la politique d'aristote - doc _aristoteles,_politique... · l'esclavage à sparte; lacune de la...

Download LA POLITIQUE D'ARISTOTE - doc _Aristoteles,_Politique... · l'esclavage à Sparte; lacune de la législation

Post on 10-Sep-2018

217 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • LA POLITIQUE D'ARISTOTE

    TRADUITE EN FRANAIS D'APRS LE TEXTE COLLATIONN SUR LES MANUSCRITS ET LES DITIONS PRINCIPALES

    J. BARTHLMY-SAINT-HILAIRE DEPUTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

    Membre de l'Institut (Acadmie des Sciences morales et potiques.)

    TROISIME DITION

    Revue et corrige. PARIS

    LIBRAIRIE PHILOSOPHIQUE DE LADRANGE

    1874

    Numris par Abb Stphane TORQUEAU http://remacle.org/ Nouvelle dition numrique http://docteurangelique.free.fr 2008

    Les uvres compltes de saint Thomas d'Aquin

    TABLE AUTOMATIQUE

    POLITIQUE D'ARISTOTE ___________________________ Errore. Il segnalibro non definito.

    LIVRE I: DE LA SOCIETE CIVILE. DE LESCLAVAGE. DE LA PROPRIETE. DU POUVOIR DOMESTIQUE. _______________________________________________________ 9

    CHAPITRE I: De l'tat; origine de la socit; elle est un fait de nature. lments de la famille; le mari et la femme, le matre et l'esclave. Le village est form de l'association des familles. L'tat est form de l'association des villages; il est la fin de toutes les autres associations; l'homme est un tre essentiellement sociable. Supriorit de l'tat sur les individus; ncessit de la justice sociale. _____________________________________________________________________________ 9 CHAPITRE II: Thorie de l'esclavage naturel. Opinions diverses pour ou contre l'esclavage; opinion personnelle d'Aristote; ncessit des instruments sociaux; ncessit et utilit du pouvoir et de l'obissance. La supriorit et l'infriorit naturelles font les matres et les esclaves; l'esclavage naturel est ncessaire, juste et utile; le droit de la guerre ne peut fonder l'esclavage. Science du matre; science de l'esclave. _________________________________________________ 11 CHAPITRE III: De la proprit naturelle et artificielle. Thorie de l'acquisition des biens; l'acquisition des biens ne regarde pas directement l'conomie domestique, qui emploie les biens, mais qui n'a pas les crer. Modes divers d'acquisition: l'agriculture, le pacage, la chasse, la pche, le brigandage, etc.; tous ces modes constituent l'acquisition naturelle. Le commerce est un mode d'acquisition qui n'est pas naturel; double valeur des choses, usage ci, change; ncessit et utilit de la monnaie; la vente; avidit insatiable du commerce; rprobation de l'usure. _________ 15 CHAPITRE IV: Considrations pratiques sur l'acquisition des biens; richesse naturelle, richesse artificielle: l'exploitation des bois et des mines est une troisime espce de richesse. Auteurs qui ont crit sur ces matires: Chars de Paros et Apollodore de Lemnos. Spculations ingnieuses et sres pour acqurir de la fortune; spculation de Thaes; les monopoles employs par les particuliers et par les tats. __________________________________________________________ 19 CHAPITRE V: Du pouvoir domestique; rapports du mari la femme, du pre aux enfants. Vertus particulires et gnrales de l'esclave, de la femme et de l'enfant. Diffrence profonde de

    http://remacle.org/http://docteurangelique.free.fr/

  • l'homme et de la femme; erreur de Socrate; louables travaux de Gorgias. Qualits de l'ouvrier. Importance de l'ducation des femmes et de celle des enfants. ___________________________ 21

    LIVRE II: EXAMEN CRITIQUE DES THORIES ANTRIEURES ET DES PRINCIPALES CONSTITUTIONS. ____________________________________________________________ 23

