lettre valloire hiver 2012

of 80 /80
MAGAZINE DÉCEMBRE 2012 - 5 Patrick Findeling (Plastivaloire) Ces bassins industriels qui déjouent la crise

Upload: lettre-valloire

Post on 08-Mar-2016

318 views

Category:

Documents


52 download

DESCRIPTION

Lettre Valloire hiver 2012

TRANSCRIPT

Page 1: Lettre Valloire hiver 2012

MAGAZINE DÉCEMBRE 2012 - 5€

Patrick Findeling (Plastivaloire)

Ces bassins industrielsqui déjouent la crise

Page 2: Lettre Valloire hiver 2012
Page 3: Lettre Valloire hiver 2012

Point de vue

François−Xavier Beuzon

« Ni absent, ni omniprésent »n pensait que le « ni, ni » de François Mit-terrand avait définitivement tranché la

tête de l’hydre de la nationalisation, chère à lagauche française. Pourtant, elle a ressurgibruyamment avec les hauts-fourneaux de Flo-range, trouvant même quelques échos à droite,ce qui prouve qu’en France le dogme de l’in-faillibilité de l’Etat est largement partagé, toutesfamilles politiques confondues.Nous ne dirons pas, avec la présidente du Me-def, qu’une nationalisation est scandaleuse. Onexproprie bien des détenteurs de terrains et d’im-meubles, pourquoi, par principe, n’exproprierait-on pas les actionnaires d’une entreprise? Et l’Etat,dans certains cas rares mais précis, n’est-il paslégitime à conserver, voire à s’approprier desbiens de production parce que l’intérêt généralle réclame ? La nationalisation des compagniesd’électricité a ainsi permis de créer une grandeentreprise à capitaux français, devenue le premierélectricien mondial, tandis que celle du CréditLyonnais a laissé des dirigeants incompétentsjouer au Monopoly avec l’argent des épar-gnants, entraînant une catastrophe.Florange, c’est autre chose : on sait que la filièreliquide des hauts-fourneaux lorrains n’est pas ren-table et que maintenir quelque 600 sala-

riés au service de ce Moloch moderne est uncontresens : le premier aciériste mondial yavait d’ailleurs renoncé pour se consacrer à la fi-lière aval. Mais l’improbable ministre du Re-dressement productif était pourtant disposé à en-gager des fonds publics, si rares en ce moment,dans une aventure qui n’avait pour but que demontrer la capacité du nouveau pouvoir à réus-sir là où l’ancien avait échoué. Quitte à vendredes actifs sains – en l’occurrence une participa-tion dans GDF Suez – pour les engloutir dans unebranche déficitaire. Pire, dans la foulée des ro-domontades montebourgiennes, tel chantier na-val sans commandes, telle usine sans clients ré-clamaient à leur tour le secours de l’Etat, me-naçant d’alourdir encore la dette publique enpure perte.N’en déplaise aux libertariens, l’Etat capitalisten’est pas une monstruosité : le sauvetage d’Als-tom, les interventions ciblées du FSI ou de CDCEntreprises sont là pour le prouver. Mais si la puis-sance publique veut se maintenir sur la scène del’économie de marché, elle doit le faire commeles autres acteurs, avec le même pragmatisme etaussi, parfois, le même cynisme. Si elle en est in-capable, qu’elle s’abstienne.

O

Page 4: Lettre Valloire hiver 2012

4 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Points Chauds

www.lettrevalloire.com

6-17

Ce magazine est un hors sériede La Lettre Valloire, bimensuel d’information politiqueet économique en région Centre.Edité par MCM PresseSAS au capital de 51 000 €RCS Tours B 341 914 273.

Siège social :14, boulevard Heurteloup à Tours

Adresse postale :BP 9203137020 Tours Cedex 102 47 70 60 [email protected]

Rédaction :François-Xavier Beuzon (rédacteur en chef)Jean-Christophe Savattier (rédacteur en chef adjoint)Elise Pierre (journaliste)Aurélie Vouteau (chargée d’édition)

A collaboré à ce numéro :Capucine BeckerJacques HugueninRomain LejeuneBruno Villeneuve

Maquette :Régis BeauneStève Ankilbeau

Révision et correction :Odile Ménard

Publicité :Au support

Diffusion :Evangéline Beauvallet

Crédits photographiques :Une, 20 (Plastivaloire) - DR : 6, 7, 8, 9, 10, 12, 14,15, 16, 17, 42, 43, 51, 56, 59, 60, 61, 62, 64, 67, 69, 76, 77, 79 - François-Xavier Beuzon : 44, 49 - Centre Immo Promotion : 63 - Patrice Deschamps:6 - Sébastien Drouet : 8 - Anthony Ghnassia : 54,55 - Romain Lejeune : 71, 72, 73, 74, 75 - ElisePierre : 48, 50, 52, 66, 68 - Bruno Villeneuve : 46

Impression :Imprimerie Vincent, Tours (37)

Informations légales :Abonnement annuel 2013 (23 numéros et magazines hors série) : 360€Abonnement électronique avec édition bihebdomadaire : 450€Prix de ce numéro : 5€

CPPAP : 0116 I 85872ISSN : 1246-4333Dépôt légal : décembre 2012

Directeur de la publication :François-Xavier Beuzon

MCMpresse

6-8 En BrefL’actualité du trimestre en bref. Marisol Touraine et Claude Roiron règlent leurs comptes sur la toile.

10 Comment faire reculer le désert médical ?L’Etat et la Région Centre s’attaquent à la désertification médicale avec des moyens renforcés.

12 Mais où est la taxeprofessionnelle d’antan ?Une disposition de la loi de finances 2011 autorise les collectivités à accroître les bases de la CFE, avec des hausses spectaculaires d’impôt à la clé.

13 Dreux veut jouerdans la cour des grandsEn regroupant 78 communes et 109 000 habitants, Dreux deviendrait la 4e agglomération la pluspeuplée de la région.

14-17 A LA UNECes bassins industrielsqui déjouent la criseLà où d’autres souffrent, des bassins d’emplois régionaux résistent et parviennent à collectionner les offres d’emploi. La Lettre Valloire donne un coup de projecteur sur ces territoires qui déjouent la crise avec Nogent-le-Rotrou (28), Gien (45) et Chabris (36).

Page 5: Lettre Valloire hiver 2012

SommaireDÉCEMBRE 2012

52 Téane, les cosmétiquesbio dans la peauTéane est née de la rencontred’une Orléanaise passionnée de cosmétiques et d’une plante aux vertus cicatrisantes.

52 Eredova innove pourfaire passer la piluleEredova se lance sur un marché inexploré pour faciliter la prise de médicaments par les patients.

54-55 France Business School casse les codesFBS adopte son propre système de sélection qui rompt avec les usages des business schools.

56 L’Abraysienne s’engagepour l’insertion La société Abraysienne a fêté ses 20 ans en parrainant l’association pour l’insertion Aabraysie Développement.

59-62 La lettre de l’innovation

63 Centre Immo Promotiontous azimutsLe promoteur régional CIP construit depuis six ans à un rythme soutenu.

64-67 Immobilier d’entreprisesLes installations récentes d’entreprises.

68-69 Les chantiers

78 Le carnet

42-43 En BrefL’actualité du trimestreen bref.

Zefal rouleencore françaisMarque centenaire d’accessoires pour cycles, Zéfal parvient à résister à la mondialisation grâce à l’innovation.

46 Des projets pleinles cuves chez ETAAprès avoir équipé aux Etats-Unisla plus grande laiterie mondiale, ETA poursuit, depuis Rians (18),son développement.

48 Esprit Sushi menéeà la baguetteEsprit Sushi a déjà équipé près de 400 restaurants français et séduit par l’ingéniosité de ses concepts.

49 Il était une fois…une histoire de painsMichel Conton a ouvert une franchise Histoires de Pain à St-Jean-de-Braye… Un vrai succès.

50 Emincé.fr ne racontepas de saladesLauréat du réseau Entreprendre,le jeune diplômé de l’Escem Julien Casteleina lancéEmince.fr.

51 Une agence fait le buzz à OrléansForts du succès de leur street marketing, les fondateurs de Buzznative lancent une seconde société.

La Lettre Valloire - Décembre 2012 5

19-41 Le palmarès des entreprisesPour cet EcoGuide 2012,La Lettre Valloire et son partenaire Coface ont choiside classer les 500 premièresentreprises de la région Centre suivant leur résultat net 2011.

Le Palmarès

Economie

A LA UNEPlastivaloire,un champion retrouvéLe spécialiste tourangeau de l’injection plastique accède à la première place de notre palmarès de la rentabilité. Il doit cette performance à des éléments non-récurrents liés à l’acquisition du groupeBourbon en 2010 mais aussi à une politique de diversification et d’innovation.

44

Retrouvez en fin de magazine

nos itinéraires touristiques.

Escapades 71-77

Page 6: Lettre Valloire hiver 2012

Points Chauds En Bref

nucléaire et partisan d’uneréforme du code minierpour interdire l’exploitationdes gaz de schiste, il propose aussi le relèvement de la taxe sur le gazole. Faudra-t-il que Michel

Sapin, son suppléant aux dernières électionslégislatives, lui rappelleque l’homme « des discours pour rien »est celui qui lui a permisde rester député en juin dernier ?

Serge Richard, l’ex-président du Medef Centre et président du laboratoire Cerb, de Baugy (18), à pro-pos des mesures gouvernementales visant l’entreprise : « Je me suis assez serré la ceinture. Maintenant,je suis prêt à prendre le fusil ». Dans la même veine, Laurent Chabart, président du Medef 18 : « Sebarrer hors de France, on y pense tous. Pas question de continuer à se faire plumer ». Jean-François Mayet, maire UMP de Châteauroux et en forme de mea culpa à propos de l’échec initialdu projet d’implantation d’entreprises chinoises : « J’ai été trop enthousiaste. Et l’investisseur quenous avions choisi n’avait pas les reins assez solides ». Jean Germain, maire PS de Tours, à

I nterrogée par une journaliste duMonde dans le cadre d’un portrait fort laudateur publié parle quotidien du soir, la ministre de la Santé Marisol Touraine a révélé la raison pour laquelle

elle avait évincé l’an passé Claude Roiron, socialiste comme elle, de son fauteuil de présidentedu Conseil général d’Indre-et-Loire. « Elle faisait mal son job », a lâché l’ex-strauss-kahnienne.Cette nouvelle attaque ad mulierem a fait sortir de ses gonds la vibrionnante inspectrice d’aca-démie.Dans une tribune meurtrière publiée sur son profil Facebook, l’ex-dame de fer du Départementa appelé à son tour la ministre à faire son travail plutôt « qu’à juger celui des autres ». Claude

Roiron regrette aussi « qu’elle soit la seule ministre à ges-ticuler et à perturber le travail collectif par des proposégoïstes et arrogants ». Enfin, vacherie ultime, la conseil-lère générale du canton de Tours Nord-Ouest a déploré« que Madame Touraine ait visiblement un problèmeavec les personnes qui n’appartiennent pas à sa caste ».Mais que nos émules de la guerre des Deux-Roses, quiopposa au XVe siècle la Maison de Lancastre et la Mai-son d’York, se méfient. A l’issue d’un conflit où les pro-tagonistes s’éliminèrent, c’est Henri Tudor qui remportala mise… Un Tudor qui engendra d’ailleurs une lignéefort peu somnolente.

LA GUERRE DES DEUX-ROSES 2.0

6 La Lettre Valloire - Décembre 2012

L’HONORAIREFAMILIAL SERA-T-IL SAUF ?Marisol Touraine a récemment bataillé contreles dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes. Au forceps, la ministre en charge de la Santé a réussi à obtenirun accord qui limite certaines exagérations. Il est vrai qu’elle est très au fait du dossier ! Seloncertains sites en ligne, le frère de Marisol, Philippe Touraine, endocrinologue et diabétologue, ne pratique pas les tarifs d’un médecin de quartier. Il en coûte en effet entre130€ et 150€ pour leconsulter, cinq fois le tarif de la SécuritéSociale… Pour autant, la ministre de la Santé a, dans sa déclaration d’intérêt, bien noté que son frère était professeurde médecine et, à ce titre, membre d’un comité de l’ex-Afssaps(désormais ANSM) chargé d’une mission sensible : l’étude desconditions de mise surle marché des médicaments.

JEAN-PAUL CHANTEGUETVERT DE RAGE« J’ai le sentiment quel’ambition du Président de la République de faire de la France le pays de l’excellence environnementale est undiscours pour rien » : le député de l’Indre et ex-maire du Blanc (il vientde céder le fauteuil à sonadjoint Alain Pasquer) amis, une fois n’est pascoutume, les pieds dans leplat, fin octobre, dans uneinterview parue dans LesEchos. Devenu, au fil desannées, plus vert que rose,militant de la sortie du

Page 7: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 7

propos de la gouvernance du SMAT, un syndicat en charge de l’aménagement de l’agglomération tourangelle : « Si la structuredevient un machin genre ONU, je ne suis pas sûr que ce sera un progrès ». Christophe Degruelle, président d’Agglopolys etmaire-adjoint de Blois, à propos du choix du nouvel exploitant des transports de l’agglomération : « Pour vérifier que le délé-gataire tient bien ses promesses, il faut lui donner une claque par semaine ». D’Eric Doligé, président de l’UMP du Loiret, plai-santant à propos de l’élection à la présidence nationale du parti : « Je vise la présidence nationale de l’UMP car il y a un petit passage ! » Un petit passage ou un petit pas sage ? Henri Zamarlik, maire et conseiller général de St-Paterne-Racan (37), àpropos du mariage homosexuel : « J’appliquerai la loi, même si c’est dur à avaler ».

ALAIN RAFESTHAINQUITTE LA RÉGIONLe président du Conseilgénéral du Cher AlainRafesthain (PS) a démissionné du Conseilrégional le 1er novembre.C’est Joëlle Matthieu,conseillère municipale d’opposition (PS) à Dun-sur-Auron, qui devraitle remplacer à Orléans. Elu en 2010 à la Région, il en avait été le vice-président (1998-2000) puisle président (2000-2004). Il ne se représentera pasaux prochaines électionscantonales dans son fiefde St-Martin-d’Auxigny.

CHIFFREDU TRIMESTRE109 000

Les Tourangeaux aiment décidément le sport… côté pouvoir. Après un premier ballond’essai en juin 2011, Eric Thomas, un ancien collaborateur de Claude Roiron au Conseilgénéral d’Indre-et-Loire, s’est de nouveau lancé à l’assaut de la présidence de laFédération française de football (FFF) et du titulaire du poste, le breton Noël Le Graët,71 ans justement à la... Noël. Ce défenseur du football amateur prend le relais d’un autreTourangeau, Christophe Bouchet – un ex-président de l’Olympique de Marseille –, qui,certainement échaudé par son résultat aux élections législatives de juin dernier sur la 1ère

circonscription d’Indre-et-Loire (1,62 %), a finalement jeté l’éponge à la mi-novembre.Plus récemment, on a appris qu’un grand patron tourangeau, Yves Bouget (HFCompany, 49e de notre Palmarès de la page 21), se jetait dans la bataille pour la pré-sidence de la Fédération française de… volley-ball. Décidé à prendre le filet, il déclaresans ambages qu’il est « grand temps que les gens qui ont capté le volley à des fins per-sonnelles partent ».

RIEN AU HASARDLe député socialiste duCher Yann Galut participe à sa façon à la frénésie fiscale du gouvernementqu’il soutient. L’avocat envisage ainsi de présenterune proposition de loi quiinstaurerait une taxation de50 % des gains des jeux de

hasard. Aujourd’hui,comme le prévoit le codegénéral des impôts, « lesgains de jeux de hasard,dès lors qu’il s’agit de gainsexceptionnels, sont exonérés d’impôts ». YannGalut souligne qu’en 2011,« plus de 7 Md€ ont étéredistribués par la

C’est le nombre d’habitants que devrait compterla communauté d’agglomération de Dreux dansson nouveau périmètre (lire à ce sujet page 13),ce qui en fera la quatrième de la région Centre,après Chartres mais devant Blois (107000 habi-tants) et Bourges (100000 habitants).

Française des Jeux à l’ensemble des joueurs, 87d’entre eux étant devenusmillionnaires. Parmi eux, 17 personnes ont gagnéplus de 5 M€ ».

EFFEUILLAGE En période de crise, lesélus n’hésitent pas à donner de leur personne. ALignières-de-Touraine (37),le premier adjoint au maire,plus connu sous le nom de« Jojo l’arboriculteur », n’a pas hésité à poser nu, en compagnie de commerçants et d’agriculteurs, dans uncalendrier qui sera venduau profit de l’association « 1001 pétales » en faveurdes enfants de l’hôpitalClocheville, à Tours. Belleimage que celle de cetarboriculteur qui s’effeuillepour des pétales.

LE CNRI AU TAPISL’affaire n’a pas fait beaucoup de bruit ! ÀBourges, le Centre nationaldes risques industriels(CNRI), qui avait tenté demettre l’agglomération et ledépartement du Cher aupremier plan des questionsliées au management desrisques industriels, a mis la clef sous la porte. L’Etat a refusé sa subvention et les collectivités – si l’onexcepte la Région – n’ontmême pas répondu aux demandes d’aides.

IL VA Y AVOIR DU SPORT

Yves Bouget

Page 8: Lettre Valloire hiver 2012

Points Chauds En Bref

8 La Lettre Valloire - Décembre 2012

qu’une mutualisation,notamment dans ledomaine du tourisme,aurait du sens ».

DIVORCE CHINOIS L’étau se resserre sur Lisa Han, l’ex-chargée des relations avec la Chine de la Ville de Tours, organisatrice des fameux « mariages chinois » vouluspar le sénateur-maire de Tours Jean Germain. Cette collaboratrice,qui avait été reclassée à l’office de tourisme enquatrième vitesse, faitmaintenant l’objet d’uneprocédure de licenciement.Surtout, Lise Han estinquiétée par le SRPJd’Orléans qui a ouvert une enquête préliminaire. On se souvient qu’en 2011, le Canard Enchaînéavait révélé que la ressortissante chinoiseavait cumulé son travail

à la municipalité et des responsabilités au sein de la société Time-LotusBleu, un fournisseur de la mairie qui intervenaitdans l’organisation desréceptions chinoises.

CHARITÉ BIENORDONNÉE Le député socialiste tourangeau Jean-PatrickGille, rapporteur du budget de la mission « emploi », sait user desbonnes relations qu’ilentretient avec le ministredu Travail et de l’EmploiMichel Sapin… et de saposition à l’Assembléenationale. Suite à l’un deses amendements, leréseau des missionslocales, dont il est l’homme fort au titre deson mandat de présidentde l’Union nationale desmissions locales (UNML),devrait percevoir 181 M€

de crédits dans le cadrede l’accompagnement des contrats d’avenir.Mission accomplie !

LE POCL SURVIVRA-T-ILÀ LA CRISE ?La disette budgétaire va-t-elle envoyer dans les cordes la liaison

ferroviaire à grandevitesse devant relier Parisà Lyon via Orléans etClermont-Ferrand, plusconnue sous l’acronymePOCL ? Le gouvernement a installé au mois d’octobre dernier unecommission qui devraarbitrer d’ici au mois d’avril entre les projetsd’infrastructures prioritaires… et les autres.Le préfet de la RégionAuvergne, Eric Delzant,coordonnateur, a tenté de se montrer rassurant.Sans convaincre. « Laligne POCL n’est pasdavantage menacée… que les autres », a-t-ildéclaré cet automne à un aréopage d’élus qui le questionnaient.

MONEY TIMESelon Mediapart, Jean-Pierre Gorges, le député-maire UMP de Chartres,aurait « acheté »

– on parle de 30 000 € – le ralliement de l’écologisteAlfredo Do Rosario, décédé depuis, pour êtreréélu au mois de juin sur la 1ère circonscriptioneurélienne, un scrutin quifait l’objet d’un recours devant le Conseil constitutionnel déposé parle socialiste David Lebon,rival du maire de Chartres.Jean-Pierre Gorges, « écœuré par ces insinuations », a déposéune plainte en diffamation.

LES TROIS MOUSQUETAIRES

En prévision de l’acte III de la décentralisation, lesprésidents des Conseilsgénéraux d’Eure-et-Loir(Albéric de Montgolfier),de Loir-et-Cher (MauriceLeroy) et du Loiret (EricDoligé) se sont engagés à « regarder ce qu’il étaitpossible de mutualiser ».Cet « Acte des trois »,comme ils l’ont baptisé,pourrait ainsi permettre de mieux négocier desmarchés publics et mettre en commun descompétences. Et pourmontrer que cette unionde deux élus UMP et d’unélu UDI n’est pas sectaire,Maurice Leroy conclut enprécisant qu’il est aussi en pourparlers avecl’Indre-et-Loire « parce

L e fait a été mentionné par François Fillon dans son courrier récapitulant les irrégularitéscommises en sa défaveur lors des primaires : « Le représentant de Jean-François Copé

a voté trois fois en Loir-et-Cher et sa signature figure trois fois sur les listes d’émargement ».Explication embarrassée de Jacques Chauvin, le responsable départemental des élections àl’UMP : « La signature de cet adhérent apparaît effectivement trois fois. Deux fois légalementpuisqu’il a voté pour sa femme par procuration. La troisième signature figure face au nom d’uneadhérente ayant fait procuration… sans mandataire ». Le procès-verbal de l’irrégularité a ététransmis à Paris.

VOIX COMPTE TRIPLEEN LOIR-ET-CHER

Page 9: Lettre Valloire hiver 2012
Page 10: Lettre Valloire hiver 2012

Points Chauds Territoires

10 La Lettre Valloire - Décembre 2012

L e désert médical avance inexo-rablement en région Centre.Avec un taux de 2,6 médecins

en activité totale pour 1 000 habitantsen 2009, elle est une des plus mal clas-sées de France, tout juste devancéepar la Picardie (2,5). « C’est un fait, leterritoire connaît d’importantes dif-ficultés dans les zones rurales, no-tamment dans l’Indre autour de LaChâtre et Chabris et dans le Cher à St-Amand-Montrond, St-Florent-sur-Cher », indique Thibault Maciejewski,responsable de l’offre hospitalière etambulatoire à l’Agence régionale deSanté Centre, ajoutant « que ces zonesultra-sensibles côtoient des bassins depopulation marqués également pard’importantes difficultés ». Les situa-tions ultra-critiques ne doivent paséclipser, en effet, les situations àpeine meilleures qui constituent latoile de fond du territoire régional.D’autant que les deux ne font que s’ac-centuer. « La pénurie de médecinss’aggrave structurellement du fait dela pyramide des âges des praticiensdéjà installés », poursuit ThibaultMaciejewski.

Dans l’Indre, où l’on recense 178médecins généralistes libéraux, seu-lement 77 d’entre eux ont moins de55 ans ! Et la situation sur le front desspécialités n’est guère plus réjouis-sante. Toujours dans l’Indre, on necomptait au dernier recensementd’août 2012 que 108 médecins spé-cialistes, toutes spécialités confon-

dues… dont seulement 48 de moinsde 55 ans. « C’est bien simple, dansl’Indre, il n’y a, par exemple, que 2pédiatres libéraux pour 16 723 en-fants de 0 à 6 ans et 11 gynécolo-gues pour 60 900 femmes de 16 à 59ans !» explique Thibault Maciejewski.Plusieurs facteurs expliquent cettesituation que d’aucuns jugent catas-trophique. « Les territoires privés deCHU ou de plateaux techniques degrande qualité sont par nature fra-gilisés », explique-t-on à l’ARS. D’unepart, un étudiant en médecine qui a

passé une dizaine d’années dans uneville est tenté d’y rester après sesétudes et de s’y installer. D’autrepart, même si le transport sanitaire estde qualité, les praticiens aiment tra-vailler près de ressources médicales dehaut niveau, qui constituent autant derecours lorsqu’ils sont confrontés àdes cas complexes.

