le cancer du rein - swiss urology: swiss urology cancer du rein 3 sommaire editorial 5 qu’est-ce...

Download Le cancer du rein - SWISS UROLOGY: Swiss Urology cancer du rein 3 Sommaire Editorial 5 Qu’est-ce que le cancer? 6 Le cancer du rein 8 Le rein et les organes voisins 9 Les diffrents

Post on 26-Mar-2018

217 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Une information de la Ligue contre le cancer

    pour les personnes concernes et leurs proches

    Le cancer du rein Carcinome des cellules rnales

  • Impressum

    _EditriceLigue suisse contre le cancerEffingerstrasse 40case postale 8219 3001 Bernetl. 031 389 91 00fax 031 389 91 60info@liguecancer.chwww.liguecancer.ch

    _Direction du projetSusanne Lanz, Ligue suisse contre le cancer, Berne

    _Conseils scientifiquesDr Christian Rothermundt, mdecin-chef oncologie et hmatologie, Hpital canto-nal de Saint-GallProf. Hans-Peter Schmid, mdecin-chef, clinique durologie, Hpital cantonal de Saint-Gall

    _RdactionRuth Jahn, journaliste scientifique, BerneSusanne Lanz, Ligue suisse contre le cancer, Berne

    _TraductionEvelyne Carrel, Arzier

    _Rvision Cristina Martnez, Alexia Stantchev, Ligue suisse contre le cancer, Berne

    _CouvertureAdam et Eve, daprs Albrecht Drer

    _Illustrationsp. 8, 9: Daniel Haldemann, Wil SG

    _Photosp. 4: Verena Brgger, Ligue suisse contre le cancer, Bernep. 16, 24, 34: ImagePoint AG, Zurich

    _DesignWassmer Graphic Design, Langnau BE

    _ImpressionAst & Jakob, Vetsch AG, Kniz

    Cette brochure est galement disponible en allemand et en italien.

    2009, Ligue suisse contre le cancer, Berne

    LSC / 10.2009 / 2000 F / 2077

  • 3Le cancer du rein

    Sommaire

    Editorial 5 Quest-ce que le cancer? 6 Le cancer du rein 8Le rein et les organes voisins 9Les diffrents types de cancer du rein 11

    Causes possibles et facteurs de risque 12Facteurs gntiques 12Symptmes possibles 13

    Examens et diagnostic 14Les stades de la maladie 15

    Traitement du cancer du rein 18Gnralits 18Planification du traitement 19Effets indsirables 20Traitement dans le cadre dune tude clinique 21Traitement aux diffrents stades de la maladie 22Traitement de la douleur 23Suivi mdical et radaptation 25

    Mthodes thrapeutiques 26Opration et autres interventions chirurgicales 26Attendre et observer: surveillance active 28Traitements mdicamenteux 28Mdecines complmentaires 32

    Vivre avec la maladie 33

    Annexes 35

  • 4 Le cancer du rein

  • 5Le cancer du rein

    Cancer. Pour les malades comme pour leurs proches, lannonce du diagnostic est toujours un choc. Du jour au lendemain, la vie bas-cule: le prsent, lavenir, tout est chamboul et les questions se pr-cipitent, charges despoir un jour, lourdes dangoisse le lendemain.

    Vous trouverez dans cette bro-chure une brve description du cancer du rein chez ladulte*, des examens raliss en vue de poser le diagnostic, ainsi que du traite-ment.

    Lorsque la maladie est diagnos-tique un stade prcoce, alors quelle est encore limite au rein, elle peut tre gurie dans un cer-tain nombre de cas. Aux stades ultrieurs, il est possible den ralen-tir lvolution et den attnuer les symptmes. Grce aux progrs raliss ces dernires annes, les traitements sont aujourdhui plus efficaces et moins agressifs et per-mettent de prserver une certaine qualit de vie.

    Chre lectrice, cher lecteur,

    La Ligue contre le cancer tient votre disposition toute une srie de brochures (voir p. 36) o vous trouverez des informations et des conseils qui pourront vous aider mieux vivre avec la maladie.

    Noubliez pas, avant tout, que vous ntes pas seul. Vos proches, votre quipe mdicale et soignante ainsi que les collaborateurs et collabo-ratrices de la Ligue contre le can-cer sont l pour vous.

    Nos vux les plus chaleureux vous accompagnent.

    Votre Ligue contre le cancer

    Par souci de lisibi-lit, seule la forme masculine est utili-

    se dans la suite de ce texte. Son emploi fait toutefois indiff-remment rfrence aux personnes des

    deux sexes.

    * Il ne faut pas confondre cancer du rein et mtastases rnales. Les mtastases sont des foyers tumoraux secondaires qui ont leur origine dans un autre organe. Elles ne font pas lobjet de la prsente brochure, qui ne traite pas non plus du cancer du bassinet (carcinome urothlial), du cancer des glandes surrnales, du sarcome du rein (cancer des parties molles du rein) ni du nphroblastome. Aussi appel tumeur de Wilms, ce dernier touche essentiellement les enfants et a un caractre hrditaire. Nous invitons les parents concerns sadresser lAssociation romande des familles denfants atteints dun cancer ARFEC (voir p. 37, Internet).

  • 6 Le cancer du rein

    Le terme cancer recouvre de nom-breuses maladies diffrentes qui ont pour point commun la pr-sence de cellules cancreuses.

