je me souviens - recit de voyage

Download Je me souviens - Recit de voyage

Post on 06-Mar-2016

215 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Recit de voyage inspirant à Québec organisé par ImFusio en Octobre 2012

TRANSCRIPT

  • RECIT DE VOYAGE Qubec - Du 6 au 12 Octobre 2012

  • JE ME SOUVIENS Je me souviens Je me souviens quon ma parl dAtomes : les atomes de Martin Lon. Alors jai dcid dcouter lalbum pour me souvenir Je me souviens Je me souviens de tant de choses et le fois de rien ; ou plutt jai limpression que ctait hier et en mme temps il y a bien longtemps comme si ctait un rve Je me souviens Je me souviens de femmes et dhommesqui ont particip et contribu ce voyage, certains comme des auto-stoppeurs que lon prend en chemin pour partager un bout de route, certains comme des capitaines de bord et avec qui on se laisse porter, certains comme des maons du cur qui nous ont aid construire ce voyage, invisible et parfois l certains comme des habitants habits et inspirants certains de quelques minutes, de quelques heures ou de quelques jours avec un point commun : celui dtre tous voyageurs. Je me souviens Je me souviens de ces qubcois, qui taccueillent, sans jugement, juste comme tu es, en retard ou en avance, bras ouverts et avec le sourire Je me souviens du naturel et de lvidence, pas de questions pour eux, ils font, ils te racontent leurs histoires comme si ctait normal et vident.. Martin gratte ses cordes et moi je me souviens

  • Je me souviens du samedi Ma valise a du mal fermer, encore une fois Audrey tu ne vas pas utilis la moiti des affaires mise dans ta valisemais au cas o on ne sait jamais un dpose minute, Terminal 2A, Aroport Roissy Charles de Gaulle, et me voil en quelques secondes devenue Voyageuse. Je retrouve les autres voyageurs, ils mattendent de pieds fermes, impatients, embarquement immdiat

    Je me souviens dune gourmandise, un macaron La Dure Caramel Beurre Sal quelque part en plein vol entre Paris Montral dune envie de dormir, sans jamais pouvoirdun hublot me montrant des rouges, des oranges, des marrons Montral et ses couleurs dautomne soffre

    nous Des retrouvailles avec Audrey et Nath, une rencontre avec Maxime et Yana. Maxime, un qubcois qui nous guidera durant quelques jours, bien plus quun chauffeur ou un guide, un pti bonheur de la vie , un vrai voyageur Yana, une russe de Sibrie et une Montralaise de cur, notre rayon de soleil En voiture Simone, en route pour la ville de Qubec, avec une escale Madrid o certains dentre nous se feront une ou deux frites et quelques croquettes. La ville de Qubec nous accueille, tents de regarder les lumires des rues du Vieux Qubec sur notre gauche, cependant notre regard se jette sur ce paquebot lEmerald Princesse, incroyablement illumin Patente et machin, nous accueille pour le souper, dans son bruit, dans sa foule, ses frites qui fondent et croustillent, et surtout ces voyageurs qui mangent dans les assiettes des uns des autres

  • Je me souviens du dimanche Je me souviens dun rveil plus que matinale, un ciel un peu gris, un froid humide qui pique le visage mais une envie impatiente de dcouvrir la ville de la part de tous Avant a, un moment de connexion en rez-de-jardin autour dun Pourquoi ce voyage ? Parce que ctait vous, avec vous mais aussi et surtout pour moi . Des mots comme dcouverte , ouverture , spontanit , exprimenter , partager , Initier , rencontrer , observer , ressentir linspiration ,.. parce que ctait une opportunit une opportunit pour tous les mots cits avant mais aussi lopportunit de se recentrer sur soi, de mcouter, de prendre du temps je me souviens que chaque voyageur avait une intention diffrente en venant, ce qui a donn une couleur diffrente ce voyage, cette exploration, de soi et des autres

    Je me souviens dune ballade de plusieurs heures dans les rues de Qubec, dans la Hauteville puis dans la Basseville ; de la magie des lumires de la nuit qui a laiss place des rues grises, une architecture dispersede quelques pointes doranges, prsentent dans les feuilles dautomnes, et dans les citrouilles dHalloween. Je me souviens dune ville accessible, dimmeubles qui ne montent pas trs haut.. tout a cont par Heidi, Heidi une guide aux grands gestes et grandes exclamations qui nous a

    racont, lhistoire de sa ville Je me souviens de larrive dun de nos voyageurs, qui a rejoint un groupe autour dun verre dans une ambiance chaleureuse, il ne manquait plus que lui. `

  • Je me souviens dun diner 360, dune zone dinconfort quil a fallu maitriser une centaine de mtres au-dessus du solce restaurant qui tourne, ces lumires qui se dplacent, cette ville qui se dcouvre une pianiste qui rythme cette ballade

