la politique d'aristote - …documentacatholicaomnia.eu/03d/-384_-322,_aristoteles,_politique... ·...

of 206 /206
LA POLITIQUE D'ARISTOTE TRADUITE EN FRANÇAIS D'APRÈS LE TEXTE COLLATIONNÉ SUR LES MANUSCRITS ET LES ÉDITIONS PRINCIPALES J. BARTHÉLÉMY-SAINT-HILAIRE DEPUTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE Membre de l'Institut (Académie des Sciences morales et poétiques.) TROISIÈME ÉDITION Revue et corrigée. PARIS LIBRAIRIE PHILOSOPHIQUE DE LADRANGE 1874 Numérisé par Abbé Stéphane TORQUEAU http://remacle.org/ Nouvelle édition numérique http://docteurangelique.free.fr 2008 Les œuvres complètes de saint Thomas d'Aquin TABLE AUTOMATIQUE POLITIQUE D'ARISTOTE ___________________________ Errore. Il segnalibro non è definito. LIVRE I: DE LA SOCIETE CIVILE. — DE L’ESCLAVAGE. — DE LA PROPRIETE. — DU POUVOIR DOMESTIQUE._______________________________________________________ 9 CHAPITRE I: De l'État; origine de la société; elle est un fait de nature. — Éléments de la famille; le mari et la femme, le maître et l'esclave. — Le village est formé de l'association des familles. — L'État est formé de l'association des villages; il est la fin de toutes les autres associations; l'homme est un être essentiellement sociable. — Supériorité de l'État sur les individus; nécessité de la justice sociale. _____________________________________________________________________________ 9 CHAPITRE II: Théorie de l'esclavage naturel. — Opinions diverses pour ou contre l'esclavage; opinion personnelle d'Aristote; nécessité des instruments sociaux; nécessité et utilité du pouvoir et de l'obéissance. — La supériorité et l'infériorité naturelles font les maîtres et les esclaves; l'esclavage naturel est nécessaire, juste et utile; le droit de la guerre ne peut fonder l'esclavage. — Science du maître; science de l'esclave. _________________________________________________ 11 CHAPITRE III: De la propriété naturelle et artificielle. — Théorie de l'acquisition des biens; l'acquisition des biens ne regarde pas directement l'économie domestique, qui emploie les biens, mais qui n'a pas à les créer. — Modes divers d'acquisition: l'agriculture, le pacage, la chasse, la pèche, le brigandage, etc.; tous ces modes constituent l'acquisition naturelle. — Le commerce est un mode d'acquisition qui n'est pas naturel; double valeur des choses, usage ci, échange; nécessité et utilité de la monnaie; la vente; avidité insatiable du commerce; réprobation de l'usure._________ 15 CHAPITRE IV: Considérations pratiques sur l'acquisition des biens; richesse naturelle, richesse artificielle: l'exploitation des bois et des mines est une troisième espèce de richesse. — Auteurs qui ont écrit sur ces matières: Charès de Paros et Apollodore de Lemnos. — Spéculations ingénieuses et sûres pour acquérir de la fortune; spéculation de Thaïes; les monopoles employés par les particuliers et par les États. __________________________________________________________ 19 CHAPITRE V: Du pouvoir domestique; rapports du mari à la femme, du père aux enfants. — Vertus particulières et générales de l'esclave, de la femme et de l'enfant. — Différence profonde de

Author: doanliem

Post on 10-Sep-2018

220 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • LA POLITIQUE D'ARISTOTE

    TRADUITE EN FRANAIS D'APRS LE TEXTE COLLATIONN SUR LES MANUSCRITS ET LES DITIONS PRINCIPALES

    J. BARTHLMY-SAINT-HILAIRE DEPUTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

    Membre de l'Institut (Acadmie des Sciences morales et potiques.)

    TROISIME DITION

    Revue et corrige. PARIS

    LIBRAIRIE PHILOSOPHIQUE DE LADRANGE

    1874

    Numris par Abb Stphane TORQUEAU http://remacle.org/ Nouvelle dition numrique http://docteurangelique.free.fr 2008

    Les uvres compltes de saint Thomas d'Aquin

    TABLE AUTOMATIQUE

    POLITIQUE D'ARISTOTE ___________________________ Errore. Il segnalibro non definito.

    LIVRE I: DE LA SOCIETE CIVILE. DE LESCLAVAGE. DE LA PROPRIETE. DU POUVOIR DOMESTIQUE. _______________________________________________________ 9

    CHAPITRE I: De l'tat; origine de la socit; elle est un fait de nature. lments de la famille; le mari et la femme, le matre et l'esclave. Le village est form de l'association des familles. L'tat est form de l'association des villages; il est la fin de toutes les autres associations; l'homme est un tre essentiellement sociable. Supriorit de l'tat sur les individus; ncessit de la justice sociale. _____________________________________________________________________________ 9 CHAPITRE II: Thorie de l'esclavage naturel. Opinions diverses pour ou contre l'esclavage; opinion personnelle d'Aristote; ncessit des instruments sociaux; ncessit et utilit du pouvoir et de l'obissance. La supriorit et l'infriorit naturelles font les matres et les esclaves; l'esclavage naturel est ncessaire, juste et utile; le droit de la guerre ne peut fonder l'esclavage. Science du matre; science de l'esclave. _________________________________________________ 11 CHAPITRE III: De la proprit naturelle et artificielle. Thorie de l'acquisition des biens; l'acquisition des biens ne regarde pas directement l'conomie domestique, qui emploie les biens, mais qui n'a pas les crer. Modes divers d'acquisition: l'agriculture, le pacage, la chasse, la pche, le brigandage, etc.; tous ces modes constituent l'acquisition naturelle. Le commerce est un mode d'acquisition qui n'est pas naturel; double valeur des choses, usage ci, change; ncessit et utilit de la monnaie; la vente; avidit insatiable du commerce; rprobation de l'usure. _________ 15 CHAPITRE IV: Considrations pratiques sur l'acquisition des biens; richesse naturelle, richesse artificielle: l'exploitation des bois et des mines est une troisime espce de richesse. Auteurs qui ont crit sur ces matires: Chars de Paros et Apollodore de Lemnos. Spculations ingnieuses et sres pour acqurir de la fortune; spculation de Thaes; les monopoles employs par les particuliers et par les tats. __________________________________________________________ 19 CHAPITRE V: Du pouvoir domestique; rapports du mari la femme, du pre aux enfants. Vertus particulires et gnrales de l'esclave, de la femme et de l'enfant. Diffrence profonde de

    http://remacle.org/http://docteurangelique.free.fr/

  • l'homme et de la femme; erreur de Socrate; louables travaux de Gorgias. Qualits de l'ouvrier. Importance de l'ducation des femmes et de celle des enfants. ___________________________ 21

    LIVRE II: EXAMEN CRITIQUE DES THORIES ANTRIEURES ET DES PRINCIPALES CONSTITUTIONS. ____________________________________________________________ 23

    CHAPITRE I: Examen de la Rpublique de Platon; critique de sus thories sur la communaut des femmes et des enfants. L'imit politique, telle que la conoit Platon, est une chimre, et elle dtruirait l'tat, loin de le fortifier; quivoque que prsente la discussion de Platon. Insouciance ordinaire des associs pour les proprits communes; impossibilit de cacher aux citoyens les liens de famille qui les unissent; dangers de l'ignorance o on les laisserait cet gard; crimes contre nature; indiffrence des citoyens les uns pour les autres. Condamnation absolue de ce systme. 23 CHAPITRE II: Suite de l'examen do la Rpublique de Platon; critique de ses thories sur la communaut des biens; difficults gnrales qui naissent des communauts, quelles qu'elles soient. La bienveillance rciproque des citoyens peut, jusqu' un certain point, remplacer la communaut, et vaut mieux qu'elle; importance du sentiment del proprit; le systme de Platon n'a qu'une apparence sduisante: il est impraticable, et n'a pas les avantages que l'auteur lui trouve. Quelques critiques sur la position exceptionnelle des guerriers et sur la perptuit des magistratures. ______________________________________________________________________ 27 CHAPITRE III: Examen du trait des Lois, de Platon; rapports et diffrences des Lois la Rpublique. Critiques diverses: le nombre des guerriers est trop considrable, et rien n'est prpar pour la guerre extrieure; limites de la proprit trop peu claires et prcises; oubli en ce qui concerne le nombre des enfants; Philon de Corinthe n'a pas commis cette lacune; le caractre gnral de la constitution propose dans les Lois est surtout oligarchique, comme le prouve le mode d'lection pour les magistrats. ________________________________________________________ 30 CHAPITRE IV: Examen de la constitution propose par Phalas de Chalcdoine; de l'galit des biens; importance de cette loi politique; l'galit des biens entrane l'galit d'ducation; insuffisance de ce principe. Phalas n'a rien dit des relations de sa cit avec les tats voisins; il faut tendre l'galit des biens jusqu'aux meubles, et ne point la borner aux biens-fonds. Rglement de Phalas sur les artisans. ___________________________________________________________ 32 CHAPITRE V: Examen de la constitution imagine par Hippodamus de Milet; analyse de cette constitution; division des proprits; tribunal suprme d'appel; rcompense aux inventeurs des dcouvertes politiques; ducation des orphelins des guerriers. Critique de la division des classes et de la proprit; critique du systme propos par Hippodamus pour les votes du tribunal d'appel; question de l'innovation en matire politique; il ne faut pas provoquer les innovations, de peur d'affaiblir le respect d la loi. _______________________________________________________ 34 CHAPITRE VI: Examen de la constitution de Lacdmone. Critique de l'organisation de l'esclavage Sparte; lacune de la lgislation lacdmonienne l'gard des femmes. Disproportion norme des proprits territoriales cause par l'imprvoyance du lgislateur; consquences fatales; disette d'hommes. Dfauts de l'institution des phores; dfauts de l'institution du snat; dfauts de l'institution de la royaut. Organisation vicieuse des repas communs. Les amiraux ont trop de puissance. Sparte, selon la critique de Platon, n'a cultiv que la vertu guerrire. Organisation dfectueuse des finances publiques. ___________________ 37 CHAPITRE VII: Examen de la constitution Crtoise. Ses rapports avec la constitution de Lacdmone, qui cependant est suprieure; admirable position de la Crte; serfs, Cosmes, snat; l'organisation des repas communs vaut mieux en Crte qu' Sparte. Murs vicieuses des Crtois autorises par le lgislateur; dsordres monstrueux du gouvernement crtois. ________________ 41 CHAPITRE VIII: Examen de la constitution de Cartilage; ses mrites prouvs par la tranquillit intrieure et la stabilit de l'tat; analogies entre la constitution de Cartilage et celle de Sparte. Dfauts le la Constitution Carthaginoise: magistratures trop puissantes; estime exagre qu'on y fait de la richesse; cumul des emplois; la constitution Carthaginoise n'est pas assez forte pour que l'Etat puisse supporter un revers.______________________________________________________ 43

  • CHAPITRE IX: Considrations sur divers lgislateurs. Solon; vritable esprit de ses rformes. Zalcucus, Charondas, Onomacrite; Philolas, lgislateur de Thbes; loi de Charondas contre les faux tmoins; Dracon, Pittacus, Androdamas. Fin de l'examen des travaux antrieurs. ______ 44

    LIVRE III: DE L'TAT ET DU CITOYEN. THORIE DES GOUVERNEMENTS ET DE LA SOUVERAINET. DE LA ROYAUT. _______________________________________ 46

