fondements et déterminants de l'avantage …...fondements et déterminants de l'avantage...

Click here to load reader

Post on 01-Feb-2020

3 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Fondements et déterminants de l'avantage concurrentiel durable de l’entreprise

    Thèse

    Jean-Samuel Cloutier

    Doctorat en sciences de l’administration Philosophiæ doctor (Ph.D.)

    Québec, Canada

    © Jean-Samuel Cloutier, 2016

  • Fondements et déterminants de l'avantage concurrentiel durable de l’entreprise

    Thèse

    Jean-Samuel Cloutier

    Sous la direction de :

    Réjean Landry, directeur de recherche Nabil Amara, codirecteur de recherche

  • iii

    Résumé Dans la littérature en gestion stratégique, l'avantage concurrentiel durable (ACD) est vu

    comme une finalité désirable des entreprises, car il représente les facteurs qui expliquent la

    probabilité qu'une entreprise obtienne une performance supérieure à celle de ses

    concurrents (Porter, 1985). Bien que l'ACD ait été amplement étudié, les limites de la

    littérature soulignent la nécessité de conduire des recherches plus intégratives. À titre

    d’exemple, il est nécessaire de développer de meilleurs instruments afin de capter l'ACD

    comme variable dépendante. Cela permettrait d’obtenir une compréhension plus globale de

    la complexité des déterminants des multiples formes de l'avantage concurrentiel et leurs

    interactions. Cette thèse aborde trois objectifs de recherche qui découlent de ces limites :

    1) La réalisation d'une synthèse de littérature intégrative des différentes formes d'avantage

    concurrentiel en entreprise et leurs déterminants ;

    2) La validation d'un nouveau construit de l'ACD, celui-ci comprenant trois dimensions,

    soit la persistance de l'avantage concurrentiel économique, social et environnemental, en

    utilisant la modélisation par équation structurelle ;

    3) L'identification des complémentarités entre ces trois types d'avantage concurrentiel

    persistant et l’identification des facteurs explicatifs de ces avantages.

    La revue systématique de la littérature a mis en lumière une grande part de cette complexité

    ignorée jusqu'à ce jour, lorsqu'il est question du construit de l'ACD en entreprise et de ses

    déterminants. Le nouveau construit de l'ACD validé dans l'article 2 constitue une première

    tentative afin de modéliser l’ACD comme étant la capacité d'une firme à développer

    simultanément un avantage concurrentiel persistant économique, social et environnemental.

    Les résultats de la modélisation d'équations simultanées dans l'article 3 soutiennent

    l'hypothèse de complémentarité qui suggère que les ressources consacrées à l'amélioration

    de l'avantage concurrentiel social et environnemental prédisent également l'avantage

    concurrentiel économique et vice-versa.

  • iv

    Abstract An extensive literature stream in strategic management portrays sustainable competitive

    advantage (SCA) as a desirable outcome because it focuses on the factors explaining a

    firm’s probability of sustaining a performance superior to that of competitors (Porter,

    1985). The limits of the SCA literature highlight the need for more integrative SCA

    research to improve the construct and capture SCA both as an output and to provide a more

    comprehensive understanding of the complexity of the determinants of the multiple forms

    of competitive advantage and their interactions. This thesis:

    1) Presents a systematic review of the different forms of a firm’s competitive advantage and

    its determinants;

    2) Uses structural equation modeling to validate a new construct of SCA as a three-

    dimensional construct of persistent economic, social, and environmental competitive

    advantage;

    3) Uses simultaneous regression estimations to identify the complementarities among these

    three types of competitive advantage, as well as the industry-, resource-, dynamic

    capabilities- and governance-based determinants of these competitive advantages.

    The systematic review uncovered a great deal of previously ignored complexities behind

    the SCA construct, its measurement, and the importance of the industry-, resource-, and

    institution-based determinants of competitive advantage. To our knowledge, the proposed

    SCA construct, validated in the second paper, serves as a first step in introducing a new

    conceptualization on the operationalization of SCA as abilities of firms to simultaneously

    develop an economic, social, and environmental persistent competitive advantage. The

    results of the simultaneous equation modeling support the complementarity hypothesis that

    suggests that a firm’s economic, social and environmental persistent competitive

    advantages reinforce each other.

  • v

    Table des matières Résumé .................................................................................................................................. iii Abstract .................................................................................................................................. iv Table des matières .................................................................................................................. v Liste des tableaux ................................................................................................................ viii Liste des figures ..................................................................................................................... ix Liste des abréviations ............................................................................................................. x Dédicaces ............................................................................................................................... xi Remerciements ..................................................................................................................... xii Avant-propos ....................................................................................................................... xiii Chapitre 1 : Introduction ........................................................................................................ 1

    1.1. Contexte ....................................................................................................................... 1 1.1.1. L’avantage concurrentiel durable, une source de richesse collective ................... 2 1.1.2. Les investisseurs, leur performance et leur impact sur la richesse collective ....... 5

    1.2. Problématique .............................................................................................................. 7 1.3. Sujet, structure et contributions de la thèse ................................................................. 8

    Chapitre 2 : Cadre théorique ................................................................................................. 11 2.1. L'avantage concurrentiel durable comme un construit de la performance de la firme .......................................................................................................................................... 12 2.2. Les déterminants de l'avantage concurrentiel durable ............................................... 15

    2.2.1. Les déterminants industriels de la performance de la firme................................ 16 2.2.2. Les déterminants basés sur les ressources ........................................................... 17 2.2.3. Les déterminants institutionnels de l'avantage concurrentiel .............................. 18

    2.3. Le développement de l'avantage concurrentiel en entreprise (problématique de complémentarité et de substitution) .................................................................................. 19

    Chapitre 3 : Objectifs de recherche et évolution de la thèse ................................................ 21 3.1. Objectifs ..................................................................................................................... 21

    3.1.1. Revue systématique de la littérature.................................................................... 21 3.1.2. Validation de construit ........................................................................................ 22 3.1.3. Étudier les déterminants et le développement de l’ACD en entreprise............... 22

    3.2 Évolution de la thèse et dimensions mobilisées .......................................................... 23 Chapitre 4 : Sustainable competitive advantage: a systematic review of the literature from 2007 to 2013 ......................................................................................................................... 26

    Résumé .............................................................................................................................. 27 Abstract ............................................................................................................................. 28 4.1. Introduction ................................................................................................................ 29 4.2. Materials and methods ............................................................................................... 30

    4.2.1. Objective and scope of our study ........................................................................ 30 4.2.2. Literature search .................................................................................................. 31 4.2.3. Data extraction and analysis ................................................................................ 33

    4.3. Results ........................................................................................................................ 38 4.3.1. Some general characteristics of the included studies .......................................... 38 4.3.2. SCA as a dependent variable ............................................................................... 40 4.3.3. SCA predictors .................................................................................................... 42

    4.3.3.1. Industry-based variables .............................................................................. 42

  • vi

    4.3.3.1.1. Industry structure .................................................................................. 42 4.3.3.1.2. Firm-level strategies ............................................................................. 44

    4.3.3.2. Resource-based variables and dynamic capabilities .................................... 45 4.3.3.2.1. Tangible resources ................................................................................ 46 4.3.3.2.2. Firm intangibles and dynamic capabilities ........................................... 47

    4.3.3.3. Country-level institutions, governance, and networks ................................ 50 4.3.3.3.1. Macroeconomics, regulation, and tax ................................................... 50 4.3.3.3.2. Firm governance structures and mechanisms ....................................... 51 4.3.3.3.3. Networks ............................................................................................... 53

    4.4. Discussion and conclusions ....................................................................................... 54 4.5. References .................................................................................................................. 58

    Chapitre 5 : Conceptualizing and operationalizing sustainable competitive advantage as persistent superior economic, social, and environmental performance ................................ 69

    Résumé .............................................................................................................................. 70 Abstract ............................................................................................................................. 71 5.1. Introduction ................................................................................................................ 72

    5.1.1. From absolute performance to persistent competitive advantage ....................... 73 5.1.2. From persistent to sustainable competitive advantage: two competing models . 75

    5.2. Methodology .............................................................................................................. 76 5.2.1. Data and measures ............................................................................................... 76 5.2.2. Exploratory analysis ............................................................................................ 78 5.2.3. Confirmatory analysis ......................................................................................... 79

    5.3. Results ........................................................................................................................ 80 5.4. Discussion .................................................................................................................. 83 5.5. References .................................................................................................................. 86

    Chapitre 6 : The virtuous cycle of economic, social, and environmental persistent competitive advantage .......................................................................................................... 92

    Résumé .............................................................................................................................. 93 Abstract ............................................................................................................................. 94 6.1. Introduction ................................................................................................................ 95 6.2. Literature review ........................................................................................................ 96

    6.2.1. An extended vision of competitive advantage .................................................... 96 6.2.2. Interaction patterns among economic, social, and environmental PCA ............. 97

    6.3. Methodology .............................................................................................................. 99 6.3.1. Data and measures ............................................................................................... 99 6.3.2. Measures of PCA and their determinants .......................................................... 100 6.3.4. Analytical plan .................................................................................................. 101