Face à une telle situation, la puissancepublique n’est pas restée inerte. La Ré-gion Centre, notamment, soutient laconstruction de maisons de santé plu-ridisciplinaires (MSP) destinées à ac-cueillir toute une gamme de profes-sionnels (généralistes, spécialistes, ki-nés, infirmières) et ce, dans le cadred’une contractualisation avec l’Etat quin’a pas d’équivalent en France. L’objectifest, à terme, de mailler la région Cen-tre avec une cinquantaine de MSP ; 25d’entre elles auraient déjà été financées. Cet effort important s’inscrit dans lecadre d’un schéma régional des for-mations sanitaires et sociales qui pré-voit le financement des établisse-ments de formation, des bourses etl’augmentation des quotas et nume-rus clausus. Mais ces efforts louables,qui ne s’accompagnent d’aucune me-sure coercitive – qui seraient natu-rellement très mal vécues par les in-téressés et probablement contre-pro-ductives – seront-ils suffisants pourrenverser la tendance ?

Jean-Christophe Savattier

Comment faire reculer le désert médical ?

”“ LES TERRITOIRES PRIVÉS DE CHU

OU DE PLATEAUX TECHNIQUES SONT PAR NATURE FRAGILISÉS

Le gouvernement, sous la houlette de Marisol Touraine, ministre de la Santé, vient d’engager un pro-gramme de lutte contre la désertification médicale qui concerne particulièrement la région Centre.La collectivité régionale tente de juguler l’hémorragie via un programme de construction de maisonsmédicales pluridisciplinaires.

Page 11: Lettre Valloire hiver 2012

L’année qui s’achève aura été difficile, tant sur le plan national que local…

Serge BaBary : En effet. A la nuance près que dans un environnement économique difficile, l’activité en Touraine s’est maintenue de façon acceptable au 1er semestre et la saison touristiquen’a pas été mauvaise, sauf au mois de juillet en raison de la météo : les chiffres fournis par l’Ob-servatoire de l’économie et des territoires de Touraine le démontrent. Mais depuis la rentrée deseptembre, l’inquiétude des chefs d’entreprise grandit. Nous assistons à un blocage des investis-sements et des embauches.Pour les commerçants tourangeaux, le chantier du tramway a ajouté aux effets de la crise. On envoit le bout mais le rétablissement sera long.

Dans ce contexte, qu’elle est l’attitude de la CCI Touraine ?

Serge BaBary : La mobilisation est maintenue. On ne peut pas baisser les bras : il faut agir. En2012, nous avons résolument soutenu la démarche des entreprises qui souhaitaient exporter et inno-ver; de même, pour fluidifier le marché du travail, la CCI Touraine a mis en ligne une nouvelle versionde son site Sésame Emploi. En cette fin d’année, un accent tout particulier a été donné au travail enréseau qui est une arme essentielle pour parer les effets de la crise. Il permet aux entreprises d’échan-ger, de s’entraider et de surmonter ensemble ce cap difficile. Le point d’orgue sera laconvention d’affaires « Rencontres Touraine Entreprises » le 7 février 2013.

Quels dossiers restent urgents ?

Serge BaBary : L’accès au financement et le renforcement de la trésorerie des entreprises restent des problématiques sensibles. Parailleurs, nous n’avançons guère sur le dossier crucial des infrastruc-tures de transport. Les chantiers du périphérique et du contourne-ment autoroutier sont en panne et les discussions avec la SNCF etRFF sont âpres pour maintenir le nombre de TGV entre Paris, St-Pierre-des-Corps et Tours. Sur le plan de l’animation écono-mique, nous avons compris que l’unité de marketing territo-rial ne se fera pas sous la forme que nous souhaitions, maisil faut que l’objectif soit maintenu.

Quelles orientations donnerez-vous en 2013 ?

Serge BaBary : Les différentes institutions du ter-ritoire doivent impérativement jouer en équipe. Notrerôle est, plus que jamais, de pousser nos entreprisesà l’international et d’animer les réseaux : nous som-mes d’ailleurs très satisfaits du fonctionnement decelui des ETI (entreprises de taille intermédiaire), quenous avons initié : la prochaine étape, c’est d’amenerles entreprises qui sont juste au-dessous du seuil des250 salariés à grandir pour le rejoindre.

Serge BaBary, PRÉSIDENT DE LA CCI TOURAINE

Après une année 2012 difficile, le Président de la CCI Touraine appelle à la mobilisation générale pour que 2013 soit l’année du rebond.

« Le travail en réseau : une arme essentielle pour parer les effets de la crise »

« On ne peut pas baisser les bras, il faut agir »

Page 12: Lettre Valloire hiver 2012

L es élus de la communauté decommunes du Pays de Bour-gueil, à l’ouest de l’Indre-

et-Loire, ont juré que l’on ne les y re-prendrait plus ! Cette collectivité,dont le cœur bat plutôt à gauche, afailli « tondre » les entrepreneurs deson territoire. Des délibérations duconseil communautaire ont tout bon-nement fait passer la base qui sert aucalcul de la cotisation foncière des en-treprises (CFE) – cette dernière rem-place depuis deux ans feu la bonnevieille taxe professionnelle – de 1104€

au titre de l’exercice 2011 à… 4 000 €en 2012. Elles avaient même prévu defaire grimper cette base à 6000 € en2013 ! « C’est bien simple, s’émeut Ma-galie L’Hermite, la vice-présidente del’Ucab (Union commerciale et artisa-nale de Bourgueil), certains de nosadhérents ont appris que le montantà acquitter, payable au 15 décembre,allait passer de 600€ à plus de1400€. Et qu’ils devaient se préparer

à payer près de 2 000 € en 2013 ». Que l’on ne s’y trompe pas. Les col-lectivités de gauche n’ont pas le mo-nopole de cette frénésie fiscale. «C’estun problème général qui touche lescommunes et les intercommunali-tés », explique ainsi Charles-Eric Lemaignen, le président UMP de l’Ag-glO d’Orléans. Car un rectificatif à laloi de finances 2011 a autorisé les exé-cutifs locaux à augmenter les bases dela CFE de leur niveau minimum jus-qu’à concurrence de 6 000 € pour lesentreprises réalisant un CA supérieurà 100 000 €. La largesse du législateuravait pour but de compenser les er-rements dans la mise en place du nou-vel impôt sur la période 2009-2010.Des errements qui ont « amputé lescollectivités concernées de près de850 M€ de recettes non compenséespar l’Etat », précise Charles-Eric Lemaignen. C’est peu dire que les élusont saisi la perche fiscale qui leur étaittendue pour se refaire…

La communauté d’agglomérationd’Orléans n’a pas dérogé à la règle :« Nos adhérents sont consternés.Les augmentations varient de 60 à300%», fulmine Aline Mériau, la pré-sidente de la Fédération du BTP duLoiret. Depuis, l’exécutif orléanais apartiellement effacé la mesure endécidant de rembourser la différenceaux TPE.Reste que certains « pigeons » ont re-fusé d’être plumés à si bon compte.A Bourgueil, c’est en délégation queles chefs d’entreprises sont venus demander des comptes aux élus, lescontraignant à annuler les délibéra-tions scélérates. Problème, ce rétro-pédalage s’est avéré illégal. Penauds,les élus ont dû se rendre à Canossa devant le préfet d’Indre-et-Loire pourune réunion de crise convoquée enurgence le 8 novembre. « Rien n’estencore arrêté et le dispositif de rem-placement doit encore être validétechniquement par les services fis-caux, mais il semble que nous ayonsobtenu gain de cause », se félicitaitMagalie L’Hermite à l’heure où nousécrivons ces lignes. Pour des raisons« administratives », les entreprises tou-chées à Bourgueil par cette hausse de-vront acquitter leur dû d’ici à la fin2012. Mais des abattements seront accordés dès cette année aux entre-preneurs les plus durement touchés,puis complétés les années suivantespar des dégrèvements. De même, àOrléans, les services fiscaux devraientaccorder aux entreprises les plustouchées des étalements de paie-ments adaptés aux situations indivi-duelles.

Jean-Christophe Savattier

Points Chauds Territoires

12 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Mais où est la taxeprofessionnelle d’antan ?

Une disposition rectificative de la loi de finances 2011 autorise les collectivités à accroître les basesde la cotisation foncière des entreprises (CFE) qui remplace la bonne vieille taxe professionnelle. Lesélus se sont engouffrés dans la brèche en décrétant des hausses spectaculaires.

Page 13: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 13

En regroupant 78 communes et 109 000 habitants, Dreux deviendrait la 4e agglomération la plus peuplée de la région Centre. Si l’union fait la force, certains restent sceptiques sur les compétenceset la fiscalité de la future communauté.

G érard Hamel en rêve depuis desannées : faire de Dreux une ag-

glomération de taille régionale. L’épi-logue est proche : le préfet Didier Martin devrait exaucer le maire de laville en prenant un arrêté de péri-mètre qui lancera une communautéd’agglomération de 78 communes –contre 19 aujourd’hui, pour 58 000 ha-bitants –, la 4e agglomération de la ré-gion en taille. « La grande agglo va re-prendre les compétences des com-munautés de communes (CdC) déjàexistantes. Mais à l’échelle de leur ter-ritoire », explique Gérard Hamel. Undélai de trois mois est à respecter afinque les conseils municipaux et com-munautaires se prononcent. « Si 50 %

des communes représentant 50 % dela population sont favorables, leprocessus sera lancé. La grande ag-glo pourra se concrétiser à l’été pro-chain, et au maximum au 1er janvier2014 », indique le préfet qui préciseque « les réticences sont plus liées àun désir d’information supplémen-taire qu’à une opposition définitive. »Reste que les CdC des Villages-du-Drouais, comme celle du Val-d’Eure etVesgre, sont sur le reculoir. La prési-dente de cette dernière, MartineRousset, craint l’éparpillement descommunes – « que celles de l’Eure setournent vers la Porte normande ouvers Anet… » – et s’interroge sur la po-litique des déchets ou de la petite

enfance... Et si la CdC des Villages-du-Drouais a finalement voté en faveur duprojet – en dépit de la longue bataillemenée par le maire de Cherisy MichelLethuillier –, le maire de OuerreChristian Mattelet brandit l’étendardde la révolte : il craint des dérives, àl’instar d’autres élus. « Pour les com-pétences, la nouvelle entité devraitpartir sur les bases actuelles desEPIC. Quant à la fiscalité, il y auraun rattrapage et une uniformisation,mais, sur 20 ou 30 ans, il n’y aurapas de mauvaises surprises », ré-pond le préfet. Enthousiastes ou ré-signés, les élus devront se déterminerd’ici au printemps…

Elise Pierre

Dreux veut jouer dans la cour des grands

Page 14: Lettre Valloire hiver 2012

Alors que les « déclinistes », qui font commerce desdifficultés françaises, n’en finissent pas d’emboucherles trompettes de la désindustrialisation, la LettreValloire a choisi de jouer un autre refrain. Nonobstantles pertes de compétitivité, la crise de la dette sou-veraine et la concurrence despays émergents, la rédaction achoisi de braquer le projecteursur certains bassins industrielsrégionaux qui résistent et parvien-nent même à collectionner les of-fres d’emplois… sans d’ailleurs,comme l’illustre le cas giennois,que ces dernières trouvent tou-jours preneurs. L’étude réalisée à notre demandepar Pôle Emploi est édifiante : une petite dizaine de ter-roirs marqués par une forte empreinte de l’industrie –c’est-à-dire où la part des emplois relevant de cettecatégorie représente au moins 30 % du total – ontenregistré plus de 200 offres d’emplois industriels surles 12 derniers mois (cf. schéma). C’est peu, diront lesesprits chagrins, c’est beaucoup, corrigeront les réa-

listes, surtout si l’on rapporte ce score au nombre desalariés travaillant déjà dans l’industrie. Ainsi, àNogent-le-Rotrou où sont recensés plus de 2 800emplois de ce type, 468 offres d’emplois industrielsont été collectées de septembre 2011 à août 2012 !

Bien sûr, des facteurs comme laprésence écrasante d’un site po-sitionné sur des marchés bienorientés – il y en a encore ! – peu-vent introduire un certain biais sta-tistique. Mais notre enquête réa-lisée à Nogent-le-Rotrou et Gien lemontre, la bonne fortune n’expli-que pas à elle seule l’attractivitéd’un territoire. Aux atouts natu-rels et à la présence historique

d’unités de production s’ajoutent aussi les qualitésd’animateurs et de facilitateurs d’élus qui ont locale-ment su créer une ambiance suffisamment « busi-ness friendly » pour aimanter les projets de déve-loppement. Et ce, parfois, à l’échelle d’un micro-bas-sin de vie comme l’illustre le «cas» de Chabris et deson maire Serge Pinault.

Points Chauds Territoires

Ces bassins industrielsqui déjouent la crise

500

400

300

200

100

0

AubignyVierzonNogent-le-Rotrou

Gien Vendôme Châteaudun Pithiviers Amboise Romorantin Issoudun

14 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Nombre d’offres d’emplois enregistrées dans le secteur industriel (cumul septembre 2011 - août 2012) source Pôle Emploi

101

201

468

327 320278

242 232 231 219

Page 15: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 15

Au cœur du Perche, à seulement 1h30 de la capitale, le bassin nogentais a su attirer des entre-preneurs et se doter d’un tissu industriel diversifié conjuguant des groupes tels que B. Braun, Valeoet une pléiade de PME innovantes.

F ort de 2 886 emplois salariésdans l’industrie sur 8 231 actifs,Nogent-le-Rotrou atteint un taux

d’activité industrielle de 35,1 %, soitplus de 6 points au-dessus de lamoyenne régionale, mais apparaît sur-tout comme le champion en termed’emploi. Se détachant loin devant lesneuf autres (cf. diagramme page 14),le bassin nogentais a enregistré 468 of-fres entre septembre 2011 et août2012. « Nogent-le-Rotrou est l’un desterritoires départementaux les moinstouchés par le chômage », se réjouitDominique Martin, dgs à la mairie dela Ville, qui assure que la collectivité ajoué un rôle majeur dans ce succès. « Nous avons accompagné le groupeB. Braun (500 salariés) qui se déve-loppe fortement et recrute. C’est unmoteur pour la zone.» B. Braun estainsi devenu le premier employeur dubassin, dépassant l’historique Valeo quia, de son côté, mené une mutation

technologique pour passer de la pro-duction de systèmes de freins à cellede systèmes électroniques embar-qués. « Les difficultés de Valéo nous ontrendus éligibles au classement enzone d’aide à finalité régionale (AFR)qui a permis d’accueillir des projetsde création et d’agrandissement », re-connaît Dominique Martin. C’est ainsique la société Eurowipes (27,5 M€ deCA), spécialisée dans la fabrication delingettes, s’est lancée en 2001 avec 60salariés et a, depuis, doublé ses effec-tifs. « Après avoir aménagé la ZA duVal d’Huisne, suite à la fermeture dePhilips, où se sont installés notammentles Manufactures du Château, Monin,Essence Agencement, le Syval a permisl’implantation zone de l’Aunay de Marie-Laure PLV, d’Euro Wipes et deCook Inov », explique DominiqueMartin. Des opérations de portage fi-nancier ont permis à ces PME d’enga-ger des investissements de R&D, les ai-

dant à s’ouvrir à de nouveaux marchés.A ce jour, six opérations ont été me-nées par le Syval : Secos, Sit/Satel, Elec-tric Production, Calpac, Essence Agen-cement, Eurowipes. «Nous interve-nons aussi sur les terrassements com-me lors du déménagement de Sefardet du projet Cook Inov » complète Do-minique Martin. Cook Inov, spécialiséedans la conception de produits culi-naires appertisés, prévoit en effet uneextension de 2000 m2 de ses locaux dela ZA de l’Aunay.

Elise Pierre

Thierry Cousin, pdg de la société Sefard, fabricant de ressorts industriels et de pièces en filcambré (60 salariés, 5 M€ de CA).

Vous avez investi 3,5 M€ pourconstruire une usine de 5 000 m2,à Nogent-le-Rotrou…J’ai toujours recruté facilement surNogent. J’ai souhaité y construire un ou-til adapté, avec plus d’espace, offrant demeilleures conditions de travail aux sa-lariés. Mais nous devons faire évoluernos savoir-faire. Pour un client du loi-sir, nous avons ainsi re-designé le pro-duit pour proposer du fil usiné, passantde 2 000 à 8 000 commandes cette an-née. C’est la technique et l’innovationqui font l’avenir du produit. Et onpeut le faire sans encombres à Nogent.

Vous avez repris Sefard en 2010 ;quels ont été vos axes de déve-loppement ?Nous sommes passés de 50 à 60 sala-riés, sans augmentation de notre CA,car nous avons été frappés de pleinfouet par la crise. Mais j’ai préféré main-tenir tous ces emplois, car cette ex-pertise fait partie des actifs de l’entre-prise. Pour moi, seuls ces hommes fe-ront la différence.L’innovation et la formation sontau cœur de votre projet ?J’ai beaucoup investi dans la formation.J’ai voulu faire ressortir les valeurs de

l’entreprise ; le fil conduc-teur était l’écriture d’unecharte de l’entreprise. Lessalariés ont réalisé des œu-vres d’art avec des piècesau rebut, qui symbolisentchacune une valeur... Monpari est que d’ici deux àtrois ans, cette dynamiquenous permettra de mieuxaffronter les défis et d’être prêts enterme de savoir-faire et de technicité,pour faire entrer Sefard dans le secteurde l’aéronautique.

Propos recueillis par Elise Pierre

Nogent-le-Rotrou, l’irréductible

« Nogent est un bassin d’emploi de qualité »

« Nous avons accompagné le groupeB. Braun (500 salariés)

qui se développe fortement et recrute.C’est un moteur pourla zone », se réjouit Dominique Martin,

dgs de Nogent.

Page 16: Lettre Valloire hiver 2012

Points Chauds Territoires

16 La Lettre Valloire - Décembre 2012

C omptant plus de 15 000 sala-riés, dont 5 411 dans l’indus-trie, le Giennois fait partie des

10 bassins d’emplois de la région Cen-tre à présenter une part de l’industriesupérieure à 30 % (à 35,9 %) et ob-tient la 2e place de notre classement,derrière Nogent-le-Rotrou. De sep-tembre 2011 à août 2012, le bassin acomptabilisé 327 offres d’emplois,dont 228 concernant l’industrie manu-facturière et 84, la production et dis-tribution d’électricité. Mais gare aux effets d’optique : « La

centrale électrique de Dampierre-en-Burly est l’une des explications decette tendance favorable, souligneBenjamin Arnaud, de la communautédes communes giennoises (CdCG).Elle compte 1500 salariés et peut enemployer jusqu’à 2500 en période deforte activité. » Le territoire peut aussicompter sur un quartet industriel dechoc avec Shiseido (280 salariés), Otis(600 salariés), Pierre Fabre (430) etSCA (ex-Georgia Pacific, 400 salariés).Pourtant, si Gien a été sous les feuxde la rampe ces derniers mois, c’estsurtout pour son taux de chômagerecord, qui a atteint 10,8 % au pre-mier trimestre 2012. « Une augmen-tation de 54,3 % entre 2007 et 2012 »s’étonnait ainsi Le Monde. Le bassingiennois est en proie à un véritableparadoxe : « Il y a inadéquation entrel’offre et la demande », confirme CyrilSeguin, responsable du service Sta-

tistiques de Pôle Emploi Centre. « Nous rencontrons des difficultés àattirer dans le Giennois jeunes ca-dres et jeunes actifs », témoigneRichard Dupont, DRH de Pierre Fabre. Consciente de ce manque d’attracti-vité, la CdCG multiplie les actions afind’améliorer la situation, en soutenantles entreprises locales et en renfor-çant des partenariats avec l’Adel et laCCI. « Nous avons permis à la sociétéSupplisson d’obtenir 30 000 € de sub-vention et travaillons avec l’Adel afinde valoriser le territoire », rappelleBenjamin Arnaud qui ajoute que laCdCG compte développer son offrede loisirs. « Nous avons signé uneconvention de soutien avec PierreFabre », ajoute-t-il. Enfin, pour soute-nir la création d’entreprises, le terri-toire s’est doté d’une pépinière etd’une couveuse.

Elise Pierre

Que pensez-vousdes récentes mé-diatisations quiont fait de Gienla championnedu chômage ?En réalité, la mon-tée du chômages’explique par laforte industrialisa-tion du bassin deGien, qui a un taux

(35,9 %) supérieur aux moyennes ré-gionales. Ceci a eu un effet amplificateur.Avant la crise de 2008, le bassin giennoisenregistrait le taux de chômage le plusbas du Loiret (5 %).

Paradoxalement, les entreprisesgiennoises auraient des difficultésà recruter ?En effet, les entreprises du Mepag ontdes difficultés à trouver du personnelqualifié, notamment des techniciens. Lacentrale de Dampierre-en-Burly va en-gager 30 techniciens chaque année du-rant six ans. Elle peine à recruter, com-me Otis, SCA Emballages, Pierre Fabre.Chez Shiseido nous avons également be-soin d’embaucher. Comme toutes lesentreprises industrielles, l’automatisationdes process a provoqué une montée descompétences, et un besoin de cadresconfirmés. Or, le bassin souffre d’unmanque d’attractivité globale.

Comment y remédier et quellestratégie adopter pour développerle bassin ?De meilleures liaisons routières avec lacapitale régionale, comme une meilleuredesserte SNCF vers Paris, seraient in-dispensables. Le Mepag a lancé avec lescollectivités locales un travail sur lagestion territoriale des compétences,afin de cartographier les emplois et per-sonnels disponibles sur le bassin, puistravailler avec les centres d’enseigne-ment afin d’améliorer l’offre de forma-tion et mieux répondre aux besoins.Mais les caractéristiques de ce bassin res-tent difficiles à infléchir.

Propos recueillis par Elise Pierre

Gien, la paradoxaleSi Gien a construit sa notoriété sur sa faïencerie, ce bassin fortement industrialisé a su attirer deslocomotives comme Shiseido, Otis, Pierre Fabre et SCA (ex-Georgia Pacific). Paradoxalement, lesmédias le désignent comme champion du… chômage.

Le territoire peut compter sur un quartetindustriel de choc avec l’usine Shiseido (ci-dessus), ainsi que l’ascensoriste Otis, les laboratoires Pierre Fabre et SCA (ex-Georgia Pacific).

Jean-Paul Launois, président du Mouvement des entreprises du pays giennois (Mepag) et vice-président de la production de l’usine Shiseido.

« Nous manquons de cadres »

Page 17: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 17

Cette commune située aux confins de l’Indre, à quelques encâblures du Loir-et-Cher, a réussi aattirer un bon millier d’emplois industriels. Retour sur une success-story rurale.

«N ous ne sommes plus assaillis de demandescomme il y a quelques

années, mais nous tenons le coup ». Se-lon Serge Pinault, le maire de Chabris (36)et président de la CdC du Chabris Paysde Bazelle (12 communes, plus de 6 500habitants), la crise a ralenti l’appétencedes industriels pour ce coin de ruralitésitué à la lisière du Loir-et-Cher, mais l’es-sentiel est sauf. Qu’on en juge : sur le bas-sin de vie, on ne recense pas moins d’unbon millier d’emplois industriels. Ainsi, le spécialiste du traitement de sur-face SETS emploie encore 70 salariés,après, certes… avoir réduit ses effectifsde moitié. Inter Metal, spécialisée dans lemobilier de magasin, compte 70 salariéssur la ZA des Vigneaux de Chabris aux cô-tés de PSP (conditionnement pour l’agroa-limentaire, 200 salariés), la Sermat (élec-tro-mécanismes pour l’aéronautique, 200salariés) et Chabris-Méca, un mécaniciende précision (environ 50 salariés).