    CHAPITRE I: De l'Etat et du citoyen; conditions ncessaires du citoyen; le domicile ne suffit pas; le caractre distinctif du citoyen, c'est la participation aux fonctions de juge et do magistrat; cette dfinition gnrale varie suivant les gouvernements, et s'applique surtout au citoyen de la dmocratie; insuffisance des dfinitions ordinaires. De l'identit ou du changement de l'tat dans ses rapports avec les citoyens; l'identit du sol ne constitue pas l'identit de l'Etat; l'Etat varie avec la constitution elle-mme. ________________________________________________________ 46 CHAPITRE II: Suite: la vertu du citoyen ne se confond pas tout fait avec celle de l'homme priv; le citoyen a toujours rapport l'tat. La vertu de l'individu est absolue et sans rapports extrieurs qui la limitent. Ces deux vertus ne se confondent mme pas dans la rpublique parfaite; elles ne sont runies que dans le magistrat digne du commandement; qualits fort diverses qu'exigent le commandement et l'obissance, bien que le bon citoyen doive savoir galement obir et commander: la vertu spciale du commandement, c'est la prudence. ________________________ 49 CHAPITRE III: Suite et fin de la discussion sur le citoyen; les ouvriers ne peuvent tre citoyens dans un tat bien constitu. Exceptions ce principe; position des ouvriers dans les aristocraties et les oligarchies; ncessits auxquelles les tats doivent parfois se soumettre. Dfinition dernire du citoyen. _________________________________________________________________________ 51 CHAPITRE IV: Division des gouvernements et des constitutions. Ide gnrale et but de l'tat; amour instinctif de la vie et sociabilit dans l'homme; le pouvoir, dans la communaut politique; doit toujours avoir en vue le bien des administrs. Ce principe sert diviser les gouvernements en gouvernements d'intrt gnral: ce sont les bons; et en gouvernements d'intrts particuliers: ce sont les gouvernements corrompus, dgnration des autres. _______________________________ 53 CHAPITRE V: Division des gouvernements: gouvernements purs, royaut, aristocratie, rpublique; gouvernements corrompus, tyrannie, oligarchie, dmagogie. Les objections faites contre cette division gnrale ne reposent que sur des hypothses, et non sur des faits. Dissentiment des riches et des pauvres sur la justice et le droit politiques; les uns et les autres ne voient qu'une partie de la vrit; notion exacte et essentielle de la cit et de l'association politique, qui ont surtout en vue la vertu et le bonheur des associes, et non pas seulement la vie commune. Solution gnrale du litige entre la richesse et la pauvret. _________________________________ 54 CHAPITRE VI: De la souverainet; le gouvernement de l'tat peut tre profondment injuste; prtentions rciproques et galement iniques de la foule et de la minorit. Arguments divers en faveur de la souverainet populaire, et numration des objets auxquels elle peut s'tendre; objections contre ces arguments, et rponse ces objections. La souverainet doit appartenir autant que possible aux lois fondes sur la raison; rapports intimes des lois avec la constitution. _______ 57 CHAPITRE VII: Suite de la thorie del souverainet; pour savoir qui elle appartient, on ne peut tenir compte que des avantages vraiment politiques, et non des avantages quels qu'ils soient: la noblesse, la libert, la fortune, la justice, le courage militaire, la science, la vertu. Insuffisance des prtentions exclusives; l'galit est, en gnral, le but que le lgislateur doit se proposer, afin de les concilier. __________________________________________________________________________ 60 CHAPITRE VIII: Suite de la thorie de la souverainet; exception au principe de l'galit en faveur de l'homme suprieur; origine et justification de l'ostracisme; usage de l'ostracisme dans les gouvernements de toute espce; l'ostracisme n'est pas possible dans la cit parfaite; l'tat doit se soumettre l'homme suprieur; apothose du gnie. ______________________________________ 62 CHAPITRE IX: Thorie de la royaut. De l'utilit ou des dangers de cette forme de gouvernement. Cinq espces diverses de la royaut, qui doit toujours tre lgale; la premire espce n'est gure qu'un gnralat viager; la seconde est celle de certains peuples barbares, et se rapproche de la

  • tyrannie par ses pouvoirs illimits; la troisime comprend les aesymnties, ou tyrannies volontaires, consenties pour un temps plus ou moins long; la quatrime espce est la royaut des temps hroques, souveraine matresse la guerre et dans les procs de tout genre; la cinquime enfin est celle o le roi est matre de tous les pouvoirs, peu prs comme le pre les possde tous dans la famille. ____________________________________________________________________________ 63 CHAPITRE X: Suite de la thorie de la royaut; les cinq espces peuvent tre rduites deux principales. De la royaut absolue; vaut-il mieux remettre le pouvoir un seul individu qu' des lois faites par des citoyens clairs et honntes? Arguments pour et contre la royaut absolue; l'aristocratie lui est trs prfrable; causes qui ont amen l'tablissement et ensuite la ruine des royauts. L'hrdit du pouvoir royal n'est pas admissible. De la force publique mise la disposition de la royaut. _____________________________________________________________ 65 CHAPITRE XI: Suite et fin de la thorie de la royaut absolue. Supriorit de la loi; bien qu'elle dispose toujours d'une manire gnrale, elle vaut mieux que le pouvoir arbitraire d'un individu; auxiliaires obligs que le monarque doit toujours se donner pour pouvoir exercer l'autorit; condamnation gnrale de la royaut absolue. Exception maintenue en faveur du gnie. Fin de la thorie de la royaut. ________________________________________________________________ 67 CHAPITRE XII: Du gouvernement parfait, ou de l'aristocratie.... (lacune). __________________ 69

    LIVRE IV: THORIE GNRALE DE LA CIT PARFAITE. ________________________ 70 CHAPITRE I: Thorie de la rpublique parfaite. Recherche prliminaire de la vie la plus parfaite; division des biens dont l'homme peut jouir; biens extrieurs, biens de l'me; supriorit de ces derniers; le bonheur est toujours en proportion de la vertu; les faits et la raison le prouvent. ____ 70 CHAPITRE II: Suite; le bonheur a-t-il les mmes lments pour l'tat que pour l'individu? Des avantages et des inconvnients de la domination; exemples divers de quelques peuples qui l'ont toujours ambitionne; condamnation de ce systme politique; la conqute ne doit pas tre le but de la cit. ____________________________________________________________________________ 71 CHAPITRE III: Suite: examen des deux opinions opposes qui recommandent ou qui proscrivent la vie politique; l'activit est le vritable but de la vie, aussi bien pour les individus que pour l'Etat; la vritable activit est celle de la pense, qui prpare et gouverne les actes extrieurs. __________ 73 CHAPITRE IV: Suite. De la juste grandeur que l'tat parfait doit avoir; il y a des limites en plus et en moins qu'il ne faut point dpasser; sans fixer un nombre prcis de citoyens, il faut que ce nombre soit tel qu'il puisse suffire tous les besoins de la vie commune, et qu'il ne soit pas assez considrable pour que les citoyens puissent chapper la surveillance; dangers d'une trop grande population. ________________________________________________________________________ 74 CHAPITRE V: Suite. Du territoire de l'tat parfait; conditions militaires qu'il doit remplir; la cit doit avoir une position maritime; moyens assurs de tirer parti du voisinage de la mer; dangers de la proccupation exclusive du commerce maritime; prcautions que le lgislateur doit prendre, afin que les relations maritimes soient sans inconvnients pour le bon ordre de la cit. _____________ 76 CHAPITRE VI: Suite. Des qualits naturelles que doivent avoir les citoyens dans la rpublique parfaite; caractres divers des peuples suivant les climats qu'ils habitent; diversit de leurs institutions politiques. Supriorit incontestable de la race grecque; un peuple doit avoir la fois intelligence et courage; rle considrable que joue le cur dans la vie humaine. _______________ 77 CHAPITRE VII: Suite. Des lments indispensables l'existence de la cit; ils sont de six espces: les subsistances, les arts, les armes, les finances, le sacerdoce, et enfin la gestion des intrts gnraux et la dcision des jugements; sans ces lments, la cit ne peut subsister et tre indpendante. ______________________________________________________________________ 78 CHAPITRE VIII : Suite. Rduction des lments politiques de la cit deux seulement dans le gouvernement parfait; les citoyens sont uniquement ceux qui portent les armes et qui ont droit de voter l'assemble publique; exclusion de tous les artisans; les biens-fonds ne doivent appartenir

  • qu'aux citoyens; parmi les citoyens, les armes doivent tre remises la jeunesse, les fonctions politiques l'ge mur, et le sacerdoce aux vieillards. ______________________________________ 79 CHAPITRE IX: Suite. Antiquit de certaines institutions politiques, et spcialement de la division par castes et des repas communs; exemples de l'Egypte, de la Crte et de l'Italie; de la division des proprits dans la rpublique parfaite; du choix des esclaves. ______________________________ 80 CHAPITRE X: Suite. De la position de la cit; conditions qu'il faut rechercher, la salubrit, les eaux; des fortifications de la cit; il lui faut des murailles qui puissent aider au courage de ses habitants; fausses thories rpandues ce sujet; les progrs de l'art des siges exigent que les. cits sachent se dfendre aussi habilement qu'on les attaque. ___________________________________ 82 CHAPITRE XI : Suite. Des difices consacrs au culte dans la rpublique parfaite; des repas communs des magistrats; des places publiques et des gymnases; de la police de la ville; la police des champs doit tre organise peu prs de la mme faon. __________________________________ 83 CHAPITRE XII: Suite. Des qualits que les citoyens doivent avoir dans la rpublique parfaite; conditions gnrales du bonheur; influence de la nature, des habitudes et de la raison; union ncessaire de ces trois conditions pour constituer le bonheur de l'individu et de la cit; il faut supposer qu'elles se runissent dans la cit parfaite. ______________________________________ 84 CHAPITRE XIII: Suite. De l'galit et de la diffrence des citoyens dans la cit parfaite; subordination naturelle des ges divers. Les occupations de la paix sont la vie vritable de la cit; il faut savoir user convenablement du repos; la culture de la raison doit tre le principal objet que l'homme se propose dans la vie; et le lgislateur, dans l'ducation des citoyens. ________________ 86 CHAPITRE XIV: Suite. De l'ducation des enfants dans la cit parfaite; soins que le lgislateur doit donner la gnration; de l'ge des poux; conditions indispensables pour que l'union soit tout ce qu'elle doit tre; dangers des unions trop prcoces; soins prendre pour les femmes enceintes; abandon des enfants difformes et eu surnombre; avortement; punition de l'infidlit. __________ 89 CHAPITRE XV: Suite. De l'ducation de la premire enfance; soins hyginiques; exercices corporels. La socit des esclaves est viter; il faut proscrire toute parole et toute action dshonntes devant les enfants; importance des premires impressions. De cinq sept ans, les enfants doivent assister aux leons sans y prendre part; il y a deux poques dans l'ducation: de sept ans la pubert, de la pubert vingt et un ans. _____________________________________ 91