    6.4. Results ...................................................................................................................... 102 6.4.1. Sample characteristics ....................................................................................... 102 6.4.2. Regression results .............................................................................................. 102 6.4.3. Determinants of economic, social, and environmental PCA ............................ 104

    6.5. Discussion ................................................................................................................ 107 6.6. References ................................................................................................................ 109

    Chapitre 7 : Conclusion ...................................................................................................... 113 7.1. Synthèse ................................................................................................................... 113 7.2. Implications.............................................................................................................. 115 7.3. Principales contributions de l'étude ......................................................................... 117

  • vii

    7.3.1. Contributions théoriques ................................................................................... 117 7.3.2. Contributions empiriques .................................................................................. 118

    7.4. Limites et pistes de recherche .................................................................................. 119 8. Références ...................................................................................................................... 121

  • viii

    Liste des tableaux Tableau 1.1. Actifs gérés par les investisseurs institutionnels autour du monde ................... 6 Table 4.1. Research statement used in this study. ................................................................ 31 Table 4.2. List of electronic databases used in this study and initial citation search results. .............................................................................................................................................. 32 Table 4.3. Inclusion and exclusion criteria. .......................................................................... 33 Table 4.4. SCA dependent variables and their operational definitions. ............................... 35 Table 4.5. SCA independent variables and their operational definitions ............................. 37 Table 4.6. Review study and firm sample characteristics. ................................................... 39 Table 4.7. Econometric models and causality characteristics reviewed. .............................. 40 Table 4.8. Determinants of firm SCA and their effects. ....................................................... 43 Table 5.1. Exploratory analysis of the SCA dimensions. ..................................................... 79 Table 5.2. Goodness of fit indices for alternative models. ................................................... 83 Table 6.1. Operational definitions of independent variables. ............................................. 100 Table 6.2. Percent of variance accounted for by different models. .................................... 102 Table 6.3. Initial correlation estimates among dependent variables / estimated error-term covariance for the final model. ........................................................................................... 103 Table 6.4. Estimated effects of industry-, resource- and institution-based variables on economic, social, and environmental PCA. ........................................................................ 105 

  • ix

    Liste des figures Figure 1.1. Investissement en recherche et développement autour du monde ....................... 3 Figure 1.2. Support gouvernemental à la recherche et développement autour du monde : OCDE 2014. ........................................................................................................................... 3 Figure 1.3. Évolution de la proportion des entreprises du SP 500 radicalement innovantes versus traditionnelles. ............................................................................................................ 4 Figure 1.4. Investissement en responsabilité sociale des entreprises américaines US SIF Foundation. ............................................................................................................................. 5 Figure 1.5. Répartition des investissements des fonds de pension autour du globe selon différentes classes d'actifs. ...................................................................................................... 6 Figure 1.6. Retour moyen des investissements privés. ........................................................... 7 Figure 2.1. Représentation des quatre formes d'avantage concurrentiel de l'entreprise (potentiel, réalisé, persistant et durable). .............................................................................. 14 Figure 2.2. Cadre théorique général de la thèse. .................................................................. 16 Figure 3.1. Évolution des articles selon le cadre théorique principal de la thèse. ................ 24 Figure 3.2. Dimensions mobilisées et évolution de la thèse. ................................................ 25 Figure 4.1. Study selection process. ..................................................................................... 33 Figure 4.2. SCA framework. ................................................................................................ 34 Figure 4.3. Representation of the four streams of literature given the three fundamental dyadic properties of SCA (in the x, y, and z axes). .............................................................. 41 Figure 5.1. From potential competitive advantage to persistent competitive advantage. .... 74 Figure 5.2. Two competing models of SCA suggested by : a) corporate social responsibility studies, and b) the triple bottom line. ................................................................................... 76 Figure 5.3. Alternative models for the SCA construct of PCA. ........................................... 82 Figure 6.1. SCA as the persistence of economic, social, and environmental performance and its determinants. .................................................................................................................... 97 

  • x

    Liste des abréviations ACD : avantage concurrentiel durable RBV : vision de l'entreprise basée sur les ressources

  • xi

    Dédicaces À la persévérance de tous ceux qui ont

    traversé ou qui sont en train de traverser des étapes difficiles dans leur vie, il n'y a rien de

    plus grand que soi qui se manifeste sans efforts et sans volonté.

    À la sagesse de tous ceux qui savent soutenir leur entourage avec douceur, délicatesse et discrétion, et ce, malgré leurs moments de

    faiblesse et leurs maladresses.

    À la liberté et à tous ceux qui ont su me faire sentir accepté comme je suis, libre de mes

    choix et de mes priorités, et qui m'ont toujours accueilli.

    Ils se reconnaîtront.

  • xii

    Remerciements Premièrement, je tiens à remercier mon père et ma mère qui m'ont toujours encouragé et

    n'ont jamais douté de mes capacités.

    Deuxièmement, j'aimerais aussi remercier mon directeur et mon codirecteur de recherche,

    soit les Professeurs Réjean Landry et Nabil Amara, pour m'avoir impliqué dans plusieurs

    projets de recherche des plus stimulants et aussi pour m'avoir orienté tout au long de mon

    cheminement doctoral. De plus, cette thèse a été rendue possible grâce au mode de

    réflexion et aux méthodes perfectionnés par les Professeurs Landry et Amara, notamment

    en ce qui a trait à la méthode de la revue systématique de la littérature en gestion et aux

    analyses factorielles exploratoires et confirmatoires, et aux analyses de complémentarité et

    de substitution. Je me sens privilégié de leur confiance et de la liberté académique dont j'ai

    pu jouir pendant ces nombreuses années.

    Finalement, j'exprime toute ma gratitude d'avoir fait partie d'une équipe aussi dynamique et

    sympathique que celle de la Chaire sur l'innovation et le transfert de connaissances. Jalila,

    Catherine, Jolyanne, Othman, Norrin, Saliha, Hager et j'en passe. Hormis vos contributions

    à mon avancement professionnel, vous avez apporté un côté humain et amical à mon

    cheminement qui a transformé mon expérience doctorale d'une façon très positive.

  • xiii

    Avant-propos Cette thèse contribue à l’avancement des connaissances dans le domaine de la gestion

    stratégique des entreprises en ce qui a trait aux fondements et aux déterminants de

    l'avantage concurrentiel durable. Cette thèse comporte trois articles de recherche originaux

    dont le contenu est soumis en vue d’être publié dans des revues avec un comité de lecture

    reconnues par la Faculté des sciences de l'administration. Ces trois articles ont été écrits en

    collaboration avec les professeurs Réjean Landry et Nabil Amara.

    L’article 1 effectue une revue de la littérature systématique sur les fondements et

    déterminants de l'avantage concurrentiel. Il est soumis en vue d’être publié dans «

    International Journal of Management Reviews ». L’article 2 présente la validation d'un

    construit théorique de l'avantage concurrentiel durable à titre de variable dépendante. Il est

    soumis en vue d’être publié dans « Measuring Business Excellence ». L'article 3 expose

    une analyse de complémentarité entre la persistance de l'avantage concurrentiel

    économique, social et environnemental de la firme. Il est soumis en vue d’être publié dans

    « Journal of Strategy and Management ».

    Les références de ces articles sont :

    Jean-Samuel Cloutier, Nabil Amara, et Réjean Landry. SUSTAINABLE COMPETITIVE

    ADVANTAGE: A SYSTEMATIC REVIEW OF THE LITERATURE FROM 2007 TO

    2013. Soumis à International Journal of Management Reviews.

    Jean-Samuel Cloutier, Nabil Amara, et Réjean Landry. CONCEPTUALIZING AND

    OPERATIONALIZING SUSTAINABLE COMPETITIVE ADVANTAGE AS

    PERSISTENT SUPERIOR ECONOMIC, SOCIAL AND ENVIRONMENTAL

    PERFORMANCE. Soumis à Measuring Business Excellence.

    Jean-Samuel Cloutier, Nabil Amara, Michael Bourdeau-Brien et Réjean Landry. THE

    VIRTUOUS CYCLE OF ECONOMIC, SOCIAL, AND ENVIRONMENTAL

    PERSISTENT COMPETITIVE ADVANTAGE. Soumis à Journal of Strategy and

    Management.

  • xiv

    Affiliation des coauteurs :

    Réjean Landry est mon directeur de recherche et il est professeur émérite au Département

    de management à la Faculté des sciences de l'administration à l’Université Laval (Québec,

    Canada).

    Nabil Amara est mon codirecteur de recherche et il est professeur titulaire au Département

    de management à la Faculté des sciences de l'administration à l’Université Laval (Québec,

    Canada).

    Michael Bourdeau-Brien est professeur assistant au Département de finance à la Faculté des

    sciences de l'administration à l’Université Laval (Québec, Canada).

