n° 16 - juin 1939

Download N° 16 - juin 1939

Post on 14-Feb-2017

229 views

Category:

Documents

4 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • folklore

    16

  • Rdaction : 75-77, Rue Trivalle - CarcassonneAbonnement : France 20 fr. par an - Etranger 30 fr.

    Prix du numro : France 3 francs - Etranger 4 francsCompte Chques Postaux N 20.868 Montpellier

  • " Folklore 'eRevue mensuelle publie par le Centre

    de Documentation et le Muse audoisdes Arts et Traditions populaires

    Tome- 2Anne 1939

  • Folklore (2m11 anne - n 6)Juin 1939

    SOMMAIRE

    MAURICE NOGU

    Folklore et Numismatique

    C. GARDEL

    Petits mtiers, Marchands, Chanteurs,Musiciens ambulants. Charlatans,

    Comdiens et Nomadesdans la commune de 13ize au sicle dernier

    F. C.-M.

    Chronique des Dlgus du Groupe Audoisd'tudes Folkloriques

    Les Ftes du Cinquantenaire de la Socit d'Etudes Scientifiques del'Aude - Inauguration des Salles et du Laboratoire de prhistoire auMuse Audois des Arts et Traditions Populaires - A propos desvieilles prires languedociennes - Matriaux et Documents : Jeuxet Jouets.

    Jo BOUSQUET

    Bibliographie

  • -161 -

    Folklore et Numismatique

    M. Arthur Paquet a offert notre Muse un don qui peutprsenter un intrt folklorique : quatre gonds de porte dcou-verts pendant les travaux effectus au vaste immeuble que M.Paquet possde Carcassonne, auprs du Portail des Jacobins.

    En nous remettant ces gonds de bronze, M. Paquet ajouta -et cette prcision veilla notre attention - que dans le loge-ment de l'un d'eux, se trouvait une monnaie ancienne. Cepen-dant, malgr notre insistance pour voir cette pice et tcher del'identifier, M. Paquet, regrettant de l'avoir gare, ne pt nousla montrer. D'aprs lui, cette monnaie, bien conserve, apparte-nait au rgne de Franois Ie1.

    Nous trouvons-nous devant un fait folklorique scientifique,c'est--dire d'une synthse d'lments rationnels, communs tout un ensemble d'expriences de la conscience populaire r-gionale ? (pour reprendre la dfinition de M. l'Abb Monta-gu).

    Plusieurs conjectures se prsentent l'esprit : l'argent gar-dien de la maison, veillant ce que l'conomie y rgne, accueil-lant les humbles qui viennent demander asile, ou au contrairechassant la pauvret de crainte qu'elle ne s'installe au logis, etc...(Ecartons la supposition du trsor cach , puisque cette uni-que monnaie de ' bronze avait t glisse sous le gond, dansl'troite alvole bouche ensuite au ciment).

    Dans l'Antiquit, on se parait de certaines monnaies commetalismans protecteurs. - Une ide talismanique s'attachait l'effigie d'Alexandre le Grand dans l'empire romain, au III' si-cle de l're chrtienne. On en fit un vritable dieu qui repous-sait tous les maux et toutes les influences funestes . (1)

    Au-sujet des fameuses monnaies coupes de la Colonie deNmes (2), M. le Chanoine Cals a expliqu ,cet usage de partagerles as romains aux deux ttes.

    (1) F. Lenormant : La Monnaie dans l'Antiquit t. 1 p. 39.Relatant la vie de l'usurpateur Quietus, Trebellius Pollion rappelle... On

    prtend que ceux qui portent habituellement sur eux l'image d'Alexandre,cisele en or ou en argent, russissent dans toutes leurs entreprises . (LesTrente Tyrans. XIII, in fine).

    (2) On trouve frquemment ces monnaies de Nmes. coupes ou intactes.dans le dpartement de l'Aude, surtout aux environs de Narbonne (consul-ter les articles de Gabriel Amardel si intressants en ce qui concerne notrergion : La Centime Monnaie Coupe . Bull. de la'Commiss. Areho'. deNarbonne. t. XIII, 1915. Encore les Monnaies Coupes , G. Amardel, aiddans ses recherches par l'archologue Henri Rouzaud, avait recueilli, autourde Narbonne, une centaine de monnaies coupes).

  • - 168 -Le savant numismate nous apprend que ces fragments ne

    constituaient pas des pices divisionnaires, pour employer l'ex-pression figurant dans la plupart des catalogues numismatiques;ce sont des... monnaies coupes dans un but religieux, puis-qu'elles ne sont trouves que dans des temples, des fontainessacres ou des spultures. Elles tmoignaient, par del la mort,d'une promesse rciproque, ,d'un contrat, d'une alliance, qu'onvoulait perptuelle. C'tait pour deux amis, surtout pour deuxpoux, la garantie de se retrouver dans l'au-del ou pour lemoins, un souhait, une prire, matriellement exprime, dene pas tre spars mme dans le sjour des ombres. Le cadavregardait avec lui dans sa spulture le fragment de monnaie consa-cre; il servait d'obole Charon mais surtout c'tait le moyende retrouver, avant l'ternel passage, celui ou celle dont il tenait conserver l'union ou l'amiti fidles; l'autre moiti tait jetedans le temple ou dans le bassin de la fontaine sacre pour quela Divinit tutlaire agrt la promesse rciproque et aidt, parson influence, en assurer la ralisation . (1)

    Pour en revenir la monnaie de M. Paquet, trouve dans l'em-brasure de la porte ancienne, faut-il voir l le souvenir d'unetendance folklorique rgionale, ou simplement le prcdent d'unusage pratiqu de nos jours dans tous les pays civiliss ? Celui-ci consiste placer des pices de monnaies dans une bote ren-fermant aussi l'acte commmorant la construction du monument,et le tout scell dans la premire pierre . Les monnaies ser-vent-dans ce cas dater l'dification de l'ouvrage.