    LIVRE V: DE L'DUCATION DANS LA CIT PARFAITE. __________________________ 93 CHAPITRE I: Suite. De l'ducation dans la cit parfaite; importance capitale de cette question; l'ducation doit tre publique; diversit des opinions sur les objets que l'ducation doit comprendre, bien qu'on s'accorde assez gnralement sur le but qu'elle doit se proposer. _______ 93 CHAPITRE II: Suite de la thorie de l'ducation. Des objets de l'ducation; les lettres, la gymnastique, la musique et le dessin; limites dans lesquelles l'tude doit se renfermer pour des hommes libres. De la place qu'on a jadis assigne la musique dans l'ducation; elle est un digne emploi du loisir. ____________________________________________________________________ 94 CHAPITRE III: Suite de la thorie de l'ducation. De l'utilit de la gymnastique; excs commis cet gard par quelques gouvernements; il ne faut pas songer faire des athltes, ni des guerriers froces; il faut tcher de donner au corps sant et adresse, et l'esprit un courage gnreux; l'exprience de divers peuples suffit pour poser avec certitude les bornes dans lesquelles il convient de renfermer la gymnastique; ge auquel on doit s'y livrer. ________________________________ 95 CHAPITRE IV: Suite de la thorie de l'ducation. De la musique; on n'est pas d'accord sur la nature et l'utilit de la musique; si elle est un simple dlassement, on peut en jouir tout aussi bien en entendant des artistes de profession qu'en excutant soi-mme; analyse des diverses objections faites contre l'tude de la musique. ____________________________________________________ 96 CHAPITRE V: Suite de la thorie de l'ducation. La musique n'est point un simple plaisir; elle peut exercer une grande influence sur les mes; faits divers qui le prouvent; diffrence de la musique et des autres arts, particulirement de la peinture; la puissance morale de la musique tant

  • incontestable, il faut la faire entrer dans l'ducation; et c'est surtout en ce sens qu'elle peut tre utile. ______________________________________________________________________________ 97 CHAPITRE VI: Suite de la thorie de l'ducation. Il faut que les enfants excutent personnellement la musique; avantages de l'excution musicale; bornes dans lesquelles il convient de la renfermer; choix des instruments; tous ne doivent pas tre admis; proscription de la flte; phases diverses par lesquelles est passe l'tude de cet instrument; il a t condamn par Minerve elle-mme, si l'on en croit la Fable. ______________________________________________________________________ 99 CHAPITRE VII: Suite de la thorie de l'ducation. Choix des harmonies et des rythmes qui doivent entrer dans l'ducation des enfants; les chants sont de trois espces: moral, anim, passionn; les premiers doivent presque seuls faire partie de l'enseignement; le mode dorien est surtout convenable; critique de quelques opinions de Platon. ____________________________________ 101

    LIVRE VI: DE LA DMOCRATIE ET DE L'OLIGARCHIE. DES TROIS POUVOIRS: LGISLATIF, EXCUTIF ET JUDICIAIRE. _____________________________________ 103

    CHAPITRE I: Des devoirs du lgislateur; il ne doit pas se borner connatre le meilleur gouvernement possible; il doit savoir aussi, dans la pratique, amliorer les lments actuels dont il peut disposer; de l, pour lui, la ncessit de connatre les diverses espces de constitutions, et les lois spciales qui sont essentielles chacune d'elles. ______________________________________ 103 CHAPITRE II: Rsum des recherches qui prcdent; indication de celles qui vont suivre. Subordination des mauvais gouvernements entre eux; des nuances diverses de la dmocratie et de l'oligarchie; la thorie des rvolutions devra terminer cet ouvrage politique. _________________ 104 CHAPITRE III: La diffrence des constitutions nat de la diffrence mme des lments sociaux; la pauvret et la richesse donnent naissance deux formes principales de constitutions, la dmocratie et l'oligarchie; caractre essentiel de l'une et de l'autre; le nombre n'est pas la condition capitale; c'est la fortune. numration des parties ncessaires de l'tat; critique du systme de Platon; toutes les fonctions sociales peuvent tre cumules; il n'y a que la pauvret et la richesse qui ne puissent tre runies dans les mmes mains. ___________________________________________________ 105 CHAPITRE IV: Espces diverses de la dmocratie; leurs caractres et leurs causes; elles sont au nombre de cinq. Influence dsastreuse des dmagogues dans les dmocraties o la loi a cess d'tre souveraine; tyrannie du peuple gar par ses flatteurs. ___________________________________ 108 CHAPITRE V: Espces diverses de l'oligarchie; elles sont au nombre de quatre. Influence gnrale des murs sur la nature du gouvernement. Des causes des diverses espces de dmocratie et d'oligarchie. Examen des formes de gouvernement autres que la dmocratie et l'oligarchie. Quelques mots sr l'aristocratie. ________________________________________ 110 CHAPITRE VI: Ide gnrale de la rpublique; ses rapports avec la dmocratie. lments que l'tat doit combiner; la libert et la richesse sont ceux qui forment surtout la rpublique, en se mlangeant diversement; rapports de la rpublique avec l'aristocratie. _____________________ 112 CHAPITRE VII: La rpublique est une combinaison de l'oligarchie et de la dmocratie; moyens divers de faire cette combinaison; caractre d'une vraie rpublique; exemple tir du gouvernement lacdmonien; la rpublique doit se maintenir par l'amour seul des citoyens. ________________ 113 CHAPITRE VIII: Quelques considrations sur la tyrannie; ses rapports avec la royaut et la monarchie absolue; c'est toujours un gouvernement de violence. ___________________________ 114 CHAPITRE IX: Suite de la thorie de la rpublique proprement dite; excellence politique de la classe moyenne; diverses qualits sociales qu'elle seule prsente; elle est la vritable base de la rpublique. Raret excessive de cette forme de gouvernement._____________________________ 115 CHAPITRE X: Principes gnraux applicables ces diverses espces de gouvernement. Qualit et quantit des citoyens jouissant des droits politiques; il est ncessaire de combiner avec quit les divers lments de l'tat, et de leur faire chacun leur part; ruses de l'oligarchie; ruses contraires de la dmocratie; rgles suivre envers les pauvres. Considrations historiques; importance toujours croissante de l'infanterie, tire des rangs du peuple. ______________________________ 117

  • CHAPITRE XI: Thorie des trois pouvoirs dans chaque espce de gouvernement: lgislatif, ou l'assemble gnrale; excutif, ou les magistrats; et judiciaire, ou les tribunaux. Organisation du pouvoir lgislatif; ses nuances diverses dans la dmocratie, dans l'oligarchie. Des sentences judiciaires laisses la dcision de l'assemble gnrale; vices du systme actuel. _____________ 119 CHAPITRE XII: Du pouvoir excutif, ou de l'organisation des magistratures. Difficults de cette question; ide gnrale du magistrat; son caractre distinctif; diffrence des grands et des petits tats; dans les uns, on peut diviser les magistratures; dans les autres, il faut souvent les runir en une seule main. Les magistratures varient avec les constitutions; combinaisons diffrentes suivant lesquelles on peut les tablir; les lecteurs, les ligibles; le mode de nomination; nuances diverses suivant les diverses constitutions. _____________________________________________________ 121 CHAPITRE XIII: Du pouvoir judiciaire, ou de l'organisation des tribunaux; leur personnel, leurs attributions, mode de leur formation; espces diverses de tribunaux; nomination des juges; nuances diverses qu'elle peut revtir suivant la diversit des constitutions. __________________________ 125

    LIVRE VII: DE L'ORGANISATION DU POUVOIR DANS LA DEMOCRATIE ET DANS L'OLIGARCHIE. _____________________________________________________________ 126

    CHAPITRE I: Des consquences qui dcoulent du principe de la dmocratie; applications plus ou moins compltes qu'on en peut faire. Caractre de la dmocratie, la libert, quia pour consquences l'alternative du pouvoir et l'indpendance absolue des actions individuelles; organisation spciale du pouvoir dans la dmocratie; l'assemble gnrale, le snat; rtribution des fonctionnaires; de l'galit dmocratique. ______________________________________________________________ 126 CHAPITRE II: Suite de la thorie sur l'organisation du pouvoir dans la dmocratie; le peuple agriculteur est le plus propre la dmocratie; institutions qui lui conviennent; lois faites dans quelques tats pour favoriser l'agriculture. Du peuple pasteur. De la dmagogie extrme; des moyens qui lui sont propres; des limites qu'elle doit toujours garder. _______________________ 129 CHAPITRE III: Suite de la thorie de l'organisation du pouvoir dans la dmocratie. Conditions ncessaires la dure des dmocraties; ne pas exagrer les consquences du principe dmocratique; viter l'oppression des riches et les confiscations au profit du trsor public; s'attacher procurer au peuple une aisance gnrale; moyens employs par quelques gouvernements. ________________ 131 CHAPITRE IV: De l'organisation du pouvoir dans les oligarchies; les bases en sont gnralement toutes contraires celles de la dmocratie; conditions diverses du cens. L'administration des oligarchies exige infiniment de prudence, parce que le principe est mauvais; ncessit du bon ordre; rapport des diverses nuances de l'oligarchie la composition de l'arme. Les oligarques doivent s'imposer des dpenses publiques; fautes de la plupart des oligarchies. _____________________ 132 CHAPITRE V: Esquisse des diverses magistratures indispensables ou utiles la cit. Objets auxquels ces magistratures s'appliquent; le march, l'entretien des rues et des chemins, etc.; les campagnes; les finances de l'tat; les actes publics; l'excution des sentences judiciaires; les affaires militaires; apurement des comptes publics; prsidence de l'assemble gnrale; le culte religieux et civil; surveillance des femmes et des enfants. Fin de la thorie sur l'organisation du pouvoir. 134

    LIVRE VIII: THORIE GNRALE DES RVOLUTIONS. _________________________ 136 CHAPITRE I: Thorie des rvolutions; sa place dans cet ouvrage politique: cause gnrale de la diversit des constitutions; le besoin d'galit mal compris. Procds gnraux des rvolutions; elles s'adressent soit aux choses, soit aux personnes. De l'galit positive et de l'galit proportionnelle; la rpublique a des chances particulires de stabilit. ______________________________________ 137 CHAPITRE II: Causes diverses des rvolutions; disposition des esprits; but des rvolutions; circonstances dterminantes; ces circonstances sont trs complexes; on peut en distinguer un plus ou moins grand nombre: l'ambition des richesses, celle des honneurs, l'insulte, la peur, le mpris, l'accroissement disproportionn d'une classe, la brigue, la ngligence, les causes insensibles, la diversit d'origine. Citations historiques l'appui de ces considrations. ____________________ 138

