les jeudis de l’été à tulle

of 13 /13
Les jeudis de l’été à Tulle Théâtre de rue, concerts, expositions, ateliers, cinéma, patrimoine, feu d’artifice…

Upload: others

Post on 18-Feb-2022

6 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Les jeudis de l’étéà Tulle Théâtre de rue, concerts, expositions, ateliers, cinéma, patrimoine, feu d’artifi ce…

2TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

3

Sommaire

TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Tulle en images Editorial

L’emploi ? Ça va mal. La santé ? On ne pourra plus se faire soigner demain…

Face à ces inquiétudes, on peut attendre que des solutions tombent du ciel, un jour peut-être. Telle n’est pas l’attitude de la municipalité.

Il existe dans notre ville des locaux vacants où des activités pourraient s’implanter et créer des emplois. Le tissu commercial de Tulle se renouvelle régulièrement, mais il pourrait être plus dynamique si certains propriétaires acceptaient de rénover, de vendre ou de louer des locaux vides à des conditions économiquement viables pour que des professionnels puissent s’y installer. La Mairie, comme d’autres collectivités, peuvent les y aider.

C’est ainsi que la municipalité va faciliter la reprise du site de la menuiserie Badefort par une entreprise commerciale. Avec l’ouverture prochaine du restaurant « La Pataterie » à Citéa et d’une nouvelle concession automobile à Mulatet, ce sont en tout plus de cinquante emplois nouveaux créés dans les prochaines semaines.

Et puis la Ville n’est pas seule : le Conseil général va recruter pour un an, en contrats « CAE Passerelle »,100 jeunes auxquels il sera proposé ensuite unemploi durable dans le secteur privé. J’invite les Tullistes à profi ter de cette bonne opportunité.

Les jeunes Tullistes pourront sans doute trouver aussi des débouchés chez BorgWarner, qui envisage de s’agrandir dans les prochaines années. L’entreprise de la Montane emploie aujourd’hui 380 personnes,dont 105 intérimaires qui, à terme, devraient être titularisés.

Enfi n, il faut penser aux emplois futurs. C’est pourquoi la municipalité a pris l’initiative de réunir tous les acteurs concernés pour développer un pôle universitaire centré notamment sur les métiers de l’éducation, les services à la personne et les énergies renouvelables, pour lesquelles la création d’une ce ce a été de a dée à U e s té de oges.licence a été demandée à l’Université de Limoges.

La santé ? Dans les cinq à dix ans qui viennent, notre La santé ? Dans les cinq à dix ans qui viennent, notre s ville risque de voir disparaître la moitié des cabinets

de médecins, de kinésithérapeutes, d’infi rmières… i Pour préserver l’offre de soins, la Mairie a réuni

les professionnels en vue de mettre en place un s dispositif propre à attirer à Tulle de jeunes praticiens r en facilitant l’exercice de leur métier. Il pourrait s’agir s d’une Maison de santé. Nous exigerons par ailleurs s des tutelles que l’hôpital soit doté de l’IRM. Nous

devrons agir ensemble pour y parvenir, car il faut un pôle public fort pour attirer la médecine de ville.

s Face aux inquiétudes, aux menaces, aux évolutions e de l’économie et de la société, il convient de ne t jamais baisser les bras. Des solutions existent, il faut t les chercher, les inventer, saisir les opportunités. C’est

une question de volonté. Il faut ensuite convaincre, e réunir les énergies et ouvrir ensemble les chemins de i l’avenir. Telle est l’attitude de la municipalité, qui s prendra à la rentrée de nouvelles initiatives propres e à mobiliser celles et ceux qui veulent que Tulle trouve

toute sa place dans la dynamique corrézienne.

u Pour cela, il faudra réaliser la salle de l’Auzelou a à l’horizon 2012 et l’Etat devra concrétiser saé participation. De même, si l’investisseur privé t s’engage résolument dans le projet, la Ville est aprête à favoriser la création d’un nouveau cinéma t à Citéa. Enfi n, en souhaitant que commerçants et é artisans s’associent à cette initiative, la municipalité

envisage en outre de rénover la zone de Cueille afi n e de la rendre plus attractive, plus accessible, dotée

d’un plan de circulation adapté.

i Tous ces projets vont se préciser dans les mois qui e viennent. En attendant, profi tez des animations que t les services municipaux vous ont préparées pour cet e été, avec en point d’orgue un très beau feu d’artifi ce

le 14 Juillet.

s Je vous souhaite à toutes et à tous de bonnes vacances.

SBernard COMBESMaire de TulleMaire de Tulle

Retour rapide sur les Rencontres Internationales de la Jeunesse. A Tulle, près de 1000 jeunes gens se retrouvent sur la thématique du sport et de la fraternité. Bury, Lusada, Schorndorf, Dueville et Smolensk donnent des accents particuliers à la cité.

Pendant ce temps-là, les fl onfl ons de la Saint Clair s’installent. Entre deux averses, les manèges proposent leurs sensations, les barbes à papa collent aux doigts des enfants et les pommes d’api aux dents.Mercredi 26 mai, 5 heures du matin, tout doucement, alors que le bienheureux citoyen dort, tranquille, la foire prend place. Les palabres matinales des commerçants ambulants sont le préambule à une journée qui va voir plus de 10 000 visiteurs arpenter la ville dans un sens, puis dans un autre.

Les rythmes africains sont là et avec eux la femme africaine à l’honneur.

Petit tour non exhaustifde deux mois de fête en ville

Une question de volonté

Page 11DossierLes jeudis de l’été

Page 4Une ville pour tousPlan de Mise en Accessibilité de la Voirie

Page 8EconomieCarton (presque) pleinpour les locaux commerciaux tullistes

Page 21Portrait tullisteJean-Michel Kraux,bienheureux directeur des Enfants de Tulle

Page 14Développement durableRivière précieuse, eaux à préserver

Mélanie Saint-Etienne a participé à la réunion publique de concertation du Plan de Mise en Accessibilité de la Voirie en sa qualité de directrice de la Résidence de Nacre et de respon-sable du pôle personnes âgées, per-sonnes handicapées mais également à titre personnel, puisque la jeune femme est en fauteuil depuis sa plus tendre enfance.Sur les diffi cultés à vivre sa ville« Je dirais qu’il n’y a pas de diffi cul-tés insurmontables ou de lieux qui me soient aujourd’hui franchement inaccessibles. Par contre, il y a des endroits « très compliqués ». Pour mes trajets en fauteuil, je note que tous les trottoirs ne sont pas abaissés, c’est quelquefois un problème. Ré-cemment, j’ai dû me rendre au com-missariat de Police, cela a été vrai-ment diffi cile pour moi : les trottoirs sont étroits et ne permettent pas le passage d’un fauteuil. J’imagine que

sur ce lieu, une maman avec une poussette aura les mêmes diffi cultés que moi. Il y a d’autres détails aussi auxquels on ne pense pas : les pavés sont très pénibles en fauteuil et je sais que souvent les personnes âgées butent dedans. Quelquefois je peste quand il y a des réunions en mairie et que je suis obligée de commander le mini-bus, alors qu’il n’y a que quelques pas à faire ! Mais pour moi ils sont impossibles : la rue Vidalin est peut être la plus terrible de toute la ville ; elle est d’ailleurs dangereuse pour tous les piétons.Quand je me déplace en voiture, grosso-modo, je ne rencontre pas d’obstacles et souvent les places réservées aux personnes handicapées sont accessibles.Maintenant que j’ai un travail qui me permet de l’envisager, je souhaite logiquement être plus indépendante et trouver un logement. Je cherche et ce n’est pas simple. Là aussi tout doit être adapté : les escaliers à éviter, les ouvertures de portes suf-fi santes… Heureusement que mon père est un bon bricoleur.Sur les aménagements du lieu de travailSur mon lieu de travail, des adaptations ont été nécessairement faites, un bureau a été créé, c’est un aménagement qui était indispensable et qui me permet de fonctionner normalement. Dans le reste du bâtiment, je me déplace sans problème : les salles, l’ascenseur sont accessibles. Je voudrais aussi dire que lorsque le poste de travail est bien aménagé, le handicap n’existe plus».

La loi Handicap du 11 février 2005 veut renforcer l’accessibilité des personnes à

mobilité réduite en prenant en compte tous les handicaps.

Les collectivités doivent désormais rendre accessibles

l’ensemble de leurs espaces publics, la voirie, les

transports. A Tulle, le maire a demandé

au cabinet Egis, déjà en charge d’une étude sur les déplacements urbains, de

procéder à un diagnostic de l’accessibilité et de proposer

des pistes d’amélioration. Vendredi 21 mai, les

habitants, les associations de personnes handicapées étaient

conviées à en parler.

4TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

5TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Une ville pour tous

Plan de Mise en Accessibilité de la Voirie

Une ville pour tous

Le diagnosticLe journal l’Express a classé les préfec-tures de France en fonction de leur ac-cessibilité aux personnes en situation de handicap. Tulle se positionne au 20e rang (sur 96 villes) avec une note de 15/20, ce qui est un résultat plutôt honorable.Des progrès restent cependant à faire que pointe le diagnostic du cabinet Egis :- trottoirs : plus de la moitié des chemi-nements audités sont trop étroits,- bilan globalement correct sur les pen-tes et les dévers,- 45% des revêtements sont peu circu-lables,- les passages piétons sont à 84% inac-cessibles,- 800 obstacles ont été recensés : po-teaux, poubelles, ou encore bouches d’égout non conformes,- les terrasses de café sont souvent à l’origine des réductions de trottoir,

- les places réservées aux personnes handicapées doivent être mieux signalisées,- arrêts de bus à adapter.

Les prioritésLes priorités des axes à aménager concernent les lieux à fréquentation piétonne forte, les proximités des pôles générateurs (hôpital, préfecture, lycée,…), les dessertes des transports collectifs.Le Pôle intermodal prend évidemment en compte les prescriptions du PMAV, de même pour l’aménagement du Pont de la Barrière et pour la création de la future voie verte qui reliera le quai Continsouza jusqu’à l’Auzelou.- Aménagement cyclable entre la gare et le centre ville, piétonisation ou semi-piéto-nisation de certains axes, sécurisation des abords des établissements scolaires, requa-lifi cation des escaliers.- Mise en accessibilité systématique des passages piétons, des places «handicapés», dispositifs sonores aux feux.- Reprise des dévers supérieurs à 4%.- Pour les escaliers, mise en place de bandes de contrastes et de bandes de vigilance.- Suppression ou écartement des obstacles (candélabres, poubelles,…).12 millions d’euros seront nécessaires pour mettre la ville aux normes sur tous ces secteurs. 5 millions d’euros seront voués aux tronçons prioritaires, 8,8 millions sont intégrés dans les projets à court terme.

Elles nous en parlent...

Mélanie Saint-Etienne,directrice de la Résidence de Nacre

La Ville engage dès le lundi 21 juin une campagne de mise à jour des fi chiers des logements vacants. Cette démarche vise, comme le prévoit le code des impôts, à vérifi er si les logements déclarés vacants le sont réellement ou si des erreurs ou omissions ne se sont

pas glissées dans les fi chiers fi scaux.Cette campagne prend la forme d’un courrier, accompagné d’un formulaire de réponse, transmis par la Ville à l’ensemble des

propriétaires concernés qui auront 15 jours pour répondre après réception de ce courrier.Pour toute interrogation ou demande d’information sur la manière de remplir le formulaire transmis, la mairie met en place un

numéro vert à destination des propriétaires : le 0 800 740 949

6TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

7TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Actualités municipales

Période testpour le futur aménagementdu pont de la Barrière

Depuis la mi-juin sont en test sur le pont de la Barrière les nouveaux plans de cir-culation proposés par les services de la ville.Sur ce carrefour entièrement dévolu à la voiture, il était largement temps que le piéton reprenne sa place et ce, sans se mettre en danger. Le principe de base de l’aménagement consiste précisément en la sécurisation

du cheminement piéton de l’avenue Victor Hugo à la place Brigouleix. Là où auparavant l’automobile était reine, elle devra désormais se faire plus modeste et ne sera plus prioritaire ; les espaces auto-mobiles traverseront désormais les espa-ces piétons, contrairement à la logique d’aujourd’hui.Pour ce faire, il va falloir adapter la voirie. Elle sera donc positionnée en léger contre-

bas des espaces de traversées piétonnes. Les espaces piétons et automobiles seront distingués par des couleurs différentes : enrobé classique pour la voirie et enrobés colorés pour les parties piétonnesSur les axes qui partent de l’avenue Vic-tor Hugo, vers le quai Gabriel Péri et de la place Brigouleix vers le quai de Rigny, une bande cyclable sera matérialisée pré-fi gurant ainsi la mise en œuvre du futur pôle intermodal sur le quartier de la gare. Rappelons ici que la volonté de la ville est de promouvoir l’utilisation de modes de transport alternatifs à la voiture : le bus ou le vélo et de rendre ainsi accessible à tous l’espace public.Les deux carrefours sont proposés en car-refour giratoire afi n de résoudre les em-bouteillages légions sur ce secteur, no-tamment aux heures de pointe. Tous les réseaux seront refaits ainsi que l’éclairage public.A l’issue de cette période test, une réu-nion de concertation avec les riverains, les commerçants et les utilisateurs sera organisée qui permettra de faire le point sur l’aménagement et sur des ajustements qui pourraient être nécessaires.Les travaux d’une durée de 6 mois dé-marreront dans le courant du mois de septembre. L’ensemble des aménage-ments prend en compte toutes les préco-nisations du Plan de Mise en Accessibilité de la Voirie.

Inauguration espace des Justeset carrefour Jean-Baptiste Champseix

En présence des représentants de l’ANACR, de madame Ceaux, fi lle de Jean-Baptiste Champseix, le carrefour Jean-Baptiste Champseix et l’allée des Justes ont été inaugurés le 3 juin dernier, préfi gurant les cérémonies du souvenir du Martyr de Tulle.

Annette Lucien-Lagarde,professeur de piano à la retraiteNon-voyante après un accident

Sur les diffi cultés à vivre sa ville Tout d’abord, je voudrais dire que même s’il y a eu peu de monde à la réunion pu-blique proposée par la ville, les échanges ont été riches. Monsieur Trarieux a su faire partager son expérience, les problèmes qu’il rencontre en fauteuil et nous donner des exemples intéressants d’aménagements qui ont été réalisés dans d’autres villes. Pour moi qui suis aveugle, les diffi cultés, voire les dangers à se déplacer à l’extérieur sont plutôt dus à des incivilités ou à une méconnaissance des gens. Ainsi, les terrasses des cafés qui s’étalent sur les trottoirs, les mobylettes et les motos qui y sont garées, sont des obstacles auxquels je me heurte souvent. Il y a également des commerçants qui ont tendance à considérer l’espace public comme un espace privé, c’est le cas du pépiniériste du quartier ; les végétaux qu’il installe sont une vraie barrière et je suis d’ailleurs tombée en franchissant un premier tuyau d’arrosage qui barrait le trottoir… je n’ai pas pu éviter les deux autres.Pour les carrefours ou les passages piétons, l’idéal pour nous, aveugles ou malvoyants, serait une signalisation placée au bord des trottoirs qui avertit de la proximité du feu ou du croisement. A Brive, l’on parle depuis longtemps d’installer des feux sonores, cela n’est pas fait. A Limoges, un système de télécommande permet aux malvoyants de commander les feux. C’est un système très onéreux qui va bien pour une grande ville. Il y a des secteurs plus diffi ciles que d’autres comme le quai de Rigny, mais je dois dire que je connais la ville comme ma poche et que même les escaliers ne sont pas un problème pour moi.Sur les lieux privés, les restaurants entre autres, on ne peut pas interdire les chiens-guides. Quelquefois, nous devons le rappeler. Mais rapidement, devant la gentillesse du chien et son comportement exemplaire, les restaurateurs le comprennent »

Le pôle personnes âgées,personnes handicapées

au cœur du projet de villeOutre sa fonction de directrice de la Résidence de Nacre, Mélanie Saint-Etienne est chargée d’établir un dia-gnostic sur la ville qui doit permettre de recenser les actions qui existent dans le domaine du sanitaire et social en direction des personnes âgées et des personnes en situation de handi-cap. Elle doit également proposer des actions qui permettront de lutter con-tre l’isolement et la dépendance de ces personnes.Au premier janvier 2011, elle se par-tagera entre la Résidence et la future Maison décentralisée de l’autonomie mise en place avec les deux Instances de gérontologie.

Handimobileproposé par le Conseil Général de la CorrèzeHANDIMOBILE est un service de

Transport à la Demande mis en place par le Conseil Général en 2003.Ouvert aux personnes à mobilité

réduite ne pouvant pas emprunter les réseaux de transport public, HANDI-MOBILE fonctionne de 8h30 à 19h30

du lundi au samedi sauf les jours fériés. 36 déplacements peuvent être

cumulés.HANDIMOBILE propose de transpor-

ter l’usager une fois par mois, en soirée, du lundi au samedi de 19h30 à 23h ou le dimanche en journée à

des tarfi s attractifs.Pour utiliser HANDIMOBILE vous

devez être inscrit auprès du service gérant les réservations. Pour ce faire,

vous devez fournir une copie du macaron bleu.

