henry corbin : philosophe de la religion

Download Henry Corbin : philosophe de la religion

Post on 05-Jan-2017

226 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Henry Corbin : philosophe de la religion

    Autor(en): Basset, Jean-Claude

    Objekttyp: Article

    Zeitschrift: Revue de thologie et de philosophie

    Band (Jahr): 35 (1985)

    Heft 1

    Persistenter Link: http://dx.doi.org/10.5169/seals-381282

    PDF erstellt am: 15.08.2014

    NutzungsbedingungenMit dem Zugriff auf den vorliegenden Inhalt gelten die Nutzungsbedingungen als akzeptiert.Die ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten Zeitschriften. Sie besitzt keine Urheberrechte anden Inhalten der Zeitschriften. Die Rechte liegen in der Regel bei den Herausgebern.Die angebotenen Dokumente stehen fr nicht-kommerzielle Zwecke in Lehre und Forschung sowie frdie private Nutzung frei zur Verfgung. Einzelne Dateien oder Ausdrucke aus diesem Angebot knnenzusammen mit diesen Nutzungshinweisen und unter deren Einhaltung weitergegeben werden.Das Verffentlichen von Bildern in Print- und Online-Publikationen ist nur mit vorheriger Genehmigungder Rechteinhaber erlaubt. Die Speicherung von Teilen des elektronischen Angebots auf anderenServern bedarf ebenfalls des schriftlichen Einverstndnisses der Rechteinhaber.

    HaftungsausschlussAlle Angaben erfolgen ohne Gewhr fr Vollstndigkeit oder Richtigkeit. Es wird keine Haftungbernommen fr Schden durch die Verwendung von Informationen aus diesem Online-Angebot oderdurch das Fehlen von Informationen. Dies gilt auch fr Inhalte Dritter, die ber dieses Angebotzugnglich sind.

    Ein Dienst der ETH-BibliothekETH Zrich, Rmistrasse 101, 8092 Zrich, Schweiz, www.library.ethz.ch

    http://retro.seals.ch

    http://dx.doi.org/10.5169/seals-381282

  • REVUE DE THOLOGIE ET DE PHILOSOPHIE, 117 (1985), P. 17-31

    HENRY CORBIN: PHILOSOPHEDE LA RELIGION*

    Jean-Claude Basset

    Hrtiques de toutes les religions, unissez-vous!. C'est par cette phrased'Henry Corbin lors d'une visite son ami Denis de Rougemont1 que cedernier voque le cheminement de celui qui a renouvel la connaissance de laphilosophie iranienne et du shi'isme. Henry Corbin a toujours t un dfenseur acharn du choix personnel d'une opinion contre toutes les orthodoxies; lui-mme protestant, il a consacr sa vie ces hrtiques de l'Islamofficiel que sont les soufis, les shi'ites et les philosophes. Pourtant au termed'hrtique il prfrait celui d'sotrique ou de gnostique, de peur que l'hrsiene soit rige en nouvelle orthodoxie. Lui-mme se considrait comme tho-sophe, hritier et continuateur d'une qute mtaphysique unissant philosophie et thologie.

    Nous avons connu les Corbin lors de leur dernier sjour Thran l'occasion de rencontres prives, de son cours l'Acadmie de Philosophie etde confrences. H. Corbin a attir l'attention du jeune pasteur que j'tais surun penseur iranien du XVIIe sicle, Ahmad 'Alaw, en dialogue avec unmissionnaire chrtien ; joignant le geste la parole il m'a remis la photocopied'un manuscrit de cet auteur. Les vnements m'ont fait quitter l'Iran pourd'autres horizons, la photocopie est toujours l! Et je dois des amis isma-liens2 l'occasion de rendre hommage l'uvre de Henry Corbin travers unaperu des tapes de son parcours d'homme et de chercheur, des principauxaxes de ses crits et de sa contribution tant la philosophie qu' l'histoire desreligions et la thologie.