    CHAPITRE I: Examen de la Rpublique de Platon; critique de sus thories sur la communaut des femmes et des enfants. L'imit politique, telle que la conoit Platon, est une chimre, et elle dtruirait l'tat, loin de le fortifier; quivoque que prsente la discussion de Platon. Insouciance ordinaire des associs pour les proprits communes; impossibilit de cacher aux citoyens les liens de famille qui les unissent; dangers de l'ignorance o on les laisserait cet gard; crimes contre nature; indiffrence des citoyens les uns pour les autres. Condamnation absolue de ce systme. 23 CHAPITRE II: Suite de l'examen do la Rpublique de Platon; critique de ses thories sur la communaut des biens; difficults gnrales qui naissent des communauts, quelles qu'elles soient. La bienveillance rciproque des citoyens peut, jusqu' un certain point, remplacer la communaut, et vaut mieux qu'elle; importance du sentiment del proprit; le systme de Platon n'a qu'une apparence sduisante: il est impraticable, et n'a pas les avantages que l'auteur lui trouve. Quelques critiques sur la position exceptionnelle des guerriers et sur la perptuit des magistratures. ______________________________________________________________________ 27 CHAPITRE III: Examen du trait des Lois, de Platon; rapports et diffrences des Lois la Rpublique. Critiques diverses: le nombre des guerriers est trop considrable, et rien n'est prpar pour la guerre extrieure; limites de la proprit trop peu claires et prcises; oubli en ce qui concerne le nombre des enfants; Philon de Corinthe n'a pas commis cette lacune; le caractre gnral de la constitution propose dans les Lois est surtout oligarchique, comme le prouve le mode d'lection pour les magistrats. ________________________________________________________ 30 CHAPITRE IV: Examen de la constitution propose par Phalas de Chalcdoine; de l'galit des biens; importance de cette loi politique; l'galit des biens entrane l'galit d'ducation; insuffisance de ce principe. Phalas n'a rien dit des relations de sa cit avec les tats voisins; il faut tendre l'galit des biens jusqu'aux meubles, et ne point la borner aux biens-fonds. Rglement de Phalas sur les artisans. ___________________________________________________________ 32 CHAPITRE V: Examen de la constitution imagine par Hippodamus de Milet; analyse de cette constitution; division des proprits; tribunal suprme d'appel; rcompense aux inventeurs des dcouvertes politiques; ducation des orphelins des guerriers. Critique de la division des classes et de la proprit; critique du systme propos par Hippodamus pour les votes du tribunal d'appel; question de l'innovation en matire politique; il ne faut pas provoquer les innovations, de peur d'affaiblir le respect d la loi. _______________________________________________________ 34 CHAPITRE VI: Examen de la constitution de Lacdmone. Critique de l'organisation de l'esclavage Sparte; lacune de la lgislation lacdmonienne l'gard des femmes. Disproportion norme des proprits territoriales cause par l'imprvoyance du lgislateur; consquences fatales; disette d'hommes. Dfauts de l'institution des phores; dfauts de l'institution du snat; dfauts de l'institution de la royaut. Organisation vicieuse des repas communs. Les amiraux ont trop de puissance. Sparte, selon la critique de Platon, n'a cultiv que la vertu guerrire. Organisation dfectueuse des finances publiques. ___________________ 37 CHAPITRE VII: Examen de la constitution Crtoise. Ses rapports avec la constitution de Lacdmone, qui cependant est suprieure; admirable position de la Crte; serfs, Cosmes, snat; l'organisation des repas communs vaut mieux en Crte qu' Sparte. Murs vicieuses des Crtois autorises par le lgislateur; dsordres monstrueux du gouvernement crtois. ________________ 41 CHAPITRE VIII: Examen de la constitution de Cartilage; ses mrites prouvs par la tranquillit intrieure et la stabilit de l'tat; analogies entre la constitution de Cartilage et celle de Sparte. Dfauts le la Constitution Carthaginoise: magistratures trop puissantes; estime exagre qu'on y fait de la richesse; cumul des emplois; la constitution Carthaginoise n'est pas assez forte pour que l'Etat puisse supporter un revers.______________________________________________________ 43

  • CHAPITRE IX: Considrations sur divers lgislateurs. Solon; vritable esprit de ses rformes. Zalcucus, Charondas, Onomacrite; Philolas, lgislateur de Thbes; loi de Charondas contre les faux tmoins; Dracon, Pittacus, Androdamas. Fin de l'examen des travaux antrieurs. ______ 44

    LIVRE III: DE L'TAT ET DU CITOYEN. THORIE DES GOUVERNEMENTS ET DE LA SOUVERAINET. DE LA ROYAUT. _______________________________________ 46

    CHAPITRE I: De l'Etat et du citoyen; conditions ncessaires du citoyen; le domicile ne suffit pas; le caractre distinctif du citoyen, c'est la participation aux fonctions de juge et do magistrat; cette dfinition gnrale varie suivant les gouvernements, et s'applique surtout au citoyen de la dmocratie; insuffisance des dfinitions ordinaires. De l'identit ou du changement de l'tat dans ses rapports avec les citoyens; l'identit du sol ne constitue pas l'identit de l'Etat; l'Etat varie avec la constitution elle-mme. ________________________________________________________ 46 CHAPITRE II: Suite: la vertu du citoyen ne se confond pas tout fait avec celle de l'homme priv; le citoyen a toujours rapport l'tat. La vertu de l'individu est absolue et sans rapports extrieurs qui la limitent. Ces deux vertus ne se confondent mme pas dans la rpublique parfaite; elles ne sont runies que dans le magistrat digne du commandement; qualits fort diverses qu'exigent le commandement et l'obissance, bien que le bon citoyen doive savoir galement obir et commander: la vertu spciale du commandement, c'est la prudence. ________________________ 49 CHAPITRE III: Suite et fin de la discussion sur le citoyen; les ouvriers ne peuvent tre citoyens dans un tat bien constitu. Exceptions ce principe; position des ouvriers dans les aristocraties et les oligarchies; ncessits auxquelles les tats doivent parfois se soumettre. Dfinition dernire du citoyen. _________________________________________________________________________ 51 CHAPITRE IV: Division des gouvernements et des constitutions. Ide gnrale et but de l'tat; amour instinctif de la vie et sociabilit dans l'homme; le pouvoir, dans la communaut politique; doit toujours avoir en vue le bien des administrs. Ce principe sert diviser les gouvernements en gouvernements d'intrt gnral: ce sont les bons; et en gouverneme