Centre de réservation : 05 55 17 91 19

Les activités en continuà la Résidence de Nacre Des animations régulières sont pro-

posées à la Résidence de Nacre. Après l’intervention du service des Archives qui a permis d’évoquer l’histoire de la ville mais également de parler de la généalogie, mercredi 16 mai c’est le traditionnel loto qui était proposé

aux résidents.

Caroline Monteil, étudiante en licence professionnelle Management des Orga-nisations et stagiaire au service de dé-veloppement économique propose une analyse précise de la situation tulliste en explorant tous les paramètres et en pro-posant des focus secteur par secteur.Parmi les « chouchous » plébiscités par les porteurs de projet et qui affi chent logiquement un taux de vacances infé-rieur ou égal à 8% : l’avenue Victor Hugo (142 locaux occupés contre 13 vides) et le quartier de la gare (65 locaux occu-pés, 5 vides). Parallèlement, la notoriété de la rue Jean Jaurès monte en fl èche et l’on peut parier que celle-ci sera confor-tée avec – un jour – un positionnement franc en rue piétonne (38 locaux utilisés, 3 vides).Le Trech, bien qu’idéalement situé affi -che un taux de vacance de 13%. 13 pas de porte sont disponibles sur le quartier.Situé au dessus de la moyenne, on note le quartier de Souilhac (20% de vacance) et la rue de la Barrière dont les belles bou-tiques à cintres qui faisaient la notoriété de Tulle au Moyen-Age est aujourd’hui tombée en désuétude : 55% de taux de vacance pour la belle transversale médié-vale qui a vu ses anciennes boutiques se transformer en garage ou logement.Seulement 13 locaux disponibles sur les 4 zones.Globalement les raisons des désaffec-tions sont multiples. La vétusté des lo-caux proposés est un premier élément dissuasif. Les prix demandés – à la loca-tion ou à la vente – peuvent être égale-ment très pénalisants ; certains proprié-taires semblant confondre la Préfecture

de la Corrèze avec la Riviera. D’autres critères peuvent empêcher la remise sur le marché de ces locaux : leur mise en conformité trop lourde, le refus des pro-priétaires de louer, les cas d’indivision, les situations de liquidation judiciaire, ou encore une recherche infructueuse de ces propriétaires. Du coup, certains locaux commerciaux restent vides long-temps, les biens se dégradent, perdent de leur valeur, tandis qu’une nouvelle richesse économique possible ne se fait pas.Les quatre zones commerciales et artisa-nales affi chent quant à elles quasi-com-plet, même si l’on note un petit fl échis-sement ponctuel de la zone de Cueille. Seulement 13 locaux sont disponibles

sur la totalité, la zone de Tulle-Est restant la plus plébiscitée. Rappelons que c’est sur ce secteur qu’un projet d’extension est en cours de réalisation.La jeune stagiaire note également une demande forte en locaux professionnels, non encore satisfaite ainsi qu’une dy-namique croissante qui semble se con-fi rmer depuis ce premier semestre. Elle a également proposé au service de dé-veloppement économique de la ville un certain nombre d’outils de gestion qui va permettre d’optimiser le suivi du pro-fi l de ces locaux disponibles, les recenser par quartier, par rue ainsi que l’aide aux porteurs de projet et donc une meilleure mise en relation entre les propriétaires et les futurs commerçants ou artisans.

8TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

9TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Economie

Carton (presque) pleinpour les locaux commerciaux tullistesUne enquête récente montre

qu’il y a de moins en moins

de vacance des locaux

commerciaux et artisanaux

sur Tulle : - 3% en 10 ans,

positionnant ainsi notre ville

sensiblement en dessous

de la moyenne nationale

(12% contre un peu plus de

13%). Ainsi, sur 620 locaux

professionnels recensés – ville

centre et zones artisanales –

540 sont aujourd’hui

pleinement utilisés.

Dans le centre ancien

Rose boutonNous l’avons dit, malgré ses 13% de taux de vacance affi chés, le quartier du Trech reste le plus demandé par les porteurs de projet. Catherine Joncourt ne s’y est pas trompée qui vient d’ouvrir sa mercerie place Emile Zola. La commerçante propose toute la mercerie classique, une quantité impressionnante de très belles laines, des canevas et de nombreux ouvrages de couture.La commerçante a monté ce projet

qui lui tient à cœur depuis pratiquement l’enfance après un licenciement. Elle a suivi une formation préalable à la Chambre de Commerce et d’Industrie.Rose bouton - Ouvert du mardi samedi

Les petits nouveaux

Avenue Victor Hugo

Le retour des Bonnets bleus,association de commerçants

L’association de commerçants « Les Bonnets bleus » renaît de ses cendres sous l’impulsion de Nico-las Bernadou, Pierre Bonal, mon-sieur Marquet et Hervé Roussarie. Il s’agit de proposer des anima-tions et des événements afi n que l’avenue Victor Hugo – cependant commercialement très dynami-que – ne soit plus la simple artère qui mène au cœur. « Il faut qu’elle devienne un lieu de vie à part en-tière et nous savons que ce ne sera

pas facile. La confi guration même de l’avenue, son manque de places ou de lieux de convivialité ne facilitent pas notre démarche » précise Nicolas Bernadou, pré-sident. « Les Bonnets bleus est une association qui a été créée en 1979 par des commerçants. Au départ, son périmètre d’actions allait de la passerelle au com-missariat, il s’est ensuite étendu au pont Dunant, aujourd’hui nous allons jusqu’à l’avenue Winston Churchill. Notre but est de travailler en partenariat avec la ville, d’être force de propositions, de créer des événements. Nous confi rmons égale-ment que nous ne sommes pas « contre le vélo » mais que nous devons trouver en-semble des solutions à certaines problématiques comme celles du stationnement. Nous effectuons actuellement un comptage des places. Si tout le monde joue le jeu et si les voitures ventouses, souvent propriétés des commerçants, disparaissent nous arriverons à accueillir correctement nos clients… plus de clients. Il faut éga-lement que la ville sache rappeler à chaque fois qu’il le faut que le domaine public par défi nition est à tous et non à quelques-uns. Nous aimerions également favoriser ici l’arrivée de métiers de bouche, ce serait une nouvelle dynamique intéressante. Notre but n’est pas de faire de la concur-rence aux autres quartiers mais de créer de l’animation et une nouvelle vitalité.Nous comptons sur la ville pour nous accompagner notamment pour l’embellisse-ment et le fl eurissement de l’avenue que monsieur le Maire a d’ailleurs récemment appelée « les Champs Elysées de Tulle ».

Au 99 de l’avenue

Pasta Burger

25 ans de sourire et de complicité avec la cliente

AnaïsLa gentillesse et le savoir-faire d’Isabelle Peyrical sont unanimement reconnus. Voici donc 25 ans que la dame aux bijoux, aux foulards et aux sacs fait tout pour rendre la femme plus belle avec en prime une complicité certaine avec ses clientes. « En 25 ans, j’ai eu pra-tiquement trois générations de femmes : les grands-mères, les mères et aujourd’hui… leurs petites fi lles... que du bonheur ! ».

Le quartier de Souilhac

A fl eur de peauNathalie Mettelet est un bel exemple de reconversion. A un peu moins de 40 ans, elle s’est donné les moyens de ses ambitions et a suivi une formation d’esthéticienne. La commerçante est partie du Trech où les clients de la Rotonde la connaissent bien pour arriver dans le quartier de Souilhac et ouvrir son institut de beauté. « C’est un rêve d’enfance que je réalise là. Après une formation d’un an, ne trouvant pas de travail dans un institut, j’ai décidé de me lancer et de créer mon propre commerce. Si le démarrage a été un peu timide, aujourd’hui je suis comblée. Mes clientes reviennent. Je suis passée de 50 personnes à mes débuts à près de 150 à ce jour. Les femmes mais aussi les hommes trouvent ici tout pour leur bien être. Je mets à leur disposition une salle de soins du corps, une salle d’épilation, une petite pièce pour la manucure ».3 rue du Sergent Lovy - A noter également l’ouverture de l’Argan, institut de Beauté Bio au 62 avenue Victor Hugo. Contact 05 55 20 06 66

Le concept est nouveau à Tulle et fait déjà salle pleine chaque midi et soir. Pasta Burger a ouvert le mois dernier. Fanny et Nicolas Bonanni qui nous ré-galent déjà avec leurs crêpes sucrées et salées au Bilig, quai Baluze, nous proposent aujourd’hui des pâtes à toutes les sauces (sauces maison évi-demment) et des hamburgers vrai-ment délicieux, le tout à emporter ou à consommer sur place dans une déco très actuelle. Le nouveau restaurant a déjà séduit les commerçants alentours, mais aussi la Chambre des Métiers, Pôle Emploi, entre autres, sans oublier nos amis de France Bleu, juste en face, ravi de l’aubaine gastronomiqueHamburger, hot dog, pâtes, grillades, salades et accès wifi en prime et des nouveautés tous les mois.Pasta Burger09 81 81 52 40

10TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

11TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Economie Les Jeudis de l’été

Violon, archers et guitare

Un luthier-archetier à SouilhacA Souilhac, l’on aime-rait que l’ installa-tion ré-cente d’un a r t i s a n d’art avec un mé-tier aussi spécifique que la lutherie ne soit que le prélude à une lon-gue suite. Dans le domaine,

le quartier peut avoir effectivement quelques prédispositions. A deux pas, donc, des accordéons, Francis Martinie, luthier-archetier et Laurent Deloffre restaurateur-fabricant de guitares et gendre du premier viennent d’ouvrir leur atelier de fabrica-tion et réparation de violons, violoncelles, archers et guitares.Ici le métier se joue en duettiste, la partition est multiple et la passion au diapason. Demander à Francis Martinie de nous parler de son métier de luthier et d’archetier revient à ouvrir une – que dit Tulle mag !? – deux, voire trois encyclopédies en la matière. A bout de la discussion il sera d’ailleurs diffi cile de savoir si le cœur de l’homme balance un peu plus tendrement du côté du violon ou du côté de l’ar-chet. Nous retiendrons cependant cette citation de François-Xavier Tourte, deus es archet (1747-1835) : « dans le violon, c’est l’archet qui fait la musique ». C’est monsieur Stradivarius qui va être content.Un archet n’est donc pas simplement une baguette sur laquelle sont tendus des crins de hongre ou d’étalon. Un archet c’est plus que cela. Il est fait de bois d’es-sence très rare, le Pernambouc (bois du Brésil) ou d’amourette, de fer ou d’abeilles. François-Xavier Tourte a passé sa vie à expérimenter des formes pour mieux servir le son et est arrivé à cette forme spécifi que qui peut s’apparenter à l’arc, d’où son nom. Sa proximité avec les virtuoses du 19e siècle l’aidera également à aller vers la perfection. D’autre spécialistes lui emboîteront le pas dont Dominique Peccatte. Tous veulent arriver à la même perfection : un équilibre subtil entre la longueur de l’archet et son poids… jamais moins de 59 grammes, jamais plus de 61 grammes. 60 étant, du coup, l’idéal.Pour tout restaurateur-archetier, tenir un jour dans ses mains un archet de Tourte ou de Peccatte est un rêve et avoir à le restaurer une très grande responsabilité. « Ce qui me plait – précise Francis Martinie – c’est le coup de main, c’est la fi nesse de la tête. A partir d’un certain stade, d’un certain talent, c’est de l’art à l’état pur. Je suis au plus près du travail des anciens mais je sais aussi que je ne pourrais jamais les copier parfaitement. Les bois d’aujourd’hui sont différents. Dans l’archet, tout est important, le poids, la nacre, la gorge, la forme de la mortaise, la hausse,…. Certaines pièces peuvent atteindre des prix fabuleux.Je me passionne pour les archets français et pour les violons italiens, école de Tu-rin, école de Naples… Mais même dans ces écoles on croise d’autres infl uences, celles de la France et de l’Allemagne. En ce moment je répare un violoncelle du 19e siècle dont le vernis à l’huile a été malmené avec le temps. Un bon vernis doit être transparent, profond, solide, souple. Sans ces qualités, 100 ans après il ne sera toujours pas sec. Stradivarius qui était très exigeant en même temps qu’un fi effé radin exigeait qu’on lui versât le vernis devant lui avant de l’acheter. Il évitait ainsi les fonds de cuve, plus troubles, moins beaux.Ce métier peut s’apprendre sur le tas comme je l’ai fait ; j’ai d’abord appris à tra-vailler le bois et à manier les outils auprès d’un menuisier ébéniste et puis je me suis spécialisé. L’école de Mircourt forme également des archetiers et des luthiers. On y entre à partir de 14 ans. Il y a de nombreuses écoles de lutherie en Grande Bretagne et en Italie. Mais il faut convenir que les Chinois ne sont pas en reste non plus. Ils sont même sur de super pistes et ont de vrais talents et bien sûr… ils peu-vent être jusqu’à 10 fois moins chers que nous. »

Petite leçonde vocabulaireautour de l’archet

La baguette est faite d’amourette ou de permanbouc, la mèche de crin de hongre ou d’étalon. Son frottement sur les cordes du violon produit le son.Le bouton règle la tension du crin.Le recouvrementest petite pièce de nacre glissée dans la hausse qui cache le crin à l’intérieur de la hausse.La hausse : c’est elle qui, en coulissant, assure la tension des crins. Elle peut être faite d’ébène et de métal, en os, en ivoire ou en écaille.

Et la guitaredans tout cela

Laurent Deloffre a fait une partie de son apprentissage avec son beau-père ainsi qu’une formation en archeterie à Lyon chez monsieur Bigot.Le jeune homme est fabricant et res-taurateur de guitare et est associé à Francis Martinie dans la création du nouvel atelier Tulliste.Atelier de Luthier 2 rue des Martyrs05 55 21 39 59

A ne pas manquer...

Dimanche 4 juilletjournée des soldes

Les 22, 23 et 24 juilletgrande braderie

dans la ville

Les jeudisde l’été

La ville de Tulle propose cet été une programmation éclectique où se mêleront comédiens, plasticiens et musiciens. Elle met en place des

ateliers gratuits. Au programme : la pratique théâtrale avec le Bottom Théâtre, des expérimentations sonores, du Graph avec les interventions

vivantes et colorées de Mathieu Covergnat. Les arts graphiques et plastiques sont également à l’honneur avec l’association Merveilleux Prétexte ainsi que l’initiation et la pratique du football tous les lundis matins encadrées par le Tulle Football Corrèze, et l’atelier dentelle de

l’association du « Poinct de Tulle ». Pour vous inscrire, c’est simple, adressez-vous à l’Offi ce de

Tourisme - 05 55 26 59 61 – Place Emile Zola.A bientôt et bel été à tous !

. théâtre de rue

. concerts

. expositions

. ateliers

. cinéma

. patrimoine

. feu d’artifi ce

Le programme

13TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

12TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Les Jeudis de l’été

Jeudi 17 juin11h30 - Eglise Saint Pierre

Ouverture des Jeudis de l’été.Conférence de presse présentation des animations et ateliers de l’été.

18h30 - 25 quai Gabriel Péri Inauguration de l’exposition « Du Vent dans les Voiles » de Marnix Raedecker et David MolteauGratuit

Vendredi 18 juin21 h – Eglise Saint Jean

Concert « Inspiration Populaire » par le Chœur de Chambre du Pays de Tulle

Samedi 19 juin20h30 - Départ place E. Zola

Nocturne du Patrimoine dans l’Alverge avec l’Offi ce de Tourisme intercommunal

Gratuit

Du 18 juin au 4 juillet18 h - Stade Alexandre Cueille

Coupe Noël Diederichs - TennisGratuit

Dimanche 20 juinRandonnée pédestre Tulle- SédièresGratuit

Lundi 21 juin Toute la journée en ville

Fête de la musique - Faites de la musique !

Samedi 26 juin18h30 - Eglise Saint PierreEnsemble Baroque - Conservatoire à Rayon-nement Départemental

Dimanche 27 juinQuai Baluze

Lions Club international de TulleJournée de l’artisanat d’art et des produits régionaux

Jeudi 1er juillet21h - CathédraleLe Messie d’Haendel par l’atelier vocal départe-mental (Concerts du Cloître et ADIAM)

Dimanche 4 juillet Journée des soldes

Jeudi 8 juillet20h30 - Place Mgr Berteaud

Théâtre de rue : Cie Pirouette « L’épate en l’air » (Urbaka)Gratuit

Mardi 13 juilletPlace Mgr Berteaud

Grande foire de l’art et animations musicales avec l’Offi ce de Tourisme intercommunal

Gratuit

Mercredi 14 juilletPlace Martial Brigouleix10h-12h : Défi lé des pompiers et militaires pour la commémoration19h : Repas animé par les pompiers

20h30 : Concert Moi et son orchestre22h30 : Feu d’artifi ce - Bal DJ

Jeudi 15 juillet20h30 - Salon de la Préfecture

Récital de piano par la lauréate du Concours Francis Poulenc (Concerts du Cloître)

19h - Maison des Métiers d’ArtsAtelier d’expérimentation sonore (Association No Comment)Gratuit

Samedi 17 juillet20h30 - Départ place Emile Zola

Nocturne du patrimoine : parcours dans l’AlvergeGratuit

Mercredi 21 juillet20h30 - Place Mgr Berteaud

Orchestre des jeunes de StrasbourgGratuit

22, 23 & 24 juilletGrande braderie dans la ville

Jeudi 22 juillet21h - Centre Culturel et Sportif

Carmen (Concerts du cloître et Festival de Saint-Céré)