    I. PARCOURS

    Tous ceux qui ont connu Henry Corbin ont t frapps par l'tendue de saculture et la diversit de ses centres d'intrt; orientaliste et germaniste, phi-

    * Texte remani d'un expos fait lors du Premier Sminaire sur la pense isma-lienne et compare, Chantilly (Paris) 21-23 mai 1983.

    1 In Henry Corbin, Cahier de l'Herne, n 39, Christian Jambet (d.), p. 298-303; C.J AMBET est l'auteur d'une remarquable tude : La Logique des Orientaux, Henry Corbinet la science des formes, Paris, Le Seuil, 1982.

    2 Mr A. Rahmatoullah et la Socit d'Etudes Ismaliennes (Paris).

  • 18 JEAN-CLAUDE BASSET

    losophe mais aussi thologien et philologue, son rudition tait au serviced'une mme qute spirituelle qui l'a conduit de Heidegger Suhraward3, de laphilosophie occidentale la thosophie orientale, du protestantisme aushi'isme, sans renier ses origines.

    a) Racines

    N Paris le 14 avril 19034 Henry Corbin suivra l'enseignement catholiquejusqu' la licence en philosophie de l'Institut Catholique de Paris. En 1923 iltudie l'Universit de Paris et, deux ans plus tard, suit les cours d'EtienneGilson dont il gardera un souvenir blouissant et fera plus tard le modle deson enseignement. C'est la suite d'un cours sur l'avicennisme latin auMoyen-Age que E. Gilson l'encourage apprendre l'arabe. A l'Ecole desLangues Orientales, Henry Corbin, qui n'entreprend jamais rien moiti,ajoute l'arabe le persan et le turc ainsi que deux annes de sanscrit. Diplmde cette cole en 1928 il entre la Bibliothque Nationale, dpartement desmanuscrits.

    En 1929 Henry Corbin rencontre Louis Massignon qui il succdera plustard la direction des tudes islamiques l'Ecole Pratique des Hautes Etudes.Louis Massignon lui remet alors une lithographie de l'uvre matresse deSuhraward, Hikmat al-Ishrq: La thosophie orientale, une invitation laquelle le jeune chercheur saura rpondre.

    Tandis qu'il suit les cours de Louis Massignon, Etienne Gilson, EmileBenveniste, Alexandre Koyr et Henri-Charles Puech, Henry Corbin se lied'amiti avec Denis de Rougemont pour fonder avec quelques autres dont lepasteur Roland de Pury5 la revue Hic et Nunc d'inspiration barthienne quioppose Descartes: Cogitor ergo sum. En 1932, H. Corbin traduit l'opuscule Die Not der evangelischen Kirche de Barth qu'il rencontre plusieursreprises en Allemagne. Si H. Corbin s'loigne du Barth de la dogmatique, ilreste fidle Luther dans une srie de confrences l'Ecole Pratique desHautes Etudes consacres l'hermneutique luthrienne6. Beaucoup plustard, en 1964, il tablira le lien entre le luthranisme mystique de Swedenborget l'ismalisme7.

    3 H. Corbin a eu l'occasion de s'expliquer sur son itinraire dans un entretien avecPh. Nemo intitul De Heidegger Sohrawardl publi dans l'Herne, p. 23-37.

    4 Pour plus de dtails sur la vie de H. Corbin, on se rfrera utilement au Postscriptum un entretien philosophique L'Herne. p. 38-56 ainsi qu'aux Repres biographiques id., p. 15-20.

    5 Cf. R. Stauffer, Henry Corbin Thologien protestant in L'Herne, p. 186-191.

    6 Paru sous le titre Misre et grandeur de l'Eglise vanglique in Foi el Vie 391932). A signaler aussi l'article de H. Corbin, La Thologie dialectique et l'histoire in

    Recherches philosophiques 3 (1934), p. 250-284.7 Sous le titre Hermneutique spirituelle compare (I Swedenborg- II Gnose

    Ismalienne) in Eranos Jahrbuch 1964, p. 71-176.

