monsieur songe sans y penser dit que : thorie et ... franaises document gnr le 2 sep. 2017 22:43...

Download Monsieur Songe sans y penser dit que : Thorie et ... franaises Document gnr le 2 sep. 2017 22:43 tudes franaises Monsieur Songe sans y penser dit que... : Thorie et pratique de l

Post on 18-Feb-2018

214 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Document gnr le 4 mai 2018 16:32

    tudes franaises

    Monsieur Songe sans y penser dit que... : Thorie etpratique de lassociation libre dans quelques textes deFreud

    Ginette Michaud

    a me fait penser Volume 22, numro 1, printemps 1986

    URI : id.erudit.org/iderudit/036883arDOI : 10.7202/036883ar

    Aller au sommaire du numro

    diteur(s)

    Les Presses de lUniversit de Montral

    ISSN 0014-2085 (imprim)

    1492-1405 (numrique)

    Dcouvrir la revue

    Citer cet article

    Michaud, G. (1986). Monsieur Songe sans y penser dit que... : Thorie et pratique de lassociation libre dans quelques textesde Freud. tudes franaises, 22(1), 95130.doi:10.7202/036883ar

    Ce document est protg par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des servicesd'rudit (y compris la reproduction) est assujettie sa politique d'utilisation que vouspouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/]

    Cet article est diffus et prserv par rudit.

    rudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif compos de lUniversitde Montral, lUniversit Laval et lUniversit du Qubec Montral. Il a pourmission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org

    Tous droits rservs Les Presses de l'Universit deMontral, 1986

    https://id.erudit.org/iderudit/036883arhttp://dx.doi.org/10.7202/036883arhttps://www.erudit.org/fr/revues/etudfr/1986-v22-n1-etudfr1631/https://www.erudit.org/fr/revues/etudfr/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/http://www.erudit.org

  • Monsieur Songesans y penser ditque.,.Thorie et pratique de l'associationlibre dans quelques textes de Freud

    GINETTE MICHAUD

    Monsieur Songe sans y penser dit qu'il prendplaisir se dire celui de ne pas dire ce qu'il auraitpensMonsieur Songe sans y penser dit qu'il a plai-sir ne pas formuler ce qu'il aurait pensMonsieur Songe sans y penser dit qu'il se plat taire ce qu'il aurait pensMonsieur Songe sans y penser dit qu'il aime se taireMonsieur Songe ne pense rien et le ditEt il ajoute petit jeu bbte que de l'crire Onse doit de ne plus le jouer

    ROBERT PINGET1

    La semaine dernire, au cours d'une nuit de tra-vail, arrive au stade de malaise pendant lequel mon cer-veau travaille le mieux, les barrires se sont soudainleves, les voiles sont tombs et je pus voir au-del des dtails des nvioses aux conditionsdterminantes de la conscience Tout semblaits'articuler, les rouages s'engrenaient, la chosedonnait l'impression qu'elle tait vraiment unemachine qui ne tarderait pas fonctionner touteseule SIGMUND FREUD2

    Imaginons une scne o Monsieur Songe, sur le divan peut-tre,essaierait de rpondre la question quoi pensez-vous ? cettequestion banale, mais d'autant plus captivante, Monsieur Songe pour-

    1 Le Harnais, Pans, ditions de Minuit, 1984, p 252 Lettre de la dcouverte, adresse W Fliess, le 15 octobre 1895 Cette

    lettre est reproduite dans la Standard Edition (dsormais S E ), vol I, Pre-Psycho AnalyticPublications and Unpublished Drafts (1886 1899), London, The Hogarth Press and theInstitute of Psycho-Analysis, 1953, p 285 Nous soulignons

    Etudes franaises 22 1 198b

  • 96 tudes franaises, 22,1

    rait rpondre comme il le fait ici, en exacerbant les qualits analyti-ques du rationalisme jusqu'au point extrme o, au fil des associations,il toucherait quelque chose de la logique de l'inconscient CommentMonsieur Songe pense-t-il? Monsieur Songe "dit ce qu'il pense quandil parle sans y penser Cela implique (au moins) deux propositionsil ne dit pas ce qu'il pense quand il pense ce qu'il dit3, mais cefaisant, il dit quelque chose qu'il ne peut pas penser quand il parleen pensant ce qu'il dit4 Autrement dit, c'est quand il ne pensepas qu'il pense, c'est quand il pense qu'il ne pense pas5 En variantles possibilits offertes par la question, en passant travers ses rebonds,Monsieur Songe pense en faisant littralement le tour de la formuleII porte attention ce qui surgit dans sa tte, ce qui n'y fait que pas-ser II nous donne entendre l'incessante mouvance des penses, leurbruit de fond a part, a vient, a bloque (a refoule), mais a n'arrtepas