Aux « historiques » comme SETS, sont ve-nues s’ajouter récemment de belles pé-pites industrielles comme la société Jul-lien, un sous-traitant de l’industrie du luxe(20 salariés) qui parachève les peaux des-tinées à habiller de cuir les élégantes…et qui prépare un agrandissement. « Il nefaut pas oublier l’activité essentielle de lalaiterie de Varennes-sur-Fouzon, uneunité du groupe LDSH qui emploie 140personnes et qui a engagé tout récem-ment un nouveau programme d’inves-tissement dans des capacités de stockage»,

indique Serge Pinault. Ces succès indé-niables, qui s’enracinent dans la durée,ne tiennent pas du hasard. En résumé,une histoire d’hommes… et de grossous. Le carnet d’adresses de Serge Pi-nault, un ancien chargé de clientèlebancaire devenu un maire-entrepre-neur, a joué un rôle majeur. « Au débutdes années 80, la seule industrie quimarchait à Chabris, c’était la maisonde retraite ! », se souvient le premier ma-gistrat de la commune. « J’ai réussi àfaire venir la SETS et son patron, JeanChrétien – décédé depuis – qui m’abeaucoup aidé en rameutant d’autresdirigeants ». Et de fil en aiguille, les abon-dantes disponibilités foncières de lacommune ont séduit les porteurs de pro-jets qui, « il faut le dire, ont été aussi at-tirés par les confortables aides à l’ins-tallation prévues à cette époque au ti-tre du Feder »convient Serge Pinault. Sonhabileté et sa réactivité ont fait le reste…

Jean-Christophe Savattier

Christian Lagnet, président d’Inter Metal (aménagement de magasins, 65 salariés, 7 M€ de CA).

Qui vous a incité à vous installerà Chabris ?J’habite dans ce canton. En 2000,lorsque nous avons engagé une ré-flexion sur le regroupement de nosdeux sites de production de Chabriset de Villefranche-sur-Cher (41), j’aitrouvé que l’attention portée parSerge Pinault à nos besoins était re-marquable. Sa force de conviction etde proposition a fait la différence. L’exploitation d’une unité indus-trielle en milieu rural est-elle ai-sée, surtout en matière de recru-tement ? Nous ne rencontrons pas de difficul-tés particulières. Croyez-vous quedans nos métiers, il soit plus facile de

trouver des salariés qualifiés dansdes zones urbaines marquées par laprésence de très gros sites industrielsqui raflent tous les bons profils ? Nossalariés construisent leur vie sur unterritoire où la qualité de vie est trèsappréciée. Cela se traduit par unturn-over extrêmement faible. J’aimême réussi à recruter récemment uncollaborateur de niveau bac + 5 pournotre bureau d’études ! Ne craignez-vous pas de faire dusurplace dans un tel environne-ment ?Mais cet environnement est juste-ment propice aux affaires et au déve-loppement. Je vous rappelle que nousavons accru notre surface de 2000 m2

en 2004 pour la porter à 10000 m2

lorsque nous avons intégré de nou-veaux matériaux dans notre process.Nous étudions sans cesse de nouveauxprojets. La société fait tout… sauf végéter. Propos recueillis par JCS

Chabris ne connaît pas la crise

« Nous n’avons pas de mal à recruter »

Serge Pinault, maire de Chabris.

Sur le bassin de vie,on ne recense pas

moins d’un bon millier d’emplois

industriels.

Page 18: Lettre Valloire hiver 2012
Page 19: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 19

Le

Palmarès des

Entreprises

En partenariat avec E

P our ce palmarès 2012, La Lettre Valloire etson partenaire Coface ont choisi de classerles 500 premières entreprises de la région

Centre suivant leur résultat net 2011. Seules lesentreprises ayant publié leurs comptes durantl’année 2011 à l’un des greffes de tribunaux decommerce de la région Centre ont été prises enconsidération.

Certaines absences peuvent s’expliquer par despublications de comptes tardives, ou un défautpur et simple de dépôt. Comme les années précé-dentes, nous voulons souligner que cet exercicedifficile de classement des entreprises demande unimportant travail de vérification et de paramétrage.Nous réclamons l’indulgence de nos lecteurs pourles erreurs et oublis qui auraient pu s’y glisser.

COMMENT LIRE LE PALMARÈS ?“Résultat Net

(2011)

siège social

1

ROLAND

POULAIN

TRAVAUX

PUBLICSLE

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

1

2

3

4

5

PLASTIVALOIRE PLASTURGIE 37130 LANGEAIS

JOHN DEERE FABRICATION DE MOTEURS ET TURBINES 45770 SARAN

ZODIAC SEATS FRANCE CONSTRUCTION DE CELLULES D'AERONEFS 36100 ISSOUDUN

VINCI ENERGIES FRANCE CENTRE ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 37000 TOURS

EPIS CENTRE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 18000 BOURGES

42 531 000

33 676 000

27 376 555

20 680 765

18 429 306

Page 20: Lettre Valloire hiver 2012

E n dépit des difficultés, legroupe tourangeau Plastiva-loire, spécialisé dans la fabrica-

tion de pièces plastiques par injectionet dont le siège se trouve à Langeais(37), tire son épingle du jeu. Mieux,la société présidée par PatrickFindeling obtient la première placede notre palmarès de la rentabi-lité avec un résultat net 2011 de42,53M€ sur un CA de 345,5M€. Cevolume d’affaires ne consolide quesur sept mois l’activité du groupe

Bourbon, une opération qui va con-duire mécaniquement à un double-ment de la taille du groupe. Surtout,ce résultat net intègre un écart d’ac-quisition de 28,50 M€ lié à la diffé-rence entre le prix d’achat de Bour-bon (environ 20 M€) et la valeur pa-trimoniale de cette société, estimée à48,5 M€. Plastivaloire a plutôt réa-lisé… une bonne affaire et il s’agis-sait d’intégrer dans les comptes cetélément exceptionnel.Mais la rentabilité du groupe ne tientpas qu’à cet événement comptable. « Nous avons réussi à réduire notreexposition au secteur automobilequi représente encore 70 % de l’acti-vité en nous diversifiant sur d’au-tres marchés », explique ainsi PatrickFindeling. Cette stratégie payantes’est traduite récemment par la créa-tion d’une entité dédiée au condi-tionnement des cosmétiques (PVLBeauté) « qui devrait rapidementmonter en puissance », estime Pa-trick Findeling. Ensuite, Plastivaloire « s’est franche-ment positionné auprès de ses don-neurs d’ordre en tant que concep-teur de pièces complexes à fortevaleur ajoutée », poursuit le diri-geant. Ce qui vient d’amener legroupe à se doter d’une nouvelleplate-forme de R&D à Langeais quiemploiera une dizaine de collabora-teurs. Plastivaloire n’hésite d’ailleurspas à solliciter les ressources localesdans le domaine de la recherche. Al’heure où nous écrivons ces lignes,Patrick Findeling s’apprêtait à signerun accord de licence avec le CEA deMonts (37) pour la production ensérie de plaques très innovantes –composées de plastique et de gra-

phite – destinées à être intégréesdans des piles à combustible. Cesplaques qui seraient vendues à Areva« pourraient générer un volumed’affaires de plusieurs dizaines demillions d’euros d’ici à cinq ans », àcondition naturellement que le pas-sage du démonstrateur industriel àune fabrication commerciale s’ac-compagne d’une baisse du prix duproduit. Enfin Plastivaloire, déjà très implantéhors de France – seulement la moitiédes 25 usines qu’il exploite se situesur le territoire national –, continuesa stratégie d’installation industriellehors du pré carré. « Compte tenu dela réduction de l’activité industriellefrançaise et des différences de coûtdu travail, nous n’avons, en fait,pas d’autre choix que de suivre nosdonneurs d’ordre là où ils se trou-vent », souligne le pdg. Ainsi, afind’attaquer davantage le prometteurmarché allemand et de séduire lesconstructeurs automobiles germa-niques, Patrick Findeling cherche ày nouer des alliances. Lors de notreentretien, il nous indiquait qu’il étaitentré en négociation pour l’acquisi-tion complète de deux équipemen-tiers allemands, dont le CA est équi-valent à Plastivaloire. L’opération, quiserait susceptible d’être bouclée endébut d’année 2013, pourrait égale-ment déboucher vers la création defiliales communes. Dans ce contexte,l’exercice en cours s’annonce sousde bons auspices, surtout comptetenu du contexte : le CA devrait s’éta-blir autour de 410 M€, pour une ren-tabilité comprise dans une fourchettede 2 à 3 %.

Jean-Christophe Savattier

Le spécialiste tourangeau de l’injection plastique maintient une très bonne rentabilité dans un contextedifficile. L’industriel a réussi à réduire son exposition au secteur automobile et mise sur l’innovation.

Plastivaloiregarde la forme

20 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Entreprises Palmarès

Page 21: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises PalmarèsRang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

PLASTIVALOIRE PLASTURGIE 37130 LANGEAIS

JOHN DEERE FABRICATION DE MOTEURS ET TURBINES 45770 SARAN

ZODIAC SEATS FRANCE CONSTRUCTION DE CELLULES D'AERONEFS 36100 ISSOUDUN

VINCI ENERGIES FRANCE CENTRE ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 37000 TOURS

EPIS CENTRE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 18000 BOURGES

ARTS ET TECHNIQUES DU PROGRÈS (J. SERVIER) LOCATION DE TERRAINS 45000 ORLEANS

MR BRICOLAGE CENTRALES D'ACHAT 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

TAT MAINTENANCE AERONAUTIQUE 37000 TOURS

FCI AUTOMOTIVE FRANCE FABRICATION DE COMPOSANTS ET DE CONDENSATEURS 28230 EPERNON

COMATELEC FABRICATION DE LAMPES ET D'APPAREILS D'ECLAIRAGE 18400 ST FLORENT SUR CHER

THERMOR PACIFIC APPAREILS ELECTROMENAGERS ET DE RADIO TELEVISION 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

INTEVA PRODUCTS France FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES 45600 SULLY SUR LOIRE

PPG DISTRIBUTION PRODUITS POUR L'HABITAT 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

MECACHROME FRANCE MECANIQUE GENERALE 37400 AMBOISE

SUCRERIE DE TOURY FABRICATION DE SUCRE 28310 TOURY

MAQUET FABRICATION D'APPAREILS D'ECLAIRAGE 45160 ARDON

SEALED AIR PLASTURGIE 28230 EPERNON

AXEREAL COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 45100 ORLEANS

FRAGRANCE PRODUCTION FABRICATION DE PRODUITS COSMETIQUES 28000 CHARTRES

KRONOFRANCE FABRICATION DE PANNEAUX DE BOIS 45600 SULLY SUR LOIRE

MAURY IMPRIMEUR IMPRIMERIE 45330 MALESHERBES

CITYA IMMOBILIER IMMOBILIER 37000 TOURS

PFIZER PGM FABRICATION DE MEDICAMENTS 37530 POCE SUR CISSE

SECURITE PIERRE INVESTISSEMENTS LOCATION DE LOGEMENTS 28000 CHARTRES

LORILLARD MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 28000 CHARTRES

STE COOPERATIVE AGRICOLE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 45200 MONTARGIS

SOCIETE DE MAINTENANCE FABRICATION DE MATERIEL POUR L'EXTRACTION 45220 CHATEAU RENARD

PLASTIQUES DU VAL DE LOIRE PLASTURGIE 37130 LANGEAIS

ZF SYSTEMES DE DIRECTION NACAM FABRICATION D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 41100 VENDOME

LABORATOIRES SERVIER FABRICATION DE MEDICAMENTS 45520 GIDY

DACTYL BURO DU CENTRE COMMERCE DE MACHINES ET ÉQUIPEMENTS DE BUREAU 18000 BOURGES

SLG RECYCLING FINANCE ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 37000 TOURS

AGRALYS COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 28200 LA CHAPELLE DU NOYER

JUNGHANS T2M FABRICATION D'ARMEMENT 45240 LA FERTE ST AUBIN

CALDEO COMMERCE DE GROS DE COMBUSTIBLES 45800 ST JEAN DE BRAYE

COOPERATIVE BETTERAVIERE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 45410 ARTENAY

STE PETROLIERE PRODUCTION COMMERCE DE GROS DE COMBUSTIBLES 45220 CHATEAU RENARD

DELTA INFORMATIQUE EDITION DE LOGICIELS 37100 TOURS

ARCHE FABRICATION DE CHAUSSURES 37110 CHATEAU RENAULT

AMAZON FR LOGISTIQUE ENTREPOSAGE ET STOCKAGE 45770 SARAN

AUXITROL INSTRUMENTATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 18000 BOURGES

HONEYWELL FALL PROTECTION FABRICATION D'ARTICLES D'AMEUBLEMENT 18100 VIERZON

SENALIA UNION ENTREPOSAGE 28000 CHARTRES

FAMAR PROPERTIES ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 45100 ORLEANS

UNIROUTE TRANSPORTS ROUTIERS 18230 ST DOULCHARD

GROUPE GOYER MENUISERIE METALLIQUE SERRURERIE 41120 FOUGERES SUR BIEVRE

TRW ORLEANS COMPOSANTS-MOTEURS FABRICATION D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 45100 ORLEANS

FARE FABRIC. D'EQUIP. D'EMISSION ET DE TRANSMISSION HERTZIENNE 45300 DADONVILLE

HF COMPANY VENTE D'EQUIPEMENTS DOMOTIQUES 37310 TAUXIGNY

EIFFAGE CONSTRUCTION CENTRE CONSTRUCTION DE BATIMENTS 45000 ORLEANS

42 531 000

33 676 000

27 376 555

20 680 765

18 429 306

16 780 593

16 630 000

15 100 000

14 841 141

14 369 690

13 776 551

10 781 396

9 778 322

9 728 503

8 809 749

7 362 762

6 460 948

5 812 216

5 745 817

5 640 141

5 622 317

5 260 569

5 219 312

4 763 436

4 755 150

4 742 958

4 704 615

4 590 000

4 512 592

4 479 062

4 310 580

4 163 654

4 112 377

3 864 909

3 633 380

3 603 577

3 534 443

3 337 755

3 302 813

3 277 649

3 113 477

3 063 852

2 967 763

2 852 231

2 843 823

2 769 377

2 767 369

2 760 359

2 727 000

2 643 452

La Lettre Valloire - Décembre 2012 21

Page 22: Lettre Valloire hiver 2012

22 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Entreprises PalmarèsRang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69

70

71

72

73

74

75

76

77

78

79

80

81

82

83

84

85

86

87

88

89

90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

100

DERET LOGISTIQUE ET ENTREPOSAGE 45770 SARAN

TECHNOLOGIE SERVIER R&D EN SCIENCES PHYSIQUES ET NATURELLES 45000 ORLEANS

BEG INGENIERIE INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45100 ORLEANS

ANFIDIS COMMERCE DE FOURNITURES INDUSTRIELLES 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

HERVE THERMIQUE EQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION 37300 JOUE LES TOURS

SANDVIK MATERIALS TECHNOLOGY COMMERCE DE MINERAIS ET METAUX 45100 ORLEANS

SAINTE LIZAIGNE FABRICATION D'ARTICLES DE ROBINETTERIE 36260 STE LIZAIGNE

EXPLOITATIONS FORESTIERES BARILLET SCIAGE ET RABOTAGE DU BOIS 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

G B C COMMERCE DE BOIS ET DE PRODUITS DERIVES 37200 TOURS

SURGELES DISVAL COMMERCE DE GROS DE PRODUITS SURGELES 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

IN LHC TRANSMISSION HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE 28200 CHATEAUDUN

AEROWATT INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45770 SARAN

SEPCHAT RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 41100 ST OUEN

BALSAN FABRICATION DE TAPIS ET MOQUETTES 36330 ARTHON

INEO RESEAUX CENTRE RÉSEAUX ÉLECTRIQUES ET DE TÉLÉCOM 45700 VILLEMANDEUR

DEMOSPEC FABRICATION D'ECRANS DE PROJECTION 45340 ST LOUP DES VIGNES

GEDIA DISTRIBUTION DE COMBUSTIBLES GAZEUX 28100 DREUX

COGEP GROUPE D EXPERTS ACTIVITES COMPTABLES 18230 ST DOULCHARD

VERMON INSTRUMENTATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 37000 TOURS

ENTREPRISE BAGOT TRAVAUX DE MACONNERIE 45680 DORDIVES

EUROCAST CHATEAUROUX FONDERIE DE METAUX LEGERS 36330 LE POINCONNET

SANDVIK TOOLING FRANCE COMMERCE DE FOURNITURES INDUSTRIELLES 45100 ORLEANS

LAPROVET COMMERCE DE GROS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 37390 NOTRE DAME D'OE

INVACARE POIRIER COMMERCE DE MATERIEL MEDICAL 37230 FONDETTES

CHAVIGNY COMMERCE DE BOIS ET DE PRODUITS DERIVES 41100 ST OUEN

GROUPE NASSE SERVICES ANNEXES A LA PRODUCTION 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

CENTRADIS COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45590 ST CYR EN VAL

LIBRAIRIE SOURGET COMMERCE DE LIVRES, JOURNAUX ET PAPETERIE 28630 VER LES CHARTRES

MAC KEY FOOD SERVICE PRODUCTION DE VIANDES DE BOUCHERIE 45400 FLEURY LES AUBRAIS

DANISH CROWN FRANCE COMMERCE DE GROS DE VIANDES DE BOUCHERIE 45000 ORLEANS

ROGINE PROMOTION INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 18230 ST DOULCHARD

GKN STROMAG FRANCE FABRICATION DE ROULEMENTS 18150 LA GUERCHE SUR L’AUBOIS

MAINTENANCE INDUSTRIELLE PROD REPARATION DE MATERIELS ELECTRIQUES 45300 PITHIVIERS

ETS A.VILLEMONT COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 36500 ARGY

BAUDIN CHATEAUNEUF CONSTRUCTIONS METALLIQUES 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

SEYFERT PAPER FABRICATION DE PAPIER ET DE CARTON 37160 DESCARTES

EIFFAGE ENERGIE VAL DE LOIRE TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 37300 JOUE LES TOURS

SOLOGNE ET LOIRE HABITAT CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 45000 ORLEANS

ANTEA FRANCE INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45160 OLIVET

INTERFACE ENTREPOSAGE 28100 DREUX

BAURAL FABRICATION DE MATERIEL AGRICOLE 41330 CHAMPIGNY EN BEAUCE

SODIM COMMERCE DE FOURNITURES INDUSTRIELLES 45400 FLEURY LES AUBRAIS

ZEP INDUSTRIES COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 28210 NOGENT LE ROI

AMI CHIMIE COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 37310 TAUXIGNY

ALAIN GUENOT CULTURE DE LEGUMES MARAICHAGE 45600 ST FLORENT

STE TECHNIQUE D'ETIRAGE DE PRECISION FABRICATION DE TUBES, TUYAUX, PROFILÉS 36100 CHOUDAY

GROUPE COGEP ACTIVITES COMPTABLES 18230 ST DOULCHARD

SENSAS FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX 28630 FONTENAY SUR EURE

GALLIER EQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

SLM LOCATION DE TERRAINS 36000 CHATEAUROUX

2 567 389

2 506 486

2 454 944

2 430 780

2 406 210

2 394 147

2 370 906

2 345 000

2 343 878

2 334 050

2 331 190

2 315 831

2 291 703

2 275 057

2 219 385

2 186 747

2 150 973

2 145 443

2 135 278

2 094 951

2 063 307

2 049 101

2 037 305

2 034 115

2 029 253

2 022 181

2 001 851

1 993 705

1 986 084

1 928 220

1 910 937

1 908 133

1 833 591

1 809 107

1 803 277

1 791 340

1 790 016

1 773 439

1 757 553

1 715 142

1 698 210

1 667 581

1 651 079

1 635 237

1 632 746

1 629 910

1 597 144

1 591 039

1 565 969

1 562 089

Page 23: Lettre Valloire hiver 2012
Page 24: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

24 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

SANITRA FOURRIER EPURATION DES EAUX USEES 37300 JOUE LES TOURS

LE TRIANGLE FABRICATION DE MATERIEL AGRICOLE 41160 ST HILAIRE LA GRAVELLE

SORODIS HYPERMARCHES 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

DANIEL ALLAIRE TRANSFORMATION ET CONSERVATION DE LEGUMES 45460 ST AIGNAN DES GUES

FRANCIAFLEX PLASTURGIE POUR LA CONSTRUCTION 45430 CHECY

DELPHARM TOURS FABRICATION DE MEDICAMENTS 37170 CHAMBRAY LES TOURS

PROJECT MECANIQUE DE PRECISION MECANIQUE GENERALE 41100 VENDOME

INDENA FABRICATION DE PRODUITS PHARMA. DE BASE 37000 TOURS

REV SOLAIRE TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

W41 TP EQUIPEMENTS POUR LA CONSTRUCTION 37210 PARCAY MESLAY

COLFAX IMO POMPES FOURNITURES INDUSTRIELLES 37100 TOURS

COOPER CAPRI DECOLLETAGE 41600 NOUAN LE FUZELIER

MIRION TECHNOLOGIES INSTRUMENTATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 18110 FUSSY

ORCOM CENTRE ACTIVITES COMPTABLES 45000 ORLEANS

CARRIER REFRIGERATION EQUIPEMENTS FRIGORIFIQUES INDUSTRIELS 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

REDEX MACHINES POUR LA METALLURGIE 45210 FERRIERES EN GATINAIS

HYGIENE PRODUCTS OPERATIONS ARTICLES EN PAPIER SANITAIRE 45590 ST CYR EN VAL

GUINAULT MOTEURS ET EQUIPEMENTS ELECTRIQUES 45590 ST CYR EN VAL

ATELIER D'ARCHITECTURE CLAUDE BLANCHET ACTIVITES D'ARCHITECTURE 37000 TOURS

VERTUMNE COMMERCE DE PRODUITS CHIMIQUES 28320 GALLARDON

SOPRESA AUXILIAIRES D'ASSURANCE 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

HOLDIS ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 41330 FOSSE

C LINES INTERNATIONAL COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45000 ORLEANS

POLINORSUD LEVAGE, MONTAGE 37420 AVOINE

M J B CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 36000 CHATEAUROUX

CALBERSON LOIRET MESSAGERIE, FRET EXPRESS 45770 SARAN

AEB ELECTRICITE TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 18390 ST GERMAIN DU PUY

RASEC RETAIL FABRICATION DE MEUBLES 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

DALKIA ATLANTIQUE SERVICES INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 37200 TOURS

BIOLOGIE SERVIER R&D EN SCIENCES PHYSIQUES ET NATURELLES 45520 GIDY

FRANDIS SUPERMARCHES 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

VERGNET HYDR0 FABRICATION DE POMPES 45140 INGRE

USG FRANCE FABRICATION DE CONSTRUCTIONS METALLIQUES 28100 DREUX

ADH EXPERTS ACTIVITES COMPTABLES 28630 LE COUDRAY

SOC ELECTRONIQUE TELECOMM TELECOMMUNICATIONS 37100 TOURS

SITRAM FABRICATION D'ARTICLES DE MENAGE 36170 ST BENOIT DU SAULT

DACTYL BURO OFFICE COMMERCE DE GROS DE PAPETERIE 18000 BOURGES

CLEN FABRICATION DE MEUBLES DE BUREAU 37500 ST BENOIT LA FORÊT

MB LOG COMMERCE DE GROS DE QUINCAILLERIE 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

OREP FABRICATION D'EMBALLAGE PLASTIQUE 37600 LOCHES

CFG SERVICES INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45100 ORLEANS