Samedi 24 juillet18h - Stade Alexandre Cueille

Football - Le Mans/Clermont 21h - Gare

Nocturne cycliste de la Gare (UCC)

Jeudi 29 juillet20h30 - Départ place Emile Zola

Balade contée avec l’Offi ce de Tourisme intercom-munal

(2 euros à partir de 16 ans)

Jeudi 5 août20h30 - Place Gambetta

Spectacle pour enfants : « Le petit Marcel » Gratuit

21h30 - Place Mgr Berteaud Théâtre de rue : « Le poids de la peau » (Urbaka)Gratuit

Vendredi 6 août21h – Place Mgr Berteaud

Cinéma plein air « Le Renard et l’Enfant » (Le Palace)Gratuit

Du 7 au 10 aoûtPlace Martial Brigouleix

Cirque Zavatta

Mercredi 11 août20h30 - Départ place Emile Zola

Balade contée avec l’Offi ce de Tourisme(2 euros à partir de 16 ans)

Jeudi 12 août19h - Maison des Métiers d’Arts

Atelier d’Expérimentation Sonore (Associaton No Comment)Gratuit

20h30 - CathédraleSoirée Haendel, avec Philippe Jarousski (Festival de la Vézère)

Jeudi 19 août20h30 - Naves

Soirée Baroque (Concerts du Cloître)20h30 - Place Gambetta

Théâtre de rue : « Fricassée de museaux » (Urbaka)Gratuit

21hNocturne cycliste de la Libération autour des quaisGratuit

Vendredi 20 août 19h – Place Mgr Berteaud

Les Orchestrades universelles de Brive font un tour à Tulle (SNCF-Orchestrades universelles)Gratuit

Samedi 21 août18h00 - Place Emile Zola

Nocturne du Patrimoine, en soiréeGratuit

Mercredi 25 août20h30 - Cathédrale

Festival de la VézèreOrchestre d’Auvergne et piano - Anne Queffelec

Jeudi 26 août20h30 - Place Mgr Berteaud

Cinéma plein air « L’Age de glace 2 » (Le Palace)Gratuit

Les ateliers Gratuit

Information et inscriptionauprès de l’Offi ce de Tourisme

Du 5 au 9 juillet de 10h à 12hAncienne école Turgot - 2 rue de la Bride, salle du bas : atelier théâtre de 13 à 18 ansavec le Bottom Théâtre 06 19 22 69 90

Les jeudis 1er, 8 & 22 juilletAtelier Graph avec Mathieu Covergnat06 34 01 26 16

Les jeudis 15 juillet & 12 aoûtMaison des Métiers d’Art, 2 rue des Portes-Chanac : ateliers d’expérimentations sonores et visuelles (live/mix/installations vidéos) [email protected].

Les jeudis 22 juillet & 12 aoûtPlace Mgr Berteaud : ateliers Poinct de Tulle de 17h à 19h

Le jeudi 22 juilletMaison des Métiers d’Art, 2 rue des Portes-Chanac : atelier arts graphiquesMerveilleux Prétexte 05 55 27 28 23

Ouverture du Musée des Armes1 rue du 9 juin 1944 - 05 55 26 22 15

Jusqu’au 31 octobre tous les jours sauf le mardi10h-13h/14h-18h30 et le 1er dimanche du mois.

Et n’oubliez pasle Festival aux Champs,

du 5 au 8 août à Chanteix - 05 55 27 95 81

Les exposEglise St PierreQuai BaluzeDu 1er juin au 22 juinExposition photos - Mathilde FRAYSSE « Portraits-Jardins »Du 24 juin au 17 juillet« A PARTIR DE... Les femmes d’Alger d’Eugène Delacroix »avec l’Association Art ConnexionDu 22 juillet au 29 aoûtKim EN JOONG, rencontre avec l’artiste et Jean-Claude PI-CHAUD, écrivain le 23 juilletavec l’Association Par CheminsDu 12 au 26 septembreLes Passagers des Hauts Murs de Fabien DEMANGE, Valentin GOETHALS, Emilie SEVERE et Michel SOUDEEavec l’Association Par Chemins

Maison des Métiers d’Art2 rue des Portes-ChanacDu 10 au 31 juilletMémoire d’éléphant, 14 artistes

Vitrine place Mgr BerteaudJuillet-AoûtRenate BUSSE - Les vitrines des magasins de Tulle

Galerie Trèchoise9 rue des Portes-ChanacDu 2 au 30 juinEcole Turgot - Les Jumelles de TulleDu 22 juin au 10 juilletMichael DURANT - AquarellesDu 15 juillet au 20 aoûtRobert MONDOR - Peintures

Centre culturel et sportif36 avenue Alsace-LorraineDu 3 au 16 aoûtLes maçons migrantsavec l’Association Escola Chabatz d’entrar

25 Quai Gabriel PériMarnix RAEDECKER et David MOLTEAU : Du Vent dans la Voile

Médiathèque intercommunale1 avenue Winston ChurchillDu 1er au 30 juinZAD et Didier JEAN : C’était écrit comme ça (illustrations originales de l’album)

Du 16 au 19 septembreNuits de Nacre : Musettes Métisses

14TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

15TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Développement durable

Rivière précieuse,eaux à préserver

Le poète qui est aussi un esthète a dit : « Une ville traversée par

une rivière est forcément une belle ville ». Sage, il sait aussi que

le constat risque de ne pas être durable si ce patrimoine naturel,

essentiel, n’est pas protégé et sauvegardé.

En 2012 Tulle, comme toutes les autres communes d’Europe,

devra être en conformité avec la législation européenne en matière

de protection et de sauvegarde de l’eau. Déjà, différents travaux

ont été réalisés sur la Corrèze pour stopper tous les rejets

directs et pour conforter notre rivière comme Axe bleu : axe

migratoire pour les salmonidés. Si la rivière Corrèze est un

élément naturel de notre cité à ne pas négliger d’un point de

vue strictement environnemental elle est aussi vecteur de

développement touristique. C’est confortés par cette idée et par

une belle journée du mois de mai, que les élus de la ville ont effectué

la descente de la Corrèze guidés par les formidables animateurs

du Kayak club.

DERU : qu’est-ce que c’est ?DERU signifi e Directives Eaux Ré-siduaires Urbaines. Il s’agit d’une directive européenne qui vise, au niveau communautaire à la mise en place de mesures relatives au traitement des eaux.Les eaux résiduaires urbaines sont issues de nos eaux ménagères ou de celles de locaux commerciaux ou industriels ; elles sont une des premières sources de pollution de nos rivières et peuvent entraîner une eutrophisation des milieux aquatiques en d’autres termes, la propagation accélérée d’algues in-vasives.Sur deux années, 2008-2009, la vil-le a réalisé tout une série de travaux pour un montant de 795 000 euros afi n de protéger nos cours d’eau :- mise en place d’un diagnostic permanent et d’autosurveillance et réhabilitation des déversoirs d’ora-

ges : 600 000 euros. Ces travaux ont permis la disparition de 3000 Eqh (équivalent habitant) de rejets,- Sur la route départementale 89, dans la zone commerciale de Cueille : création d’un réseau d’assainissement des eaux usées. 20 Eqh de rejets éliminés. Investisse-ment : 130 000 euros HT,- Sur le Pôle intermodal : création d’un réseau d’assainissement d’eaux usées permettant d’éliminer 800 équivalents habitants. Investissement : 65 000 euros.L’agence de l’Eau Adour Garonne apporte une aide de 25% sur les travaux et 70% pour ce qui concerne l’autosurveillance. Le Conseil Général subventionne les travaux .En 2010, des travaux seront effectués sur le boulevard Foch, la rue du château d’eau, sur la Solane couverte (tranche 2) rue du Coulaud et des Eaux claires.

Ma ville en contre plongée,que du bonheur

Yannik Seguin est conseiller municipal en charge des sports.

Il est un des élus qui se sont « mouillés » le 4 mai dernier pour

faire un tour de ville au fi l de la belle rivière avec trois objectifs affi chés : faire un point sur la

capacité de la ville à se mettre en conformité avec les directives

européennes (elle y travaille avec beaucoup d’engagement), faire

un point sur les travaux en cours et à réaliser et enfi n, considérer

avec infi niment de bonheur la Corrèze comme un vecteur

essentiel de développement touristique. Plouf !

Après quelques « tourneboulés » qui ont chaviré le cœur de l’élu,

Tulle mag a recueilli ses impressions.