    Rôle de l’auteur principal :

    En tant que premier auteur, j’ai rédigé les trois articles en accomplissant, pour chacun

    d’eux, la revue de la littérature, la formulation de la question de la recherche, le cadre

    conceptuel, la collecte et l'analyse des données, ainsi que l'interprétation des résultats et la

    discussion. Mes coauteurs ont contribué à mon avancement par la formation qu’ils m’ont

    donnée, leurs questions et approches méthodologiques exemplaires, leurs commentaires et

    suggestions, et de cette façon, ils ont rendu possible la finalisation de ces trois articles.

  • 1

    Chapitre 1 : Introduction La mondialisation est une réalité actuelle pour les entreprises qui génère des opportunités et

    des menaces. Une menace majeure est l’augmentation de la concurrence. Vu

    l’accroissement de la concurrence depuis les années 1990, les questions liées au

    développement et au maintien de l’avantage concurrentiel pour les entreprises gagnent en

    importance (D'Aveni, 2010).

    Même si la littérature scientifique sur l'avantage concurrentiel durable (ACD) considère

    exclusivement l'avantage de l'entreprise pour ses actionnaires (Newbert, 2014), l'avantage

    concurrentiel est un enjeu concernant toutes les parties prenantes de la firme. Autrement

    dit, les entreprises sont en concurrence sur plusieurs marchés. Elles sont en concurrence

    pour des investisseurs, des employés, des clients, etc.

    Dans un marché concurrentiel, si l'entreprise n'offre pas une profitabilité supérieure, ses

    investisseurs se retireront pour aller investir leur patrimoine dans les entreprises

    concurrentes. Si l'entreprise n'offre pas des conditions d'emploi supérieures, les employés

    quitteront avec leur savoir, souvent critique au fonctionnement et à l'avantage concurrentiel

    de l'entreprise, et iront travailler pour la concurrence. Enfin, si l'entreprise n'offre pas des

    produits se démarquant suffisamment, c'est la concurrence qui se saisira des parts de

    marché.

    1.1. Contexte Le contexte économique actuel, soit celui d'un marché majoritairement ouvert, caractérisé

    par une forte concurrence basée de plus en plus sur la connaissance, l'innovation et les

    réseaux (Becheikh et coll., 2006), rend particulièrement intéressante l'étude de l'ACD, ses

    déterminants et son développement dans les entreprises. De meilleures connaissances en la

    matière mèneraient à de meilleurs outils, grandement bénéfiques aux investisseurs, aux

    gestionnaires et aux décideurs politiques.

    Au point de vue de la discipline du management stratégique, celle-ci est rendue à un stade

    de son développement où l'utilisation d'une diversité d'approches intégrées est préférable

    (Hafsi et Thomas, 2005). Sur le plan méthodologique, l’ère du numérique et l'émergence du

  • 2

    « big data » rendent disponibles une quantité sans précédent de données secondaires

    longitudinales sur un très grand nombre d'entreprises (principalement cotées en Bourse). De

    plus, la modélisation de phénomènes plus complexes est aussi facilitée par le

    développement d’outils permettant l’utilisation de méthodes toujours plus perfectionnées.

    La thèse porte sur les fondements de l’ACD, ses déterminants et son développement dans

    les entreprises. La thèse s’appuie sur une revue systématique de la littérature, une validation

    de construits et l’utilisation de données secondaires afin d’étudier les différences de

    performance, les déterminants de leur persistance et les relations de complémentarité entre

    les différents avantages concurrentiels persistants de la firme. Même si les données

    secondaires comportent des limites importantes et qu'elles sont souvent moins riches que

    les données primaires, il faut comprendre que c'est sur la base de la collecte, de l'analyse et

    de l'interprétation de ces données que des trillions (milliers de milliards) de dollars sont

    investis chaque année par les investisseurs institutionnels qui gèrent la quasi-totalité de

    notre richesse collective. Ces décisions d'investissements ont de très grandes conséquences

    sur notre épargne collective et sur les marchés en général. Une faible amélioration des

    décisions de ces investisseurs institutionnels se traduirait par un impact économique

    majeur.

    1.1.1. L’avantage concurrentiel durable, une source de richesse collective

    L’avantage concurrentiel est une conséquence des efforts novateurs des entreprises se

    traduisant par des différences plus ou moins persistantes de performance entre les firmes et

    leurs concurrents. Ces firmes qui possèdent des ACD (qui persistent dans le temps) sont à

    l’origine d’une activité économique ayant un multiplicateur très important pour la

    collectivité et sont une importante source de richesse collective.

    Afin de demeurer concurrentielles, beaucoup d'entreprises voient l'innovation comme une

    activité incontournable face à l'intensification et l'évolution de la concurrence. Tel

    qu'illustré à la figure 1.1, depuis les années 90, les entreprises ont multiplié les

    investissements en recherche et développement. Dans le même sens, les gouvernements des

    pays de l’OCDE ont investi des sommes considérables (principalement sous forme de

    crédits d'impôt et de subventions) dans le soutien à la recherche et au développement afin

  • 3

    de permettre aux entreprises de développer et de maintenir leur avantage concurrentiel

    (figure 1.2).

    Figure 1.1. Investissement en recherche et développement autour du monde (source : http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/02/06/its_official_china_is_becoming_a_new_innovation_powerhouse). PVD : pays en voie de développement.

    Figure 1.2. Support gouvernemental à la recherche et développement autour du monde : OCDE 2014 (Source : http://www.finfacts.ie/Irish_finance_news/articleDetail.php?Canada-and-Ireland-face-similar-innovation-policy-challenges-254).

  • 4

    Les préférences des investisseurs ont également évolué en ce sens. Tel que montré à la

    figure 1.3, la proportion d'entreprises radicalement innovantes au rang des plus grandes

    entreprises américaines est en forte croissance.

    Figure 1.3. Évolution de la proportion des entreprises du SP 500 radicalement innovantes versus traditionnelles (Source : ARK internal research, http://ark-invest.com/whatwedo).

    Tel que mentionné précédemment, les entreprises sont en concurrence sur plusieurs

    marchés, pour les investisseurs, pour les meilleurs employés et pour les parts de marché.

    Ainsi, dans un marché concurrentiel, les entreprises accordent de plus en plus d’importance

    à la façon dont elles partagent leurs profits avec leurs parties prenantes. Cette tendance,

    visible à la figure 1.4, s'illustre par l'investissement grandissant des entreprises dans des

    activités qui visent à améliorer leur performance sociale (pour leurs employés, leurs clients

    et l'environnement). L’adoption des pratiques qui profitent à d’autres parties prenantes que

    les actionnaires représente un dilemme important pour les gestionnaires.

  • 5

    Figure 1.4. Investissement en responsabilité sociale des entreprises américaines US SIF Foundation (Source : http://www.dedoracapital.com/blog/ongoing-evolution-socially-responsible-investing).

    1.1.2. Les investisseurs, leur performance et leur impact sur la richesse collective

    L'impact potentiel de la performance des décisions des investisseurs institutionnels sur la

    richesse collective nous apparaît colossal. En fait, les sommes investies par ces derniers

    dans les entreprises et dans les autres classes d’actifs sont tellement volumineuses qu’elles

    représentent une proportion importante du produit national brut des pays concernés (figure

    1.3). De fait, une proportion majoritaire des sommes gérées par ces investisseurs (tableau

    1.1) est investie sur les marchés boursiers (i.e. dans les entreprises publiques) (mis à part au

    Japon et aux Pays-Bas; figure 1.5). Étant donné l’importance de ces sommes investies dans

    les entreprises, comprendre et soutenir le développement et le maintien de l’avantage

    concurrentiel des entreprises est un enjeu central tant pour les gestionnaires en entreprises,

    pour les investisseurs, pour les décideurs politiques, que pour la société dans son ensemble.

  • 6

    Tableau 1.1. Actifs gérés par les investisseurs institutionnels autour du monde

    Actifs totaux

    2013

    % du PNB

    Australie 1 565 105%Brésil 284 13%Canada 1 451 80%France 169 6%Allemagne 509 14%Hong Kong 114 41%Irlande 130 59%Japon 3 236 65%Pays-Bas 1 359 170%Afrique du Sud 236 67%Suisse 786 122%Grande-Bretagne 3 263 131%États -Unis 18 878 113%Total 31 980 83%

    Source : http://www.towerswatson.com/en/Insights/IC-Types/Survey-Research-Results/2014/02/Global-Pensions-Asset-Study-2014

    Figure 1.5. Répartition des investissements des fonds de pension autour du globe selon différentes classes d'actifs (Source : A Towers Watson Global Pension study; http://www.towerswatson.com/en/Insights/IC-Types/Survey-Research-Results/2014/02/Global-Pensions-Asset-Study-2014).

  • 7

    Tel qu'illustré à la figure 1.6, la profitabilité agrégée des entreprises publiques est très

    sensible aux fluctuations économiques. On y voit que le rendement agrégé des investisseurs

    souffre de fortes variations. Lors des crises financières, comme au début et milieu des

    années 2000, la mauvaise performance de plusieurs fonds a mis à risque et à perte l'épargne

    et la richesse des ménages canadiens.