    Il en fut ainsi notamment pour la construction du Pont-Neufde Carcassone. Le Procs-Verbal de la Pose de la PremirePierre du Pont de Carcassonne rapporte qu'aprs les nombreuxdiscours officiels qui marqurent cet vnement (le ter Mai1841) ... M. l'Ingnieur en chef a ouvert et prsent M. lePrfet et aux assistants sur une boite de cdre de forme rectan-gulaire, charnire, (suivent les dimensions de la bote) ...,con-tenant dans le fond et dans ses encastrements circulaires lesmdailles et espces de monnaies ci-aprs dsignes, savoir :du ct des charnires, deux mdailles frappes l'occasion dela fondation du pont de Carcassonne, l'une en bronze, l'autreen argent, (suit la description des mdailles)_ au-dessous cinqautres pices de monnaies, savoir : au milieu une pice en orde vingt francs; droite, une pice en argent de deux francs; gauche, une piece de un franc; aux extrmits, une pice d'undemi-franc et une autre d'un quart de franc. Toutes ces picessont l'effigie de Louis-Philippe ler et au millsime de 1841.La bote avant t ferme et enveloppe d'une feuille de plomb

    (1) Notes de Numismatique Audoise , par le Chanoine Joseph, Cala.Article paru dans le Bull. de la Soc. d'Etudes Scientifiques de l'Aude,t. XLII, 1938. Le fragment de monnaie tudi par M. Cals, fut trouv dansun vase funraire, Montipze, prs Villegailhenc, au cours de travauxagricoles. Cette moiti de pice a.. . une ligne de brisure nette et vive...la monnaie ne prsente nullement cette usure lente, progressive, qui adoucitncessairement les pourtours des pices en circulation .

  • - 169 -lamin, M. le Prfet, conduit par M. l'Ingnieur en Chef, estdescendu dans le fond de la cule, rive gauche, pour procder la pose de la premire pierre.

    Le massif des fondations tant lev et arras de niveau lahauteur du socle la pierre poser correspondant l'axe du pontet faisant partie de la premire assise du socle tait soulevesur des cales : M. le Prfet ayant reu de M. l'Ingnieur en Chefune truelle en argent (1) garnie de mortier, l'a lanc sous lapierre; ce qui a t galement fait par M. le Gnral, le Maireet les principaux fonctionnaires qui taient descendus dans lafouille, ainsi que par MM. les Ingnieurs; aprs quoi les poseursont achev de garnir le lit, et la pierre a t mise en place.

    Dans la partie suprieure avait t mnage une excavationrectangulaire (suivent les mesures)... destine recevoir la botecontenant les mdailles. Une couche de charbon pil ayant tmise au fond de cette cavit, M. le Prfet a reu, des mains del'Ingnieur en Chef, et a dpos sur cette couche, au bruit des

    ,salves d'artillerie et aux sons de la musique du 1eL rgiment dechasseurs cheval, la bote enveloppe comme il a t dit ci-dessus; elle a t immdiatement recouverte d'une nouvelle cou-che de charbon pil, puis l'excavation a t ferme au moyend'un trapon en pierre garni d'un anneau de fer (suivent les dis-cours de clture)...

    Entrant dans le domaine du folklore, la croyance populaire,que nous avons recueillie auprs de quelques personnes, veutque ces pices encastres dans le pont le rendent plussolide (2).

    De mme, d'aprs les renseignements obtenus, on placeraitencore de nos jours des monnaies entre les pierres au momentde la construction des maisons, et aussi sous les piliers desgranges : cet usage tendrait favoriser la prosprit, l'abon-dance. (3)

    Nos lecteurs et surtout nos nombreux dlgus pourraient-ilsnous fournir des prcisions sur ces coutumes o interviennentles monnaies, les mdailles ? Leurs rponses seront favorable-ment accueillies.

    Maurice NoGU.

    (1) Cette truelle est conserve au Muse Municipal de Carcassonne.

    (2) Paul Sbillot dans son ouvrage Les Travaux Publics et les Minesdans les Traditions et les Superstitions de tous les Pays rapporte (p. 202)... En Haute-Bretagne, on dit une les pices d'argent qu'il est d'usage demettre sous la pile des ponts sont une offrande au gnie de la rivire, pourle conjurer de ne pas dmolir la construction faite sur son cours. Il sembleque les maons regardent comme ncessaire l'observation de cette coutume.sans que peut-tre ils y attachent des ides bien prcises .

    (3) Comparer avec l'antique coutume des Gal'lo-Romains lorsque ces.derniers difiaient des murs de dfense contre l'invasion des Barbares. A labase de ces fortifications, ffis asseyaient des pierres tires de leurs ncropo-l a.nxnuelles ils attribuaient une force spirituelle : les morts venaient

  • - 170 -

    Petits mtiers, marchands, chanteurs,musiciens ambulants, charlatans,

    comdiens et nomadesdans la commune de Bize au sicle dernier

    Distillateur de vin dit Brullo vi .Au cours de l'automne, le distillateur ambulant dit Brullo

    vi , coiff d'Lin bret, vtu de velours br