la téléphonie mobile en suisse

Download La téléphonie mobile en Suisse

Post on 06-Apr-2016

213 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Réponses aux 13 questions les plus fréquentes sur la téléphonie mobile en Suisse

TRANSCRIPT

  • Quelle est la situation de la tlpho-nie mobile en Suisse?La communication mobile fait depuis longtemps partie du quotidien de la plupart des Suisses: devenus nos fidlesassistants dans la vie prive et professionnelle, les tl-phones portables, smartphones et tablettes ne nous quit-tent plus. Cest pour cette raison quil existe un nombrenettement plus lev de raccordements mobiles enregis-trs que dhabitants en Suisse. Il y a longtemps que la tlphonie mobile ne sert plus uniquement tlphoner,mais naviguer sur lInternet. Le volume de donnes transitant sur les rseaux de tlphonie mobile suisses ne cesse daugmenter et cette tendance devrait se poursuivre.

    Lmergence de nouvelles technologies, de nouvelles applications et de nouveaux appareils a fait exploser lenombre dutilisateurs et surtout les possibilits dutilisa-tion de la tlphonie mobile. Afin de pouvoir rpondrede manire fiable cette demande croissante, il est indis-pensable de pouvoir tendre en permanence les rseauxde tlphonie mobile.

    Cette extension du rseau, qui passe par la constructionde nouveaux sites dantennes ou lextension des rseauxde tlphonie mobile existants, soulve beaucoup dequestions auprs des autorits et des particuliers. Les rponses suivantes prsentent des faits concernant la tl-phonie mobile en Suisse et proposent des informationsbrves sur lextension du rseau, la technologie des antennes et les sites dantennes ainsi que sur les disposi-tions juridiques qui encadrent la procdure dautorisation.

    11millionsde cartes SIM pour

    8 millions dhabitants

  • 130

    120

    110

    100

    90

    80

    70

    60

    50

    40

    30

    20

    10

    0

    1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012

    pour

    10

    0 h

    abit

    ants

    Source: OFCOM

    Utilisateurs de tlphonie mobileRaccordements au rseau fixe

    Evolution des raccordements tlphoniques en Suisse (1990 2012)

  • Quelles sont les exigences en matirede rseaux mobiles en Suisse?Les besoins en Internet mobile de la population, de lin-dustrie et de lconomie ne cessent daugmenter. Seulsdes rseaux mobiles stables, comptitifs et capables decouvrir lensemble du territoire peuvent satisfaire cettedemande. Et les oprateurs de tlphonie mobile ne peu-vent rpondre ces besoins long terme qu conditiondtre autoriss tendre et exploiter ces rseaux dansdes conditions-cadres flexibles.

    700millionsdinvestissements par an

    Les oprateurs suisses de tlphonie mobile investissent chaque anne environ 700 millionsde francs dans lextension de leurs rseaux pourles quiper des dernires technologies.

  • Pourquoi des antennes supplmen-taires sont-elles ncessaires pour laquatrime gnration (LTE/4G)?Lextension des capacits nest pas possible au niveau desinstallations existantes en raison des contraintes strictes respecter, il faut donc construire de nouvelles infra-structures. Cest le cas pour une grande majorit de sitesactuellement en service. En outre, de toutes nouvelles antennes sont parfois ncessaires pour pouvoir offrir lesnouvelles technologies, comme la LTE notamment.

    Pourquoi la tlphonie mobile enSuisse cote-t-elle aussi cher?

    Les valeurs limites en Suisse dans les zones fortedensit de population sont dix fois plus strictesque celles fixes en Allemagne ou en Autriche, par

    exemple. De ce fait, il est ncessaire de construire plusdinstallations pour pouvoir respecter ces valeurs limites. Et cette construction supplmentaire dinstallations decommunication mobile implique une augmentation dunombre dantennes et par consquent, des cots.

    Les contraintes strictes respecter et les procdu-res dautorisation et de contrle onreuses ainsique les nombreuses possibilits dopposition et

    de recours retardent considrablement lextension du rseau et en augmentent le cot par rapport aux autrespays. Ces cots supplmentaires se rpercutent gale-ment terme dans les tarifs.

    En raison de la topographie suisse, un plus grandnombre dinstallations mettrices est ncessairepour que la tlphonie mobile puisse fonctionneraussi dans les valles et en montagne.

  • Lexposition au rayonnement aug-mente-t-elle sil y a plus dantennes?Non. Ce qui est important dans la vie de tous les jours, cesont les immissions dgages par les tlphones portab-les. Plus la connexion avec lantenne est bonne, plus ellessont basses. Le fait quil y ait plus dantennes tend am-liorer la transmission du signal et, par consquent, aussi rduire lexposition de lutilisateur de portables. En outre,lorsque la couverture est bonne, le tlphone mobile con-somme moins de courant de sa batterie. Lquation plusdantennes gal plus dexposition au rayonnement estdonc fausse.