    Figure 1.6. Retour moyen des investissements privés (Source : Bloomberg).

    1.2. Problématique Il est bien connu que certaines entreprises arrivent à maintenir des rendements supérieurs à

    la moyenne de leur industrie même lorsque les temps sont difficiles (Wiggins et Ruefli,

    2002; Wiggins et Ruefli, 2005; Choi et Wang, 2009; Powell et Reinhardt, 2010). La faible

    performance de plusieurs investisseurs, en phase avec les conditions économiques,

    témoigne d'une certaine incapacité à reconnaître les entreprises qui ont un avantage et qui le

    maintiennent d’année en année, même lorsque l’économie ralentit. La société dans son

    ensemble, les entreprises et les investisseurs ont tout à gagner à mieux comprendre les

    fondements et déterminants de l’ACD de l’entreprise.

    La poursuite de l'ACD, ou d'une performance supérieure aux concurrents persistant dans le

    temps, est un élément crucial de la stratégie concurrentielle des entreprises et un pilier sur

    lequel s'appuient les politiques d'investissement institutionnel dans la plupart des pays

    industrialisés. Depuis le début des années 90, le concept d'ACD a fait l'objet de nombreux

    questionnements et a été enrichi par un nombre important de recherches.

    ‐0,6

    ‐0,4

    ‐0,2

    0

    0,2

    0,4

    1982 1987 1992 1997 2002 2007 2012

    Rendement investissement boursier indice Russell 3000 (source:Bloomberg)

  • 8

    Provenant de tous les horizons (sciences économique, managériale et politique), une

    littérature riche et vaste sur le sujet s'est développée, mais pas forcément d'une façon

    intégrée (Armstrong et coll., 2009). En effet, la revue systématique de la littérature que

    nous avons réalisée dans le cadre de cette thèse montre qu’il n’existe pas de consensus sur

    la définition même de l’ACD. Qui plus est, peu d’études empiriques s'intéressent à l’ACD

    comme variable dépendante (beaucoup plus sur les déterminants). Cela représente une

    limite majeure de la littérature en management stratégique, science dont les résultats se

    veulent utiles pour les entreprises.

    Le concept d'avantage concurrentiel puise ses racines dans les trois principales approches

    en management stratégique : les visions basées sur l'industrie, les ressources et les

    institutions (Peng et coll., 2009). Les trois approches ont contribué de façon importante à

    l’avancement des connaissances sur l'ACD, utilisant des points de vue très différents, mais

    complémentaires. Ces trois approches mettent en lumière des éléments d'intérêt autant en ce

    qui a trait aux déterminants qu’à l'ACD comme variable dépendante.

    Plus particulièrement, la revue de la littérature systématique a montré que peu de travaux se

    sont intéressés à l'opérationnalisation de l'ACD comme variable dépendante et à son

    développement en entreprise. La quasi-totalité des études sur le sujet se limitent à la

    performance absolue de la firme pour ses actionnaires (Newbert, 2014). C'est en bénéficiant

    de la complémentarité entre les différentes approches du management stratégique que la

    thèse souhaite avancer les connaissances sur l'avantage concurrentiel comme variable

    dépendante, ses déterminants et son développement dans l'entreprise.

    1.3. Sujet, structure et contributions de la thèse L’ACD représente les moyens qu'une entreprise doit mettre en œuvre pour obtenir une

    performance supérieure à celle de ses concurrents (Porter, 1985). L'ACD et ses

    déterminants constituent un sujet de recherche très riche en gestion stratégique. L'objectif

    général de la thèse est de contribuer à l’avancement des connaissances sur l’ACD, ses

    déterminants et son développement dans les entreprises. L'ACD comme variable

    dépendante est présenté comme un construit de la performance économique, sociale et

    environnementale de la firme. Les antécédents de ce processus sont conceptualisés comme

  • 9

    appartenant à l'un ou à l'autre des trois piliers de la gestion stratégique (Peng et coll., 2009)

    : les visions basées sur l’industrie, sur les ressources et sur les institutions.

    La thèse présente trois articles de recherche originaux. Le premier article correspond à une

    revue systématique de la littérature empirique sur l'ACD qui a permis de documenter

    différentes formes d'avantages concurrentiels en entreprise et les déterminants de la

    performance de la firme pour ses actionnaires, ses clients, ses employés, la communauté et

    l'environnement. Les différentes formes d'avantages concurrentiels recensées peuvent être

    différenciées selon trois propriétés dyadiques fondamentales : absolue vs relative,

    ponctuelle vs persistante, et unipartie vs multipartie. De plus, les déterminants identifiés et

    leur influence tendent à confirmer le rôle des trois piliers de la gestion stratégique. Le

    deuxième article valide un nouveau construit de l'ACD, celui-ci comprenant trois

    dimensions, soit la persistance des avantages concurrentiels économique, social et

    environnemental. Contrairement aux études précédentes (Newbert, 2014), cet article

    présente une conceptualisation et une mesure de l'ACD qui tiennent compte de sa nature

    relative, persistante et multipartie. Le troisième et dernier article de la thèse s'intéresse au

    développement de l'ACD et suggère que les avantages concurrentiels économique, social et

    environnemental persistants de la firme se renforcent mutuellement. Il montre également

    que les caractéristiques de l'industrie, les ressources, les capacités dynamiques et les

    mécanismes de gouvernance de la firme sont des déterminants importants de ces trois

    avantages concurrentiels persistants.

    La thèse apporte des contributions méthodologiques, théoriques et pratiques importantes.

    D'une part, le deuxième article présente une première tentative empirique visant à

    développer et à valider un instrument de mesure modélisant l'ACD comme étant la capacité

    d'une firme à développer à la fois des avantages concurrentiels économique, social et

    environnemental persistants. Le troisième article est également le premier à étudier

    simultanément les déterminants et les relations de complémentarité entre ces trois

    avantages concurrentiels persistants. D'autre part, le cadre conceptuel utilisé combine, d'une

    façon originale, les trois piliers de la gestion stratégique suggérés par Peng et coll. (2009).

    Contrairement à ce dernier qui applique les trois visions exclusivement à l’étude des

    déterminants de la performance, la thèse les applique à la définition de l’ACD comme

  • 10

    variable dépendante. Contrairement à Peng et coll. (2009) qui limitent leur analyse à

    l’influence des institutions nationales, la thèse étend sa conceptualisation à l'influence des

    institutions internes à la firme, notamment ses mécanismes de gouvernance.

  • 11

    Chapitre 2 : Cadre théorique La gestion stratégique en tant que discipline est organisée autour de quatre questions

    fondamentales (Rumelt et coll., 1994, Peng et coll., 2009) : 1) qu’est-ce qui différencie les

    entreprises?; 2) comment se comportent-elles?; 3) qu’est-ce qui détermine leurs frontières?;

    et 4) qu’est-ce qui détermine leur succès ou les échecs autour du monde? En fin de compte,

    la gestion stratégique vise à aider les entreprises et les industries à comprendre leur

    avantage concurrentiel et à reproduire leur succès de façon durable. En effet, le nombre de

    documents sur l'ACD en entreprise a augmenté de façon constante au cours de la dernière

    décennie (comme le montre la revue de la littérature systématique présentée au chapitre 4).

    Étudier et expliquer les différences de performance économique entre les entreprises sont

    deux des missions fondamentales de la recherche en gestion stratégique (Rumelt et coll.,

    1994; Armstrong et Shimizu, 2007; Newbert, 2007; Armstrong et coll., 2009; Newbert,

    2014). L'explication de cette hétérogénéité de performance se base généralement sur le

    concept d'avantage concurrentiel (Powell, 2001). S'il est possible pour une entreprise

    d'obtenir un avantage sur ses concurrents, des différences de performances interentreprises

    plus ou moins persistantes devraient être observées (Wiggins et Ruefli, 2002).

    Globalement, la gestion stratégique s'intéresse à la relation entre l'environnement de la

    firme (les menaces et les opportunités), les stratégies (par exemple : innovation,

    internationalisation et réseautage) et la performance. Comprendre et expliquer en termes de

    causalité l'ACD est un défi qui nécessite une approche multidisciplinaire (Schendel, 1994;

    Wiggins et Ruefli, 2002; Hambrick et Chen, 2008; Peng et coll., 2009). Même si le

    management stratégique est une discipline qui se veut intégratrice de différentes disciplines,

    le domaine d'étude de l'ACD est caractérisé par un grand nombre de débats isolés les uns

    des autres (Armstrong et coll., 2009). Il semble qu'une approche intégratrice serait

    enrichissante (Hafsi et Thomas, 2005; Enders et coll., 2009).

    Afin d'emprunter une telle approche, la discipline du management stratégique peut être vue

    comme reposant sur trois piliers influencés respectivement par l'économie industrielle, la

    vision de la firme basée sur les ressources (RBV) et la théorie institutionnelle (Peng et coll.,

    2009). En gardant ces trois piliers du management stratégique transversal, l’analyse réalisée

  • 12

    dans cette thèse est organisée en trois volets: 1- l'avantage concurrentiel comme variable

    dépendante (comme un construit de la performance de la firme); 2- les déterminants de

    l'avantage concurrentiel; et 3- le développement de l'avantage concurrentiel durable en

    entreprise.

