les unitأ‰s d’habitation - la maison radieuse de rezأ©, dominique amouroux, ville de...

Download LES UNITأ‰S D’HABITATION - La Maison radieuse de Rezأ©, Dominique Amouroux, Ville de Rezأ© CAUE de

Post on 17-Jan-2020

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    LES UNITÉS D’HABITATION

    www.sitelecorbusier.com

    Un ité

    d ’H

    ab ita

    tio n

    de F

    irm in

    y, ph

    ot o:

    J ea

    n- Ja

    cq ue

    s Ge

    lb ar

    t © F

    LC /

    AD AG

    P

    RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

  • 1. Introduction Qu’est-ce qu’une Unité d’Habitation ? L’aboutissement d’une longue réflexion 2. Les principes

    Des logements modernes L’application du Mouvement moderne Les inspirations

    3. La Cité Radieuse de Marseille Les équipements Les appartements

    4. L’Unité d’Habitation de Firminy La construction Aujourd’hui

    SOMMAIRE Toit-terrasse de l’Unité d’Habitation de Marseille © FLC / ADAGP

    Rue de l’Unité d’Habitation de Firminy - G. Croppi © FLC / ADAGP

  • 54

    « Unité d’Habitation » est le nom donné aux immeubles de logements emblématiques de l’œuvre de Le Corbusier. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’architecte développe ce concept de logements modernes pour répondre à la grande problématique des habitats insuffisants et insalubres. Ces nouveaux immeubles doivent apporter de meilleures conditions de vie et des solutions aux nouveaux besoins : hygiène, électricité, eau potable, lumière, rangements, etc.

    Aussi appelées « Cité radieuse », « Machine à habiter » ou « Ville verticale », les Unités d’Habitation ne sont pas de simples immeubles d’habitation. L’une des innovations vient de la combinaison entre les appartements individuels et les équipements collectifs nécessaires à la vie quotidienne (commerces, école, équipements sportifs...). Le nombre d’appartements, et donc d’habitants, est étudié pour permettre le fonctionnement de tous ces services.

    L’ABOUTISSEMENT D’UNE LONGUE RÉFLEXION

    Cette problématique du logement est une préoccupation permanente de l’architecte depuis les années 1920 jusqu’à sa mort. Dès 1922, il travaille sur le projet d‘un « immeuble villa », sorte de lotissement vertical combinant petites maisons à doubles niveaux et

    espaces collectifs. Il élabore ensuite plusieurs idées semblables à travers les plans de reconstruction

    des villes d’Alger, La Rochelle et Saint-Dié. Il travaille sur ce projet pendant plus de vingt ans avec l’un de ses élèves, devenu chef d’atelier, André Wogenscky (1916-2004)

    Mais c’est seulement après la Seconde Guerre Mondiale que ses idées se concrétisent. Cinq Unités d’Habitation sont construites : Marseille (1947-1952),

    Rezé (1953-1955), Berlin (1957), Briey-en-Forêt (1959-1960) et la dernière à Firminy (1965-1967).

    INTRODUCTION

    QU’EST-CE QU’UNE UNITÉ D’HABITATION?

    André Wogenscky, agence de La Motte-Picquet. © Fondation Marta Pan - André Wogenscky / DR.

    Unité d’Habitation de Marseille © FLC / ADAGP

  • 76

    Le Corbusier imagine une ville entière contenue dans un seul immeuble, adoptant un volume vertical plutôt qu’horizontal et libérant ainsi l’espace au sol. Pour réaliser ce projet, il utilise plusieurs sources d’inspiration.

    La première concerne la structure intérieure du bâtiment et est appelée communément « système de casier à bouteilles ». Chaque appartement possède ses propres cloisons et vient s’emboîter autour de l’ossature porteuse.

    La deuxième remonte à la jeunesse de Le Corbusier. Lors de ses nombreux voyages, il visite la Chartreuse d’Ema près de Florence. Il y découvre les enjeux et les bienfaits de la vie en communauté, les compromis nécessaires entre individu et collectif et l’importance de la nature autour de l’habitat.

    La dernière source d’inspiration est celle qui va donner sa forme à l’Unité d’Habitation : le paquebot. Cette icône de l’ère industrielle est pour l’architecte un modèle en termes d’optimisation de l’espace. Chaque lieu est déterminé par une fonction précise et chaque espace est rentabilisé. On y retrouve des volumes semblables : le parallélépipède qui constitue le bâtiment, les cheminées et la cage d’escalier, les coursives et le toit-terrasse. C’est également sur ce modèle que Le Corbusier crée le lien entre espaces collectifs et espaces individuels.

    LES INSPIRATIONS

    LES PRINCIPES

    Illustration du système de « casier à bouteilles

    Aménagement intérieur du paquebot France.DES LOGEMENTS MODERNES

    L’objectif des commanditaires et de l’architecte est de construire des logements sociaux modernes pour reconstruire un pays dévasté par une urbanisation non maîtrisée et par les guerres.