BABY CULTURE DE LEGUMES MARAICHAGE 45730 ST BENOIT SUR LOIRE

PERDIS SUPERMARCHES 45600 ST PERE SUR LOIRE

SUPLISSON COM. DE GROS DE CEREALES ET ALIMENTS POUR LE BETAIL 45720 COULLONS

SULLY PROMOTION PROMOTION IMMOBILIERE DE LOGEMENTS 45100 ORLEANS

POSTFORMING FABRICATION DE MEUBLES 37230 FONDETTES

FACE CENTRE LOIRE TRAVAUX D'ETANCHEIFICATION 45290 NOGENT SUR VERNISSON

MALICHAUD MECANIQUE GENERALE 45140 ORMES

INEO CENTRE TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 45100 ORLEANS

LES MAISONS DE STEPHANIE CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 37550 ST AVERTIN

101

102

103

104

105

106

107

108

109

110

111

112

113

114

115

116

117

118

119

120

121

122

123

124

125

126

127

128

129

130

131

132

133

134

135

136

137

138

139

140

141

142

143

144

145

146

147

148

149

150

1 519 020

1 515 083

1 508 550

1 483 391

1 465 112

1 452 679

1 424 040

1 419 058

1 416 395

1 395 265

1 389 305

1 380 010

1 373 225

1 327 519

1 326 106

1 309 691

1 274 373

1 260 421

1 255 133

1 232 466

1 211 970

1 206 026

1 200 656

1 195 623

1 176 733

1 175 959

1 163 686

1 162 586

1 147 097

1 145 960

1 144 847

1 137 833

1 128 831

1 120 632

1 104 595

1 101 914

1 095 573

1 061 000

1 060 576

1 052 515

1 044 234

1 038 455

1 025 292

1 023 443

1 016 055

1 015 696

1 014 589

1 011 010

1 007 594

999 919

Page 25: Lettre Valloire hiver 2012
Page 26: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

26 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

151

152

153

154

155

156

157

158

159

160

161

162

163

164

165

166

167

168

169

170

171

172

173

174

175

176

177

178

179

180

181

182

183

184

185

186

187

188

189

190

191

192

193

194

195

196

197

198

199

200

995 004

959 854

959 404

956 600

952 838

949 554

948 502

936 873

935 199

927 821

922 247

914 762

912 839

912 030

902 650

899 024

889 799

873 909

870 417

869 969

869 538

865 096

864 918

859 448

859 002

845 602

844 648

839 826

835 627

831 041

827 691

825 182

805 883

801 353

799 026

798 455

794 814

793 079

790 658

780 342

771 887

771 808

770 282

768 676

760 892

756 552

756 053

755 412

753 405

750 701

BARBOT CM FABRICATION DE CONSTRUCTIONS METALLIQUES 37160 DESCARTES

GAM INGENIERIE INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45160 OLIVET

2JBLO MARCHANDS DE BIENS IMMOBILIERS 45000 ORLEANS

FERME DE LA MOTTE COMMERCE DE GROS DE FRUITS ET LEGUMES 41370 TALCY

CHIMIREC PPM CONDITIONNEMENT A FACON 37500 LA ROCHE CLERMAULT

TRIHOM FORMATION DES ADULTES ET FORMATION CONTINUE 37420 AVOINE

LESENS CENTRE VAL DE LOIRE TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 37390 NOTRE DAME D'OE

SOPHARTEX FABRICATION DE MEDICAMENTS 28500 VERNOUILLET

CERIFAT CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET LA GESTION 45000 ORLEANS

BUSINESS-REPRO-CENTRE COMMERCE D'ÉQUIPEMENTS DE BUREAU 45100 ORLEANS

ATER ENQUETES ET SECURITE 37250 SORIGNY

EUROFEU SERVICES FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 28250 SENONCHES

SEBEMEX FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 37210 PARCAY MESLAY

TRANSPORTS LUCIEN ROBINET TRANSPORTS ROUTIERS 45770 SARAN

S F N SOCIETE DE FRANCHISE SERVICES ANNEXES A LA PRODUCTION 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

DS SERVICES SERVICES ANNEXES A LA PRODUCTION 18110 VASSELAY

ANGELO MECCOLI & CIE CONSTRUCTION DE VOIES FERREES 37270 AZAY SUR CHER

SIGT ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 37000 TOURS

DURAND COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 37220 L ILE BOUCHARD

TERRAGRO APPROS COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 18310 GENOUILLY

ROCAL TRANSFORMATION ET CONSERVATION DE LEGUMES 45730 ST BENOIT SUR LOIRE

GROUPE BENARD COMMERCE DE GROS DE MATERIEL ELECTRIQUE 37700 ST PIERRE DES CORPS

LE PREAU CULTURE ET ELEVAGE ASSOCIES 18390 NOHANT EN GOUT

ROGER IVARS J.C.BALLET ACTIVITES D'ARCHITECTURE 37000 TOURS

BRIAND ET GERARD CONSTRUCTION FABRICATION DE CONSTRUCTIONS METALLIQUES 28150 VOVES

LA MONTGOLFIERE HYPERMARCHES 37400 AMBOISE

LIGERIENNE BETON ELEMENTS EN BETON POUR LA CONSTRUCTION 37700 ST PIERRE DES CORPS

ARAIR ASSISTANCE ACTIVITES HOSPITALIERES 37200 TOURS

INVACARE FRANCE OPERATIONS FABRICATION DE VEHICULES POUR INVALIDES 37230 FONDETTES

MAISONS ERICLOR CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 37170 CHAMBRAY LES TOURS

CONSTRUCTIONS IDEALE DEMEURE CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 37000 TOURS

AGRALYS THOREAU FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX 45270 LADON

SENIOR AEROSPACE ERMETO CONSTRUCTION DE CELLULES D'AERONEFS 41330 FOSSE

SOMTP CENTRE COMMERCE DE GROS DE MACHINES-OUTILS 45750 ST PRYVE ST MESMIN

TRANSPORTS TENDRON TRANSPORTS ROUTIERS 45200 AMILLY

DAVID COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 45200 MONTARGIS

ASAHI DIAMOND INDUSTRIAL EUROPE FABRICATION DE PRODUITS ABRASIFS 28000 CHARTRES

BINEAU AGRI SERVICE COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 45400 FLEURY LES AUBRAIS

COMMERCIALE DE MAROQUINERIE FABRICATION D'ARTICLES DE MAROQUINERIE 41400 MONTRICHARD

MJB 18 CONSTRUCTION DE BATIMENTS 18000 BOURGES

LACOUR CONCEPT EDITION DE LOGICIELS 18230 ST DOULCHARD

APPLICATIONS RATIONNELLES FABRICATION D'EQUIPEMENTS FRIGORIFIQUES 45500 ST BRISSON SUR LOIRE

DECHAMBRE INSTALLATION D'EQUIPEMENTS THERMIQUES 45220 DOUCHY

SEPCHAT 28 RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 28800 BONNEVAL

DUSOLIER CALBERSON MESSAGERIE, FRET EXPRESS 37210 PARCAY MESLAY

CENTRE FOR EUROPEAN REGULATORY CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET LA GESTION 28260 SOREL MOUSSEL

SERVAIS TRANSFORMATION DE VOLAILLE 41270 DROUE

LES TROIS LABOUREURS COMMERCE DE GROS DE FRUITS ET LEGUMES 45480 OUTARVILLE

A. NEMERY ET CALMEJANE COMMERCE DE GROS DE PAPETERIE 37000 TOURS

EUROFEU MATERIEL POUR LES INDUSTRIES CHIMIQUES 28250 LE MESNIL THOMAS

Page 27: Lettre Valloire hiver 2012
Page 28: Lettre Valloire hiver 2012
Page 29: Lettre Valloire hiver 2012
Page 30: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

30 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

NASSE ET MARCHAND TRANSFERT DEMENAGEMENT 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

IBAZUR FRANCE FABRICATION D'ARTICLES EN MATIERES PLASTIQUES 36200 LE PECHEREAU

AVREDIS HYPERMARCHES 28350 ST LUBIN DES JONCHERETS

RESIDENCE SAINTE CECILE ACCUEIL DES PERSONNES AGEES 45000 ORLEANS

DISPAL COMMERCE DE GROS ALIMENTAIRE 45000 ORLEANS

LARDIERGAZ COMMERCE DE DETAIL DE CARBURANTS 37700 ST PIERRE DES CORPS

KVERNELAND GROUP FRANCE COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45800 ST JEAN DE BRAYE

SENALIA SICA ENTREPOSAGE 28000 CHARTRES

MAISON DAUGER LOCATION DE TERRAINS 36400 VICQ EXEMPLET

SERVICE APRES VENTE NATIONAL FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 28110 LUCE

RETOTUB CONSTRUCTIONS METALLIQUES 18100 VIERZON

LEMKEN STOLL FRANCE COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45800 ST JEAN DE BRAYE

SATECNO CONDITIONNEMENT A FACON 41270 FONTAINE RAOUL

CEG PLASTURGIE POUR LA CONSTRUCTION 45720 COULLONS

ELOKENCE COM ACTIVITES DE BANQUES DE DONNEES 28300 MAINVILLIERS

SACRIA INDUSTRIES MACHINES POUR L'INDUSTRIE PAPETIÈRE 28110 LUCE

AMETIS ENTRETIEN BUREAUTIQUE ET MATERIEL INFORMATIQUE 28320 GALLARDON

M LOC LOCATION D'EQUIPEMENTS POUR LA CONSTRUCTION 45750 ST PRYVE ST MESMIN

SOCIETE COOPERATIVE AGRICOLE COMMERCE DE GROS DE FRUITS ET LEGUMES 45300 AUDEVILLE

HAPI TRADING COMMERCE DE GROS DE VIANDES DE BOUCHERIE 45300 PITHIVIERS

SNC JALOUNEIX ET ASSOCIES AUXILIAIRES D'ASSURANCE 45000 ORLEANS

DARDONVILLE FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 45700 VILLEMANDEUR

ZOLPAN CENTRE PRODUITS POUR L'ENTRETIEN DE L'HABITAT 45140 INGRE

CHAMBORD LIQUEUR ROYALE DE FRANCE PRODUCTION D'EAU DE VIE 41700 COUR CHEVERNY

DEMEURES TERRE ET TRADITION CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 45130 BAULE

201

202

203

204

205

206

207

208

209

210

211

212

213

214

215

216

217

218

219

220

221

222

223

224

225

749 352

742 231

741 499

740 301

724 655

721 204

716 700

711 267

705 452

704 325

702 423

702 176

696 850

691 232

686 167

685 492

678 612

670 464

669 624

666 103

664 851

664 565

661 442

661 258

652 406

Page 31: Lettre Valloire hiver 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

SUARD BELLEMON COMMERCE DE GROS DE QUINCAILLERIE 45700 VILLEMANDEUR

ETUDES RENOVATION CONSTRUCTION CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 18230 ST DOULCHARD

ESTIVIN GROUPE HOLDING FINANCE ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 37000 TOURS

CONCEPT URBAIN FABRICATION D'ARTICLES METALLIQUES 37210 PARCAY MESLAY

AXE SYSTEMS MECANIQUE GENERALE 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

ALEXIS ROBERT COMMERCE DE QUINCAILLERIE 45700 VILLEMANDEUR

EPMO MECANIQUE GENERALE 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

SN BLOCH CONSTRUCTION DE BATIMENTS 37170 CHAMBRAY LES TOURS

ECHIVARD COMMERCE DE PRODUITS CHIMIQUES 28310 TOURY

EUROSTYLE SYSTEMS PIECES TECHNIQUES EN MATIERES PLASTIQUES 36330 LE POINÇONNET

LOCAT DIFFUS MATER BATIM LOCATION D'EQUIPEMENTS POUR LA CONSTRUCTION 37300 JOUE LES TOURS

ETUDES CONSTRUCTION TRADITIONNELLE CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 45140 ST JEAN DE LA RUELLE

PROLUDIC FABRICATION D'ARTICLES DE JEU DE PLEIN AIR 37210 VOUVRAY

CHIMIE CIRCUIT COMMERCE DE PRODUITS CHIMIQUES 28100 DREUX

MSL CIRCUITS ASSEMBLAGE DE CARTES ELECTRONIQUES 45130 MEUNG SUR LOIRE

ORCOM SCC ACTIVITES COMPTABLES 45000 ORLEANS

PISSIER COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 41240 OUZOUER LE MARCHE

ORCOM ET ASSOCIES ACTIVITES COMPTABLES 45700 VILLEMANDEUR

DREUDIS HYPERMARCHES 28100 DREUX

VERANDALUX MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 45500 GIEN

PRODIA RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 45400 FLEURY LES AUBRAIS

LABORATOIRE BAILLY CREAT FABRICATION DE MEDICAMENTS 28500 VERNOUILLET

AXXIA COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 18230 ST DOULCHARD

VIOUX DUBOIS COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 36330 LE POINÇONNET

CAP CINEMA PROJECTION DE FILMS CINEMATOGRAPHIQUES 41000 BLOIS

226

227

228

229

230

231

232

233

234

235

236

237

238

239

240

241

242

243

244

245

246

247

248

249

250

648 295

641 882

637 796

635 709

628 494

627 036

626 109

622 450

621 159

618 976

618 966

616 676

614 543

614 229

611 945

609 229

608 821

603 743

603 005

602 104

600 943

600 116

599 881

599 655

598 861

La Lettre Valloire - Décembre 2012 31

Page 32: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

32 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

APIA FABRICATION DE LAMPES ET D'APPAREILS D'ECLAIRAGE 18100 VIERZON

HUMANIS SERVICES CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET LA GESTION 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

RIVES DE LOIRE PROMOTION PROMOTION IMMOBILIERE DE LOGEMENTS 37000 TOURS

G. CARATY B. POUPART-LAFARGE ACTIVITÉS D'ARCHITECTURE 37000 TOURS

PAVES DE RUE COMMERCE DE PRODUITS POUR L'HABITAT 28630 FONTENAY SUR EURE

CORNET COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45300 PITHIVIERS LE VIEIL

WELSER PROFILES FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 28000 CHARTRES

OPTIPHARM COMMERCE DE GROS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 36000 CHATEAUROUX

PHARMACIE DE LA LOIRE COMMERCE DE DÉTAIL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 45500 GIEN

SOCIETE GIENNOISE DE CHAUDRONNERIE (SGC) CONSTRUCTIONS METALLIQUES 45500 GIEN

DS SMITH PACKAGING LAROUSSE FABRICATION D'EMBALLAGES EN BOIS 45510 TIGY

CENTRE ELECTRIQUE ENTREPRISE CONSTRUCTION DE LIGNES ELECTRIQUES ET DE TELECOM 18200 ST AMAND MONTROND

RISOUD PRECISION MECANIQUE GENERALE 18700 AUBIGNY SUR NERE

ORLEANAISE DE DISTRIBUTION PRODUCTION ET DISTRIBUTION DE CHALEUR 45000 ORLEANS

LES VERGERS DE DAGOBERT LOCATION DE TERRAINS 45770 SARAN

TRELLEBORG INDUSTRIAL PRODUCTS FABRICATION D'ARTICLES EN CAOUTCHOUC 28800 SANCHEVILLE

CREUZOT MICHEL ACTIVITES COMPTABLES 45500 GIEN

TW METALS COMMERCE DE MINERAIS ET METAUX 45130 ST AY

INTER MANUTENTION SYSTEME FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 28800 BONNEVAL

TATEX MESSAGERIE, FRET EXPRESS 37200 TOURS

T.D.C MATERIEL DE DISTRIBUTION ET DE COMMANDE ELECTRIQUE 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

LESENS ACTEA TRAVAUX D'INSTALLATION ELECTRIQUE 37420 AVOINE

SOCIETE D EXPLOITATION SB GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL 37400 AMBOISE

TRANSPORTS JAMET TRANSPORTS ROUTIERS 45680 DORDIVES

SNT THOMAS COMMERCE DE MATERIEL APICOLE 45450 FAY AUX LOGES

AMYCEL MARAICHAGE 41100 VENDOME

L'HEUDE ET L'HEUDE ARCHITECTURE ACTIVITES D'ARCHITECTURE 45100 ORLEANS

CROIXMARIE MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 45800 ST JEAN DE BRAYE

GRANDS GARAGES DE TOURAINE COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 37540 ST CYR SUR LOIRE

AZYNOX TRAITEMENT ET REVETEMENT DES METAUX 37320 ESVRES

EXLRAIS GROUPE ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 28630 LE COUDRAY

MENIER ET FILS MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 37510 BALLAN MIRE

HL DISPLAY FRANCE EQUIPEMENTS POUR LE COMMERCE 37550 ST AVERTIN

BERGERET TRAVAUX D'ETANCHEIFICATION 37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

DECORS DE FERRYVILLE COMMERCE DE DETAIL D'EQUIPEMENTS DU FOYER 45700 MORMANT SUR VERNISSON

AGRALYS DISTRIBUTION COMMERCE DE DETAIL DE FLEURS 28200 CHATEAUDUN

ALSTEF AUTOMATION FABRICATION DE COMPRESSEURS 45760 BOIGNY SUR BIONNE

FLI FRANCE FABRICATION D'APPAREILS DE TELEPHONIE 37230 FONDETTES

PDCI SERVICES ANNEXES A LA PRODUCTION 45590 ST CYR EN VAL

TOUSPORTS COMMERCE DE DÉTAIL D'ARTICLES DE SPORT 18230 ST DOULCHARD

PINXYL MIROITERIE DE BATIMENT VITRERIE 37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

NEFAB FABRICATION D'EMBALLAGES EN BOIS 41300 SALBRIS

R.VECCHIETTI COLAS RAIL CONSTRUCTION DE VOIES FERREES 37390 METTRAY

GROUP PETR ST PIERRE DES CORPS ENTREPOSAGE 37700 ST PIERRE DES CORPS

ETABLISSEMENTS GILBERT COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45460 BRAY EN VAL

ECLAIRAGE ROGER PRADIER FABRICATION D'APPAREILS D'ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE 36250 ST MAUR

GROUPE TEMPO ADMINISTRATION D'ENTREPRISES 45000 ORLEANS

STE DE DIAGRAPHIES ET DE PERFORATION INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 45220 CHATEAU RENARD

VACHERON VIGNERONS VITICULTURE 18300 SANCERRE

BALGENDIS (LECLERC) HYPERMARCHES 45190 TAVERS

251

252

253

254

255

256

257

258

259

260

261

262

263

264

265

266

267

268

269

270

271

272

273

274

275

276

277

278

279

280

281

282

283

284

285

286

287

288

289

290

291

292

293

294

295

296

297

298

299

300

594 921

594 348

592 706

590 919

590 145

588 346

587 181

585 778

585 050

580 868

580 210

578 533

576 123

574 639

572 163

570 805

566 864

563 355

560 275

554 303

549 257

545 667

545 425

543 716

539 953

539 783

536 936

536 310

535 879

531 215

530 382

529 113

528 602

528 064

527 442

526 960

523 687

522 887

522 102

515 369

515 035

514 076

511 040

510 156

509 707

508 028

498 483

498 114

496 028

495 965

Page 33: Lettre Valloire hiver 2012
Page 34: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

34 La Lettre Valloire - Décembre 2011

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

LOIRET TRUCKS ETS DOURS COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 45770 SARAN

BAUMER BOURDON HAENNI INSTRUMENTATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 41100 VENDOME

DELTA CONSEIL PME ACTIVITES COMPTABLES 28100 DREUX

AERIUM INSTALLATION D'ÉQUIPEMENTS THERMIQUES 37370 ST PATERNE RACAN

SPENGLER FABRICATION D'APPAREILS MEDICO-CHIRURGICAUX 36100 ISSOUDUN

ETABLISSEMENTS MARTIGNON COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 18260 VAILLY SUR SAULDRE

AGRIDIS CENTRALE D'ACHAT 41330 FOSSE

DURAND MONTOUCHE ADMINISTRATION DE BIENS IMMOBILIERS 45000 ORLEANS

COMET (ESPACE AUBADE) COMMERCE DE GROS DE MATERIEL ELECTRIQUE 45140 INGRE

MERCURA FABRICATION DE MATERIEL DE SOUDAGE 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

SERVICES VINICOLES - PE CONDITIONNEMENT A FAÇON 37210 VOUVRAY

EREA ACTIVITES COMPTABLES 18230 ST DOULCHARD

ETABLISSEMENTS JULIEN RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 45140 INGRE

EAUX VIVES COMMERCE DE DETAIL DE QUINCAILLERIE 45220 CHATEAU RENARD

EFFICO SERVICES ANNEXES A LA PRODUCTION 37000 TOURS

ALLIANCE BOIS MATERIEL FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 18000 BOURGES

ETABLISSEMENTS MALARD TRAVAUX DE MACONNERIE GENERALE 45560 ST DENIS EN VAL

FORMES ET SCULPTURES INDUSTRIE FABRICATION D'ARTICLES EN MATIERES PLASTIQUES 37150 BLERE

NOVABOX AGENCES, CONSEIL EN PUBLICITE 37210 ROCHECORBON

TRANSMANUCENTRE FOURNITURES ET EQUIPEMENTS INDUSTRIELS 45140 INGRE

SOMADIS SUPERMARCHES 41400 CHISSAY EN TOURAINE

VITIVINI VAL DE LOIRE FOURNITURES ET EQUIPEMENTS POUR LE COMMERCE 41140 NOYERS SUR CHER

IMAGERIE 37 PRATIQUE MEDICALE 37000 TOURS

BTG BOUTHEGOURD TRANSFORMATION ET CONSERVATION DE LEGUMES 45730 ST BENOIT SUR LOIRE

PLASTI-TREMP FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 18300 MENETOU RATEL

DECOUPAGE INDUSTRIEL DE PRECISION (DIP) DECOUPAGE, EMBOUTISSAGE 45210 FERRIERES EN GATINAIS

FONDIS SUPERMARCHES 37230 FONDETTES

CENTRECLIM INSTALLATION D'EQUIPEMENTS THERMIQUES 18230 ST DOULCHARD

DIS TOURS NORD HYPERMARCHES 37100 TOURS

MARIONNET COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 41230 SOINGS EN SOLOGNE

ETS MARQUES PA FABRICATION D'EMBALLAGES EN MATIERES PLASTIQUES 41270 DROUE

MECA PARTS COMMERCE DE DETAIL D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 18000 BOURGES

PHARMACIE DES ROTTES COMMERCE DE DETAIL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 41100 VENDOME

S.D.E.C. FRANCE INSTRUMENTATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 37310 REIGNAC SUR INDRE

CALBERSON EURE ET LOIR AFFRETEMENT 28630 LE COUDRAY

PERADON CONSTRUCTION DE BATIMENTS 18400 ST FLORENT SUR CHER

GALERIES BALGENTIENNES COMMERCE DE DETAIL DE MEUBLES 45190 BEAUGENCY

LES TECHNICIENS DU BOIS TRAVAUX DE CHARPENTE 28260 LE MESNIL SIMON

BIEZANECK NOYAUTAGE FABRICATION DE MOULES ET MODELES 28630 SOURS

SARL DE LA MOTTE COMMERCE DE GROS DE FRUITS ET LEGUMES 41370 TALCY

IPS EUROPE AFFRETEMENT 45000 ORLEANS

BEIRENS EQUIPEMENTS AERAULIQUES ET FRIGORIFIQUES 36500 BUZANÇAIS

AROMATT COMMERCES DE GROS ALIMENTAIRES 28630 MIGNIERES

ETS RENAUD COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 36360 LUCAY LE MÂLE