    2.1. L'avantage concurrentiel durable comme un construit de la performance de la firme Le courant dominant en management stratégique sur l'ACD de la firme emprunte la RBV

    (Newbert, 2007, 2014; Armstrong et coll., 2009). Si cette littérature s'est intéressée à une

    grande diversité de déterminants et de stratégies, en théorie, à l'origine de l'avantage

    concurrentiel de la firme, beaucoup moins d'études se sont intéressées à l'avantage

    concurrentiel de la firme comme un construit de la performance de la firme. Les différences

    interfirmes de performance constituent en quelque sorte la manifestation ultime de l'ACD

    en entreprise (Powell, 2001).

    La littérature considérant l'ACD à juste titre comme un construit de la performance de la

    firme est plus rare. Newbert (2014) montre aussi que cette littérature est dominée par des

    études sur les déterminants de la performance absolue de l'entreprise pour ses actionnaires,

    sans tenir compte de la relativité de l'avantage concurrentiel de l’entreprise (par rapport à

    ses compétiteurs). Notre lecture montre aussi que la littérature ne tient pas plus compte de

    la persistance temporelle de ces avantages ou de leur durabilité (en considération de

    multiples parties prenantes).

    Considérant la diversité d'approches pouvant être empruntées afin de traiter de l'avantage

    concurrentiel de la firme, une conception fidèle du phénomène ne doit pas être limitée de la

    sorte. Afin de pallier à cette lacune de la littérature, l'approche empruntée dans la thèse est

    plus intégratrice. Tel que mentionné plus tôt, elle utilise les trois approches : la vision de la

    firme basée sur l’industrie, les ressources et les institutions.

    Premièrement, c'est en économique industrielle que le concept d'ACD prend racine (comme

    étant la persistance de différence de profits entre les firmes et les industries) (Mueller,

    1986; Porter, 1979; Wiggins et Ruefli, 2002). À la lecture des travaux pionniers de Mueller

    (1977, 1986), il apparaît très clairement que la manifestation d'avantage concurrentiel

  • 13

    correspond à l'occurrence de firmes ayant, de façon plus ou moins persistante, une

    performance supérieure à leurs concurrents. Dans cette optique, les travaux innovateurs de

    Newbert (2014) et de Wiggins et Ruefli (2002) ont été une source d’influence importante

    pour cette thèse.

    Tel que suggéré par Newbert (2014), l'avantage concurrentiel comme variable dépendante

    doit refléter la position concurrentielle d'une entreprise par rapport à ses compétiteurs. La

    nature relative de l'avantage concurrentiel est importante, car elle permet de déterminer si

    effectivement et dans quelle mesure une entreprise a un avantage sur ses compétiteurs

    (Arend, 2006; Newbert, 2014).

    Comme suggéré par Wiggins et Ruefli (2002), l'avantage concurrentiel comme variable

    dépendante doit également prendre en compte la persistance temporelle de ces avantages.

    En fait, comme ces derniers auteurs le suggèrent, un avantage concurrentiel difficilement

    imitable devrait donner lieu à l'observation d'une performance supérieure aux concurrents

    persistant dans le temps (qui s'érode moins rapidement).

    Le développement de l'avantage concurrentiel en entreprise peut donc être vu comme un

    processus au cours duquel une entreprise gradue d'une forme d'avantage concurrentiel à un

    autre (de l'observation d'une simple performance absolue à l'occurrence d'une différence

    positive persistante de performance par rapport à ses compétiteurs). À cette fin, quatre

    nouvelles définitions de l'ACD sont proposées : l’avantage concurrentiel potentiel, réalisé,

    persistant et durable.

    Tel qu'illustré à la figure 2.1, toutes les entreprises ayant une certaine activité économique,

    et donc une certaine performance, sont vues comme ayant un avantage concurrentiel

    potentiel. Parmi ces entreprises, seulement celles dotées de certains avantages auront, à un

    certain moment, une performance supérieure à leurs compétiteurs. Ces entreprises sont vues

    comme ayant un avantage concurrentiel réalisé. Parmi ces entreprises, seulement celles

    dotées d'un avantage difficile à imiter ou à substituer par leurs compétiteurs verront leur

    avantage concurrentiel persister un certain temps. Ces entreprises sont vues comme ayant

    un avantage concurrentiel persistant.

  • 14

    Figure 2.1. Représentation des quatre formes d'avantage concurrentiel de l'entreprise (potentiel, réalisé, persistant et durable).

    Deuxièmement, la théorie institutionnelle reconnaît, contrairement à l'économique

    classique, l'existence d'inefficiences propres aux mécanismes d'appropriation des marchés,

    reconnaissant notamment le risque d'opportunisme (Williamson, 1975) et la notion

    d'externalité (Dahlman, 1979). D'une part, l'idée d'opportunisme a mené au développement

    de deux théories sur la protection de la valeur créée par l'entreprise : la théorie des coûts de

    transaction (Williamson, 1975) et la théorie de l'agence (Eisenhardt, 1989). Cependant, si la

    littérature institutionnelle classique et néoclassique s’est beaucoup intéressée à vérifier et

    avancer les théories relatives à la protection de la valeur (Williamson, 1975; Eisenhardt,

    1989), elle s’est peu ou pas intéressée au partage de la valeur créée par l'entreprise par ses

    parties prenantes avant les travaux de Freeman (1984). Pourtant, la protection et le partage

    de valeur sont deux côtés de la même médaille.

    D'autre part, l'idée d'externalité a mené au développement de théories qui ont servi de bases

    pour la formulation de politiques publiques visant, à titre d'exemple, la correction de

    certaines inefficiences informationnelles (promotion de la divulgation volontaire des

    entreprises) ou encore le développement de standards et de réglementations obligeant les

    entreprises à assumer une plus grande partie des coûts sociaux et environnementaux liés à

    leurs activités (Coase, 2000). Cela dit, là où il y a des coûts, il y a aussi des bénéfices

    sociaux et, par extension, il y a non seulement des avantages concurrentiels économiques,

    mais aussi sociaux et environnementaux.

    Ainsi, une fois transposée au niveau de l'entreprise, la durabilité ne renvoie pas uniquement

    à la performance économique de la firme (Dyllick et Hockerts, 2002; Steurer et coll., 2005).

  • 15

    Jusqu'à présent, les trois premières formes de l'avantage concurrentiel proposées (potentiel,

    réalisé ou persistant) sont non spécifiques, car elles peuvent s'appliquer à tous les types de

    performance de l'entreprise (économique, sociale et /ou environnementale). Autrement dit,

    une entreprise pourrait avoir un avantage concurrentiel persistant économique, social et/ou

    environnemental.

    Tel que mentionné en introduction, les entreprises sont en concurrence sur plusieurs

    marchés. Elles sont concurrentes pour des investisseurs, des employés, des clients, etc. La

    valeur créée par une entreprise est partagée d'une certaine façon plus ou moins volontaire

    parmi ses parties prenantes, y compris ses compétiteurs qui peuvent s'approprier ses

    ressources et son marché. La notion de durabilité de l'avantage concurrentiel suggère une

    prise en compte non seulement de la performance économique de la firme, mais également

    de sa performance sociale et environnementale. Dans la thèse, la quatrième forme d'ACD

    en entreprise proposée, aussi la plus riche d'entre toutes, correspond à la persistance

    simultanée d'avantage concurrentiel économique, social et environnemental.

    2.2. Les déterminants de l'avantage concurrentiel durable Le courant dominant en management stratégique sur l'ACD de la firme emprunte la RBV.

    Cette littérature peut être vue comme suivant deux courants principaux s'intéressant : soit 1)

    aux déterminants des stratégies qui, en théorie, favorisent l'avantage concurrentiel de la

    firme, soit 2) aux déterminants de l'ACD comme étant un construit de la performance de la

    firme. La thèse s'inscrit dans le deuxième courant. Fait à noter, les facteurs étudiés (liés, par

    exemple, à l'industrie, aux ressources, aux capacités dynamiques et/ou aux institutions)

    pour expliquer les stratégies et ceux étudiés comme déterminants de la performance sont

    similaires. Il s'agit tout de même de deux courants distincts de la littérature utilisant des

    variables dépendantes différentes. La thèse s'intéresse donc à l'ACD comme étant un

    construit de la performance de la firme.

    Les variables indépendantes pouvant être utilisées pour prédire quantitativement différents

    types d'avantage concurrentiel (basé sur la performance économique, sociale et

    environnementale de la firme) sont ici présentées comme se rapportant à l'un ou à l'autre

  • 16

    des trois piliers de la gestion stratégique : la vision industrielle, la RBV et la vision

    institutionnelle (figure 2.2) (Peng et coll., 2009).

    Figure 2.2. Cadre théorique général de la thèse.

