l’ acropole de lugdunum les romains à · pdf filen°80 - mai 2016 - gratuit...

Click here to load reader

Post on 13-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • N80 - MAI 2016 - GRATUIT

    L ACROPOLE DE LUGDUNUM

    LES ROMAINS FOURVIRE

  • La Ficelle Mai 2016 / Page 3

    Directrice de la publication Julie Bordet-Richard (06 14 03 75 34)

    Rdaction : Julie Bordet-Richard (09 53 16 34 19)Josette Bordet (04 78 28 16 58)

    Publicit Daba GeninResponsable publicit(06 51 30 00 71)[email protected] Ficelle. 94 bd de la Croix-Rousse69001 Lyon Tl. 04 78 28 16 [email protected]

    Impression : IPS (Reyrieux -01)Edit 15 000 exemplaires

    Distribution : Socit Goliath, Lyon 1er

    La ficelle SARLCapital : 8000 euros. Sige social :94 boulevard de la Croix-Rousse69001 Lyon. Objet social : ditionde publications de presse et desites InternetGrant : A. Bordet. RCS : 503 200 487 RCS LYONISSN 2111-8914

    Toute reproduction ou reprsentationintgrale ou partielle par quelquesprocds que ce soit, des pages et despublicits publies dans la prsentepublication, faite sans autorisation del'diteur est illicite et constitue unecontrefaon.

    Retrouvez La ficelle en tlchargement sur

    www.laficelle.com

    Les lieux de dpt du journal figurent sur www.laficelle.com

    Edito

    N80 - MAi 2016

    Sommaire

    La ficelle se bambaneL acropole deLugdunum :les romains Fourvire

    La ficelle dmleCaligula : unempereur fou Lugdunum

    En imagesLyon dautrefois

    Les rendez-vous de La ficelleLagenda de mai

    Les lieux o trouver La ficelle

    Le journal ne vit que par ses annonceurs, en lesprivilgiant lors de vos achats, vous aiderez La ficelle.

    LA FICELLE FTE SES

    8 ANS !MERCI VOUS !TOUTE LQUIPE DE LA FICELLE

  • La Ficelle Mai 2016 / Page 4

    La Ficelle se bambane

    En 43 av JC, un petit groupe de vtrans de larme romaine reoit gratuitementdes terres confisques aux Gaulois, afin de contribuer par leur installation crer

    un foyer de romanisation.

    L ACROPOLE DE LUGDUNUM

    LES ROMAINS FOURVIRE

    Une situation stratgique Situe au carrefour entre les provinces de laGaule nouvellement conquise, la colonie ro-maine fonde par Munatius Plancus, joue lerle de contrleur . Sa position gogra-phique facilite les communications entre lesrgions (et les ventuels transports de troupes)en vue dune unification des territoiresconquis. Au confluent des voies navigablesdu Rhne et de la Sane la colline de Four-vire domine les installations gauloises de Vaise,et de Condate au pied de la Croix-Rousse.Fonder une colonie relve dun ensemble degestes qui vont relier les individus dans un

    mme espace. Tout dabord, au jour de la nais-sance, le fondateur se place au centre de la fu-ture colonie, face lest, et avec un instrumentqui vise le soleil au moment de son appari-tion, il dtermine lorient de ce jour. De cepoint, un axe est trac dest en ouest : cest larue principale. Un deuxime axe, perpendi-culaire, dessine la deuxime rue importantedu nord au sud. leur intersection on placele forum situ au centre du mouvement ap-parent du soleil dans le ciel, donc symbolique-ment dans laxe de rotation du monde , au-tour duquel va sarticuler la ville. Sur le mo-dle de Rome, Lugdunum est fonde.

    Trs vite le rseau des routes impriales est ta-bli par Agrippa. Il sappuie en partie sur despistes celtiques qui utilisent les reliefs des d-fils, combes ou abords des cours deau. Qua-tre voies en toile partent de Lugdunum :lAquitaine (rue Radisson), la voie du Rhin (parallle la monte saint Barthlmy, elle tra-verse la Sane et emprunte la monte des Car-mlites), la voie de lOcan ( le long dePierre-Size et Vaise) , la Narbonnaise ( direc-tion de Vienne et Marseille). Les importantesroutes fluviales dj utilises par les Gauloisconnaissent, elles aussi, des amnagements.Le Rhne et la Sane sont endigus, le

    Sur les gradins du thtre dAuguste, Lugdunum se raconte.

  • La Ficelle Mai 2016 / Page 5

    confluent et les iles consolids et des ports sontamnags. Dans la nouvelle ville, les colons affluent, lesbtiments se multiplient, le pouvoir sinstalle y frappe monnaie dor et dargent : Gou-verneurs, snateurs et hauts fonctionnaires im-priaux sont nomms par Rome. Ces dernierssont chargs de percevoir les impts, grer lesmines de fer et recruter les gladiateurs, tan-dis que les Gaulois qui on fait allgeance aupouvoir imprial, se voient accorder la gestionde la cit. Les hommes libres les plus fortu-ns forment une sorte de conseil quivalentdu Snat de Rome . Exactions, confiscationset esclavage tant le lot des vaincus, ceux-ci sevoient contraints dadhrer aux grandes va-leurs de Rome, qui, reconnaissante, accorde ses enfants (ns Lyon de parents ci-toyens), la citoyennet locale avec le droit departiciper la vie administrative. Une culturecommune sinstalle : adoption de la languelatine, des vtements et du mobilier, pntra-tion de la religion romaine, usage de la mon-naie et du systme mtrique, acceptation dudroit romain. La romanisation est enmarche ( ?) Lugdunum, qui est btie sur le modle deRome (aux frais des trois provinces), appar-tient aux romains. Plusieurs empereurs y s-journent ou naissent, chacun apportant sa