  • CHAPITRE III: Suite de la thorie prcdente; les causes relles des rvolutions sont toujours fort graves, mais l'occasion peut-tre futile; l'galit mme des partis amne souvent des rvolutions; procds ordinaires des rvolutionnaires. ______________________________________________ 141 CHAPITRE IV: Des causes des rvolutions dans les dmocraties; la turbulence des dmagogues en est la plus ordinaire, comme le prouve l'histoire. Des dmagogues, qui sont en mme temps chefs de l'arme; dangers de runir de trop grandes attributions dans une mme main; utilit du vote par fractions, au lieu du vote en masse. ___________________________________________________ 143 CHAPITRE V: Des causes des rvolutions dans les oligarchies; division des oligarques entre eux; ceux qui sont exclus du pouvoir s'insurgent, et parfois se font dmagogues; inconduite des oligarques, qui ne savent pas conserver leur fortune personnelle; causes des rvolutions dans l'oligarchie en temps de guerre; violences des oligarques entre eux; circonstances tout accidentelles'. Les oligarchies et les dmocraties passent assez rarement aux gouvernements contraires. ________________________________________________________________________ 144 CHAPITRE VI: Des causes de rvolution dans les aristocraties; minorit trop restreinte des membres du gouvernement; infraction au droit constitutionnel; influence des deux partis contraires exagrant leur principe; fortune excessive des principaux citoyens; causes insensibles; causes extrieures de destruction. Fin de la thorie des rvolutions dans les tats rpublicains. _____ 146 CHAPITRE VII: Thorie des moyens gnraux de conservation et de salut pour les tats dmocratiques, oligarchiques et aristocratiques; respect des lois; franchise politique; courte dure des fonctions; surveillance active exerce par tous les citoyens; rvision frquente du cens lgal; prcautions a prendre contre les grandes fortunes politiques; censure pour les murs des citoyens; intgrit des fonctionnaires publics; concession des petits emplois au peuple; amour de la majorit des citoyens pour la constitution; modration dans l'exercice du pouvoir; soins donner l'ducation publique. _______________________________________________________________ 148 CHAPITRE VIII: Des causes de rvolution et de conservation pour les monarchies, royauts ou tyrannies; diffrence du roi et du tyran; les causes de rvolution dans les monarchies sont identiques en partie celles des rpubliques. Conspirations contre les personnes et contre le pouvoir; insultes faites par les tyrans; influence de la peur, et surtout du mpris; conspirations trames par ambition de la gloire; attaques extrieures contre la tyrannie; attaques de ses propres partisans; causes de ruine pour la royaut; dangers de l'hrdit. __________________________ 152 CHAPITRE IX: Des moyens de conservation pour les tats monarchiques; la royaut se sauve par la modration. Les tyrannies ont deux systmes fort diffrents pour se maintenir: la violence avec la ruse, et la bonne administration; esquisse du premier systme; ses vices; esquisse du second systme; ses avantages; portrait du tyran; dure des diverses tyrannies; dtails historiques. ____ 157 CHAPITRE X: Critique de la thorie de Platon sur les rvolutions; erreurs commises par Platon relativement l'ordre o se succdent le plus ordinairement les divers gouvernements; Platon a trop restreint la question. ___________________________________________________________ 161 FIN. _____________________________________________________________________________ 163 PRFACE A L'DITION DE 1858. __________________________________________________ 163

  • LIVRE I: DE LA SOCIETE CIVILE. DE LESCLAVAGE. DE LA PROPRIETE. DU POUVOIR DOMESTIQUE.

    CHAPITRE I: De l'tat; origine de la socit; elle est un fait de nature. lments de la famille; le mari et la femme, le matre et l'esclave. Le village est form de l'association des familles. L'tat est form de l'association des villages; il est la fin de toutes les autres associations; l'homme est un tre essentiellement sociable. Supriorit de l'tat sur les individus; ncessit de la justice sociale. 1. Tout tat est videmment une association; et toute association ne se forme qu'en vue de quelque bien, puisque les hommes, quels qu'ils soient, ne font jamais rien qu'en vue de ce qui leur parat tre bon. Evidemment toutes les associations visent un bien d'une certaine espce, et le plus important de tous les biens doit tre l'objet de la plus importante des associations, de celle qui renferme toutes les autres; et celle-l, on la nomme prcisment tat et association politique. 2. Des auteurs n'ont donc pas raison d'avancer que les caractres de roi, de magistrat, de pre de famille, et de matre, se confondent. C'est supposer qu'entre chacun d'eux toute la diffrence est du plus au moins, sans tre spcifique; qu'ainsi un petit nombre d'administrs constitueraient le matre; un nombre plus grand, le pre de famille; un plus grand encore, le magistrat ou le roi; c'est supposer qu'une grande famille est absolument un petit Etat. Ces auteurs ajoutent, en ce qui concerne le magistrat et le roi, que le pouvoir de l'un est personnel et indpendant; et que l'autre, pour me servir des dfinitions mmes de leur prtendue science, est en partie chef et en partie sujet. 3. Toute cette thorie est fausse; il suffira, pour s'en convaincre, d'adopter dans cette tude notre mthode habituelle. Ici, comme partout ailleurs, il convient de rduire le compos ses lments indcomposables, c'est--dire, aux parties les plus petites de l'ensemble. En cherchant ainsi quels sont les lments constitutifs de l'tat, nous reconnatrons mieux en quoi diffrent ces lments; et nous verrons si l'on peut tablir quelques principes scientifiques dans les questions dont nous venons de parler. Ici, comme partout ailleurs, remonter l'origine des choses et en suivre avec soin le dveloppement, est la voie la plus sre pour bien observer. 4. D'abord, il y a ncessit dans le rapprochement de deux tres qui ne peuvent rien l'un sans l'autre: je veux parler de l'union des sexes pour la reproduction. Et l rien d'arbitraire; car chez l'homme, aussi bien que chez les autres animaux et dans les plantes, c'est un dsir naturel que de vouloir laisser aprs soi un tre fait son image. C'est la nature qui, par des vues de conservation, a cr certains tres pour commander, et d'autres pour obir. C'est elle qui a voulu que l'tre dou de raison et de prvoyance commandt en matre; de mme encore que la nature a voulu que l'tre capable par ses facults corporelles d'excuter des ordres, obt en esclave; et c'est par l que l'intrt du matre et celui de l'esclave s'identifient. 5. La nature a donc dtermin la condition spciale de la femme et de l'esclave. C'est que la nature n'est pas mesquine comme nos ouvriers. Elle ne fait rien qui ressemble leurs couteaux de Delphes. Chez elle, un tre n'a qu'une destination, parce que les instruments sont d'autant plus parfaits, qu'ils servent non plusieurs usages, mais un seul. Chez les Barbares, la femme et l'esclave sont des tres de mme ordre. La raison en est simple: la nature, parmi eux, n'a point fait d'tre pour commander. Entre eux, il n'y a rellement union que d'un esclave et d'une esclave; et les

  • potes ne se trompent pas en disant: Oui, le Grec au Barbare a droit de commander, puisque la nature a voulu que Barbare et esclave ce ft tout un. 6. Ces deux premires associations, du matre et de l'esclave, de l'poux et de la femme, sont les bases de la famille; et Hsiode l'a fort bien dit dans ce vers: La maison, puis la femme, et le buf laboureur. , car le pauvre n'a pas d'autre esclave que le buf. Ainsi donc l'association naturelle de tous les instants, c'est la famille; Charondas a pu dire, en parlant de ses membres, qu'ils mangeaient la mme table; et Epimnide de Crte, qu'ils se chauffaient au mme foyer. 7. L'association premire de plusieurs familles, mais forme en vue de rapports qui ne sont plus quotidiens, c'est le village, qu'on pourrait bien justement nommer une colonie naturelle de la famille; car les individus qui composent le village ont, comme s'expriment d'autres auteurs, suc le lait de la famille ; ce sont ses enfants et les enfants de ses enfants . Si les premiers tats ont t soumis des rois, et si les grandes nations le sont encore aujourd'hui, c'est que ces Etats s'taient forms d'lments habitus l'autorit royale, puisque dans la famille le plus g est un vritable roi; et les colonies de la famille ont filialement suivi l'exemple qui leur tait donn. Homre a donc pu dire: Chacun part gouverne en matre Ses femmes et ses fils. Dans l'origine, en effet, toutes les familles isoles se gouvernaient ainsi. De l encore cette opinion commune qui soumet les dieux un roi; car tous les peuples ont eux-mmes jadis reconnu ou reconnaissent encore l'autorit royale, et les hommes n'ont jamais manqu de donner leurs habitudes aux dieux, de mme qu'ils les reprsentent leur image. 8. L'association de plusieurs villages forme un Etat complet, arriv, l'on peut dire, ce point de se suffire absolument lui-mme, n d'abord des besoins de la vie, et subsistant parce qu'il les satisfait tous. Ainsi l'tat vient toujours de la nature, aussi bien que les premires associations, dont il est la fin dernire; car la nature de chaque chose est prcisment sa fin; et ce qu'est chacun des tres quand il est parvenu son entier dveloppement, on dit que c'est l sa nature propre, qu'il s'agisse d'un homme, d'un cheval, ou d'une famille. On peut ajouter que cette destination et cette fin des tres est pour eux le premier des biens; et se suffire soi-mme est la fois un but et un bonheur. 9. De l cette conclusion vidente, que l'Etat est un fait de nature, que naturellement l'homme est un tre sociable,et que celui qui reste sauvage par organisation, et non par l'effet du hasard, est certainement, ou un tre dgrad, ou un tre suprieur l'espce humaine. C'est bien lui qu'on pourrait adresser ce reproche d'Homre: Sans famille, sans lois, sans foyer.... L'homme qui serait par nature tel que celui du pote ne respirerait que la guerre; car il serait alors incapable de toute union, comme les oiseaux de proie. 10. Si l'homme est infiniment plus sociable que les abeilles et tous les autres animaux qui vivent en troupe, c'est videmment, comme je l'ai dit souvent, que la nature ne fait rien en vain. Or, elle accorde la parole l'homme exclusivement. La voix peut bien exprimer la joie et la douleur; aussi ne manque-t-elle pas aux autres animaux, parce que leur organisation va jusqu' ressentir ces deux affections et se les communiquer. Mais la parole est faite pour exprimer le bien et le mal, et, par suite aussi, le juste et l'injuste; et l'homme a ceci de spcial, parmi tous les animaux, que seul il conoit le bien et le mal, le juste et l'injuste, et tous les sentiments de mme ordre, qui en s'associant constituent prcisment la famille et l'tat. 11. On ne peut douter que l'tat ne soit naturellement au-dessus de la famille et de chaque individu; car le tout l'emporte ncessairement sur la partie, puisque, le tout une fois dtruit, il n'y a plus de parties, plus de pieds, plus de mains, si ce n'est par une pure analogie de mots, comme on

  • dit une main de pierre; car la main, spare du corps, est tout aussi peu une main relle. Les choses se dfinissent en gnral par les actes qu'elles accomplissent et ceux qu'elles peuvent accomplir; ds que leur aptitude antrieure vient cesser, on ne peut plus dire qu'elles sont les mmes; elles sont seulement comprises sous un mme nom. 12. Ce qui prouve bien la ncessit naturelle de l'Etat et sa supriorit sur l'individu, c'est que, si on ne l'admet pas, l'individu peut alors se suffire lui-mme dans l'isolement du tout, ainsi que du reste des parties; or, celui qui ne peut vivre en socit, et dont l'indpendance n'a pas de besoins, celui-l ne saurait jamais tre membre de l'Etat. C'est une brute ou un dieu. 13. La nature pousse donc instinctivement tous les hommes l'association politique. Le premier qui l'institua rendit un immense service; car, si l'homme, parvenu toute sa perfection, est le premier des animaux, il en est bien aussi le dernier quand il vit sans lois et sans justice. Il n'est rien de plus monstrueux, en effet, que l'injustice arme. Mais l'homme a reu de la nature les armes de la sagesse et de la vertu, qu'il doit surtout employer contre ses passions mauvaises. Sans la vertu, c'est l'tre le plus pervers et le plus froce; il n'a que les emportements brutaux de l'amour et de la faim. La justice est une ncessit sociale; car le droit est la rgle de l'association politique, et la dcision du juste est ce qui constitue le droit.

    CHAPITRE II: Thorie de l'esclavage naturel. Opinions diverses pour ou contre l'esclavage; opinion personnelle d'Aristote; ncessit des instruments sociaux; ncessit et utilit du pouvoir et de l'obissance. La supriorit et l'infriorit naturelles font les matres et les esclaves; l'esclavage naturel est ncessaire, juste et utile; le droit de la guerre ne peut fonder l'esclavage. Science du matre; science de l'esclave.