  • HENRY CORBIN, PHILOSOPHE DE LA RELIGION 19

    Pourtant Henry Corbin a d'abord t connu comme le premier traducteuren France de Heidegger; en 1930 il fait une premire visite Marburg o ilrencontre Rudolf Otto et Rabindranath Tagore; aprs d'autres sjours enAllemagne, une anne Berlin (1935-36) lui permet de mettre au point unesrie de traductions de Heidegger qu'il soumet au philosophe, Fribourg enBrisgau, et fait paratre en 1939 sous le titre Qu'est-ce que la mtaphysique?.Comme il s'en est expliqu8, Henry Corbin a t sduit par l'hermneutiqueheideggerienne posant la distinction entre l'Etre et l'Etant, une cl d'interprtation qu'il retrouve, un autre niveau, chez les philosophes iraniens etd'abord Suhraward.

    b) Plerin de l'Orient

    En 1939 Henry Corbin est charg de rpertorier et de photocopier lesmanuscrits de Suhraward pars dans les bibliothques d'Istanbul en vued'une dition critique. Il part donc avec Stella Corbin-Leenhardt qu'il apouse six ans plus tt et qui sera, toute sa vie, son toile et sa fidle compagne. Le sjour prvu de six mois dure six annes d'isolement l'Institutfranais d'Istanbul mis en veilleuse du fait de la guerre. Six annes qu'HenryCorbin met profit pour tudier Suhraward, rien que Suhraward, toutSuhraward, l'ombre de Sainte Sophie dont il dira qu'elle fut pour lui letemple du Graal9.

    En 1945, quand les circonstances le permettent, H. Corbin quitte Istanbulpour ce qu'il appelle son pays d'lection, l'Iran, patrie de Suhraward. Situentre le monde arabe et le sous-continent indien, l'Iran tait rest quelque peuoubli des orientalistes. Ce premier sjour sera suivi de beaucoup d'autresdurant une priode de 33 ans. H. Corbin y retrouve d'anciens tudiants iraniens rencontrs Paris et fait de nouvelles connaissances; pourtant lorsqu'ilparle de philosophie iranienne ce n'est pas sans provoquer surprise et scepticisme chez ses interlocuteurs qui, obnubils par l'Occident, semblent avoiroubli jusqu' l'existence d'une telle philosophie. De l nat le grand projetpour la ralisation duquel H. Corbin n'pargnera ni son temps ni son nergie, savoir restituer aux Iraniens leur propre patrimoine philosophique. Danscette perspective, H. Corbin fonde en 1947 le Dpartement d'iranologie del'Institut franais Thran, qu'il dirige de nombreuses annes. Deux ans plustard parat le premier volume de la Bibliothque iranienne, qui aujourd'huien compte plus de vingt. Au cours des annes, H. Corbin largit son cercled'amis et de relations en Iran; parmi les rencontres les plus notoires, il y a lieude mentionner Shaykh Ab'1-Qsem-Khn Erbrhm, surnomm SarkrAgh10, cinquime successeur de Shaykh Ahmad Ash' fondateur de la

    8 De Heidegger Sohraward, art. cit, p. 28 ss.9 Post Scriptum, art. cit, p. 46.10 Voir les pages que H. Corbin a consacres Sarkr Agh in En Islam iranien,

    Paris 1974, vol. 4, p. 248 ss.

  • 20 JEAN-CLAUDE BASSET

    communaut shaykhie; en 1960 H. Corbin s'entretient avec un thologienrput de Qom, Allma Tabtab'i et en 1970 il rend visite au professeurAshtiyn de Mashad avec lequel il projette la publication d'une Anthologiedes philosophes iraniens depuis le XVIIe sicle jusqu' nos jours11. Lorsquesonne l'heure de la retraite, en 1974, H. Corbin est accueilli par la nouvelleAcadmi