le mariage de figaro et ses représentations - .le mariage de figaro et ses représentations la mise...

Download Le Mariage de Figaro et ses représentations - .Le Mariage de Figaro et ses représentations La mise en scène de François Ha Van (Théâtre du Lucernaire, 2006) La critique de Pariscope

Post on 31-Jan-2018

217 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Le Mariage de Figaro et ses reprsentations

    La mise en scne de Franois Ha Van (Thtre du Lucernaire, 2006)La critique de Pariscope par Dimitri DenormeUne folle journe, vraiment ! Extrmement bien rendue par l'adaptation de Francois Ha Van qui a su, sans toucher la virtuosit de la langue de Beaumarchais, souligner la modernit de son discours. Il a opt pour une mise en scne contemporaine, alerte et enjoue. Bien sr, on retrouve tout l'engagement politique de l'auteur, sans fard. Les costumes en bleu, blanc et rouge font chos la Rvolution qui s'annonce. La critique des privilges des nantis et de la condition des femmes est elle aussi adroitement amene. Mais la principale qualit du travail de Ha Van et de la Compagnie du Vlo Vol est de ne pas avoir hsit pousser la folie de cette journe trs particulire jusqu'au dlire. Les plus badines des intrigues se muent en une fable joyeuse, surtout quand le burlesque vient castagner le vaudeville. Un Chrubin en rollers, une Comtesse qui joue de l'accordon et une scne de procs dsopilante concourent mettre en place une hystrie jouissive dont la scne de la trononneuse pourrait servir d'acm totalement frappadingue. Sur scne, la troupe est soude, le collectif fluide. La palme revient Rafael Reves, un intrpide Figaro qui s'en donne cur joie pour faire tourner son monde en bourrique. Dans son affaire, il est grandement aid par une implacable Cline Jorrion. On avait remarqu le charme de la jeune comdien-ne dans Quatre morts de Marie , le prcdent spectacle de la Compagnie. Ici, elle est une Suzanne extraordinaire d'espiglerie. La fracheur et l'nergie qu'elle offre avec une gnrosit sans borne sont un atout indniable de la pice. Il ne faudrait pas oublier pour autant les compositions de Julie Quesnay et de Guillaume Tagnati, impayables dans les rles du comte et de la comtesse. Matila Malliarakis, lui, est un sautillant Chrubin.

    La mise en scne de Rmy Barch (La Comdie de Reims, 2015)Note de mise en scne, par Rmy BarchDans une scne que Beaumarchais a retranche de la version finale de sa Folle Journe, on voit Chrubin et Bazile, le matre de musique, rpter une chanson bruyante et insipide pourtant destine honorer la future marie. Figaro les interrompt brutalement. Atterr par leur manque dinspiration, il se lance dans une improvisation virtuose, sorte de slam dlirant, pour leur montrer comment, partir des quelques motifs potiques dont ils disposaient, ils auraient pu enflammer la jeune femme. Cette scne ouvrira notre spectacle. Elle dit tout de livresse dans laquelle Beaumarchais a manifestement compos cette Folle Journe, vritable espace de libert o lcriture ne cesse dtre acte de jouissance. Intrigues et rebondissements au-del du raisonnable, plaisir du trait desprit, joutes verbales impitoyables, tirades virtuoses.... (Le plus long monologue du thtre classique franais, cest celui de Figaro !) Cette dmesure, cet apptit, cette nergie de lcriture, dont Beaumarchais a saoul ses personnages rendent la pice absolument irrsistible.Je pense trois films : La Rgle du Jeu, Marie-Antoinette et Le Loup de Wall Street. Des personnages qui dansent sur un volcan. Quelque chose est insupportable dans leur monde, mais on prend tant de plaisir leur danse que lon a presque envie quelle ne sarrte pas. Ce paradoxe est loeuvre dans Le Mariage de Figaro. On a un peu vite qualifi la pice de pamphlet rvolutionnaire. Dans la vie, Beaumarchais a tout fait pour sattirer les faveurs de la noblesse.

    Lorsquil met en scne Figaro et sa bande dans La Mre coupable, la rvolution est passe, et tout le monde sennuie royalement. La gaiet et la volupt avec lesquelles il raconte la vie de chteau me semblent tout aussi intressantes que la colre avec laquelle il dnonce ses dysfonctionnements et ses hypocrisies. Cette ambivalence me semble trs actuelle : nous ne sommes pas prts nous dfaire des attributs et des pouvoirs que nous dnonons pourtant avec lucidit.