    Grâce à un nouvel art de bâtir, aux nouveaux matériaux et aux nouvelles techniques, ces constructions peuvent aussi s’adapter à l’évolution des modes de vie. Les ressources et les équipements apportés par Le Corbusier dans ces Unités représentent un confort inhabituel pour l’époque : eau courante, chauffage au sol, ascenseur, salle de bain privative, etc.

    UNE APPLICATION DU MOUVEMENT MODERNE

    Toutes les grandes lignes de l’architecture de Le Corbusier sont réunies dans ces logements collectifs*.

    Les Unités d’Habitation sont construites sur pilotis, adoptent une structure poteaux-poutres permettant le plan libre et la mise en place de cloisons mobiles. Les façades sont constituées de grandes baies vitrées rendant les espaces intérieurs plus lumineux. Enfin, on retrouve un toit-terrasse avec des équipements collectifs.

    C’est également dans ces Unités d’Habitation qu’il utilise pour la première fois le Modulor pour établir les mesures de l’architecture, de l’aménagement intérieur et du mobilier.

    * voir la fiche ressource « L’ architecture de Le Corbusier »

  • 98

    LES ÉQUIPEMENTS

    La première commande d’Unité d’habitation est faite en 1945. Le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme charge Le Corbusier de réaliser un prototype à Marseille. Il travaille sur ce projet avec Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret, André Wogenscky et Jean Prouvé. L’édifice, entièrement construit en béton, est constitué de dix-huit niveaux, sept rues et 337 appartements portés par trente-six pilotis.

    Connue sous le nom de Cité Radieuse, elle est considérée comme l’Unité d’Habitation la plus fidèle au concept original de l’architecte.

    LA CITÉ RADIEUSE DE MARSEILLE

    La Cité Radieuse © FLC / ADAGP

    À mi-hauteur du bâtiment (3e rue) se trouve la rue marchande signalée par les lames verticales des brise-soleil. Elle est constituée de commerces, bureaux et services. La Cité Radieuse est la seule Unité d’Habitation à posséder ce type de rue. Encore aujourd’hui, on y trouve un hôtel- restaurant, une librairie, un cabinet médical et une halte-garderie. L’immeuble abrite également une école maternelle toujours en fonction. Le toit-terrasse est occupé par un gymnase, un solarium, un théâtre, un jardin d’enfants et une pataugeoire. En 2013, le gymnase est devenu le MaMo (Marseille Modulor), un centre d’art contemporain créé par l’artiste-designer Ora-ïto.

    LES APPARTEMENTS

    Tous les appartements de la Cité Radieuse sont pourvus d’une cuisine équipée, fruit de la collaboration entre Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret et Le Corbusier. Ces cuisines ouvertes communiquent avec la salle à manger grâce à un meuble passe-plat créant un véritable espace de vie et d’échanges avec la salle de séjour. Les cuisines doivent répondre à des contraintes dimensionnelles fortes puisqu’elles font moins de 5m2. L’aménagement est ergonomique, les rangements sont fonctionnels et chaque mètre-carré est optimisé.

    Le Corbusier fait également appel aux talents de Jean Prouvé pour la réalisation des escaliers des duplex, les poignées des portes coulissantes entre les chambres d’enfants et la ferronnerie des baies vitrées.

    La Cité Radieuse se visite librement ou accompagné. Des visites guidées sont proposées régulièrement par l’Office de Tourisme de Marseille.

    La rue commerçante La cuisine équipée

    © FLC / ADAGP © FLC / ADAGP

  • 1110

    LA CONSTRUCTION

    L’Unité d’Habitation de Firminy est une commande d’Eugène Claudius-Petit, ancien ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1948 - 1952), élu maire de la ville en 1953. A cette époque, Firminy a besoin de logements. En complément du nouveau quartier de Firminy-Vert construit dans les années 1950, Claudius-Petit compte étendre le nombre de logements sociaux en implantant un nouveau quartier vers la commune de Chazeau. Ce nouveau projet comprend trois Unités d’Habi- tation et des commerces et équipements collectifs au sol. Malheureusement, en raison du déclin industriel et démographique à partir des années 1970, le quartier ne sera jamais terminé et seule une Unité d’habitation verra le jour en 1967.

    L’UNITÉ D’HABITATION DE FIRMINY

    L’Unité de Firminy, JJ Gelbart © FLC / ADAGP

    Le Corbusier pose la première pierre du chantier le 21 mai 1965. Après sa mort trois mois plus tard, c’est André Wogenscky qui aura pour mission de finir le projet.

    A sa construction, l’Unité d’Habitation de Firminy est composée de 414 logements, de 17 niveaux d’appartements, de 7 rues et d’une école maternelle dans les trois derniers niveaux. Comme à Marseille, il y existe plus de 30 types d

Recommended

View more >