l'expérience du désastre 2

Download L'expérience du désastre 2

Post on 31-Dec-2016

214 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris

    UC Recherche

    Mmoire dtude

    prsent par

    Jean-Baptiste Lenglet

    Lexprience du dsastre:

    Etude de lespace dans

    Le Chteau de lAraigne dAkira Kurosawa.

    Sous la direction de

    Mr. Alain Bonfand

    Novembre 2011

  • 2

  • 3

    Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris

    UC Recherche

    Mmoire dtude

    prsent par

    Jean-Baptiste Lenglet

    Lexprience du dsastre:

    Etude de lespace dans

    Le Chteau de lAraigne dAkira Kurosawa.

    Sous la direction de

    Mr. Alain Bonfand

    Novembre 2011

  • 4

    Quand tout sest obscurci, rgne lclairement sanslumire quannoncent certaines paroles. 1

    1 Maurice Blanchot, Lcriture du dsastre, Gallimard, Paris, 1980, p. 62.

  • 5

    Sommaire

    Introduction........................................................................................................................... 6

    I Lespace thtral ............................................................................................................ 7

    I 1 Le modle Macbeth .................................................................................................... 7

    I 2 Une machinerie thtrale ............................................................................................ 9

    I 3 Le thtre oriental......................................................................................................12

    II Lespace filmique.........................................................................................................17

    II 1 Approche du film .....................................................................................................17

    II 2 Des mondes intrieurs ..............................................................................................20

    II 3 La nature comme puissance extrieure......................................................................25

    III Lespace spectral ........................................................................................................27

    III 1 Des tnbres sortent les spectres..............................................................................27

    III 2 Angoisse et hallucination ........................................................................................30

    III 3 Lexprience du dsastre .........................................................................................36

    Conclusion ...........................................................................................................................40

    Bibliographie........................................................................................................................41

    Table des matires ................................................................................................................42

  • 6

    Introduction

    Akira Kurosawa met deux ans raliser Le Chteau de lAraigne. Dans la

    filmographie du cinaste, il inaugure un cycle de trois films historiques, avec sa suite Les

    Bas-Fonds, en 1957, et La Forteresse cache, en 1958. Le film sort en 1957 au Japon, et est

    prsent cette anne l la Mostra de Venise. La critique franaise qui assiste la projection

    ne comprend pas le film, et lreinte. En consquence, le film ne sort en France quen 1966.

    Cest un chec commercial.

    Le prsent mmoire consiste en une analyse de ce film. Dans une perspective avant

    tout esthtique, jai tent de lapprhender synthtiquement. En rduisant mon corpus

    danalyse exclusivement au Chteau de lAraigne, jai souhait concentrer mon attention sur

    un moment artistique, et linterroger. Aussi la finalit de ce travail nest pas dapporter un

    regard sur le cinma de Kurosawa, mais plus modestement, de tmoigner dune implication

    personnelle, dun corps corps avec une uvre prcise.

    Jai structur le mmoire en trois parties, afin dorganiser ma recherche en un fil

    continu, en une droite qui vaudrait comme dmonstration. Les penses apparaissent

    parpilles, et il faut les arranger dans une construction linaire, dans un raisonnement

    littraire. Je suis parti du devoir, et progressivement je suis all vers lintuition: du thtre au

    dsastre, en passant par le mdium cinmatographique.

    Lanalyse est une utopie totalitaire, comme si elle pouvait absorber luvre, la

    vampiriser. Les pages qui suivent ne sont que les cendres dun fantasme. Elles restent

    dpasses par des zones dombres, par des trous, travers lesquels le film schappe.

    Toutefois des ides y sont avances. Aussi le film reste libre: ce nest quun prtexte au

    travail. Ce mmoire lui chappe galement, finalement.

  • 7

    I Lespace thtral

    Avant danalyser le Chteau de lAraigne il me semble ncessaire de revenir un

    temps sur Macbeth, dont le film est une adaptation. Puis, jlargirai mon propos aux relations

    que le film entretient avec le thtre.

    I 1 Le modle Macbeth

    Prsentation de la pice

    Dans le texte qui sert dintroduction ldition Flammarion de Macbeth, George

    Wilson Knight crit que Macbeth est la vision la plus mre et la plus profonde du mal chez

    Shakespeare. [] Le mal ny est pas relatif, mais absolu.2 Macbeth, tragdie en cinq actes,

    offre limage dun monde noir, cruellement sanguinaire.