    1. Maintenant que nous connaissons positivement les parties diverses dont l'tat s'est form, il faut nous occuper tout d'abord de l'conomie qui rgit les familles, puisque l'Etat est toujours compos de familles. Les lments de l'conomie domestique sont prcisment ceux de la famille elle-mme, qui, pour tre complte, doit comprendre des esclaves et des individus libres. Mais comme, pour se rendre compte des choses, il faut soumettre d'abord l'examen les parties les plus simples, et que les parties primitives et simples de la famille sont le matre et l'esclave, l'poux et la femme, le pre et les enfants, il faudrait tudier sparment ces trois ordres d'individus, et voir ce qu'est chacun d'eux et ce qu'il doit tre. 2. On a donc considrer, d'une part, l'autorit du matre, puis, l'autorit conjugale; car la langue grecque n'a pas de mot particulier pour exprimer ce rapport de l'homme et de la femme; et enfin, la gnration des enfants, notion laquelle ne rpond pas non plus un mot spcial. A ces trois lments que nous venons d'numrer, on pourrait bien en ajouter un quatrime, que certains auteurs confondent avec l'administration domestique, et qui, selon d'autres, en est au moins une branche fort importante; nous l'tudierons aussi: c'est ce qu'on appelle l'acquisition des biens. Occupons-nous d'abord du matre et de l'esclave, afin de connatre fond les rapports ncessaires qui les unissent, et afin de voir en mme temps si nous ne pourrions pas trouver sur ce sujet des ides plus satisfaisantes que celles qui sont reues aujourd'hui. 3. On soutient d'une part qu'il y a une science propre au matre et qu'elle se confond avec celle de pre de famille, de magistrat et de roi, ainsi que nous l'avons dit en dbutant. D'autres, au contraire, prtendent que le pouvoir du matre est contre nature; que la loi seule fait des hommes libres et des

  • esclaves, mais que la nature ne met aucune diffrence entre eux; et mme, par suite, que l'esclavage est inique, puisque la violence la produit. 4. D'un autre ct, la proprit est une partie intgrante de la famille; et la science de la possession fait aussi partie de la science domestique, puisque, sans les choses de premire ncessit, les hommes ne sauraient vivre, ni vivre heureux. Il s'ensuit que, comme les autres arts, chacun dans sa sphre, ont besoin, pour accomplir leur uvre, d'instruments spciaux, la science domestique doit avoir galement les siens. Or, parmi les instruments, les uns sont inanims, les autres vivants; par exemple, pour le patron du navire, le gouvernail est un instrument sans vie, et le matelot qui veille la proue, un instrument vivant, l'ouvrier, dans les arts, tant considr comme V un vritable instrument. D'aprs le mme principe, on peut dire que la proprit n'est qu'un instrument de l'existence, la richesse une multiplicit d'instruments, et l'esclave une proprit vivante; seulement, en tant qu'instrument, l'ouvrier est le premier de tous. 5. Si chaque instrument, en effet, pouvait, sur un ordre reu, ou mme devin, travailler de lui-mme, comme les statues de Ddale, ou les trpieds de Vulcain, qui se rendaient seuls, dit le pote, aux runions des dieux ; si les navettes tissaient toutes seules; si l'archet jouait tout seul de la cithare, les entrepreneurs se passeraient d'ouvriers, et les matres, d'esclaves. Les instruments, proprement dits, sont donc des instruments de production; la proprit au contraire est simplement d'usage. Ainsi, la navette produit quelque chose de plus que l'usage qu'on en fait; mais un vtement, un lit, ne donnent que cet usage mme. 6. En outre, comme la production et l'usage diffrent spcifiquement, et que ces deux choses ont des instruments qui leur sont propres, il faut bien que les instruments dont elles se servent aient entre eux une diffrence analogue. La vie est l'usage, et non la production des choses; et l'esclave ne sert qu' faciliter tous ces actes d'usage. Proprit est un mot qu'il faut entendre comme on entend le mot partie: la partie fait non seulement partie d'un tout, mais encore elle appartient d'une manire absolue une chose autre qu'elle-mme. Et pareillement pour la proprit: le matre est simplement le matre de l'esclave, mais il ne tient pas essentiellement lui; l'esclave, au contraire, est non seulement l'esclave du matre, mais encore il en relve absolument. 7. Ceci montre nette- ' ment ce que l'esclave est en soi et ce qu'il peut tre. Celui qui, par une loi de nature, ne s'appartient pas lui-mme, mais qui, tout en tant homme, appartient un autre, celui-l est naturellement esclave. Il est l'homme d'un autre, celui qui en tant qu'homme devient une proprit; et la proprit est un instrument d'usage et tout individuel. 8. Il faut voir maintenant s'il est des hommes ainsi faits par la nature, ou bien s'il n'en existe point; si, pour qui que ce soit, il est juste et utile d'tre esclave, ou bien si tout esclavage est un fait contre nature. La raison et les faits peuvent rsoudre aisment ces questions. L'autorit et l'obissance ne sont pas seulement choses ncessaires; elles sont encore choses minemment utiles. Quelques tres, du moment mme qu'ils naissent, sont destins, les uns obir, les autres commander, bien qu'avec des degrs et des nuances trs diverses pour les uns et pour les autres. L'autorit s'lve et s'amliore dans la mme mesure que les tres qui l'appliquent ou qu'elle rgit. Elle vaut mieux dans les hommes que dans les animaux, parce que la perfection de l'uvre est toujours en raison de la perfection des ouvriers; et une uvre s'accomplit partout o se rencontrent l'autorit et l'obissance. 9. Ces deux lments d'obissance et de commandement se retrouvent dans tout ensemble, form de plusieurs choses arrivant un rsultat commun, qu'elles soient d'ailleurs spares ou continues. C'est l une condition que la nature impose tous les tres anims; et l'on pourrait mme dcouvrir

  • quelques traces de ce principe jusque dans les objets sans vie: telle est, par exemple, l'harmonie dans les sons. Mais ceci nous entranerait peut-tre trop loin de notre sujet. 10. D'abord, l'tre vivant est compos d'une me et d'un corps, faits naturellement l'une pour commander, l'autre pour obir. C'est l du moins le vu de la nature, qu'il importe de toujours tudier dans les tres dvelopps suivant ses lois rgulires, et non point dans les tres dgrads. Cette prdominance de l'me est vidente dans l'homme parfaitement sain d'esprit et de corps, le seul que nous devions examiner ici. Dans les hommes corrompus ou disposs l'tre, le corps semble parfois dominer souverainement l'me, prcisment parce que leur dveloppement irrgulier est tout fait contre nature. 11. Il faut donc, je le rpte, reconnatre d'abord dans l'tre vivant l'existence d'une autorit pareille tout ensemble et celle d'un matre et celle d'un magistrat; l'me commande au corps comme un matre son esclave; et la raison, l'instinct, comme un magistrat, comme un roi. Or, videmment on ne saurait nier qu'il ne soit naturel et bon pour le corps d'obir l'me; et pour la partie sensible de notre tre, d'obir la raison et la partie intelligente. L'galit ou le renversement du pouvoir entre ces divers lments leur serait galement funeste tous. 12. II en est de mme entre l'homme et le reste des animaux: les animaux privs valent naturellement mieux que les animaux sauvages; et c'est pour eux un grand avantage, dans l'intrt mme de leur sret, d'tre soumis l'homme. D'autre part, le rapport des sexes est analogue; l'un est suprieur l'autre: celui-l est fait pour commander,et celui-ci, pour obir. 13. C'est l aussi la loi gnrale qui doit ncessairement rgner entre les hommes. Quand on est infrieur ses semblables autant que le corps l'est l'me, la brute, l'homme, et c'est la condition de tous ceux chez qui l'emploi des forces corporelles est le seul et le meilleur parti tirer de leur tre, on est esclave par nature. Tour ces hommes-l; ainsi que pour les autres tres dont nous venons de parler, le mieux est de se soumettre l'autorit du matre; car il est esclave par V nature, celui qui peut se donner un autre; et ce qui prcisment le donne un autre, c'est qu'il ne peut aller qu'au point de comprendre la raison quand un autre la lui montre; mais il ne la possde pas par lui-mme. Les autres animaux ne peu vent pas mme comprendre la raison, et ils obissent aveuglment leurs impressions. 14. Au reste, l'utilit des animaux privs et celle des esclaves sont peu prs les mmes: les uns comme les autres nous aident, par le secours de leurs forces corporelles, satisfaire les besoins de l'existence. La nature mme le veut, puisqu'elle fait les corps des hommes libres diffrents de ceux des esclaves, donnant ceux-ci la vigueur ncessaire dans les gros ouvrages de la socit, rendant au contraire ceux-l incapables de courber leur droite stature ces rudes labeurs, et les destinant seulement aux fonctions de la vie civile, qui se partage pour eux entre les occupations de la guerre et celles de la paix. 15. Souvent, j'en conviens, il arrive tout le contraire; les uns n'ont d'hommes libres que le corps, comme les autres n'en ont que l'me. Mais il est certain que, si les hommes taient toujours entre eux aussi diffrents par leur apparence corporelle qu'ils le sont des images des dieux, on conviendrait unanimement que les moins beaux doivent tre les esclaves des autres; et si cela est vrai en parlant du corps, plus forte raison le serait-ce en parlant|de l'me; mais la beaut de l'me est moins facile reconnatre que la beaut corporelle. Quoi qu'il en.puisse tre, il est vident que les uns s'ont naturellement libres et les autres naturellement esclaves, et que, pour ces derniers, l'esclavage est utile autant qu'il est juste.