    Tumeur bnigne ou maligne?Dans la plupart des types de can-cers, ces cellules prolifrent et for-ment des tumeurs dites malignes, qui ont tendance saccrotre et se dissminer. Les tumeurs qui prennent naissance dans les tissus pithliaux comme la peau, les muqueuses ou le tissu glandulaire sont aussi appeles carcinomes.

    Les tumeurs sont des excroissan-ces pathologiques (anormales). Certaines, dites bnignes, ne sont toutefois pas cancreuses. Elles peuvent comprimer des tissus ou des organes, mais elles demeu-rent localises dans une partie du corps et ne mettent gnralement pas la vie en danger.

    Les tumeurs malignes, par contre, peuvent dtruire des tissus pro-ches par leur croissance rapide et leur caractre envahissant.

    De plus, les cellules cancreuses peuvent se mettre circuler dans le sang ou le systme lymphatique et envahir des ganglions (nodules rpartis dans tout lorganisme et ayant une fonction immunitaire). Les cellules cancreuses ainsi dis- smines peuvent galement for-

    Quest-ce que le cancer?

    mer de nouvelles tumeurs dis-tance du tissu dorigine: les m-tastases.

    Le cancer du rein peut former des mtastases dans dautres organes, notamment dans le poumon, les os, les glandes surrnales, lautre rein et, plus rarement, dans le foie et le cerveau.

    La plupart du temps, on peut re-connatre partir de quel organe (et dans quel type de cellule) ces mtastases se sont formes. Il ne faut pas confondre les mtas-tases dune tumeur rnale par exemple dans le poumon avec un cancer du poumon. Un examen du tissu (ou examen histologique), essentiel au choix du traitement, permet de le dterminer.

    Tout commence dans la celluleLes tissus et les organes de notre corps sont constitus de mil-liards de cellules assembles les unes aux autres. Le noyau de chacune contient le matriel g-ntique hrditaire (les chromo-somes, portant les gnes et com-poss de longs filaments dacide dsoxyribonuclique ou ADN), qui fonctionne comme un plan de construction. Habituellement, les cellules sui-vent les instructions contenues dans leur noyau concernant leur

  • 7Le cancer du rein

    rythme de division et les fonctions quelles doivent assumer. Chaque type de cellule a en effet une mor-phologie et des fonctions trs sp-cifiques, selon lorgane et le tissu dans lequel il se trouve. On dit aussi quune cellule est bien dif- frencie, cest--dire quelle pos-sde une structure relativement complexe et distincte des autres cellules.

    Des causes trs diversesLe matriel gntique cellulaire su- bit rgulirement des altrations lies lge, au hasard, des in-fluences externes telles que radia- tions, virus ou substances toxiques ou, plus rarement, certains fac-teurs gntiques.

    Lorganisme est dot de systmes de rparation pour remdier ces erreurs. Il arrive toutefois que ces mcanismes soient dpasss et que les cellules concernes se mettent se diviser et prolif-rer de manire anarchique. Des groupes de cellules peuvent alors former une masse appele tu-meur. On observe par ailleurs que les cellules cancreuses ont ten-dance perdre leur caractre dif-frenci et acqurir une structure et une morphologie plus simples. Croissance variableUne tumeur napparat pas du jour au lendemain. Une masse tumo-

    rale dun centimtre de diamtre contient en effet dj des millions de cellules et peut crotre depuis plusieurs annes.

    La vitesse de division cellulaire varie beaucoup dune tumeur lautre. Pour en savoir plus sur la faon dont les tumeurs se forment, vous pouvez consulter le CD-ROM Le cancer: des gnes lhomme (voir p. 36).

    Facteurs de risqueLe cancer peut toucher chacun dentre nous. Pour certains types de cancer, il est possible de r- duire le risque dtre atteint, no-tamment en renonant au tabac, en adoptant une alimentation saine, en pratiquant rgulirement une activit physique et en mo-drant sa consommation dalcool. Pour dautres, on ne connat au-cun moyen de diminuer le risque. Finalement, il nexiste pas de re-cette miracle, et nul ne peut savoir lavance sil dveloppera ou non la maladie.

    Dans certaines familles, on ob-serve une frquence leve de cancers bien prcis. Cela peut tre le cas du cancer du rein (voir p. 12, Causes possibles et facteurs de risque). Pour en savoir plus sur la question, vous pouvez consulter la brochure Prdispositions hr-ditaires au cancer.

  • 8 Le cancer du rein

    Le cancer du rein

    Reins et systme urinairea) Rein gaucheb) Rein droitc) Glandes

    surrnales d) Veine cave

    infrieuree) Aortef) Artre rnale g) Veine rnale h) Uretres i) Vessie j) Urtre

    La plupart des tumeurs malignes du rein sont des carcinomes des cellules rnales. Cest de ce type particulier de tumeurs rnales quil sera question dans cette brochure. Pour simplifier, nous parlerons toutefois de cancer du rein.

    Le terme carcinome des cellules rnales montre que la tumeur sest dveloppe partir des cel-lules du rein et quil ne sagit pas de mtastases, cest--dire de

    foyers cancreux secondaires qui se sont propags au rein par-tir de tumeurs localises ailleurs dans lorganisme.

    Les carcinomes sont des tumeurs malignes qui se forment aux d-pens des tissus superficiels (pi-thlium) tels que peau, muqueuses ou tissu glandulaire. Le carcinome des cellules rnales se dveloppe partir des cellules pithliales des tubules rnaux.

    ab

    c

    de

Recommended

View more >