Quelles sont les images que vous gardez de cette balade sur l’eau ?J’ai découvert Tulle d’un point de vue que je ne connaissais pas. C’est une con-tre-plongée fantastique. Tout d’abord, il faut comprendre que de là où l’on est, on n’entend aucun des bruits de la ville. C’est comme si la voiture n’existait plus. Et non seulement on ne l’entend pas, mais on ne la voit pas non plus. La voirie a disparu également. Les seuls piétons que l’on repère sont ceux qui traversent les passerelles et les ponts. Ils sont d’ailleurs surpris de nous voir, s’arrêtent, nous font signe, on se parle.A un rythme plutôt doux, très fl uide on progresse sur l’eau et l’on regarde les bâtiments en levant la tête. Nous n’en voyons qu’une partie, les deux tiers du haut. J’ai vu la tour administrative les pieds (les siens !) dans l’eau… c’est un point de vue très étonnant. Il y a d’autres surprises : des bonnes et des moins bonnes. Dans la deuxième catégorie, c’est la jonction très boueuse entre la Corrèze et la Solane qui m’a le plus marqué. Sinon, avec mon œil de néophyte, la rivière m’est appa-rue claire et limpide, plutôt propre. On y a fait cependant quelques découvertes désagréables : un caddie, des pneus,…

Il y a des moments auxquels on ne s’at-tend pas non plus : au niveau du quai de Rigny par exemple où pendant 200 mè-tres le kayak évolue sous le parking. Il y a l’avenue Victor Hugo que l’on découvre à l’envers, la partie du pont Dunant où la rivière est si profonde et encaissée que l’on peut se croire sur un torrent de mon-tagne. Cette ballade est en fait un circuit pleine-nature en plein centre ville.

Quels sont à votre avis les potentiels de la Corrèze en matière de développement touristique ?Tout d’abord, je voudrais préciser que cette traversée m’a paru accessible à tous, même à un public âgé. Ensuite, nous avons la chance d’avoir ici un club de kayak extrêmement dynamique avec un directeur, Sylvain Paris, exception-nel qui fédère, qui encourage, qui a des idées et constitue une force de proposi-tions à ne pas négliger. Auprès des élèves de primaire qu’il encadre ou auprès des professeurs, il fait l’unanimité. Parmi les idées qui sont dans l’air au club, il y a l’aménagement d’une vague devant le Caveau. Des animations régulières pour-raient y être organisées, ainsi que des compétitions. Il y a aussi un projet de promenade sur deux jours avec un dé-

part à Bar et une arrivée à Tulle. Le Kayak club Tulliste est un élément prépondérant du développement touristique pleine-na-ture. Parallèlement, pour rendre la rivière accessible à tous et en toute autonomie, il faut que nous réalisions de notre côté l’aménagement de la digue de Souilhac qui représente actuellement une chute de 2 mètres de hauteur. Après cela il n’y aura plus d’obstacles jusqu’à Bergerac.

Quels autres aménagements doivent être faits ?Yves Juin a en charge ce dossier et je sais que de nombreux travaux ont déjà été faits, mais que nous devons continuer pour nous conformer aux directives européennes et éradiquer tous les rejets directs dans la rivière. Le jour de notre sortie, nous avons encore vu des rejets sauvages sortant de propriétés privées ; nous ne sommes pas toujours effi cients en matière de séparation des eaux plu-viales et des eaux usées, ce qui est un problème au moment de gros orages. Il y a encore de la pédagogie à faire égale-ment pour que les gens cessent de trans-former les cours d’eau en dépotoirs.L’avenir est sur la rivière, prenons-en soin !

Rejets directs d’eaux sales dans la rivière, avenue Victor Hugo.

TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010 TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

1716

Développement durable Sport

Kayak club Tulliste

Partenaire numéro 1sur le territoire communautaire

Le Kayak club, par convention, intervient sur les rivières du ter-ritoire communautaire dans le cadre des contrats de pays afi n d’effectuer différents travaux : stabilisation des berges suite aux nombreux arasements, protection et prévention des risques face aux crues, sécurisation des sites notamment en les débarrassant d’objets dangereux, réalisation d’un sentier en pied de talus qui permettra sur le secteur de Tulle un accès direct à l’eau.Des chantiers de jeunes bénévoles sont organisés, dont un der-nièrement qui a permis de conforter les berges par un procédé dit de fascinage, ainsi que des rendez-vous réguliers pour net-toyer la Corrèze où des tonnes de détritus sont extraites.Dans les cartons du Kayak club, de nombreux projets sont en cours d’élaboration dont l’aménagement de la digue du caveau pour la pratique de « freestyle » sur une vague qui pourra ac-cueillir des activités régulières, des événements ponctuels : son et lumière, entraînement pour les kayakistes du grand sud-ouest. L’aménagement d’un bassin de slalom sur le secteur de l’Auze-lou permettrait également, dans la logique sportive et ludique de l’ensemble du site, d’aller vers l’aménagement d’un parcours de rivière de grande ampleur mais aussi l’ouverture vers d’autres activités : randonnées pédestres, équestres, cyclotourisme, par-cours aventure au dessus de la rivière,…Plus immédiatement, le Kayak club Tulliste vient d’éditer sa pla-quette faune et fl ore qui vous donnera tous les renseignements sur le martin-pêcheur, la truite fario, le héron cendré, mais aussi les larve d’odonate, de pléocoptère, d’éphèmère ou de de gam-mare, qu’avec un peu de concentration vous pourrez repérer. Cette plaquette d’information rappelle également la charte du pratiquant sur la rivière.Pour en savoir plus ou pour rejoindre l’équipeKayal club Tulliste – base de l’Auzelou05 55 26 64 15 – 06 74 59 05 00

����������������������

��������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ���� ���� ��������������� ������������������ ����� ������� ������ ���� �������� ��� �����������������������������������������

����� ������������ �������� ��� ���� ���� �������������� �������� ����� ���������� ��� ����� �������� �� ����������������������������������������������������������

�������� �� ������� ����� ������� �������� ��������������� ���������������������������������������������������� �������� ��� ������������������� �������������������������������������������������������������������������������������� ��� �������������� ����������������

������������������������������������������������ ��� ���������� ��� ������������������������������� ��������������������������������������������

�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

Le livret des sentiers communautairesTulle et Cœur de Corrèze vient de paraîtreA l’intérieur, retrouvez une trentaine de fi ches, chacune présentant un circuit de randon-née : tracé, descriptif et curiosités rencontrées en chemin.Des sentiers adaptés à des pratiques pédestres, VTT et équestres, familiales ou plus spor-tives… Les circuits, sélectionnés par les communes du territoire, offrent un large choix de prati-que, de longueur et de diffi culté : randonneurs débutants ou assidus, partez à la décou-verte du territoire pour une heure, une après-midi, une journée !Entretenus et balisés par la Communauté de Communes, ces circuits vous permettront de découvrir, ou de redécouvrir, le patrimoine naturel et architectural de notre authentique Cœur de Corrèze.Ce livret sera disponible dans les points d’accueil de l’Offi ce de Tourisme Intercommunal à Tulle, Corrèze et Seilhac, ainsi que dans les mairies du territoire et chez certains presta-taires touristiques et sportifs de la communauté de communes.(Prix de vente : 3 euros)

Tulle natation

Championneet grainesde champions

Vivre le sport ensembleTonic Center

Depuis le début de l’année, Tonic Center a pignon sur quai de Rigny, au 25 pour être précis. Cette salle de sport était très attendue des Tullistes et le retour de Pascal, sympathique et dynamique coach et éducateur sportif, fait aujourd’hui à la fois le bonheur de tous et la fermeté du muscle.Tonic Center s’adresse aux sportifs aguerris mais aussi à tous ceux qui veulent en-tretenir leur forme. Une fois que vous aurez passé le hall d’accueil et salué Caroline, vous découvrirez la vaste salle séparée en deux parties : une partie musculation et une partie cours. Tonic Center met à votre disposition tout le matériel traditionnel pour le renforcement musculaire.Dans une ambiance conviviale et sympathique, chacun peut y aller à son rythme avec les conseils de Pascal.Des cours collectifs spécifi ques sont proposés chaque jour : bâton, abdo/lombaires, fessiers, étirements, circuit machine, cardio-vélo, haltères, circuit athlétique,…Tonic Center est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h30 et le samedi de 10h à 12h.Pour plus de renseignements ou pour connaitre les tarifs :05 55 27 49 60 – www.tonic-center.fr – [email protected]

Valentin

Un épaulé-jetéqui se remarque

Tulle conforte sa position de ville la plus sportive de France dans sa catégorie. Après les volleyeuses et les rugbymen qui nous ont

mis des étoiles plein les yeux, voici que c’est Valentin Seijo-Lopez, jeune haltérophile du club d’haltérophilie tulliste qui nous soulève

d’enthousiasme. Le jeune garçon s’est classé huitième au championnat de France minimes d’haltérophilie en Gironde en réalisant avec succès deux des trois essais à

l’arraché et à l’épaulé-jeté. Bravo Valentin !