SATELIT AFFRETEMENT 18000 BOURGES

GROUPE D. VALIN FABRICATION DE MEUBLES DE BUREAU ET DE MAGASIN 36300 LE BLANC

EURO 5 TRANSFORMATION ET CONSERVATION DE LEGUMES 45730 ST BENOIT SUR LOIRE

SETCO IN EXTENSO ACTIVITES COMPTABLES 37100 TOURS

AFFINITY LA CHAPELLE FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX DE COMPAGNIE 41330 LA CHAPELLE VENDOMOISE

LEFRANC LEFORT AGENCES, CONSEIL EN PUBLICITE 45000 ORLEANS

301

302

303

304

305

306

307

308

309

310

311

312

313

314

315

316

317

318

319

320

321

322

323

324

325

326

327

328

329

330

331

332

333

334

335

336

337

338

339

340

341

342

343

344

345

346

347

348

349

350

493 299

490 215

489 207

486 825

484 311

483 709

482 605

479 004

468 196

467 299

466 171

465 696

464 858

464 092

458 301

451 185

450 629

447 682

447 136

446 822

446 720

446 208

446 204

446 092

445 742

445 373

443 882

442 955

438 151

436 051

433 988

433 049

429 835

425 454

424 000

423 792

421 944

421 523

420 611

420 073

420 055

418 977

418 914

417 105

415 972

415 843

414 758

413 013

412 844

410 945

Page 35: Lettre Valloire hiver 2012
Page 36: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

36 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

FERTIBERRY SEMENCES COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 36100 ISSOUDUN

ETABLISSEMENTS YVON BOYER MECANIQUE GENERALE 45320 ST HILAIRE LES ANDRESIS

AGRICENTRE 36 COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 36130 COINGS

IDB ELEMENTS EN BETON POUR LA CONSTRUCTION 45110 ST MARTIN D’ABBAT

CERALLIANCE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 36110 LEVROUX

BSR & ASSOCIES ACTIVITES COMPTABLES 36000 CHATEAUROUX

ETS RAOUL MOREAU COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 36500 BUZANÇAIS

ROSINOX MACHINES POUR L'INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE 18000 BOURGES

PROMODIS CENTRALE D'ACHAT 45590 ST CYR EN VAL

FORUM PRODUCTIONS ACTIVITES DE RADIO 45000 ORLEANS

CG ENVIRONNEMENT LANTANA REALISATION ET ENTRETIEN DE PLANTATIONS ORNEMENTALES 41400 ST GEORGES SUR CHER

COGETIQ IMPRIMERIE DE LABEUR 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

PHM GROUP TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES 18230 ST DOULCHARD

DUBUGET TRAVAUX DE MACONNERIE GENERALE 18000 BOURGES

STE ORLEANAISE DE GENIE INSTALLATION D'EQUIPEMENTS THERMIQUES 45800 ST JEAN DE BRAYE

G.B.A. VAL DE FRANCE ACTIVITES D'ARCHITECTURE 45000 ORLEANS

PHENIX METAL INDUSTRIE FABRICATION DE CONSTRUCTIONS METALLIQUES 37530 NAZELLES NEGRON

COMPTOIR FORESTIER COMMERCE DE BOIS ET DE PRODUITS DERIVES 45120 CHALETTE SUR LOING

TI GROUP AUTOMOTIVE SYSTEMS FABRICATION DE TUBES EN ACIER 37530 NAZELLES NEGRON

SEMTEL TELECOMMUNICATIONS 41000 BLOIS

SUN CARAVAN COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES LÉGERS 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

CHALUMEAU TRAITEMENT ET REVETEMENT DES METAUX 37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

BOUCHARDIS HYPERMARCHÉS 37220 L’ILE BOUCHARD

MERCIER AGENCEMENT DE LIEUX DE VENTE 37700 ST PIERRE DES CORPS

STE D'ETUDE ET DE REALISATION DE MONTAGE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE 28200 ST DENIS LES PONTS

351

352

353

354

355

356

357

358

359

360

361

362

363

364

365

366

367

368

369

370

371

372

373

374

375

410 907

410 688

410 597

409 881

409 141

409 108

408 212

407 669

406 469

404 897

404 800

403 487

402 929

400 711

400 466

400 457

399 519

395 980

394 773

393 784

392 563

391 383

390 220

389 378

389 358

Page 37: Lettre Valloire hiver 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

ODYSUR PAPIN SERVICES MANUTENTION 18000 BOURGES

VM CONSTRUCTION TRAVAUX DE MACONNERIE GENERALE 45480 OUTARVILLE

USI'PLAST SOLOGNE FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 41600 LAMOTTE BEUVRON

LGB MECANIQUE GENERALE 18500 MEHUN SUR YEVRE

XAINTRAILLES PROMOTION IMMOBILIERE 45500 POILLY LEZ GIEN

ETUDES FABRICATIONS EQUIPEMENTS DE TRANSMISSION HERTZIENNE 45300 DADONVILLE

ETS BONNIN COMMERCE DE GROS ALIMENTAIRE 45140 ORMES

BERNY M & S COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 37110 MONTHODON

ENTREPRISE TRAVAUX DU BATIMENT CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 18000 BOURGES

RESTAURATION ORLEANAISE TRAVAUX DE MACONNERIE GENERALE 45590 ST CYR EN VAL

GARANKA CENTRE OUEST EQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION 37170 CHAMBRAY LES TOURS

SUNRISE MEDICAL COMMERCE DE GROS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 37170 CHAMBRAY LES TOURS

VALEUR PLUS CENTRE PROMOTION IMMOBILIERE D'INFRASTRUCTURES 37100 TOURS

CITYA IMMOBILIER SGTI ADMINISTRATION DE BIENS IMMOBILIERS 37000 TOURS

PHARMADEC INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

AMP ECTM MECANIQUE GENERALE 45250 BRIARE

ENTREPRISE LANDRE TERRASSEMENTS EN GRANDE MASSE 41320 ST JULIEN SUR CHER

SOMYCEL HORTICULTURE PEPINIERES 37130 LANGEAIS

ACM PHARMA ESSAIS ET ANALYSES TECHNIQUES 45270 BELLEGARDE

INTERNATIONAL ELECTRIC EXPORT COMMERCE DE GROS DE MATERIEL ELECTRIQUE 45140 INGRE

ETS JEAN CHESNEAU COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 45130 EPIEDS EN BEAUCE

CENTRE PLASTIQUE FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 45250 BRIARE

COLOR 36 IMPRIMERIE DE LABEUR 36320 VILLEDIEU SUR INDRE

LHOTELLIER R2A REVETEMENTS FABRICATION D'ARTICLES EN MATIERES PLASTIQUES 41700 CONTRES

TRIANGLE 37 COMMERCE DE BOIS ET DE PRODUITS DERIVES 37400 AMBOISE

376

377

378

379

380

381

382

383

384

385

386

387

388

389

390

391

392

393

394

395

396

397

398

399

400

386 999

385 744

383 364

381 855

378 106

377 995

376 503

374 275

371 760

371 694

370 841

370 654

370 463

368 151

366 860

366 518

366 396

366 161

365 001

364 350

364 280

362 856

362 229

361 755

361 442

La Lettre Valloire - Décembre 2012 37

Page 38: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

38 La Lettre Valloire - Décembre 2011

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

SAFIL FABRICATION DE MEUBLES DE BUREAU ET DE MAGASIN 45420 BONNY SUR LOIRE

START COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 37800 NOUATRE

TRANS - PLUS TRANSPORTS ROUTIERS DE FRET INTERURBAINS 18000 BOURGES

PANIBOIS FABRICATION D'EMBALLAGES EN BOIS 45240 MARCILLY EN VILLETTE

CLOCHE D OR FABRICATION DE FROMAGES 37260 PONT DE RUAN

MERITOR AFTERMARKET FRANCE COMMERCE DE GROS D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 28000 CHARTRES

PHYTO SERVICE COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES 41500 MAVES

DUFADIS SUPERMARCHES 41110 ST AIGNAN

ABITAL CONSTRUCTION INGENIERIE, ETUDES TECHNIQUES 37000 TOURS

DENTSPLY GAC EUROPE COMMERCE DE GROS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 37210 ROCHECORBON

SOCIETE ANALYSE FINANCIERE ACTIVITES COMPTABLES 45160 OLIVET

ROLAND TERRASSEMENTS EN GRANDE MASSE 45200 AMILLY

PROTEC CONSTRUCTIONS METALLIQUES 36120 ARDENTES

BARBAT RECYCLAGE RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 41000 BLOIS

ACD TOURS EDITION DE LOGICIELS 37100 TOURS

GTH MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 37320 ESVRES

CARTONNAGE ORLEANAIS FABRICATION DE CARTONNAGES 45240 LA FERTE ST AUBIN

VITAGRI COMMERCE DE GROS DE PRODUITS INTERMEDIAIRES 18300 CREZANCY EN SANCERRE

CARTONNERIE OUDIN FABRICATION DE PAPIER ET DE CARTON 37320 TRUYES

SMAM PREVOYANCE AUXILIAIRES D'ASSURANCE 37550 ST AVERTIN

TOUTENKAMION FABRICATION DE CARROSSERIE AUTOMOBILE 45270 LADON

DURIS BERRY SUD COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 36800 RIVARENNES

OUEST BATTERIES COMMERCE DE DETAIL D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 37550 ST AVERTIN

THEVENIN MENUISERIE BOIS ET MATIERES PLASTIQUES 45590 ST CYR EN VAL

GOURNAY DISTRIBUTION SNC HYPERMARCHES 28500 VERNOUILLET

SOCIETE MARCHE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 37190 DRUYE

PROMOSOFT INFORMATIQUE CONSEIL EN SYSTEMES INFORMATIQUES 28160 BROU

BLANCHARD SOINS AUX DEFUNTS 37160 DESCARTES

6TI CONSEIL EN SYSTEMES INFORMATIQUES 45100 ORLEANS

CLOUE JEAN ET FILS COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 36240 GEHEE

ISABELLE ET PIERRE CLEMENT COMMERCE DE GROS DE BOISSONS 18510 MENETOU SALON

CHESNEAU AGRITECH COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 41500 MER

DENIS PASSENAUD RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 37100 TOURS

SELVI-LORIN COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES LÉGERS 45210 FONTENAY SUR LOING

J.M.C.M. RESTAURATION DE TYPE TRADITIONNEL 37000 TOURS

CHASSAY AUTOMOBILES COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 37100 TOURS

STE DES CARRIERES DU BOISCHAUT PRODUCTION DE SABLES ET DE GRANULATS 18370 CHATEAUMEILLANT

LES ENDUITS DU VAL DE LOIR MIROITERIE DE BATIMENT VITRERIE 41350 ST GERVAIS LA FORET

MATERIAUX REUNIS COMMERCE DE BOIS ET DE PRODUITS DERIVES 45110 CHATEAUNEUF SUR LOIRE

GTC SERVICES FINANCIERS 28240 LA LOUPE

RDSL ROUTAGE 28410 ST LUBIN DE LA HAYE

ASSISTANCE MAITRES OUVRAGES CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET LA GESTION 37500 CHINON

WARSEMANN AUTO PASSION COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 37170 CHAMBRAY LES TOURS

VIANO JOFFRE COMMERCE DE DETAIL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 36100 ISSOUDUN

SEQUOIA RESTAURATION RAPIDE 45200 AMILLY

SAUVEGRAIN PAYSAGE REALISATION ET ENTRETIEN DE PLANTATIONS 45200 AMILLY

FILTRES FIORONI COMMERCE DE GROS DE PRODUITS INTERMEDIAIRES 45140 INGRE

SOCIETE FRANCAISE GALERIES CD MAGASINS POPULAIRES 37000 TOURS

SOCIETE D'ETUDE COMMERCIALE FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 37510 SAVONNIERES

C.F.P.L. SPORTS COMMERCE DE DETAIL D'ARTICLES DE SPORT 41200 ROMORANTIN LANTHENAY

401

402

403

404

405

406

407

408

409

410

411

412

413

414

415

416

417

418

419

420

421

422

423

424

425

426

427

428

429

430

431

432

433

434

435

436

437

438

439

440

441

442

443

444

445

446

447

448

449

450

358 698

358 001

357 315

353 631

352 229

352 124

350 000

349 741

349 681

349 380

348 666

348 289

347 899

347 417

345 951

344 940

344 374

343 067

342 837

341 043

340 891

340 755

340 527

340 319

339 892

339 890

339 330

338 844

338 475

338 284

338 260

336 205

336 099

335 930

335 497

333 716

332 370

330 714

330 147

329 765

329 558

328 051

327 339

326 674

324 178

323 583

323 210

321 533

321 307

320 611

Page 39: Lettre Valloire hiver 2012
Page 40: Lettre Valloire hiver 2012

Entreprises Palmarès

40 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

AVENIR SUPERMARCHES 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

COMPTAFRANCE ACTIVITES COMPTABLES 18000 BOURGES

AZUR TRENTE SEPT COMMERCE DE DETAIL D'ARTICLES DE SPORT ET DE LOISIR 37210 PARCAY MESLAY

AFT MICROMACINAZIONE FRANCE MEUNERIE 37110 CHATEAU RENAULT

FOURNIER PERE ET FILS VITICULTURE 18300 VERDIGNY

METALINOX MECANIQUE GENERALE 37390 METTRAY

SM5 AUTOMATION ASSEMBLAGE DE CARTES ELECTRONIQUES 41300 SALBRIS

COFRAMENAL FABRICATION DE CONSTRUCTIONS METALLIQUES 28170 CHATEAUNEUF EN THYMERAIS

TPC CONDITIONNEMENT À FAÇON 45800 ST JEAN DE BRAYE

AUTO TRIO PLUS RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 28260 ANET

CAMPING CARS DE TOURAINE COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 37270 VERETZ

SONAKA COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 18000 BOURGES

LE PAPYRUS COMMERCE DE GROS DE PAPETERIE 45140 ORMES

FROMAGERIE LES COURTENAY FABRICATION DE FROMAGES 45320 COURTENAY

P. DUCROT PROMOTION IMMOBILIERE 36400 LACS

CITROEN ORLEANS COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 45160 OLIVET

SOLSTIS FABRICATION D'APPAREILS DE TELEPHONIE 37210 PARCAY MESLAY

HOLDING COPY FAX COMMERCE DE GROS D'EQUIPEMENTS DE BUREAU 37000 TOURS

SBDR ACTIVITES DE DEPOLLUTION 18000 BOURGES

PHARMACIE DES GAUCHETIERES COMMERCE DE DETAIL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES 28400 NOGENT LE ROTROU

MAISONS PAVISOL CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 45300 PITHIVIERS LE VIEIL

LUCIEN CROCHET COMMERCE DE GROS DE BOISSONS 18300 BUE

LES JARDINS DE LA LOIRE ACCUEIL DES PERSONNES AGEES 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

SOLANDIS HYPERMARCHES 37130 LANGEAIS

SEPCHAT FLAYSAKIER RECUPERATION DE MATIERES METALLIQUES 37000 TOURS

451

452

453

454

455

456

457

458

459

460

461

462

463

464

465

466

467

468

469

470

471

472

473

474

475

318 222

314 852

314 071

312 831

311 393

311 159

311 115

311 035

308 767

307 044

306 385

302 731

301 165

300 068

299 987

299 783

298 517

297 537

296 695

296 280

296 223

295 865

293 637

293 099

292 763

Page 41: Lettre Valloire hiver 2012

Rang Raison sociale Domaine d’activité Code postal et ville Résultat Net (2011)

SBCR REVETEMENT DES SOLS ET DES MURS 18000 BOURGES

PMA 28 COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 28140 VARIZE

CPR CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES 45650 ST JEAN LE BLANC

DELANOUE COMMERCE DE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 45170 OISON

SOCIETE NOUVELLE DELESTRE REALISATION DE COUVERTURES PAR ELEMENTS 41000 BLOIS

TOURAINE ROUTAGE ACTIVITES DE COURRIER 37000 TOURS

ROBUST ENTREPOSAGE 28000 CHARTRES

EMA PHARMACEUTICALS FABRICATION D'EMBALLAGES METALLIQUES 45740 LAILLY EN VAL

AGRIBERIA COMMERCE DE GROS ALIMENTAIRE 45400 FLEURY LES AUBRAIS

INFORMATIQUE GESTION MANAGEMENT REALISATION DE LOGICIELS 45770 SARAN

STE D'EXPLOITATION DES ETS JEAN REALISATION DE COUVERTURES PAR ELEMENTS 45510 TIGY

STE COOP PRODUCTION DISTRIBUTION COMMERCE CEREALES ET ALIMENTS BETAIL 18000 BOURGES

BEAUCIEL AUTOMOBILES COMMERCE DE VEHICULES AUTOMOBILES 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR

AP HABITAT IMPREGNATION DU BOIS 37520 LA RICHE

CENTRAGRI COMMERCE DE GROS DE MATERIEL AGRICOLE 18390 ST GERMAIN DU PUY

MALISSOL SUPERMARCHES 45140 INGRE

SAMI FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 45330 MALESHERBES

SOPACO COMMERCE DE GROS DE BIENS DOMESTIQUES 37700 ST PIERRE DES CORPS

L'ATELIER DE BEAULIEU FABRICATION DE PIECES EN MATIERES PLASTIQUES 45630 BEAULIEU SUR LOIRE

ANVOLIA 37 INSTALLATION D'EQUIPEMENTS THERMIQUES 37300 JOUE LES TOURS

COLIN MECANIQUE GENERALE 37600 LOCHES

SFP COMMERCE DE DETAIL D'HABILLEMENT 37000 TOURS

CAPAIL COMMERCE DE GROS D'EQUIPEMENTS AUTOMOBILES 37300 JOUE LES TOURS

DCDI MECANIQUE GENERALE 45240 LA FERTE ST AUBIN

TBS FRANCE VENTE PAR CORRESPONDANCE 37510 BALLAN MIRE

476

477

478

479

480

481

482

483

484

485

486

487

488

489

490

491

492

493

494

495

496

497

498

499

500

292 730

292 680

291 907

290 954

290 587

290 040

290 028

289 518

288 903

287 658

286 990

284 379

283 768

282 826

282 214

281 894

281 882

281 798

281 527

280 793

280 353

280 106

279 819

277 675

277 369

La Lettre Valloire - Décembre 2012 41

Page 42: Lettre Valloire hiver 2012

42 La Lettre Valloire - Décembre 2012

COGETIQ INVESTITÀ LA CHAUSSÉE-ST-VICTORInstallée sur le parc A10de la Chaussée-St-Victor,la société Cogetiq, spécialisée dans la fabrication d’étiquettesadhésives, prévoit d’in-vestir près de 700 000€

d’ici à la fin de l’année.La société (28 salariés,4,8 M€ de CA en 2012,contre 2,1 M€ en 2011)va notamment se doterd’une seconde pressenumérique et consacrerd’importantes ressourcesà l’informatique ainsiqu’à son développementsur le web.

EUROCAST S’AGRANDIT AU POINÇONNETLe groupe GMD, quiexploite la fonderieEurocast (92 salariés) auPoinçonnet, près deChâteauroux, investit 17 M€ sur ce site de 8 000 m² pour la

construction d’une fonderie aluminium de3500 m². L’entreprise aremporté un marché avec un équipementier allemand pour la production de boîtes devitesse automatiques. Ce programme va créer 32 emplois. L’unité, livréeen novembre, ne sera opérationnelle qu’en juin 2013.

COOK INOVS’AGRANDIT ET EMBAUCHE La société Cook Inov (40 salariés, 11,8 M€ deCA), spécialisée dans laconception de produitsculinaires appertiséspour la GMS, l’industrie,

les hôpitaux et pharmacies, a prévu une extension de 2000 m²de ses locaux ZA del’Aunay à Nogent-le-Rotrou, actuellementde 2 500 m². Le chantierprévoit de déplacer l’étiquetage, d’étendre lastérilisation, d’ajouter unautoclave et de disposerainsi d’un espace destockage. Ce projet devrait créer une dizained’emplois sur trois ans.

PICASOFT VACONSTRUIRE DESLOCAUX A VIERZONL’éditeur de logiciels de FAO (fabrication assistée par ordinateur)PicaSoft, installée surVierzon-Villages, va déménager. Dirigée parNicolas Lardeau, la société(environ 500 000€ de CA,4 salariés) envisage deconstruire un bâtimentd’environ 300 m² sur leparc technologique deVierzon.

A fin d’accompagner sa croissance interne et externe, le groupe chartrain Lorillard,spécialisé dans la menuiserie industrielle (725 salariés, 125 M€ de CA), investit

afin d’augmenter ses capacités logistiques. La plate-forme du site chartrain a été agran-die cet été de 4 000 m2, por-tant l’unité à 15000 m2, tan-dis qu’un nouveau bâtimentde stockage de 1000 m2 –en cours de construction surle site de l’Atrium – sera livréd’ici à la fin de l’année. Cetteextension a été motivée «parla forte demande de l’acti-vité Grands Chantiers ainsique par celle du réseau Lo-renove et de Lorebat », in-dique le groupe.

LORILLARD BOOSTE SES CAPACITESLOGISTIQUES

PIERRE MONIÈQUEREPREND CLERC À ST AMAND-MONTRONDLe tribunal de commercede Nanterre vient d’entériner le projet dereprise de l’imprimerieClerc (7,5 M€, 68 salariés),une unité du groupeQualibris placée en liquidation judiciaire depuisjuin 2012. L’industrielPierre Monièque, qui dirige plusieurs sociétésspécialisées dans la fabrication d’enveloppes àLimoges (87) et Chabris(36), a été retenu dans lecadre d’un projet qui prévoit la reprise de 40salariés. L’opération vadonner lieu à la créationd’une nouvelle société quisera contrôlée par la holding familiale (DM) dePierre Monièque. Le pland’affaires du projet dereprise est fondé sur unCA prévisionnel de 6 M€.

SEFARD INAUGURESA NOUVELLE USINE

Le fabricant de ressortsindustriels et de piècesen fil cambré Sefard (60 salariés, 5 M€ de CA) précédemment installé avenue del’Europe à Nogent-le-Rotrou, vient d’inaugurer sa nouvelleusine de 5 894 m² sur la ZA de l’Aunay. Cette opération, débutée en2011, représente uninvestissement de 3,5 M€.

Economie En bref

Page 43: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 43

PROSECO TRANSFÈRESON SIÈGE DEVINEUIL À MÉRIGNACLa société Proseco (100salariés, 13 M€ de CA),spécialisée dans l’isolationthermique et la protectionincendie, prépare le transfert de son siège socialde Vineuil à Mérignac (33)pour 2013, où elle recrutera3 salariés supplémentaires.Le groupe va investir prèsde 2,4 M€, via sa SCI patrimoniale Ermati, afin de construire des locaux de 3 500 m2 sur le parc d’activités Vert Castel.L’agence de Vineuil seraconservée avec ses 8 salariés.

NOUVEAUX LOCAUXPOUR SOMAVAERCOMES Le chaudronnier SomavaErcomes (16 salariés, 1,8 M€ de CA), dirigé

par Pierre-Yves Bourgeoiset installé sur la ZI dePuiseaux dans des locauxdevenus inadaptés, vainvestir 1,5 M€ afin de sedoter d’un bâtimentmoderne de 1 500 m2, sur la même zone. Laconstruction qui va débuterpour une livraison fin 2013,permettra à la société dedéménager au cours de l’été 2014.