    Pourquoi a-t-on constamment besoinde nouvelles antennes?Si les valeurs limites tablies pour les installations met-trices ntaient pas aussi strictes, le nombre de sites sup-plmentaires ncessaires serait moindre. Lordonnance surla protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI)et son application empchent, pour lensemble des anten-nes de tlphonie mobile en service, laugmentation de lapuissance indispensable pour faire face lencombrementcroissant du rseau. Une autre consquence de cette rglestricte: pour couvrir une zone, il faut disposer de plusieursantennes compar dautres pays.

    max. 61 V/mAllemagne

    max. 61 V/mAutriche

    max. 61 V/m max. 6 V/m (LUS*)Suisse

    Dans presque toute la Suisse, des valeurs limites strictes sappliquent.

    Valeurs limites en volts par mtre. La valeur seuil pour un chauffement thermique, qui est lunique effet ngatif de rayonnement non ionisant observ jusqu prsent, est tablie partir dune intensit de champ suprieure 500 V/m.

  • Quest-ce quune valeur limite?Pour la protection des hommes et des animaux, la puis-sance des installations de tlphonie mobile est soumise des valeurs limites trs strictes. La lgislation de la plu-part des Etats trangers observe les recommandations de lOMS en matire de valeurs limites (max. 61 V/m, voirgraphique ci-dessous). Elles suivent une logique de pro-tection prventive, car les effets des champs lectromag-ntiques clairement et scientifiquement dmontrs(chauffement des tissus) apparaissent seulement partirdune intensit de 500 V/m.

    Les valeurs limites sont-elles suffisantes?Oui. La Suisse a cependant renforc les mesures en multi-pliant par dix la marge dj trs leve dans lORNI et enajoutant des dispositions dexcution strictes. Cest unfait: aucune autre technologie ou autres facteurs envi-ronnementaux dans notre pays ne sont soumis des r-glementations aussi svres.

    *Lieux utilisation sensible(LUS)Les LUS sont les lieux danslesquels des personnes s-journent durant une priodeprolonge. Les locaux dhabitation, les postes detravail, les coles, les jardinsdenfants et les parcs de jeuxen font partie par exemple.

  • Pourquoi les antennes de tlphoniemobile ne peuvent-elles pas tre ri-ges exclusivement dans les zones in-dustrielles ou les zones faibledensit de population? La puissance des antennes de tlphonie mobile est rela-tivement faible. Les antennes doivent donc se trouver lo les utilisateurs veulent tlphoner et utiliser lInterneten dplacement. Prs de deux tiers des communicationstlphoniques et des accs Internet mobiles ont lieu audomicile, tendance la hausse. Et ce notamment parceque les particuliers renoncent de plus en plus un raccor-dement fixe chez eux. Lextension du rseau est donc urgente, notamment dans les zones dhabitation.

    Les oprateurs mobiles peuvent-ils separtager des sites dantennes? Oui. Ils se partagent dj prs de 30% de tous les sites detlphonie mobile. Dans les rgions rurales et en dehorsdes zones btir, la mutualisation est souvent la rgle.Dans les zones btir, cette collaboration est souvent im-possible cause des valeurs limites strictes en Suisse.

    Pourquoi la construction dune an-tenne en Suisse est-elle aussi longue?Tout dabord, il faut trouver un site adapt situ sur uneproprit publique ou prive. Pour pouvoir ensuite y in-staller une antenne, il faut dans tous les cas dposer unedemande de permis de construire. Pour ce faire, il fautsoumettre un dossier dtaill. En gnral, les demandesde ce type suscitent de nombreuses oppositions, ce quipeut entraner un retard dans la procdure pouvant allerjusqu trois ans. Il nest pas rare quun recours soit d-pos au tribunal. Cela engendre des retards qui ne peu-vent plus se rattraper ensuite si lon compare auxprocdures bien plus rapides ltranger.

    Allemagne

    Autriche

    0,5 2 ans

    1 2 ans

    Suisse 2 3 ans

    Les oppositions allongentla procdure en Suisse.

  • 35,5millionsde minutes de transmission

    vocale par jour

    La population suisse tlphone chaque jourpendant environ 600 000heures sur les rseauxmobiles.

  • La communication mobile est-ellenuisible?Jusqu prsent, la recherche na pas apport la preuvedeffets nuisibles pour la sant. Mme si tout nest pas en-core totalement clarifi du point de vue scientifique,lOMS ainsi que lOffice fdral de lenvironnement suisse(OFEV) considrent que lintensit des champs des installa-tions de communication mobile est trop faible pour avoirdes effets nfastes sur la sant.

    Quest-ce que le rayonnement nonionisant au juste?Les installations comme les radars, les stations de radioet de tlvision ou encore les rcepteurs radio mettentdes champs lectromagntiques qui servent transmet-tre la musique, les images ou les communications tl-phoniques. En principe, tous les appareils et installationsutilisant du courant lectrique mettent galement deschamps lectromagntiques. Pour des raisons physiques,il nest pas possible de les arrter. Ces champs sont appe-ls galement rayonnement non ionisant ou lectro-smog. Il existe galement des sources naturelles derayonnement non ionisant: le soleil, le champ magnti-que terrestre ou les clairs. Afin de protger la popula-tion contr

Recommended

View more >