A force de travail et d’entraînement, le club des Nageurs de Tulle enregistre régulièrement de très belles perfor-mances qu’il convient de souligner.Amandine Lopez 26 ans est depuis mars dernier championne de France 400 mètres nage libre. Amandine est issue du Pôle Espoirs de Limoges. Elle a à son actif un palmarès exceptionnel et a accédé, entre autres, à la fi nale du 200 mètres au championnat de France National Une il y a deux ans, se classant ainsi parmi les 8 meilleures françaises.Parallèlement, de jeunes sirènes tullistes s’entraînent quotidiennement dans le cadre de la section sportive du collège Clémenceau et dans le cadre du club. Trois d’entre elles, Solène, Coline et Sophie ont participé aux Championnats de France benjamins, Trophée Lucien Zins. Cinq jeunes fi lles et deux jeunes garçons se sont égale-ment distingués aux championnats de France UNSS à Rouen, représentant la ville et le collège Clémenceau. Enfi n, Olivier Durand va participer les 3 et 6 août prochains aux champion-nats du monde Master à Godborg en SuèdeCes jeunes nageurs fournissent un tra-vail considérable et s’entraînent quo-tidiennement au centre aquarécréatif de Tulle avec les conseils et l’attention de Stéphane Birycki, entraîneur du club.Le club de natation tulliste, c’est éga-lement une section loisirs, sports et santé.Pour en savoir plus ou pour rejoindre les 200 adhérents du Club des Nageurs de Tulle : http://cntulle.fr ou centre aqua-récréatif

Cet été vous voulez faire garder votre animal préféré, une nouvelle entreprise s’est créée en Corrèze :

taxi ambulance animalier, garde à domicile, éducatrice

comportemental [email protected]

Broc des Nuits de NacreUn accordéon à chiner ?La brocante des Nuits de Nacre aura

lieu dimanche 19 septembrequai Baluze.

Les dentellières de Tulle ont of-fert au Maire des cadeaux desti-nés aux mariés de la ville. Cette année, elles ont proposé des porte-clés de dentelle qui ra-viront les futurs époux. Les dentelières de l’association du Poinct de Tulle se sont aus-si penchées sur l’ouvrage afi n d’envoyer au Ja-pon un magnifi -que bouquet de coquelicots fait des Poincts de Tulle et qui représentera notre ville au congrès de Kobe les 9, 10 et 11 juillet pro-chains.La manifestation se déroulera au Musée de la mode et va permettre de recevoir des dentelières du monde entier.Le coquelicot au Japon, ainsi que la couleur rouge sont les éléments qui composent la robe de mariée de la jeune Japonaise.

TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

18 19TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Associations

Majorité municipaleLe tourisme, une prioritéLe tourisme est le 2e poste économique de notre département après l’industrie et y génère plus de 3500 emplois. C’est 5% des emplois salariés, c’est environ 85 Millions d’euros de ressources annuelles. C’est dire l’importance que revet aujourd’hui ce secteur d’activités que nous ne pouvons plus ignorer. La Communauté de Communes de Tulle et Coeur de Correze appuyée fortement par la ville de Tulle vient de se donner les moyens de répondre à ce défi et a mis en place toutes les structures nécessaires pour un fonctionnement optimal de ce secteur : prise de compétence par la Communauté de Communes en 2009, mise en place d’un Offi ce de Tourisme Intercommunal en 2010, professionnalisation de celui-ci avec le recrutement récent d’une directrice (Anne Ferret).Aujourd’hui nous entrons pleinement dans la concrétisation de notre projet. Une programmation pluriannuelle de développe-ment touristique est en cours d’élaboration et nous comptons intervenir entre autre dans :- le développement de la fi lière Tourisme vert- la valorisation et le développement du tourisme urbain et culturel- la contribution à un travail partenarial avec des structures existantes (Coiroux, Sédières, Maison des Monédières, Transcorrézien etc...)- la consolidation des produits touristiques existants et la création de nouveaux.Nous allons commencer à étendre notre programme d’animations estivales à l’ensemble du territoire. Ainsi cette année les Noc-turnes du Patrimoine s’exporteront à Ste Fortunade, les Ballades contées à St Bonnet etc...Ce travail de mise en tourisme de Tulle et sa région est un travail de longue haleine et nous comptons bien sûr y associer tous les professionnels concernés : hôteliers, restaurateurs, propriétaires de gîtes et chambres d’hôtes, gestionnaires de structures d’ac-cueil. Un document d’appel sera mis à leur disposition, de même une carte d’hôte permettant des réductions sur bon nombre de prestations à caractère touristique. Merci également à Guy Valérie, président délégué de l’Offi ce de Tourisme Intercommunal pour le travail considérable qu’il accom-plit, à son équipe de professionnels et à tous les bénévoles qui l’entourent sans qui rien ne pourrait se faire.

Jacques Virefl éauConseiller municipal délégué au tourisme

Opposition municipaleAprès avoir vécu divers mouvements d’élus, le groupe de l’opposition atteint sa confi guration opérationnelle. Il est désormais

composé de Michel CAILLARD, Dominique SURGET, Patricia COLIN et Raphael CHAUMEIL qui nous a rejoints en juin. Afi n d’ali-

menter le débat municipal, de participer à une meilleure gestion de notre ville et de pouvoir agir sur les choix municipaux, nous

avons besoin de l’avis des tullistes, alors n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire partager vos constats et vos propositions.

En attendant l’été arrive, accompagné de ses nombreux visiteurs nous l’espérons ! La ville est à tout le monde et le souvenir

qu’elle va laisser aux gens de passage doit être des plus agréables… ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas malgré

l’embellissement des quartiers ! C’est pourquoi en ce début de période estivale un appel au sens civique de nos concitoyens n’est

pas inutile tellement il est encore trop fréquent de trouver des déjections canines sur les trottoirs et dans les rues ainsi que des

encombrants déposés la nuit et de manière sauvage autour des containers : dans tous les cas il s’agit d’infractions que certains de

nos concitoyens, par égoïsme ou insouciance semblent toujours ignorer car non sanctionnées !

A Tulle ou ailleurs bon été à tous et rendez vous en septembre !

Expression libre

Les dentellières de Tulles’exportent au Japon

Escola ‘Chabatz d’Entraren estagi d’iniciacion a la lenga d’oc lemosina

De l’oral a l’escrich

Les 20, 21 et 22 août à CorrèzeRenseignements et inscription au 05 55 93 02 48

« Coma l’erga, chade jorn, frotja dins la prada, aital nostra lenga torna dins l’eime e dins la gorja dels lemsinsins d’uei »

Coquelicot de dentelle Tulliste en partance pour le Paysdu Soleil levant.

http://www.pma-limousin.fr

L’Association Françaisecontre les Myopathiesorganisatrice du Téléthon, recherche un responsable bénévole pour animer l’équipe départementale en Corrèze.contact :François Berruer01 69 47 34 [email protected]

L’Offi ce intercommunal regroupe les Of-fi ces de Tulle, Corrèze et Seilhac, ainsi que le Syndicat d’Initiative de Chambou-live. Les quatre points d’accueil existants sont évidemment confortés et restent es-sentiels à la dynamique globale. Quatre personnes travaillent avec Anne Ferret : Marie Bouchet et Ghislaine Brette, les tullistes, Sandrine Plas et Annette Schor-deret, les corrézoises en sachant que les frontières sont désormais abolies et toutes se partagent entre les différentes communes.Pour Anne Ferret, l’Offi ce intercommu-nal doit s’appuyer non seulement sur les atouts du territoire – et ils sont nom-breux – mais aussi sur les initiatives qui le font vivre, et elles sont nombreuses. « Il s’agit de pérenniser ce qui existe et qui est intéressant mais aussi d’appor-ter des animations complémentaires en partenariat avec les communes et les as-

sociations locales. Nous sommes là pour fédérer, pour être force de propositions et pour mettre en place des actions. Dans le programme d’été que nous venons de présenter, vous verrez que nous avons exporté à Sainte-Fortunade et à Saint-Bonnet les Nocturnes du patrimoine et les balades contées qui remportent de-puis quelques années un beau succès à Tulle. Nous pouvons être également sup-ports logistiques et conseils dans la mise en œuvre des animations qui seraient proposées par les communes ou leurs associations.La taxe de séjour qui vient d’être instau-rée est un outil précieux pour le dévelop-pement du tourisme sur notre territoire. Elle est désormais demandée à toutes les personnes qui résident dans un héberge-ment touristique. Elle est ensuite rever-sée à l’Offi ce de tourisme intercommunal et va permettre de fi nancer des actions nouvelles. Elle est calculée en fonction du nombre de nuits, du nombre de per-sonnes ; son montant est fonction éga-lement du type d’hébergement : hôtels, chambres d’hôtes, camping, etc. Elle va de 0,20 centimes d’euros à 1,40 euros. En contrepartie, nous avons créé pour les résidents une « carte d’hôtes » qui vont leur permettre d’accéder à des services ou activités à prix réduits : kayak club tulliste, boutique Lornac, centre aqua, potiers des Pénitents, centre équestre de Naves… Là également, il s’agit de tisser des partenariats mais également de faire connaître les richesses de notre territoi-

re.Enfi n, nous travaillons actuellement à l’édition d’une plaquette d’appel qui mettra en avant de nombreuses théma-tiques. Les loisirs, les espaces naturels,

les paysages y occuperont une place im-portante. Nous voulons valoriser le côté « terroir » au sens large du terme. Nous voulons favoriser une démarche d’accueil la plus ambitieuse possible. A nous de doper notre offre et d’avoir une démar-che d’accueil touristique ».

20TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

21TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Tourisme Portrait tulliste

Tourismeen Pays de Tulle

bienvenue@cc-tullecorreze.frwww.cc-pays-de-tulle.frwww.ville-tulle.fr

Jean-Michel Kraus tout autant infati-gable et talentueux que Germain a re-pris les rênes de l’orchestre il y a une petite huitaine d’an-nées. Le musicien nous le dit tout de go : « Tulle mag, sache-le : on est HEU-REUX ! Tu ne peux pas t’imaginer ! Il ne faut pas que cela paraisse prétentieux mais je trouve que ce prix est plutôt mé-rité. Tous les musiciens de l’Harmonie tra-vaillent depuis si longtemps avec achar-nement et enthousiasme. Ils ne s’arrêtent jamais même pas pendant les vacances. Il faut que je te dise aussi que le clou de notre bonheur a été quand Philippe Na-hon, président du jury, chef d’orchestre de renommée internationale et compo-siteur de musique contemporaine, nous a dit avoir été séduit par « l’atmosphère particulière de notre interprétation » de l’œuvre imposée « Biesheim, une histoire de musique ».Portrait Tulliste d’un musicien très sympathique, très enthousiaste, qui nous rappelle que les Enfants de Tulle, en plus du talent et de leur passion pour la musique, c’est aussi un brassage social et générationnel qui fonctionne à 100 pour cent.Quelle est la première image que vous

voyez quand vous êtes à l’extérieur et que vous parlez de votre ville ?La première image que je vois, cher Tulle mag est celle du Trech. Quand je suis arrivé à Tul-

le, mon premier appartement était situé rue des Portes de Fer, la petite rue juste face au buste d’Etienne Baluze sur le quai du même nom. Là, j’ai tout de suite com-pris que Tulle n’était pas une ville ordi-naire, mais une ville extraordinaire. C’est d’ailleurs aux pieds de l’escalier qui mène à la rue des Portes de fer que j’ai rencon-tré pour la première fois celle qui allait devenir mon épouse, Marie-Françoise. Je venais de Chamalières, elle de Toulouse. C’était ma première affectation, je devais choisir entre Pau et Tulle… Je ne regrette pas mon choix.Si vous pouviez prendre une pierre d’un bâtiment tulliste, réelle ou virtuelle, que vous aimez ou que vous détestez, laquelle prendriez-vous et pourquoi ?Franchement je ne sais pas trop. Mais oui, je prendrai une pierre issue de cette

rue des Portes de fer. Elle est peu connue des tullistes, mais je trouve qu’elle est typique du Trech et de ces escaliers qui n’en fi nissent pas.Pour la partie que j’aime le moins, je me refuse à prendre une pierre de la Cité, car vois-tu Tulle mag, quoi qu’on dise sur son architecture, elle a son utilité !Une odeur Tulliste ?Ah ! Il y a sans conteste l’odeur des acacias à côté du conservatoire et de la Manu. Ils ont été plantés nombreux le long de la ligne de chemin de fer pour maintenir le sol. Ce sont des arbres qui poussent très vite pour peu qu’ils aient un climat doux. Leurs fl eurs, c’est le printemps à plein nez et ces parfums que j’évoque me ramè-nent du coup vers le Trech avec les bei-gnets aux fl eurs d’acacia qui sont vendus sur le marché.Un air de musique lié à Tulle ?C’est tout trouvé. Je dis « Quairigni » d’Eric Ballet un de mes amis qui a com-posé ce morceau spécialement pour les Enfants de Tulle pour les Nuits de Nacre 2005. C’est une pièce pour harmonie et pour accordéon solo, un swing feel qui évoque la douceur de vie tulliste. Nous adorons le jouer !

Jean-Michel KrausBienheureux directeurdes Enfants de Tulle

De mémoire de Tulliste, depuis l’infatigable et célèbre Germain

Guéniffey à la tête de l’orchestre harmonique de 1880 à 1934, on

n’avait pas vu cela. Les Enfants de Tulle viennent en effet de remporter haut la baguette le premier prix du

concours de Niort organisé par la Confédération Musicale de France et se voient du coup propulsés en

première Division (comme au foot mais en mieux).

Retrouvez les Enfants de Tullependant les Nuits de Nacre

Eglise Saint Pierre Quai Baluze – 05 55 26 59 61

Du mercredi au dimanche de 15h à 19h

Jusqu’au 17 juillet A partir des femmes d’Alger

d’Eugène Delacroix,57 artistes internationaux exposent

Domaine de Sédières19320 Clergoux – www.sedieres.fr

Jusqu’au 3 octobreAu nord de Sumatra, les BatakAvec la participation du Musée du Quai Branly

Galerie Trechoise9 rue des Portes Chancac - 05 55 26 91 22

Jusqu’au 19 aoûtHenri Mondor

« Mes années peintures »Vernissage vendredi 16 juillet à 18h30

22TULLEmag numéro 65 - Juillet/Août 2010

Culture

Mairie de Tullerue Félix Vidalin - BP 215 - 19012 TULLE CEDEX

Téléphone : 05 55 21 73 00 - Télécopie : 05 55 21 73 22

Code APE : 751 A - N° SIRET : 211 927 207 000 12

N° de commune : 272

Internet : http://www.ville-tulle.fr

e-mail : [email protected]

Heures d’ouverture au public

du lundi au jeudi : 8h30 - 12 heures et 13h30 - 17h30

le vendredi : 8h30 - 12 heures et 13h30 - 17 heures

le samedi, permanence état civil : 9 - 12 heures

TULLEmag n°65Bulletin municipal d’information - Mai/Juin 2010

Tirage : 10 800 exemplaires

Dépôt légal : 3e trimestre 2010

Adresse : 10, rue Félix Vidalin - BP 215 - 19012 TULLE CEDEX

Téléphone : 05 55 21 73 42

Directeurs de publication : Bernard Combes, maire

Jean-Louis Soulier, maire-adjoint

Rédaction : Agnès Gameiro-Delteil

Maquette : Mathieu Morel

Photos : Frank Barrat-Arnal

Impression : Maugein Imprimeurs - ZI Mulatet - 19000 Tulle - Imprim’Vert

Ce bulletin est imprimé sur papier issu de forêts durablement gérées

Distribution : La PostePEFC/10-31-1508

��������������������

Du 16 au 19septembre 2010

MusetteMétisse

����

��

���

����

����������������������

��������������

��� ����� �� ��� �������� ��������������� ������ ��� ����� �� �����

���� ������� ����������������� ���������

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

��������������������������������������������������������������������������������������������������������������

����������� ��������������� ��� ������� ������������������������������������������������������

ExpositionsTout le programme des expositions d’été est à retrouver dans la plaquette « Les jeudis de

l’été » et en pages centrales du Tulle mag.

A partager également...

Ma lecture d’étéCet été sur la plage impossible d’oublier Tulle. Entre parasol

et crustacées, Jacques Hubert sera du voyage. Jacques Hubert nous propose un polar « plus Tulliste que lui… tu

meurs » aux éditions Ecritures. Un chauffeur de taxi détec-tive, un commissaire ensorcelé, une dame qui use de ses

charmes, tels sont les principaux personnages de ce polar à l’ancienne qui évoluent à Tulle.

Jacqueshubert.frougier @wanadoo.fr – 06 32 27 64 72 – Dans toutes les librairies, Relay de la gare, tabacs Presse

Du 22 juillet au 29 aoûtHommage au cardinal

Danneels pat Kin En joongRencontre avec l’artiste et Claude Pichaud, écrivain,

le 23 juilletContact : 05 55 73 71 01 – associations Par Chemins.

�������������������������

����������������

����������

�������������

�����������

��������

������������

����������������

���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������