    contribution au dveloppement de la capitaledes Gaules. Auguste et Agrippa, beau-pre et gendre, en-treprennent des travaux gigantesques pourfaire du camp militaire une trs grande cit. Pour asseoir son pouvoir, Auguste, premierempereur sjournant Lugdunum en 15 avJC, dcide la cration dun sanctuaire ddiau culte imprial sur les pentes de la Croix-Rousse. Une fois par an, les reprsentants des60 cits des trois provinces gauloises, la Lyon-naise, la Belgique lAquitaine (regroupes parAuguste) sy runissent pour clbrer leur at-tachement Rome et leur fidlit lempe-reur. Auguste fait aussi construire, sur la col-line de Fourvire, un thtre convenant sonstatut dempereur. Les normes masses depierres sont remontes par bateaux sur leRhne depuis les carrires du sud de laFrance. Ainsi le thtre fut-il apport parmorceaux, comme un jeu de construction, de-

    puis les colossales carrires de Glanum otaient taills, non seulement les blocs eux-mmes, mais aussi toutes les moulurations .On peut imaginer la difficult et le cot dutransport fait la remonte du fleuve. Ldi-fice prend appui sur des votes qui suppor-tent les gradins dune capacit denviron10 000 spectateurs. Mur de scne, espla-nade, galerie extrieure forment un ensem-ble monumental. La reconstitution du mca-nisme du rideau de scne est voir au mu-se.Pendant le IIe sicle la prosprit rgne Lyon.Situe au carrefour des voies terrestres et flu-viales, la ville est aussi devenue capitale co-nomique de la Gaule. Les corporations desNautes (bateliers) contrlent limportantequantit de marchandises qui empruntent cetaxe reliant la Mditerrane aux pays duNord, et possdent toute une flottille - voya-geurs et marchandises- utilisant une nom-breuse main-duvre daffranchis et des-claves .Octrois et taxes enrichissent la ville quiaugmente sa population et multiplie son bti.De la colline de Fourvire jusqu la Presquile,des maisons luxueuses sont construites affi-chant la richesse de leur propritaire. Sur leplateau, tout un quartier sest cr autour dunimmense btiment qui domine la ville (versla tour mtallique). Son imposante terrasse

    Auguste fait construire, surla colline de Fourvire, unthtre convenant son

    statut dempereur.

    Colonnes du mur de scne surfond de muse gallo-romain

    Vestiges de laqueduc du Gier- appareilrticul associ aux briques

  • La Ficelle Mai 2016 / Page 6

    La Ficelle se bambane

    entoure dune colonnade, les nombreusespices et leurs bains chauffs, montrent un b-timent aux allures de palais digne dun Gou-verneur.

    Embellissement de la ville hauteAu sommet de la colline de Fourvire, la cit,en vritable acropole, se pare ddifices lamanire de Rome. On y trouve des btimentsadministratifs groups autour du forum, ainsique des temples ddis aux dieux protecteurs,situs plusieurs endroits. Trs prs duthtre dAuguste, se construit lOdon. R-serv aux reprsentations musicales ou d-clamations, il peut accueillir 3000 per-sonnes. Au-dessus, se dresse un imposant di-fice public (longtemps considr comme letemple de Cyble). Plus loin, au-del de la ruedes Farges, des grands thermes sont la dis-position des habitants. Comme dans touteville romaine, un cirque, non encore localis,est probablement construit aux abords de laville haute. Des boutiques, des ateliers et denombreuses villas en terrasses avec jardins etfontaines, occupent tout le plateau. Pour ali-menter la ville en eau, un ensemble de qua-tre aqueducs est mis en place. Ils viennent desmonts alentour et fournissent leau qui va ali-menter les fontaines et les thermes. Le sys-tme utilise la pesanteur comme moteur detransport et implique un canal au tracadapt aux irrgularits du terrain. Le main-tien dune pente rgulire a ncessit laconstruction de ponts, de murs et darches,ltablissement de siphons, le creusement detunnels sur des kilomtres en amont depuisle captage de la source. Un vrai travail de ro-mains ! Le plus monumental dentre eux,laqueduc du Gier est encore visible denombreux endroits de son parcours. On peutapercevoir lun de ses vestiges imbriqudans les maisons de la partie ouest de la rue

    Radisson (arases en briques, parement rti-cul*).La population de Lugdunum, pendant ce si-cle de prosprit et de paix, a considrablementaugment pour atteindre environ 80 000 ha-bitants. Les empereurs marquent la ville deleurs empreintes personnelles. Le sjour de Ca-ligula Lyon laisse des souvenirs de festivitset de cruaut. Des festins et des joutes oratoiresaux gages froces, ainsi que lassassinat dePtolme de Maurtanie (petit-fils de Clo-ptre et Marc Antoine) dans lamphithtredes Trois Gaules, tmoignent de son passage.Claude, n dans la ville, reste clbre par le dis-cours quil prononce en faveur de lentre desGaulois au Snat, transcrit sur la Table Clau-dienne (expose au muse).On attribue Hadrien, lempereur humanisteet grand voyageur, la co