  • Ladaptation par Da Ponte pour lopra de Mozart (1786)

    Jean-Victor Hoquard, La Pense de Mozart (1958)Le 1er mai 1786, deux ans aprs Le Mariage, furent joues Vienne Le Nozze di Figaro. Les modifications que le librettiste Da Ponte avait fait subir au texte de Beaumarchais tendaient l'dulcorer de toute porte satirique et polmique. Il avait t rduit quatre actes. Avaient t supprims le procs, les tirades fministes de Marceline, les impertinences de Figaro et toutes [es pointes satiriques. On a donc souvent considr que c'tait la musique de Mozart qui, seule, donnait l'opra une force gale celle de la pice de Beaumarchais. Il fallait plaire Joseph II et viter les problmes de censure connus par Beaumarchais. On vitera nanmoins de conclure que l'opra est dnu de toute porte politique. Certes, le monologue de l'acte V avait t supprim, mais Mozart avait ajout un air tout aussi insolent, Se vuol ballare ( Si vous voulez danser, Monsieur le petit comte... ). Les audaces musicales ntaient pas les moindres, par exemple le Finale du deuxime acte, contenant six scnes et faisant passer le nombre de personnages de deux sept ! L'effet de vivacit scnique dans les situations mou-vantes et progressives tait sans prcdent.

    [...] ce n'est pas l'humiliation du Comte et le triomphe des subalternes opprims qui l'intressent [ Mozart ], mais la rencontre d'tres humains d'hommes et de femmes qui s'aiment et se font souffrir, se dupent et se rconcilient. C'est enfin et surtout une femme qui pardonne l'homme qu'elle aime profondment. Sans doute la situation sociale de ces personnages est-elle souligne, avec un tact d'ailleurs admirable qui lui fait viter l'obsquiosit autant que l'impertinence, mais s'il est une ide galitaire qui ressort de lopra, ce nest pas que les diffrences de castes sont dtruire, mais bien plutt celle-ci : quelle que soit la classe sociale, les hommes ont chacun un coeur qui bat, et de la mme faon. Non pas que l'amour a tous les droits, mais qu'il est respectable en tous. Ce qui faisait le fonds idologique de la pice de Beaumarchais, c'tait la revendication. Ce qui dans lopra prend la premire place, c'est, en toute gnrosit, lamour.

    La mise en scne de Jean-Franois Sivadier (TNB, 1999)

    "La premire fois que j'ai lu le Mariage de Figaro, j'ai entendu une force que je ne savais pas nommer. Je confondais mon intrt pour la pice et son sujet avec une tendresse un peu ridicule pour ses personnages. Plus tard j'ai continu n'y voir qu'un thtre confortable pour un public confortablement install et qui on proposerait un comique bourgeois. Je crois savoir aujourd'hui nommer cette force. La dsinvolture de Beaumarchais l'gard de cette fable est un symptme de son obstination une sduction de l'instant par le langage. C'est ce mouvement perdu vers la sduction qui est le nerf de la pice. N'ont le pouvoir ici que ceux qui prennent la parole. Ds qu'on se tait on perd le pouvoir. Ds que l'on rpond mal un jeu de mot lanc par un autre comme un dfi, on perd le pouvoir. C'est l'instinct de survie qui fait inventer du langage aux personnages.... Les fausses confidences, les faux billets, les faux rendez vous sont prtexte une vrai guerre, avec ou sans mthode.

    Guerre des classes et guerre des sexes avec le plaisir de faire durer, de jouir du conflit, de faire le thtre du dsir. Des semblants d'armistices : l'ultime pardon de la Comtesse ressemble celui que le Commandeur n'accorde pas Dom Juan. Les figures du Mariage, dans un pressentiment qu'elle ne savent pas nommer (l'imminence d'un "bouleversement par la force"), s'entrechoquent et drapent, jouissant d'tre malmenes par une force qui les dpasse, celle du dsir la surface, et celle, en profondeur, de la fcondation par le langage d'un nouvel tat des corps, une maeutique sans laquelle aucune rvolution n'est possible... Le souffle d'Eros dont Chrubin est la reprsentation peine masque fait vaciller les valeurs conventionnelles du pouvoir... Il y a donc que la trame est moins importante pour Beaumarchais que la langue qui la parle... Et nous tenterons, nous de peindre cette fte dionysiaque o une troupe d'insenss se paient le luxe d'un thtre du dsir, o la parole habille et dshabille, o les corps trbuchent comme autant de lapsus et o, mprisant les siges avant-coureurs des bains de sang venir, les acteurs profitent ce cette journe. leur dernire folle journe".

    Diapo 1Diapo 2

Recommended

View more >