rpond pas aux critres des formes prcdentesTrouble schizo-affectif : prsence conjointe de symptmes affectifs ou thymiques (maniaques, dpressifs ou mixtes) et de symptmes schizophrniques Evolution par pousses sans dficit marqu dans les intervalles libres. Sensible au lithium.22EvolutionTaux de mortalit lev (10% de dcs par suicide) Par pousses : rapparition du dlire, des hallucinations, des troubles du cours de la pense, des symptmes thymiques (formes paranode et schizo-affective).Continue : rgression, incohrence ido-verbale majeure. Symptmes installs.Mixte : fond symptomatique permanent (symptmes ngatifs en particulier) et recrudescences transitoires (symptmes productifs).23Evolution20-25% des patients ne prsenteront plus de signe patent de la maladie et auront une insertion socio-professionnelle considre comme normale.50% des patients prsenteront une forme intermdiaire (accs rcurrents ou symptomatologie modre) provoquant une altration variable des domaines affectif, relationnel et professionnel.20-25% prsenteront une forme grave de la maladie (dlire permanent ou symptmes dficitaires interdisant toute activit soutenue) ncessitant une hospitalisation prolonge ou du moins le maintien dans un milieu exerant une surveillance permanente.

24Diagnostic diffrentielDlires chroniques systmatiss. Dlire organis.Bouffe dlirante aigu. Lvolution tranchera.Trouble affectif. Pas de dissociation ni dlire.Affections neurologiques (tumeur, traumatisme, infection). Signes de localisation.Syndrome confusionnel. DTS, trouble de la vigilance, absence de cause organique identifiable.Dmence snile ou prsnile. Atteinte cognitive++ Troubles nvrotiques. Histoire du suje