  • 16. Du reste, ont nierait difficilement que l'opinion contraire renferme aussi quelque vrit. L'ide d'esclavage et d'esclave peut s'entendre de deux faons: on peut tre rduit en esclavage et y demeurer par la loi, cette loi tant une convention par laquelle celui qui est vaincu la guerre se reconnat la proprit du vainqueur. Mais bien des lgistes accusent ce droit d'illgalit, comme on en accuse souvent les orateurs politiques, parce qu'il est horrible, selon eux, que le plus fort, par cela seul qu'il peut employer la violence, fasse de sa victime son sujet et son esclave. 17. Ces deux opinions opposes sont soutenues galement par des sages. La cause de ce dissentiment et des motifs allgus de part et d'autre, c'est que la vertu a droit, quand elle en a le moyen, d'user, jusqu'. un certain point, mme de la violence, et que la victoire suppose toujours une supriorit, louable certains gards. Il est donc possible de croire que la force n'est jamais dnue de mrite, et qu'ici toute la contestation ne porte rellement que sur la notion du droit, plac pour les uns dans la bienveillance et l'humanit, et pour les autres dans la domination du plus fort. Mais chacune de ces deux argumentations contraires est en soi galement faible et fausse; car elles feraient croire toutes deux, prises sparment, que le droit de commander en matre n'appartient pas la supriorit de mrite. 18. Il y a quelques gens qui, frapps de ce qu'ils croient un droit, et une loi a bien toujours quelque apparence de droit, avancent que l'esclavage est juste quand il rsulte du fait de la guerre. Mais c'est se contredire; car le principe de la guerre elle-mme peut tre injuste, et l'on n'appellera jamais esclave celui qui ne mrite pas de l'tre; autrement, les hommes qui semblent les mieux ns pourraient devenir esclaves, et mme par le fait d'autres esclaves, parce qu'ils auraient t vendus comme prisonniers de guerre. Aussi, les partisans de cette opinion ont-ils soin d'appliquer ce nom d'esclave seulement aux Barbares et de le rpudier pour leur propre nation. Cela revient donc chercher ce que c'est que l'esclavage naturel; et c'est l prcisment ce que nous nous sommes d'abord demand. 19. Il faut, de toute ncessit, convenir que certains hommes seraient partout esclaves, et que d'autres, ne sauraient l'tre nulle part. Il en est de mme pour la noblesse: les gens dont nous venons de parler se croient nobles, non seulement dans leur patrie, mais en tous lieux; leur sens, les Barbares, au contraire, ne peuvent tre nobles que chez eux. Ils supposent donc que telle race est d'une manire absolue libre et noble, et que telle autre ne l'est que conditionnellement. C'est l'Hlne de Thodecte qui s'crie: De la race des dieux de tous cts issue, qui donc du nom d'esclave oserait me fltrir? Cette opinion revient prcisment fonder sur la supriorit et l'infriorit naturelle toute la diffrence de l'homme libre et de l'esclave, de la noblesse et de la roture. C'est croire que de parents distingus sortent des fils distingus, de mme qu'un homme produit un homme, et qu'un animal produit un animal. Mais il est vrai que bien souvent la nature veut le faire sans le pouvoir. 20. On peut donc videmment soulever cette discussion avec quelque raison, et soutenir qu'il y a des esclaves et des hommes libres par le fait de la nature; on peut soutenir que cette distinction subsiste bien rellement toutes les fois qu'il est utile pour l'un de servir en esclave, pour l'autre de rgner en matre; on peut soutenir enfin qu'elle est juste, et que chacun doit, suivant le vu de l nature, exercer ou subir le pouvoir. Par suite, l'autorit du matre sur l'esclave est galement juste et utile; ce qui n'empche pas que l'abus de cette autorit ne puisse tre funeste tous deux. L'intrt de la partie est celui du tout; l'intrt du corps est celui de l'me; l'esclave est une partie du matre; c'est comme une partie de son corps, vivante, bien que spare. Aussi entre le matre et l'esclave, quand c'est la nature qui les a faits tous les deux, il existe un intrt commun, une bienveillance rciproque; il en est tout diffremment quand c'est la loi et la force seule qui les ont faits l'un et l'autre.

  • 21. Ceci montre encore bien nettement que le pouvoir du matre et celui du magistrat sont trs distincts, et que, malgr ce qu'on en a dit, toutes les autorits ne se confondent pas en une seule: l'une concerne des hommes libres, l'autre des esclaves par nature; Tune, et c'est l'autorit domestique, appartient un seul, car toute famille est rgie par un seul chef; l'autre, celle du magistrat, ne concerne que des hommes libres et gaux. 22. On est matre, non point parce qu'on sait commander, mais parce qu'on a certaine nature; on est esclave ou homme libre par des distinctions pareilles. Mais il serait possible de former les matres la science qu'ils doivent pratiquer tout aussi bien que les esclaves; et l'on a dj profess une science des esclaves Syracuse, o, pour de l'argent, on instruisait les enfants en esclavage de tous les dtails du service domestiqu. On pourrait fort bien aussi tendre leurs connaissances et leur apprendre certains arts, comme celui de prparer les mets, ou tout autre du mme genre, puisque tels services sont plus estims ou plus ncessaires que tels autres, et que, selon le proverbe: II y a esclave et esclave, il y a matre et matre . 23. Tous ces apprentissages forment la science des esclaves. Savoir employer des esclaves forme la science du matre, qui est matre bien moins en tant qu'il possde des esclaves, qu'en tant qu'il en use. Cette science n'est, il est vrai, ni bien tendue, ni bien haute; elle consiste seulement savoir commander ce que les esclaves doivent savoir faire. Aussi, ds qu'on peut s'pargner cet embarras, on en laisse l'honneur un intendant, pour se livrer la vie politique ou la philosophie. La science de l'acquisition, mais de l'acquisition naturelle et juste, est fort diffrente des deux autres sciences dont nous venons de parler; elle a tout la fois quelque chose de la guerre et quelque chose de la chasse. 24. Nous ne pousserons pas plus loin ce que nous avions dire du matre et de l'esclave.

    CHAPITRE III: De la proprit naturelle et artificielle. Thorie de l'acquisition des biens; l'acquisition des biens ne regarde pas directement l'conomie domestique, qui emploie les biens, mais qui n'a pas les crer. Modes divers d'acquisition: l'agriculture, le pacage, la chasse, la pche, le brigandage, etc.; tous ces modes constituent l'acquisition naturelle. Le commerce est un mode d'acquisition qui n'est pas naturel; double valeur des choses, usage ci, change; ncessit et utilit de la monnaie; la vente; avidit insatiable du commerce; rprobation de l'usure. l. Puisque aussi bien l'esclave fait partie de la proprit, nous allons tudier, suivant notre mthode ordinaire, la proprit en gnral et l'acquisition des biens. La premire question est de savoir si la science de l'acquisition ne fait qu'un avec la science domestique, ^ ou si elle en est une brandie, ou seulement un auxiliaire. Si elle en est l'auxiliaire, est-ce comme l'art de faire des navettes sert l'art de tisser? ou bien comme l'art de fondre les mtaux sert au statuaire? Les services de ces deux arts subsidiaires sont en effet bien distincts: l, c'est l'instrument qui est fourni; ici, c'est la matire. J'entends par matire la substance qui sert confectionner un objet: par exemple, la laine pour le fabricant, l'airain pour le statuaire. Ceci montre que l'acquisition des biens ne se confond pas avec l'administration domestique, puisque l'une emploie ce que l'autre fournit. A qui appartient-il, en effet, de mettre en uvre les fonds de la famille, si ce n'est l'administration domestique?

  • 2. Reste savoir si l'acquisition des choses n'est qu'une branche de cette administration, ou bien une science part. D'abord, si celui qui possde cette science doit connatre les sources de la richesse et de la proprit, on doit convenir que la proprit et la richesse embrassent des objets bien divers. En premier lieu, on peut se demander si l'art de l'agriculture, et en gnral la recherche et l'acquisition des aliments, est compris dans l'acquisition des biens, ou s'il forme un mode spcial d'acqurir. 3. Mais les genres d'alimentation sont extrmement varis; et de l, cette multiplicit de genres de vie chez l'homme et chez les animaux, dont aucun ne peut subsister sans aliments. Par suite, ce sont prcisment ces diversits-l qui diversifient les existences des animaux. Dans l'tat sauvage, les uns vivent en troupes, les autres s'isolent, selon que l'exige l'intrt de leur subsistance, parce que les uns sont carnivores, les autres frugivores, et les autres omnivores. C'est pour leur faciliter la recherche et le choix des aliments que la nature leur a dtermin un genre spcial de vie. La vie des carnivores et celle des frugivores diffrent justement en ce qu'ils n'aiment point par instinct la mme nourriture, et que chacun d'eux a des gots particuliers. 4. On en peut dire autant des hommes. Leurs modes d'existence ne sont pas moins divers. Les uns, dans un dsuvrement absolu, sont nomades; sans peine et sans travail, ils se nourrissent de la chair des animaux qu'ils lvent. Seulement, comme leurs troupeaux sont forcs, pour trouver pture, de changer constamment dplace, eux aussi sont contraints de les suivre; c'est comme un champ vivant qu'ils cultivent. D'autres subsistent de proie; mais la proie des uns n'est pas celle des autres: pour ceux-ci, c'est le pillage; pour ceux-l, c'est la pche, quand ils habitent le bord des tangs ou des marais, les rivages des fleuves ou de la mer; d'autres chassent les oiseaux et les btes fauves. Mais la majeure partie du genre humain vit de la culture de la terre et de ses fruits. 5, Voici donc peu prs tous les modes d'existence o l'homme n'a besoin d'apporter que son travail personnel, sans demander sa subsistance aux changes ou au commerce: nomade, agriculteur, pillard, pcheur ou chasseur. Des peuples vivent l'aise en combinant ces existences diverses, et en empruntant l'une de quoi remplir les lacunes de l'autre: ils sont la fois nomades et pillards, cultivateurs et chasseurs, et ainsi des autres, qui embrassent le genre de vie que le besoin leur impose. 6. Cette possession des aliments est, comme on peut le voir, accorde par la nature aux animaux aussitt aprs leur naissance, et tout aussi bien aprs leur entier dveloppement Certains animaux, au moment mme de la ponte, produisent en mme temps que le petit la nourriture qui doit lui suffire jusqu' ce qu'il soit en tat de se pourvoir lui-mme. C'est le cas des vermipares et des ovipares. Les vivipares portent pendant un certain temps en eux-mmes les aliments ds nouveau-ns; ce qu'on nomme le lait n'est pas autre chose. 7. Cette possession des aliments est galement acquise aux animaux quand ils sont entirement dvelopps; et il faut croire que les plantes sont faites pour les animaux, et les animaux, pour l'homme. Privs, ils le servent et le nourrissent; sauvages, ils contribuent, si ce n'est tous, au moins la plupart, sa subsistance et ses besoins divers; ils lui fournissent des vtements et encore d'autres ressources. Si donc la nature ne fait rien d'incomplet, si elle ne fait rien en vain, il faut ncessairement qu'elle ait cr tout cela pour l'homme. 8. Aussi la guerre est-elle encore en quelque sorte un moyen naturel d'acqurir, puisqu'elle comprend cette chasse que l'on doit donner aux btes fauves et aux hommes qui, ns pour obir, refusent de se soumettre; c'est une guerre que la nature elle-mme a faite lgitime.