HUARD CHARTRAINREPRENDRAIT LE SITELFM À VIERZON Le feuilleton de la reprisedu site vierzonnais de la

LA CÉREM JETTE L’ÉPONGEÀ CHÂTEAUDUNDepuis le début de l’année, le bassin dunois se réjouissait d’avoirtrouvé un épilogue heureux à la fermeture du site Flextronics deChâteaudun avec l’arrivée de la Ccérem, petite cousine de la Céremde Gasville-Oisème. Le 11 octobre, l’annonce du départ de Châ-teaudun de cette société qui employait déjà 50 personnes a résonnécomme un coup de tonnerre. « Ce projet n’était pas viable écono-miquement », explique Jean-Paul Mazoyer, pdg du groupe CIA etnouveau patron de la Ccérem depuis l’éviction de Jean-MarieRudent. Jean-Michel Olagnier, représentant de l’actionnaire majo-ritaire du groupe, explique que le site « était inadapté à nos activités».Planchers à renforcer, hauteur sous plafond insuffisante… Le pro-jet du prédécesseur aurait été « trop optimiste », mettant en dangerles autres sites du groupe, notamment celui de Gasville-Oisème(80 salariés), où des « projets de développement sont à l’étude ». Legroupe cherche un repreneur pour le site et rappelle qu’aucuneaide publique n’a été perçue, ce que confirme le député PhilippeVigier : «Pas un seul centime public n’a été versé. »

Française de Manutention,une filiale de Leroy-Somerqui doit fermer ses portesen janvier 2013, a peut-être trouvé son épilogue.Le spécialiste de l’emballage

Huard-Chartrain pourraits’y installer en reprenant 4 des 34 salariés de l’unité vierzonnaise spécialisée dans le bobinage d’alternateurs.

Page 44: Lettre Valloire hiver 2012

Economie Industrie

À Jargeau, commune du valen amont d’Orléans, le fa-bricant d’accessoires de

vélo Zéfal résiste plutôt bien à lamondialisation. Son secret : une po-litique active d’innovation et de re-nouvellement de gamme (environ 20produits par an dans une gamme quien compte 200) et la notoriété d’unemarque plus que centenaire, puisqueles premières pompes à vélo épony-mes ont été créées au tout début duXXe siècle.L’ex-société Poutrait-Morin, qui achoisi il y a une vingtaine d’années deprendre le nom de sa gamme de pro-duits la plus connue, les pompes Zé-fal, emploie 115 personnes, dont 112dans la bourgade du Loiret, et neconsent à fabriquer en Asie qu’untiers de son chiffre d’affaires dequelque 10 M€. « Nous sous-traitonsles produits à fort renouvellement età plus faible valeur ajoutée », expli-que le directeur général MatthieuBrunet, qui a repris l’affaire familialeavec son frère Aurélien il y a quelquesannées. Mais le million de bidons en

plastique à marque Zéfal est entière-ment fabriqué par une presse d’ex-trusion-soufflage installée à Jargeau,en attendant l’arrivée d’une seconde,plus moderne, qui a déjà sa place ré-servée dans l’atelier. Et les produitsde gonflage – les fameuses pompes àvélo Zéfal –, qui représentent quel-que 40% du CA l’entreprise, pour-raient revendiquer majoritairementl’étiquette Made in Loiret.L’entreprise s’est largement diversi-fiée et elle équipe aussi les bicyclettesde garde-boue, cale-pieds et cour-roies, rétroviseurs, porte-bagages etsacoches à accrocher aux tiges ouaux rails de selles sans oublier, biensûr, des antivols. Pour lutter contre laconcurrence des pays low-cost, Zéfals’est doté d’un bureau d’études detrois personnes, avec une quatrièmeen charge de l’industrialisation. Cetteannée, Zéfal a sorti son premier bi-don à valve silicone qui permet au cy-

cliste en plein effort de s’hydratersans s’asperger de liquide. L’entre-prise est fière aussi d’apporter sonécot au développement durable avecun garde-boue fabriqué avec un bio-plastique végétal issu de la recherchedu chimiste français Roquette, leGaïalene. Cette année, la PME a re-pensé sa démarche innovation avecl’aide d’un consultant industriel : endécloisonnant sa cellule de recher-che et développement et en formali-sant ses processus, Matthieu Brunetestime avoir grandement gagné enefficacité. L’avenir passera probablement par levélo électrique, qui devrait, selon lesétudes, représenter la moitié du mar-ché du cycle en 2020. Une perspec-tive que Zéfal doit anticiper en ima-ginant les accessoires des cyclistesde demain qui pédaleront moinsmais voudront rouler confortable...

François-Xavier Beuzon

Zéfal roule encore français Marque centenaire d’accessoires pour cycles, Zéfal parvient à résister à la mondialisation grâce àsa politique d’innovation. Et réussit à produire en France l’équivalent des deux tiers de son chiffred’affaires.

Si Zéfal continue sa route, l’héritière d’une autre ancienne gloirede la bicyclette vient de disparaître à Dreux. Lointaine descen-dante des cycles Phénix fabriqués avant-guerre dans les ate-liers de la place Métezeau, à Dreux (ci-dessous leur façade), lasociété Phénix-Barbot a été placée en liquidation judiciaire cou-rant octobre. L’entreprise fondée en 1902 par Aimable Barbot,un an après le premier Tour deFrance remporté par MauriceGarin, s’est éteinte avec la dispa-rition du garage et du magasinde pièces détachées automobi-les Starter de Vernouillet, oùs’étaient installés Henri et Jean-Pierre Barbot, les descendantsdu constructeur de bicyclettes.La crise, l’évolution des véhi-cules modernes et la concur-rence des grandes enseignes decentres automobiles ont signé lamort du petit garage.

La fin de Phénix-Barbot à Dreux

Matthieu Brunetexplique àMarie-MadeleineMialot, vice-présidentedu Conseil régional, laméthode de fabricationdes bidons pour vélos.

44 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Page 45: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 45

Page 46: Lettre Valloire hiver 2012

Economie Industrie

46 La Lettre Valloire - Décembre 2012

E TA a poussé dans l’ombre dela laiterie Triballat, de Rians(18). A l’origine, dans les an-

nées 50, le fondateur de la laiterie,Hubert Triballat, lança la fabricationde camions-citernes pour s’en allercollecter le lait sur les routes duBerry. Entrepreneur inventif, il mitau point un système permettant defaire le vide dans la cuve à partir de laprise d’air du moteur pour mieux as-pirer le lait. Pas très écologique, maisefficace ! Associé au chaudronnierEstève et au commercial Aconin, ilfonda ETA en juxtaposant leurs troisinitiales. De la fabrication de camions-citernes, on passa à celles des cuvesen acier, et l’activité métallurgie sedéveloppa à mesure que la laiteriecroissait et embellissait au point dedevenir l’un des fleurons de l’ultra-frais hexagonal sous la marque Rians. « Je suis arrivé en 2001 pour prendrela direction de ETA qui comprenaitdéjà deux autres unités complé-mentaires : PMS, à Crosne (91), pourles mélangeurs, et Servinox, à Trap-

pes (78), pour les systèmes de ges-tion des fluides, rappelle OlivierHuez. En 2005, les fondateurs ontsouhaité se séparer de cette brancheet j’en ai pris le contrôle au traversd’une société holding, la FinancièreSaint-Pierre le Guillard. »Le groupe que dirige Olivier Huezcompte aujourd’hui 380 person-nes et réalise 47 M€ de CA. Il s’estétoffé en 2009 avec l’acquisition de Goavec, à Alençon (61), dont les 180salariés réalisent des cuves et des ins-tallations automatisées pour les in-dustries laitières, alimentaires, cos-métiques et pharmaceutiques.« Chacune des unités du groupe tra-vaille aussi bien pour des réalisa-tions communes que pour d’autresdonneurs d’ordre, précise OlivierHuez. Par exemple, c’est Goavec quia piloté le chantier d’équipement dela plus grande laiterie mondialeaux Etats-Unis fin 2011 ». Un projetà l’échelle américaine avec la fabrica-tion, la livraison et l’installation de70 cuves, dont la plus grande peut

contenir 120000 litres de lait. Clind’œil cosmopolite, cette usine géantecréée par un ancien footballeur fa-brique des yaourts à la grecque aupays des milk-shakes. Ce contrat de 6 M€ conforte le grou-pe dans sa stratégie tournée vers l’ex-portation, l’innovation et… la diver-sification. « Notre objectif, préciseOlivier Huez, est d’atteindre 35 % àl’exportation, contre 10 % actuelle-ment pour les quatre sociétés, sa-chant que Servinox arrive déjà à50%. »Côté innovation, une grande avan-cée a été réalisée avec la mise aupoint d’une pompe électrique pourles camions-citernes, en remplace-ment de la prise de force branchéesur le moteur. « Ce procédé nova-teur a nécessité deux ans de re-cherche et mobilisé 100 000 € de cré-dit impôt recherche. Nous sommesaussi très fiers des deux prix éco-in-novation obtenus par Servinox audernier salon des industries ali-mentaires. »Pour continuer à occuper la place deleader français des fabricants decuves, Olivier Huez table sur la di-versification aussi bien dans les mar-chés ciblés que dans les domainesd’activité : « Nous devons renforcernos productions en dehors du sec-teur laitier, avec des cuves pouvantréaliser des opérations de cuissonou de cristallisation, explique-t-il.Prochainement nous allons lancerune activité de vente en ligne de certains produits et équipements, etcréer une société indépendantepour proposer des prestations tech-niques associées à nos métiers. »

Bruno Villeneuve

Des projets plein les cuves chez ETA

Après avoir équipé aux Etats-Unis la plus grande laiterie mondiale, Olivier Huez poursuit, depuis Rians (18), le développement de son activité de fabrication de cuves sur les voies de l’exporta-tion, de l’innovation et de la diversification.

Olivier Huez dirige un groupe de quatreentreprises de fabrication de cuves et d’équipements pour les IAA.

Page 47: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 45

Page 48: Lettre Valloire hiver 2012

Economie Services

N ée en août 2008 de l’idéed’une grande amatrice desushis qui souhaitait en « dé-

mocratiser » la consommation, EspritSushi a déjà équipé près de 400 res-taurants français avec ses équipe-ments innovants « Maîtres Sushi » et « Kiosque Sushi » et a réalisé un chif-fre d’affaires de 3,3 M€, enregistrantune croissance record de 64,7 %. Sé-duit par « l’aspect marketing très dé-veloppé (…) ainsi que par la capa-cité d’écoute et de réaction desdirigeants», rapporte son directeurde participations, FSI Régions vientd’investir 500 000 € en obligationsconvertibles, via son fonds AEM, pouraccompagner son développement.«L’entreprise pourrait doubler sa va-leur d’ici à deux ans », ajoute Jean-Yves Capo. « Cet accompagnement

va nous per-mettre de

poursuivre notre expansion enFrance et de l’accélérer à l’interna-tional », se réjouit Stéphanie Hamelin,présidente d’Esprit Sushi, qui réalise40000€ de ventes à l’export au Liban,en Espagne, au Portugal et dans lesDom-Tom.A l’origine de ce succès commercial,Stéphanie Hamelin, après un débutde carrière juridique à Paris, a décidéde proposer un système de fabricationsemi-automatisée, le « Maître-sushi »,livrable « clé en main sans redevanceni royalties », qui permette aux res-taurateurs d’ajouter des sushis à leurcarte. Cette idée a rencontré un francsuccès dès 2008 lors du salon de lafranchise. «Nos automates permet-tent de produire après une forma-tion de 48 heures, alors que seuls desmaîtres-sushis confirmés d’une di-zaine d’années possédaient cette ver-tu », explique la dirigeante, qui a dé-posé les marques et brevets sur cesmachines. Cet esprit d’innovation aété récompensé par le prix Oséo Ex-cellence en 2011. Depuis, la so-ciété a équipé de ses « Corner» 399

points de vente et réalisé 40 aména-gements de magasin à son enseigne,dont les surfaces vont de 18 m² (àBastia)… à 320 m². « Nous préparons

le plus grand aménagement àBourgoin-Jallieu, où l’investisse-ment sera de 320000€, contre70000€ en moyenne», préciseStéphanie Hamelin, qui rappelleque la société a fondé son modè-le économique sur l’implantationdans des villes de taille moyennede 50 à 80000 habitants. Un inves-

tissement moyen qui comprend, dansle cadre d’un contrat de franchise, la

livraison du mobilier, des consomma-bles et de tous les matériels néces-saires à la fabrication, ainsi que la for-mation et l’accompagnement dessalariés. «Nous nous différencionspar nos machines et notre forma-tion. La seule condition pour le res-taurateur est de se fournir auprès denous », souligne la dirigeante. Sou-haitant instaurer de véritables parte-nariats, Esprit Sushi propose des ac-tions régulières et s’adapte à chaquegérant, tout en assurant des contrôlesréguliers, l’hygiène alimentaire ne lais-sant aucune place à l’improvisation :«Nous travaillons à partir de pro-duits surgelés, garantie du respectdes normes pour le poisson cru »,confirme-t-elle. Livrés en toping pré-découpés, les poissons passent par lachambre froide de la société, installéedepuis cette année dans un nouveaubâtiment à Fondettes. Forte du succèsde ses concepts, Esprit Sushi vientégalement d’enrichir sa gamme avecdes « gyozas » (ravioles grillées) et adécliné des installations similaires pourla fabrication de glaces au yaourt 0%,« Esprit Fresh », et de gaufres de Liège,« Esprit délice ». « Ces concepts offrentun complément d’activité l’après-midi sur le point de vente », expliquela dirigeante. Cette année, la sociétéenregistre déjà +18% au premier se-mestre, ce qui laisse augurer un CAautour de 4 M€. Mais Stéphanie Ha-melin relativise : «Nous développonsde nouveaux services au fur et à me-sure ; même si notre développementest croissant et que nous sommes sou-tenus par le FSI, nous restons pru-dents et vigilants ». Prudence est mèrede sûreté. Elise Pierre

Esprit Sushi menée à la baguette

Née en 2008 à Fondettes (37), la société Esprit Sushi a déjà équipé près de 400 restaurants fran-çais avec ses kiosques ; elle est présente à l’export au Liban, en Espagne, au Portugal et dans lesDom-Tom. Séduit par l’ingéniosité de ces concepts, FSI Régions vient d’investir 500000€ pouraccompagner son développement.

Stéphanie Hamelin,présidente d’Esprit Sushi.

Page 49: Lettre Valloire hiver 2012
Page 50: Lettre Valloire hiver 2012

50 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Economie Energies nouvelles

www.aucentredelemploi.fr

www.aucentredelemploi.frRenseignez-vous sur :

SemaineUne

Nouvelle édition

com517-23 / nov 2012 Pôle em

ploi Centre ©

Photodisc

Du 25 au 29 mars 2013, participez à la Semaine Au Centre de l’emploi.

Pôle emploi Centre et ses partenaires vous accompagnent

pour dénicher des talents !

C’ est lors d’un stage à New York que Julien Castelein (ci-dessus

à gauche) a découvert le succès des saladeries, qui permettent aux sala-riés de déjeuner sur place « sans être obligés de manger du fast-food ou des pizzas ». L’idée en tête, Julien poursuit sa formation et enchaîne les expériences à l’international, en restauration puis dans l’univers de

la finance, avant de revenir terminer son cursus en gestion à l’Escem. « J’ai alors rejoint une banque mais j’ai réalisé que j’aspirais à rendre un service en vendant un produit frais, vrai… plutôt que vendre des prêts », explique-t-il. Julien Castelein intègre alors l’incubateur de l’Escem où il mène une analyse du marché. Après dix mois de gestation, il ouvre en juillet dernier Emince.fr à Tours (37), d’où sont livrés les salades, soupes et plats chauds vers les bureaux des sala-riés. L’entrepreneur a investi 45 000 € afin d’aménager les locaux, acquérir le matériel, sans oublier le lancement du site de vente en ligne. « Nous avons déjà atteint 25 plats par jour, j’espère compter une soixantaine de clients d’ici à la fin de l’hiver », détaille le créateur, qui vient d’être sacré lauréat

du réseau Entreprendre. « Outre le prêt d’honneur de 20 000 €, je béné-ficie surtout d’un accompagnement par un spécialiste de la distribution alimentaire ». Son parrain, Bruno Carroi, directeur associé d’Advanci, vient régulière-ment rencontrer Julien Castelein, qui regorge d’idées. « J’ai des projets de franchise sur cinq autres villes de taille moyenne. Mais il faut d’abord consolider notre structure ici », ajoute l’entrepreneur. « Notre philosophie c’est… de ne pas ra-conter des salades, mais de livrer rapidement un repas gourmand et équilibré ! », conclut le créateur, qui doit désormais gagner l’estomac des salariés pressés qui ne sont pas légion à Tours…www.emince.fr

Emince.fr ne raconte pas de saladesLauréat du réseau Entreprendre, le jeune diplômé de l’Escem Julien Castelein a lancé Emince.fr, afin de proposer la livraison de déjeuners frais dans les bureaux des salariés tourangeaux.

EP

Page 51: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 51

ECONOMIE & TERRITOIRES

Avant de décider, faites-vous une idée !

www.id.loiret.cci.fr

Vous souhaitez créer ou développer votre activité ?

ID Loiret est la réponse à vos besoins : ses opportunités d’affaires, ses FICHIERS

D’ENTREPRISES ciblés, ses Études de marchÉ et de TERRITOIRES à la carte, son fil

d’ACTUALITÉS LOCALES, son service de réponse à vos PROBLÉMATiques juridiques...

Un site réservé... à tous, à consommer sans modération !

Flashez-moi pour découvrir notre offre !

CCI LOIRET

C’ est sur les bancs de l’IAE d’Or-léans, en Master en marketing

événementiel, que les co-fondateurs de l’agence de communication Buzz-native Julien Hatton et Maxime Moire se sont rencontrés. « Nous avons rem-porté le concours Créa Campus grâce à notre concept de communication décalée, basé sur le buzz marketing, marketing du bouche à oreille », ex-pliquent-ils. Forts de ce prix, les deux compères lancent leur agence dès la fin 2010 à la pépinière d’Orléans, en proposant des services en marketing opérationnel et en marketing digi-tal. « Depuis, nous n’avons démar-ché aucun client, se réjouit Julien Hatton, nous utilisons les mêmes outils qu’avec nos clients ! » Et pour faire

le buzz, l’agence a adopté le street marketing (technique utilisant la rue pour promouvoir une marque), la guérilla marketing (des actions non-conventionnelles pour se démarquer) et propose leur relais sur les réseaux sociaux et des stratégies on line. « Nous pouvons accompagner la marque, du lancement d’un événement sur le terrain à la création de sa page Facebook », expliquent les associés, qui ont ainsi piloté une opération dans les rues d’Orléans à l’occasion de l’ouverture d’un McCafé. S’appuyant sur les bons résultats de Buzznative – en croissance de 30 % – ils viennent de lancer une seconde société dédiée à la communiction sur les réseaux sociaux, « WeAppvize » afin d’apporter

« une solution en mode SaaS (dis-ponible en ligne par abonnement), pour aider les managers à créer une application FB, gérer leur présence sur les réseaux, etc. Notre objectif avec Buzznative est de dépasser la barre des 500 000 € de CA en 2013 », concluent-ils.www.buzznative.com

Une agence de communicationfait le buzz à Orléans

Forts du succès de leurs outils de street et de guérilla marketing, les cofondateurs de Buzznative lancent une seconde société pour aider les dirigeants à « buzzer » sur le web.

EP

Page 52: Lettre Valloire hiver 2012

52 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Economie Energies nouvelles

T éane est née de la rencontre d’une Orléanaise passionnée

de cosmétiques… et d’une plante malgache aux vertus cicatrisantes.Ingénieur chimiste de formation, Agnès Ducrocq a travaillé une dizaine d’années à la direction de la R&D d’Alcatel-Lucent avant de réaliser qu’elle s’était éloignée de sa voca-tion première. « La cosmétique m’a

toujours passionnée », explique-t-elle. La jeune femme reprend alors ses études et décroche un Master en marketing des parfums et pro-duits cosmétiques à l’Isipca, qui lui permet de rejoindre Revlon puis By Terry. Avant de créer son entreprise, Agnès Ducrocq a accompagné Isa-belle Mandonnaud – co-fondatrice de Sephora – lors du lancement de parfums solides en sticks « Crazy Libel-lule & the poppies » : « Une formidable aventure, tout était à faire ». Agnès Ducroq se sent alors prête à voler de ses propres ailes. « Je souhaitais créer une marque de cosmétiques naturels, mais ce virage était déjà pris par les grands acteurs », explique la créatrice qui, pour se différencier, opte pour le segment des femmes enceintes et des jeunes mamans : « Seuls Mustela et Weleda étaient présents sur ce mar-ché de niche ». À la recherche d’un actif végétal, la chimiste parcourt le monde et s’arrête à Madagascar, où elle découvre une plante aux vertus ci-

catrisantes que les femmes malgaches utilisent lorsqu’elles sont enceintes. Revenue à Orléans, elle se lance dans deux années de recherche et de tests cliniques avec le laboratoire CRET, qui aboutissent au dépôt du brevet en 2010. La gamme de produits certifiés bio peut alors être lancée. Si la créa-trice a investi près de 300 000 €, elle a été soutenue par la Région, Oséo, le Conseil général et devrait réaliser 400 000 € de CA cette année : « J’ai-merais atteindre 5 M € d’ici à cinq ans », souligne Agnès Ducrocq, qui se réjouit d’avoir signé récemment avec Gifrer, afin de distribuer ses produits auprès du réseau des officines : « Je cherche à étendre ces partenariats et à développer l’export, notamment dans les pays d’Asie ». Si pour débuter, la créatrice vise deux à trois pays, elle a déjà prévu le lancement d’une gamme supplémentaire, cette fois adaptée à la peau des bébés…www.teane.com

EP

«9% des personnes âgées de plus de 15 ans ont des

difficultés à avaler les médicaments qui leur sont prescrits et, pour les enfants, c’est souvent compliqué »,

explique Eva Bachelard-Chalmont, créatrice de la société Eredova ins-tallée dans la pépinière du Sanitas à Tours (37). Après un parcours bancaire, Eva Bachelard-Chalmont a décidé, à 35 ans, de se lancer sur ce marché inexploré en France « pour améliorer l’observance thérapeutique des patients ». À l’issue de deux ans de recherche et d’un investissement de 70 000 €, Eredova a développé, avec le façonnier Fareva, des sprays avec une formulation spécifique aux divers arômes (Slyzane), ainsi que des gobelets à l’ergonomie adaptée (Slytasse) avec un fabriquant local de moules. « Le lancement commercial est prévu en février 2013 » indique la créatrice qui vise la vente en phar-macie et auprès d’établissements de soins. Soutenue par Cap Création

et Innovia Touraine, Eva Bachelard-Chalmont vient d’être sacrée lauréate du réseau Entreprendre : « Je suis par-rainée par François-Xavier Crozet, dirigeant de Rubex, qui connaît très bien l’environnement pharma-ceutique », souligne Eva, qui compte rapidement recruter une personne en marketing. « J’espère embaucher six personnes d’ici à 2016 », ajoute la créatrice, qui est en passe de nouer un partenariat avec le CHU de Tours pour réaliser des tests cliniques. « Il ne s’agit pas que du confort du malade, mais d’améliorer la compliance, car 30 à 40 % des patients estiment que cette gêne a un impact sur leur trai-tement », conclut Eva Chalmont, qui espère réaliser 250 à 300 000 € de CA l’an prochain.

Téane, les cosmétiques bio dans la peau

Eredova innove pour faire passer la pilule

EP

Agnès Ducrocq, créatrice

du laboratoire Téane, spécialisé dans

les cosmétiques bio pour femmes

enceintes.

Eva Bachelard- Chalmont (Eredova)

se lance sur le marché

de l’observance thérapeutique

des patients.

Page 53: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 53

Osez le bonheur, rejoignez-les !

Appelez le 02.47.91.68.56

Une

cam

pagn

e dy

nam

ique

à 3

0 m

n de

Tou

rs e

t 2h

de P

aris

!

Un

prix

du

m2 t

rès

très

att

ract

if po

ur m

aîtr

iser

vos

coû

ts.

Une

équ

ipe

perf

orm

ante

pou

r vou

s ac

com

pagn

er e

n to

ute

séré

nité

.

Des

rése

aux

d’en

trep

rises

pou

r vot

re c

arne

t d’a

dres

ses.

Educ

atio

n, s

anté

, mod

es d

e ga

rde,

lois

irs, e

tc, d

es s

ervi

ces

de q

ualit

é

et d

e pr

oxim

ité p

our v

otre

fam

ille

et c

elle

de

vos

sala

riés.