  • Je me souviens du lundi Je me souviens de Maxime et de Jean-S qui nous attendent de pieds fermes pour une journe aux milles couleurs quelques minutes de route, on longe le Saint-Laurent, on aperoit le voile de la marie puis les chutes de Montmoreny, on prend le pontnous voil sur lle dOrlans Je me souviens que je ne sais plus o poser mon regard, les arbres brillent de mille couleurs, du rouge, du jaune, du orange, parfois encore vert ; du jaune couleur des bls, parfois tournesol ou moutarde Cest Thanksgiving, lAction de Grce au Canada, nous sommes le 8 octobre, il est dix heures, et les familles ramassent les feuilles tombes des arbres Maxime nous montre la maison de son enfance, une maison plonge dans lintimit des arbres et qui regardent le Saint-LaurentLes maisons sont vendre, on se demande tous pourquoi ces personnes veulent quitter ce paradis Maxime nous raconte alors que les propritaires ont vieillit et quils retournent vers les commodits de la ville Aprs avoir presque fait le tour de lIle sur lunique route, notre minibus tourne sur sa gauche.. nous voil au milieu des champs, puis des Erablesnous traversons lIle de part en part

    Nous arrivons notre destination : des jeunes filles partent faire les vendanges, et nous nous sommes accueillis par Jackie et Donald Bouchard, propritaire de lIsle de Bacchus, son Vignoble sur les coteaux de lIle Donald nous raconte lhistoire de son vignoble, comment il fait son vin de glacesen suit une dgustation je me souviens dodeur de cerises, de poires, de fraises et de framboisesmais dun vin sans saveur sauf son vin de glace un vrai bijou

    Je me souviens dun moment seule sur un banc, de lair qui nest que de quelques degrs mais le soleil moffre quelques rayons sur mon visage une douce chaleur apaisante entre deux parcelles de vignes, un campement est mont des gens sactivent en bas, une petite tente dgage une fume nous dcouvrirons que cest un fumoir et que cest notre saumon du midi qui est en train de cuire

  • On est accueillit sur le camp par Serge, Shal, Laurent, Uapistan, Elisabeth et sa mre, une ancienne on entre dans le Mitishanitshuap ou Meteshansuap Je me souviens de cette odeur de sapin enivrante. On nous invite sapiner, crer notre sol, crer notre endroit douillet on sparpille dabord, on sapine notre espace, on volue vers lespace de lautre, puis on laisse de la place, et finalement on ne sait plus o on a commenc on sait juste que nous avons cre notre espace on sest piqu les doigts dabord puis quand on sassoit sur ce sol pineux cest finalement comme un coussin, molletonn

    Une nappe est dresse sur le sol, un verre de vin coinc entre le creux du pied et les branches dpinettesdu livre, du saumon.un djeuner au rythme de la voix de Laurent qui nous parle de son pre, de son grand-pre, il nous chante du Phill Collins des frissons, des larmes, un moment de douceur

    Un temps individuel, un brin de soleil sur le visage, qui sera en fait un temps avec Shal, Uapistan et une bche ; mais finalement un temps entre moi, la hche et la bche Un long moment tenter de trouver le bon mouvement, le bon endroit, la bche en face de moi a dcid de ne pas se laisser faire, elle me montre ses nuds jy suis finalement arrive, mes buchettes ntaient pas parfaites, jai essay, recommencpeut-tre quune autre aurait t moins capricieuse.. Je me souviens dun cercle sous le Shaputuan, dun oiseau qui le traverse, dun courant dair permanent dune frustration, dune incomprhension, dun sentiment que le groupe se dirige l o on avait pas prvu un malaise est ambiant On nous parle de Caribou comme mythe fondateur des Innus, on nous demande : Pourquoi tes vous ici ? On nous parle de repres et nouveau de Caribou quel est mon Caribou moi ? Quest-ce que tu veux ? et OU tu veux le construire ? Lun ne va pas sen lautre de toute faon. Ca rsonne fort en moicomme une vidence invisible mon premier Dclic. On parle aussi dinvitation ce nest pas Veux-tu embarquer ? mais Qui veut embarquer ? Linvitation est ouverte. La question de filtrer est cependant pose et reste en suspend

  • Je me souviens du Cercle, ce restaurant, ce lieu, cette salle, ce bar, cet espace...o rien nest circulaire pas mme les escaliersje cherche quelques vagues, quelques arrondies mais sans succs.. des images sont projetes sur le grand mur, il fait sombre, la musique est forte,des bougies clairent les tables. Une serveuse farfelue chante un joyeux anniversaire trs fort avec une voix extrmement surprenantes ; je me souviens que Maxime ma dit quelle faisait anciennement partie dun groupe de musique les grosses vaches ou quelque chose comme a

    Nous rencontrons Bruno Bernier, directeur du lieu, Bruno nous parle de son histoire, ancien restaurateur, de son lieu, de ses envies, de son nouveau projet : un living lab, de ses rendez-vous dcisifs qui lattendent dans les prochains jours ; les parties prenantes que comprend son projet, les muses, coles, bibliothques, le maire il a une

    voix pose, calme, sre de lui, il nous parle dart martiaux, quil va y puiser beaucoup de choses, lesprit, la posture, la notion de cercle et finalement je crois que jai arrt de lcouter parler de son projet. Peut-tre parce que je ne comprends pas tout mais surtout car toute mon attention va sur le son de sa voix et sa posture, les pieds ancrs dans le sol, son seul mouvement cest celui de so