  • Voil donc un mode d'acquisition naturelle, faisant partie de l'conomie domestique, qui doit le trouver tout fait ou se le procurer, sous peine de ne point accumuler ces indispensables moyens de subsistance sans lesquels ne se formeraient, ni l'association de l'Etat, ni l'association de la famille. 9. Ce sont mme l, on peut le dire, les seules vritables richesses; et les emprunts que le bien-tre peut faire ce genre d'acquisition sont bien loin d'tre illimits, comme Solon v l'a potiquement prtendu: L'homme peut sans limite augmenter ses richesses. C'est qu'au contraire, il y a ici une limite comme dans tous les autres arts. En effet il n'est point d'art dont les instruments ne soient borns en nombre et en tendue; et la richesse n'est que l'abondance des instruments domestiques et sociaux. Il existe donc videmment un mode d'acquisition naturelle commun aux chefs de famille et aux chefs des tats. Nous avons vu quelles en taient les sources. 10. Reste maintenant cet autre genre d'acquisition qu'on appelle plus particulirement, et juste titre, l'acquisition des biens; et pour celui-l, on pourrait vraiment croire que la richesse et la proprit peuvent s'augmenter indfiniment. La ressemblance de ce second mode d'acquisition avec le premier, est cause qu'ordinairement on ne voit dans tous deux qu'un seul et mme objet. Le fait est qu'ils ne sont ni identiques, ni bien loigns; le premier est naturel; l'autre ne vient pas de la nature, et il est bien plutt le produit de l'art et de l'exprience. Nous en commencerons ici l'tude. 11. Toute proprit a deux usages, qui tous deux lui appartiennent essentiellement, sans toutefois lui appartenir de la mme faon: l'un est spcial la chose, l'autre ne l'est pas. Une chaussure peut la fois servir chausser le pied ou faire un change. On peut du moins en tirer ce double usage. Celui qui, contre de l'argent ou contre des aliments, change une chaussure dont un autre a besoin, emploie bien cette chaussure en tant que chaussure, mais non pas cependant avec son utilit propre; car elle n'avait point t faite pour l'change. J'en dirai autant de toutes les autres proprits; l'change, en effet, peut s'appliquer toutes, puisqu'il est n primitivement entre les hommes de l'abondance sur tel point et de la raret sur tel autre, des denres ncessaires la vie. 12. Il est trop clair que, dans ce sens, la vente ne fait nullement partie de l'acquisition naturelle. Dans l'origine, l'change ne s'tendait pas au del des plus stricts besoins, et il est certainement inutile dans la premire association, celle de la famille. Pour qu'il se produise, il faut que dj le cercle de l'association soit plus tendu. Dans le sein de la famille, tout tait commun; parmi les membres qui se sparrent, une communaut nouvelle s'tablit pour des objets non moins nombreux que les premiers, mais diffrents, et dont on dut se faire part suivant le besoin. C'est encore l le seul genre d'change que connaissent bien des nations barbares; il ne va pas au del du troc des denres indispensables; c'est, par exemple, du vin donn ou reu pour du bl; et ainsi du reste. 13. Ce genre d'change est parfaitement naturel, et n'est point, vrai dire, un mode d'acquisition, puisqu'il n'a d'autre but que de pourvoir la satisfaction de nos besoins naturels. C'est l, cependant, qu'on peut trouver logiquement l'origine de la richesse. A mesure que ces rapports de secours mutuels se transformrent en se dveloppant, par l'importation des objets dont on tait priv et l'exportation de ceux dont on regorgeait, la ncessit introduisit l'usage de la monnaie, les denres indispensables tant, en nature, de transport difficile. 14. On convint de donner et de recevoir dans les changes une matire qui, utile par elle-mme, ft aisment maniable dans les usages habituels de la vie; ce fut du fer, par exemple, de l'argent, ou telle autre substance analogue, dont on dtermina d'abord la dimension et le poids, et qu'enfin, pour

  • se dlivrer des embarras de continuels mesurages, on marqua d'une empreinte particulire, signe de sa valeur. 15. Avec la monnaie, ne des premiers changes indispensables, naquit aussi la vente, autre forme d'acquisition, excessivement simple dans l'origine, mais perfectionne bientt par l'exprience, qui rvla, dans la circulation des objets, les sources et les moyens de profits considrables. 16. Voil comment il semble que la science de l'acquisition a surtout l'argent pour objet, et que son but principal est de pouvoir dcouvrir les moyens de multiplier les biens; car elle doit crer les biens et l'opulence. C'est qu'on place souvent lopulence dans l'abondance de l'argent, parce que c'est sur l'argent que roulent l'acquisition et la vente; et cependant cet argent n'est en lui-mme qu'une chose absolument vaine, n'ayant de valeur que par la loi et non par la nature, puisqu'un changement de convention parmi ceux qui en font usage peut le dprcier compltement, et le rendre tout fait incapable de satisfaire aucun de nos besoins. En effet, un homme, malgr tout son argent, ne pourra-t-il pas manquer des objets de premire ncessit? Et n'est-ce pas une plaisante richesse que celle dont l'abondance n'empche pas de mourir de faim? C'est comme ce Midas de la mythologie, dont le vu cupide faisait changer en or tous les mets de sa table. 17. C'est donc avec grande raison que les gens senss se demandent si l'opulence et la source de la richesse ne sont point ailleurs; et certes la richesse et lacquisition naturelles, objet de la science domestique, sont tout autre chose. Le commerce produit des biens, non point d'une manire absolue, mais par le dplacement d'objets dj prcieux en eux-mmes. Or c'est l'argent qui parat surtout proccuper le commerce; car l'argent est l'lment et le but de ses changes; et la fortune qui nat de cette nouvelle branche d'acquisition semble bien rellement n'avoir aucune borne. La mdecine vise multiplier ses guri -sons l'infini; comme elle, tous les arts placent dans, l'infini l'objet qu'ils poursuivent, et tous y prtendent de toutes leurs forces. Mais du moins les moyens qui les conduisent leur but spcial sont limits, et ce but lui-mme leur sert tous de borne; bien loin de l, l'acquisition commerciale n'a pas mme pour fin le but qu'elle poursuit, puisque son but est prcisment une opulence et un enrichissement indfinis. 18. Mais si l'art de cette richesse n'a pas de bornes, la science domestique en a, parce que son objet est tout diffrent. Ainsi, l'on pourrait fort bien croire premire vue que toute richesse sans exception a ncessairement des limites. Mais les faits sont l pour nous prouver le contraire; tous les ngociants voient s'accrotre leur argent sans aucun terme. Ces deux espces si diffrentes d'acquisition, employant le mme fonds qu'elles recherchent toutes deux galement, quoique dans des vues bien diverses, l'une ayant un tout autre but que l'accroissement indfini de l'argent, qui est l'unique objet de l'autre, cette ressemblance a fait croire bien des gens que la science domestique avait aussi la mme porte; et ils se persuadent fermement qu'il faut tout prix conserver ou augmenter l'infini la somme d'argent qu'on possde. 19. Pour en venir l, il faut tre proccup uniquement du soin de vivre, sans songer vivre comme on le doit. Le dsir de la vie n'ayant pas de bornes, on est directement port dsirer, pour le satisfaire, des moyens qui n'en ont pas davantage. Ceux-l mmes qui s'attachent vivre sagement recherchent aussi des jouissances corporelles; et comme la proprit semble encore assurer ces jouissances, tous les soins des hommes se portent amasser du bien; de l, nat cette seconde branche d'acquisition dont je parle. Le plaisir ayant absolument besoin d'une excessive abondance, on cherche tous les moyens qui peuvent la procurer. Quand on ne peut les trouver dans les acquisitions naturelles, on les demande ailleurs; et Ton applique ses facults des usages que la nature ne leur destinait pas.

  • 20. Ainsi, faire de l'argent n'est pas l'objet du courage, qui ne doit nous donner qu'une mle assurance; ce n'est pas non plus l'objet de l'art militaire ni de la mdecine, qui doivent nous donner, l'un la victoire, l'autre la sant; et cependant, on ne fait de toutes ces professions qu'une affaire d'argent, comme si c'tait l leur but propre et que tout en elles dt viser atteindre ce but. Voil donc ce que j'avais dire sur les divers moyens d'acqurir le superflu; j'ai fait voir ce que sont ces moyens, et comment ils peuvent nous devenir un rel besoin. Quant l'art de la vritable et ncessaire richesse, j'ai montr qu'il tait tout diffrent de celui-l; qu'il n'tait que l'conomie naturelle, uniquement occupe du soin de la subsistance; art non pas infini comme l'autre, mais ayant au contraire des limites positives. 21. Ceci rend parfaitement claire la question que nous nous tions d'abord pose, savoir si l'acquisition des biens est ou non l'affaire du chef de famille et du chef de l'Etat. Il est vrai qu'il faut toujours supposer la prexistence de ces biens. Ainsi, la politique mme ne fait pas les hommes; elle les prend tels que la nature les lui donne, et elle en use. De mme, c'est la nature de nous fournir les premiers aliments, qu'ils viennent de la terre, de la mer, ou de toute autre source; c'est ensuite au chef de famille de disposer de ces dons comme il convient de le faire; c'est ainsi que le fabricant ne cre pas la laine; niais il doit savoir l'employer, en distinguer les qualits et les dfauts, et connatre celle qui peut servir et celle qui ne le peut pas. 22. On pourrait demander encore pourquoi, tandis que l'acquisition des biens fait partie du gouvernement domestique, la mdecine lui est trangre, bien que les membres de la famille aient besoin de sant tout autant que de nourriture, ou de tel autre objet indispensable pour vivre. En voici la raison: si d'un ct le chef de famille et le chef de l'tat doivent s'occuper de la sant de leurs administrs, d'un autre ct, ce soin regarde, non point eux, mais le mdecin. De mme, les biens de la famille, jusqu' certain point, concernent son chef, et, jusqu' certain point, concernent non pas lui, mais la nature qui doit les fournir. C'est exclusivement la nature,.je le rpte, de donner le premier fonds. C'est la nature d'assurer la nourriture l'tre qu'elle cre; et, en effet, tout tre reoit les premiers aliments de celui qui lui transmet la vie. Voil aussi pourquoi les fruits et les animaux forment un fonds naturel que tous les hommes savent exploiter. 23. L'acquisition des biens tant double, comme nous l'avons vu, c'est--dire la fois commerciale et domestique, celle-ci ncessaire et estime bon droit, celle-l ddaigne non moins justement comme n'tant pas naturelle, et ne rsultant que du colportage des objets, on a surtout raison d'excrer l'usure, parce qu'elle est un mode d'acquisition n de l'argent lui-mme, et ne lui donnant pas la destination pour laquelle on l'avait cr. L'argent ne devait servir qu' l'change; et l'intrt qu'on en tire le multiplie lui-mme, comme l'indique assez le nom que lui donne la langue grecque.^Les pres ici sont absolument semblables aux enfants. L'intrt est de l'argent issu d'argent, et c'est de toutes les acquisitions celle qui est la plus contraire la nature.

    CHAPITRE IV: Considrations pratiques sur l'acquisition des biens; richesse naturelle, richesse artificielle: l'exploitation des bois et des mines est une troisime espce de richesse. Auteurs qui ont crit sur ces matires: Chars de Paros et Apollodore de Lemnos. Spculations ingnieuses et sres pour acqurir de la fortune; spculation de Thaes; les monopoles employs par les particuliers et par les tats.