    2.2.1. Les déterminants industriels de la performance de la firme

    La vision industrielle de la firme est restée pratiquement inchangée depuis les travaux de

    Mason (1939) et Bain (1956, 1968). Selon cette perspective, l’ACD de la firme est

    déterminé par les caractéristiques de son industrie, comme l’illustre la théorie des cinq

    forces de la concurrence de Porter (1979). Popularisé à la base par ce même auteur, le

    concept d’avantage concurrentiel évolue en parallèle au courant de la littérature sur

    l’existence possible de différences persistantes de profits (Mueler, 1986).

    Comme suggéré par Porter (1979, 2008a, 2008b), les variables basées sur l'industrie

    englobent les menaces et opportunités du marché, et le niveau de concurrence. Plusieurs

    études en gestion stratégique reconnaissent l'importance de ces facteurs, car ils

    conditionnent en quelque sorte les choix stratégiques des entreprises. Porter (1980) s'est

  • 17

    aussi intéressé, dans cette optique, à la relation entre les forces de la concurrence, les choix

    stratégiques et la performance de l'entreprise (par exemple : ses stratégies génériques),

    stipulant qu'en dépit d'un contexte industriel défavorable, une entreprise qui est positionnée

    de manière optimale (ayant la bonne stratégie) peut quand même développer et maintenir

    des avantages concurrentiels.

    2.2.2. Les déterminants basés sur les ressources

    Contrairement à la vision industrielle qui insiste sur le rapport de la firme avec la

    concurrence et sur les caractéristiques structurelles de l’industrie, la RBV focalise son

    attention sur le portefeuille de ressources de la firme (Barney, 1991). Ces dernières sont

    instrumentales à son processus de création de valeur.

    Les ressources acquièrent une valeur stratégique lorsqu’elles sont distribuées inégalement

    d’une firme à l’autre et que les marchés destinés à leur échange sont imparfaits (Barney,

    1991). Les ressources étant distribuées de façon hétérogène entre les entreprises et n'étant

    pas parfaitement mobiles, les ressources rares qui ne sont ni parfaitement imitables ni

    substituables sans grand effort (Barney, 1991) seraient à l'origine de la capacité des firmes à

    maintenir des rendements supérieurs à la moyenne de leur industrie pendant un certain

    temps.

    Plus particulièrement, des ressources tangibles et intangibles contribuent à la création de

    valeurs à l’échelle de la firme (Lowendahl, 2005; Tan et coll., 2008). Les ressources

    tangibles incluent les ressources matérielles, infrastructurelles et financières de la firme. Tel

    que mis en lumière par la revue de la littérature systématique, les ressources intangibles

    incluent les ressources cognitives et relationnelles ainsi que le portefeuille d'opportunités de

    la firme. Contrairement aux ressources intangibles, les ressources tangibles ont des

    caractéristiques qui les rendent faciles à acquérir, à imiter ou à substituer. Conséquemment,

    selon la RBV, ces ressources ne possèdent pas les qualités requises pour être de bonnes

    variables explicatives de la persistance de l’ACD.

    Cela étant dit, la RBV suppose que l'ACD de l'entreprise réside dans sa base de ressources

    (Barney, 1991). Depuis le début des années 90, la RBV jugée trop statique (s'intéressant

    seulement au stock de ressources de la firme) a laissé une place de taille à une nouvelle

  • 18

    littérature sur les capacités dynamiques de la firme (Barney, 1991; Ambrosini et coll.,

    2009). Les capacités dynamiques telles que l'absorption des connaissances, l'innovation et

    l'apprentissage (Cohen et Levinthal, 1990; Todorova et Durisin, 2007) sont de bons

    exemples illustrant ces capacités sous-jacentes à l'adaptation et au renouvellement des

    ressources et du portefeuille d'opportunités de l’entreprise.

    2.2.3. Les déterminants institutionnels de l'avantage concurrentiel

    La vision institutionnelle est maintenant plus formellement reconnue comme une des trois

    principales perspectives de la discipline du management stratégique (Peng et coll., 2009).

    Tel que défini par North (1990, p. 3), les institutions sont des contraintes humainement

    construites qui structurent les interactions humaines. Elles sont transversales à

    l’environnement externe et interne de la firme et sont plus ou moins formelles (Scott,

    1995).

    Tel que mentionné précédemment, les institutions visent à remédier à certaines

    inefficiences de marchés. Lorsqu’il est question de l’ACD, la vision institutionnelle se

    distingue par la reconnaissance de l’existence d’imperfections dans les mécanismes de

    création et d’appropriation de la valeur (Williamson, 1975). Ces imperfections ou ces «

    frictions », pour emprunter le vocabulaire de Williamson (1975), impliquent que la valeur

    créée par une firme n’est pas toujours convertie en bénéfices pour celle-ci (Coff, 1999;

    Makadok et Coff, 2002; Lepak et coll., 2007). La valeur créée et les coûts engendrés sont

    parfois partagés avec d’autres acteurs, notamment les clients, les employés et les

    générations futures (coûts sociaux et environnementaux).

    Lorsqu’il est question des facteurs institutionnels, il est nécessaire de différencier plusieurs

    types d'institutions. En fait, les variables institutionnelles se rapportent non seulement à la

    gouvernance et aux réseaux de l'entreprise (Williamson, 1975; Powell, 1990; Dyer et Singh,

    1998), mais aussi aux institutions nationales favorisant la libre circulation de l'information,

    ainsi qu’au respect des lois et des réglementations (Peng et coll., 2009). D'une part, les

    mécanismes de gouvernance (Williamson, 1985; Eisenhardt, 1989) régissent la façon dont

    la valeur créée par l'entreprise est partagée avec les différentes parties prenantes de

    l’organisation. D'autre part, les réseaux reflètent l'importance pour les firmes de collaborer

    avec leurs fournisseurs, leurs clients, ainsi qu'avec leurs compétiteurs afin d'explorer de

  • 19

    nouvelles opportunités de développement, de réduire les coûts et les risques, et d’accélérer

    la commercialisation de nouveaux produits et services (Hagedoorn et Schakenraad, 1992).

    En dernier lieu, les institutions externes à la firme se rapportent aux lois et à la

    réglementation (North, 1990; Scott, 1995) et aux caractéristiques macroéconomiques

    nationales propres au pays de chaque entreprise.

    2.3. Le développement de l'avantage concurrentiel en entreprise (problématique de complémentarité et de substitution) Lors de la présentation de l’ACD comme variable dépendante (comme un construit de la

    performance de la firme), les concepts rivaux de protection et de partage de la valeur ont

    été présentés. En effet, tel que mentionné précédemment, la littérature institutionnelle, à

    travers les théories des coûts de transaction et de l'agence, s'est fortement intéressée à l'idée

    de protection de valeur créée par l'entreprise, mais peu ou pas à son partage (à la valeur

    créée). Qui plus est, l'opposition entre ces deux concepts (protection de la valeur des

    actionnaires versus partage de la valeur avec les parties prenantes) est à l'origine d'un

    dilemme décisionnel important pour les gestionnaires face à la question : comment investir

    les ressources de l'entreprise parmi des activités qui profitent à différentes parties

    prenantes? De cette question émergent deux hypothèses.

    La première repose sur une hypothèse de substitution, enracinée dans l'économie

    néoclassique, et postule que les investissements pour améliorer la performance sociale ou

    environnementale de l'entreprise le sont nécessairement au détriment de la performance de

    l'entreprise pour ses actionnaires, car ils génèrent des coûts supplémentaires. Parmi les

    partisans de cette école, Friedman (1962, 1970) est le plus connu. Cet auteur soutient que la

    seule responsabilité d'une entreprise est d'être gérée en conformité avec le désir de ses

    actionnaires de faire autant de profit que possible. En effet, selon ce courant de la

    littérature, les ressources consacrées à des programmes ou à des actions sociales et

    environnementales sont mal investies et devraient être soit redirigées afin d'améliorer

    l'efficience de l'entreprise, soit retournées aux actionnaires (Barnett, 2007; Scherer et

    Palazzo, 2011).

    La deuxième hypothèse (l'hypothèse de complémentarité) suggère que les performances

    économique, sociale et environnementale de l'entreprise se renforcent mutuellement.

  • 20

    L'hypothèse de complémentarité a été progressivement introduite dans la gestion

    stratégique suivant les travaux de Freeman (1984) concernant la théorie des parties

    prenantes, un modèle de gestion en rupture avec le modèle néoclassique. Cette théorie

    affirme qu'il est nécessaire pour une entreprise de savoir qui sont ses parties prenantes les

    plus pertinentes et dans quelle mesure leurs besoins doivent être intégrés dans les objectifs

    stratégiques de l'entreprise. Clarkson (1995) va même plus loin en déclarant que la survie et

    la rentabilité de l'entreprise dépendent de sa capacité à remplir sa mission économique et

    sociale. Celle-ci est de créer et de distribuer suffisamment de richesse afin d'assurer que

    chaque partie prenante primaire continue à faire partie du système de l'entreprise. Ainsi,

    une faible orientation de l'entreprise vers ses parties prenantes pourrait nuire au rendement

    de l'entreprise et, par conséquent, à la valeur créée pour les actionnaires (Harrison et John,

    1994; Frooman, 1997). L'hypothèse de complémentarité suggère que les ressources

    investies pour améliorer l'avantage concurrentiel social et environnemental de l’entreprise

    prédiraient non seulement la persistance de ces types d'avantage concurrentiel, mais aussi la

    persistance de l'avantage concurrentiel économique et vice-versa.