Un

cadr

e de

vie

enc

hant

eur e

t une

qua

lité

de v

ie e

xcep

tionn

elle

pou

r tou

s !

Tours

Chinon

AmboiseIndre-et-Loire

Loches Montrésor

Tauxigny

Ligueil

Descartes

Preuilly S/Claise

Carlo

s G

onça

lves

/ M

éga

Pneu

s

Brun

o Bo

ileau

/ la

iter

ie d

e ve

rneu

il

Phili

ppe

Bour

din

/ no

uan

spo

rtFr

anço

is H

urea

u /

mec

adyn

ILs adorenTentreprendre en Touraine Côté sud...

Jean

-Mic

hel L

eroy

/ BA

RBO

T

Dom

iniq

ue P

anie

r /

euro

pe c

aou

tch

ou

c

Touraine Côté Sud-pub-Lettre V3.indd 1 12/5/2012 1:53:30 PM

Page 54: Lettre Valloire hiver 2012

54 La Lettre Valloire - Décembre 2012

France Business School casEconomie Manager

E n renonçant aux banques d’épreuves Ecricome et BCE le 17 septembre dernier, la nou-

velle école France Business School (FBS) avait déjà bousculé le paysage des grandes écoles. Le 6 novembre, Patrick Molle, directeur général de cette école née du regroupement de l’Escem et des écoles de Clermont, Brest et Amiens, a dévoilé son nou-veau système de sélection, afin de sortir du « mono-profil » des diplômés et s’affranchir définitivement des clas-sements et concours, pourtant si chers au système éducatif français. « Nous allons casser les codes d’un système qui n’a pas bougé depuis trente ans et qui doit trouver un nouveau souffle ». Misant sur la diversité, le nouveau mode de recrutement consistera à « ne plus recruter uniquement sur les critères académiques mais à détecter les capacités à être des leaders de demain ». À cet effet, FBS lancera dès

Né du regroupement de l’Escem Tours-Poitiers et des écoles de commerce de Clermont, Brest et Amiens, FBS adopte son propre système de sélection et un nouveau programme inspiré du compagnonnage qui rompt avec les usages des business schools.

février 2013 une « chasse aux talents » qui passe par la création du Talent Development Centre, en partenariat avec le cabinet Cubiks. S’inspirant des nouvelles pratiques de recrutement des entreprises, ce centre interne sera un véritable cabinet de sélection et de placement, spécialisé en évaluation et développement des comportements. Son point d’orgue sera l’organisation, dès février prochain, de journées de sélection dans les grandes villes fran-çaises et étrangères, Talent Days. Lors de cette journée, le candidat passera une série de tests (dont un test de raisonnement), des épreuves et un travail en groupe, un entretien individuel et une épreuve d’anglais. « Ces Talent Days vont nous permettre

d’évaluer les étudiants sur leur créa-tivité et leur agilité intellectuelle, leur esprit collaboratif, leur engagement personnel ou leur capacité à défendre leurs idées », explique Patrick Molle. Avec l’objectif de « créer la classe la plus hétérogène possible », six profils seront éligibles, à partir du niveau bac+2, à l’issue des classes prépara-toires mais également de parcours dans des domaines variés (économie, sciences, arts, lettres…), et 10 % des effectifs seront réservés aux « talents aux parcours atypiques ».« Nous misons sur l’innovation et l’entreprenariat », avait annoncé en préambule Patrick Molle lors de la journée Entreprendre. C’est logi-quement que le programme Grande Ecole s’inspire du compagnonnage en proposant un voyage en trois escales,

au terme duquel l’étudiant devra ré-pondre à trois défis d’apprentissage : « peaufiner son profil personnel et développer ses compétences de leader entrepreneur, savoir tirer profit de son environnement et savoir piloter une entreprise ». La première partie du programme – New World. New Opportunities – consiste à saisir les opportunités d’un nouveau monde, en vue d’appréhender une nouvelle façon de travailler. La seconde – New Business. New Leader – prévoit l’acquisition de compétences fonda-mentales du leader entrepreneur. Enfin, la troisième et dernière – My Horizon. My Project – sera focalisée sur l’approfondissement du projet professionnel de l’étudiant. « Tous

nos talents sélectionnés suivront le même programme avec trois grands parcours types », a rappelé Patrick Molle. Le premier « FBS Global » se déroule sur trois ans et est destiné aux profils bac+2 (coût 27 000 €). Le second, « FBS Intensive » s’adresse aux bac+3 (coût 20 000 €) enfin « FBS Advanced » concerne uniquement les étudiants venant des cursus gestion et management avec une « compression des fondamentaux » (coût 20 000 €). Pour casser également les codes… du calendrier, FBS a prévu une rentrée en septembre, mais également une seconde en janvier.Lors de sa venue à Tours en octobre, Patrick Molle a inauguré officielle-ment l’incubateur « Espace Entre-prenariat » du campus tourangeau (sur 130 m²), qui depuis sa création

“ UN PROGRAMME GRANDE ÉCOLE INSPIRÉ DU COMPAGNONNAGE

Page 55: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 55

se les codesen 2007, a accompagné 150 projets ayant donné naissance à 55 créations. « Nous souhaitons développer divers dispositifs autour de l’entreprena-riat et l’innovation », a commenté le directeur. Futuralia Junior, qui réunit 600 étudiants et 700 entrepreneurs au Futuroscope (Poitiers), sera ainsi reproduit sur les différents campus FBS. « C’est une organisation de type mutualiste, totalement décentralisée, où chaque entité centrale reste le cam-pus », souligne Patrick Molle, qui ajoute envisager la création d’une business clinic qui permettra aux étudiants de travailler avec des entreprises rencon-

trant des difficultés, plutôt que sur des cas d’écoles. Avec l’ensemble de ce dispositif, FBS entend répondre à son leitmotiv : « Dispenser un ensei-gnement novateur pour former une nouvelle génération de leaders entre-preneurs pour la planète .»Afin d’inventer « un nouveau modèle d’école » symbolisé par l’accroche « New World, New School », Patrick Molle a rappelé au corps professoral de l’Escem : « Les business schools se sont éloignées de leurs savoir-faire, qui doivent être une alliance entre connaissances théoriques et pratiques. Certains professeurs préfèrent publier qu’enseigner ! Même si la recherche est très importante, il faut repenser l’école pour former les leaders de demain .» Le directeur a notamment insisté sur l’apport des sciences so-ciales, politiques, ainsi que de toutes les matières fondamentales, désormais au cœur de l’enseignement FBS. Reprochant à la presse les modifi-cations incessantes des critères de classement, Patrick Molle n’hésite pas à s’affranchir de la tyrannie des concours et des accréditations : « Elles

sont une nécessité, mais nous n’allons pas faire la course à l’accréditation. Je trouve cela trompeur, coûteux et détourné de l’objectif qui est de pro-poser un programme éducatif de qualité .» L’école, qui passera le 18 avril prochain devant la commission en vue d’obtenir le grade de master, devrait cependant être prochainement accréditée AACSB… mais ne se dit pas prête pour le label Equis : « Cela demande beaucoup de travail, nous sommes encore en construction .» Face aux inquiétudes des équipes enseignantes, Patrick Molle se dit prêt à « accepter de moins recruter d’étu-

France Business School en chiffres :• 65 M€ de budget, 80 M€ estimé en 2016• 600 collaborateurs• 7 000 étudiants• 1 réseau de plus de 30 000 diplômés• 170 professeurs (dont 148 professeurs de gestion)• 300 partenaires internationaux dans près de 60 pays• 1 programme Grande Ecole• 6 programmes Bac+3• 13 MS, MSC, Mastères• 2 MBA, 2 EMBA, 1 DBA

CERTAINS PROFESSEURS PRÉFÈRENT PUBLIER QU’ENSEIGNER ! ”

diants dans les prochaines années, le temps d’installer notre nouveau modèle d’école ». Afin de répondre à certaines critiques qui ont frappé FBS, taxée « d’école franchouillarde », Patrick Molle a rappelé les ambitions internatio-nales, en confirmant l’ouverture de nouveaux campus à Pune, près de Bombay (Inde), et à Shangaï, où une infrastructure de 10 000 m² a été mise à disposition par la municipalité. Un incubateur devrait également y être installé. « Nous devons envoyer nos étudiants afin qu’ils travaillent avec ces modèles d’affaires dans ces pays émergents, en nous appuyant sur notre point d’entrée en Chine », a-t-il conclu.www.france-bs.com

Elise Pierre

Crédit photos : Anthony Ghnassia

Page 56: Lettre Valloire hiver 2012

56 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Economie Manager

Abraysienne s’engage pour l’insertion

«P our fêter les 20 ans de la so-ciété, plutôt que d’organiser

une soirée ou un cocktail, j’ai préféré m’engager dans un partenariat avec l’association d’insertion Aabraysie Développement autour de la sécurité au travail, un thème qui nous est cher », explique Jerry Gras, fondateur et dirigeant d’Abraysienne, filiale de Vinci, spécialisée en génie climatique

Pilote votre projetde cession ou d’acquisition

d’entreprise

104, avenue Maginot - Centre PROSERVE GLOBAL - 37100 TOURS59-63 quai Henri Chavigny - BP 62889 - 41028 BLOIS

Tél. 02 54 78 40 91 - Port. 06 73 65 32 57 - 06 98 62 62 09 -www.jcg-entreprises.com

et thermique. Pour preuve, la société (40 salariés, 5,9 M€ de CA) investit 3 % de sa masse salariale dans des actions de formation pour un résultat de 1 300 jours sans accident de travail. Après avoir défendu le projet auprès de la Fondation Vinci, Jerry Gras a remis, au nom de cette dernière, un chèque de 20 000 € qui a permis à l’association de s’équiper d’un nouveau véhicule pour l’entretien des espaces verts. Forte d’une trentaine de salariés, l’association Aabraysie Développe-ment est une structure d’Insertion par l’activité économique (labellisée IAE) qui propose des services variés allant du transport à la demande au ménage et surtout à l’entretien des espaces verts et la propreté urbaine. « Nous comptons déjà deux équipes de 12

salariés en rotation sur ces chantiers ; grâce à ce véhicule nous allons ren-forcer nos effectifs », se réjouit Frédéric Foulon, le directeur de l’association. Et leur nouveau parrain ne s’arrêtera pas en si bon chemin, puisqu’il s’est engagé à prolonger cette action par des interventions auprès des anciens demandeurs d’emploi en réinsertion. « Il faut sensibiliser ces personnes aux risques de manipulation des outils et mener des audits internes », détaille Jerry Gras. « L’aspect préventif est très important afin d’apprendre à nos salariés à utiliser des matériels adaptés », renchérit Thierry Foulon. En ces temps de conjoncture morose, l’entraide locale a de beaux jours devant elle…

EP

À St-Jean-de-Braye, la société Abraysienne a fêté ses 20 ans en parrainant, par le biais de la fondation Vinci, l’association pour l’insertion Aabraysie Développement, sur le thème de la sécurité au travail.

Page 57: Lettre Valloire hiver 2012

La Lettre Valloire - Décembre 2012 57

LE CESI ORLÉANS : Partenaire Formation & Emploi en Région Centre depuis + de 30 ans

CESI-ENTREPRISES :Le Cesi Orléans vous accompagne sur les domaines suivants : Management - Efficacité Personnelle Qualité, Sécurité, Environnement et Développement

Durable Encadrement Bâtiment Informatique Ressources Humaines Management de Projets et Innovation

Formez et intégrez vos futurs collaborateurs par l’Alternance 18 cycles diplômants en alternance sur 1 ou 2 ans

Accompagnez vos salariés sur leur expertise professionnelle et leur évolution de compétence par la formation continue Plus de 500 formations courtes Plus de 40 formations métiers diplômantes ou

qualifiantes

L’EXIA.CESI : ÉCOLE SUPÉRIEURE D’INFORMATIQUEDéveloppez vos projets informatiques internes en accueillant en stage (2 à 6 mois) les étudiants de l’Exia.Cesi d’Orléans. 2 cycles disponibles : Cycle préparatoire de 2 ans Cycle supérieurde 3 ans de Manager des Systèmes d’Information, filière Ingénierie Logiciels ou Ingénierie Réseaux (Titre RNCP* de Niveau I)

L’EI.CESI : ÉCOLE D’INGÉNIEURSAccompagnez un élève masterien sur son expertise métier et former votre futur Collaborateur, acteur métier et management de votre entreprise Mastère Spécialisé en 1 an en Qualité/Sécurité/Environnement labellisé par la Conférence des Grandes Ecoles

Découvrez l’actualité du CESI ORLÉANS sur le site www.cesi.fr

959 rue de la Bergeresse 45160 OLIVET

depuis + de 30 ans

Le Groupe Cesi, partenaire de votre entreprise avec :

Pour en savoir plus02 38 22 72 84Ce

si -

201

2

LE CENTRE D’ORLÉANS

731 diplômés en Qualité Sécurité Environnement, RH, Management Projets & Informatique

Nos partenariats : CCI 36 / CFA BTP Orléans / Pole Emploi / FFP Centre / ADIRC / ARIAC Nos références clients : BRGM, PHILIPS FRANCE, DAHER AEROSPACE, GROUPAMA,

LA POSTE, HITACHI COMPUTER PRODUCTS EUROPE, THALES AIR SYSTEM SA, MR BRICOLAGE, FAGOR BRANDT SAS, FRAGRANCES PRODUCTION, MONTUPET, LEGENDRE, THELEM ASSURANCES, HUTCHINSON SA, Christian DIOR, SKF, ST Microelectronics, Préfecture, et bien d’autres encore…

Ils accueillent nos étudiants en stages Informatiques : ADS COM, ARMONY, ATOS, ATOS WORLDLINE, AUSY ORLEANS, EVERNITY, GFI, IGM, INETD, ISILOG, SN APS CHROMOSTYLE, et bien d’autres encore…

pub_orléans.indd 1 09/11/2012 10:00:49

Page 58: Lettre Valloire hiver 2012
Page 59: Lettre Valloire hiver 2012
Page 60: Lettre Valloire hiver 2012
Page 61: Lettre Valloire hiver 2012
Page 62: Lettre Valloire hiver 2012
Page 63: Lettre Valloire hiver 2012
Page 64: Lettre Valloire hiver 2012
Page 65: Lettre Valloire hiver 2012
Page 66: Lettre Valloire hiver 2012
Page 67: Lettre Valloire hiver 2012
Page 68: Lettre Valloire hiver 2012

Economie Chantiers

L e 12 septembre dernier,ERDF a remplacé l’un destransformateurs 90000/ 20000

volts du poste source de Contres ;un nouveau, d’une puissance de 36MVA, soit l’équivalent de 18 éo-liennes, s’est substitué à l’ancien,d’une puissance de 30 MVA, qui tour-nait à 99 % de sa puissance durantl’hiver. Cette modification constitueune bonne nouvelle pour les entre-prises de la zone industrielle ainsique pour l’agroparc de Contres. « Nous sommes dans l'accompagne-ment du développement du payscontrois, à terme le poste source ac-tuel pouvait être trop juste », préciseJean-François Quinchon, directeurrégional d’ERDF Centre. Réalisée àun moment de la journée où laconsommation électrique est au plus bas, l'installation, qui n’a duréqu’une quinzaine de minutes, n'auraentraîné aucune coupure de cou-rant. « C'est une opération blan-che pour le consommateur »,a confirmé Jean-Fran-çois Quinchon. Aprèsdeux jours de

transport exceptionnel depuisLyon, le nouveau transforma-teur, qui pèse 40 tonnes, aété soulevé et mis en placeau cœur du poste soi-gneusement grillagé, parune imposante gruede… 300 tonnes, aidéede quatre camions con-trepoids. « Ce chantier,d’un coût de 486000 €,qui sécurise l’alimenta-tion en électricité de prèsde 10000 clients, est uneillustration des investisse-ments d’ERDF en région Cen-tre pour améliorer la qualité de fourniture de l’é-lectricité vers ses1,4 million declients »,

précise le direc-teur régional. En

2012, ERDF va investir130 M€ en région Centre ;

où « le budget est en augmen-tation de 6,5% » .

Par ailleurs, 12 M€

ont été consacrés à la maintenancepréventive du réseau de distribu-tion d’électricité en 2011 et 13 M€

sont prévus en 2012. Et de nou-veaux postes sources sont en projeten région Centre. Le poste des Blos-sières, au nord-ouest d’Orléans, etcelui de Mérie, au sud, sont confir-més. Deux postes sources à Tours età Chartres pourraient égalementêtre construits. « Avec 80 minutesde temps de coupure annuelmoyen par client en 2011, la qua-lité de la distribution a progresséde 80 % » se réjouit Jean-FrançoisQuinchon.

Elise Pierre

Un chantier ERDF de grande ampleur à Contres

ERDF a mené une opération d’envergure à Contres (41) le 12 septembre dernier, en remplaçant unde ses transformateurs pesant 40 tonnes. Une grue de 300 tonnes et quatrecamions contrepoids ont réalisé le changement en quelques minutes.

Page 69: Lettre Valloire hiver 2012

Près de 3 550 m² de bureauxet d’entrepôts vont être con-struits par la Sem Territoria surle parc d’activité Beaulieu, àBourges. Leur constructionsera lancée en mars 2013pour une livraison prévue enoctobre 2014.

La CdC de la Beauce al-néloise a voté un budget de7,35 M€ pour construire unenouvelle piscine intercom-munale à Auneau et viser, àterme, 57 000 visiteurs annuels.

La CCI d’Eure-et-Loir prévoitpour un coût de 4,2 M€ laconstruction de 80 studios, surle terrain qui accueille soncampus, dont 45 seront des-tinés aux étudiants et 35 auxsalariés. Une seconde tranchede 40 logements pourra êtreprogrammée.

Un hôpital de jour de 20 pla-ces est en projet sur 0,5 ha, àproximité du centre hospitalierPasteur au Coudray. Le pro-

gramme comprend notam-ment un espace de bal-néothérapie de 150 m² et unplateau-technique de 235 m².Le projet s’élève à 1,48 M€.

La Ville de Chartres vient de faire l’acquisition de deuxbâtiments afin d’y installer unmusée des sciences et del’histoire après rénovation. Ilprendra place dans un es-pace de 3 900 m².

Châteauneuf-en-Thymeraisprojette la construction d’unstade à proximité du collègede la Pajotter ie pour unbudget de 3 M€. Le projet aété confié au bureau d’é-tudes A2I de Joué-lès-Tours.

La Ville de Chartres va en-gager 1,4 M€ dans un vas-te programme de restaura-tion de ses lieux de culte, quiconcerne l’église St-Pierre(675000 €), l’église St-Martin-au-Val (473300 €) et l’égliseSt-Aignan (247 500 €).

La maison de santé d’Azay-le-Ferron va être agrandie ;un nouveau bâtiment pour-rait être construit dans le prolongement de l’actuellemaison de santé. Le montantdes travaux est évalué à 400 000 €.

Un Ehpad de 111 lits et uneunité de soins de suite de 30lits (5 150 m²) vont être cons-truits à Valencay. Les travaux

sont estimés à 10,5 M€ etdébuteront en septembre2013 pour une livraison en2015.

A Ste-Radegonde, les ancienslogements du Petit Monsou-dun, de Val Touraine Habitat,seront remplacés d’ici à 2015par un ensemble de 50 loge-ments (39 appartements, 11

maisons). L’architecte bor-delais Bernard Buhler a été retenu pour ce projet d’a-ménagement d’un coût de 6 M€.

La Set a obtenu un permis deconstruire pour aménager 22logements sur le site de l’an-cienne soierie Le Manach àTours, suite à l’abandon duprojet d’un musée de la soie.La fin des travaux, qui pré-voient la restauration des ate-liers comme de l’auberge, estprévue pour 2015.

Le groupe Le Noble Age, quicrée et gère des établisse-ments sanitaires et médico-sociaux, fera construire unEhpad de 5325m² à Montlouis-

sur-Loire, rue Eugène-Bizeau.L’ancien foyer-logement Febvotte, allée des Aulnes àTours, va être aménagé parl’architecte Ber trand Pen-neron en un bâtiment mo-derne qui accueillera les bu-reaux de la CCAS (70 salariés)d’ici à mi-2014.

La Ville de St-Cyr-sur-Loirevient d’acquérir pour 1,5 M€

le lycée japonais Konan – qui fermera à la rentrée pro-chaine – afin de construireune centaine de logementssociaux et pour l’accueil depersonnes âgées.

Un nouvel immeuble va êtreconstruit îlot Laplace à Blois ;il accueillera une antennePôle Emploi ainsi que 17 loge-ments. Une seconde trancheest prévue pour 2015 et com-prendra 80 logements mixtesen petits immeubles et mai-sons individuelles.

Le Conservatoire européendes échantillons de sols vaêtre agrandi à Ardon : un bâ-timent pourrait être construiten prolongement. Le projetest estimé à 3,47 M€.

INDRE-ET-LOIRELa municipalité de Joué-lès-Tours prévoit la construction, pour 9,2 M€, d’un centre aqua-tique de 2 750 m² qui sera situé à proximité de la future ligne de tramway. Le centre comprendra un bassin couvert, unautre extérieur ainsi qu’un espacede détente. Le marché a été at-tr ibué au cabinet tourangeauBourgueil-Rouleau. La livraison estprévue en 2015.

INDRE-ET-LOIRE

LOIRET

CHER

INDRE

EURE-ET-LOIR

La Lettre Valloire - Décembre 2012 69

LOIR-ET-CHER

Page 70: Lettre Valloire hiver 2012
Page 71: Lettre Valloire hiver 2012

La Nouvelle-Zélande,la nature dans tousses étatsPendant que nous grelottons dans la pluie et le froid, la Nouvelle-Zélande se prélasse sous le soleil et déploie tous ses charmes estivaux. Le moment parfait pour une balade au cœur des

forêts.

La région Centre, l’autre pays de la bièreUne quinzaine de brasseries artisanales ont(re)vu le jour depuis unedizaine d’années dans leCentre, sous l’impulsion de passionnés de « mousses ». Et la qualité est au

rendez-vous !

A la poursuite du diamant noir Née d’une alchimie

complexe entre un arbre hôte et une terre fertile,

la truffe ne livre pas facilement ses secrets…

Les trufficulteurs non plus.Reste à les percer en arpentant les marchés

aux truffes.

72-75

76

77

Page 72: Lettre Valloire hiver 2012

Escapades Ailleurs

Pendant que nous grelottons dans la pluie et le froid, la Nouvelle-Zélande se prélasse sous le soleilet déploie tous ses charmes estivaux. Le moment parfait pour une balade au cœur des forêts millénaires et des volcans ombrageux de ce petit bout de bout du monde.