  • 1. De la science, que nous avons suffisamment dveloppe, passons maintenant quelques considrations sur la pratique. Dans tous les sujets tels que celui-ci, un libre champ est ouvert la thorie; mais l'application a ses ncessits. La science de la richesse dans ses branches pratiques consiste connatre fond le genre, le lieu et l'emploi des produits les plus avantageux: savoir, par exemple, si l'on doit se livrer l'lve des chevaux, ou celui des bufs ou des moutons, ou de tels autres animaux, dont on doit apprendre choisir habilement les espces les plus profitables selon les localits; car toutes ne russissent pas galement partout. La pratique consiste aussi connatre l'agriculture, et les terres qu'il faut laisser sans arbres et celles qu'il convient de planter; elle s'occupe enfin avec soin des abeilles et de tous les animaux de l'air et des eaux qui peuvent offrir quelques ressources. 2. Tels sont les premiers lments de la richesse proprement dite. Quant la richesse que produit l'change, son lment principal, c'est le commerce, qui se partage en trois branches diversement sres et diversement lucratives: commerce par eau, commerce par terre, et vente en boutique. Vient en second lieu le prt intrt, et enfin le salaire, qui peut s'appliquer des ouvrages mcaniques, ou bien des travaux purement corporels de manuvres qui n'ont que leurs bras. Il est encore un troisime genre de richesse intermdiaire entre la richesse naturelle et la richesse d'change, tenant de l'une et de l'autre et venant de tous les produits de la terre, qui, pour n'tre pas des fruits, n'en ont pas moins leur utilit: c'est l'exploitation des bois; c'est celle des mines, dont les divisions sont aussi nombreuses que les mtaux mmes tirs du sein de la terre. 3. Ces gnralits doivent nous suffire. Des dtails spciaux et prcis peuvent tre utiles aux mtiers qu'ils concernent; pour nous, ils ne seraient que fastidieux. Parmi les mtiers, les plus relevs sont ceux qui donnent le moins au hasard; les plus mcaniques, ceux qui dforment le corps plus que les autres; les plus serviles, ceux qui l'occupent davantage; les plus dgrads enfin, ceux qui exigent le moins d'intelligence et de mrite. 4. Quelques auteurs, au surplus, ont approfondi ces diverses matires. Chars de Paros et Apollodore de Lemnos, par exemple, se sont occups de la culture des champs et des bois. Le reste a t trait dans d'autres ouvrages, que devront tudier ceux que ces sujets intressent. Ils feront bien aussi de recueillir les traditions rpandues sur les moyens qui ont conduit quelques personnes la fortune. Tous ces renseignements peuvent tre profitables pour ceux qui tiennent y parvenir leur tour. 5. Je citerai ce qu'on raconte de Thaes de Milet; c'est une spculation lucrative, dont on lui a fait particulirement honneur, sans doute cause de sa sagesse, mais dont tout le monde est capable. Ses connaissances en astronomie lui avaient fait supposer, ds l'hiver, que la rcolte suivante des olives serait abondante; et, dans la vue de rpondre quelques reproches sur sa pauvret, dont n'avait pu le garantir une inutile philosophie, il employa le peu d'argent qu'il possdait fournir des arrhes pour la location de tous les pressoirs de Milet et de Chios; il les eut bon march, en l'absence de tout autre enchrisseur. Mais quand le temps fut venu, les pressoirs tant recherchs tout coup par une foule de cultivateurs, il les sous-loua au prix qu'il voulut. Le profit fut considrable; et Thaes prouva, par cette spculation habile, que les philosophes, quand ils le veulent, savent aisment s'enrichir, bien que ce ne soit pas l l'objet de leurs soins. 6. On donne ceci pour un grand exemple d'habilet de la part de Thaes; mais, je le rpte, cette spculation appartient en gnral tous ceux qui sont en position de se crer un monopole. Il y a mme des Etats qui, dans un besoin d'argent, ont recours cette ressource, et s'attribuent un monopole gnral de toutes les ventes.

  • 7. Un particulier, en Sicile, employa les dpts faits chez lui acheter le fer de toutes les usines; puis, quand les ngociants venaient des divers marchs, il tait seul le leur vendre; et, sans augmenter excessivement les prix, il gagna cent talents pour cinquante. 8. Denys en fut inform; et tout en permettant au spculateur d'emporter sa fortune, il l'exila de Syracuse pour avoir imagin une opration prjudiciable aux intrts du prince. Cette spculation cependant est au fond la mme que celle de Thales: tous deux avaient su se faire un monopole. Les expdients de ce genre sont utiles connatre, mme pour les chefs des Etats. Bien des gouvernements ont besoin, comme les familles, d'employer ces moyens-l pour s'enrichir; et l'on pourrait mme dire que c'est de cette seule partie du gouvernement que bien des gouvernants croient devoir s'occuper.

    CHAPITRE V: Du pouvoir domestique; rapports du mari la femme, du pre aux enfants. Vertus particulires et gnrales de l'esclave, de la femme et de l'enfant. Diffrence profonde de l'homme et de la femme; erreur de Socrate; louables travaux de Gorgias. Qualits de l'ouvrier. Importance de l'ducation des femmes et de celle des enfants. 1. Nous avons dit que l'administration de lu famille repose sur trois sortes de pouvoirs: celui du matre, dont nous avons parl plus haut, celui du pre, et celui de l'poux. On commande la femme et aux enfants comme des tres galement libres, mais soumis toutefois une autorit diffrente, rpublicaine pour la premire, et royale pour les autres. L'homme, sauf les exceptions contre nature, est appel commander plutt que la femme, d mme que l'tre le plus g et le plus accompli est appel commander l'tre plus jeune et incomplet. 2. Dans la constitution rpublicaine, on passe ordinairement par une alternative d'obissance et d'autorit, parce que tous les membres doivent y tre naturellement gaux et semblables en tout; ce qui n'empche pas qu'on cherche distinguer la position de chef et de subordonn, tant qu'elle dure, par quelque signe extrieur, par des dnominations, par des honneurs. C'est aussi ce que pensait Amasis, quand il racontait l'histoire de sa cuvette. Le rapport de l'homme la femme reste toujours tel que je viens de le dire. L'autorit du pre sur ses enfants est au contraire toute royale. L'affection et l'ge donnent le pouvoir aux parents aussi bien qu'aux rois; et quand Homre appelle Jupiter Pre immortel des hommes et des dieux, il a bien raison d'ajouter qu'il est aussi leur roi; car un roi doit la fois tre suprieur ses sujets par ses facults naturelles, et cependant tre de la mme race qu'eux; et telle est prcisment la relation du plus vieux au plus jeune, et du pre l'enfant. 3. Il n'est pas besoin de dire qu'on doit mettre bien plus de soin l'administration des hommes qu' celle des choses inanimes, la perfection des premiers qu' la perfection des secondes, qui constituent la richesse; bien plus de soin la direction des tres libres qu' celle des esclaves. La premire question, quant l'esclave, c'est de savoir si l'on peut attendre de lui, au del de sa vertu d'instrument et de serviteur, quelque vertu, comme la sagesse, le courage, l'quit, etc.; ou bien, s'il ne peut avoir d'autre mrite que ses services tout corporels. Des deux cts, il y a sujet de doute. Si l'on suppose ces vertus aux esclaves, o sera leur diffrence avec les hommes libres? Si on les leur refuse, la chose n'est pas moins absurde; car ils sont hommes, et ont leur part de raison. 4. La question est peu prs la mme pour la femme et l'enfant. Quelles sont leurs vertus spciales? La femme peut-elle tre sage, courageuse et juste comme un homme? L'enfant peut-il tre sage et dompter ses passions, ou ne le peut-il pas? Et d'une manire gnrale, l'tre fait par la nature pour commander et l'tre destin obir doivent-ils possder les mmes vertus ou des vertus

  • diffrentes? Si tous deux ont un mrite absolument gal, d'o vient que l'un doit commander, et l'autre obir jamais? Il n'y a point ici de diffrence possible du plus au moins: autorit et obissance diffrent spcifiquement, et entre le plus et le moins il n'existe aucune diffrence de ce genre. 5. Exiger des vertus de l'un, n'en point exiger de l'autre serait encore plus trange. Si l'tre qui commande n'a ni sagesse ni quit, comment pourra-t-il bien commander? Si l'tre qui obit est priv de ces vertus, comment pourra-t-il bien obir? Intemprant, paresseux, il manquera tous ses devoirs. Il y a donc ncessit vidente que tous deux aient des vertus, mais des vertus aussi diverses que le sont les espces des tres destins par la nature la soumission. C'est ce que nous avons dj dit de l'me. En elle, la nature a fait deux parties distinctes: l'une pour commander, l'autre pour obir; et leurs qualits sont bien diverses, l'une tant doue draison, l'autre en tant prive. 6. Cette relation s'tend videmment au reste des tres; et dans le plus grand nombre, la nature a tabli le commandement et l'obissance. Ainsi, l'homme libre commande l'esclave tout autrement que l'poux la femme, et le pre l'enfant; et pourtant les lments essentiels de l'me existent dans tous ces tres; mais ils y sont des degrs bien divers. L'esclave est absolument priv de volont; la femme en a une, mais en sous-ordre; l'enfant' n'en a qu'une incomplte. 7. Il en est ncessairement de mme des vertus morales. On doit les supposer dans tous ces tres, mais des degrs diffrents, et seulement dans la proportion indispensable la destination de chacun d'eux. L'tre qui commande doit avoir la vertu morale dans toute sa perfection; sa tche est absolument celle de l'architecte qui ordonne; et l'architecte ici, c'est la raison. Quant aux autres, ils ne doivent avoir de vertus que suivant les fonctions qu'ils ont remplir. 8. Reconnaissons donc que tous les individus dont nous venons de parler ont leur part de vertu morale, mais que la sagesse de l'homme n'est pas celle de la femme, que son courage, son quit, ne sont pas les mmes, comme le pensait Socrate, et que la force de l'un est toute de commandement; celle de l'autre, toute de soumission. Et j'en dis autant de toutes leurs autres vertus; car ceci est encore bien plus vrai, quand on se donne la peine d'examiner les choses en dtail. C'est se faire illusion soi-mme que de dire, en se bornant des gnralits, que la vertu est une bonne disposition de l'me , et la pratique de la sagesse; ou de rpter telle autre explication tout aussi vague. A de pareilles dfinitions, je prfre de beaucoup la mthode de ceux qui, comme Gorgias, se sont occups de faire le dnombrement de toutes les vertus. Ainsi, en rsum, ce que dit le pote d'une des qualits fminines: Un modeste silence est l'honneur de la femme, est galement juste de toutes les autres; cette rserve ne sirait pas un homme. 9. L'enfant tant un tre incomplet, il s'ensuit videmment que la vertu ne lui appartient pas vritablement, mais qu'elle doit tre rapporte l'tre accompli qui le dirige. Le rapport est le mme du matre l'esclave. Nous avons tabli que l'utilit de l'esclave s'applique aux besoins de l'existence; la vertu ne lui sera donc ncessaire que dans une proportion fort troite; il n'en aura que ce qu'il en faut pour ne point ngliger ses travaux par intemprance ou paresse. 10. Mais, ceci tant admis, pourra-t-on dire: Les ouvriers aussi devront donc avoir de la vertu, puisque souvent l'intemprance les dtourne de leurs travaux? Mais n'y a-t-il point ici une norme diffrence? L'esclave partage notre vie; l'ouvrier au contraire vit loin de nous et ne doit avoir de vertu qu'autant prcisment qu'il a d'esclavage; car le labeur de l'ouvrier est en quelque sorte un esclavage limit. La nature fait l'esclave; elle ne fait pas le cordonnier ou tel autre ouvrier.

  • 11. Il fait donc avouer que le matre doit tre pour l'esclave l'origine de la vertu qui lui est spciale., bien qu'il n'ait pas, en tant que matre, lui communiquer l'apprentissage de ses travaux. Aussi est-ce bien tort que quelques personnes refusent toute raison aux esclaves et ne veulent jamais leur donner que des ordres; il faut au contraire les reprendre avec plus d'indulgence encore que les enfants. Du reste, je m'arrte ici sur ce sujet. Quant a ce qui concerne l'poux et la femme, le pre et les enfants, et la vertu particulire de chacun d'eux, les relations qui les unissent, leur conduite bonne ou blmable, et tous les actes qu'ils doivent rechercher comme louables ou fuir comme rprhensibles, ce sont l des objets dont il faut ncessairement s'occuper dans les tudes politiques. 12 En effet.tons ces individus tiennent la famille, aussi bien que la famille tient l'Etat; or, la vertu des parties doit se rapporter celle de l'ensemble. Il faut donc que l'ducation des enfants et des femmes soit en harmonie avec l'organisation politique, s'il importe rellement que les enfants et les femmes soient bien rgls pour que l'tat le soit comme eux. Or c'est l ncessairement un objet de grande importance; car les femmes composent la moiti des personnes libres; et ce sont les enfants qui formeront un joui- les membres de l'Etat. 13. En rsum, aprs ce que