    Cette question est très importante considérant la nature très prolifique de la littérature sur la

    performance sociale de la firme et du débat qui y règne, à savoir si ces investissements sont

    complémentaires ou en substitution (Orlitzky et coll., 2003).

  • 21

    Chapitre 3 : Objectifs de recherche et évolution de la thèse 3.1. Objectifs L'objectif général de la thèse est de contribuer à l’avancement des connaissances sur l’ACD

    comme variable dépendante, sur ses déterminants ainsi que sur son développement en

    entreprise. De nombreuses implications pour la recherche et pour la pratique découlent

    potentiellement de cet objectif.

    3.1.1. Revue systématique de la littérature

    De prime abord, la thèse permettra de remédier au manque d'intégration en management

    stratégique traité lors du chapitre précédent (Hafsi et Thomas, 2005; Enders et coll., 2009).

    Le domaine d'étude de l'ACD fait face à un défi de taille, étant caractérisé par un grand

    nombre de débats isolés les uns des autres (Armstrong et coll., 2009).

    En fait, bien que la RBV soit considérée comme un pilier fondamental soutenant

    l’avancement des connaissances sur l'avantage concurrentiel en gestion stratégique

    (Newbert, 2007; Armstrong et coll., 2009; Lockett et coll., 2009), celle-ci ne suffit pas. De

    plus, l'utilisation de la RBV, isolé des autres perspectives, limite la représentativité de la

    définition de l'avantage concurrentiel comme variable dépendante et limite aussi la diversité

    des déterminants à considérer. La vision industrielle, la RBV et la vision institutionnelle

    seront transversales à toute la thèse.

    Le premier objectif spécifique de recherche de cette thèse est de réaliser une revue

    systématique de la littérature sur les fondements et les déterminants de l'ACD, incluant une

    plus grande diversité de perspective que les études antérieures. Ceci permettra de définir

    l'avantage concurrentiel comme variable dépendante et d’identifier ses déterminants : la

    vision industrielle, la RBV et la vision institutionnelle.

    Plus spécifiquement, la revue systématique de la littérature permettra de documenter :

    • les différentes formes d’avantage concurrentiel;

  • 22

    • les déterminants de la performance économique, sociale et

    environnementale de la firme.

    3.1.2. Validation de construit

    En deuxième lieu, suivant la revue systématique de la littérature présentée au chapitre 4,

    plusieurs autres limites importantes de la littérature ont été observées. En fait, la revue

    systématique de la littérature a confirmé que les études antérieures sur l'ACD se sont en

    quasi-totalité intéressées aux déterminants de la performance absolue de l’entreprise pour

    ses actionnaires en tenant rarement compte de la relativité de la performance de l’entreprise

    par rapport à ses compétiteurs, de la persistance temporelle de ses avantages ou de leur

    durabilité (en considération de multiples parties prenantes) (Newbert, 2014; Cloutier et

    coll., 2016).

    Le deuxième objectif spécifique de recherche vise à remédier à cette lacune en proposant

    et en validant un construit plus riche de l'ACD comme étant la persistance simultanée de

    l'avantage concurrentiel économique, social et environnemental de l'entreprise.

    Plus spécifiquement, la poursuite de cet objectif a permis de :

    • collecter des données secondaires sur la performance économique,

    sociale et environnementale des entreprises;

    • mesurer la persistance de l'avantage concurrentiel économique,

    social et environnemental de chaque firme;

    • valider, à l'aide d'analyses exploratoires et confirmatoires, la

    structure du construit de l'ACD.

    3.1.3. Étudier les déterminants et le développement de l’ACD en entreprise

    Finalement, notre revue systématique de la littérature montre qu'un débat important persiste

    dans la littérature, à savoir si les investissements de ressources pour l'amélioration de

    différents types d'avantage concurrentiel (profitant à diverses parties prenantes) entrent en

    conflit ou se renforcent mutuellement (Orlitzky et coll., 2003). De plus, la plupart des

    études antérieures, tenant compte de plusieurs types de performance, se concentrent soit sur

  • 23

    la relation entre la responsabilité sociale et la performance financière de l'entreprise, soit se

    contentent d'examiner les déterminants des diverses formes de performance dans des

    modèles séparés (Orlitzky et coll., 2003). Aucune étude n'a, selon notre revue de la

    littérature systématique, examiné comment les entreprises décident d'investir leurs

    ressources dans des activités qui profitent à différentes parties prenantes.

    Le troisième objectif spécifique de recherche vise à remédier à cette lacune : 1) en

    effectuant une analyse de complémentarité, de substitution et d’indépendance entre la

    persistance de l'avantage concurrentiel économique, social et environnemental de

    l'entreprise ; et 2) en identifiant les variables explicatives de ces différents types d'avantage.

    Plus spécifiquement, la poursuite de cet objectif a permis de :

    • collecter des données secondaires sur la performance économique,

    sociale et environnementale des entreprises et sur les facteurs basés

    sur l'industrie, les ressources et les institutions pouvant influencer

    l'avantage concurrentiel;

    • effectuer une analyse d'équations simultanées afin de mettre en

    évidence les relations de complémentarité, de substitution ou

    d'indépendance entre les équations et identifier, du même coup, les

    déterminants de la persistance des trois avantages concurrentiels

    (économique, social et environnemental).

    3.2 Évolution de la thèse et dimensions mobilisées L'ACD représente l'aspect transversal de cette recherche. Le point de départ de celle-ci (le

    premier article) constitue une revue systématique de l'état des connaissances sur les

    fondements et déterminants de l'ACD en entreprise. Les limites théoriques et

    méthodologiques de cette littérature ont mené à la proposition de deux autres articles :

    d'une part, sur l'ACD à titre de variable dépendante et, d'autre part, sur les déterminants et

    les modèles de complémentarité et/ou de substitution liés aux différentes formes d'avantage

    concurrentiel.

  • 24

    Les trois études sont illustrées à la figure 3.1 avec une reproduction sommaire du cadre

    théorique global de la thèse afin de faire ressortir le lien entre les différentes études.

    Figure 3.1. Évolution des articles selon le cadre théorique principal de la thèse.

    Considérant les trois perspectives transversales à notre analyse théorique, la théorie

    industrielle, basée sur les ressources, et institutionnelle ont permis de formuler un ensemble

    de constats concernant l'avantage concurrentiel. L'ensemble des dimensions mobilisées

    dans la thèse sont illustrées à la figure 3.2.

    L'article 1 a pour objectif de documenter les différentes formes d'avantage concurrentiel

    dans la littérature ainsi que les déterminants basés sur l'industrie, les ressources ou sur les

    institutions, tel qu'illustré à la figure 3.2.

    L'article 2 a pour objectif de valider un nouveau construit de l'ACD, celui-ci comprenant

    trois dimensions, soit la persistance des avantages concurrentiels économique, social et

    environnemental. Ce construit est illustré à la figure 3.2.

    L'article 3 de la thèse vise à identifier les déterminants de ces trois avantages concurrentiels

    persistants (les caractéristiques de l'industrie, les ressources, les capacités dynamiques et les

  • 25

    mécanismes de gouvernance de la firme). Il s’intéresse aussi aux relations de

    complémentarité et/ou de substitution illustrées par les corrélations entre les relations de

    causalité prédisant les trois types d’avantage concurrentiel persistant (figure 3.2).

    Figure 3.2. Dimensions mobilisées et évolution de la thèse.

  • 26

    Chapitre 4 : Sustainable competitive advantage: a systematic review of the literature from 2007 to 2013

    Jean-Samuel Cloutier, Nabil Amara, et Réjean Landry

  • 27

    Résumé L'ACD est un concept fondamental en gestion stratégique. Sur la base d'une revue de la

    littérature systématique des études empiriques publiées entre 2007 et 2013, cet article

    montre que l'ACD, à titre de variable dépendante, est un construit de la performance de

    l'entreprise incluant trois propriétés dyadiques fondamentales : 1) absolue vs relative; 2)

    ponctuelle vs persistante; et 3) uni- vs multipartite. Cette étude confirme le rôle structurel

    des trois piliers qui soutiennent le développement de l'ACD en entreprise : la vision basée

    sur l’industrie, sur les ressources et sur les institutions. Les résultats de la revue

    systématique de la littérature révèlent que les stratégies de différenciation, les actifs

    incorporels, les capacités dynamiques, la gouvernance et les réseaux sont parmi les leviers

    les plus importants de l'ACD en entreprise. Des pistes de recherche et des recommandations

    pratiques susceptibles de faciliter l'étude et la promotion du développement de l'ACD en

    entreprise sont proposées.

