le déclin des abeilles

Download Le déclin des abeilles

Post on 23-Mar-2016

223 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Analyse des facteurs qui mettent en péril les pollinisateurs et l’agriculture en Europe

TRANSCRIPT

  • rsum

    Analyse des facteurs qui mettent en pril les pollinisateurs et lagriculture en EuropeLaboratoires de recherche de GreenpeaceRapport Technique RsumAvril 2013

    Le dclin des abeilles

  • JN446

    Publi en avril 2013 par :Greenpeace InternationalOttho Heldringstraat 51066 AZ AmsterdamPays-BasTl : +31 20 7182000www.greenpeace.fr

    Pour en savoir plus, contacter : Anas Fourest, charge de campagne agriculture, Greenpeace Franceanais.fourest@greenpeace.orgFixe : +33 1 80 96 97 34Mobile : +33 6 25 82 83 99

    Rdaction : Reyes Tirado, Gergely Simon et Paul JohnstonLaboratoire de recherche de Greenpeace,Universit dExeter, Royaume-Uni

    Images couverture et 4e de couverture : Greenpeace / Pieter Boer

    Image nid dabeilles arrire-plan : Greenpeace / Pieter Boer

    Le dclin des abeilles

    Analyse des facteurs qui mettent en pril les pollinisateurs et lagriculture en Europe

    Laboratoires de recherche de Greenpeace Rapport Technique Rsum Avril 2013

  • rsum

    Rsum

    La prochaine fois que vous verrez une abeille bourdonner autour de vous, rappelez-vous que la plupart des aliments que nous consommons sont obtenus grce la pollinisation naturelle des insectes. Cette pollinisation dite entomophile constitue un service cosystmique cl que nous fournissent les abeilles et dautres pollinisateurs.

    Les insectes pollinisent environ un tiers des cultures destines notre alimentation (Kremen et al, 2007). Sans eux, notre productivit agricole serait bien moindre, et jusqu 75 % de nos rcoltes subiraient une baisse de rendement. Il ne fait aucun doute que la plupart des cultures qui composent notre alimentation notamment de nombreux fruits et lgumes ainsi que certaines plantes fourragres utilises pour la production de viande et de produits laitiers seraient gravement affectes par une diminution du nombre dinsectes pollinisateurs, en particulier la production de pommes, de fraises, de tomates et damandes.

    Daprs ltude la plus rcente mene sur le sujet, la valeur des cultures dpendant de la pollinisation serait denviron 265 milliards de dollars (Lautenbach et al, 2012). Bien entendu, il ne sagit pas l de leur vritable valeur, car si la pollinisation tait gravement menace ou venait disparatre, ce service cosystmique ne pourrait tre remplac et la valeur de ces cultures serait inestimable.

    Et quelle valeur donner aux couleurs qui, au printemps, illuminent les champs dans les campagnes ? Outre les cultures vgtales, la grande majorit des plantes sauvages (prs de 90 %) ont besoin de la pollinisation animale pour se reproduire. Ainsi, dautres services cosystmiques, tout comme les habitats naturels qui les fournissent, dpendent galement directement ou indirectement des insectes pollinisateurs.

    Les abeilles tant les abeilles domestiques que de nombreuses espces sauvages constituent le groupe de pollinisateurs prdominant et le plus important en termes conomiques dans de nombreuses rgions du monde. Cependant, les abeilles domestiques ont t rudement prouves ces dernires annes, alors que dans le mme temps, le nombre de cultures agricoles dpendant de la pollinisation a progressivement augment (Kremen and Miles 2012; Garibaldi et al, 2013). Ainsi, les pollinisateurs les abeilles mais aussi dautres insectes jouent un rle de plus en plus important lchelle mondiale, et font dailleurs lobjet dun nombre croissant dtudes. Par ailleurs, les abeilles sauvages sont menaces par des facteurs environnementaux, notamment par la pnurie dhabitats naturels ou semi-naturels, et par une exposition accrue aux produits chimiques dorigine anthropique.

    Le nombre dabeilles et dautres agents pollinisateurs sauvages ou domestiques semble tre en diminution dans le monde entier, et plus particulirement en Europe et en Amrique du Nord. Labsence de programmes rgionaux et internationaux fiables visant surveiller ltat et lvolution du phnomne fait planer une incertitude considrable sur lampleur de cette diminution. Cependant, les pertes identifies sont alarmantes. Au cours des dernires priodes hivernales, la mortalit des colonies dabeilles domestiques en Europe se situait autour de 20 % (les taux variant de 1,8 % 53 % selon les pays) (Williams et al, 2010).

    Le dclin des abeilles Laboratoires de recherche de Greenpeace Rapport Technique Rsum Avril 2013 3

  • 4 Le dclin des abeilles Laboratoires de recherche de Greenpeace Rapport Technique Rsum Avril 2013

    rsum

    nous avons dress trois constats proccupants concernant la sant des agents pollinisateurs lchelle mondiale :

    lheure actuelle, il nexiste aucune donne prcise permettant de tirer des conclusions formelles sur la situation des pollinisateurs au niveau mondial en termes de quantit et de diversit.