    Pourtant, travers ce jeu de diffrences infimes o chaque phraseest la fois la poursuite et la rupture de la prcdente, un malaise le mme peut-tre qui fait le mieux travailler le cerveau de Freud ? ,un trouble de la pense se font jour Le lecteur doit en effet faire uneffort considrable pour penser jusqu'au bout chacune de ces phrases axiomatiques qui parodient le cogito cartsien Le plus grand para-doxe qui se dgage de cette srie de propositions, n'est-il pas queMonsieur Songe pense sans y penser, c'est--dire selon la dfinitionexacte de la pense associative ? Devant la discontinuit des pensesde Monsieur Songe qui procde par ces sauts minimes au dmantle-ment de la linarit du discours, le lecteur a l'impression de buter, demanquer un mystrieux pas qui lui ferait rater le sens de la phrase,il ne sait plus o donner de la tte, il ne sait plus quoi penser de cescurieuses tautologies o les mots, la fois ductiles et duphces, en vien-nent s'associer entre eux Ainsi, Monsieur Songe nous montre plusqu'il ne le dit que c'est par le passage d'une association l'autre, parces petits dplacements, par ces glissements o le sens bascule et vientse prendre, que la pense associative devient heu de la connaissancePenserait-on jamais autrement que dans le hiatus ? ce point du rai-sonnement rigoureusement dvelopp dans ce petit texte de Pinget,la question de l'association apparat comme le lieu d'un enjeu, celuidu non-pens et peut-tre de l'impensable, elle disjoint la pense dusujet jusqu'en cet tat aportique o Monsieur Songe ne pense rienet le dit, o, enfin, On se doit de ne plus le jouer, tout sujet aboli

    Penser, associer il y a entre ces deux termes un espacement quine se laisse pas aisment rduire un destin, ou une destination,

    3 Vincf nt Descombes La pense est elle chose mentale 1^ > Nouvelle Revuede psychanalyse, n 25 printemps 1982, p 46

    4 Ibid

    5 Ibid

  • Monsieur Songe sans y penser dit que... 97

    de la pense. Freud fera d'ailleurs remarquer ds ses premiers travaux,dans une clbre analogie de l'association avec le jeu des checs, queCelui qui tente d'apprendre dans des livres le noble jeu des checsne tarde pas dcouvrir que, seules, les manoeuvres du dbut et dela fin permettent de donner de ce jeu une description schmatique com-plte, tandis que son immense complexit, ds aprs le dbut de la par-tie, s'oppose toute description6. Freud dcrit ainsi fort succinctementce qui, dans le jeu des associations, n'aura de cesse de faire chec ses efforts renouvels de description schmatique complte. Car,comme l'crit Claude LeGuen,

    une ligne associative ne saurait se comparer un segment dedroite. [...] U ne peut s'agir d'une ligne [...] mais plutt d'unrseau trois dimensions (et mme quatre!) o a circule et serecoupe Dans un rseau associatif donc, on ne saurait poser unpoint de dpart et un terme d'arrive avec, entre, quelques sta-tions intercalaires et indiffrentes. Il n'y a que des associationsintermdiaires, y compris la finale qui ne clt rien mais marqueau mieux un moment d'attente en fixant un sens provisoire ; ellessont toutes porteuses de sens et toutes sont occasions de bifurca-tions sur d'autres rseaux latents et partiellement pr-existants.[ ] Tout approfondissement du sens devient aussi et toujoursglissement de sens c'est mme l ce qui fait sens et c'estbien pourquoi toute association est dj porteuse potentielled ' interprtation7

    Ce que LeGuen dcrit ici propos du fonctionnement du rseauassociatif, pourrait galement s'appliquer au rseau associatif textuel quenous prenons comme point de dpart de notre rflexion Ce rseauform des premiers textes de Freud les tudes sur l'hystrie (critesen collaboration avec J Breuer en 1895), l'Interprtation des rves (1900),la Psychopathologie de la vie quotidienne (1901), De la psychothrapie(1904), le rcit du cas Dora (1905) et le Mot d'esprit et ses rapports avecl'inconscient (1905)8 couvrent la priode extrmement fertile de la

    6 Sigmund Freud, Le dbut du traitement, dans De la technique psychanalytique, Pans , P U F , Bibliothque de psychanalyse, 1981 [1953], p 80

    7 Claude LeGuen, la Dialectique freudienne I Pratique de la mthode psychanalytique, Pans, P U F , Le fil rouge, 1982, p 164-165

    8 II ne faut pas se laisser abuser par les dates de publication de ces textesl'Interprtation des rves est date de 1900, mais l'ouvrage tait termin ds novembre1899 cette uvre est le noyau du rseau textuel que nous analysons ici Le Frag-ment d'une analyse d'hystrie (Dora), que l'on peut considrer comme la premiretranscription au sens fort la premire mise en criture du travail de l'asso-ciation, est publi en 1905, mais Freud le rdige en janvier 1900, dans les deux semai-nes qui suivent l'abandon de la cure par Dora Quant la Psychopathologie de la viequotidienne, elle avait d'abord t publie en revue l't 1898, avant d'tre reprisesous forme de livre en 1901 Le Mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient (publi en1905, mais Freud colligeait dj ses histoires entre 1897 et 1900) et les Trois essaissur la sexualit (1905) sont conus et labors en mme temps Marthe Robert rap-porte que Pendant toute cette priode, Freud ressentait si vivement l'unit pro-

  • 98 tudes franaises, 22,1

    dcouverte et de la formation de la principale mthode d'investiga-tion de la psychanalyse, l'association libre, soit grosso modo de 1895 1905. Ces crits de Freud ne seront pas ici considrs dans une pers-pective historique ou gntique, la manire de germes portant en puis-sance la totalit de l'uvre thorique. Ils seront plutt convoqus entant que squence textuelle qui associe entre eux des textes o s'exerceune rflexion sur les c

Recommended

View more >