  • 28

    Abstract Sustainable competitive advantage (SCA) is a fundamental construct in strategic

    management. Relying on a systematic review of empirical studies published between 2007

    and 2013, this article shows that SCA as a dependent variable is built upon three

    fundamental dyadic properties: 1) absolute vs. relative, 2) punctual vs. persistent, and 3)

    unistakeholder vs. multistakeholder. Moreover, our review supports the structural role of

    the three pillars supporting SCA development in a firm: 1) the industry-, 2) resource-, and

    3) institution-based views. Overall, this study reveals that differentiation strategies,

    intangibles assets, dynamic capabilities, governance, and networks are among the most

    direct and important levers to trigger a firm’s SCA. Finally, this paper outlines the research

    and practical recommendations that may facilitate further initiatives in studying and

    fostering SCA development in firms.

  • 29

    4.1. Introduction Strategic management as a discipline is organized around four fundamental questions

    (Rumelt et al. 1994, Peng et al. 2009): 1) what differentiates firms?; 2) how do they

    behave?; 3) what determines their scope?; and 4) what determines their success or failure

    around the world? In the end, strategic management aims to help firms and industries

    understand their competitive advantage and reproduce their success in a sustainable

    fashion. Indeed, the number of papers on firm SCA has evolved steadily during the last

    decade.

    As shown in Newbert’s (2007) recent systematic review of studies on this subject, which

    exclusively used the resource-based view (RBV) lens, several researchers have tested the

    effect of a large number of resource-based related variables. However, the RBV hypothesis

    has received only modest support overall, which varies considerably depending on the

    independent variable and theoretical approach employed (Newbert 2007, Armstrong et al.

    2009).

    Nonetheless, SCA literature encompasses the use of many theoretical perspectives. Even if

    the RBV is seen as a fundamental pillar supporting SCA conversation in strategic

    management (Newbert 2007, Armstrong et al. 2009, Lockett et al. 2009), it is not sufficient.

    Considering the challenges facing the SCA field of study, “not having a small set of central,

    directed conversations, but a large set of numerous, somewhat fractured, conversations”

    (Armstrong et al. 2009, p.14), it seems that there is still a need for more integrative SCA

    research (Hafsi and Thomas 2005, Enders et al. 2009).

    This paper aims to go beyond the highly dispersed work on SCA, by providing a

    multidisciplinary systematic review of empirical articles published between 2007 and 2013

    on the subject. In contrast to Newbert (2007), our review will not limit its scope to RBV

    studies. Besides, the resource-, industry-, and institution-based views have also contributed

    to the study of the determinants of firm performance (Peng et al. 2009). Our main purpose

    is to integrate the conceptualizations and findings of these studies in order to identify where

    they both converge and diverge. This may provide important insight to researchers for the

    development of a more comprehensive framework and empirical studies on the

  • 30

    determinants of SCA, and better recommendations for managers and policymakers for the

    fostering of SCA development in firms.

    This article is organized as follows. First, we will explain in more detail the objective and

    scope of our study, and then describe the method used to locate, select, and analyze the

    relevant literature. Next, we will present some general features of the reviewed studies. We

    will then present and discuss the results of our review, and finish with the main

    conclusions, implications, and recommendations for future research and practice in the

    field.

    4.2. Materials and methods

    4.2.1. Objective and scope of our study

    We conducted a systematic review of empirical articles published in scholarly journals

    between 2007 and 2013 on the topic of SCA. Contrary to the traditional narrative literature

    review methodology, widely criticized for its lack of relevance due to subjectivity and bias,

    our study will use the principles of the systematic review methodology. The systematic

    review method is seen as a more rigorous, replicable, scientific, and transparent process to

    select and review the studies (Littell et al. 2008). It will enable us to identify key scientific

    contributions in relation with our two main research objectives: 1) to study how the

    dependent variable “SCA” was approached and measured by the authors, and 2) to identify

    the main explanatory variables that determine firm SCA. For this review, we used a

    diversity of perspectives to define the scope of firm SCA.

    SCA is perceived in strategic management literature as a desirable finality for firms

    because it focuses on the factors that explain a firm’s probability of sustaining a superior

    performance than that of its counterparts (Wiggins and Ruefli 2002). Indeed, the notion of

    SCA is closely linked to that of performance (Porter 1980), profit (Lockett et al. 2009), and

    return (Amit and Schoemaker 1993). Moreover, for Porter (1985), SCA is a time-related

    concept. Therefore, our study includes papers on the sustainability and persistence of such

    an advantage.

    However, the concept of sustainability should not be seen as having only a temporal

    signification. Once implemented at the firm level, sustainability refers to the ability of the

  • 31

    firm to meet the needs of its direct and indirect stakeholders (Dyllick and Hockerts 2002,

    Steurer et al. 2005). Therefore, we needed to expand our research statement to include

    studies on the social and environmental performance of the firm. Consequently, we looked

    for studies that refer to corporate social responsibility or a firm’s social and environmental

    performance, in their title or abstract.

    Moreover, we chose a priori to only include studies using causal quantitative analyses to

    confirm or infirm the influences of the suggested SCA determinants. In order to capture

    these, we looked for studies that included the following keywords in their abstract:

    regression*, “structural equation,” “confirmatory factor analysis” or “path analysis.”

    To limit our research to studies on firms, we looked for studies that included the following

    keywords in their title or abstract: company*, business*, firm*, enterprise*, ventur* or

    corp*. The final research statement used in this study is presented in Table 4.1.

    Table 4.1. Research statement used in this study. RESEARCH STATEMENT In EBSCO, EconLit and ABI: ((TI((Sustain* OR CSR OR Social OR environmental OR Persist*) AND ("competitive advantage" OR performance OR return* OR profit*))) OR (AB((Sustain* OR CSR OR Social OR environmental OR Persist*) AND ("competitive advantage" OR performance OR return* OR profit*) AND (company* OR business* OR firm* OR enterprise* OR ventur* OR corp*) AND (regression* OR "structural equation" OR "confirmatory factor analysis" OR "path analysis")))) In ISI Web of knowledge Social Social Science Index: (((TI=((Sustain* OR CSR OR Social OR environmental OR Persist*) AND ("competitive advantage" OR performance OR return* OR profit*))) OR (TS=((Sustain* OR CSR OR Social OR environmental OR Persist*) AND ("competitive advantage" OR performance OR return* OR profit*) AND (company* OR business* OR firm* OR enterprise* OR ventur* OR corp*) AND (regression* OR "structural equation" OR "confirmatory factor analysis" OR "path analysis")))))

    4.2.2. Literature search

    The notion of SCA reaches beyond administrative science and has ramifications in

    economics as well. Upon the recommendations of the library advisors of Laval University,

    specialized in administrative science and economics, we queried four multidisciplinary

    databases to locate and retrieve peer-review articles on the subject, published from 2007 to

    2013 (Table 4.2). We chose 2007 as the beginning of our time period because this was the

  • 32

    last publication year for articles included in the systematic review by Newbert (2007).

    However, contrary to Newbert (2007), our study did not limit its scope to RBV literature.

    We searched using the keywords presented in Table 4.1.

    Table 4.2. List of electronic databases used in this study and initial citation search results. Database URL Unique

    documentsProQuest ABI/INFORM global

    http://www.proquest.com/ 1571

    ProQuest EconLit http://www.proquest.com/ 743 EBSCO : Business source premier

    http://wwwebscohost.com/academic 2045

    Thomson social sciences citation index

    http://thomsonreuters.com/social-sciences-citation-index/

    2402

    Total 6761 Citation deleted upon important missing

    information 77

    Duplicates 2730 Total unique 3954

    This search generated 3954 unique citations after the elimination of the duplicates (Table

    4.2). Articles were excluded if reviewed titles and/or abstracts indicated that they did not

    meet the selection criteria. A full review of the remaining abstract (n=672) was required to

    determine whether it met the inclusion/exclusion criteria (Table 4.3). Of these, 448 were

    excluded based on the above exclusion/inclusion criteria, yielding a final sample of 224

    studies for in-depth analysis (Figure 4.1).

  • 33

    Table 4.3. Inclusion and exclusion criteria.

    Inclusion criteria

    Exclusion criteria

    Method: qualitative design; descriptive analysis onlyTopic: studies on other types of performance such as marketing, operational, job, and innovation performance. 

    Unit of analysis: other units of analysis (industry, country, and individual) were not considered.

    Type of publication: an article published between 2007 and 2013 inclusively in a  peer‐review journal.

    Method: regression, structural equation or path analysis.

    Topic: consider firm economic, social, and environmental performance as a dependent variable (i.e., the variable to be explained).   

    Unit of analysis: an empirical study of a sample of firms. 

    Type of publication: grey literature (conference proceedings, books, theses, newspapers articles, unpublished works, etc.)

    Figure 4.1. Study selection process.

    4.2.3. Data extraction and analysis

    The first step in the analysis of the study was to extract data on firm SCA from all of the

    included articles. A first information extraction form was created to collect all of the

    relev