    Les populations dabeilles domestiques sont ingalement rparties entre les rgions agricoles : elles sont en augmentation dans certains pays producteurs de miel, mais en baisse dans dautres pays, notamment dans les rgions de forte production agricole aux tats-Unis, au Royaume-Uni et dans de nombreux autres pays dEurope de lOuest.

    La demande en pollinisateurs (tant au niveau local que rgional) augmente plus vite que la disponibilit. Nous pourrions donc faire face une pollinisation insuffisante dans un futur proche voire trs proche. En effet, les cultures fortement dpendantes de la pollinisation se dveloppent un rythme plus lev que les rserves mondiales dabeilles domestiques, tandis que la quantit et la diversit des pollinisateurs sauvages sont galement limites.

    1

    3

    2

  • Le dclin des abeilles Laboratoires de recherche de Greenpeace Rapport Technique Rsum Avril 2013 5

    rsum

    Dans certaines rgions dAmrique du Nord, dAsie de lEst et dEurope, la valeur de la pollinisation peut atteindre 1 500 dollars par hectare un service dont les agriculteurs et lensemble de la socit devront se passer si les pollinisateurs venaient disparatre (Lautenbach et al, 2012). De vastes rgions dItalie et de Grce ont une valeur conomique importante car elles abritent des cultures dpendantes de la pollinisation. De nombreuses rgions dEspagne, de France, du Royaume-Uni, dAllemagne, des Pays-Bas, de Suisse et dAutriche reprsentent galement une valeur exceptionnelle en termes de pollinisation.

    Rcemment, plusieurs signes ont donn lalerte quant la tension quexerce la baisse des populations de pollinisateurs sur les rendements agricoles. Laugmentation des prix de certains produits alimentaires dpendant de la pollinisation observe entre 1993 et 2009 peut tre considre comme une manifestation de cette tension. Si nous voulons viter que de nouvelles restrictions psent sur la production alimentaire, et que des forts soient rases pour laisser place des terres agricoles, nous devons nous attaquer aux facteurs qui mettent sous pression les services de pollinisation, et en particulier leurs impacts sur les abeilles domestiques et les pollinisateurs sauvages.

    Le dclin des populations dabeilles et de leur sant nest pas mettre sur le compte dun facteur unique. Il est sans doute le rsultat de causes multiples, connues et non identifies, agissant sparment ou en combinaison.

    Toutefois, les principaux facteurs qui affectent la sant des pollinisateurs sont les maladies et les parasites, et plus largement les pratiques agricoles industrielles qui affectent de nombreux aspects de leur cycle de vie. Le drglement du climat, facteur sous-jacent, met galement les abeilles rude preuve. Certains pesticides mettent directement en danger les pollinisateurs. Llimination, dans les pratiques agricoles, des produits phytosanitaires nocifs pour les abeilles est la premire tape incontournable franchir pour protger efficacement les populations dabeilles.

    maladies et parasites

    De nombreux apiculteurs saccordent dire que le varroa destructor, un acarien ectoparasite invasif, reprsente une grave menace pour lapiculture dans le monde. Dautres parasites tel que le nosema ceranae se sont avrs trs prjudiciables pour lapiculture dans certains pays du sud de lEurope. De nouveaux virus et agents pathognes sont galement susceptibles dexercer une pression accrue sur les colonies dabeilles.

    La capacit de rsistance des abeilles face ces maladies et parasites semble tre influence par plusieurs facteurs, et en particulier par leur tat nutritionnel et leur exposition aux produits chimiques toxiques. Certains pesticides, par exemple, semblent affaiblir les abeilles domestiques qui deviennent alors plus sensibles aux infections et aux infestations parasitaires.

    agriculture industrielle

    Les populations de pollinisateurs, domestiques ou sauvages, ne peuvent chapper aux impacts nombreux et massifs de lagriculture industrielle : elles souffrent, dune part, de la destruction des habitats naturels cause par lagriculture et, dautre part, des pratiques agricoles intensives, leurs aires de rpartition naturelle se chevauchant invitablement avec les espaces consacrs lagriculture industrielle.

    La fragmentation des habitats naturels et semi-naturels, le dveloppement des monocultures et labsence de diversit constituent des facteurs aggravants. Les pratiques destructrices qui restreignent les capacits de nidification des abeilles, ainsi que lpandage dherbicides et de pesticides, font de lagriculture industrielle lune des principales menaces pour les communauts de pollinisateurs lchelle mondiale.

    En revanche, les systmes agricoles qui respectent la biodiversit et nutilisent pas de produits chimiques, tels que les systmes dagriculture cologique, peuvent tre bnfiques pour les populations de pollinisateurs domestiques et sauvages. Par exemple, le recours des cultures mixtes permet damliorer la diversit de lhabitat des abeilles et donc la richesse de la flore. Les mthodes agricoles biologiques ou cologiques peuvent donc jouer un rle positif sur lact

Recommended

View more >