    Shakespeare crit Macbeth en 1606. Lhistoire de la pice se situe cette poque, dans

    une Ecosse fictive. Macbeth y est gnral. Tandis quil rentre victorieusement de guerre avec

    Banquo, un autre gnral cossais, trois sorcires font leur apparition. Elles leur annoncent

    une prophtie. Daprs celle-ci, le destin de Macbeth serait de devenir roi, et celui de Banquo

    serait dengendrer des rois. Macbeth et Banquo, troubls, voient la prophtie commencer se

    raliser ds leur retour au chteau: comme lavaient prdit les sorcires, le roi nomme

    Macbeth sire de Cawdor. Grise par cette nomination, Lady Macbeth pousse son mari

    assassiner le roi, afin de raliser son destin. Macbeth sexcute, pris dans la promesse

    prophtique. Le rgicide quil commet le place ds lors dans une fuite en avant vers le mal, et

    il devient le spectateur angoiss de son propre destin. Il rentre dans une logique paranoaque,

    vivant dans la peur dtre renvers. Aussi pour assurer sa place sur le trne, il commandite les

    meurtres de Banquo et de son fils. Il leur tend un guet-apens dans lequel Banquo est tu, mais

    le fils en rchappe. Celui-ci, pour venger la mort de son pre, lance une fronde contre

    Macbeth. Les seigneurs cossais sallient et dclarent la guerre au tyran. Macbeth, dans un

    engrenage quil ne contrle plus, est progressivement accul. Il est tu dans un dernier duel, et

    le fils de Banquo le remplace finalement sur le trne. La pice sachve selon la prophtie:

    les descendants de Banquo seront rois dEcosse.

    Le long de la pice, Macbeth sest petit petit enlis dans le mal. Il est captif dun

    cauchemar quil a lui-mme mis en scne. Macbeth souponne et craint tout le monde

    2 G. Wilson Knight, Prface Macbeth, Flammarion, Paris, 2010, p.7.

  • 8

    hormis lui-mme et sa femme. Chaque acte de sang est dtermin par lhorrible discordance

    quil y a entre lui et son monde. Il essaie datteindre lharmonie par le meurtre.3 Cette

    discordance qui simpose progressivement fait apparatre Macbeth et sa femme comme

    victimes deux-mmes. Leur faim les a mens jusquau royaume de la folie, et a transform

    leur prophtie en monstruosit. Macbeth est le rcit de cette dmesure, de cette ambition sans

    limites qui conduit lhumanit linsens.

    Lhistoirede Macbeth dans la perspective du Chteau de lAraigne

    Dans Le Chteau de lAraigne Akira Kurosawa reprend lhistoire de Macbeth, mais

    en la dplaant dans le Japon du XVIme sicle. cette poque le pays est en pleine guerre

    civile, ce qui nest pas sans rappeler le contexte troubl de la tragdie Shakespearienne. Les

    shoguns, les seigneurs de guerre japonais, se mnent alors une guerre sans merci, et tout

    comme dans Macbeth multiplient les complots. Ralisant cette correspondance, Kurosawa

    dcide de mettre en scne la pice dans ce dcor : Lorsque jai lu Macbeth, jai trouv a

    trs intressant. a ma fait penser beaucoup de choses. Le Japon de la guerre civile et

    lpoque de Shakespeare se ressemblent beaucoup. Les personnages aussi. Donc prendre du

    Shakespeare et ladapter un contexte japonais ntait pas difficile. 4

    Kurosawa change les noms et les lieux, et modifie sensiblementlhistoire : le cinaste

    ajuste Macbeth son projet. Nanmoins malgr cette prise de libert, ladaptation reste fidle

    lesprit de la pice. En effet Kurosawa respecte la construction de Macbeth, et les

    dplacements quil opre naltrent pas la structure narrative de luvre originale.

    Le rcit du Chteau de lAraigne reprend largement celui de Macbeth, tel que je lai

    rsum plus haut. Il sagit de la mme histoire, mais avec quelques modifications. Par

    exemple, les personnages ont des noms diffrents: Macbeth sappelle Washizu dans le film,

    Banquo est Miki, et Lady Macbeth devient Lady Asaji. Les lieux changent galement, laction

    se droulant dornavant dans le territoire fictif du chteau de lAraigne. Enfin, le scnario est

    lgrement retouch. Par exemple sil y a trois sorcires dans la pice, il nen reste plus

    quune dans le film, et si dans la pice Macbeth meurt au cours dun duel lpe, dans le

    film Washizu est cribl de flches,par larme qui se retourne contre lui.

    3 Ibid.,