C’ est une petite gargote accro-chée sur les flancs du capFoulwind, le cap de la tem-

pête. Une oasis de chaleur le longd'une des côtes les plus sauvages dumonde. Ici, à 200 kilomètres de la pre-mière ville digne de ce nom, Derek ac-cueille avec fierté les touristes parve-nus dans son bout du monde. À peine la porte poussée, le patron as-saille les nouveaux venus de courtoi-sie et de blagues. « Ah, vous êtes Fron-çais ! », s'enthousiasme bientôt le jo-vial aubergiste, avec un accent inimi-

table, avant d'expérimenter l'intégralitéde son maigre vocabulaire sur celui quiest déjà devenu son nouveau meilleurami. Cet accueil chaleureux et convivial, c'estla grande force de la Nouvelle-Zélan-de. Perdus au milieu de l'océan Paci-fique, les quatre millions d'habitantsdes deux îles qui composent le pays ap-précient à leur juste mesure les tou-ristes ayant bravé les océans pour ve-nir les rencontrer. Car, avant de profiter des burgersgéants de Derek, il faut en passer par

les incompressibles 23 heures d'avion,hors escales, nécessaires pour rejoin-dre la Nouvelle-Zélande à partir de laFrance. Un investissement largementrécompensé une fois sur place. Aussi vaste que l'Italie mais seulementpeuplé comme la région Nord-Pas-de-Calais, le pays du long nuage blanc,comme l'appelle le peuple indigène local, les Maoris, offre des paysages to-talement préservés de l'empreinte humaine. Les deux îles s'étendent duNord au Sud sur 1600 km, passant ainside la douceur d'un climat subtropical

La Nouvelle-Zélandela nature dans tous

72 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Page 73: Lettre Valloire hiver 2012

dans le Northland, aux rigueurs des hi-vers quasi polaires d'Invercargill. Cettediversité climatique se retrouve aussidans les paysages : vertes prairies etplages de sable fin dans le Nord, fjordset côte rocheuse ciselée dans le Sud. Adossé à la ceinture de feu, le pays estaussi un des plus actifs du monde enmatière de volcanisme et d'activités sis-miques. Les habitants sont toujours àla merci de graves tremblements deterre, comme celui qui a ravagé Christ-church en février 2011. En contrepar-tie, cette activité volcanique intense amodelé des paysages surréalistes etgrandioses, uniques au monde.Devant cette débauche de magnifi-cences, le voyageur se retrouve face àla douloureuse nécessité de faire deschoix. Même en un mois, ce qui sem-ble être un minimum pour encaisserles douze heures de décalage horaire,il est impossible de s'offrirtoutes les splendeurs decet éden naturel. Dès l'arrivée à Auck-land, le premier di-lemme se pose.Que faire dans cetteville tentaculaire quiregroupe près duquart de la populationnéo-zélandaise? La plupartdes guides touristiques conseillent de s'enfuir le plus vite possible. Pour-tant, Auckland la cosmopolite méritequ’on s’y attarde un peu.Le quartier du port, qui a rénové l'andernier ses quais pour la coupe dumonde de rugby, regorge de bars et de

restaurants branchés. La remontée deQueen Street, les Champs-Elyséesnéo-zélandais, permet de s'approcherde la Sky Tower, qui domine la ville duhaut de ses 328 mètres et, pourquoipas, d'y monter admirer l'imprenablepanorama. Il faut aussi savoir s'éloigner un peu ducœur de ville pour apprécier la beautéde la capitale économique du pays.Une petite promenade vers le sommetdu mont Eden, un des cinquante vol-cans sur lesquels la ville est construite,offre un point de vue imprenable surle mythique stade Eden Park, doulou-reux souvenir pour l'équipe de Francede rugby. Avant de quitter la ville, un détour parles plages de l'Ouest est incontourna-ble. À 30 minutes de route du centre-ville, protégées des nuisances de celui-ci par un parc naturel grandiose, Piha

Beach et Karekare sont deuxjoyaux époustouflants.

Enchâssées dans desfalaises de verdure,les deux plages desable volcaniquenoir et brillant of-frent des panoramas

grandioses. Après ce premier aper-

çu, il s'agit maintenant defaire un choix cornélien : nord ou sud? Le Northland, la grande pénin-sule qui s'étend au Nord du pays repré-sente un investissement de plusieursjours mais rassemble aussi quelques-uns des plus beaux endroits du paysdu long nuage blanc. La très réputée

ses états

La Lettre Valloire - Décembre 2012 73

S’Y RENDREL'antipode, ça se mérite. Qu'im-

porte le moyen, la Nouvelle-Zélande restedésespérémentloin. En temps devol, il faut compter 23heures minimum. Avecune escale à Séoul ou à Dubaï,ou peut s'en sortir en une tren-taine d'heures. Mais avec un autrearrêt en Australie, on parlera enjournées de voyage. Niveau tarif, on peut assez faci-lement trouver des allers-retours pour 1000-1500€.L'agence de voyage Le cercledes vacances (www. vacan-cesnouvellezelande.com)est spécialisée dans lesvoyages vers la Nouvel-le-Zélande et offre debons tarifs tant auniveau des volsque des séjours.

S'Y DÉPLACERSe déplacer en Nouvelle-Zélande

demande un minimum d'organisation. Lepays est grand et très peu peuplé. Le réseauferroviaire est loin d'être complet. Il existetoutefois de très bonnes compagnies de bustouristiques (nakedbus, kiwiexperience ouintercity) qui proposent des abonnementspermettant de visiter le pays à son rythme. Pour ceux qui seraient prêts à tenter l'expé-rience sur plusieurs mois, la meilleure solu-tion consiste à acheter un véhicule d'occasion(entre 500 et 1500€) et le revendre à sondépart. Avec l'affluence des routards, un vas-te marché s'est développé. C'est toujours unpeu la roulette russe mais si la voiture rou-le, on est sûr de pouvoir atteindre les coinsles plus reculés du pays.

Wellington

Auckland

Rotorua

Napier

Christchruch

Kaikoura

Nelson

New-Plymouth

Russel

NORTHLAND

SOUTHLAND

Blenheim

Page 74: Lettre Valloire hiver 2012

Bay of Island, premier foyer de colo-nisation, offre un parfait compromisentre culture et nature. Les amateursd'histoire pourront y découvrir lacharmante Russell, surnom-mée « le bouge du Paci-fique » au premiertemps de la colonisa-tion. De là, les pluscourageux n'hési-teront pas à effec-tuer les deux heureset demie de routenécessaires pour attein-dre le cap Reinga, point leplus septentrional du pays et lieusacré maori. Pour ceux qui prendraient l'optionplein sud, la presqu'île de Coromandel,à deux heures de route d'Auckland,permet de se faire une idée de la dou-ceur de vivre du Northland. L'occasionaussi de s'amuser avec les courants

d'eau brûlante qui affleurent sur la hotwater beach.Et ce phénomène géothermique n'estqu'un avant-goût des surprises en-

fouies au cœur de l'île duNord. La ville de Rotorua,

à quelques encablu-res des très actifs vol-cans du parc deTongariro, regroupede nombreux té-moignages de cette

intense activité : gey-sers, bassins bouillon-

nants, lacs colorés... La suite de la descente vers le sud

laisse le choix entre la très charmanteNapier, à l'est, et ses bâtiments art-décose prélassant au bord de l'océan Paci-fique, ou l'imposant mont Taranaki, àl'ouest, volcan solitaire qui culmine à2 500 mètres au-dessus de New-Ply-mouth.

Escapades Ailleurs

74 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Y SÉJOURNERLe tourisme est la deuxième

plus importante source de revenus pour laNouvelle-Zélande. Il est très facile de trou-ver des endroits où séjourner. Le mieux, cesont les Bed and Breakfast qui permettentde rencontrer les habitants. Les petits bud-gets pourront tenter l'aventure dans lesnombreuses auberges de jeunesse qui pul-lulent dans le pays.

Y MANGERLa Nouvelle-

Zélande a été colonisée parles Britanniques. Et ils enont gardé la gastronomie.Fish and Chips, épauled'agneau à la sauce à la menthe et tourtesconstituent les sommets de l'art culinaire local.En contrepartie, le pays étant un gros produc-teur agricole, on peut y trouver de très bonsproduits si l'on veut cuisiner soi-même.

Page 75: Lettre Valloire hiver 2012

,Les plus pressés descendront directe-ment vers Wellington, la coquette ca-pitale du pays. Confortablement instal-lée au fond de la baie éponyme, la villeoffre une charmante halte avant d'af-fronter la rudesse de l'île du sud.Cuba Street avec sa panoplie de barset restaurants est un incontournable.Tout comme le musée Te Papa, petitmiracle de muséographie, qui per-met de découvrir la Nouvelle-Zélandede façon ludique.Arrivé à ce point du voyage, il est tempsde se jeter dans le grand bain et de par-tir à la conquête de l'île du sud. La tra-versée en bateau du périlleux détroitde Cook est immanquable. Escorté parles dauphins, l'arrivée à Picton à traversles fjords néo-zélandais est un régalpour les yeux. Ensuite, les amateurs devin pourront se lancer sur la route desvins de Blenheim. Les viticulteurs lo-caux se sont fait une spécialité des vins

blancs secs, sauvignon en tête. Les ama-teurs de plages pourront, eux, prendrela route de l'Ouest et rallier Nelson, lagrande station balnéaire néo-zélan-daise. Dans tous les cas, l'appel du Sud devraitbientôt résonner à nouveau. Là, àl'ombre des alpes néo-zélan-daises, on peut dénicher lespaysages les plus gran-dioses du pays. Et d'a-bord l'Arthur Pass, un dé-filé qui coupe la chaîne demontagne dans sa largeur et offredes paysages rugueux dignes desplus grandes scènes du Seigneur desanneaux. Mais aussi, la côte ouest etses glaciers venant se jeter directementdans la mer. Plus au sud, on peut s'en-foncer dans les montagnes pour at-teindre Queenstown, le cœurdu domaine skiable néo-zé-landais et le départ pourdes randonnées plusfolles les unes que les autres. On se retrouve alors « seule-ment » à sept heures de route d'undes bijoux naturels du pays : MilfordSound, un fjord surplombé par des fa-laises pouvant atteindre 1 800 mètresd'altitude. La route, une voie sans issuede 400 kilomètres sinuant à traversdes paysages fabuleux est un dé-lice à savourer à chaque vi-rage.Dans un monde parfait,la dernière merveille d'untel voyage aurait dû êtreChristchurch, la capitale de l'îledu sud. Malheureusement, les deuxtremblements de terre qui l'ont dévas-tée l'an dernier n'ont laissé que desruines de cette charmante cité. Uncoup d'œil dans la ville et quelques dol-lars investis dans l'économie locale se-ront pourtant le plus grand cadeau quevous pourrez faire aux Néo-Zélandais,totalement abattus par la perte de cebijou de leur histoire. Même Derekvous en sera reconnaissant !

Romain Le Jeune

La Lettre Valloire - Décembre 2012 75

LE MONDE SAUVAGE À PORTÉE DE MAIN

« Un phoque ! Il y a un phoque là-bas ! » Attendez, nevous jetez pas sur votre appareil photo, ce n'est

que le premier. C'est par centaines que vouspourrez voir des phoques, le long de la côte

Est de l'île du Sud. Sur cette côte ven-teuse et agitée, la faune sauvage conti-nue à observer les humains comme des

envahisseurs. A Kaikoura, il n'est pas rarede trouver quelques phoques confortable-

ment avachis sur un sentier de promenade ouau milieu d'un parking. Et ils ne sont pas les seuls à se dandiner familiè-rement à portée d'appareil photo. Plus discrètes etfarouches, les colonies de pingouins permettentparfois aux visiteurs de découvrir leur rituel de

retour de la pêche à la tombée de la nuit. Les lions de mer partagent aussi régulière-

ment leur odorante présence avec lesrandonneurs de la presqu'île de l'Otago.Mais les reines de ce monde sauvage, ce

sont naturellement les baleines. Un phé-nomène naturel sous-marin a transformé la

côte Est de la Nouvelle-Zélande en garde-man-ger pour ces mastodontes. Lorsque la mer le per-met, on peut facilement partir à leur rencontre àpartir de Kaikoura. Le site est éminemment touris-tique mais l'opportunité de plonger avec lesbaleines et les dauphins vaut la peine de subir les

hordes de touristes australiens. Pour finir, ne vous avisez pas d'oublier le

kiwi, l'animal emblématique de la Nou-velle-Zélande. Le curieux oiseau sans

aile est difficile à dénicher dans son mi-lieu naturel mais la visite d'un des parcs

qui hébergent des spécimens de cette espèceen voie de disparition fera de vous un Néo-zélan-

dais accompli.

Culminant à 3800 m d'altitude, lesAlpes néo-zélandaises abritent les

paysages parmi les plus authentiquesdu pays. Elles sont protégées par

trois parcs naturels nationaux.

Page 76: Lettre Valloire hiver 2012

76 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Escapades

Née d’une alchimie complexe entre un arbre hôte et une terre fertile, la truffe ne livre pas facilementses secrets… Les trufficulteurs non plus. Reste à les percer en arpentant les marchés aux truffes.

A l’heure où nous écrivons ceslignes, il est trop tôt pour sa-voir si, cette année encore,

elle sera à la hauteur de sa réputation de« diamant noir ». Qui, « elle » ? Tuber me-lanosporum ! La fameuse truffe noire,dite du Périgord, connue pour sesarômes inégalés, mais aussi pour ses exi-gences et son aspect « spéculatif ». Auplus fort de la saison, le kilo sevendait entre 800 et 1000 eurosl’an passé. Cette année, le coursne devrait pas beaucoup varier,même « s’il est difficile de préju-ger de la qualité de la récolteavant le début de saison, carnous sommes soumis aux aléasclimatiques toute l’année, expli-que Gabriel Piégu, trufficulteur. Unmanque de pluie ou un gel préco-ce peuvent être préjudiciables».Des conditions exigeantes, un en-tretien régulier des arbres, une ré-colte délicate menée par des chiensexperts… produire des truffes de-mande un important investissement fi-nancier et temporel. Car même si la Tou-raine est bénie des dieux, avec ses solsargilo-calcaires et une météo plutôt fa-vorable, le rendement d’une truffièrereste aléatoire et exige du temps. Il fautcompter 7 à 10 ans entre la plantationdes arbres et la première production.Chez les Monnier, la truffe est une affairede famille, débutée il y a plus de 40 ansà Marigny-Marmande, berceau histo-rique du champignon dans la région. « Pour remédier à la disparition destruffières naturelles, nous avons tra-vaillé avec l’Inra à la mycorhizationdes chênes (mise en contact des racines

avec les spores de truffes). Ce fut un suc-cès. Aujourd’hui, nous multiplions laplantation de truffières dans le dépar-tement sur plusieurs territoires», expli-que Patrick Monnier, exploitant agricole.Pour Jean Méré, grand amateur detruffe et de gastronomie associée, « no-tre terroir redevient, au fil du temps,une grande région truf-

fière plébiscitée par les chefs et les par-ticuliers. À nous de valoriser au mieuxcet « or noir » présent dans nos sols.»Aujourd’hui, en Indre-et-Loire, on dé-nombre plus d’une centaine de trufficul-teurs répartis dans le Nord Touraine etle Richelais. Cependant, la productionest sans commune mesure avec celle dela fin du XIXe : nous sommes passés de60 tonnes annuelles à 800 kg environ.« Aujourd’hui, rares sont ceux qui peu-vent en vivre. Les trufficulteurs sontavant tout des agriculteurs pour qui latruffe est un plus – parfois non négli-geable – mais pas leur cœur de mé-tier », précise Gabriel Piégu. Ne serait-

ce que par la brièveté de la saison, soittrois mois maximum. En effet, «nous ap-portons un soin constant à nos truf-fières durant l’année, mais noussommes sur la brèche trois mois durantle cavage. De 8 à 23 h, chaque jour,nous nous consacrons aux truffes : ré-colte manuelle, lavage-brossage,

stockage et vente. Sans perdre detemps. Que l’on travaille sur lesmarchés de détail ou pour cer-taines enseignes de luxe (maisonsgastronomiques, grandes tables),il faut être très réactif car la fraî-cheur de la truffe est une des exi-gences des acheteurs», précise Patrick Monnier. Entre la terre etl’assiette, un maximum de huitjours est toléré. Sinon, elle secongèle très bien sans perdreses qualités aromatiques. Fragile et capricieuse, la truffeaiguise toujours autant les ap-pétits et continue à être auréo-

lée de mystères… Le plus tenace d’en-tre eux sans doute : le réel rendementd’une récolte. Alors pour bien compren-dre l’engouement suscité par ce produitpur terroir, le mieux est de s’en offrirquelques grammes et de le cuisiner leplus simplement du monde…

Capucine Becker

Truffes, à la poursuitedu diamant noir

MARCHÉ AUX TRUFFESMarigny-Marmande : 21 et 28 décembre 201212 janvier et 26 janvier 201310 février 2013

Tours (Hôtel de Ville) : 29 décembre 2012

Page 77: Lettre Valloire hiver 2012

Escapades

Une quinzaine de brasseries artisanales ont (re)vu le jour depuis une dizaine d’années dans leCentre, sous l’impulsion de passionnés de « mousses ». Et la qualité est au rendez-vous !

«C omme par le pas-sé, les brasseursd’aujourd’hui mul-

tiplient les recettes de fabricationet rivalisent d’originalité en di-versifiant les méthodes d’infu-sion ou de décoction, de fer-mentation des brassins ou lesqualités des malts, des cé-réales et des houblons», peut-on lire dans L’inventaire dupatrimoine culinaire dela France (Région Centre,IEHCA) publié chez Al-

bin Michel cette an-née. De nombreuxexemples locaux entémoignent… À Sancerre, terroir degrands vins, Didier et Eve-lyne Dumas ont osé ouvriren 2000 la Brasserie San-

cerroise quiproduit jus-qu’à 150 000bouteillespar an (qua-tre blon-des, uneb r u n e ,

une

ambrée, une rous-se et une blan-che), dans unesalle de brassageinformatisée, encuivre. Restau-rateur, Didier

a voulu « changer de métier paramour de la bière ». Il s’est formé aucontact de l’installateur autrichien, « sur le tas, au pied des cuves » et grâ-ce à deux semaines de stage de micro-brasserie. Les Dumas s’approvision-nent en céréales auprès des malteriesd’Issoudun et Pithiviers, et en houblonalsacien. Leurs spécialités ? Deuxblondes, la Donzelle, parfumée au ro-marin et au millefeuille, et la Sancer-roise, à la lentille verte du Berry, ainsiqu’une brune au gruit, mélange de 14épices et aromates dont se servaientles apothicaires du Moyen-âge.Toujours en Berry, Carole et Franck Bellon, « ne trouvant pas sur le mar-ché les bières de leur goût », ont fondéen 2004 à Issoudun L’Atelier de laBière, transplanté depuis janvier 2012à Villedieu-sur-Indre. Franck a venduson moulin dans l’Ain pour devenir bras-seur et produire, avec du blé ou del’orge de la malterie d’Issoudun, 240hectolitres de bière par an « de lablanche très claire à la noire, la stoutstyle la Guinness ». Tête d’affiche del’Atelier: la Yote, une blonde non pas-teurisée et non filtrée, au goût de miel.A Nogent-le-Rotrou, Thierry Mercier,dit Bernie, est salarié en usine la nuit,

brasseur le jour. « J’ai dé-marré en amateur en 2001, ra-conte-t-il. Comme les copainsdisaient que ma bière étaitbonne, j’en ai envoyé un échan-tillon à un concours national en2009 qui a été médaillé de bronze,puis j’ai créé en 2010 la BrasserieNogentaise». Outre des blondes,des ambrées et des noires aux ma-

tières premières 100% régionales, Ber-nie fabrique des « brassins événemen-tiels», à l’instar d’une bière à la framboise,avec de vrais fruits. « Je ne vends ma bièrequ’en bouteille de 75cl, insiste-t-il, carelle se boit entre potes ou en famille». Laproduction actuelle, d’un peu plus de400 litres par mois, devrait passer prochai-nement à 850 litres grâce à l’acquisitiond’une nouvelle machine. Dans le Loiret, enfin, c’est parce que lebassin d’Amilly est connu pour la qua-lité de son eau et que Pithiviers compteune malterie réputée, que l’Esat (Etablis-sement et services d’aides par le travail)des Râteliers brasse depuis 2003 àAmilly plusieurs excellentes bières. Seshuit travailleurs handicapés et leur mo-niteur-brasseur en produisent 80000 li-tres, à commencer par la Bell’ de Loing,de toutes les couleurs, dont une aroma-tisée au safran. Ils brassent aussi la Jo-hannique, parfumée au miel du Parc Flo-ral d’Orléans, et la Sorcière du Berry, aro-matisée au cynorhodon, fruit rouge durosier et de l’églantier. « Nous avonsaussi créé une bière au saké pour unrestaurant japonais d’Orléans », ajou-te Eric Leblond, directeur de l’Esat, fierde sa brasserie, « un très bel outil de promotion ayant contribué à faireconnaître l’Esat ». Jacques Huguenin

La région Centre, l’autre pays de la bière

La Lettre Valloire - Décembre 2012 77

La Brasserie Sancerroise :www.brasserie-sancerroise.comL’Atelier de la Bière : www.atelierdelabiere.frLa Brasserie Nogentaise :www.brasserie-nogentaise.frLa Brasserie Bell’ de Loing de l’Esat Les Râteliers. Contact : [email protected]

Page 78: Lettre Valloire hiver 2012

78 La Lettre Valloire - Décembre 2012

Carnet

Jonathan Nussbaumer remplaceBenjamin Bertrand à la tête duservice compétitivité et muta-tions économiques de la Di-rection régionale des entrepri-ses (Direccte). Il a travaillé au-paravant pour L’Oréal et Som-fy. Benjamin Bertrand devient,quant à lui, directeur de cabi-net du DGCIS.

Loïc Vaillant, président de l’uni-versité François-Rabelais, a été

élu président du Pôle derecherche et d'enseignementsupérieur Centre-Val de LoireUniversité (Pres-CVLU). Il suc-cède à ce poste à YoussoufiTouré, président de l’universitéd’Orléans, qui a été élu vice-président ainsi que RomualdBoné, directeur de l’Ecole nationale d’ingénieurs du Val de Loire.

Changement de directeur pourles agences Entreprises de laBanque Populaire Val deFrance de Loir-et-Cher, où Pascal Simon succède à Dominique Courault, qui prendla succession en Indre-et-Loirede Gérard Pigeonneau .

Marc Brugière (Centrale Paris,licence d’histoire à la Sor-bonne), 55 ans, est le nouveaudélégué régional d’EDF en

région Centre. Il succède àPhilippe Défossez, qui occupaitcette fonction depuis 2001 : legroupe EDF, au travers de toutesses implantations, emploie 7800personnes dans la région.

Pierre Ferrand, l’ancien prési-dent de la CCI du Cher de no-vembre 2000 à début 2011, etde la CRCI Centre, est décédé.Il présida également aux des-tinées de la société de travauxpublics AEB Terrassement.

Philippe Breton, maire PS deJoué-lès-Tours, a été élu à laprésidence de Val TouraineHabitat, que François Cornuz,son directeur, quitte pour pren-dre la tête de Domofrance,premier bailleur social enAquitaine.

Changement de directeurspour les agences de la BanqueTarneaud à Tours Maginot, oùAdriano Araujo arrive, et à Tours-Halles, qui sera désormaisdirigée par Thibaud Sabadie.

Pierre Monzani, ancien préfet del’Allier et de la Seine-et-Marne,placé hors cadre courant juillet,est le nouveau directeur decabinet au Conseil général deMaurice Leroy. Pierre Monzani,âgé de 54 ans, a été directeurdu cabinet du préfet du Loiretdans les années 90.

Rodolphe Petitdemange vientde prendre la direction de l’Or-léanaise des Eaux, filiale de laLyonnaise des Eaux dédiée aucontrat de délégation de servi-ce public de l’eau potabled’Orléans. Il succède à DanielMinc.

RÉGION Pierre-Etienne Bisch, préfet de la régionAlsace et du Bas-Rhin, vient d’être nom-mé en Conseil des ministres préfet de larégion Centre et du Loiret. Il succède àMichel Camux qui était en poste depuis2010. Pierre-Etienne Bisch, 61 ans, a no-tamment travaillé auprès du ministreCharles Pasqua comme conseiller tech-

nique sur la Corse de mai 1993 à fin 1995. Il a également exercé auprèsde figures de l’UMP comme Dominique Perben et Jean-Pierre Raffarin.Il a, par ailleurs, été pdg de Météo France.

RÉGION

INDRE-ET-LOIRE

LOIR-ET-CHER

LOIRET

CHER

Page 79: Lettre Valloire hiver 2012
Page 80: Lettre Valloire hiver 2012